Criminalité en duo

7 Sep

Dans la nuit du 6 au 7 septembre  2013 , les tirs d’ondes  avaient  eu  deux origines différentes  et concomitantes.
Ceux venant du studio du jeune Frenove, à ma droite , étaient « pointus » ( pointés/concentrés = laser ?) . Le second tir   venant de cet endroit avait fait tomber la paravent de ma pièce  posé  contre notre cloison mitoyenne.

La méthode de camouflage de l’ activité  de celui-ci , repose sur le fait qu’il semble prendre le matériel le soir , s’en débarrasser le lendemain et s’abstenir quand il a de la compagnie.
Les tirs en provenance de l’appartement Walti , juste en dessous étaient de type brûlant. L’un d’entre eux avait cramé la feuille d’aluminium  que j’avais placée sur le sol . L’opérateur ici, se croit intouchable, parce qu’employé d’un frère, lui-même frère du commissaire du quartier, lui-même relation du député-maire de l’arrondissement qui , comme premier magistrat local, n’a jamais répondu à mes courriers sur l’insécurité : une affaire de frères.

Image

Sur une vidéo du site des victimes canadiennes du harcèlement électronique ,
http://targetedindividualscanada.wordpress.com/
on peut  voit plus clairement ,   la forme et la taille  du pistolet à micro-ondes couramment utilisé par des criminels de proximité

Sur les sites en langue anglaise  dédiés au harcèlement électronique , on apprend aussi qu’un simple four à micro-ondes modifié peut être utilisé  en voisinage . Sa puissance serait de 800 watts . Les micro-ondes peuvent aussi être pulsées à très basses fréquences ( quelques Hz,  en résonance  avec les ondes  du cerveau et de  l’ADN du corps) . Il suffit pour cela d’ajouter un moulinet  en sortie de faisceau .

ImageImage

Sur : https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=dR6-kNAWdL4  , on voit les dégâts provoqués par les matraquages d’ondes ,  sur les visages  des victimes  de ces crimes de haine ,  pour le moment autorisés France.

Cette vidéo m’avait incitée à une retour vers mes notes prises chez une voyante quand je cherchais à comprendre autrement.  Elle  avait dit   » ils veulent vous défigurer » et que j’avais cru devoir faire  corriger   » vous voulez dire me balafrer ? » Elle avait  seulement  répété  l’air horrifié   « Non, ils veulent vous défigurer » . J’avais alors pensé qu’elle déraillait un peu.

Mais , avec le matraquage non stop  d’ondes électromagnétiques au cerveau  depuis 15 mois  , et une tentative d’enfermement long terme , assortie d’une menace bizarre  de l’employé des frères  ( https://lesharceleurs.wordpress.com/2013/08/22/menace/)
il fallait comprendre que quelque chose ne tournait pas rond, chez quelques uns d’entre eux.

Pour protéger les cibles , ou du moins celles qui peuvent l’être,  il y aurait donc urgence à  prévoir pour prévenir .

Il existe ailleurs, notamment dans certains états des US des lois interdisant  la possession et l’usage privatifs  d’appareils propulseurs d’ondes . Cela , d’une part,  reconnaît le phénomène, d’autre part permet de sanctionner des utilisateurs connus par des plaintes nominatives.

(1) Michigan – Public act 257 of 2003 makes it a felony for a person to “manufacture, deliver, possess, transport, place, use, or release” a “harmful electronic or electromagnetic device” for “an unlawful purpose”; also made into a felony is the act of causing “an individual to falsely believe that the individual has been exposed to a…harmful electronic or electromagnetic device.”
(2) Maine – Public law 264, H.P. 868 – L.D. 1271 criminalizes the knowing, intentional, and/or reckless use of an electronic weapon on another person, defining an electronic weapon as a portable device or weapon emitting an electrical current, impulse, beam, or wave with disabling effects on a human being.
(3) Massachusetts – Chapter 170 of the Acts of 2004, Section 140 of the General Laws, section 131J states: “No person shall possess a portable device or weapon from which an electrical current, impulse, wave or beam may be directed, which current, impulse, wave or beam is designed to incapacitate temporarily, injure or kill, except … Whoever violates this section shall be punished by a fine of not less than $500 nor more than $1,000 or by imprisonment in the house of correction for not less than 6 months nor more than 2 1/2 years, or by both such fine and imprisonment.” (Wikepedia)

La FRANCE  n’aurait donc que l’embarras du choix des termes en traduction pour proposer une loi.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :