Un neurologue se paie la tête d’une cible de HCE

27 Sep

HCE  = Harcèlement criminel électronique
Le harcèlement est une activité répétitive avec intention de nuisance et de malfaisance .
La criminalité électronique consiste à employer une technologie qui permet de propulser des signaux ( ondes ou sons) à travers les parois , pour viser une cible à atteindre chez elle . Sans contact. Sans preuve.
La préméditation qui préside à ce type de harcèlement en bandes organisées, signe également la criminalité .

IMG_4675 invalides

Le cabinet  de ce neurologue se trouvait à une station de métro de la rue Ernest Renan où j’habitais.

IMG_4674 duroc

Et ce neurologue avait aimablement accepté de me glisser en urgence entre deux rendez-vous programmés. Rapide, précis et concis , il induisait une confiance de pragmatique .

C’était en 2013. La nuit précédant cette mini-consultation avait été une horreur. Le faisceau d’ondes meurtrier balancé à travers les murs par le tueur Walti avait trouvé ma tête pour la faire souffrir par à-coups brûlants répétés, dans tous les petits coins de la pièce. Même dans la douche. Même dans les parties communes de l’immeuble ( palier et marches de l’escalier).
Comme beaucoup de cibles de HCE , l’idée d’un élément inconnu introduit à mon insu au niveau de la tête et cause de ce «  brain beaming  » systématique et réussi , avait fait son chemin . Je cherchais une cause locale probable qui permettait cette atroce visée privilégiée.
«  Je pense qu’on ne trouvera rien «  avait dit le neurologue tout en me tendant une prescription pour IRM.

IMG_4694 IRM
L’IRM n’avait rien révélé. Normale.

IMG_4693 neurologue
Un mois plus tard,  j’avais repensé au neurologue.
Lors d’ une chute sur un trottoir en sale état ,  rue de Vaugirard, ma tête avait porté sur des briquettes. Un consistant hématome s’était formé à la tempe . L’aimable garçon qui m’avait relevée , avait questionné pour savoir que faire. Je ne lui avais parlé que de dégobillage  imminent.  Tout cela avait entrainé un transport vers l’hôpital Georges Pompidou pour un scanner de la tête de précaution.

Là, pendant que j’attendais mon tour de scanner, le réseau des FM à mes trousses avait envoyé son  faussaire  sur place : Mr Delchev, médecin addictologue,  spécialiste des extra-terrestres .

Mr Delchev avait ensuite passé le relais au jeune et autoritaire Mr Boillet.

Pour un scanner fait en consultation externe, Mr BOILLET avait exigé des référants .
Mon meilleur ami avait été le premier. Mr Boillet , et moi-même, avions ainsi papoté avec lui au téléphone. Il m’avait présentée en personne aimable et normale , connue et fréquentée depuis plusieurs décades, et dont il répondait volontiers.

Pour le second, j’avais proposé le neurologue qui m’avait laissé une impression d’homme logique et censé.
Mais le psycho-rigide Mr Boillet aux ordres, avait conclu

  • que je n’avais pas de meilleur ami,
  • que ce dernier n’était pas mon référant,
  • que j’étais un danger pour la société et pour moi-même et
  • qu’il fallait m’incarcérer en urgence médicale , «  sous contrainte  », et sous le régime du «  péril imminent  » c.a.d,  avec privation de mes droits constitutionnels

Interrogé sur l’échange avec le neurologue , Mr Boillet avait répondu que le neurologue pensait comme lui. Je n’en avais pas cru un mot.

Car cet autre faussaire nommé Mr Boillet, avait aussi torché un diagnostic noir ,en moins de 3 minutes. Sans aucune interrogation médicale. Et en me déclarant, en plus,  de sexe masculin

Cela avait coûté 23.000 euros aux contribuables, et 700 euros d’avocat à mes frais pour en sortir. Ma chère chute.

C’était en 2013. Mais , depuis, le «  brain beaming  » , ici dans cette histoire sous les ordres et la protection de francs-maçons criminels , n’avait jamais cessé.

En 2014, mon cerveau montrait un état quasi catastrophique. Plus des 2/5 étaient privés d’irrigation normale.

En 2015, dans l’épuisement de ce «  brain beaming «  constant et avec le bout de cerveau restant,  j’avais fini par recontacter en confiance le neurologue de confiance de l’avenue  Constant Coquelin,

IMG_4676 ave constant coquelin

Sa prescription cette fois était sous enveloppe. La classe  !
En me raccompagnant vers sa secrétaire encaisseuse , le neurologue avait murmuré «  et si on ne trouve rien, ce sera l’hôpital psychiatrique  ».

ça se gâtait. Pour 80 euros les 15 minutes, c’était , en plus,  mal venu.
Le reste était à l’avenant. La prescription proposait une recherche pour des «  malices nocturnes non élucidés  ». Avec «  élucidés  » au masculin, on pouvait croire à une faute de frappe . J’avais  corrigé les « malices » en « malaises ».

IMG_4692 malices 2017

Par contre, une prescription faite en 2017 et remboursable en 2015 risquait  de faire tiquer la sécu. A voir.

Ce que la sécu ne vérifierait pas,  était pour moi  : la signature. C’était une mauvaise imitation de la mienne, présentée, ci-dessous,  face à celle du neurologue , à gauche,  sur la feuille de soins de 2013.  Donc un faux, pour cette  prescription de 2015. Mais qui m’est , d’une certaine façon, imputé. Selon cette signature qui n’est pas celle de Mr BOULU,  j’aurais eu fait moi-même une prescription avec son papier à en-tête . Tordu , non ?

IMG_4695 signatures

Pour comprendre cette ineptie de connivence, il faut se remettre dans le contexte du harcèlement en réseau tel que pratiqué  en FRANCE, par  des M DELCHEV, BOILLET et trop d’ autres .

Les frères qui le pratiquent  ressemblent  , en général, à  des individus au-dessus de tout soupçon. Ce  qui  leur permet de contourner, détourner , caricaturer, piétiner les règlements et les lois pour les adapter aux situations qu’ils manipulent ou  fabriquent .

Ces situations pré-fabriquées sont faites pour  infantiliser, humilier ou ridiculiser leurs victimes. Elles leur compliquent la vie sciemment. Personne d’autre qu’eux, n’oserait le faire. Parce que ces réseaux de complices  incluent  des  greffiers, des  policiers, des magistrats ,  ces individus ne risquent rien . Les plaintes des victimes contre l’un ou l’autre  sont juste vouées à l’oubli organisé.

Ici, plus particulièrement, le faux en signature fait écho au pataquès organisé par un franc-maçon de Vannes (56)  : M LE ROUZIC , représentant de SOFI OUEST GESTION.

Pour mémoire, cette société avait fabriqué un faux ordre de prestation à mon nom avec une fausse mienne signature .Cette prestation avait été facturée et le montant avait été prélevé automatiquement du restant-du à me revenir.

Ma plainte pour faux et usage de faux, comportait 3 documents justificatifs précis. Cette plainte simple et facile, transmise du TGI de Paris à celui de Vannes n’a jamais été traitée. Aux dernières nouvelles ( sept 2015) et après plus d’un an de délai et deux rappels par LAR, cette plainte est toujours censée faire l’objet d’une enquête de la police de Vannes.

Vannes est un endroit où face à une torture criminelle par souffrance et privation de sommeil, un policier avait répondu qu’il n’allait pas embêter le criminel parce que ce dernier venait justement de trouver un boulot. Texto.

Pour ce qui concerne le lien entre la fausse signature d’un employé de SOFI OUEST GESTION / LE ROUZIC et la mauvaise  copie de ma signature par un neurologue parisien , il faut penser à la technique de l’écho .

Cette technique consiste à évoquer un sujet, un thème ou une situation que seule la cible peut interpréter.

Ici, l’histoire  de SOFI OUEST GESTION /LE ROUZIC avait été remise en ligne , quelques jours  avant le rendez-vous chez le neurologue Mr BOULU

Cette méthode, telle que décrite ici dans cette anecdote , est le bras d’honneur habituel de la franc-maçonnerie criminelle à ses victimes et à l’Etat. Elle les nargue en leur rappelant par ce fait et  en écho, que les lois de cette république sont à leur bon vouloir.

Car ceci est leur méthode de base  : le déni des droits constitutionnels de leur victime. Cette méthode  a pour corollaire l’affirmation implicite constante «  la loi c’est moi  » c.a.d «  quand je veux , si je veux , comme je veux , grâce à tous ceux qui vont m’aider et aller dans le même sens  » , dont tous les frères obéissants incluant aussi un grand nombre de chefs de services de fonctionnaires administratifs.

IMG_4695

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :