Tirs d’ondes et structure d’immeuble

19 Juil

Ceci ci-dessous est une micro-fissure apparue il y a quelques semaines sur le mur porteur à la tête de mon lit.

 

???????????????????????????????
L’ombre portée à droite correspond à un pan coupé.

Il y a de bonnes raisons penser que cette fissure a pour origine un phénomène de résonance en lien avec les tirs d’ondes violents pulsés à une cadence démente vers la tête de mon lit , depuis l’appartement du 5ème et depuis 24 mois.

A plusieurs reprises  dans mes blogs, j’avais signalé avoir été soulevée de mon lit avec le matelas lors de tirs d’ondes du brutus de l’appartement en dessous.

Il y a quelques jours , c’est en position debout que j’avais décollé du sol quelques fractions de secondes. Le bruit de mon sèche-cheveux avait servi de repère. Le criminel du dessous , s’était exprimé par un tir d’ondes à travers le plafond de son appartement .
Ces tirs d’ondes n’ont pas cessé. Et, partant de cette fissure, il y a lieu de s’inquiéter d’une fragilisation à moyen ou plus long terme de la structure intentionnellement malmenée de ce vieux bâtiment . Le tireur d’ondes en titre  fissure son héritage.

Les deux premiers tirs d’ondes de la soirée du 18 juillet étaient de  faible intensité . Mais , comme d’habitude, ils indiquaient l’écoute assidue de tous mes mouvements pour savoir où viser. Ces tirs d’ondes avaient donné ceci en détection .

IMG_7568- 18-7 soir 2 tirs
25 µW/m2 et 63 µW/m2 correspondent aux valeurs du CEM généré par un signal HF pulsé de 2 GHz .
40 µW/m2 et 80 µW/m2 correspondent aux valeurs du CEM généré par un signal HF pulsé de 2,1GHz

Ceci ci-dessous indique, en gras et italique , l’onde porteuse au moment des tirs d’ondes (2,1 GHz).

IMG_7569 - 18-7 soir les mêmes
Il y a quelques mois , un tir sans doute porté par laser et en provenance de l’immeuble en face où habitait  aussi, S. Church, avait laissé sa marque dans le zinc de la toiture. A la hauteur de ma tête.

???????????????????????????????

A Vannes un tir d’ondes, sans doute raté, avait ébranlé les murs de mon appartement . Là aussi , la structure du bâtiment pouvait avoir été affectée. Le syndic prévenu n’avait pas réagi. Le gestionnaire de bien avait fait pire .

https://lesharceleurs.wordpress.com/2013/11/24/tueuse-a-gage/

Face à ce phénomène qui semble bien plus répandu que l’on essaie de le faire croire , les professionnels risquent de  devoir s’adapter .

Pour les assureurs , cela pourrait être en excluant ce risque, ou en augmentant la prime d’assurance à payer.
Pour les notaires , ce serait en obligeant une modification des règlement de copropriété pour interdire une pratique à risque pour le bâti.
Pour les syndics, responsables de la protection et de l’entretien des parties communes d’un immeuble cela pourrait relever d’ une  nouvelle responsabilité pénale, s’ils n’exigeaient pas et n’obtenaient pas l’arrêt total d’une pratique susceptible de fragiliser la structure du bâtiment.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :