La torture autorisée

9 Juil

Lors de  mon hospitalisation j’avais croisé un grand  qui disait être torturé la nuit par un courant qui lui traversait le corps. Son entourage lui avait conseillé de ne pas se plaindre . Croyant aux vertus de la démocratie,  il avait fait le contraire et s’était retrouvé enfermé à l’hôpital , «  sous contrainte » et forcé à une médication  qui provoque  l’apathie.

La décontraction, dirait le corps médical.

Il était ainsi  à la triple peine :
–    Décrédibilisé et transformé par le terme  «  hallucinations «  ou «  délire »  en auteur  de  son  propre supplice dit imaginaire
–    Contraint d’ingurgiter  des produits neuro-toxiques
–    Livré  au retour chez lui , à son tortionnaire qui,  non inquiété, était  donc libre de recommencer
Cela ressemblait  à un cas simple : une  victime , un tortionnaire.

Pour une cible de torture, dire,  fait prendre ce risque d’évacuation médicale, avec en complément celui  des représailles si dire s’accompagne de détails  . Puisque la torture est sans danger pour les tortionnaires  , pourquoi se gêner ?
Pour une cible de harcèlement en réseau, ne pas dire  n’élimine de toutes façons  pas le deuxième risque . En plus de représailles , il y aura des provocations.  Il y a en face de la cible  des tas de volontaires cachés  pour qui les   » provocations »  sont des droits  à alimenter un système d’escalade de l’horreur.

La torture dont il s’agit ici  est immatérielle. Il n’y a pas de contact entre le tortionnaire et son instrument de torture et la victime. Cette torture est  provoquée à distance  par des  projections  d’ondes électromagnétiques qui traversent les murs et le reste. Ces ondes  provoquent de la souffrance et détruisent des fonctions vitales du cerveau et de l’organisme de la personne visée.

A ce jour, les victimes de ce type de torture n’ont reçu comme réponse à leurs plaintes ou sollicitations de reconnaissance , que le silence le plus terrifiant. Les politiques oublient de répondre , pendant que le personnel de base  s’active à détruire les preuves ou  ridiculiser  les victimes , protégeant  ainsi  de fait  les criminels.
Comme si cette torture était autorisée.

On pouvait sans doute  classer  la torture de mes deux dernières  nuits   dans le genre représailles-à -mes- articles-récemment- publiés.

La première nuit , sans sommeil, avait été ponctuée de  paquets de tirs  d’ondes au cerveau et qui  étaient  de type acoustique  ( qui ne traversent pas le cerveau)  toutes  les 40 à 45 minutes. Le cerveau sur stimulé par le bruit strident  porté par les tirs   n’avait ainsi  pas le temps de s’apaiser avant le tir suivant.
Douleur  et  privation de sommeil .

A titre d’information seulement , voici  ci-après le résultat d’une étude faite sous la direction de German Nikolaevitch Fadeev, de  l’Université Technique d’Etat  Bauman de Moscou  et présentée au  7ème symposium     européen   d’armes non-létales       d’Etlingen ( Allemagne)
Elle montre les réactions  de  l’organisme humain  exposé à des  vibrations  d’ondes  acoustiques de basse fréquence  et selon  différentes  puissances  .

Image

La torture de ma  seconde nuit en exemple   était différente . Elle n’avait pas impacté le cerveau comme à l’habitude . Elle était faite de bouffées d’ondes brûlantes qui avaient envahies la chambre  et  visaient  l’estomac.

Pour y échapper j’avais voulu changer de pièce. Impossible . Une onde violente avait alors impacté le dessus du crâne et m’avait fait tomber. Avec l’impression  que  le cerveau avait été comme aplati dans la boite crânienne .*

Et des vertiges avaient pris le relais.
Ce type de torture correspond assez bien  à  une criminalité de proximité avec du matériel  mis à disposition chez des voisins   Comme c’est le cas à Paris XV.
Ici, à Vannes, au- dessus.

* Le blog de Serge Labreze , donne une information et explication de ce phénomène , par l’utilisation d’appareil qui pulse les ondes au moyen de laser ( laser femtosecondes)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :