La folie pratique

10 Juin

  «    Quand on veut se débarrasser de son chien, on l’accuse d’avoir la rage «  

En ce XXI ème siècle, pour se débarrasser d’une être humaine,  la folie fabriquée  reste d’actualité.
Folie préparée par des déclarations , affirmations ou rumeurs .
Folie provoquée par du harcèlement incessant  et des actes criminels insupportables destinés à faire perdre la boule.
Folie confirmée par des membres du corps médical à la  déontologie flageolante et qui foncent ventre à terre pour le coup de main à copains.

Lors de ma toute première plainte pour violations de domicile-vols-dégradations-incessantes , la policière  du XIVème, Karine Rougier avait été claire . Voire brutale.
«   le procureur m’a chargée de prouver que vous êtes folle   »
Pas de questionnement , de constat ou d’enquête. Un procureur demandait seulement à une policière d’accuser la plaignante de folie.
Le choc   !

Après 2002, il y avait eu Brigitte Sublard , élue locale  et avocate de mon frère,  téléphonant à             «   mon   » notaire pour l’avertir que j’étais complètement folle. Je ne la connaissais pas.

Dans un élan amical qui n’avait pas duré, le notaire m’avait prévenue   :  «    ils vont vous faire devenir folle   »                             
Qui «   ils   »   ?
Pour le plaisir de qui   ?

En 2004 , on trouvait la concierge M. Lelong,  courant dans  les escaliers de mon immeuble pour prévenir que j’étais parano. Pratique. Cela  couvrait ses propres méfaits.
Elle était employée de l’immeuble depuis peu d’ ans. J’étais propriétaire depuis 18 ans et sans problème . La greffe «   parano   » n’avait pas pris.
Alors son commanditaire avait décidé schizo . Et M. Lelong avait recommencé son porte à porte et ses nouvelles  explications  pour schizo avec son joli accent   : » elle a l’air nourmal , mais c’est jouste oun air »

En cette même année, ma plainte avec CPC et sa consignation de 2000 euros avaient été enregistrées à Angers. Mais au lieu d’émettre sa commission rogatoire et de faire  procéder à  une enquête ou   à mon audition, Catherine Poncet, juge,  avait fixé, en a priori,  un rendez-vous avec un psychiatre.
Plus tard ,  elle prétendra avoir eu fixé ce rendez-vous à la suite de mes interventions au cours de l’enquête. Pratique, mais inexact.

Puis en 2007, une autre plainte avec CPC, sera traitée avec la même absence d’enquête   : sur dossier,  commenté  avec des contorsions et un langage de pseudo expert en  psychologie comportementaliste , par la policière  Valérie Deschamps.
L’analyse pseudo médicale de la policière  Valérie Deschamps sera reprise en appel et en cassation. Pour rejeter le dossier.

En 2009, à Paris XV,  JJ Walti, sétait déchainé pour Noël avec des injures sexistes . Et au milieu de «    connasse, imbaisable , sous-merde   » on trouvait «    je vais te faire interner   » débité avec l’assurance et l’arrogance de son poids … et des  habitudes de ses commanditaires qu’ils disait être frères et fonctionnaires d’Etat.

Croyant à un incident fâcheux, j’avais voulu en discuter calmement avec sa mère, voisine du dessous. Au lieu d’une discussion , j’avais obtenu un hurlement, sur le  palier  et à l’usage des résidents  «    vous êtes folle, vous êtes complètement folle «  

Elle avait récidivé à la prochaine occasion. Toujours en criant dans le couloir à l’usage des voisins . Elle ne  protégeait pas  seulement le comportement aberrant et accepté  de son fils.  Elle participait. Tout comme elle avait participé avec la concierge au découpage de mes vêtements et de mon linge.

Et puis , il y avait eu cette étrange petite femme inconnue , hyper maquillée et venue faire un cinéma approchant. Elle avait hurlé à ma folie dans l’escalier  avec des menaces d’enfermement . La cause en était  la sonnerie de mon réveil  qui aurait eu gêné une voisine,  sa prétendue progéniture.

Il faut aussi noter une information récurrente de la barre d’état de ma connexion internet qui m’apprend que je serais un « client psy » . Sujet d’expérimentation  ? ou sujet à faire tourner dingo ?

Cette fabrication impérative de la folie, avait culminé récemment, à la suite d’une chute sur un trottoir,  par un chantier concocté par des pros  . Cela avait abouti, à partir d’un prétendu délire imaginé par un jeune médecin , à une  forme d’ incarcération sous régime hospitalier et nécessitant l’intervention du JLD pour libération. 
Sans morale ni limite,  de nouveaux  spécialistes s’étaient  adonnés à leur jeu favori de harceleurs en réseau, et fabricants de violence institutionnelle , aux frais des contribuables, pour élaborer un dossier qu’ils voulaient ou auraient voulu …. de folie.
27 jours  d’ingestion d’un produit redoutable et  916 euros /jour pour la sécu.

Pour couvrir quoi  ?
Pour faire plaisir à qui  ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :