« Ta gueule , connasse. Je vais t’enculer »

9 Jan

 

Ceci est un nouvel exemple de harcèlement en réseau et  harcèlement électronique,  protégé et autorisé .
Ces propos orduriers sont ceux de mon voisin qui se dit employé par l’armée . .. et qui semble jouer toutes les  nuits et souvent le jour avec du matériel qui pulse des ondes électromagnétiques .

Il réagit souvent au bruit , qui doit faire râler la maman.. qui pourrait l’arrêter .  A ce jour,   c’était en effet  la seule méthode qui m’avait permis des pauses de quelques dizaines de minutes, arrêtant momentanément ces tirs d’ondes  épuisants et douloureux.

Image

Cette soirée-là avait commencé par des tirs  sans doute au laser ou avec un matériel  de HPM (High Power Microwave) . L’énergie brûlante pulsée  traversait absolument toutes les protections imaginées.
Mon poste de radio en avait claqué. Mes oreilles étaient en bonne voie. Je n’entendais plus que  leur effrayant sifflement.
Après beaucoup de ramdam,  De Certaines  , à l’origine de « mon » harcèlement dans cet immeuble avait fait  cesser ce style de torture . Qui peut le plus peut le  moins.
Malheureusement , l’énergique  J-J Walti était repassé aux tirs de micro-ondes pulsés avec un matériel sans doute programmé, car il avait réintégré le 6ème. Comme d’habitude, les tirs d’ondes visaient la tête et donnaient en plus  l’impression que la cage thoracique allait imploser.

A 1h30 du matin , j’étais sortie lui demander de stopper les tirs en provenance du dessous. L’appartement de la mère.
Sa réponse avait été une menace de cour de récré «    Si je sors d’ici ( sa chambre) tu vas t’en prendre deux   »
Il était sorti, avait agrippé mon blouson avec ses «   deux   » et m’avait lancée dans le couloir. Cinq mètres plus loin ma tête avait heurté la paroi. J’avais perdu connaissance.
Revenue à la vie, j’avais repris une station de bipède. Il s’était précipité pour m’arracher mes lunettes et les jeter au sol. Le lancer de femme ne lui avait pas suffi.

IMG_4496

décision du Tribunal correctionnel de Marseille

Ma demande d’arrêt des tirs apparemment programmés ,  et restée la même, avait déclenché un vieux disque rayé «    ta gueule , connasse ,   » terminé par une devenue-habituelle menace d’enculage et un claquage de porte . Donc  » je vais t’enculer » . Un style très Paris-15ème, homme de main du frère de l’endroit.

Avec une douleur à l’intérieur de la tête qui avait empiré, je m’étais résignée aux urgences d’un hôpital.
L’attente avait été ponctuée de piqûres/repérage aux pieds.

Les piqûres sont la conséquence de « l’accroche », un train d’ondes électromagnétiques bloqué sur une cible. Ces ondes , sans doute activées à distance, produisent cette sensation précise de douleur aigüe comme si une aiguille s’enfonçait progressivement dans la chair, et  appelée « piqûres » . Il n’y a cependant aucun contact d’un objet quelconque avec la chair . Les piqûres, donnent une information retour vers l’émetteur , et permettent donc le repérage de la cible  Cela permet de déclencher une recherche ou un suivi humain en indiquant le lieu où se trouve la cible , pour savoir ce qu’elle fait et ce qu’il faudra faire pour détourner son action.

Ce qui pouvait expliquer le passage d’inspection de deux beurs successifs, en salle d’attente entre 3h et 5h du matin. Le premier d’entre eux  était  même repassé 3 fois. Dans cette histoire militaro-maçonne,  le réseau beur aux ordres est omniprésent .

Côté   salle des urgences,  au milieu de pieds écrasés, d’un nez qui pissait le sang et d’une dame qui risquait de cracher des bouts de poumons à chaque quinte de toux, j’avais une nouvelle  fois expérimenté  deux  des épreuves des cibles de harcèlement en réseau   : l’absence de spectaculaire, et  le détournement des faits.
Le certificat médical  délivré par un responsable qui me tournait le dos, ne mentionnait pas ce  dont je souffrais .
Il faut penser, ici, que les beurs/inspecteurs avaient servi à cela .

Une des préoccupation des auteurs de cette histoire est l’évitement et l’effacement des preuves.

Dans la rue, il y en avait un autre.  Un beur suiveur.
Entrée dans un hôtel à 6h du matin, je n’avais pas vraiment été surprise d’un tir d’ondes de type antennes-relais, à peine vingt  minutes plus tard.

Et, j’avais promené ma douleur dans la tête tout l’après-midi .

Rentrée chez moi en fin de journée, j’y avais trouvé ceci  sur un détecteur non connecté à l’électricité ( piégée)  * :
Image
Pendant mon absence, la chambre avait été saturée d’ondes ELF ( très basses fréquences ) de 6,6 Hz . C’est la très exacte fréquence qui induit des dépressions.
La valeur en nanoteslas est indiquée sous la fréquence ( 9836)  et non pas en gros caractères, parce que  l’appareil avait été configuré  pour un % en unité tesla et indiqué ailleurs.

Ces ondes ELF sont majoritairement pulsées, ici,  par des micro-tirs en provenance de l’appartement WALTI  et par les canalisations de l’immeuble. Ce qui s’était vu et fait avec la  participation de De Certaines.

https://lesharceleurs.wordpress.com/2013/06/05/coupure-deau-pour-tirs-dondes/

Il est probable que le circuit électrique  piégé et détourné soit le 3ème moyen utilisé ( CPL = courant porteur en ligne). Ce qui expliquerait la précision  de  la fréquence 6,6Hz, par exemple.

A partir de 22h , les ELF étaient dans la gamme des 10Hz.
Vers 23h30, J-J Walti, toujours  grâce à l’utilisation de l’appartement de sa mère, était repassé  à ses tirs de micro-ondes et ré- ajustés en fonction de l’emplacement déplacé de ma tête. Non-stop.

On a bien là, dans cette histoire, une criminalité organisée localement avec des participants  connus et qui veulent même être reconnus croyant induire la peur par des méthodes terroristes.
Cette criminalité est  approvisionnée en armes électromagnétiques dites non létales par un réseau  extérieur de traite d’êtres humains   ( militaires ou mafieux)   qui pratique le marquage de citoyens  tels des animaux ou des objets à l’aide d’ondes  (« accroche »).

Dans « mon » histoire les attaques par les ondes ont visé majoritairement  le cerveau , qui a beaucoup souffert, littéralement, contrairement à ce que l’on trouve souvent  indiqué dans des études de spécialistes..

Ici,  ce réseau qui marque des êtres humains pour les suivre et  torturer en tous endroits   avait  livré une citoyenne lambda, (moi) à des bourreaux bourgeois du XVème arrondissement de Paris . Habitués.

JJ Walti, est l’homme de main de D- C——– dans cet immeuble. http://etouffoirs.wordpress.com/2013/07/14/un-pervers/

Il multiplie en plus des injures,  les provocations dissimulées, pour prétendre ensuite  à des prétextes de représailles. Classique

Une de ses dernières provocations, non signée,  et que j’avais affichée dans le hall de l’immeuble ,  et  retrouvée à un endroit différent,  est comme suit.

Image

Ceci est  le niveau  des comploteurs ,  et celui où l’on essaie d’entrainer une cible.

On peut y ajouter ceci , trouvé  collé sur la porte de J-J Walti. Le texte était précédé de mon nom de famille  . SANS civilité. Il amène la question simple  : Qui autorise ?

IMG_4183

Car je ne raconte pas Clochemerle.

Il s’agit  ici de MALTRAITANCE organisée  et mise en oeuvre depuis SIX ans dans cet immeuble, et avec violations et saccages incessants de mon espace privatif .

Il s’agit de TORTURE par ondes pulsées  depuis des appartements voisins  de jour comme de nuit , non-stop, depuis  dix-huit mois .

Qui dans cet immeuble,    s’autorise une coupure d’eau  sur partie privative pour  des tirs d’ondes par les canalisations ( parties communes)   ?  https://lesharceleurs.wordpress.com/2013/06/05/coupure-deau-pour-tirs-dondes/
Qui ordonne à une propriétaire (moi) d’ouvrir « sa »porte ?   https://lesharceleurs.wordpress.com/2013/12/07/dans-la-nuit/

Qui est capable de faire cesser une partie de « ma  » torture par énergie pulsée à distance, …?

 * Electricité piégée

Cette information avait été explicitée avec des exemples  dans un blog précédent. Cette fois cela s’est passé comme suit :
Le 7-1-14 au soir, j’avais écrit deux lettres de plainte en utilisant l’électricité pour recharger mes appareils. L’une de ces plaintes  s’était retrouvée manipulée. Elle avait été amputée de plusieurs lignes et la mise en page avait été changée.

Donc lues par le réseau de harcèlement à mes trousses.  L’apparente connaissance du contenu de ces plaintes avait entrainé une incroyable effervescence  dans le studio FRENOVE et des bricolages intéressants au niveau de « mes » prises de courant sur la paroi commune.

Depuis la lecture  évidente de ces plaintes par mes voisins harceleurs, même J-J Walti  prétend   ne rien avoir à faire avec toute cette histoire…. mais continue ses tirs nocturnes d’ondes électromagnétiques . Accro.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :