Archive | septembre, 2015

Un neurologue se paie la tête d’une cible de HCE

27 Sep

HCE  = Harcèlement criminel électronique
Le harcèlement est une activité répétitive avec intention de nuisance et de malfaisance .
La criminalité électronique consiste à employer une technologie qui permet de propulser des signaux ( ondes ou sons) à travers les parois , pour viser une cible à atteindre chez elle . Sans contact. Sans preuve.
La préméditation qui préside à ce type de harcèlement en bandes organisées, signe également la criminalité .

IMG_4675 invalides

Le cabinet  de ce neurologue se trouvait à une station de métro de la rue Ernest Renan où j’habitais.

IMG_4674 duroc

Et ce neurologue avait aimablement accepté de me glisser en urgence entre deux rendez-vous programmés. Rapide, précis et concis , il induisait une confiance de pragmatique .

C’était en 2013. La nuit précédant cette mini-consultation avait été une horreur. Le faisceau d’ondes meurtrier balancé à travers les murs par le tueur Walti avait trouvé ma tête pour la faire souffrir par à-coups brûlants répétés, dans tous les petits coins de la pièce. Même dans la douche. Même dans les parties communes de l’immeuble ( palier et marches de l’escalier).
Comme beaucoup de cibles de HCE , l’idée d’un élément inconnu introduit à mon insu au niveau de la tête et cause de ce «  brain beaming  » systématique et réussi , avait fait son chemin . Je cherchais une cause locale probable qui permettait cette atroce visée privilégiée.
«  Je pense qu’on ne trouvera rien «  avait dit le neurologue tout en me tendant une prescription pour IRM.

IMG_4694 IRM
L’IRM n’avait rien révélé. Normale.

IMG_4693 neurologue
Un mois plus tard,  j’avais repensé au neurologue.
Lors d’ une chute sur un trottoir en sale état ,  rue de Vaugirard, ma tête avait porté sur des briquettes. Un consistant hématome s’était formé à la tempe . L’aimable garçon qui m’avait relevée , avait questionné pour savoir que faire. Je ne lui avais parlé que de dégobillage  imminent.  Tout cela avait entrainé un transport vers l’hôpital Georges Pompidou pour un scanner de la tête de précaution.

Là, pendant que j’attendais mon tour de scanner, le réseau des FM à mes trousses avait envoyé son  faussaire  sur place : Mr Delchev, médecin addictologue,  spécialiste des extra-terrestres .

Mr Delchev avait ensuite passé le relais au jeune et autoritaire Mr Boillet.

Pour un scanner fait en consultation externe, Mr BOILLET avait exigé des référants .
Mon meilleur ami avait été le premier. Mr Boillet , et moi-même, avions ainsi papoté avec lui au téléphone. Il m’avait présentée en personne aimable et normale , connue et fréquentée depuis plusieurs décades, et dont il répondait volontiers.

Pour le second, j’avais proposé le neurologue qui m’avait laissé une impression d’homme logique et censé.
Mais le psycho-rigide Mr Boillet aux ordres, avait conclu

  • que je n’avais pas de meilleur ami,
  • que ce dernier n’était pas mon référant,
  • que j’étais un danger pour la société et pour moi-même et
  • qu’il fallait m’incarcérer en urgence médicale , «  sous contrainte  », et sous le régime du «  péril imminent  » c.a.d,  avec privation de mes droits constitutionnels

Interrogé sur l’échange avec le neurologue , Mr Boillet avait répondu que le neurologue pensait comme lui. Je n’en avais pas cru un mot.

Car cet autre faussaire nommé Mr Boillet, avait aussi torché un diagnostic noir ,en moins de 3 minutes. Sans aucune interrogation médicale. Et en me déclarant, en plus,  de sexe masculin

Cela avait coûté 23.000 euros aux contribuables, et 700 euros d’avocat à mes frais pour en sortir. Ma chère chute.

C’était en 2013. Mais , depuis, le «  brain beaming  » , ici dans cette histoire sous les ordres et la protection de francs-maçons criminels , n’avait jamais cessé.

En 2014, mon cerveau montrait un état quasi catastrophique. Plus des 2/5 étaient privés d’irrigation normale.

En 2015, dans l’épuisement de ce «  brain beaming «  constant et avec le bout de cerveau restant,  j’avais fini par recontacter en confiance le neurologue de confiance de l’avenue  Constant Coquelin,

IMG_4676 ave constant coquelin

Sa prescription cette fois était sous enveloppe. La classe  !
En me raccompagnant vers sa secrétaire encaisseuse , le neurologue avait murmuré «  et si on ne trouve rien, ce sera l’hôpital psychiatrique  ».

ça se gâtait. Pour 80 euros les 15 minutes, c’était , en plus,  mal venu.
Le reste était à l’avenant. La prescription proposait une recherche pour des «  malices nocturnes non élucidés  ». Avec «  élucidés  » au masculin, on pouvait croire à une faute de frappe . J’avais  corrigé les « malices » en « malaises ».

IMG_4692 malices 2017

Par contre, une prescription faite en 2017 et remboursable en 2015 risquait  de faire tiquer la sécu. A voir.

Ce que la sécu ne vérifierait pas,  était pour moi  : la signature. C’était une mauvaise imitation de la mienne, présentée, ci-dessous,  face à celle du neurologue , à gauche,  sur la feuille de soins de 2013.  Donc un faux, pour cette  prescription de 2015. Mais qui m’est , d’une certaine façon, imputé. Selon cette signature qui n’est pas celle de Mr BOULU,  j’aurais eu fait moi-même une prescription avec son papier à en-tête . Tordu , non ?

IMG_4695 signatures

Pour comprendre cette ineptie de connivence, il faut se remettre dans le contexte du harcèlement en réseau tel que pratiqué  en FRANCE, par  des M DELCHEV, BOILLET et trop d’ autres .

Les frères qui le pratiquent  ressemblent  , en général, à  des individus au-dessus de tout soupçon. Ce  qui  leur permet de contourner, détourner , caricaturer, piétiner les règlements et les lois pour les adapter aux situations qu’ils manipulent ou  fabriquent .

Ces situations pré-fabriquées sont faites pour  infantiliser, humilier ou ridiculiser leurs victimes. Elles leur compliquent la vie sciemment. Personne d’autre qu’eux, n’oserait le faire. Parce que ces réseaux de complices  incluent  des  greffiers, des  policiers, des magistrats ,  ces individus ne risquent rien . Les plaintes des victimes contre l’un ou l’autre  sont juste vouées à l’oubli organisé.

Ici, plus particulièrement, le faux en signature fait écho au pataquès organisé par un franc-maçon de Vannes (56)  : M LE ROUZIC , représentant de SOFI OUEST GESTION.

Pour mémoire, cette société avait fabriqué un faux ordre de prestation à mon nom avec une fausse mienne signature .Cette prestation avait été facturée et le montant avait été prélevé automatiquement du restant-du à me revenir.

Ma plainte pour faux et usage de faux, comportait 3 documents justificatifs précis. Cette plainte simple et facile, transmise du TGI de Paris à celui de Vannes n’a jamais été traitée. Aux dernières nouvelles ( sept 2015) et après plus d’un an de délai et deux rappels par LAR, cette plainte est toujours censée faire l’objet d’une enquête de la police de Vannes.

Vannes est un endroit où face à une torture criminelle par souffrance et privation de sommeil, un policier avait répondu qu’il n’allait pas embêter le criminel parce que ce dernier venait justement de trouver un boulot. Texto.

Pour ce qui concerne le lien entre la fausse signature d’un employé de SOFI OUEST GESTION / LE ROUZIC et la mauvaise  copie de ma signature par un neurologue parisien , il faut penser à la technique de l’écho .

Cette technique consiste à évoquer un sujet, un thème ou une situation que seule la cible peut interpréter.

Ici, l’histoire  de SOFI OUEST GESTION /LE ROUZIC avait été remise en ligne , quelques jours  avant le rendez-vous chez le neurologue Mr BOULU

Cette méthode, telle que décrite ici dans cette anecdote , est le bras d’honneur habituel de la franc-maçonnerie criminelle à ses victimes et à l’Etat. Elle les nargue en leur rappelant par ce fait et  en écho, que les lois de cette république sont à leur bon vouloir.

Car ceci est leur méthode de base  : le déni des droits constitutionnels de leur victime. Cette méthode  a pour corollaire l’affirmation implicite constante «  la loi c’est moi  » c.a.d «  quand je veux , si je veux , comme je veux , grâce à tous ceux qui vont m’aider et aller dans le même sens  » , dont tous les frères obéissants incluant aussi un grand nombre de chefs de services de fonctionnaires administratifs.

IMG_4695

Un tir d’ondes à 23H01 avait traversé le MU métal

11 Sep

Le MU métal  utilisé ici,  et pour la 2ème nuit consécutive,  est un alliage de  nickel, fer, cuivre et molybdène  . Ce type d’ alliage  sert à dévier et atténuer les champs magnétiques statiques et les basses fréquences

Le 10-9 , au CISP Kellermann  la lumière de ma chambre  avait été éteinte à 22H50 .

La tête , protégée comme à l’habitude , avait  au sommet et en  plus   la plaque de MU métal

IMG_4493 tir à 23h01

FP = fréquence porteuse —- colonne M = 800 MHz, N + 900 MHz etc…

A 23h01, l’un des deux tirs  d’énergie ci-dessus avait traversé la plaque de MU métal . Mais avant, ce tir d’énergie,  avait dû d’abord faire son chemin à travers    un matelas de 10 cms d’épaisseur  et la plaque de bois aggloméré   d’1,5 cm qui le soutient.

IMG_4483 CISP lits super posés

Ce tir d’énergie avait atteint le lobe frontal et provoqué une sorte d’étincelle à l’intérieur du cerveau.  L’étincelle  s’était agrandie à toute vitesse en un cercle  de feu dentelé .  L’intérieur du cercle  de feu s’était chargé de portraits inconnus mais aux contours précis et qui s’étaient succédés. Ils étaient devenus flous en même temps que le cercle avait  disparu.

On appelle cela une hallucination provoquée par tir d’ondes.

Cela avait duré quelques secondes. Peut-être à peine, mettant cependant le cerveau à la peine  pour un effort de mémorisation.

A l’heure du coucher,  le détecteur d’émetteur et d’intensité de puissance des signaux venant du dessus ( antenne directionnelle)   avait été photographié  ainsi  :

IMG_4480 -45dBm

Après le tir de 23h01 , et donc avec exactement la même configuration,  le détecteur  montrait    – 34 dBm   , et  qui indique  une augmentation d’intensité  de puissance du signal émis.

IMG_4481 -34dBm

Ce tir, comme ceux des nuits précédentes , semblait venir de la chambre  256 juste au- dessus de la mienne(156) laissée éclairée, ici,  pour la photo.

IMG_4475 fenêtre CISP

Et  , dans cet endroit , sans WiFi dans les chambres,  la nuit avait continué avec les rafales d’ondes que montre cette détection  :

IMG_4495 CISP 0h du mat le 11-9

la ligne verte en haut, indique les fréquences 

les lignes en orangé, montrent le spectre des signaux (tirs) pulsés dans ma chambre

Un moment de répit d’environ 3 minutes s’était enregistré comme suit  :

IMG_4498 le 11-9 CISP 3 minutes de répit

en bleu, les valeurs normales habituelles 

Mais les rafales de tirs/ signaux dont le spectre s’étalait de 800 MHz à 2500 MHz  avaient duré jusqu’au matin.

IMG_4499 le 11-9 CISP 4H du mat

Au moment du départ du CISP de Kellermann * (1), où certains employés   hargneux criminels  semblent  régner en maîtres des lieux, l’homme de la réception, toujours aimable,  n’osait pas me regarder pour me parler.

Un employé beur ,  vers les  50 ans,    me fixait, par contre, avec insistance , incapable de faire semblant d’être occupé.

Dans ce type de situation,   les participants,  actifs ou passifs ( complices) étaient souvent  venus voir de près,  au matin, les dégâts faits sur leur victime,  par la  torture  à distance qu’ils affectionnent.  Bourreaux  fascinés par leur œuvre ou celle de leurs frères .

Le 11-9 au matin , montrait pour moi,  un oedème de la face et des yeux  paupières assez monstrueux , par  épuisement du cœur et des reins, en sus des dérèglements bio-physiologiques provoqués à l’intérieur du cerveau.

Il s’y ajoutait un bouton de fièvre à la lèvre, comme souvent. Cadeau des  ondes stationnaires  qui provoquent échauffement et brûlure des organes et des viscères .

Comme on le sait par les diverses  informations et analyses transmises par des victimes  américaines et canadiennes surtout, ces situations pré- fabriquées en tous lieux et à toutes les étapes de sa vie, , sont censées destinées à enferrer la victime.

Soit la victime  se tait et les bourreaux s’acharnent dans le silence.

Soit elle communique et  se fait des ennemis de tous les « dénoncés » et qui font croire que c’est en représailles  aux  réactions de la victime  que ces horreurs arrivent  . Il n’y a que les crétins, pour gober ça, ce qui inclut  les participants qui se disculpent ainsi en pensant de travers. 

La torture existait forcément avant que la victime commence à la dénoncer. Et ceux qui mettent en oeuvre cette torture  de poltrons , méritent le renvoi , l’internement ou  la prison.

  • (1) Je n’avais pas gardé la première chambre qui m’avait été attribuée . Après avoir constaté qu’elle était face à 4 antennes de téléphonie, j’ étais revenue quelques minutes plus tard à la réception pour solliciter  un échange. Seuls les employés du CISP connaissaient donc  le n° de la 2ème chambre attribuée.
  • En complément ,  sur ce qui s’est passé au  CISP, on peut voir aussi :
  • http://lezarceleurs.blogspot.fr/2015/09/douleurs-sur-le-nerf-sural.html

Micro-ondage de nuit- criminalité vendéenne

7 Sep

 

IMG_4145

Ceci ci-dessous correspond à des détections de tirs violents de micro-ondes dans la nuit du 6 au 7 septembre.

IMG_4427 micro ondage de nuit

Ces tirs visaient la tête et la cage thoracique brûlées de l’intérieur, jusqu’au niveau de l’estomac.

Et ceci , ci-dessous, correspond aux épaisseurs de protections diverses ajoutées, et qui ne protégeaient ni des brûlures ni de la souffrance. La violence des tirs était imparable.

IMG_4424 empilé au fil des heures

deux matelas +

des empilements d’épaisseurs de caoutchouc +

des dizaines de feuilles de mylar, +

des coussins  de 15 cms d’épaisseur+

une tente de faraday( tissu métallisé) +

des packs de gel +

un tissu anti-ondes etc…

le tout placé , juste au-dessus de la tête

Pendant cette nuit, comme souvent j’avais  été contrainte à déplacer mon couchage , pour essayer d’éviter l’horreur de la souffrance du cerveau.
Le corps avait été retrouvé dans le noir.

Comme d’habitude, un faisceau d’ onde radar ou laser avait envahi la pièce de son bruit caractéristique de bourdonnement d’essaim d’abeilles ou de frelons.

Puis des piqûres , manifestations d’ondes projetées, avaient localisé le corps à partir des pieds . Et la machine programmée, avec logiciel paramétré sur des particularités du corps  de type taille ou autre ,  avait commencé le mitraillage d’ondes brûlantes , à la cadence d’un tir chaque minute.
Les tirs venaient de l’appartement A221, loué par l’agence des Présidents et géré, comme le mien, par CM-CIC, d’Orvault (44).

CM-CIC avait été prévenu ,comme le maire de la ville, un ancien procureur,  avec demande d’intervention auprès de la police, au nom des articles de loi qui obligent à dénoncer un crime dont on a connaissance .

Sans effet.

Ce bardas, au dessus de la tête,  est celui qui est utilisé également au moment des détections , par EEG,  de la souffrance du cerveau .

armes électromagnétiques – francs-maçons- torture

5 Sep

ecc-cover-of-torture-asian-and-global-perspectives

 

Image copiée du site The everyday concerned citizen
Ceci ci-dessous , est un extrait du texte traduit par Rudy Andria et que l’on trouve dans son intégralité à :
https://rudy2.wordpress.com/surveillance-secrete-et-torture-par-radiations-par-les-services-secrets/
Il s’agit d’un entretien accordé par une ex-agent de la CIA et du MI5 et devenu lanceur d’alerte . Le texte original est à :
http://everydayconcerned.net/2015/09/05/ex-cia-and-mi5-agent-and-whistleblower-carl-clark-reveals-covert-electromagnetic-torture-of-civilians-by-intel-agencies-in-usukeuropeasia-with-directed-energy-non-lethal-neuroweapons/

Les parties surlignées sont un choix personnel . Elles  évoquent la situation que je connais et qui se serait soldée par une habituelle mort prétendue naturelle ,  si elle n’avait pas été exposée sur internet.

Cette utilisation sauvage et barbare d’armes électromagnétiques,  invalide et tue en silence et sans preuve, depuis des décennies  . Elle est mise à disposition de francs-maçons  et de groupes criminels habitués à torturer pour se venger .

Il suffit de relire http://lezarceleurs.blogspot.fr/2015/04/copropriete-represailles-torture.html

pour constater avec quelle audace et facilité,  ces catégories de la population se donnent le droit de torturer,  sans jamais être inquiétées.

Armes à micro-ondes.
 
Armin Gross : Avez-vous également utilisé ces armes ?
Karl Clark : Non, j’étais responsable de la surveillance ! C’était des employés des départements spéciaux qui faisaient cela. Mais il m’est parfois arrivé de me trouver sur le “terrain”.

Armin Gross : Pouvez-vous décrire de manière plus détaillée l’utilisation de ces armes ?
Karl Clark : C’est un peu comme dans un film de science-fiction. Les gens pouvaient être traqués partout, grâce au radar, au satellite, grâce à une station de base et à des programmes informatiques complémentaires. Par exemple, souvent trois dispositifs-radar sont placés à proximité de la personne. Le radar émet des ondes électromagnétiques, puis évalue les résultats. Ainsi mes amis qui travaillaient dans les départements spéciaux pouvaient traquer l’individu sur son ordinateur, toute la journée. Cette localisation a facilité l’utilisation des armes . Les collègues pouvaient voir où exactement ils devaient viser et aussi comment la personne y réagissait.

Armin Gross: Quels effets ces armes eurent-elles sur les individus ?
Carl Clark : Elles pouvaient provoquer de la chaleur ou des brûlures internes, elles provoquaient des douleurs, des nausées et la peur. Cependant, les traces très souvent restent invisibles sur la peau. Si ces personnes vont consulter le docteur, il leur affirme qu’elles n’ont absolument rien.

Armin Gross : Quel est le but poursuivi avec ce “bombardement” ?
Carl Clark : On veut intimider les gens. Dans mon propre cas, cela faisait trois ans que je subissais des radiations, lorsque j’ai décidé de tout arrêter. Je suis certain que, dans les années 2003/2004, des armes à micro-ondes furent utilisées contre moi, ce qui vous rendait terriblement agressif. A ce moment-là, j’ai failli tuer quelqu’un, mon ancienne voisine, une gentille vieille dame.

Tentatives de pousser les gens à la démence.
 
Armin Gross : Croyez-vous qu’il est possible aujourd’hui d’influer directement sur les sentiments par des radiations électromagnétiques ?
Carl Clark : Sans le moindre doute. Nous savons que l’organisme réagit très sensiblement aux radiations électromagnétiques.
Les processus élémentaires de la vie dans les cellules fonctionnent avec l’oscillation électromagnétique biogénique. La fréquence peut perturber ou changer ces processus de l’extérieur. Il y avait dans le cadre de la recherche militaire des tentatives de grande envergure d’influencer le corps et l’esprit par des fréquences. Il est possible, de cette manière, de faire naître des sentiments de crainte,de l’agressivité et de la nervosité,ou de provoquer des pertes de mémoire. Si d’autres types d’interventions viennent s’y rajouter, il est fort possible de conduire quelqu’un à la démence. Par exemple, la radiofréquence est manipulée, de telle sorte que la personne ciblée entend son propre nom à la radio ou son ordinateur indique inlassablement son nom sur l’écran. Des voix lui sont également envoyées, pour faire des remarques sur ses activités. J’ai entendu, par exemple, le matin, au réveil, une voix qui disait : “Lève-toi et blesse quelqu’un ! “

Armin Gross : les gens sont directement poussés dans des situations psychiatriques extrêmes  ?
Carl Clark : Oui, on veut conduire certaines personnes directement en asile psychiatrique. Si une personne ciblée cherche de l’aide et va à la police ou chez le docteur, on ne la prend pas au sérieux. Certains docteurs ainsi que certains hôpitaux collaborent avec les Services Secrets. Les directives diagnostiques vous permettent de taxer quelqu’un de schizophrénie, s’il se sent harcelé et entend des voix.

Armin Gross : les hôpitaux coopèrent avec les Services Secrets ?
Carl Clark : Oui, dans tous les cas. Les grandes sociétés collaborent également. C’est pourquoi vous courez un grand danger si vous menez des enquêtes sur de grandes sociétés. L’état américain protège les grandes entreprises comme Mc Donalds, Coca-cola, ou certaines sociétés pharmaceutiques. L’État américain s’adresse aussi à des agents du FBI, dans les affaires d’espionnage industriel. Les franc-maçons qui sont nombreux au sein de la CIA jouent également un grand rôle……

********

A 3 H du matin, ce 5 septembre 2015, le fou-furieux  du A221 ou sa machine programmée,  avait débité ses tirs d’ondes vers ma tête.

22H25, brûlure du talon et tirs d’ondes suivants

3 Sep

Avant les séances de tirs d’énergie dirigée vers la tête pour détruire le cerveau, les criminels français , sur-équipés, font leur repérage par ordinateur  .
Ils localisent les pieds en les brûlant par des projections d’ondes.
Ces brûlures des plantes de pieds sont aussi souvent utilisées pour priver de sommeil par une autre forme de souffrance .
A Paris XV, Walti pratiquait la brûlure de plantes de pieds de préférence vers 3 h du matin. * (1)
Le 3 est censé évoquer la franc-maçonnerie .
Selon Walti , toujours ( voir une de ses lettres) , cette franc-maçonnerie est tellement puissante qu’elle ferait aussi peur aux journalistes.
On constate surtout qu’elle fait dérailler un Etat de droit . Police et Justice y compris.

Le 2-9 au soir, le PN * (2)  du dessus s’était essayé à des tirs vers la tête dès 20h30. Son repérage avait alors été fait par des ondes qui produisaient des sifflements.

Puis, il avait attendu mon installation définitive pour la nuit. Près de la cusisine . Un bon endroit pour faire cuire des pieds. Il s’y était fait plaisir en brûlant le talon du pied droit
Mon cerveau avait réagi comme ceci : une décharge électrique prolongée

IMG_4363 22h25 brûlure du talon réaction du cerveau

 

et qui se lit aussi , comme ceci. Les jolies couleurs sont de mauvais signes pour ce moment-là

IMG_4365 22h25 réaction du cerveau

Car l’électrode placée sur la partie frontales, donnait, par exemple, ces informations-là

IMG_4366 electrode FP1

Cette détection de souffrance infligée volontairement par le PN du dessus, père de 2 enfants,  avait été suivie à 22h 55 puis 23h06 etc .. par la prochaine et différente souffrance   : les tirs dans la tête coincée sous tous les matériaux habituels et avec sensation de respiration inversée. L’énergie dirigée contrarie à ce moment-là l’expiration naturelle et repousse l’air à l’intérieur.

Cela donnait ceci pour la réaction du cerveau :

IMG_4359 23h06 sélection de la partie à analyser la partie en rouge est celle qui avait été sélectionnée pour une analyse

IMG_4358 23h06 le cerveau

Et, voici  cette fois,  des informations concernant une autre partie de la boite crânienne et qui donnait ceci :

IMG_4361 23h06

IMG_4356 23h8 en 01

Certains prétendent que cette histoire criminelle , et quelques autres , sont destinées à faire peur pour que l’organisation criminelle à l’oeuvre puisse continuer à piller, voler et dominer en paix.

Le droit de faire peur, d’ intimider, d’infliger une souffrance insupportable et invalidante pour pousser au suicide …..

c’est marqué où dans la Constitution française qu’on nous vend contre des impôts ?

c’est marqué  où dans  la Convention Européenne  des Droits de l’Humain  l’Homme ?

  • (1) https://lesharceleurs.wordpress.com/2013/11/20/quelques-photos-de-brulures/
  • (2) https://lesharceleurs.wordpress.com/2013/10/11/n-p-t-t-p-n-ghz-weapons

http://fr.sott.net/article/23483-Un-expert-de-la-Navy-revele-que-les-micro-ondes-sont-couramment-employees-comme-une-arme-pour-rendre-malades-les-gens-et-denonce-l-extreme-danger-du-Wi-Fi-pour-les-femmes

Barrie Trower travaillait pour le MI5 britannique

Et ceci est pour la journée

IMG_4369 micro-ondage

Il s’agit d’un mini-micro-ondage , juste au dessus de l’endroit où je me trouve à lire ou écrire. La cadence d’une mini-pulsation  chaque minute indique la programmation d’un appareil. Cette cadence peut être accélérée . Tout comme l’intensité du CEM produit.

Cela est destiné à entretenir ou accroitre la brûlure du cerveau, induire la fatigue et créer la confusion mentale due au manque d’irrigation du cerveau.

L’accélération de la cadence des pulsations en 2,4 GHz  et l’augmentation de l’intensité de CEM provoquent des pertes de connaissance plus ou moins longues, avec chutes.