Archive | juillet, 2013

22, rue Ernest Renan

30 Juil

Image

Cette nuit là , j’étais montée sur la chaise pour attraper un ventilateur en haut du placard. Et j’étais redescendue aussitôt. Sur les genoux. Une vis qui retient la barre de l’assise avait été enlevée et la barre laissée en porte à faux. Un pied de la chaise avait semble-t-il, en plus,  été pré-scié.  L’ ensemble ( ici reconstitué) avait lâché sous le poids total du corps.
Il paraît que  la dame du dessous n’avait pas bien dormi non plus cette nuit-là.

Pour moi , là au 30 juillet 2013, c’était maintenant  402 jours et nuits de  manque de sommeil  par tirs d’ondes au cerveau. Largement grâce à son fiston.

Ceci est un pré-trou , fait tout récemment  dans une serviette et par le même.

Image

Il y a peu , à  l’étage du 22 rue Ernest Renan déserté   il était  venu  se faire , à mes dépens, un petit  plaisir de pervers.   Une nouvelle fois.

C’est sur http://etouffoirs.wordpress.com/2013/07/14/un-pervers/

Pendant ce court séjour à Paris,  les tirs d’ondes apparemment  portés par laser   avaient été  acoustiques  visant l’oreille droite . Ils étaient balancés de la pièce voisine  louée par C. Frenove,  au rythme de vie de l’occupant . Les tirs s’arrêtaient quand il se couchait , reprenant quand il se levait , pour s’arrêter encore quand il quittait l’endroit.
En complément, JJ Walti avait continué ses pétarades nocturnes ,  de l’appartement du dessous.

Les ondes  sans doute portées par laser,  et  qui traversent  la boite crânienne , ont fini par abimer l’articulation de la mâchoire gauche . Au matin et même bien plus tard, elle reste bloquée et douloureuse.
La tête, quant à elle présente souvent un oedème, également plus marqué à gauche.

Dans cet immeuble, le jeune Frenove, élève de classe préparatoire avait spontanément déclaré, la seule fois où nous nous sommes parlés,  n’être là que pour travailler. Joli mensonge , mais qui m’avait moins intriguée  qu’une réflexion de sa  maman, prouvant que les parents savaient ce qui se passait . L’audace ou l’assurance d’impunité  d’un gamin qui torture une voisine sans raison personnelle m’avaient incitée à une recherche  simple sur la famille. Elle avait mis en évidence  l’ hérédité (franc) – maçonne de l’élève .
C’est au dernier paragraphe sur :http://etouffoirs.wordpress.com/2013/07/29/la-torture-domestique/

Le soir même  de la mise en ligne de cet article , le frère de l’immeuble et son épouse, créateurs et  acteurs locaux de harcèlement mais aussi lecteurs attentifs de mon blog  de malheurs , étaient venus aux nouvelles chez C. Frenove . Il les avaient reçus sur la palier. Le couple  voulait savoir comment j’avais bien pu connaître l’existence de la loge de son   grand père  .  L’élève,  tortionnaire local pour les servir ,  avait fort bien répondu.

Parce que ceci est une histoire crapoteuse mais aussi criminelle, faite de complicités multiples,  et avec la volonté d’enliser la victime dans une fange nauséabonde, je rappelle ici l’anecdote des deux policiers venus faire un mini-scandale  devant ma porte palière, à cette adresse.
Comme l’organigramme du commissariat du XVème se trouvait sur internet, j’avais contacté leur supérieur hiérarchique par téléphone. Il avait assuré n’avoir rien à voir avec tout cela (?!) Peu après l’un des deux policiers également contacté par téléphone, furax, m’avait lu le contenu de la lettre que j’avais déposée au commissariat à l’intention de Mr MEYER, commissaire.
Quelques jours plus tard, lorsque je m’étais présentée dans ce commissariat, ça avait été pour être accusée de niaiseries  d’immeuble , entassées dans un dossier  de ragots  fabriqué par JJ Walti avec l’aide de l’épouse du frère de l’immeuble.
On peut facilement en déduire, comme je l’avais déjà fait, qu’il s’agissait là d’un coup de main  , pour me discréditer, d’un frère utilisant sa couverture de fonctionnaire d’Etat , pour rendre service  à un autre frère . De l’immeuble, celui-là.
De tout cela , on pourrait aussi déduire tout aussi  facilement, que contrairement à  ses prétentions , JJ Walti ne fait pas un travail à domicile  pour un service de l’Etat, mais seulement pour des frères …… peut-être même représentants de l’Etat.

Oui,… je sais.
Quand on parle d’eux, ils se vengent et ils torturent. Et les victimes en crèvent .
Ici, Ils ne semblent penser  d’ailleurs qu’à ça.

Buda et Pest

22 Juil

Côté BUDA

Image

Dans cet hôtel de Buda,  mes connexions  par la wifi locale m’avaient  confirmé  qu’on ne me lâchait pas du regard. Mes interrogations faites d’un  ordinateur tout neuf  m’avaient  répété de façon obsessionnelle ma qualité   de client psy . En voici deux exemples.

http://www.google.fr/#biw=1366&bih=586&sclient=psy-ab&q=hongrie+franc+ma%C3%A7onnerie&oq=hongrie+franc+ma%C3%A7onnerie&gs_l=hp.3..0i8i30.2495.7698.0.8173.24.22.0.0.0.1.1140.6973.2j8j1j2j0j3j1j2.19.0….0…1c.1.21.psy-ab.KhAKC4QX-2c&pbx=1&bav=on.2,or.r_qf.&bvm=bv.49478099,d.bGE&fp=64406bfe18349714

http://www.google.ca/#output=search&sclient=psy-ab&q=voice+to+skull&oq=voice+to+skull&gs_l=hp.3…1461.5277.0.5721.14.13.0.0.0.0.489.1278.0j1j1j1j1.4.0….0…1c.1.21.psy-ab.Xm6F016bJso&pbx=1&bav=on.2,or.r_qf.&bvm=bv.49478099,d.bGE&fp=4207dc16a2909b70&biw=1366&bih=586

Contrainte , comme toutes les cibles, de m’intéresser aux détails les plus insignifiants ,  pour trouver un fil d’Ariane, j’avais  aussi noté qu’un beur d’une quarantaine d’années logeait au même étage que moi . Nous ne nous connaissions pas . Et pourtant, alors que tout le monde se parlait en anglais ou en allemand,  il m’avait saluée en français.                                                                                                                                                Ce n’était pas de nature à me rassurer.

Et cela  posait aussi , soudain, la question sur l’origine des tirs d’ondes de type acoustique, complément des ondes de type brûlant traversant … le cerveau.

En effet, les réseaux beurs  qui se mobilisent de façon tout aussi générale, globale  et  inconditionnelle que les frères, avaient  été repérés dans cette histoire depuis plus de 20 ans et récemment  à divers niveaux .                                                                                                                         Depuis 14 mois ils s’étaient surtout distingués comme  transporteurs de matériel électronique de torture,  mis en action localement  à Vannes et partout  dans  divers hôtels  français que j’avais fréquentés.

A leur compte ou au service de … c’est la question

Pour mémoire seulement e.t information sur l’organisation en place :http://etouffoirs.wordpress.com/2013/07/22/liste-des-hotels-2/

Ce genre de notation est en général suivi d’actes de  torture  supplémentaire.
En France, toutes les cibles qui parlent , expliquent ou se défendent font face à ce même phénomène .

Enfin , dernier tout petit détail, il faut noter la disparition d’une plaquette de médicaments, laissée dans une trousse, dans ma chambre d’hôtel , à portée de n’importe quelle  main.
De mon point de vue , cela  ne ressemble pas à un larcin. Car, la plaquette isolée , ne donne aucune information sur les produits  sous blister. L’utilisation pourrait même en être dangereuse.
Et il faut alors  plutôt comprendre cette subtilisation  ( soudoyée) dans le cadre d’un futur transfert, habituel du harcèlement en réseau  et destiné à faire devenir  dingo.

Côté  PEST, rien à signaler
Alors un peu d’humour avec une carte achetée

Image

dans  l’enceinte de  la grande synagogue.

Image

V2K

20 Juil

Image

Dans la ville d’Europe centrale où se trouve ce bâtiment et sa réduction en 200.000 allumettes , mon hôtel, côté Buda,  était coincé entre ceci

Image

et ceci

Image

mais   qui n’était pas visible à    la réservation sur internet. ça devrait.

A peine une heure après mon arrivée à l’hôtel j’avais essayé une sieste qui m’avait valu une maousse onde de bienvenue . Elle était du type brûlant/traversant et m’avait fait perdre connaissance.

Image
Les opérateurs locaux n’avaient pas perdu de temps, prévenus par ceux de France, adresse de l’hôtel et y compris.
Le retour à la conscience avait été  sur fond  de vertiges et de perte d’équilibre. Comme pour les personnes avec un problème d’oreille interne.  Je titubais.

C’était la cas  déjà à Vannes  depuis quelques jours.
Il fallait donc penser à une origine commune et une méthode itou.

Le départ pour un diner avec un compagnon d’infortune avait demandé un effort de volonté épuisant . Pour tenir debout d’abord , et marcher   droit  tout en parlant si possible .
Et là j’avais constaté l’improbable. L’homme  à mes côtés   titubait  aussi. Totalement déboussolé par ce qui lui arrivait, il avait essayé  plusieurs explications .

Sans rien dire pour ne pas l’effrayer, j’avais cependant repenser à l’anecdote de New York racontée dans l’article de janvier 2013 « la toux. http://etouffoirs.wordpress.com/2013/07/20/la-toux-2/
Il se pourrait donc qu’une onde accrochée sur un individu soit partageable.

La nuit suivante avait été bruyante. Localement les opérateurs avaient joué  à V2K. D’abord avec une détonation, coup de fusil ou de pistolet ,  puis un joyeux  » hello' » vers 4h30 du matin . Plus tard ce sera  » pardoné »  après un tir  d’ondes pénible.

Ce phénomène de voix au cerveau que seule la cible peut entendre, avait été abordé  dans  un  ancien article  » les voix » http://etouffoirs.wordpress.com/2013/07/20/les-voix-2/

V2K ou V2S  est l’abréviation  utilisée par les anglo-saxons pour désigner les voix transmises à l’intérieur du cerveau au moyen des ondes. Cette technologie est connue  depuis 1974.

Pour des explications plus détaillées on peut consulter le blog de  Cliff Huylebroek disponible en plusieurs langues
http://hearingvoices-is-voicetoskull.com

Ou simplement taper V2K

Image

Seule, la dernière très mauvaise nuit de mon séjour avait été un rappel de cette technologie V2K , mais les sons étaient in -intelligibles.
Curieusement cette nuit là les tirs n’avaient pas fait souffrir le cerveau. Les ondes qui avaient forcé toutes mes épaisseurs de protection  l’avaient manipulé en provoquant des  symptômes  de problèmes

Il y avait d’abord eu l’inflammation de la gorge qui provoque une toux de suffocation.

Et quelques petites minutes plus tard une hyper salivation débordante et déjà notée par certaines cibles anglo-saxonnes.

A ce propos , il faut se souvenir de ce qu’explique Barrie TROWER , ex agent de MI5 britannique . Dans les vidéos  d’interviews que l’on trouve à son nom, il explique que TOUS les symptômes de n’importe quelle maladie peuvent être simulés par les projections d’ondes . Il faut malheureusement ajouter à cela le fait que les ondes provoquent  aussi des maladies  bien réelles et à toute vitesse.

A Budapest, toutes les autres nuits  de mon séjour avaient été  sur fond  d’ondes acoustiques qui font sursauter le cerveau et l’empêchent de trouver le repos. Les journées étaient ponctuées de piqûres incessantes  de géolocalisation.  Surtout sous les pieds. A tout moment et en tous lieux.

On peut donc de nouveau déduire de cette récente situation que les organisateurs de la torture par ondes pulsées ( forme extrême du harcèlement en réseau) existent partout dans le monde, communiquent entre eux systématiquement quand une cible se déplace, utilisent le même type d’instruments qu’ils ont à leur disposition sur place , et considèrent la criminalité  en bande organisée comme leur droit.

La torture autorisée

9 Juil

Lors de  mon hospitalisation j’avais croisé un grand  qui disait être torturé la nuit par un courant qui lui traversait le corps. Son entourage lui avait conseillé de ne pas se plaindre . Croyant aux vertus de la démocratie,  il avait fait le contraire et s’était retrouvé enfermé à l’hôpital , «  sous contrainte » et forcé à une médication  qui provoque  l’apathie.

La décontraction, dirait le corps médical.

Il était ainsi  à la triple peine :
–    Décrédibilisé et transformé par le terme  «  hallucinations «  ou «  délire »  en auteur  de  son  propre supplice dit imaginaire
–    Contraint d’ingurgiter  des produits neuro-toxiques
–    Livré  au retour chez lui , à son tortionnaire qui,  non inquiété, était  donc libre de recommencer
Cela ressemblait  à un cas simple : une  victime , un tortionnaire.

Pour une cible de torture, dire,  fait prendre ce risque d’évacuation médicale, avec en complément celui  des représailles si dire s’accompagne de détails  . Puisque la torture est sans danger pour les tortionnaires  , pourquoi se gêner ?
Pour une cible de harcèlement en réseau, ne pas dire  n’élimine de toutes façons  pas le deuxième risque . En plus de représailles , il y aura des provocations.  Il y a en face de la cible  des tas de volontaires cachés  pour qui les   » provocations »  sont des droits  à alimenter un système d’escalade de l’horreur.

La torture dont il s’agit ici  est immatérielle. Il n’y a pas de contact entre le tortionnaire et son instrument de torture et la victime. Cette torture est  provoquée à distance  par des  projections  d’ondes électromagnétiques qui traversent les murs et le reste. Ces ondes  provoquent de la souffrance et détruisent des fonctions vitales du cerveau et de l’organisme de la personne visée.

A ce jour, les victimes de ce type de torture n’ont reçu comme réponse à leurs plaintes ou sollicitations de reconnaissance , que le silence le plus terrifiant. Les politiques oublient de répondre , pendant que le personnel de base  s’active à détruire les preuves ou  ridiculiser  les victimes , protégeant  ainsi  de fait  les criminels.
Comme si cette torture était autorisée.

On pouvait sans doute  classer  la torture de mes deux dernières  nuits   dans le genre représailles-à -mes- articles-récemment- publiés.

La première nuit , sans sommeil, avait été ponctuée de  paquets de tirs  d’ondes au cerveau et qui  étaient  de type acoustique  ( qui ne traversent pas le cerveau)  toutes  les 40 à 45 minutes. Le cerveau sur stimulé par le bruit strident  porté par les tirs   n’avait ainsi  pas le temps de s’apaiser avant le tir suivant.
Douleur  et  privation de sommeil .

A titre d’information seulement , voici  ci-après le résultat d’une étude faite sous la direction de German Nikolaevitch Fadeev, de  l’Université Technique d’Etat  Bauman de Moscou  et présentée au  7ème symposium     européen   d’armes non-létales       d’Etlingen ( Allemagne)
Elle montre les réactions  de  l’organisme humain  exposé à des  vibrations  d’ondes  acoustiques de basse fréquence  et selon  différentes  puissances  .

Image

La torture de ma  seconde nuit en exemple   était différente . Elle n’avait pas impacté le cerveau comme à l’habitude . Elle était faite de bouffées d’ondes brûlantes qui avaient envahies la chambre  et  visaient  l’estomac.

Pour y échapper j’avais voulu changer de pièce. Impossible . Une onde violente avait alors impacté le dessus du crâne et m’avait fait tomber. Avec l’impression  que  le cerveau avait été comme aplati dans la boite crânienne .*

Et des vertiges avaient pris le relais.
Ce type de torture correspond assez bien  à  une criminalité de proximité avec du matériel  mis à disposition chez des voisins   Comme c’est le cas à Paris XV.
Ici, à Vannes, au- dessus.

* Le blog de Serge Labreze , donne une information et explication de ce phénomène , par l’utilisation d’appareil qui pulse les ondes au moyen de laser ( laser femtosecondes)

L’accroche (2)

6 Juil

Image

De mes   observations et notes , on pourrait déduire qu’il s’agit d’une méthode de marquage d’être humain, à base d’ondes  électromagnétiques projetées . Ce phénomène  est fatiguant .
Les ondes projetées se manifestent d’une part, par des piqûres et  donc des besoins de grattements incessants , mais aussi par  des lourdeurs et maux de tête pénibles.

Ces piqûres , qui sont des mini-brûlures , avaient été ressenties  d’abord sur les parties découvertes du corps .
Ces ondes électromagnétiques  ressenties comme «  accrochées  »  sur le corps , sont expliquées par les spécialistes  comme en corrélation,  soit avec  les particularités de l’enveloppe bio-électrique  du corps , soit  comme réponse  à  un implant  injecté  dans la cible  sans consentement .

Il en résulte donc, que cette méthode d  ‘»accroche  »  , permettrait  de suivre un être humain en tous lieux.
Mieux que pour la viande de boucherie.

Autrefois j’étais pistée par mon portable, comme tout le monde . J’y avais même été appelée en clair par des représentants de l’armée du 49 : des copains du copain de l’épouse de mon frère. Depuis, j’avais quitté le portable.

Et  pour museler et détruire  leur cible, les spécialistes avaient utilisé  une  technologie .ad hoc    C’est la cas pour des milliers de cibles dans la monde. Il n’est pas exclu que cette technologie ait été pré-existante  à ma période de découverte, mais jusqu’alors  utilisée discrètement..

D’observations continues faites  depuis un an , j’en avais déduit que   l’ « accroche »  d’onde sur le corps est activée à distance aux moyens des « piqûres «, ces micro-brûlures enregistrées par le  cerveau.

En journée, elles sont depuis quelque  temps plus clairement décelables  aux pieds , sur les mains et la tête, quel que soit l’endroit : voiture, rues, bâtiments divers, appartements. Elles permettent la géolocalisation du corps. Comme un portable.
A la place du portable  avec sa   batterie ou de la carte SIM, elles utiliseraient peut-être le cerveau de la cible.

Au moment du repos  allongé, elles donnent l’information de la position couchée du corps à attaquer.  Il y a quelques nuits la première piqûre avait été ressentie   sur un orteil , suivie d’une autre au genou, puis au milieu du dos, puis sur la tête. Le tout à quelques secondes d’intervalle.. Et les tirs d’ondes au cerveau avaient  commencé quelques petites minutes plus tard.

Les expériences ( l’article deux expériences) faites récemment m’incitaient à penser que  les tours relais radio/TV/téléphone  seraient  à l’origine de certains  tirs d’ondes locaux parfois  insidieux, parfois violents, mais  ciblés. Comme des milliers  d’ autres cibles, je serais seule visée au milieu de centaines de personnes, et même  plus  voisines que moi  de ces tours relais . A cause du système de  « l’accroche »

Il faut , par ailleurs, noter que ce phénomène   n’a rien à voir avec de l’électro-sensibilité,  laquelle  relève d’une forme de sensibilité  aigüe aux ondes électromagnétiques ambiantes, et dont on peut se protéger, par exemple, avec une tente de faraday.

Ma tente de faraday n’arrête pas les tirs  d’ondes  pulsées vers le cerveau. La présence intermédiaire  du tissu métallique de la tente , accroit  au contraire la violence des tirs qui s’adaptent pour vaincre les obstacles.
Il y a programmation.

Habitant à quelques centaines de mètres d’une tour relais j’avais également  constaté  avec une fréquence croissante le blocage, chez moi,  de mes connexions internet .. Il arrivait  même que , hors  connexion, l’écran de mon ordinateur se fige ne répondant plus ni à la souris ni à des commandes manuelles.

En même temps, l’atmosphère ambiante de la pièce  se trouvait chargée d’ondes . Les yeux étaient  douloureux   à la limite d’une sensation de brûlure, le cerveau pris de vertiges.

Pour voir, je m’étais déplacée de 40 kms dans une ville avec une autre  imposante tour relais. Tout le long du trajet, alors que je conduisais , des piqûres s’étaient manifestées aux pieds et aux jambes.

Dans la ville,  d’un bistrot à quelques centaines de mètres de la tour , j’avais essayé une connexion. Totalement figée. Par contre, les piqûres sur le corps étaient deux fois plus douloureuses que chez moi, près de « ma » tour.

La re-programmation d’une cible pourrait être  approximative.

Pour compléter cet essai , j’étais alors allée me perdre au milieu de nulle part. La connexion y avait été normale . Rapide.

Cela m’avait fait me souvenir de mon passage dans le désert australien, il y a quelques années. . Mon hôtel se trouvait à proximité d’une gigantesque antenne militaire . J’y avais eu la surprise de voir l’écran de mon ordinateur s’inverser. Les textes s’y affichaient la tête en bas.
Tout était redevenu normal en arrivant à Melbourne, quelques jours plus tard. Sans mon intervention.

Le rétro-diagnostic

5 Juil

Il s’agit d’ un diagnostic  qui couvre une période où  le praticien ne connaissait pas la patiente.  Déontologiquement parlant , ça ne peut pas exister .

Déonto.. quoi       ?

Ici, Mr Bekir médecin hospitalier français avait  fait un rétro-diagnostic des pathologies diverses  qu’il m’attribuait,  sur les 10 années précédentes.

Mais pourquoi pas 37 ans. ? ou   3 ans ? ou même quelques mois      ?

Parce que 10 ans c’était juste ce qu’il fallait pour invalider mes diverses  plaintes  et ma requête à la CEDH  qui  mettaient en cause un système  de harcèlement en réseau et plus    .

Mon hospitalisation forcée de 27 jours devait servir à cela . Le rapport  du corps médical ,  aussi.
De par  sa spécialité, Mr Bekir nomme . Contrairement aux autres médecins , il n’a pas de moyen de  prouver ses dires. Car,  Il n’existe pas  de radio  d’hallucinations ni  d’analyse de détection  de cellules de délire  .Les pathologies désignées  sont   des choix . Parfois même  au prix de déformation.

Ainsi le VIOL  en appartement , explicité  à la demande  de son collègue ,devant plusieurs  dizaines  de personnes lors d’un bilan clinique ,  était devenu  par décision  de  Mr Békir ,  ma »conviction »  d’être agressée sexuellement  ,    Sous sa plume cela devenait  aussi banal  que   des objets déplacés  par des inconnus . Le tout était   rangé  sous la rubrique des »mécanismes hallucinatoires  »

Image

Un crime transformé en conviction qualifiée de pathologique. C’était aussi simple que cela. Et très attendu.

Sa démonstration suivante portant sur du délire , était à l’avenant et en était. Le délire reposait , selon lui, sur une liste détaillée de dépenses de sécurisation. Sans date.

Ce médecin déclarait ainsi  pathologique , le fait de prévenir ou traiter des agressions qui ne relevaient pas de son domaine,  et qu’il ne pouvait  par ailleurs ni constater ni contester . Il s’arrogeait pourtant ici , le droit de caractériser , en toute ignorance de faits ou de preuves .

Image

Et ce médecin ausculteur de mon porte-monnaie et du reste, avait déclaré ces dépenses « inconsidérées », les désignant dans la foulée de  » comportements pathologiques  »

Dans la bible de ces  spécialistes ,   il existe effectivement un trouble  dit de  l’acheteur compulsif

Image

Il est bas é sur 3 critères dont aucun ne pouvait être retenu dans mon cas.

Selon Wikipédia  cela correspond a) des pensées envahissantes et gênantes concernant des achats ou des comportements et impulsions d’achats inadaptés, b) des achats supérieurs aux capacités financières, c)  des achats fréquents  d’objets inutiles ou des achats faits durant plus longtemps que prévu.

Mes achats ,eux, étaient planifiés, réfléchis, assumables financièrement. Il aurait suffi de m’écouter  pour le savoir.

Mais cette fixette  d’un médecin   sur des dépenses liées à ma protection  interrogeait surtout  sur le rôle et le  but de son  étrange comportement..

En y regardant de plus près , on voit  que mes achats sont , d’une certaine manière et   en creux, des preuves des méthodes et    de l’existence du harcèlement crapulo- criminel   dénoncé . Les déconsidérer en les affublant  d’une pathologie pouvait donc  être  LE moyen de les faire passer pour inutiles..

Sauf si le  but est seulement  de prouver la capacité du réseau à fabriquer n’importe quoi, avec n’importe quoi.

Dans sa hâte à conclure ce rapport  à sa manière , le médecin   avait  même  terminé sur un oubli fâcheux   : l’existence d’un certificat spontané de guérison/libération du 23 mai… mais qui  donnait à voir  la supercherie globale à plus de 23.000 euros, pour les contribuables .

Dans ce dossier  médical  incomplet envoyé  en juin, on trouvait aussi  le compte rendu d’un  examen EEG de mai 2013…… qui  n’avait  jamais  eu lieu. Le résultat  était dit normal . Ouf !

Ce  nouveau « chantier » ,  à plus de 23.000 euros,  et initié par un « bon franc-maçon »,  avait été  intégralement offert par la sécurité sociale.

Pour ceux qui ont un peu de temps, voici ci-après une vidéo  sous-titrée,  et intitulée «       le marketing de la folie      » La question complémentaire  est : «      sommes-nous tous fous ?    »