Tortionnaires, rue Ernest Renan

4 Août

Pour les cibles , si cela peut servir

Les synonymes habituels de tortionnaire, sont  bourreau, sadique, tueur, meurtrier, assassin.
D’accord, ça ne fait pas très vacances , tout ça . Mais les sadiques n’en prennent pas. Au contraire, ils en profitent.

Donc, un tortionnaire est celui qui inflige la torture pour obtenir des aveux ou par pure sadisme . Ici, c’est le  deuxième cas.

Rue Ernest Renan, les tortionnaires dont il s’agit  sont ceux qui propulsent des ondes vers ma boite crânienne, depuis maintenant 15 mois, quand je suis sur place au 22, rue Ernest Renan.
Ils ont déjà été nommés dans des blogs et articles précédents.
JJ Walti ,   fils oisif de ma voisine du dessous, et qui , par ailleurs utilise une chambre au 6ème étage, où je suis. A l’origine : un inconnu.
J. Church, élève  musicien qui a enclenché ma privation de sommeil locale d’abord avec des nuits  complètes de bruit, avant de passer aux tirs d’ondes à travers la cloison. Il a inauguré la torture du cerveau par ondes pulsées à travers les murs : A l’origine : un inconnu
C. Frenove , élève d’une classe préparatoire du lycée Raspail, dit-il . Il  a pris le relais de la torture par ondes pulsées  au cerveau à travers les murs , après le départ de J. Church . Il est mon voisin immédiat. Il pratique la torture  en alternance avec JJ walti qui stocke  le  matériel. A l’origine : un inconnu.

Selon wikipédia
– la torture est l’utilisation volontaire de la violence pour infliger une forte souffrance à un individu,
– elle implique une douleur ou souffrance aiguës , physique ou mentale , infligée intentionnellement,
– elle peut volontairement aboutir à la mort de l’individu , il s’agit alors de supplice qui vise à amener la mort de façon très douloureuse,
( voire à la retarder le plus possible , pour prolonger l’agonie)

Il n’est précisé nulle part qu’il n’y a torture que s’il y a des  traces ou des marques  comme preuves.
Il n’est pas non plus fait état que la torture implique un contact physique entre le tortionnaire et la victime.
Ici, il n’y en a pas.

Les ondes sont pulsées à travers un mur mitoyen ( C. Frenove) , à travers le plancher ou à partir du palier ( JJ Walti)   et la nuit dernière en tout cas , à partir  d’un appartement sans doute  en face ( J. Church)   de l’autre côté de la rue au 17 ,   à environ une vingtaine de mètres. Cela a été fait soit du 3 ème  étage où habite J Church .

Image
Soit du 6ème

Le 2-8 au soir , j’avais croisé J. Church, en attente dans la rue, juste à la suite d’ un guetteur chinois.
Ceci est une pratique connue de sadique. Se montrer dans une situation anodine et avant un acte de torture qui ne pourra pas lui être imputé. Faute de preuve tangible.
Malgré mon état  d’alerte orange  , le choc inouï du tir de 23h30  avait fait sursauter ma tête L’onde violente avait cisaillé le cerveau laissant une indicible  douleur au niveau du lobe frontal gauche. Elle perdure plus de 16 heures plus tard.
Sans savoir si l’énergie du laser propulsé jointe à la température caniculaire de la journée pouvaient faire fondre le zinc de la toiture, j’avais cependant noté ceci  Image

le lendemain matin et qui est nouveau.   L’endroit de cet impact  correspond à la tête de mon lit et à l’emplacement de la mienne.

Si ce tir  violent de 23h30 provenait   du 6ème  étage, j’avais noté  ici,  un jeune homme qui semble  surveiller  ma fenêtre avec une  constance peu discrète.

J. Church habite au 3ème. Mais tous les étudiants des immeubles se connaissent
Par ailleurs,  ma situation montre qu’ils  collaborent à la torture sans raison personnelle  et sans état d’âme.  Et puis , laisser utiliser sa chambre  du 6ème  par un copain  du 3ème, même pour de la torture , n’est pas « faire ». Sans compter que ce système de tir  d’ondes à distance permet toutes les audaces. En plus , la torture infligée n’est pas visible et il n’y a pas les hurlements insupportables d’une personne qui souffre.

Avec une protection sur-ajoutée sur la tête , les ondes suivantes de cette nuit-là avaient été ressenties  au cerveau de manière plus globale. Elles empêchaient néanmoins le sommeil.

Au cours de la nuit, une onde  avait fait onduler le corps  comme dans une crise de tétanie. Elle montrait une origine différente : l’appartement du dessous où habite actuellement JJ Walti.

Le 1-8 au soir vers 21h , par un palier déserté JJ Walti était de nouveau venu  à ma porte  laissée résolument  fermée,  débiter ses  aigreurs et  reproches en boucle. Il avait gagné un « foutez-moi la paix » qui l’avait fait s’étrangler.
Ma nuit , mauvaise ,  avait débuté dès 22H et ma privation de sommeil, douloureuse , était restée  au gré de sa hargne.  Il était seul disponible au 6ème et au 5ème.

Le 31-7 ( tout est dit à l’envers) le tir fulgurant  de 23h visait une oreille et provenait de l’appartement de C. Frenove. Comme la veille.  Le lendemain 1-8, il avait coupé mon approvisionnement en eau, et bien sûr   continué ses tirs d’ondes d’élève de classe préparatoire aux grandes écoles, jusqu’à l’après midi, avant de retourner le matériel chez JJ Walti et de se retrouver à sa porte … claquée dans un courant d’air.
« bonjour »
Ce studieux garçon disait avoir choisi de rester à Paris ( dans une chambre à 27 °c) pour étudier. Pourtant, ses parents ont sûrement une propriété bien ventilée. A Vorges.

On a ici,  aux ordres, un organisateur local de harcèlement et de torture  à temps complet JJ Walti ( 60 ans)  et sans doute payé, Il a réussi, c’est son idée fixe,  à mobiliser les uns après les autres tous les locataires de l’étage ( Slovania, Perpetue, Church, Frenove). Son but , comme celui de son maître , annoncé en toute familiarité de tutoiement menaçant : « on va te faire partir d’ici »
Mes réactions de défense , sans doute inattendues,  leur avaient, à tous,  été insupportables .

C’est notamment  le cas pour J. Church  ,  par ailleurs en contact avec l’employé de Shakespeare and Co qui m’avait escroquée .
Mes réactions  de dénonciation étaient  ensuite devenues des prétextes à vengeance collectivisée, orchestrée et entretenue par JJ Walti.
J. Church  pense peut-être même ses actes de  vengeance  sadique  comme un droit . Pourtant , il a initié la privation de sommeil et la torture à cet endroit. Et s’il s’est pris une claque ( symbolique) ce serait maintenant des conséquences de ses actes qu’il veut se venger.
C. Frenove,  n’a pas grand chose comme prétexte  de représailles à ressasser.  il s’est pourtant  adonné à la torture par ondes pulsées à travers la cloison tout naturellement;

Dans ce contexte d’immeuble , se pose la question de la fourniture et mise à disposition du matériel qui propulse les ondes.

Image

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :