Archive | immunité pénale de criminels RSS feed for this section

The Right to Normality – Le droit à la normalité

7 Jan

Ce qui suit est destiné à faire écho à la remarque d’Eleanor WHITE et qui se trouve au dernier paragraphe de l’article https://etouffoir.blogspot.fr/2018/01/les-recettes-du-harcelement-criminel-en.html

Le texte suivant est un résumé d’une requête présentée à la Cour Européenne des Droits de l’Homme en 2010.
Cette requête avait été présentée en français et en anglais.
La version française avait été mise en ligne sur un blog. De façon inhabituelle , la version allégée de ce jour , est composée d’extraits de  la version anglaise.

Le droit à être traité normalement , comme tout citoyen respectueux des lois, est une revendication commune à tous les individus ciblés par le harcèlement criminel en réseau.

L’incompréhension et la stupeur des cibles de harcèlement criminel en réseau , face aux réactions des forces de l’ordre et de la justice nationale qui les empêchent d’accéder à une vie normale , semble être la même dans les pays dits démocratiques du monde entier,  où les cibles apparaissent comme des sous-humains,  privés du droit à faire reconnaître les délinquances et crimes subis ,mais contraints de payer leurs impôts ou leurs factures.

Ci-après , des extraits de ma requête à la CEDH

For more than ten years now, I have been the victim of continuous, complex violence and violations, not to mention a gang rape.

From 2001 onwards, my vehicles but also my home were continually broken into every time I was absent from home. During the years of these violations a rape, thefts, damage, insults and threats were committed. I was constantly followed and placed in abusive situations, entailing considerable expense.

The only way to describe the method used for this deliberate destruction is to imagine uninterrupted gunfire from different, complementary angles, with a single purpose: to destroy the target.

I am that target, sometimes a prey, sometimes a toy. I am a woman alone, isolated now, a victim sometimes despised, sometimes ridiculed or deliberately humiliated.

To deal with this unimaginable situation I turned to the State legal services for protection, as would any citizen with nothing on her conscience. .

To clarify this rather complicated case, in a necessarily abbreviated form, I will furnish merely a few distinct examples, under four headings :

– the manufactured psychological context: rumours, image destroyed,  insults

– total insecurity : break ins, thefts, damage, spying,

– rape denied by the courts : rape

– other denials : complaints , procedures

RUMOURS, IMAGE DESTROYED, INSULTS
Repeated, converging rumours gradually presented me as deranged . All my acts and behavior were interpreted to give grounding to these rumours.
…..
In 2004, the door-keeper and her husband, made bold by their supporters, went so far as to insult me, for no personal reason, in the hall of the building: «  whore, bitch… madwoman… she’s driving us up the wall»
My complaint, filed in Paris against them for insulting language in November 2004, was declared a nonsuit in March 2006.
Because this case received no action, other offenses followed.

On 24 December 2009, my next door neighbor, of whom I knew merely the profession (artist), stood on the landing outside and shouted, for the benefit of the neighbors, that he would « have me sent to a mental hospital ». After shouting this three times, he called me a « bitch, worse than shit, unscrewable » and interrupted my protests with « shut your mouth, bitch ». He ended with  » I’ll break you « .

BREAK INS, THEFTS, DAMAGE, SPYING

These unwanted visits resulted in broken crockery in the cupboards, clothes torn or stained with ink in the wardrobes, objects damaged by small knocks, carpets torn and cut with cutters, furniture damaged by tearing off surfaces, burning with acid, holes and blows by heavy objects. Electrical, electronic and IT equipment was broken or put out of service.

My cars, parked in the street and opened with copied keys, were similarly damaged: thefts, locks broken, batteries emptied, tyres punctured, various objects removed, electronics interfered with etc.

To give but two examples of these organised destabilizing tactics, my cheque book was stolen from the apartment during one of these illicit visits and found several days later in plain view on the back shelf of my car, which was locked normally.

Documents filed and placed in a cupboard were found littered on the floor of the sitting room despite the fact that the apartment was protected by a burglar alarm in my absence. The alarm system log showed no indication of an intrusion.

These stressfull anecdotes seem improbable but they should have been investigated by the police when I complained.
No policeman came to investigate.

RAPE
In 2002 a gang of rapists entered my apartment (locked and bolted) during the night. I woke from a deep sleep to hear their voices around my bed. I tried to move, but my body did not respond to the orders of my brain. I was knocked unconscious and raped with no protection.
The next day I found bruises on my arms and legs.
…….
Given that I was the victim of a rumour campaign describing me as « mad », I choosed not to file a complaint with the police.

However, in 2007 I denounced this rape, once I had proved that I was not mad and explained the stratagems set up by my mother’s solicitor and their purpose: to eliminate me so that my brother could inherit both my mother’s estate and mine.
……
In France, judges informed of a rape have the obligation to inform at once the Public Prosecutor who must order an investigation.
Neither of these two magistrates contacted me or interrogated me following my denunciation of the rape.

The rape was not added to the list of my complaints by the examining judge.

This offense was denied by deliberate omission by the judges as of May 27 2007.

COMPLAINTS AND PROCEDURES
Throughout this series of violent acts, I filed many complaints about the various incidents.

The fact is that my position as a victim was mainly denied by representatives of the State, sometimes cunningly, often by criticism or ridicule.

Refusal to inform
On February 6 2008, the examining magistrate ordered a refusal to inform without proper motivations (as requested by the article 86 of the Code of penal procedure)

Court of Appeal
I appealed against the refusal to inform in the Paris Court of Appeal, on the grounds that this case had been dealt with,  haphazardly and carelessly,  in view of the letters from the examining magistrate dated July 25 and October …..
It seemed clear that these irregularities , plus the nullified and absent report on my hearing of June 7 2007,  implied that the examining magistrate was not in possession of the necessary facts on which to base a decision.

My appeal was therefore based on those inconsistencies.

Court of Cassation
In its report, G 09-80. 819 , dated 23 April 2009 the rapporteur of the criminal division of the Court refused the appeal on the basis of Art. 590 of the Code of Criminal Procedure, which requires that reference be made to the laws the violation of which is invoked.

In the same report dated April 23 2009, the rapporteur repeated the inventions of the investigating chamber: « imaginary allegations … exacerbated persecution complex », without reference to the article in the Code of Penal Procedure incriminated.

Various actions, omissions and décisions in this case have violated Arts. 3 , 6.§ 1 and 8 of the Convention.

Violation of Article 3 of the Convention

« No person shall be subjected to torture, nor to inhuman or degrading punishment or treatment »
……
Policemen and magistrates have also participated .

This treatment by the public authorities began with the words of Mme R, a policewoman, who, talking to me , of me, used the term « mad » on November 23 2003.

In 2005 , Mr B. , a policeman, shouted :
 » She has a persecution complex… she doesn’t want to be treated… she has fallen out with everyone. It was the same in Paris ».
……..
My supposed state of derangement, as decreed by judges not qualified to diagnose it, thus became an officially acknowledged stigma.

The language used was sometimes, cleverly, on the borderline between the psychological and the psychiatric: « eccentric… extravagant .»
Those personal value jugement were used to describe me , instead of investigating the offenses I kept on mentioning ..
…..
Fighting alone against the all-powerful State bodies to make them admit that I am a victim and a normal citizen has been a traumatizing experience and the moral suffering has exhausted me. Hitherto my fight has been in vain.
…..
The rape accusation in 2007 was ignored and hidden by the representatives of the French State at the highest level, yet their function and French law require them to take the complaint into account and investigate.

Denial of rape also increases the victim’s suffering and leaves her no chance of reconstruction.
…….
In my case, the gang rape, in my apartment, after placing me in a state of dependence, was a degrading and humiliating experience and violated my right to physical and moral integrity.

Violation of Article 6 § 1 of the Convention

« All persons shall have the right to have their cause heard equitably, publicly and within reasonable delays, by an independent and impartial tribunal set up by law, which shall decide, either on the contestations arising from civil rights and obligations, or on the grounds for any criminal accusation against them ».

In my complaint n° 204/00037 filed in Angers in 2004, the investigation of the policewoman, Mme C. clearly notes the examining magistrate’s refusal to allow any search of my home.

« the judge issuing the order stipulated that it was not necessary to investigate at the complainant’s home. These observations would add nothing to our investigation. »
……..
In June 2007, two documents from the file processed by Angers disappeared: the report of the hearing and the report on the observations in my home.
…….
Actually , these actions which happened to heap ridicule on a victim (me)
turned out to appear as a parody of justice.
…….
The examining chamber then grounded its order on the fact that my previous complaints about similar, but not identical, facts had given rise to dismissal of the case.
It adds, in the absence of any result of investigations that were not pursued, that this case is based only on my imagination driven by « a form of exacerbated feeling of persecution ».

It stated too, that my complaints were not criminally qualifiable .
The deductive reasoning which ends up in this conclusion seems to be that since I am said perturbed, then I am not « trustworthy » and so are not my complaints .
…..
In fact, because I was catalogued as « disturbed » and « affabulating », I simply never benefited from an impartial treatment of my complaints.

The order from the Criminal division of the Court of Cassation on September 1 2009, refusing to admit my appeal, is also in violation of article 6§1 of the Convention.

This judgement, which relies on article 567-1-1, declares that there were no grounds allowing the appeal to be heard, without detailing what those grounds might be. Article 567-1-1 provides that the appeal must be declared as not admitted where it does not present « serious grounds for cassation ».

Violation of article 8 of the Convention

« All persons have the right to privacy in their lives, homes and correspondence.

No public authority may interfere in the exercise of this right, unless this interference is provided by law and constitutes a measure which, in a democratic society, is required by national security, public safety, national economic health, defence of law and order and prevention of criminal acts, protection of health and morals, or protection of the rights and liberties of third parties ».

The first line of the Convention asserts the right to privacy in the family, home and correspondence. It goes on to confirm that public authorities may not interfere in the exercise of this righ
…..
By suspecting me, indeed accusing me, of disorders or illness that had been neither observed or named by specialists, the police and examining magistrates clearly violated my privacy.
…..
By the same token, they damaged my reputation by formulating these accusations of behavioural disorders invented for their own convenience.

These manoeuvres and humiliating criticism also violated my right to dignity.

All these procedures by the public authorities thus interfered in my private life
…..
The right to privacy in the home implies that the home is inviolable. It is guaranteed by the Convention and the member States.

It so happens that no report on the violations of my domicile was ever made. The two reports expected ( dated 14-6-2005 and 8-6-05) do not appear to exist.
There was therefore a deliberate intention on the part of the State representatives to hide the extreme situation that I experienced, and do nothing.
It would therefore be appropriate here to consider that these violations and their consequences are proved, because the method of the ostrich hiding its head in the sand, used by the French State, leads us to suppose that the absence of investigation and reporting,  prove precisely that I must be telling the truth.

The incessant violations of my privacy deprived me of normal security and enjoyment of the apartments I was living in.

The privacy, security and well-being in my living spaces were denied me for ten years through the inertia or inefficiency of the authority that guarantees them. The consequences were destruction and incessant thefts.
*******
Furthermore, I wish to draw the attention of the European Court of Human Rights to the right, not observed in my case , and cruelly highlighted by it:

THE RIGHT TO NORMALITY

which would serve to protect many woman ( humans) at the basic level of acts of justice in Europe and throughout the world.

Publicités

Stress thermique extrême – Incapacitation humaine programmée

3 Jan

Ce qui suit est une traduction rapide , partielle et  sans autorisation d’une partie d’un texte déclassifié  en 2006,  par l’armée américaine et  intitulé :

«Bioeffects of Selected Nonlethal Weapons» 

Le document  fait partie d’une étude du National Ground Intelligence Center de 1998 sur la technologie des armes non létales et  dont le reste n’a pas encore été déclassifié.

Cette partie de l’étude concerne les effets thermiques des RF ( radio fréquence) volontairement utilisées pour dominer et « incapaciter » des êtres humains.

Les termes surlignés sont un choix personnel.

Ce texte ici présenté pourra être enlevé à la demande .

 

Effet incapacitant par échauffement aux micro-ondes

L’échauffement du corps pour imiter une fièvre est un effet incapacitant des RF . L’objectif est de fournir un échauffement d’une manière très contrôlée afin que la température du corps monte de façon uniforme  pour n’endommager aucun organe . Des températures centrales d’environ 41 ° C sont considérées comme adéquates.

A cette température, le comportement d’un individu sera radicalement différent. La plupart des gens qui ont de la fièvre deviennent beaucoup moins agressifs. Certaines personnes peuvent devenir plus irritables. Les sensations subjectives produites par cette augmentation de chaleur sont beaucoup plus désagréables que celles qui accompagnent la fièvre.    Dans l’hyperthermie, tous les processus effecteurs * (1)   sont forcés à leur maximum, alors que dans la fièvre ils ne le sont pas. Il est également possible que l’hyperthermie par micro-ondes (même avec une augmentation de seulement 1 ° C de la température du cerveau) puisse perturber le fonctionnement de la mémoire , entraînant ainsi une désorientation.

Cible biologique / Fonctions normales / État pathologique

La température des animaux à sang chaud (homéothermes) comme l’humain reste pratiquement inchangée bien que la température ambiante puisse varier considérablement. La température normale du corps humain enregistrée par la bouche est habituellement de 37 ° C, avec une température rectale d’un degré plus élevée. La variation entre les individus se situe généralement entre 35,8 ° C et 37,8 ° C par voie orale. Des variations se produisent également chez un individu au cours de la journée – Il peut y avoir une différence de 1,0 ° C ou même 2,0 ° C au maximum en fin d’après-midi ou en début de soirée, avec un minimum entre 3 et 5 heures du matin. Un exercice musculaire intense provoque une augmentation de la température qui est proportionnelle à l’intensité des exercices exercices et peut monter à 40 °C

Un stress thermique extrême, qui dépasse la possibilité d’élimination par le corps , provoque une augmentation pathologique de la température du corps. Les sensations subjectives produites par cette accumulation de chaleur sont beaucoup plus désagréables que celles qui accompagnent la fièvre. Dans les cas d’hyperthermie, les processus de l’effet sont plus ou moins ressentis, alors que les symptômes ne le sont pas. La température limite pour la survie, cependant, est la même dans les deux cas : une température corporelle de 42 ° C. Pendant de courtes périodes, certaines personnes ont réussi à survivre à des températures de 43 ° C.

Dans l’hyperthermie prolongée, avec des températures de plus de 40 ° C à 41 ° C, le cerveau subit des dommages importants qui entraînent habituellement la mort. Les périodes d’hyperthermie sont accompagnées d’un œdème cérébral qui endommage les neurones, la victime présente alors une désorientation, un délire et des convulsions. Ce syndrome est appelé coup de soleil, ou coup de chaleur, selon les circonstances. Lorsque l’hyperthermie est prolongée, les lésions cérébrales interfèrent avec les mécanismes thermorégulateurs centraux. En particulier, la sécrétion de sueur cesse, de sorte que la situation s’en trouve aggravée.

Mécanisme pour produire les effets souhaités

Ce concept s’appuie sur environ 40 ans d’observation des effets d’échauffement aux micro-ondes. De nombreuses études ont été réalisées sur des animaux afin d’identifier les principales caractéristiques qui permettent de comprendre ces transferts d’énergie chez les animaux. Une considération de physique met l’accent sur la relation entre la taille de l’animal et la longueur d’onde de l’énergie de radiofréquence utilisée.

En effet, les points importants à considérer dans le cadre de exposition humaine au rayonnement de radiofréquences doivent tenir compte du phénomène d’absorption différentielle en fonction de la fréquence et de la corpulence. Le défi consiste à minimiser le temps d’action sans causer de blessure permanente à un organe ou à tout le corps tout en optimisant la fonction de l’équipement. L’orientation de l’énergie incidente par rapport à l’orientation de l’animal est également importante.

Dans une étude portant sur l’effet du rayonnement RF sur la température corporelle chez le singe rhésus, une fréquence (225 MHz) avait été volontairement choisie pour ajouter de l’énergie dans le corps de l’animal. Un débit de dose de 10 W / kg avait fait augmenter la température du corps jusqu’à 42 ° C en peu de temps (10-15 min). Pour éviter des effets indésirables irréversibles, l’exposition avait été interrompue à une température de 42 ° C. Un débit de dose plus faible de 5 W / kg avait fait augmenter la température à 41,5 ° C en moins de 2 heures. La nature réversible de cet état avait été évidente lors de la diminution rapide de la température corporelle après l’arrêt des RF et avant qu’une température critique de 42 ° C ait été atteinte.

On estime pour les rats que la dose pour atteindre le seuil de la convulsion se situe entre 22 et 35 J / g pour des durées d’exposition de moins d’une seconde à 15 minutes. Pour une exposition de 30 minutes, la dose limite pour obtenir une diminution de l’endurance est proche de 20 J / g, la limite pour obtenir l’arrêt d’une activité est d’environ 9 J / g et le seuil pour perturber une activité de 5 à 7 J / g. Toutes les mesures ci-dessus, à l’exception des convulsions, relèvent du phénomène d’incapacitation non létale.
Une estimation grossière de la puissance requise pour l’échauffement d’un humain par cette technologie est de l’ordre de 10 W / kg, avec environ 15 à 30 minutes d’exposition de la cible. Les niveaux de puissance réels dépendent de facteurs climatiques , vestimentaires et de considérations diverses qui affectent les déperditions de chaleur de l’individu concerné.

Une méthode pour exprimer le débit de dose en termes de surface corporelle (c’est-à-dire, watts par mètre carré) plutôt que de masse corporelle (c’est-à-dire en watts par kilogramme) permettrait une projection plus fiable quant aux effets thermiques entre espèces. Cependant, il existe de grandes incertitudes dans la capacité d’extrapoler les effets thermorégulateurs chez les animaux de laboratoire pour les appliquer aux êtres humains.

Cette technologie est une variante d’une technologie qui existe depuis de nombreuses années. Il est bien connu que les micro-ondes peuvent être utilisées pour chauffer des objets. Non seulement la technologie des micro-ondes est utilisée pour cuire les aliments, mais elle est également utilisée comme source dirigée de chauffage dans de nombreuses applications industrielles.

C’était même l’objet de la «Pound Proposal » il y a quelques années qui se proposait de fournir un chauffage résidentiel aux gens, et non pas un espace de vie. En raison de la nature apparemment sans danger d’un échauffement corporel utilisant des techniques à micro-ondes, une variété d’utilisations innovantes de l’énergie EM pour des applications humaines ont été explorées. L’application non létale comprendrait un ensemble micro-ondes hautement sophistiqué pouvant être utilisé en projetant des micro-ondes afin de fournir un échauffement contrôlé des personnes. Ce échauffement contrôlé élève la température centrale des individus à un niveau prédéterminé pour imiter une forte fièvre dans le but d’acquérir un avantage psychologique / capacitaire  sur l’ennemi, sans infliger de force meurtrière.

Le concept d’échauffement est simple; le défi est d’identifier et de produire le mélange correct de fréquences et de niveaux de puissance nécessaires pour réussir cet échauffement à distance sans blesser des organes spécifiques chez les individus visés par le faisceau.

Une variété de facteurs contribue à l’attractivité de cette technologie non létale. Premièrement, elle est basée sur un effet bien connu, l’échauffement . Chaque être humain est soumis aux effets d’échauffement , par conséquent, il est donc 100% probable . Le délai d’apparition pourrait prendre entre 15 et 30 minutes pour être mis en place.

Cependant, la synchronisation fait l’objet de recherches supplémentaires pour maximiser le phénomène d’échauffement tout en minimisant les effets néfastes localement. Le démarrage pourrait être assez lent et / ou d’une telle fréquence qu’il ne puisse pas être reconnu par la ou les personne (s) irradiée (s). La sécurité des innocents pourrait être améliorée par l’application et le développement supplémentaire de technologies de détection avancées. Le temps d‘incapacitation pourrait être prolongé à presque n’importe quelle période désirée compatible avec la sûreté. (Compte tenu de la RD appropriée, la température ou d’autres signes vitaux pourraient être surveillés à distance, et la température pourrait être maintenue à un degré minimum efficace).

Temps d’apparition

L’heure de début est fonction du niveau de puissance utilisé. Un échauffement uniforme soigneusement surveillé pourrait probablement se faire entre 15 et 30 minutes. Le délai d’apparition pourrait être réduit, mais avec un risque accru d’effets indésirables. Le temps minimum dépend du niveau de puissance de l’équipement et de l’efficacité de l’appareil viseur.

Durée de l’effet

En supposant que l’échauffement soit fait avec soin, l’inversion de la température corporelle ainsi augmentée commencerait dès que la source de chaleur serait enlevée.

Variations

Ce concept est adaptable en ce sens que tout niveau d’échauffement peut être obtenu dans la limite de la capacité maximale de la source. Il est donc approprié pour une une approche graduelle ou « rhéostatique ». Si la situation le permet et que la source est suffisamment puissante, il est également possible d’utiliser cette technologie dans un mode létal. Une température corporelle prolongée au-dessus de 43 ° C est presque certaine d’entraîner des dommages permanents au cerveau et la mort.

Evaluation de la réponse humaine aux effets désirés

Il n’a pas été possible d’identifier une quelconque raison qui permette de suggérer que quiconque serait immunisé contre cette technologie. Les personnes ayant des mécanismes thermorégulateurs compromis seraient sensibles avec une densité d’énergie incidente inférieure. Cela inclurait les personnes atteintes de dommages organiques à l’hypothalamus, la partie du cerveau qui intègre les mécanismes autonomes qui contrôlent la perte de chaleur ainsi que les personnes ayant des caractéristiques somatiques de perte de chaleur mises à mal (par exemple, respiration, équilibre hydrique, etc.).

Les technologies thermiques nécessaires relevant de ce concept sont relativement bien développées en raison des mécanismes biophysiques connus, de la sensibilité universelle des humains au mécanisme d’échauffement et de l’existence d’une base technologique bien développée concernant la production de rayonnements radiofréquences.

Parce que le corps humain est non-homogène, certains organes sont, en raison de leur taille et de leur géométrie, plus facilement couplés à une longueur d’onde de radiofréquence qu’une autre. Par conséquent, pour éviter des dommages permanents au suspect ou à des spectateurs innocents, il peut être nécessaire de varier la fréquence pour éviter un échauffement localisé et des dommages conséquents à un organe quelconque. De plus, il sera nécessaire d’éviter les conditions que l’on croit associées à le formation de la cataracte. Ainsi, alors que la technologie du chauffage par micro-ondes en général est mature, l’adaptation en tant que technologie non létale nécessitera des calculs biophysiques sophistiqués pour identifier les fréquences et les intensités de micro-ondes à utiliser ; il sera également nécessaire d’optimiser le matériel existant pour répondre aux exigences biophysiques.

Influence possible sur le (s) sujet (s)

Si la technologie fonctionne approximativement comme prévu l’individu ciblé pourrait être mis en état d’incapacitation en 15 à 30 minutes.
Étant donné que cette technologie est axée sur un début relativement lent, elle ne devrait être utilisée que dans les situations où la vitesse n’est pas importante. La nature très inconfortable d’une température corporelle élevée peut être utile dans des négociations ou peut-être pour contrôler les foules. Ce serait également utile sur les personnes seules ou les foules. Il existe également des preuves d’une altération de la mémoire , ce qui peut entraîner une désorientation par l’impossibilité de consolider la mémoire du passé récent (minutes).

Statut technologique du générateur / dispositif de visée

L’équipement nécessaire pour explorer ce concept est actuellement disponible en laboratoire . La conception et la construction du générateur de RF / micro-ondes dépendront des contraintes imposées par les calculs, les dispositifs de génération de potentiel et les structures d’orientation énergétique.

Une variété d’ options existe pour ces deux besoins en équipement. L’utilisation d’un circuit de génération , de modulation et d’amplification des RF , sera nécessaire pour adapter au mieux l’ensemble fréquence / puissance / temps requis pour l’échauffement .

Bien qu’une grande partie de l’équipement soit disponible dans le commerce, il est probable que du matériel et des logiciels personnalisés seront nécessaires car l’équipement disponible n’a pas été conçu pour adapter et sécuriser le couple fréquence / intensité . De plus, la conception d’antennes et d’autres structures qui oriente l’énergie impliquera presque certainement des configurations uniques. Puisque cette technologie utilise l’énergie de radiofréquence, on peut s’en protéger par l’utilisation d’un blindage fait de barrières conductrices de métal d’ écrans métalliques .

*(1)  Organe musculaire ou glandulaire qui entre en activité en réponse à un stimulus donné.

https://lesharceleurs.wordpress.com/2017/01/30/coup-de-soleil-generalise/

https://lesharceleurs.wordpress.com/2017/03/19/bouffees-de-chaleur-pour-le-cerveau/

http://lezarceleurs.blogspot.fr/2017/09/cuisson-de-femme-lelectricite.html

Le harcèlement criminel en réseau – résumé

28 Oct

La vidéo suivante a été mise en ligne par une internaute du forum « psychologie  » sur DOCTISSIMO.

Elle résume ce qu’est l’horreur au quotidien des victimes/cibles de ces réseaux qui ont été laissés libres de prospérer par des complicités à tous niveaux et avec  une complaisance diabolique.

C’est à chacun de lutter contre ce fléau caché épouvantable  et  qui martyrise des proies désignées  et détruit leurs vies , dans une actuelle indifférence coupable insupportable.

Le scandale français des complicités du crime organisé de harcèlement électronique

28 Juin

En France, une méthode pour occire les cochons  d’abattoir s’appelle l’électro-nécrose. Cela consiste à envoyer une décharge électrique dans le cerveau du cochon, qui en crève. La souffrance est telle que la chair de l’animal est complètement contractée. Dure comme du béton. C’est mauvais pour la découpe et mauvais pour la vente, aussi. Les clients aiment bien la viande tendre.

Et il y a fort à parier qu’il ne viendrait pas à l’idée de l’éleveur/ marchand de bestiaux,  Antoine DE CERTAINES , catholique hyper pratiquant, et père de trois enfants , d’utiliser ce procédé sur la viande sur pattes dont il est propriétaire et qui est destinée à des consommateurs exigeants qui font sa fortune

Pourtant, cet homme avait organisé des tirs d’énergie , semblables à cet électro-nécrose du cochon, sur une femme seule : moi. Ces tirs étaient faits par ses protégés WALTI et FRENOVE, également protégés des policiers de PARIS. Et cette torture de tirs d’énergie dirigée avait duré plusieurs années, jusqu’à ce que je parte . Comme ils le souhaitaient. Comme ils l’avaient planifié et annoncé.

Torturer pour faire déménager.

Et, cela s’était reproduit à l’envi , au gré de l’organisation sadique, majoritairement phallocrate *, et absolument criminelle, qui à la main mise sur l’énergie dirigée et ses avatars. Cette organisation veut mater les êtres humains qui ne répondent pas à ses critères de soumission. Et pour cela, elle utilise en s’amusant, la violence physique cachée de l’énergie dirigée qui détruit le cerveau et transforme un citoyen en légume. Le plaisir de l’humiliation ultime est à portée de leurs armes neurologiques * (1)

Celles et ceux , qui comme moi ont subi ou subissent , ce type de violence et de souffrance inimaginable infligée au cerveau, disent que chaque tir d’énergie dans le cerveau donne envie de hurler. Et il faut mordre dans tout ce qui est à portée de main, pour ne pas le faire. Faire du bruit comme exutoire entrainerait des plaintes qui raviraient policiers et criminels à l’affût de toute violence possible de leur cible /jouet, pour enfermement.

Cela se passe en France , au XXIème siècle, siècle de la technologie immatérielle et cachée , mais siècle aussi des revendications de respect des droits de l’homme et portées en bandoulière par nos décevants spécialistes, politiques ou élus.

Notre ex-président avait déclaré plusieurs guerres disant vouloir nous éviter de mourir, tués par des fous endoctrinés.

F HOLLANDE avait été averti du harcèlement électronique tout au long de son mandat. Des explications lui montraient ainsi qu’on éliminait sadiquement des citoyens en leur brûlant le cerveau et en les torturant , chez eux et dans leur lit.

Mais le tout puissant F HOLLANDE qui pouvait ordonner une enquête par l’armée qui contrôle tous les signaux, n’avait rien fait. Mme Gayet et Mme Royal ne souffraient pas. C’était l’essentiel.

Il faudrait donc en déduire,  de cette inertie, que ceux qui torturent  des cibles étaient  des amis de l’ex-président de la République , alors que les victimes « sans dents » qui se plaignaient à lui, sont seulement des contribuables sans intérêt, et dont le martyr distrayait ceux qui en profitaient.

Parmi les spécialistes scandaleusement complices du crime organisé de harcèlement électronique , il faut noter des médecins fonctionnaires et des élus et qui ont tous l’obligation de dénoncer un crime dont ils ont connaissance , selon les termes de l’article 40 du CPC .

Les médecins quand complices de ce crime qui  torture et démolit le cerveau , jouent la comédie,  en proposant des noms de maladies improuvables par bilans sanguins , radio ou scanner. Et sans aucun diagnostic étayé de preuves , ils traitent les maladies imaginaires qu’ils ont décrétées.
Leurs services hospitaliers  sont la voie d’évacuation des cibles par la police, une administration où sévissent de nombreux adeptes du harcèlement électronique qu’ils protègent farouchement .

Les élus contactés , de l’ère de F. Hollande avaient  été affligeants de lâcheté,  et cela inclut des maires.

A défaut d’une solution par des politiques ou assimilé , le salut des cibles pourrait venir du contre- pouvoir de la justice , capable de se saisir d’un crime à élucider par une enquête. Surtout quand ce crime fait l’objet de plaintes.

Ici, dans cette histoire, et d’autres peut-être , on note que les procureurs ont volontairement « négligé » les plaintes  des victimes et alors que les lois qui existent,  permettent de les traiter.
Même les membres du Conseil Supérieur de la Magistrature, informés de cette horreur, n’y ont pas réagi.

Les procureurs ou leurs substituts à tout faire, « oublient » les plaintes  des cibles du crime de harcèlement électronique , pour éviter de mécontenter tel ou tel  , et  ici, en pensant surtout à leur retraite qu’ils prendront au milieu des responsables tortionnaires locaux , habitués et acteurs de harcèlement électronique et qui sont leurs amis de voile, de tennis, de vélo ou de bridge.

Leur système d’évacuation des cibles quand finalement appelées » victimes » sans dire de quoi,  et juste du bout des lèvres , n’est pas une enquête policière qui dépend de la justice , mais un rendez-vous proposé à la victime avec une association d’écoute ou un service social. Ce qui rend pérenne le crime organisé français de harcèlement électronique.

Avant l’élection présidentielle un courrier avait été envoyé à tous les candidats dont les adresses de QG étaient facilement accessibles. La lettre leur demandait ce qu’ils comptaient faire pour lutter contre le harcèlement électronique expliqué, si élus. Seuls deux candidats à la fonction suprême avaient répondu.

A cette lettre qui leur demandait un engagement, l’un, ministre à peine refroidi, avait répondu par un conseil : « Portez plainte. »

Récemment , après la composition du 1er gouvernement de Mr Macron, ce sont des conjoints de l’élu et de ministres, qui ont reçu un courrier leur demandant leur aide pour faire passer l’information sur le harcèlement électronique, à leur conjoint décideur.

Un seul avait répondu . Pour dire qu’ Il avait transmis la patate chaude à quelqu’un d’autre…. et qui attend sans doute qu’elle refroidisse. Ou la cible.

Les cochons  d’abattoir français n’ont pas de chance . S’ils ne subissent pas l’électronarcose pour trépasser, ils sont souvent gazés et hurlent leur souffrance avant d’étouffer. Ils ont cependant une association qui veillent à leur trépas dans de meilleures conditions, en faisant beaucoup de bruit.

Les cibles françaises, avec des histoires comme la mienne n’ont pas de chance, non plus. Ceux qui sont payés pour dénoncer et traiter  ce crime de harcèlement électronique  , sont des amis et relations de ceux qui l’organisent .

Dans cette histoire, en tout cas.

* (1) voir sur le sujet des armes neurologiques  :  Military neuroscience and the coming age of neurowarfare. de Armin Krishna

$3… le chiffre sans arrêt mis en avant par les acteurs du harcèlement criminel global , pourrait tout simplement être le signe de l’entrejambe  des acteurs de cette horreur  . Ils sont  majoritairement phallocrates et misogynes

Obliger à faire et empêcher de faire

22 Mai

Obliger à faire, par des manigances cachées et violentes, de réseaux corrompus ou corrupteurs. et

Empêcher de faire, en tordant le cou au droit et à la loi, par d’autres manigances et grâce aux faux qui ont  permis de fabriquer les coups tordus concoctés par les réseaux. et

Empêcher de faire aussi avec des complaisances diverses , et sous couvert de qualités aux apparences irréprochables …..

Ce sont là les ingrédients de base des réseaux crapulo-criminels français , lorsqu’ils opèrent à la phase « broyage de cible «  décrite à

https://lesharceleurs.wordpress.com/2014/03/08/lorganisation-2/

Pour paupériser et stigmatiser une citoyenne lambda, il y a d’abord le harcèlement de mensonges et rumeurs, les sabotages de vie de toutes sortes, les violations de domiciles avec vols et dégradations.

Ensuite vient le viol organisé en groupe au domicile de la proie droguée et donc sous contrainte.

Si après cela , la cible n’est pas encore devenue complètement folle , il y a l’incarcération hospitalière, sous contrainte, manigancée par complicités en réseau et avec avec humiliations de toutes sortes, en complément.

Et si  la victime n’accepte toujours pas de se taire,  il y a la torture électronique avec son corollaire fabriqué de nomadisation obligée et de paupérisation pour cause de déménagements incessants. Du cousu-main, par les réseaux tels que décrits ici .

En France, 75% des victimes de ce système sont des femmes.
Pour y résister , il faudrait le courage et la solidarité d’autres femmes.
Mais, en France, la solidarité des femmes est un peu défaillante. Et quand des femmes sont solidaires , mais comme soeurs, c’est en général malheureusement au sein même de ces réseaux , dans une fonction de tortionnaire.
C’est ce qui s’était passé à Saint Julien des Landes, avec la propriétaire Colette COUVIDA

Ici cette fois , il s’agit de Madame BLAINEAU , propriétaire non bailleure du bien que j’occupais  et seulement coachée par des frères qui veulent mon expulsion par la force publique.
Pour louer un autre bien , il faut prouver à un nouveau bailleur, que l’on est à jour des paiements des derniers loyers.
Madame Blaineau encaisse le montant des loyers , et n’envoie pas de quittance des loyers payés, malgré mes demandes
Un carnet à souche de quittances vierges lui a été envoyé pour qu’elle s’exécute, plus facilement.
Elle l’avait retourné , sans mot d’accompagnement de courtoisie.

Ce jour à l’audience du Juge des Expulsions, devant la Présidente d’audience et ses 2 collègues, l’avocat de Madame BLAINEAU avait claironné quil avait donné ordre à sa cliente de ne pas faire de quittances . Au nom de la loi. Il me déclarait locataire illégale.
Je serais donc « empêchée » de trouver un autre bien.
Avec une fausse bailleure encaisseuse de loyers comme Madame BLAINEAU , c’était rigolo.


Me ROUBERT avait encore ajouté avoir obtenu l’assurance de la Préfecture , de mon expulsion par la force publique et sous huit jours.
Boudiou ! Ce homme force aussi les décisions de la Préfecture.
En avant marche ! Et que ça saute !

Mentionnant mes problèmes de santé Me ROUBERT avait décidé qu’il s’agissait d’appréciations subjectives. C’en était une.

Et puis, était venu le procès d’intention. Me ROUBERT , qui prétendait me connaitre mieux que moi-même,  était affirmatif. Tout ce que je disais n’était que manigance pour rester dans les lieux jusqu’à la prochaine trêve hivernale.

Damned ! Mais bien sûr !

J’avais passé la nuit dernière la tête près des ouaouas , et en plus j’aimais ça !
Je voulais continuer le plus longtemps possible,  à payer un loyer plein pot , pour pas de confort , et avec au-dessus , des fous furieux qui me tirent dessus  sur commande, comme des détraqués ,………. parce que ça me plairait !

Toutes cibles savent ou doivent savoir qu’avant une échéance quelconque , les réseaux crapulo-criminels vont redoubler de violence. C’est destiné à zombifier leur victime pour qu’elle n’ait pas les bonnes réactions, ou qu’elle ne comprenne pas ce qui se dit ou encore qu’elle perde pied et même devienne agressive ou violente.

Ce phénomène est difficile à imaginer. Pour l’expliciter je proposerai seulement une analogie. Rien d’autre.

Celle du dernier face à face de l’élection présidentielle française. Le comportement de la candidate prétendument fait de tactique agressive, donnait à voir une femme qui perdait les pédales, se trompait de nom, ne retrouvait pas ses dossiers, faisant des mimiques pour occuper le temps et l’espace…. C’était sans doute de la fatigue. Mais l’analogie est aussi frappante que  parlante avec ce que peut être l’état d’une cible amochée par des signaux.

En effet, une cible est dans un pareil état après des nuits et des jours de matraquages de signaux au cerveau et de privation de sommeil.

On sait maintenant , que c’est destiné à l’empêcher d’être réactive à un moment ou un endroit où il faudrait être incisif et décisif. Outre le but final de la transformer en quasi légume.

Et donc là, juste la veille de cette audience au TGI , j’avais choisi de dormir dans la salle d’O , forcément sans appareil électronique au-dessus et en dessous.
Une détection faite avant l’installation donnait ceci ci-dessous .  Impeccable.

Pourtant à partir de 21h56 , j’avais été agressée par des sons , pulsés de façon directionnelle vers la tête.
La preuve de ces pulsations serait ceci, dont les densités de puissance de couleur plus foncée ,  semblent  cependant très faibles.


Mais  c’est le son porté par la haute fréquence pulsée , qui faisait sursauter le cerveau pour le fatiguer .

Le son n’est pas détecté par cet appareil.

Au matin , j’avais voulu jouer les prolongations. Le détraqué du A211, locataire du bailleur CM-CIC Gestion Immobilière , avait alors violemment balancé à plusieurs reprises  500 µW/m2 sur 900 MHz  et qui brûlait bien plus  le cerveau , que cet enregistrement ci-dessous  fait samedi lors de la visite d’une maison au nord du département .

Les occupants de cette maison avaient confondu TV éteinte et WiFi débranché . Il est vrai que l’homme de la maison venait de faire un AVC. Ce qui , compte tenu du contexte, n’est pas étonnant. Là , avec ces CEM en continu ,  vous  devenez dingo sans souffrir.

La société américaine DOMITYS pourvoyeuse de maisons de retraite de luxe , fait aussi ce genre d’expérience sur des séniors . Chez DOMITYS , c’est WiFi partout , même dans  la salle à manger, et avec AVC à répétition pour les riches résidents. Bien cuits , ils n’arrivent pas quitter cet endroit.

Ils n’en ont plus la force.

Harcèlement global et victimes

8 Avr

Comme son nom l’indique le harcèlement global est une forme de malveillance délibérée et répétée qui se traduit en comportements ou actes destinés à induire, le plus souvent sournoisement , une menace pour la santé, la vie ou la survie de la victime.
Le harcèlement électronique qui consiste à brûler le corps ou le cerveau d’une victime à éliminer , en constitue souvent la forme la plus extrême et aussi cruelle que  dangereuse.

Ce phénomène existe dans chaque pays et n’est que fort peu pris en considération par les pouvoirs publics de démocraties où l’on proclame pourtant, comme en France,  que « la sécurité est la première des libertés » ( Mr Cazeneuve , Premier Ministre de la France )

C’est actuellement , majoritairement à travers des ONG que le problème se fait connaître, en attendant que des médias européens , s’en emparent. Peut-être.
Aux USA il existe l’association , particulièrement visible et active People Against Covert Torture & Surveillance, International , qui vient en aide aux Individus ciblés. Elle a pour but
– le partage d’information
– les actions communes
– l’aide à chacun

Selon cette association , aux USA, les femmes seraient les principales victimes de ce type de ciblage haineux dans une proportion de 65 %
En France , on compte environ 75% de femmes.

Article du Canard Enchainé 5-4-17

Pour celles et ceux qui seraient intéressés par un spectacle qui montre le harcèlement généralisé dont les femmes françaises sont victimes , il y a, le spectacle de Muriel GAUDIN, au Théâtre de Poche-Montparnasse à Paris, et fait , paraît-il, d’un amoncellement de clichés aussi réels qu’ effarants.

Pour faire connaitre le harcèlement global et ses désastreuses conséquences sur la vie et la santé , des individus ciblés américains ont participé au tournage d’un court documentaire présenté par PACTS INTERNATIONAL comme suit

Tournage du documentaire

« Un rassemblement d’environ sept activistes et donc petit, mais d’une riche diversité culturelle et qui a consenti à être filmé, à rencontré un producteur de documentaire le vendredi 31 mars à Los Angeles à la pizzeria de la table ronde à Redondo Beach. La conversation était libre et comprenait un large éventail de sujets portant sur différents aspects du harcèlement et du harcèlement électronique:

  • de l’origine à la calomnie, en passant par
  • des diagnostics erronés , des qualifications incorrectes,
  • les problèmes avec la famille et les amis, et naturellement
  • les attaques électroniques et leurs effets sur le mental et le corps et bien plus encore. 

De retour chez lui à New York , dès le samedi , le producteur du documentaire s’est mis au travail pour commencer le montage , acceptant de nous prévenir quand il sera disponible. Il a également ajouté que le film devrait durer environ 10 minutes . Nous attendons cette production avec intérêt car cette présentation filmée pourrait être extrêmement importante pour faire connaitre notre cause. »

Cette cause est celle des tous les individus ciblés par le harcèlement électronique du monde et qu’il faudrait sans doute mieux commencer à appeler TERRORISME ELECTRONIQUE et qui

  • piège les voitures des cibles avec la complicité de concessionnaires ,
  • piège les canalisations électriques des immeubles avec la complicité  criminelle de voisins et de responsables de location ou de copropriété ,
  • piège les appartements des victimes grâce à l’inaction des responsables de sécurité chargés de garantir l’intimité et la sécurité des lieux de vie.

Corse en quête d’AVC – criminalité française

26 Mar

Cap Olona , côté  appt du corse

Le corse est plusieurs.
Quand il s’absente , il est remplacé dès que ma présence chez moi est avérée. Ce qui laisse même supposer que le ou les remplaçants sont également à demeure, dans l’immeuble.

Le corse , c’est , D. STEFANE locataire de l’appartement au-dessus du mien et client de CM- CIC GESTION IMMOBILIERE .

D. STEFANE est le bras armé local du crime organisé très toléré français . Celui qui s’épanouit et s’exprime librement sans être gêné ou empêché par la police, grâce aux frères flics. Eventuellement commanditaires.

La spécialité de D. STEFANE : les tirs d’énergie dirigée dans le cerveau à désactiver et détruire. Ici, le mien.


Un AVC est un accident vasculaire à l’intérieur du cerveau. Cela peut-être brutal, soudain et irrémédiable.
On dit qu’il existe deux causes principales à un AVC
– un caillot de sang formé ici ou ailleurs,  et qui viendrait boucher une artère du cerveau
– l’éclatement d’une artère dans le cerveau , qui y entraine une hémorragie.

C’est cette deuxième cause qui semble depuis longtemps être la préoccupation des commanditaires de mon agonie, manigancée et confiée aux dégénérés nommés dans cette histoire.
Pour arriver à cette désactivation finale voulue et programmée de mon cerveau déjà bien amoché , le crime organisé français ne craint même pas la publicité nominale faite par ce blog.

Pire, DE CERTAINES, STEFANE, WALTI , POITEVIN, ROUX, non seulement  n’ont jamais été inquiétés par mes plaintes, mais 3 d’entre eux ont porté plainte contre moi.

Et, personne , à la suite de mes courriers à F. HOLLANDE ou de mes plaintes aux divers procureurs de cette République,  n’a fait en sorte de faire cesser le calvaire que je mentionne .  Comme bien d’autres cibles.

Et la nuit dernière , encore, avait été comme les précédentes passées dans cet appartement : horrible.
Les tirs qui traversaient toutes les épaisseurs déjà énumérées ( métal , cuir, mousse, plastique, matelas, coussins superposés) n’étaient pas non plus arrêtés par le béton qui sépare les appartements.
La souffrance au moment de l’éclatement des tirs dans le cerveau était à hurler.

Et les détections comme cela :

et le matin aussi

La journée suivante avait été une épreuve supplémentaire de fatigue et de recherche de sommeil seulement.