Archive | mai, 2014

La torture électronique

26 Mai

24 septembre 2014 –

On apprend que les vidéos mentionnées ci-dessous n’existent plus sur internet.

**********

Par Béatrice El Beze  http://beatrice-el.beze.over-blog.net.over-blog.com/

et Peter Mooring  https://stopeg.com

Cette première médiatisation française d’un crime commis contre des citoyens civils innocents et sans importance a été rendue possible par une initiative courageuse du réseau VOLTAIRE

Partie 1/4

Partie 2/4

Partie 3/4

Partie 4/4

La communauté des individus ciblés français recense une cinquantaine de personnes sur un site international de victimes de torture électronique . Son intérêt commun tourne autour d’une horreur : la torture et les moyens d’y faire face ou de s’en protéger un peu. La compassion de compréhension y est souvent le ciment qui évite l’écroulement ou le suicide. Car la souffrance des individus ciblés est monstrueuse et invisible.

La torture qui leur est infligée par des inconnus est continue, systématique et aussi bien physique que psychique. Elle est destinée à rendre fou ou pousser au suicide et relève d’un assassinat programmé , encadré par certains membres des forces de l’ordre et bon nombre d’ élus de ce pays.
Les pires ennemis des individus ciblés sont les psychiatres hospitaliers qui, avec eux, entendent seulement résonner le doux bruit du tiroir caisse et de l’expérimentation cautionnée.

Le matériel utilisé pour torturer les individus ciblés relève des technologies liées à la science physique et notamment aux ondes ( RF, micro-ondes, infrasons, ultrasons) qui sont pulsées à distance et traversent les parois et toutes les protections pour brûler le corps de l’intérieur, priver de sommeil et détruire le cerveau..

Ce matériel est souvent entreposé en proximité et utilisé par des réseaux criminels incluant des psychopathes graves, des camés, des imbibés, des soudoyés.
Derrière , comme marionnettistes, il peut y avoir des expérimentateurs , autres criminels qui utilisent des cerveaux d’êtres humains comme s’ils en étaient propriétaires.

C’est un autre cas de figure connu, surtout documenté aux Etats unis et depuis plus de 50 ans, et peu exposé ou discuté en France.
Il s’agit pourtant d’une horreur monstrueuse et qui ne soulève même pas l’indignation des francs-maçons  humanistes aux plus hauts postes du pouvoir.

Pour se rappeler les dégradations psychiques entrainées par les sévices physiques infligés on peut lire le passage suivant , en traduction libre du texte de Sam Vaknin : The psychology of torture ( La psychologie de la torture)
Le texte original et en entier se trouve à http://www.hotlib.com/articles/show.php?t=The_Psychology_of_Torture
« Il y a un endroit qui garantit la vie privée, l’intimité , l’intégrité et  l’inviolabilité , c’est le corps , un temple unique et un territoire familier de sensations,  fait d’une histoire personnelle .
Le tortionnaire envahit , souille et profane ce sanctuaire . Il le fait publiquement , de façon délibérée, répétée , souvent de façon sadique et sexuelle , et avec un plaisir non dissimulé . Il en résulte des effets envahissants , durables , et , souvent irréversibles .

D’une certaine manière , le corps d’une victime de torture devient son pire ennemi . D’ atroces douleurs corporelles obligent la victime à changer, son identité se fragmente , ses idéaux et ses principes partent en lambeaux. Le corps devient un complice du bourreau , un moyen continu de communication, un territoire empoisonné par la trahison.

Le corps n’est plus qu’ un lieu de dépendance humiliante à la violence de l’agresseur . Les besoins corporels de sommeil , toilette , nourriture, boisson deviennent les causes directes de la dégradation et de la déshumanisation de la victime qui vit la bestialité de sa condition dans sa chair plutôt que par le sadisme ambiant.

Le concept de «corps» peut facilement être étendu à la «famille» , ou «maison» . La torture est souvent étendue aux proches , aux enfants , aux compatriotes et aux collègues de travail. C’est destiné à casser tout les habitudes et les liens sociaux, comme c’est expliqué dans un des manuels de la CIA. La cohésion de l’ identité dépend absolument des habitudes dans leur forme linéaire . En s’attaquant au corps biologique et au corps social la torture entraine une dissociation du mental de la victime .

Dans  » éthique de l’indicible : les survivants de la torture dans le traitement psychanalytique » Beatrice Patsalides décrit ce type de métamorphose en ces termes :
 
 » Par l’écart qui se creuse entre le « je »et le« moi » , il y a augmentation de la dissociation et de l’aliénation . Transformé en objet sous la torture, le sujet a perdu tout sens de l’intériorité , de l’intimité et de la vie privée . Le temps n’existe qu’au présent , sans la perspective d’avenir qui permet un sens de la relativité. Les pensées et les rêves attaquent l’esprit et envahissent le corps , l’enveloppe protectrice des pensées qui donne un espace de respiration entre les pensées et ce qui est pensé et permet de faire la différence entre l’intérieur et l’extérieur, le passé et le présent n’existe plus.

 » la torture prive la victime des modes les plus fondamentaux de relation à la réalité et, par conséquent , est l’équivalent de la mort cognitive . L’ espace et le temps sont déformés par la privation de sommeil . Le soi ( «je» ) est brisé . Le torturé n’a plus rien de connu pour s’y accrocher : famille , maison, effets personnels , proches , langue , nom . Cela entraine une perte d’adaptabilité et du sens de la liberté . Le torturé se sent étranger – incapable de communiquer , de contacts, d’attachement ou de relation d’ empathie .

La torture fait voler en éclat les fantasmes narcissiques grandioses de l’unicité , l’omnipotence , l’invulnérabilité , et l’impénétrabilité de la petite enfance . elle accroit un fantasme de fusion avec une surpuissance idéalisée et omnipotent (mais pas bénigne ) autre – . Les deux processus d’individuation et de séparation sont inversés.
La torture est l’acte ultime de l’intimité perverse . Le tortionnaire envahit le corps de la victime , imprègne son psychisme , et possède son esprit . Privé de contact avec les autres et d’interactions humaines , le torturé est seulement dans la dépendance du tortionnaire . et souffre d’un trauma semblable au syndrome de Stockholm.
à la recherche d’un espoir et d’une quête de sens ……

…………………………….

L’anecdote racontée par Peter Mooring à propos des phares de voitures et de la question liée posée au cours d’un jeu vidéo m’avait fait penser à une mienne situation avec témoin.
J’étais passée chez un très bon ami pour lui expliquer mon silence prolongé et faire le point avec lui, en sollicitant un avis bienveillant mais extérieur.
Pour cela j’avais détaillé le système de « l’accroche «  * qui expliquait aussi des situations plus lointaines, dont il avait également été témoin dans une incompréhension gênante et partagée. Tout naturellement était venu un questionnement sur une éventuelle expérimentation humaine criminelle et une prise de possession tout aussi criminelle de mon cerveau.
Puis nous étions passés à autre chose , regardant des photos de famille sur son ordinateur . Et soudain, toute la hauteur de l’écran avait été occupée par deux lettres rouges en caractères gras

Hz

faisant naturellement référence aux histoires d’ondes que je venais de lui raconter.
Il ne s’agissait pas , bien sûr, de contrôle mental, seulement de l’écoute de notre conversation précédente dans son appartement, par l’intermédiaire de sa ligne téléphonique ou de sa live box connectée en continu.
Il y avait là , aussi, une volonté de  me montrer et prouver une surveillance non stop et des moindres détails, et aussi d’effrayer cet ami. Il est le malheureux propriétaire  d’une pile de cardiaque.

Dans l’article de Juliette Volcler  » Le son comme arme » que l’on trouve à http://www.article11.info/, on apprend que l’onde de résonance du coeur est 78 Hz.
On y lit aussi que « l’oreille peut subir des dommages à partir de 85 dB. »
Le lundi 26 mai au matin , alors que j’avais trainé mon couchage en extérieur sur le sol du balcon pour éviter les brûlures de l’estomac aux micro-ondes subies couchée sur le sol de la salle de bain , j’avais été bombardée de tirs soniques avec des valeurs en dB, autour de 88 dB .

???????????????????????????????

Photo prise dans l’exaspération

Le soir du même jour, cachée sur le sol du salon, entre le mur et le rempart fait par mon lit, j’avais attendu moins de 20 minutes pour sursauter sous un tir sonique de 22,5 KHz pour une valeur de 60 microTesla.

Le signal de VLF 22,5 KHz était peut-être porté par des HF ( hautes fréquences) . Car un autre détecteur avait enregistré au même moment un saut de fréquences HF

???????????????????????????????

Autre photo prise dans l’exaspération

Le reste de la nuit avait été une cuisson moyenne avec des valeurs de CEM ( champ électromagnétique)  allant de 30 à 100 microW/m2, et une réveil sur fond de douleurs brûlantes à l’estomac éructant et aux intestins pétaradants.

* ‘ l’accroche »  est un faisceau d’ondes bloqué sur un individu et qui permet n’importe quelle manipulation du cerveau  de l’infortuné. Le faisceau d’ondes peut être envoyé par les antennes relais, ou par un radar. Ce phénomène est explicité  à travers des vidéos par Barrie Trower, ex-agent du MI5 britannique et  par des sites en  langue anglaise.

Le schéma  indicatif ci-dessous vient du blog de Serge Labreze

IMG_6324 - accroche

Réveil aux micro-ondes

24 Mai

La nuit dernière, comme toutes les autres , avait été douloureuse .
Selon mes notes, et après vérification des détections enregistrées, les tirs visant systématiquement la tête correspondaient à des sauts soudains , en 10 secondes , de signaux hautes fréquences. Le différentiel  allait de 300 à 400 MHz.
Ils se reproduisaient toutes les quelques minutes et indiquaient bien un appareil utilisé en extrême proximité.

Les CEM ( champs électromagnétiques ) alors produits et cumulés sur un éventail de fréquences au même moment correspondaient à de brusques bouffées d’ondes pulsées s’étalant entre 20 microW/m2 et 60 microW/m2 et qui impactaient la tête.

Comme d’habitude ces tirs d’ondes ciblés avaient augmenté en intensité en fonction des protections ajoutées. Le matériel utilisé semblait faire ses calculs d’adaptation immédiatement.

La surprise s’était produite au matin avec des CEM de 400 microW/m2 tout à fait inhabituels, venant , semblait-il,  de l’appartement du dessus mais en plus et curieusement du dessous , maintenant inhabité.

Image

Détails montrant d’autres bouffées d’ondes produites en U (1,6 GHz) et V (1,7 GHz)

Ce qui donne un total de  plus de  725 microW/m2 pour 8h47.50

Image

Pour plus d’efficacité, et éviter que je puisse me reposer, l’opérateur PN avait forcé sur les fréquences jusqu’à 2, 4 GHz.

Image

Image

détails pour 9h02

Image

Voici  donc une nouvelle fois, des exemples de ces détections d’énergie dirigée avec sauts de fréquence douloureux et production de CEM et  qui cuisent des êtres humains dans leur appartement ou leur lit , comme de la viande de boucherie, dans l’indifférence générale   et bien pire, puisque toute personne qui mentionne ou décrit ce type  torture est menacée d’incarcération et de sévices médicamenteux. 

Image

Le mot « PORC NAZI  » ( p.n.)  pour désigner les tortionnaires qui s’adonnent à cette activité assassine ou entreposent chez eux , le matériel nécessaire à cette torture, est bien le seul adapté .

https://lesharceleurs.wordpress.com/2013/11/26/methodes-de-p-n/

ELECTION européenne

23 Mai

Au cas où je ne serais pas la seule, j’ai reçu , en vue de l’élection du dimanche 25 mai, et avec une domiciliation à Paris ,

une enveloppe  avec le cachet Image

et à l’intérieur : 10 listes de candidats,

et 14 programmes de  divers groupes, dont un en doublon.

Image

 

TROIS CHOSES

18 Mai

 

1er tir 18-5-14 (1)

Au 1er tir d’ondes pour cette nuit ,  et  qui donne l’information détectée ci-dessus , j’étais allée à l’étage supérieur pour, finalement ,  apprendre 3 choses, outre le fait que mon voisin disait seulement regarder  la TV et n’utiliser  aucun appareil électronique . Ce qui était également mon cas, pour ce qui concerne l’absence d’appareil électronique utilisé ou branché.

Par ailleurs le tir violent dont je faisais état, comme ceux qui sont faits quand je dors sur le sol de la salle de bain,   était directionnel et vertical.

1) XXXXXY , parle de ceux de Paris et de Walti comme de copains qui prennent régulièrement des nouvelles et s’amusent bien de la situation.

Ce type de discours lui avait permis de placer le mot « folle »  à chaque phrase en référence au blog et à tous mes déplacements qu’il suit , comme ceux de Paris d’après lui, au millimètre près et dans la marrade..

2) XXXXXY m’a appris que la police du XV ème rigole bien de tout ce qui se passe ici , se réjouit de la tournure des évènements et attend son tour.
Je suis convoquée au commissariat de Paris XVème, pour le 26 mai, lendemain d’une date où l’on estime que je viendrai pour voter.D’habitude c’est J-J Walti qui m’annonce les convocations. Cette fois , il n’avait pas pu.

Quand j’avais porté plainte pour torture, la  1ère convocation ne m’était jamais parvenue. Une 2ème convocation avait été envoyée au mois d’août, avec un délai  possible de réponse  hyper court et  alors que j’étais absente

3) XXXXXY, comme J-J Walti et C. Frenove à Paris,  prétend qu’il a autre chose et mieux à faire que de faire suer quelqu’un et que…. naturellement tout cette histoire, relève totalement de l’imaginaire. Le mien .

XXXXXY n’aime pas le mot « porc nazi » qu’il pense inapproprié. Et  … saigneur de dame ? ou seulement  locataire d’un appartement témoin pour tirs d’ondes sur têtes d’ humains ?  ( CK 277 –)
XXXXXY pense que les saignements de nez , ça arrive à tout le monde. N’importe quand. J’avais du lui expliquer que l’extrême  pression des tirs ciblés sur la tête fait éclater les vaisseaux sanguins.
Alan Roux était content que je passe chez lui , pour pouvoir porter plainte contre moi .
Enfin quelqu’un de content.

En fait, sa plainte, déjà déposée,  a été l’objet d’une convocation envoyée , émise  le 15 mai 2014  par Mr BSU/DJ, Brigadier chef de Police à Vannes.

Cette convocation faisait suite à une autre convocation en provenance du commissariat de Paris XV  et  envoyée de Paris  le 12 mai 2014.

L’article  » prime à l’AVC  ou au cadavre »*   date du 12 mai 2014, écrit très tôt le matin . L’affichage  signé  apprenant à XXXXXY et aux autres , le saignement de nez , avait été apposé à 1h30 du matin dans le hall de l’immeuble. Il avait disparu vers 4H de matin.

Le tir repéré et détecté ce dimanche  18 mai 2014, avec indication de saut de fréquence,  comme montré sur la photo plus haut ,   est d’un type qui ne génère pas de CEM ( champ électromagnétique)  important , contrairement aux tirs de micro-ondes. .

Il peut être cependant intéressant de noter l’éclatement suivant portant sur des valeurs de HF de 0,9 MHz à 2,2 GHz , sachant que N= 900 MHz ; O = 1 GHz ; P= 1,1 GHz ; Q = 1,2 GHz  etc…. Ceci est destiné à l’observation pour  des associations qui essaient de comprendre les situations  infligées aux  individus ciblés, dans le déni le plus total de leur existence.

* https://lesharceleurs.wordpress.com/2014/05/12/prime-a-lavc-ou-au-cadavre/

 

???????????????????????????????

On peut aussi voir ou revoir : https://lesharceleurs.wordpress.com/2014/03/08/lorganisation-2/

et notamment la partie qui caractérise  les   personnalités des gens en charge du harcèlement électronique de l’organisation criminelle décrite dans ce témoignage.

Le camping du paradis

18 Mai

Image

Envoyé de Dieu renvoyé à l’expéditeur

Dessin de Chaval

L e camping du paradis . C’est son nom en français.

Image
Et si c’est ça le paradis ……
Et l’aimable gérante de l’endroit qui m’avait offert les éléments de mon petit déjeuner du lendemain n’était pas en cause.
Arrivée un peu tard, j’avais eu le mobile home n° 1 . près de l’entrée .

Image

Revenant d’une crêperie vers mon n° 1, avait permis de voir des beurs en évidente maraude de repérage . Joyeusement démonstratifs de leur facile découverte de cible.
La chambre du mobile home s’était révélée inutilisable, dès 23h30, pour cause de zappings incessants vers la tête.

Image

Le choix d’explication était entre ceci  ci-dessus , qui n’est que récepteur d’ondes TV mais susceptible d’être transformé en émetteur avec un bricolage ( trop tard) , ou un appareil émetteur posé ou entreposé en voisinage , donc à l’arrière, car la pièce de l’avant de mon n° 1 s’était révélée utilisable pour un couchage spartiate et des zappings atténués.
Le jour suivant, une voiture était venue déposer un paquet dans le mobile home en face mais resté apparemment inoccupé ensuite.

Image
Au N° 1, les valeurs d’ELF très décentes , comme ceci m’avaient laissé un peu d’énergie mentale pour faire la traduction de l’article de M. Babáček.

Image

Par contre, la nuit suivante avait été une horreur. Aucun endroit ne me protégeait des tirs d’ondes vers la tête, ni ne les atténuait. Ni dans la chambre , à l’arrière. Ni dans la pièce , à l’avant . Ni dans ma voiture , devant le mobile home.

L’organisation criminelle de cette histoire, omniprésente sur tout le territoire national aussi, avait réussi à mettre en place en quelques heures et avec une facilité de connivence inquiétante , une énième nuit de torture du cerveau et de privation de sommeil .
.
De retour à Vannes, un sniper fou s’était défoulé avec des tirs vers ma tête à partir de l’appartement de XXXXXY
Il n’y avait pas eu de tirs d’ajustement. Pas de sommation. La violence immédiatement.
Le repérage par logiciel interposé et piqûres au pied, avait été affiné.

Lanester et les ondes

17 Mai

A Lanester , la dernière voiture à m’avoir suivie jusque dans l’impasse où se trouvait la résidence était un coupé peugeot vert. Mon point de chute n’était déjà plus secret.
Croyant à un repos possible, j’avais loué pour deux nuits dans une résidence de seniors  . L’appartement était au dernier étage , côté jardin. Pas de voiture  sous mes fenêtres, avec un éventuel  matériel électronique dans le coffre .

Une piètre satisfaction, dans un immeuble qui baignait dans la WIFI.
La sieste d’essai y avait été impossible avec des «  zappings «  d’ondes incessants perçus au cerveau comme des mini coups de fouet .
La nuit dans le lit y avait été impossible , par ce qui ressemblait à une manipulation de la WIFI et qui donnait ceci en CEM (champs électro magnétiques), façon bouffées d’ondes brûlantes qui matraquaient le cerveau. Comme ci-après,  en exemple

Image

1,9 indique la fréquence 1,9 GHz  , 1250, 1600 indiquent le champ éléctromagnétique soudain en microW/m2

Image

2hImage

Image

Image

Et sachant que ces valeurs de CEM se cumulent avec d’autres équivalentes mais émises dans une autre gamme de fréquence HF , comme ceci par exemple. Image

J’avais passé cette nuit-là à la dure, dans le froid et sur les pierres du balcon.
Et le lendemain la directrice avait dit que…. non non , la WIFI n’existait pas dans les appartements, seulement dans les parties communes.
Poliment, elle s’arrêtait donc devant la porte  !

L’après-midi, il y avait eu  des bruits de bricolage en proximité de mon appartement . Connaissant les habitudes de  mon contexte,  cela pouvait faire craindre à un éventuel ajout de matériel adapté à mon cas.

Et, malgré ceci ci-dessous , (485 microTesla  en 4Hz)

Image

qui accable absolument le cerveau dans une gamme d’ondes qui induit l’apathie, la nuit suivante , j’avais été obligée de bouger. Les tirs d’ondes étaient encore une fois imparables et insupportables.

1) J’étais passée sur le balcon où les zappings d’ondes avaient immédiatement attaqué la tête
2) puis j’avais trainé ma couette dans un petit coin protégé près de la salle de bain. Sans succès.
Passant devant la réception désertée et l’écran de surveillance qui se surveillait tout seul,

3) j’avais opté pour ma voiture dans la cour. Les zappings d’ondes au cerveau y avait repris sous 10 minutes,

4) m’incitant à entrer la voiture dans le parking souterrain. En vain. Le matraquage d’ondes y avait été immédiat et accéléré.

L’opérateur des tirs ou la programmation de la machine qui propulsait ces tirs ne me lâchait ni d’un déplacement, ni d’un quart d’heure

Et j’étais partie 200 mètres plus loin dans la cour intérieure d’un immeuble dont les étages élevés auraient dû me protéger de l’origine des tirs si en provenance de «  ma  » résidence.

Image
Pourtant les tirs d’ondes au cerveau avaient repris immédiatement . Et la douleur m’avait fait perdre connaissance.
Un faisceau d’ondes semblait accroché sur moi. Sinon, c’est un élément inconnu qui permettait de focaliser les ondes vers le cerveau .

Mais, il fallait en plus   penser en termes inquiétants  d’obsession des organisateurs de cette torture du cerveau, et de complicité et connivence de type escroquerie du staff de la résidence.  Comme dans les hôtels.

S’il n’était pas un leurre, le bricolage de l’après-midi avait servi à peaufiner le  matraquage de la nuit. il ne pouvait pas avoir été fait sans l’avis de la directrice ou de l’homme de maintenance. Localement.
De retour dans l’appartement loué, vers 7 h du matin, j’avais pu dormir pendant un peu plus de deux heures  .

En tous cas, cette résidence est une  vraie bonne adresse pour ceux qui aiment les seniors plutôt martyrisés et bien cuits.

Prime à l’AVC ou au cadavre

12 Mai

texte copie

Une prime à l’AVC ? ou une prime au cadavre ?

Pour cette nuit du dimanche au lundi, mon couchage avait été organisé sur le sol de la salle de bain, sous tente de faraday,  et bien avant l’heure du temps de repos.
En arrivant à la tente vers 23 h, le détecteur  d’ ELF montrait une saturation de la pièce en ELF 5,5 Hz. Cette gamme d’ELF induit : fatigue oculaire avec picotements, apathie et fatigue générale, extrême difficulté à prendre toute décision, même celle de bouger et de quitter.

Image

Les jours précédents avaient donné des détections de  seulement 18 µT , dans la gamme des ELF 4 Hz.

Une hypothèse est que ces ondes, s’il est possible de les produire artificiellement peuvent être dispensées par la ventilation, ou  des conduits. On sait par ailleurs que le CPL ( courant porteur en ligne) génère des ELF.

Une fois installée dans la tente, les premiers tirs d’ajustement avaient débuté  vers  23h30 .
Cela signifie que mon lieu de couchage  avait été  repéré et que j’étais surveillée et suivie , à partir de l’appartement d’Alan R.

Cela ne peut se faire qu’avec du matériel d’espionnage  ( abordable ) ou des appareils sophistiqués  pour voir à travers les murs et que seuls les réseaux criminels ou l’armée sont susceptibles d’ utiliser et donc  acheter.

Ces tirs d’ajustement traversaient tout : le carrelage de l’appartement d’XXXXXY, la tente de faraday qui protège de signaux HF jusqu’à 22 GHz et toutes les épaisseurs surajoutées entre la toile de la tente et ma tête , à l’intérieur .

Ce type de tir d’ajustement sert à tester les épaisseurs de protection par information retour  et à adapter la puissance de tirs fulgurants suivants , d’une précision percutante. Celui-là était venu à 0h30, m’obligeant à quitter l’appartement pour ma voiture.

Le matériel utilisé cette nuit-là était différent de celui de la nuit précédente qu’Alan Roux avait positionné en fonction des informations données par le logiciel de repérage du corps.

A 1h30 , seul l’appartement du dessus était encore allumé

Image3ème étage

A 2h du matin , ce lundi , quelqu’un avait quitté l’immeuble et le parking en voiture , à toute vitesse.

Pour un retour du matériel à la maison ? ou à la caserne  ?
A 2h20 , XXXXXY avait éteint sa lumière. Peinard.
A 3h , un hélicoptère avait survolé l’immeuble.