Archive | septembre, 2013

Des médecins

26 Sep

Image

Photographie :  Jeanot Olivet/coll. Vetta/Gettyimages

La vidéo ci-dessous , en anglais, conseille aux individus ciblés  d’éviter toute mention ou allusion au harcèlement en réseau  (HCR) et au harcèlement  criminel électronique (HCE) lors de contacts ou d’échanges avec des médecins inconnus.

http://peacepink.ning.com/video/aaron-alexis-haarp-mind-control-gangstalking-paranoid?xg_source=activity

L’expérience prouve que c’est souvent  un sage conseil à titre personnel. Croire que le personnel médical fonctionnaire admettra que des crimes de torture sont commis délibérément contre des citoyens lambdas relève de l’erreur d’appréciation .Simplement parce que  la victime, une personne ciblée par un réseau de harcèlement , leur est livrée pour devenir leur victime, et sera en tant que telle traitée comme une non-personne.

Parmi les médecins, il en est , qui savent mais surtout qui alertent sur ces crimes ( HCR et HCE) aux conséquences sanitaires graves et coûteuses pour les contribuables.

Ceux que l’on avait mis sur mon chemin récemment n’étaient pas de ce groupe.

Pour mémoire, après une chute dans la rue, j’attendais  depuis trois heures et demi sur un brancard d’hôpital  pour un scanner de  la tête, quand avait déboulé un médecin .  Sans évidente obligation  de politesse, il avait textoté non stop sur son portable tout en improvisant une consultation de questionnement inquisiteur d’une quinzaine de minutes.   J’avais répondu  :  harcèlement en réseau et fatigue par  privation de sommeil  par ondes pulsées à distance depuis 12 mois ( harcèlement électronique) . Aucune plainte ni demande d’aide. Des réponses  que j’assumais comme expression de ma liberté d’expression ou d’opinion.

Mais, curieusement , alors que j’étais là seulement pour un scanner du crâne  qui avait heurté un pavé, le certificat de ce médecin m’avait envoyée tout droit , et par la force,  vers   une incarcération hospitalière de 27 jours, dans un deuxième hôpital.

Là, les suivants avaient dû comme la loi l’impose , rédiger   de nouveaux certificats médicaux, pour s’arroger le droit  de me boucler et de me droguer au Risperdal.

L’articulation de cette manipulation  se trouve    dans :
https://lesharceleurs.wordpress.com/2013/06/05/la-chute/
https://lesharceleurs.wordpress.com/2013/06/05/cest-une-realite-medico-juridique-qui-met-un/
https://lesharceleurs.wordpress.com/2013/06/30/quelques-hallucinations/
https://lesharceleurs.wordpress.com/2013/07/05/le-retro-diagnostic/

Pour comprendre  comment ce type de situation avait pu devenir possible , il y avait donc  les certificats médicaux  et la loi du 4 mars 2002 qui permet d’en obtenir des copies …. Enfin … en général.
Celui des urgences m’avait été transmis sans barguigner. On y lisait ceci :
Image
Soit : « … au moins dix ans, quand « tout a commencé ». Il s’agit d’un complot qui implique les francs maçons (incontournables) et les extraterrestres qui influencent sa pensée par des ondes « électromagnétiques « . C’est extrêmement pénible… Au point qu’elle ne dors (sic) plus depuis quelques nuits…. » ( pour  mémoire, il s’agissait déjà d’environ 365 nuits de souffrance  du cerveau et privation intentionnelle de sommeil)
Des propos  de cinglé grave,   mais que je n’avais pas tenus et qui aboutissaient à un diagnostic facile  final  de schizophrénie , ainsi décidé par Mr DELCHEV au bout de 15 minutes de textotage. L’invention servait la démonstration.

Malgré tout, ce certificat médical  pouvait interroger  sur son auteur ,  autour de   3 questions majeures :
– Mr DELCHEV est-il mal bilobé ? auquel cas , il devrait cesser de croire pouvoir faire 3 choses en même temps : textoter, questionner,    entendre
– Mr DELCHEV a-t-il un problème auditif ? auquel cas , il devrait consulter un spécialiste
– Mr DELCHEV  entend-il des voix ? auquel cas , il devrait également consulter un confrère.

Obtenir les copies des  certificats médicaux de l’hôpital suivant qui avait décidé de mettre « sous contrainte » une citoyenne ( moi) lucide, autonome et qui n’avait pas troublé l’ordre public, avait été une vraie galère.

Image
La première réponse comprenait  un compte-rendu .

Ce compte-rendu  était un  mix malin de descriptions  de situations et faits déformés, d’informations que je n’avais pas données et de  citations de propos que je n’avais pas tenus dans ce contexte. Le tout fondu avec  des diagnostics censés en découler  et dans une artistique confusion.
Ce compte rendu  omettait , et ainsi  dissimulait de nouveau,   deux éléments importants fabriqués par le service lui-même :
1) un certificat spontané de libération fait à la date  où j’avais pris un avocat et obtenu une rendez-vous avec le JLD , à ma demande
2) un avis de recherche par la police judiciaire  ( Capitaine Lambert) et transmis  chez un ami  par MMrs Bekir et Monteil de Maricourt, à qui j’avais précisé que je rentrais chez moi.
Pervers , non ?

La deuxième réponse , toujours sans les copies de certificats médicaux, était faite de courts résumés par Madame KREPS , chèfe de service, et  classés sous des dates charnières.
Ces résumés faisaient apparaître un  trouble  nommé l’hostilité .
Une hostilité qui, pour ce corps médical là,  avait motivé la poursuite de la « contrainte »,  avec ingestion forcée de neuro-toxique, pour un séjour à   23.000 euros pour les  contribuables.
Mais , hostilité à quoi ? Le texte de Mme KREPS ne le précisant pas m’amène aux questions/réponses suivantes :

Hostilité aux relents de vomi dans lesquels j’avais mariné  plusieurs jours suite grâce  au refus du soignant de laver les seuls vêtements souillés dont je disposais ?  Je n’avais pas protesté
Hostilité au dérangement intestinal de plusieurs nuits et jours dus aux neuro-toxiques ingurgités de force  et qui avaient accru ma fatigue ? Je n’avais pas commenté
Hostilité au vol crapuleux de mon passeport d’abord confisqué avec mes affaires personnelles par le personnel soignant ?  J’avais remercié celui qui avait résolu ce problème
Hostilité à un bilan clinique ? Je l’avais accepté
Hostilité à une ridicule  ( ou voulue humiliante ?) VAD ? Je l’avais acceptée
Hostilité à des sorties refusées  pour lourdeur administrative ?    Je n’avais ni commenté, ni  protesté

Après 2 courriers , 3 déplacements vains et un peu de ramdam, les certificats médicaux avaient été mis à disposition.
Image

Pigeonnier d’un bâtiment de l’hôpital

Cela permettait d’apprendre qu’ après 10 minutes d’entretien, et avec un léger toilettage sémantique , Mr FISCHMAN avait entériné en 4 lignes,  l’avis et le diagnostic de Mr DELCHEV ,  médecin auto-déclaré « bon franc-maçon »
Même diagnostic par Mr GAY , prescripteur,  un plus tard,  d’une contrainte judiciaire supplémentaire.
Aussi simple que cela.

On a ici,  à l’usage des cibles de harcèlement en réseau , mais pas seulement , un nouvel exemple de situation manipulée en réseau , et une démonstration réussie de ce que certains appellent la violence froide : celle du stylo qui permet de droguer officiellement , et d’exploser des personnalités, des carrières ou des vies , sous couvert d’une pratique d’ apparente infaillibilité digne des papes d’avant François et garantie par un système.

Publicités

La privation de sommeil intentionnelle

22 Sep

Sleep deprivation is one of the classical means of subjugating an individual

.IMG_2897

La privation de sommeil  intentionnelle est  surtout connue comme préparation à des interrogatoires destinés à obtenir des aveux.
En diminuant les capacités de repos et de  récupération du cerveau du sujet  elle est censée briser sa résistance et diminuer sa capacité de concentration et de réaction donc d’anticipation des questions pièges
La privation de sommeil a ainsi  été  , et est  toujours,  utilisée dans de nombreux régimes dictatoriaux à cette fin.
Elle est moins connue comme moyen de coercition dans les régimes démocratiques où elle est cependant pratiquée.  Et elle  l’est encore moins (connue) comme élément d’élimination, dans ces mêmes régimes démocratiques . Pour le moment seuls les médecins hygiénistes savent et disent que  privation de sommeil , à elle seule, peut entraîner  la mort  .

Les Nations Unies considèrent que la privation de sommeil est une forme de torture .
Il reste maintenant à reconnaître que le harcèlement électronique par tir d’ondes à distance et qui provoque des souffrances inimaginables du cerveau, pour induire la privation de sommeil est également une torture  .

Image

La privation de sommeil intentionnelle peut être totale  ( de 23h à 5h  ou 6h du  lendemain matin ) ou partielle ( de 23h à 2h,  puis de nouveau à partir de 9h ) .

Elle peut être organisée par des nuisances sonores de type coups dans la porte et dans les murs, pétarades dans les canalisations de l’immeuble, musique tonitruante.
Pour moi, la privation de sommeil systématique par musique tonitruante avait été mise en place à Paris par  un élève d’école de musique , voisin de palier   S (ou J ) CHURCH  fin 2011.
Ne le soupçonnant de rien , je lui avais proposé de respecter la limite de 22H . Il avait alors commencé son  ramdam à 22H l’étirant jusqu’à 5 h le lendemain. Une nouvelle tentative de dialogue  à 1h du matin, s’était soldée par sa réponse  pâteuse   » allez-vous coucher » .

En mai 2012,  à Paris,  le jeune CHURCH était ensuite passé au harcèlement électronique , prouvant définitivement son implication active, brutale et sadique , dans le harcèlement en réseau, continué dans les mêmes conditions  par JJ Walti et C. Frenove et …. peut-être lui-même.
Tous, pions instrumentalisés, approvisionnés en matériels et peut-être même en techniciens, comme pourrait l’indiquer cette affichette.

IMG_2907

La porte à ouvrir est celle de l’appartement de la maman  où se trouve ce message,  soit juste en dessous de ma chambre envahie  chaque nuit  d’ondes  qui visent le cerveau . Il y a quelques mois, cette affichette  comportait aussi le numéro de téléphone. ( photo, aussi).

Simultanément, dans mon 2ème lieu de vie à Vannes, un semblable harcèlement électronique avait été organisé, et par des voisin(e)s  et individus tout aussi inconnu(e)s.
Je rappelle que le harcèlement électronique de cette histoire  consiste à pulser à distance des ondes dirigées  ou perçues au cerveau et qui provoquent une souffrance répétée toutes les 5, 10 , 15 ou 20  minutes .

Pour  offrir quelques nuits de repos à mon cerveau, j’avais essayé des nuits d’hôtels sur place à Paris,  avant de  partir en voyages, à travers la France et aussi  à l’étranger  .
Le harcèlement électronique avec privation de sommeil avait été le même partout . Même chez un ami  qui habitait en pleine campagne française  . Le mari fureteur de sa secrétaire m’y avait semblé le correspondant/indic local  * de ce réseau incroyable de harcèlement  mondial .
https://lesharceleurs.wordpress.com/2012/07/16/le-harcelement-criminel-2/  (Islande)

http://etouffoirs.wordpress.com/2013/07/22/liste-des-hotels-2/ ( tous pays confondus)

http://etouffoirs.wordpress.com/2013/08/03/cuba-et-crete/ ( comme l’indique le lien)

https://lesharceleurs.wordpress.com/2013/07/22/buda-et-pest/ ( Hongrie 2013)

https://lesharceleurs.wordpress.com/2013/08/01/au-portugal/  ( Nazaré et Lisbonne)

Pour brouiller les pistes, ce harcèlement électronique  passe, sans régularité,   de tirs lointains que je qualifie de tirs d’antennes relais, à des tirs portés par laser,   des tirs de micro-ondes  simples et  des tirs d‘ondes acoustiques  et provoquant  des  saignements .
Pour ceux qui ne savent pas  ce que vaut à une cible de harcèlement en réseau un passage aux urgences d’un hôpital , il y a
https://lesharceleurs.wordpress.com/2013/06/05/la-chute/

Image

Il y a quelques jours, tombant d’épuisement une fois de plus , j’étais entrée au FIAP, ** prendre une chambre au milieu de l’après-midi. Comme à l’accoutumé, il y avait eu une reconnaissance du corps par « piqûres » avant  des tirs d’ondes lointains visant le cerveau.  Au retour le soir, des tirs d’ondes  brûlants avaient commencé dès 23h, avec des détonations notoires. Le réseau s’était  manifestement organisé en proximité ,  et en comptant , comme d’habitude sur des complicités locales.
La nuit avait été épouvantable.

Ici, au 22ER,  les tirs  d’ondes de type acoustique de la nuit dernière ont commencé  à 1h du matin.

* A cette époque, je n’avais pas eu l’occasion d’observer ou prêter attention à ce que je décris actuellement comme des piqûres ( un système d’ onde attachée au corps)

** Dans la rue, avant d’entrer au FIAP, j’avais été agressée par des « piqûres »  dans le cou et au niveau de la colonne vertébrale

http://www.washingtonwirelessawareness.com/microwave-weapons-cell-tower-radiation-experiments-barry-trower/

Dans  la video n° 3  de ce site , à  1’40, Barry Trower, ancien agent des services spéciaux anglais,  explique qu’un système d’onde peut être accroché sur un être humain et le suivre partout, quelque soit l’endroit.

Addendum

La nuit du 24 au 25 septembre a été une « nuit complète » avec des tirs d’ondes de 23h30 à 6h30  ( mercredi) , en provenance d’appartements voisins ( méthode de l’élimination empirique de l’origine)

L’espacement des tirs avait varié  de 10 à 20 minutes , à cause de mes  tentatives d’évitement sous forme de déplacements.

Chacun de mes  déplacements d’évitement  avaient été  rapidement suivi  d’une  désagréable sensation , que je qualifie par ignorance ,  « d’onde de recherche » et qui donne un vague état nauséeux et suivie par  les habituelles   « piqûres » ,  avant de nouveaux tirs dirigés ou ressentis au cerveau.La sensation était celle d’un éclair qui frappe le cerveau. Les tirs avaient augmenté régulièrement en violence pour s’adapter aux protections que j’avais accumulées.

A ces tirs d’ondes  douloureux au cerveau, s’était ajouté  pendant un moment, un   son ou signal sonore continu et modulé  ( montant puis décroissant ) impossible à éviter .  Comme les tirs d’ondes, il traversait TOUT.

Vol crapuleux en réseau

19 Sep

Image

Il s’agit du vol d’une valise , dans le train , sur la trajet Vannes-Paris. Elle aurait dû faire son trajet complet  , soigneusement  coincée tout en bas des racks à bagages de bout de compartiment.
Plutôt vielle et défraichie, elle n’incitait pas au vol.

Une particularité la rendait cependant facile à détecter pour une crapule commanditée : son  plomb de fermeture en plastique jaune.
La valise a été volée le dimanche 15 septembre.
A l’analyse , il semble qu’elle soit descendue sans moi,  à Rennes.
Le mardi 17 septembre, son plomb en plastique  jaune a été retrouvé, seul,  sur le sol de ma chambre à Paris ,
Ce vol était  donc bien intentionnel, manigancé et forcément en réseau.

Image

Dans  cette nouvelle situation,  le lien entre des  faits ou réactions humaines  de type anodin s’impose comme souvent.
Hors ce contexte particulier de harcèlement en réseau, ces notations relèveraient d’une forme de paranoïa.
Pour une cible de harcèlement en réseau , ce vol  relève  au contraire d’un déficit de comportement paranoïaque.

A compenser autrement.

ENQUÊTE.
– Mon billet avait été acheté au guichet de la gare SNCF de Vannes  , et payé en espèces , deux heures avant le départ du train
Donc , seuls les deux agents  du guichet pouvaient connaître le numéro de mon compartiment
   avec , éventuellement,  quelqu’un qui serait venu écouter cette information derrière moi.
   En 2 heures, le réseau crapuleux , s’était  alors mis en quête d’un correspondant qui prenait ce train venant de Quimper et Lorient

– Lorsque j’étais entrée dans le wagon,  à Vannes, un grand dégingandé s’était précipité sur moi pour me bousculer
Toutes les cibles de harcèlement en réseau subissent ce genre d’incivilités  mineures qui s’accompagnent souvent de coups de coude     dans les côtes et d’écrasement des orteils
Mais cela signifiait  qu’il avait mon signalement et le n° du compartiment où j’allais monter .

– Le grand dégingandé occupait mon siège . Il n’avait pas de place attribuée

– A Redon, première étape de ce trajet ma valise était toujours présente

–  A Redon, le grand dégingandé et sa blonde copine avaient dû rendre d’autres places qu’ils avaient occupées depuis Vannes , sans réservation
Elle,  s’était assise ailleurs , et lui était allé se mettre debout , près du rack à bagages.

– Ils avaient quitté  le train  ensemble à RENNES . Il n’y avait pas eu de contrôle entre VANNES et RENNES.

– Après Rennes, le  contrôleur devant moi à qui je tendais mon billet l’avait refusé, m’annonçant qu’il allait contrôler les autres d’abord.
Nouvelle petite incivilité notoire d’un professionnel  en uniforme , cette fois. Après coup,  et tenant compte du contexte de dissimulation générale, il ne fallait pas exclure l’improbable.

La disparition de ma valise constatée  un peu avant Paris, m’avait amenée à traverser les compartiments proches sollicitant l’attention des autres passagers sur une éventuelle erreur.

– A l’arrivée,   avec cette même l’hypothèse d’ erreur en tête , j’ avais contrôlé le défilé des bagages à roulettes quittant  le quai.
– Depuis, une vérification de complément auprès des objets trouvés  en gare de Paris et de Rennes  donnait ……. Rien

Pas d’erreur. Un vol en réseau.
Un déficit de paranoïa évident qui l’a permis.
Une nouvelle  situation crapuleuse , coûteuse   , et toujours aussi  tordue , non ?

Image

Ci-dessous un lien vers une courte vidéo, proposée  par une cible canadienne et  qui expose   diverses  facettes du  harcèlement en réseau : http://www.youtube.com/watch?v=dbt4ABU5hek&feature=endscreen&NR=1

Le black listage

17 Sep

Image

Le black listage  ou mise sur  une liste noire est une méthode  courante  utilisée en France pour nuire à quelqu’un. Elle consiste  à demander  aux membres  de corporations, communautés  ou groupes sociaux , et par des moyens discrets ou cachés, de maltraiter , par délégation, une personne  qui leur est désignée.
Pour une meilleure efficacité  ,l ‘initiateur ou trice de cette demande  aura éventuellement   proposé   une explication ou une histoire  pour quasiment moraliser sa demande de vengeance et camoufler  sa malignité réelle. Toute justification permettant au groupe de s’apitoyer renforcera  ainsi sa détermination  confondue avec une légitimité à punir collectivement la cible désignée.

En France, chaque corporation, possède ainsi ses listes noires et ses agents vengeurs inconditionnels qui agissent dans l’ombre et souvent sous couvert de leur respectabilité.
Les plus terribles et  finalement dangereux de ces adeptes de la loi du talion appliquée par procuration   sévissent dans les corps de l’Etat où ils ont accès à toutes les informations possibles concernant la cible à détruire. Leur action cachée est la négation même de leur engagement . Elle traduit aussi une  contradiction  fondamentale  faite de cynisme , et  qui consiste à accepter  salaires ou  émoluments  pour appliquer et faire respecter  la loi ou représenter l’Etat  et  alors qu’ils  ( ceux qui participent exclusivement) trahissent en cachette et pour les intérêts  illégitimes du ou des  groupes qu’ils servent en priorité..

Une observation assidue sur ces dix dernières années, a permis de noter l’existence  de correspondants , volontaires pour des maltraitances inconditionnelles ,  des sabotages , des escroqueries ou  des vols prémédités  de cibles désignées, dans des administrations, des sociétés publiques et privées et quelque soit la taille de l’entreprise.

J’en avais  fait les frais chez un huissier avec une secrétaire qui manipulait seule mon dossier qu’elle avait bloqué par un mot de passe,  le rendant inaccessible au patron lui-même.
J’en avais fait les frais chez un fabricant de serrures, qui redoutait sa secrétaire , laquelle avait d’autorité fait faire des copies de clés supplémentaires par l’atelier sur la base d’un bobard.
J’en avais fait les frais ….

Le blacklistage se présente donc bien , dans la plupart des situations de cibles  , comme le papa du harcèlement en réseau fait  de poursuites , d’incivilités et brimades volontaires et appuyées  pour ce qui est du  tout venant, et de sabotages , de dégradations ou de vols,  pour le reste.
.

Le blacklistage et le harcèlement en réseau sont  ainsi basés essentiellement  sur le détournement.
Détournement de fonction, de poste ou de qualité avec abus de pouvoir , dissimulé par manipulation sournoise et complicités à tiroirs.
Les réseaux crapuleux de la base  font le reste.

On trouve une analyse  complète et pertinente  de  cette formation du black listage  qui entraine le harcèlement en réseau  dans le texte du lien ci-dessous

http://rudy2.wordpress.com/ga-le-gangstalking-ou-le-harcelement-collectif/

Pour déceler ce phénomène, il y a les éléments de langage,  et les comportements inadaptés qu’une  cible est amenée à noter et interpréter . Elle peut se tromper parfois , et tant pis, mais rarement tout le temps, quoi qu’en disent ses détracteurs qui sont  aussi des harceleurs.
L’habitude  faite de nombreuses années d’observations , ne rend pas infaillible, mais assurée.

Parmi les phrases retenues il y avait eu , pour moi :

« Il faudra prendre les « emprains »
La concierge de Paris XIV ,
commentant les violations et vols dans mon domicile,
et alors qu’elle quittait l’ étage avec des gants de
feutrine blancs à la main… sûre de n’avoir laissé aucune empreinte

« On va la casser, on va la fatiguer, après on verra »
Enonçant l’existence de réseaux de destruction de citoyens
La fille d’un notaire , lequel avait organisé et couvert un chantier
pour me spolier de mes biens

« Tiens en voila une « 
prouvant l’existence de listes noires transmises à des inconnus harceleurs
Réflexion d’un passant dans les rues de Saint Malo
en me désignant à son compagnon
et alors que je faisais visiter la ville à une amie,
….. effondrée

 » Avec elle , ils vont bien s’amuser « 
prouvant l’existence des réseaux malfaisants locaux
Daniel Cauvert, employé de la société qui faisait mon déménagement s’adressant  à ses deux compagnons de labeur, et après avoir découpé au cutter un pied d’un meuble confié à son employeur et  après avoir fait très exactement le contraire de ce que j’avais demandé pour le positionnement de certains meubles .
Il avait aussi mendié un pourboire.

« Moi, je saurai comment vous détruire »
indiquant d’une part une relation avec d’autres qui avaient ce projet, d’autre part l’apparente assurance d’impunité à se conduire ainsi
Wen Chuan, un doctorant, ancien fonctionnaire  de l’Etat à Taïwan

« Je vais te démolir »
la suffisance du propos surprend
de la part d’un voisin de palier qui dévoilait ainsi les intention locales
à l’intérieur d’une immeuble  où je m’étais contentée longtemps de  » bonjour » ou « merci » avant de commencer à réagir aux violations de domicile et dégradations

Pour d’éventuels détails de situations/exemples , on peut aussi voir la série des articles « chantiers »
http://etouffoirs.wordpress.com/2013/09/17/chantier-disolement-2/
qui avait été écrite en 2011.

La traque

14 Sep

Il s’agit de harcèlement en extérieur,  fait majoritairement par des véhicules  et quel que soit le mode de  déplacement de la cible (moi) . A l’observation , on réalise qu’il est constant. Comme toutes les autres actions de surveillance  ( internet, CB, etc..)  il  est basé sur des habitudes de fonctionnement  de groupes jamais inquiétés, et contribue à donner à la cible une impression d’ absolue  privation de liberté .
Dans le contexte actuel , il sert aussi de moyen de  repérage pour pouvoir mettre en action  des zappings   par ondes pulsées  , et quel que soit l’endroit. Peut-être aussi, au cas où le repérage par « piqûres » se révèlerait plus lent.

https://lesharceleurs.wordpress.com/2013/06/05/les-zappings/

A Vannes , le suivi de poursuite  s’organise  dès ma sortie du parking si je pars en voiture, et montre, encore une fois, une disponibilité  de participants et une généralisation de cette habitude, quasi effarante.
En route pour Arradon, ce jour-là, celui-ci s’était vraiment conduit comme un débutant maladroit.

Image
Celui-là aussi.

Image
Dans le parking de La Pointe d’Arradon, c’est une voiture de vieux  du 60 qui  avait foncé vers moi  pour se mettre en travers de ma route. Le couple rigolait, content  de son anonymat et de  son apparent exploit.
Tout comme ils avaient communiqué pour être informés  de l’endroit d’une cible à embêter , ils avaient dû le faire en retour , avec un message de mission accomplie, ignorant  même sans doute que ça allait servir à bombarder la cible de rayons d’ondes et le plus vite possible.

C’est ce qui s’était passé . Là, au milieu  de la nature et des arbres , dans ma voiture où j’avais prévu une sieste de récupération, les coups  d’ondes ( lointains) au cerveau avaient pu être déclenchés presque immédiatement. Le cerveau ainsi sur-excité  n’avait pas pu  trouver  de repos.

Ce soir-là, j’avais attendu la nuit pour sortir sur la pointe des pieds, sans bruit de serrure ni de porte. Même pas celle de l’immeuble.
Progressant  dans l’ombre des arbres de l’avenue de la Marne, j’étais à peu près invisible. Sauf pour une  voiture blanche aperçue  tout soudain et en maraude. Arrivée à ma hauteur, elle  et son conducteur beur , avait  simplement fait  un Uturn peu discret. Et la farandole des  voitures suiveuses suivantes avait commencé.
Cela indiquait un espionnage à la source et éventuellement à partir de mon appartement.
Arrivée  au Best Western, je n’avais personne sur mes talons, à cause du sens unique sur la place,  mais c’était tout comme.
Dans la chambre, les tirs d’ondes au cerveau avaient commencé à partir de 23h  , venant  de la fenêtre qui donnait sur une cour. Curieusement et presque en même temps, il y avait eu des détonations au niveau de la salle de bain.

Image
A 6h30 le lendemain, ce sont  des bouffées brûlantes dirigées sur  l’estomac, à la verticale,  qui m’avaient fait bondir hors du lit. Compte tenu de l’exigüité des chambres, il fallait avoir glissé l’appareil émetteur sous  le lit de la 211. Juste au-dessus.

Quelque temps plus tôt cette  traque systématique  avait été , comme c’est  souvent le cas,  à base de voitures de fonction. Mon départ de l’immeuble dès potron minet,  n’ avait pu  être signalé que  par la société de nettoyage de l’immeuble   . Et le rodéo  des voitures d’entreprises, s’était terminé avec   CG429WS, celle d’une société d’approvisionnement pour boulangers. Le hic , c’est qu’à 6h du matin, son jeune conducteur attendait, moteur en marche,  loin de toute boulangerie, près de chez moi, et  prétextant s’être arrêté pour téléphoner .
A sa copine  ?  A son patron  ?  qui adorent qu’on les appelle à cette heure là…

Depuis, en forçant sur l’observation, j’avais noté  qu’un motard soigneusement camouflé par son casque  passait systématiquement dans les endroits  où j’arrêtais ma voiture, rues ou parkings, avant d’y envoyer un nigaud faire le boulot de harcèlement de présence  , comme hier soir pour BK713MN.
Ce suivi de  tous mes déplacements n’est,  bien sûr,  pas nouveau . Mais il est important de noter qu’il avait été le même  en  Australie en 2010, en Nouvelle Zélande en 2011 ,  avec  en plus le harcèlement électronique en Islande en.2012 , en Crète en 2012,
C’est un élément d’analyse important .

A Cuba, c’était  tout simplement le gros HUBERT,  un gars de mon  groupe de touristes  qui avait fait  le boulot de harcèlement  , essayant d’entraîner avec lui tous ceux qu’il pouvait.
http://etouffoirs.wordpress.com/2013/08/03/cuba-et-crete/

A ce stade , je ne serais même pas étonnée d’apprendre qu’il avait aussi  apporté avec lui le matériel  d’ondes pulsées qui avait permis de me torturer le cerveau   la nuit , en tous endroits. A chaque escale, j’étais la seule du groupe à n’avoir jamais de chambre attribuée  à l’avance . Après attente, j’étais en général   logée loin du groupe.

Chaque histoire de cible est différente , mais cependant,  je précise ici que Cuba  a la réputation d’être protégé de toute interférence satellitaire américaine (ou européenne),  par elle-même et par  ses copains chinois. Ce qui devrait permettre d’exclure la-bas cette méthode de ciblage pour  matraquage d’ondes.
Par ailleurs au niveau des sensations de souffrance infligées au cerveau par ondes pulsées, mes notes permettent de mettre dans la même catégorie  de sensations,  celles générées par mon ex-voisin de Paris J. CHURCH ( 2012) , celles subies pendant tout mon séjour en ISLANDE (2012) et celles  ressenties de façon tout aussi aigüe , douloureuse   et systématique à CUBA (2012) ,en CRETE (2012) et à l’Amsterdam Court , un hôtel presque pur beur  de NYC (2013)

Dans ces  endroits différents, et en tous cas, on peut donc penser à du matériel semblable …. si ce n’est … le même.

Pour ce qui est des zappings  effectués à bord d’avions, et que j’ai mentionnés à plusieurs reprises , je recommande simplement une lecture  du rapport de  Julianne McKinney, Directrice du Projet de Surveillance Electronique , en date de 1994,   et qui mentionne des témoignages  de faits semblables avec ondes pulsées à partir de matériel embarqué sur des vols, donc par des harceleurs .

Compte tenu des connivences  * diverses pour harcèlement en aéroport, on ne peut pas l’exclure.
http://etouffoirs.wordpress.com/2013/09/14/harcelement-en-aeroport/

Le sujet de cet article était la traque  physique qui aboutit aussi au zapping., Alors voici ci-dessous une information imagée de début de traque tout simple. Cette  journée-là , à Paris, comme parfois, c’est un gamin anodin,  guetteur,  qui avait été chargé de commencer à donner l’information de ma sortie. Paralysé et rouge de confusion , il n’avait pas réussi à fuir la photo. Il s’était seulement assis;

Image

* Pour mémoire ,  dans des articles précédents j’avais raconté l’anecdote du vol de ma pièce d’identité par un employé de la sécurité à Roissy et plus tard le dépôt , au niveau  d’une poste de la sécurité d’Orly, d’un mien  CD volé quelque temps avant dans ma voiture , à Vannes.

A la façon plus anodine d’un harcèlement de brimade ridicule on peut aussi voir :

http://etouffoirs.wordpress.com/2013/07/20/air-france/

Le gougnafier du XVème

11 Sep

Selon une signature et une tradition qui lui sont propres, le gougnafier du XV ème, qui ne semble penser qu’à moi,  et passer son temps chez moi à la recherche d’une nouvelle occasion de saccager  , y était entré encore une fois ,  pendant une de mes dernières  absences, pour faire ceci :

ImageVoici la même , vue dans un autre sens.

Image

Ces chaussures étaient à portée de ses mains . Sur le sol de la pièce.

Cela rappelle naturellement ce que l’on voit, fait par le même , à la même adresse , et il y a plusieurs années , sur :

https://lesharceleurs.wordpress.com/2013/06/30/quelques-hallucinations/

Pour faire diversion par rapport à la situation criminelle en place  , il fouille également dans mes poubelles déposées , dans les containers de la cour . Il  en rapporte quelques débris sales ,  qu’il dépose chez moi,  par terre ou  qu’il fixe  contre les murs. Pour entrer ainsi, il lui faut un double de clés que je n’ai jamais donné à personne.

Ceci a été trouvé lors de mon retour à Paris le 15 septembre 2013

Il s’agit d’un miroir , retrouvé cassé

Ce nouvel exemple de violation de domicile avec dégradation  sert seulement à illustrer l’acharnement des crapules qui se donnent le droit de maltraiter une citoyenne , et sans être inquiétés, pire , en étant protégés, 

Ils  refusent  à leur victime le droit  de réagir et  passent leur temps en escalade systématique de représailles

IMG_2837

Nouveau

IMG_2930 2

VANNES, cuisson aux micro-ondes

9 Sep

Image

A Vannes, ma  nouvelle voisine  du dessus m’attendait.
Elle avait commencé à me suivre à l’intérieur de chez moi  au moyen « des piqûres « 
Je rappelle ici que les « piqûres «  sont des projections d’ondes sur un être humain . Elles sont sans doute en résonance avec les ondes du corps .  Elles sont contrôlées par un logiciel. Cela permet de déterminer la position et le positionnement du corps de la personne, pour ensuite balancer des ondes encore plus nocives .

Cela est monstrueusement illégal , et constitue une privation de tous les droits constitutionnels d’un être humain.
Contrairement au bracelet électronique qui est un contrôle/sanction d’une personne  et encadré par la loi, le suivi par  piqûres est un système arbitraire de marquage  d’un être humain, considéré pire que du bétail défendu par des associations. Ce système ne relève que la décision et du caprice de sadiques criminels en bandes organisées.

Cette voisine , donc, sorte de matonne locale,  dédiée, avait fait sa recherche et mon suivi par piqûres à partir de
de son appartement juste au dessus,  même sur la terrasse .

radarXaver 400 compact- Radar portable pour voir à travers les murs

Les ondes pour « piqûres » ainsi envoyées étaient  appuyée et lourdingues.  Cette femme se conduisait comme s’il s’agissait d’un vrai boulot payé.

J’avais fini par sombrer dans un  tardif sommeil un peu comateux  qui  s’était terminé par un sursaut et une douleur traversante du thorax.
Des bouffées d’ondes brûlantes   et en continu étaient en train de me cuire les poumons à la verticale  … comme avec un four à  micro-ondes.
J’avais râlé,  demandant l’arrêt immédiat de ce four à micro-ondes.

Image                                                                                                 Four normal

Image                                                                                                                Four bricolé

Ses copains  du réseau criminel  de Vannes avaient rappliqué  quelques minutes plus tard,  à deux voitures . Ils avaient  mis en fonction  des nuisances acoustiques de remplacement, dont certaines dans les canalisations de l’immeuble ,  avant de filer dans la nuit. ..  emportant sans doute leur mortifère    four  à micro-ondes transformé en arme  contre un être humain.

Image
Il faut 25 euros pour ajouter un tunnel  meurtrier à un four à micro-ondes existant.Le mode d’emploi est inclus  dans ce coût du kit ci-dessus vendu sur internet.

Cette femme , couverture et  complice manifeste  du réseau des assassins locaux, avait continué son incessante surveillance passant avec moi de l’appartement à la terrasse.
Dans cette histoire criminelle où rien n’est laissé au hasard, on peut raisonnablement penser  que  cette nouvelle résidente de l’étage  n’est , justement , pas là   par hasard.

Plus de 12 heures plus tard la douleur de brûlure irradiait toujours la cage thoracique et le dos.

Image