Terrorisme électronique et ciblage

9 Avr

Le terrorisme , ici, désigne un crime contre la vie humaine , en violation de la loi.
L’électronique recouvre ici toutes les  technologies qui permettent ce crime contre la vie humaine. Ces technologies facilitent  la propulsion d’une énergie immatérielle vers la cible ( victime) . Cet acte criminel d’agression et d’atteinte à l’intégrité physique et mentale d’un être humain,   peut être prouvé surtout ,  par des détections faites in situ, des photos, et de l’imagerie médicale, entre autres.

Ce terrorisme électronique est laissé aux mains de dominants qui en usent et abusent , grâce à des hordes d’inconnus, barbares habitués et complices, rétribués ou simplement stimulés par un compagnonnage pervers, caché et protégé.

Comme à la Chaume, certains lieux de stationnement de Château d’Olonne sont quasiment sans électrosmog. Bons pour mon cerveau.

Mais le sommeil en voiture est épouvantable pour le dos qui ne se détend jamais. Coincé sur un siège à 150° . Pas plus.
Ce soir-là encore , quelques crétins en convois de voitures organisés m’ avaient accompagnée vers mon lieu de stationnement nocturne. Pétarades d’accélérations incluses.

Mais ce 3 avril au soir , ceux qui me détestent le plus , semblaient me détester encore plus. Des tirs d’énergie fournis m’avaient rattrapée absolument partout : dans d’autres parkings, dans des rues perpendiculaires ou derrière un mur.
A force de bouger, j’étais revenue à mon point de départ . Exténuée de réveils en sursauts et re-démarrages.

A gauche toute : l’heure. Dans la colonne suivante : l’unité de mesure  ( µW/m2)

Puis , en jaune, l’indication de la fréquence porteuse .

Dans les lignes en marron : les 3 tirs de triangulation. 

A 1 H ++ du matin,  une sensation de gerbe d’étincelles brûlantes s’était acharnée sur le pied droit . Sous le tir d’énergie , montré ci-dessus en détection, ma jambe avait semblé faire une arc électrique avec un composant de la voiture. Comme une antenne, par exemple.

La violente douleur, ici ressentie, et transmise au cerveau , était locale.
C’est-à-dire , tout le contraire de ce qui se passe avec des tirs vers la boite crânienne et qui provoquent des douleurs dans le cerveau. Alors que tout le monde ose affirmer que le cerveau ne souffre pas

Ce tir de triangulation pour acquisition de cible, et  incluant la fréquence porteuse 800 MHz,  m’avait laissée KO. Touchée et écroulée. Et le canardage vers la tête retrouvée,  avait recommencé.

BANG- BANG et RE-BANG.avec des fréquences porteuses entre 1,4 GHz et 1,9 GHz, toutes les quelques minutes.

De guerre las, le cœur et les reins avaient décidé de ne pas continuer à bosser dans ces conditions, en laissant un œdème s’installer dans la jambe.
Pour ne pas être en reste , le foie* s’était joint à cette grève d’organes .La sensation de brûlure s’était installée. Comme ceci :


Quand j’avais pu me mettre sur mon séant, j’avais admiré au loin , sur une mer plate, un sablier, toutes lumières allumées et qui attendait la marée propice pour entrer dans le chenal.


Seul signe de vie éclatante , dans cette nuit sinistre.

• Ceci est une interprétation à partir d’une donnée de médecine traditionnelle chinoise,  qui dit que le foie gouverne la peau.

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :