Torturer et éliminer par les ondes

15 Mar

Image

Mon arrivée dans l’immeuble de Paris avait été très rapidement suivie d’une escalade de pétarades dans les canalisations de l’immeuble . Et l’atmosphère était  passée de bruyante à insupportable avec maux de tête, état nauséeux et étourdissements.

Comme l’opérateur habituel des pétarades  faisaient des travaux dans une chambre en face, il fallait en déduire  une programmation  de l’appareil ou à un déclenchement à distance de ces joyeusetés . Par  zappette,  ou portable .

Le  13 mars  au soir, une petite boule de kleenex avait frissonné quelques secondes. Elle était  juste  sous mon nez,  mais surtout en  face du trop plein de  l’évier.  Secouée par un tir d’ondes venant  des canalisations, elle avait bougé de toutes ses formes.

Cela rappelait bien sûr une planche tombée toute seule , quelques semaines plus tôt et une pelle à poussière éjectée avec vigueur de son étagère à 60 cms du sol, vers la même période. Les deux phénomènes ayant pour origine des tirs d’ondes à travers les parois.

De quoi envoyer toute personne non prévenue  chez un désenvouteur ou un exorciseur à 200 euros la séance.

Cette nuit-là avec une précision toute militaire  et qui suppose le matériel en conséquence ,  alors que j’étais dans mon lit, des tirs avaient fait tressauter un bras et une épaule avant de viser la nuque. Tout simplement. Le tireur était confortablement installé dans l’appartement de Mme WALTI-GRACIEUSE.

Puis selon une méthode habituelle qui se veut de déstabilisation , les détonations étaient  plus tard venues du côté du studio Besagni/Frenove . L’occupant  du lieu avait quitté en catimini  vers 7h15, le lendemain.

Dans ma chambre ,  pendant cette nuit du 13-14 un détecteur couplé à un enregistreur audio synchro avait donné  ceci,

Image

et qui avait été mis en ligne à

http://etouffoir.blogspot.fr/2014/03/harcelement-en-reseau-harcelement_14.html

dans la journée du 14-3
L’observation montrait que l‘augmentation des champs électromagnétiques nocifs était bien synchro avec les pétarades .

Par ailleurs , pour éviter toute erreur  quant à l’origine de ces valeurs dangereuses ,  ce soir-là de nouveau, le compteur électrique avait été coupé  pour la nuit, et la fenêtre  de la chambre recouverte de plusieurs épaisseurs de feuilles d’aluminium.

Vers 6h du matin  le 14-3, une aiguille s’était soudain enfoncée de plus en plus profondément dans la chair du gros orteil à la limite de l’ongle.
Sauf qu’il n’y avait pas d’aiguille. Il s’agissait là , de la -maintenant- habituelle sensation de « piqûre »  mais dans sa forme sadique.

De mon expérience de torturée, j’avais déduit que les « piqûres » , sensations innommables de marquage de cible servent à géolocaliser . Ici, ce matin-là, c’était l’équivalent de la brûlure des plantes de pieds. Un acte sadique gratuit.
https://lesharceleurs.wordpress.com/2013/11/20/quelques-photos-de-brulures/

Le 14 au soir, le tireur fou du 22 rue Ernest Renan avait dû contourner mes nouvelles parades.  Et, il avait rôdé tout un moment avant de réussir des tirs au cerveau ( le mien) en se plaçant côté studio Besagni/Frenove.
La détection pour cette nuit du 14 au 15 donnait ceci :

Image

Mais il s’était de nouveau énervé à partir de 6h du matin  ce 15-3 avec des tirs à la tête et d’autres dans les canalisations et qui montraient ceci.
Image

La comparaison des deux tableaux  de nuit  , avec au milieu la mise en ligne d’1 article sur étouffoir  économise les commentaires.

Petit supplément, pour information complémentaire
Vers 12h45 , je m’étais allongée sur mon lit positionné contre la cloison commune avec le studio Besagni/Frenove. Quelqu’un était entré dans ce studio très vite. Et les tirs d’ondes , style  coups de fouets  vers la tête et le cerveau  avaient commencé dès que j’allais sombrer dans le sommeil.
Mais cela pourrait  encore être une coïncidence du à l’amalgame : position allongée= endormissement

Le 15 à 13h15
On note que ces tirs d’ondes ( 2Ghz) qui correspondent aux coups ressentis par le cerveau,  ne généraient pas de champs électromagnétiques importants .

L’appareil propulseur de  HF n’était sans doute qu’à 30 cms de la tête . Mais Il était aussi et  peut-être différent de celui qui est utilisé pour les tirs dans les canalisations, lesquels  avaient continué en même temps de façon sporadique.
Auquel cas, cela donnerait pour le moment, au moins 3 types d’appareils différents utilisés ici pour torturer.
Il est évident, une nouvelle  fois,  que ce studio est à  la disposition totale du réseau criminel local. Comme l’appartement en dessous.

SAMEDI 15 MARS 2014 – J-J WALTI m’a interpellée sur le palier  au moment où je sortais et pour m’annoncer  une plainte en diffamation passible de X années de prison et , selon lui, 45.000 euros de pénalité. Lorsque j’ai parlé,  j’ai eu droit à « TA GUEULE » et un claquage de porte.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :