Archive | étranger RSS feed for this section

Harcèlement criminel – Un questionnaire

30 Oct

Ce questionnaire avait été proposé en 2013 , à des victimes de harcèlement électronique par l’ex-association de Derrick ROBINSON.
Le texte original en anglais a été transmis par Hassan, individu ciblé, résidant au Maroc, et qui répond , entre autres , sur une page FB et sur PP.

La présentation qui suit est partielle et fait abstraction de données qui concernent plus particulièrement les US.

Cette présentation un peu tronquée du questionnaire original est destinée à répondre à  ceux, dont les cibles,  qui s’interrogent sur  les divers aspects du  ciblage par harcèlement criminel .

Ce questionnaire tient compte aussi de ce qui est observable par les cibles , de leur ressenti, des sensations éprouvées et des impressions laissées durablement par la souffrance  infligée et vécue différemment par chacun.

Le harcèlement criminel se compose du harcèlement criminel en réseau et du harcèlement criminel par énergie dirigée.

275 victimes, , essentiellement des américains avaient répondu à ce questionnaire.
Quelques victimes , hors des Etats Unis, avaient également répondu aux questions posées , dont 4 victimes en Asie, 3 en Australie et 18 en Europe .

Dans le listage de ce questionnaire , il existe toujours une rubrique « autres » qui explique la différence entre le total des répondants et le total des réponses aux rubriques signifiantes , précises.

Sur 267 victimes  il y avait

167 femmes, et

100 hommes qui avaient répondu à la question « genre » .

Sur les 250 victimes qui avaient donné une information sur leur orientation sexuelle, il y avait
230 hétérosexuels, 10 homosexuels, 2 bisexuels et 8 transsexuels .

Les situations pour 242 des victimes ayant répondu sur leur situation matrimoniale , étaient
– célibataires ( jamais mariés) pour 130 d’entre eux ,
– seuls après divorce pour 44,
– séparés pour 44 autres et
– mariés pour 24.

Sur 106 réponses,
– 37 victimes liaient leur harcèlement à leur ancien conjoint,
– 69 refusaient cette éventualité.

Sur 209 réponses ,
– 121 victimes reconnaissaient une connotation sexuelle à leur harcèlement. Il s’agissait de femmes pour 62% des victimes ayant répondu à cette question.
34% des victimes avaient la garde ou la responsabilité de leurs enfants, et 37 % d’entre eux disaient que ces derniers étaient également harcelés

Pour les 256 victimes qui avaient répondu à la question du lieu de leur harcèlement,
– 215 (83,98 %) pointaient leur lieu de vie habituel, et seulement
– 9 d’entre elles mentionnaient leur lieu de travail.

Sur 258 réponses,
– 125 victimes se disaient sans emploi et
– 62 avec un emploi. Les autres s’étaient listées dans les catégories « sous-employés » et « autres » .

Le questionnement sur le niveau d’étude faisait apparaître 135 diplômés divers sur 260 réponses.

Parmi les 254 victimes qui avaient répondu à la question sur leur religion, il y avait
– 117 chrétiens,
– 2 juifs ,
– 64 musulmans,
– 2 hindous et
– 2 bouddhistes .

Le harcèlement répertorié et proposé donnait pour 249 victimes qui avaient répondu au type de harcèlement subi
– harcèlement criminel en réseau : 53,82 %
– harcèlement électronique : 76,71 %
– voix dans le crâne ( V2K) : 45,38 %
– attaques chimiques : 24,9%
– victimes de barbouzes : 11,65 %

Le plus important contingent de personnes se reconnaissant victimes était né entre
– 1946 et 1950
– 1961 et 1970
– 1976 et 1980
Ces victimes avaient pris conscience de leur ciblage surtout entre
– 1965 et 1970
– 1991 et 1995
– 2001 et 2013

Avec 255 réponses à la question sur la durée du harcèlement
– 16,86 % disaient quelques minutes
– 16,47 % mentionnaient quelques heures
– 7,45 % parlaient de toute la journée
– 55,69 % subissaient un harcèlement continu.
– 1,57 % étaient harcelés toute la matinée
– 1,96 % étaient harcelés toute la soirée

Les origines proposées de harcèlement, auxquels 230 victimes avaient répondu donnaient les % suivants
– harcèlement par la police : 32,61 %
– harcèlement de type gouvernemental : 17,39 %
– harcèlement de voisinage : 33,48 %
– harcèlement par des amis : 10%
– harcèlement par la famille : 10%

– harcèlement pour raisons financières : 10 %
– harcèlement lié à une relation : 17,83 %
– harcèlement lié à la drogue : 6,52 %
– harcèlement lié à la sexualité : 13,91 %

– torture électronique seulement à la maison : 23,04 %
– torture électronique au travail : 5,22%
– torture électronique en tous endroits : 52,17%

– suivi de harcèlement après déménagement dans la même ville : 26,96 %
– suivi de harcèlement après déménagement ailleurs dans le même Etat : 22,17 %
– suivi du harcèlement après déménagement dans un autre Etat: 21,74 %
– suivi du harcèlement à l’étranger ( pour ceux qui voyagent) : 6,96 %

A la question «  qui vous harcèlent selon vous » sur 258 réponses
– 21,32 % avouent qu’ils ne savent pas
– 12,79 % des victimes désignent la police
– 10,08 % désignent des agents fédéraux
– 8,91 % mentionnent des voisins

A la question complémentaire «  pourquoi pensez-vous être harcelé » 248 personnes avaient répondu , entre autres :
– ne pas savoir : 26,61 %
– leur activisme : 16,94 %
– un différent avec une autre personne : 8,06 %
– un refus de coopérer avec des harceleurs : 6,85 %
– le fait qu’ils avaient été choisi au hasard : 3,63 %

Sur 217 victimes ayant répondu à la question , 60 disaient avoir été enfermées de force dans un hôpital psychiatrique.

Les réponses de 186 victimes de harcèlement criminel en réseau , admettaient :
– bris de matériel : 23,66 %
– accident de voiture : 10,75 %
– harcèlement par les airs : 24,73 %
– manipulation du matériel informatique : 48,92 %
– difficultés au travail : 29,57 %
– violations de domicile : 38,17 %
– attaques sur les animaux domestiques : 19,35 %
– interférences avec les amis ou la famille : 47,85 %
– enfermement contraint en hôpital psy : 15,05 %
– des problèmes financiers ( fabriqués) : 29,03 %
– du théâtre de rue : 31,18 %
– la surveillance du domicile : 78,49 %
– le suivi à pied : 62,37 %
– des propos sarcastiques : 47,85 %
– des pertes d’emploi : 23,12 %
– du vandalisme : 21,51 %
– des manipulations sur le véhicule : 34,41 %
– des altérations de la nourriture : 23,12 %

Les 140 victimes de voix dans le crâne ( V2K) ayant répondu, reconnaissaient
– entendre des menaces : 74,29 %
– entendre des sarcasmes : 56,43 %
– entendre en boucle des propos dépourvus de sens : 57,14 %
– subir des critiques : 52,86 %
– être soumis à des interrogations : 48,57 %

Pour ce qui concerne la harcèlement électronique , 228 cibles avaient répondu sur les parties du corps visées comme suit :
– tête : 71,93 %
– yeux : 29,39 %
– nez : 34,27 %
– visage : 29,39 %
– abdomen : 32,02 %
– estomac : 32,89 %
– sexe : 46,49 %
– intestins : 28,51 %
– bras : 22,37 %
– jambes : 32,02 %
– pieds : 20,61 %
– mains : 15,79 %
– coeur : 38,16 %
– mâchoire : 14,04 %
– reins : 11,4 %
– dents : 16,23 %
– gorge : 36 %

253 victimes avaient répondu à la question « avez-vous l’impression d’avoir été implanté avec une puce « 
– 77 ( 30,43 %) pensaient avoir été implanté
– 58 ( 22,92%) pensait que ce n’était pas le cas , et
– 118 (46,64 %) se posaient la question

Les symptômes ressentis par 230 victimes de harcèlement électronique donnaient

– sensations de brûlures : 33,91 %
– maux de tête : 23,48 %
– extrême fatigue : 51,74 %
– sensation de décharge électrique dans tout le corps : 36,09 %
– sensation de viol électronique : 23,48 %
– manipulation du corps à distance : 30,87 %
– holographie : 11,3 %
– bourdonnements auditifs : 43,48 %
– démangeaisons : 30,43 %
– privation de sommeil : 46,96 %
– sensation d’aiguilles ou d’échardes : 37,39 %

 

Le niveau de souffrance estimé par 249 victimes sur une échelle de 1 à 10 donnait
– pour 7 : 15,26 %
– pour 8 : 14,86 %
– pour 9 : 10,84 %
– pour 10 : 18,07 %

L’état émotionnel que 235 victimes reconnaissaient , montrait :
– frayeur : 37,02 %
– colère : 60,85 %
– calme : 23,83 %
– inquietude : 34,89 %
– rage : 23,83 %
– état dépressif : 23,4 %
– découragement : 14,04 %

Pour faire connaitre leur situation 140 victimes avaient mentionné des actions
– auprès des représentants locaux : 40,71 %
– auprès des représentants de l’Etat : 40,71 %
– auprès de leurs représentants au Congrès : 31,43 %
– à la presse : 16,43 %
– à des radios : 13,57 %
– à des chaines de TV : 15 %
– par d’autres moyens : 55 %

On peut ajouter ici  que  les lois américaines étant différentes de celles qui s’appliquent en Europe, certaines des questions de ce survey , seraient impossibles à formuler , ici.

Toute personne qui souhaiterait organiser un questionnaire d’individus ciblés européens , devrait le garder en mémoire.

Il y a aussi moyen de s’inspirer de celui-ci, transmis par Hassan.

http://app.surveymethods.com/EndUser.aspx?8FABC7DF8ACEDBD5

Grâce à la diligence de Derrick ROBINSON , qui a créé aussi la nouvelle association PACTS INTERNATIONAL ,

People Against Covert Torture & Surveillance, International
http://www.pactsntl.org
PO Box 5405
Hemet, CA 92544
info@pactsntl.org
1-888-639-5559

un nouveau questionnaire a récemment été proposé aux victimes de harcèlement criminel du monde entier, avec la collaboration de deux spécialistes Bill ( William) Binney et Kirk Wiebe
Ce questionnaire est  actuellement en cours de traitement
https://lesharceleurs.wordpress.com/2017/06/21/une-enquete-internationale-sur-les-individus-cibles/

 

Publicités

Le harcèlement criminel en réseau – résumé

28 Oct

La vidéo suivante a été mise en ligne par une internaute du forum « psychologie  » sur DOCTISSIMO.

Elle résume ce qu’est l’horreur au quotidien des victimes/cibles de ces réseaux qui ont été laissés libres de prospérer par des complicités à tous niveaux et avec  une complaisance diabolique.

C’est à chacun de lutter contre ce fléau caché épouvantable  et  qui martyrise des proies désignées  et détruit leurs vies , dans une actuelle indifférence coupable insupportable.

La menace des neuro-armes

2 Juil

La menace des neuro- armes
Ce texte a été écrit par James Giordano, le  31 mai 2016.

Cette traduction rapide est faite sans autorisation et pourrait être retirée à la demande. Les images du cerveau ont été ajoutées et n’existent pas dans l’article en anglais.
James Giordano est professeur de neurologie , et responsable d’un programme de d’études  de neuro-éthique .
Il est membre de DARPA,  l’agence des projets de recherche avancée en matière de défense , où il est chargé des problèmes sociaux et légaux en neuro-éthique .
Son dernier livre est : Neurotechnology in National Security and Defense: Practical Considerations, Neuroethical Concerns (CRC Press).

 

Il y a presque deux ans, Juliano Pinto, un paraplégique de 29 ans, a époustouflé la planète lors de la Coupe du monde au Brésil avec l’aide d’une machine d’interface du cerveau qui a permis à ses pensées de contrôler un exosquelette robotique. Les spectateurs de ce prodige , pourraient être pardonnés pour ne pas voir le danger de cet exploit ; Pourtant, comme les avancées scientifiques les plus puissantes, les neurotechnologies qui permettent aux cerveaux de contrôler les machines – ou aux machines de lire ou contrôler les cerveaux – portent inévitablement en elles la menace de l’armement et de l’utilisation abusive qui en découlent . Cette menace que les conventions des Nations Unies existantes visant à limiter les armes biologiques et chimiques ne couvre pas encore suffisamment . Cela est vrai aussi pour les discussions éthiques concernant ces nouvelles technologies et qui ont tendance à les sous-estimer.

(Cela peut paraître comme de la science-fiction, mais selon un article de septembre 2015 de Foreign Policy , «Les mêmes machines qui servent à faire des recherches dans le cerveau pour diagnostiquer la maladie d’Alzheimer ou l’autisme, pourraient potentiellement lire les pensées personnelles de quelqu’un. Des systèmes informatiques reliés au tissu cérébral et qui permettent aux patients paralysés de manier des systèmes robotiques avec la seule pensée pourraient également être utilisés par un Etat pour diriger des soldats bioniques ou des avions pilotes. Et les dispositifs conçus pour aider une détérioration de l’esprit pourraient alternativement être utilisés pour implanter de nouveaux souvenirs ou pour éteindre ceux existants, chez des alliés et des ennemis .  »

Malgré l’énorme complexité de cette tâche, il est temps que les nations du monde entier commencent à combler toutes les lacunes juridiques et éthiques – et à prendre toutes précautions de sécurité – si elles veulent maitriser la menace contrôler la menace des armes neurologiques

La technologie exposée à São Paulo, initiée par Miguel Nicolelis de l’Université Duke, a montré la capacité croissante des neurorobotiques – l’étude des systèmes neuronaux artificiels. Les avantages médicaux pour les amputés et tous autres patients sont évidents, mais le pouvoir de lire ou de manipuler le cerveau humain comporte aussi des possibilités plus néfastes, annonçant un nouveau chapitre audacieux dans la longue histoire de la guerre psychologique et ouvrant un autre front dans la lutte difficile contre La prolifération d’armes exceptionnellement dangereuses.

La gamme complète de neuro- armes  potentielles couvre tout, des dispositifs de stimulation aux médicaments artificiels aux toxines naturelles, et dont certains ont été étudiés et utilisés depuis des décennies, y compris par des militaires. Les conventions existantes sur les armes biologiques et chimiques ont limité la recherche et le stockage de certaines toxines et des produits «neuro-microbiologiques» (comme la ricine et l’anthrax), tandis que d’autres substances et technologies puissantes, dont certaines développées à des fins médicales et facilement accessibles pour achat – restent non maitrisées par les règles internationales existantes. Certains experts s’inquiètent également d’un décalage éthique chez les scientifiques et les chercheurs. Comme l’a souligné l’article de Foreign Policy de septembre 2015, un rapport de 200 pages publié le printemps dernier sur l’éthique de l’initiative BRAIN de l’administration Obama n’a pas mentionné une seule fois le «double usage» possible ou «l’usage militaire».

En Amérique, une recherche médicale financée par le gouvernement fédéral avec applications militaires potentielles peuvent être controlées par les politiques de recherche à double usage des Instituts Nationaux de la Santé , qui se réfèrent au contenu général de la Convention sur les armes biologiques et toxiques et à la Convention sur les armes chimiques. Pourtant, ces politiques ne tiennent pas compte de la recherche dans d’autres pays ou des recherches entreprises (ou souscrites) par des acteurs non étatiques et pourraient engendrer des problèmes de sécurité pour les États-Unis si elles obligent les efforts américains à dépasser ceux d’autres États qui prennent le prétexte de la recherche médical ou d’expérimentation de routine Sans parler des sociétés commerciales protégées par des normes industrielles garantes de leurs intérêts exclusifs et de la propriété intellectuelle.

En plus d’un effort considérable demandé aux scientifiques pour mieux comprendre et définir l’éthique des neurosciences contemporaines, une solution évidente pour contrer la menace des armes neurologiques serait de faire évoluer la convention des armes biologiques elle-même. En vue de la huitième Conférence d’examen de la convention sur les armes biologiques qui se tiendra à la fin de cette année , les États membres devraient définir avec clarté le domaine de la neuroscience et de la neurotechnique d’aujourd’hui, pour développer une meilleure compréhension des capacités actuelles et futures et poser une image réaliste des menaces émergentes. Ils devraient également réviser les définitions actuelles de ce qui constitue une arme biologique , et ce qui est le transforme en arme , et mettre en place des critères pour évaluer et analyser plus précisément la recherche et le développement des neurosciences à l’avenir.

Je dirais également que les États-Unis et ses alliés devraient prendre les précautions de sécurité appropriées sous la forme d’une surveillance accrue de la R & D en neurosciences dans le monde entier. À titre préliminaire, les responsables du gouvernement peuvent développer une meilleure compréhension du domaine en accordant une attention à la «connaissance tacite» – le savoir-faire non officiel qui s’accumule chez les individus dans les laboratoires et d’autres sites où une science particulière est pratiquée ou étudiée. (Pour en savoir plus sur la connaissance tacite et le contrôle des armements, voir le récent Bulletin de Sonia Ben Ouagrham-Gormley sur son importance cruciale pour la convention sur les armes biologiques). Dans le même ordre d’idées, les autorités devraient également suivre la littérature sur les neurosciences dans le but d’évaluer les tendances, , Et le profil des outils et techniques émergents qui pourraient être utilisés pour l’armement.

Bien sûr, ce ne sont que des mesures préliminaires, facilement bloquées par des restrictions de propriété dans le cas de recherches commerciales et de classifications secret-d’Etat dans le cas du travail du gouvernement. Ainsi, une surveillance plus poussée nécessitera un effort plus large pour recueillir des renseignements provenant de diverses sources et indicateurs, y compris des programmes et des projets universitaires et industriels qui ont des applications directes à double usage; Investissements gouvernementaux et privés dans le domaine des sciences de la neurosciences et de la neurotechnologie. Chercheurs et étudiants ayant des connaissances et des compétences spécifiques; Commercialisation de produits et d’appareils; Et les approches militaires actuelles et à court terme concernant la neurotechnologie. Ce type de surveillance, tout en nécessitant des recherches plus nuancées et plus approfondies, pourrait produire des modèles empiriques très précieux pour évaluer des possibilités réalistes pour un avenir proche des neurosciences et de la neurotechnologie. Ceux-ci pourraient ensuite être utilisés pour mieux anticiper les menaces et créer des plans d’urgence.

Il est important de noter également le danger de ce type de surveillance. Comme l’a averti un rapport publié en 2008 par les Academies Nationales à Washington, car une surveillance accrue pourrait conduire à une sorte de course aux armements, alors que les nations réagissent aux nouveaux développements en créant des moyens de les contrer ou en améliorant les découvertes mutuelles. Cela pourrait être le cas non seulement pour les moyens et dispositifs incapacitants, mais aussi pour les technologies améliorant la performance. Comme l’a noté un rapport publié en 2014 par les Académies nationales , ce type d’escalade est une possibilité réaliste susceptible d’affecter la sécurité internationale.

Les États-Unis et ses alliés devraient donc être prudents s’ils jugent nécessaire d’établir ce type de surveillance profonde. Et sur le front international, ils devraient simultanément soutenir les efforts visant à améliorer la Convention sur les armes biologiques pour tenir compte des menaces dans la course aux armes neurologiques

Enfin, ils doivent garder à l’esprit combien il est difficile de réglementer les neurosciences et la neurotechnologie en période de découverte nouvelles. Les idéaux éthiques peuvent être développés pour façonner les lignes directrices et les politiques qui sont sensibles aux scénarios du monde réel, mais la flexibilité de ces approches signifie également qu’elles ne sont pas définitives. Les personnes chargées de surveiller les menaces potentielles doivent être constamment vigilantes face à l’évolution des technologies et aux distinctions floues entre utilisations médicales et militaires tout en naviguant dans la complexité de l’industrie de la santé, de l’éthique politique et militaire et du droit international. À la lumière des travaux à venir, il reste à voir à quel point les nations du monde seront capables de s’allier pour faire face à la menace des armes neurologiques

Note de l’auteur: Les opinions exprimées dans cet article ne reflètent pas nécessairement celles de DARPA, du personnel par intérim ou du ministère de la Défense des États-Unis.

 

http://thebulletin.org/neuroweapons-threat9494

Le mafieux criminel corse

13 Jan

Le texte suivant posté sur https://etouffoir.blogspot.fr/2017/01/le-mafieux-criminel-corse.html est semble-t-il, illisible . Un cyber-harceleur  a empêché sa publications normale en blanc. Il y est en noir , la couleur des costumes des membres de la mafia . Entre autre. 

mafieux

Mafieux , parce qu’ appartenant à une organisation cachée mettant en oeuvre des méthodes scélérates pour  intimider, faire pression, nuire, escroquer. https://fr.wikipedia.org/wiki/Mafia
Cette organisation qui a un pied dans la franc-maçonnerie met aussi ses autres  pions au service de franc-maçons  qui sont  en recherche de règlements de compte  d’égo, sans procédure.

mafia-auto-tag

Criminel , parce qu’utilisant  des moyens et appareils liés à une technologie qui propulse  une énergie immatérielle  pour  torturer  et assassiner à travers les murs, à distance et sans preuve .

Corse , parce que l’ immatriculation  de son véhicule le dit.

Cet homme discret qui s’est fait une page FB lisse et  tout sourire, est un homme d’intérieur. Il travaille chez lui .
Sauf  escapade de temps en temps , pour un peu de bonheur privatif, dans son ailleurs préféré.
Mais s’il s’absente de son appartement, il  y est  toujours remplacé. Et de plus en plus.

C’est également ce que racontent de nombreuses cibles de par le monde.
La surveillance  d’une cible de harcèlement criminel est totale, et donne l’impression réaliste d’une transparence du lieu de vie de la cible,   pour le criminel  .

Cela m’entraine  assez souvent à  partir de ce qui devrait être un lieu privatif. Non à cause de l’indiscrétion  et de la privation d’intimité  flagrante de cet espace personnel  transformé en aquarium par Stefane() ou ses comparses, mais bien à cause des tirs d’énergies diverses que ces individus sadiques  déversent  sur moi à leur gré.

Dans les analyses  faites par des anglo-saxons  et qui sont proposées quant au but de ce harcèlement criminel,  on trouve la volonté de brimer, de  soumettre, de  faire taire, d’humilier, de  détruire, de rendre folle, de  tuer, mais aussi et sans doute surtout le pur  plaisir de torturer .

img_1017
Est-ce que je peux te rappeler , maman ?
Dessin de VOUTCH

Dans l’anonymat  lié à la technologie utilisée qui est  sans preuve  acceptée,  ni bruit,  et avec la complicité passive   des autorités constituées locales  * (1 ),  tous les sadiques en relation avec les uns ou les autres ,  peuvent être invités ainsi à  satisfaire leurs pulsions par pulsations d’énergie en cachette.

Cela se fait à partir des appartements voisins  de la cible . Il n’est pas exclus que ce soit  un jeu payant.

Cela se fait également  à partir d’appartements où se trouve les très nombreux propriétaires d’armes à énergie dirigée qui circulent en France

C’est ce qui était devenu  assez vite évident à Paris avec des tirs d’énergie faits des fenêtres d’appartement, sur une cible ( moi )  dans la rue .

  • tirs venant de l’appartement DE CERTAINES, rue Ernest renan
  • tirs venant d’un appartement de la rue de Vaugirard
  • tirs  d’un appartement de la rue Lecourbe ( viseur positionné dans le cadre de sa baie vitrée)
  • Cela se passait  en plein quartier corse de Paris : le XVème
    Il semble bien que les Sables d’Olonne soit également une ville sous la loi corse.

Dans d’autres endroits, comme Vannes (ville de garnison) , Lanester ( base aérienne) , St Julien des Landes, les criminels étaient manifestement liés aux réseaux criminels de l’armée.

Le vicelard G. Poitevin (marine nationale)  en avait été l’exemple le plus criant. Lui aussi protégé par les autorités constituées qui ont l’habitude d’accuser les victimes de crime de harcèlement électronique  non traités, de diffamation.

Ce mélange de genres sociaux des participants, et leurs protections quasi officielles,  fait très fort penser à des réseaux criminels  de franc-maçons . Sauf, bien sûr, si cette suggestion n’est  qu’ un leurre d’opportunité et que le problème n’est, plus généralement , qu’une dictature de mâles en mal de domination et de soumission de proies.

Pour faire allusion à cette confrérie  des frères , le nouveau  facteur avait fait son 3 sur une de mes enveloppes. Ils avaient été  3 à  sournoisement essayer de m’empêcher de sortir du parking. Quelqu’un avait programmé 3 sur la centrale de la voiture et qui apparaissait à l’écran en ouverture. Des puérilités .Compte tenu des  individus   qui s’adonnaient à ce petit jeu imbécile on pourrait même penser que le 3 dans ces cas là est tout simplement  le signe de l’entre-jambe, et de ce qu’ils pensent être la marque de leur supériorité.
Et en rapport , par hasard , avec ce 3, il se trouve qu’un lecteur a,  ce matin, très justement cliqué sur les articles

http://etouffoir.blogspot.fr/2014/09/sandale-de-paille-2.html

http://etouffoir.blogspot.fr/2014/09/sandale-de-paille.html

Cette fois,  après plusieurs nuits en voiture , avec des réveils aux  pieds gelés, j’avais opté pour une nuit at home, et un petit changement . Au cas où l’électricité serait une cause non négligeable  de certaines de mes souffrances, un test de tension induite dans le corps avait été fait en plusieurs endroits .

img_0976-normes-tension-induite
Norme  pour tension induite dans le corps

Le test de tension induite dans le corps dans la chambre, sans aucun appareil électrique branché,  était exécrable avec 220 mV 

Par contre , un petit coin de la pièce à vivre semblait idéal, moins de 100 .

( vidéo sur  https://etouffoir.blogspot.fr/2017/01/le-mafieux-criminel-corse.html

Et en avant pour le lit dans cet endroit.

Le soir , apparemment , Stefanini savait déjà où trouver ma tête et les bronches . Le canardage avait été sadique et  bestial. Comme lui.
Quelques détections  de ces tirs d’énergie avaient  été mises sur l’article précédent
https://etouffoir.blogspot.fr/2017/01/les-comparaisons-proposees-ont-faites.html

Les sensations d’éclairs brûlants à la limite de  l’implosion des tissus biologiques  du début de soirée,  avaient vite  fait place à une sensation de brûlure tenace en profondeur.

Un sifflement distinct,  porté en plus par les tirs,  et malgré ma surdité induite et  les boules quies , complétait le tableau et empêchait  complètement le repos
Au matin la tension induite du corps , à cet endroit  idéal la veille , était comme suit :

img_1003-tension-induite-6h24-278

Pendant la nuit , une autre recherche avait été faite sur la présence d’ondes porteuses de sons , entre 40 Hz et 12 KHz.
L’indication à  20h49  était ainsi :

img_0998-10-1-a-2oh49-2-7-%c2%b5t

Au matin , il y avait peu de changement : 2,9 µT
Mais c’était encore beaucoup trop selon la norme TCO99   et qui n’arrivait même plus à afficher le pourcentage devenu trop important.

  • (1) texte précédent

Normalement , TOUS les blogs  liés à cette histoire  de crime organisé obsessionnel , et qui finira forcément  mal, sont en pause . Alors autant vous le dire maintenant.

we-do-it-too-festival-dangouleme-unnamed

Autorités constituées et assassinat ciblé

28 Déc

sam-gross-your-grandma-and-i-have-decided-to-live-together-new-yorker-cartoon

Les autorités constituées se composent des représentants des pouvoirs législatifs, exécutifs et judiciaires tels que définis dans la constitution de 1958. Cela inclut les élus nationaux et locaux et les fonctionnaires d’Etat et des collectivités locales.

Ce sont ceux qui  disent souvent doctement voire de façon suffisante , que personne n’a le droit de se faire justice soi-même. C’est oublier, et ils le font volontiers, que la harcèlement criminel caché est justement , très souvent, une manière de remplacer la justice pour régler des comptes inavouables et  divers , et  par des pratiques violentes et  surtout hors la loi.

Le harcèlement criminel caché est gratuit et ne perd pas de temps. Il est fait  par détournement des engagements pris et payés, dans le cadre de la qualité, de la fonction , du métier,  de la responsabilité endossée et sous sa couverture. Il s’agit donc de personnes qui doivent la justice à une cible, mais font en sorte que cela ne soit pas possible, en utilisant leur autorité pour empêcher cette possibilité de règlement .

En gros, les autorités constituées  sont tous ceux qui sont volontaires pour représenter l’Etat à tous les  échelons de la société et qui vivent de l’argent collecté par l’Etat et qui leur re-distribue  sous forme de salaires et d’ indemnités, contre services encadrés.

En contrepartie de cet argent empoché, les autorités constituées ont l’obligation, et ce n’est pas un choix ou une notion interprétable selon les circonstances, de dénoncer un crime auprès du procureur , si ce crime est porté à leur connaissance.

Rien , ni personne, selon l’article 40 du CPC qui les oblige à cette démarche citoyenne , ne précise qu’ils doivent être témoins du crime ou connaître le ou les criminels.

Pour mettre en place ce processus de dénonciation ( article 40 du CPC) du crime de harcèlement électronique pris dans sa forme d’atteinte à l’intégrité physique et de torture par privation de sommeil,  et en l’absence de réponse judiciaire aux plaintes portées depuis 4 ans , des représentants de cette catégorie sociale (autorités constituées) avaient été dument contactés et par de nombreuses cibles

– le premier élu de France avait été sollicité à plusieurs reprises . Mais avec ses seulement 12.000 ++ euros d’indemnité, logé, nourri, blanchi , transporté et ses 9000 ++ euros de coiffeur , on sait que notre élu national est débordé  pour faire face à tout ce qui fait scandale , et on apprend vite que le harcèlement criminel électronique, bien caché, n’en fait pas partie.

Localement, pour ce qui me concerne :
Monsieur GOUJON, député-maire de Paris XVème avait été sollicité par courrier.
Monsieur Philippe GOUJON, ancien colonel de gendarmerie, et député/maire d’un arrondissement de plus de 100.000 individus , émarge à plus de 12.000 euros /mois de revenus d’origine publique.
Cet homme d’ordre, qui participe à l’élaboration des lois et à leur mise en application n’avait pas donné suite à mon information de crime ….. sauf par des invitations à des pince-fesses et des sauteries locales .

Monsieur David ROBO, le jeune maire de Vannes (56) et vice président de la communauté d’agglomération de Vannes , et qui doit sans doute se contenter d’environ 8000 euros d’argent d’origine  publique, avait également été averti du crime de harcèlement électronique. Son aide avait été demandée.  . Comme Philippe GOUJON, il n’avait jamais répondu .  Le crime caché dont je faisais état et que je commençais à prouver, n’avait mérité, selon ses critères personnels,  aucune attention.

Monsieur Didier GALLOT , ancien magistrat et maire des Sables d’Olonne (85) avec ses 48.000 habitants pour l’aire urbaine, ne disposerait peut-être  que d’environ 8000 à 9000 euros d’argent d’origine publique, pour subsister et travailler.
A mon courrier mentionnant le crime dont je suis victime, il avait courtoisement répondu… en se payant ma fiole. C’est gratuit.

Parmi les autorités constituées, mais  présentés récemment comme des  insatisfaits  et qui se considèrent comme des gagne petits et laissés pour compte, les fonctionnaires de police qui émargent entre 2500 et 5000 euros par mois,  ont aussi l’obligation de dénoncer le crime de harcèlement électronique  rapporté,  auprès du procureur. ( article 40 du CPC).

img_0896

Avec eux , ça avait été assez simple, puisque la situation habituelle caricaturale de leur fait,  avait consisté à me faire matraquer de signaux  de micro-ondes, toute la nuit,  avant chaque convocation . Avec une maestria digne de l’habitude, ils avaient  même systématiquement  retourné toute situation ou plainte contre moi, avec intimidations et menaces à la clé. *(1) .

img_0897

De LIVRE BLEU N°2

éditions FELIX

Entrée comme victime dans un commissariat ou poste de police, j’en étais sortie ( sauf une fois) accusée et de n’importe quoi.

img_8299

Quand j’avais promené la  pancarte  ci-dessus dans les rues de La Rochelle (17) Plusieurs personnes s’étaient étonnées que le crime ici  mentionné ne soit pas traitable ou traité par des plaintes au pénal. Après quelques minutes d’ échange avec exemples à l’appui, les conclusions avaient toutes été les mêmes .

«  alors, c’est eux qui organisent »

img_5296-poulets

Bien obligée d’y penser, face à un groupe qui n’a même pas eu l’idée de mettre une des leurs à ma place pour vérifier la réalité de ma situation. Et même de requalifier cette quasi  «  opération homo » résultant de leur négligence ou participation active  , en « opération natio homo ». « Natio » pour  nationale.

Car, par ailleurs,  les personnes mentionnées ici, ont  TOUTES  été volontaires  et pour certaines pendant toute une carrière, pour se mettre au service des lois d’un Etat de droit et les appliquer.

Il semblerait pourtant que les salaires et indemnités qu’ils empochent sans renâcler  , ne soient pas suffisants . Ce qui les amènent à faire des exceptions  et un choix  des lois et règlement qu’ils admettent d’appliquer   ….. et qu’ils choisissent eux-mêmes

Pour mémoire, une « opération homo »  est un homicide orchestré par des agents de l’Etat.

Les «  opérations homo « sont des homicides conduits par tout moyen efficace et de préférence rapide, et hors du territoire national parce que sur le territoire national  la peine de mort n’existe plus.

Ici, il s’agit d’une mort lente et progressive . Sur le territoire, majoritairement.  Une mort qui fait beaucoup souffrir. D’abord.

La mort lente du harcèlement électronique, à base de torture imparable infligée encore ces dernières nuits, par un corse , et manifestement au service de fonctionnaires tueurs cachés , car ce n’est pas possible autrement, est donc tout naturellement à appeler « opération natio homo » .

Une « opération homo » américaine , contre un américain à double nationalité et résidant au Yemen, avait été décrite en 700 pages passionnantes,  presque à la manière d’un polar.

L’ « opération natio homo «  de mes blogs comporte  actuellement 722 pages , souvent rasantes et répétitives, mais curieusement , franchement plus populaires ailleurs qu’en France.

img_0665

Sur cette double et navrante constatation, ce blog va se mettre en pause .

J’en profite pour vous souhaiter le meilleur, comme on dit là-bas :

img_0883

http://lezarceleurs.blogspot.fr/2016/07/individus-cibles-le-programme.html

Rassemblement de protestation à Varsovie le 4 juillet 2016

2 Juil

Varsovie 1 images

Un rassemblement de protestation contre le harcèlement criminel caché est prévu le lundi 4 juillet à Varsovie, Pologne, entre 11h et 16 h ,  devant le Ministère de la Défense ,

218 Independance Avenue,  ——  aleja Niepodległości 218, 00-911 WARSZAWA

https://www.google.com/webhp?sourceid=chrome-instant&ion=1&espv=2&ie=UTF-8#q=Al.+Niepodległości+218%2C+00-911+Warszawa

Le but de ce rassemblement est de protester et faire connaître le crime de harcèlement électronique , la torture physique , mentale et psychologique qui va avec et affecte le système nerveux des victimes , ainsi que les tactiques du harcèlement criminel caché désigné par le  terme anglais «  gang stalking » .

Les individus ciblés par cette pratique monstrueuse du harcèlement criminel caché ainsi que toutes les autres personnes qui le connaissent et peuvent le redouter, sont invités à se joindre à cet évènement historique .

Pologne 780-Copy-390x205

La défense de cette cause est internationale , car le harcèlement criminel caché est mondial , et peut être dirigé contre toute personne sans égard de genre, de race, ou d’âge.

Pologne images

 

Les participants sont invités à venir avec des tenues correctes et à apporter des panneaux et/ou banderoles  pour manifester leur détermination à mettre fin à ces violations inacceptables des droits humains.

MANIFESTATION contre le HCE , à BERLIN , le 18 octobre

13 Oct

Berlin1

Une manifestation est prévue à BERLIN- Allemagne, le 18 octobre à 16 h à

Oranienplatz, Kreutberg,

Les informations en anglais , se trouvent à

http://www.stopeg.com/doc/mc-flyer-2015-english–ganz-ruckseite.pdf

Cette manifestation fait suite à la conférence internationale sur le harcèlement caché et qui s’était tenue aussi à BERLIN.

covert_harassment_conference_2015_speakers_20151001

Le contenu de cette conférence sera mis en ligne dans quelques semaines  comme l’indique  Peter MOORING à :     https://www.facebook.com/covertharassmentconference

berlin31

HCE = harcèlement criminel électronique ,  aussi appelé parfois

 « harcèlement psychotronique  »

et dont les divers  et multipes aspects  et implications sont,  ici, exposés dans le flyer en anglais du site STOPEG