Lanceurs d’alerte- Whistle blowers

13 Déc

« Lanceurs d’alerte : coupables ou héros « Sur ARTE le 16 /12 à 20h 50

Ce documentaire nous présentera les  histoires de 3 Whistle Blowers américains :

 – Thomas DRAKE ex-cadre de NSA,

– John KIRIAKOU ex-agent de la CIA,

– Jesselyn RADACK ex-employée à la commission d’éthique du ministère de la Justice.

IMG_0582 lanceur d'alerte

Le texte ci-après avait été écrit le 6 janvier 2013

Un whistle blower , est un dénonciateur d’une injustice ou d’un crime dont il ou elle , a été victime , témoin direct ou premier informé ou premier ou seul   conscient de la grave violation de droits humains que cette injustice ou ce crime représente.

Pour les anglo-saxons le whistle blower  est quelqu’un qui, alerte. Au sens premier , il ou elle active un sifflet pour attirer l’attention,  informer et/ou dénoncer ce que des puissants s’efforcent de cacher . Le whistle blower  de la photo, était planté sous une pluie neigeuse à l’angle de Michigan avenue et de Monroe street à Chicago.

IMG_0576 rue à Chicago

Il avait accepté la photo et précisé entre deux coups de sifflet qu’il s’agissait bien d’un viol ( rape) physique .

Ici le whistle blower affichait sa qualité : DAD = père de la victime.

Dans la communauté peu privilégiée des victimes de harcèlement électronique, les anglo-saxons utilisent aussi le terme de  viol pour le « viol de personnalité » résultant des diverses formes de torture infligées  par contrôle mental .

Il y a quelques années, face à l’inertie policière française, qui réglait les plaintes par la poubelle, j’avais promené mon histoire sur mon dos  dans les rues de  Paris , un peu à la manière de celui de la photo. Mais sans bruit.

D’abord devant le Palais de Justice. Ça avait fait sortir 3 huiles de la PJ. Pour rien.

Au niveau de l’Assemblée Nationale, deux militaires qui quittaient le bâtiment s’étaient déplacés pour me poser une seule question :

« Y avait-il eu une recherche de preuves ? »

La réponse était : NON . Pour eux, il ne s’agissait que d’une confirmation.

Un député communiste était venu me saluer.

Une députée UMP s’était inquiétée de cette histoire promettant de s’y intéresser.

Les autres avaient tous filé en  baissant la tête .

Finalement deux gentils en civil , de la PPP  ( Préfecture de Police de Paris) étaient venus me menacer de me faire embarquer par leurs collègues en uniforme et en voiture à sirène hurlante. Chiche !

Naturellement , ils avaient refusé de donner leurs noms et celui du chef qui  leur donnait les ordres au téléphone. Ils n’avaient pas , non plus, trouvé l’article d’un code  quelconque qui les autorisait à m’importuner alors que je marchais seulement dans la rue,  de long en large.

http://www.transparency-france.org/e_upload/pdf/gp_a_lusage_du_lanceur_dalerte_francais_v.29_10_2014.pdf

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :