Archive | pulsed energy RSS feed for this section

Une puce dans l’oreille

22 Sep

«  Mettre la puce à l’oreille «  signifie « se douter de quelque chose , éveiller l’attention ou la méfiance.

Selon expressio.fr , cette expression a changé de sens plusieurs fois au cours des siècles . Ainsi «  mettre la puche en l’oreille «  aurait signifié, au XIII è siècle «  avoir un désir amoureux ». L’oreille ayant dans ce cas des connotations érotiques.

Au XXème siècle et depuis , ce sont des animaux qui ont, officiellement, l’honneur de puces électroniques à l’oreille, pour aider leurs maîtres à les retrouver …. avant le ragout des voyous voleurs.

Et ce sont de malheureux humains ciblés, qui pourraient bien avoir des puces en l’oreille si l’on en croit divers articles de spécialistes.

 

Ainsi , en partant de l’énergie électrique produite par l’oreille interne et qui s’évalue en dizaines de millivolts , des chercheurs du MEEI , ( Massachusetts Eye and Ear Infirmary) ont , en 2012,  complété des expérimentations susceptibles de déboucher sur un implant électronique autonome dans la cochlée .
https://www.futura-sciences.com/tech/actualites/technologie-puce-electronique-rechargee-oreille-interne-42652/

En décembre 2012, un article de Wikistrike avec dessins à l’appui, expliquait les méfaits de micro-puces électroniques piégées dans l’oreille interne comme suit :

La crosse de l’aorte, un piège à bulles et à micro-puces légères

Ces puces, comme les bulles d’azote, suivront ainsi ce réseau non anastomosé *, l’artériole ayant des ramifications qui se rétrécissent de plus en plus. Ainsi la technique permettant d’implanter des puces microscopiques dans l’oreille interne repose sur un principe des plus simples : celui du bon vieux Archimède. Si les puces n’ont pas été piégées par l’artériole au premier passage, ça sera pour le suivant. L’oreille interne ne sera pas nécessairement le seul organe visé.

Le cerveau pourra aussi être intéressé par ce phénomène.

Une fois ces puces coincées dans un capillaire de l’oreille interne, elles seront indélogeables et pourront alors servir d’antennes pour recevoir des signaux sous forme de mircro-ondes pulsées.

Des signaux qui, attaquant un réseau nerveux lié à l’audition pourront créer des hallucinations sonores ou, pire encore, conditionner des individus grâce à des messages délivrés de manière subliminale, c’est à dire sous un niveau sonore que le sujet ne percevra pas consciemment mais à travers lesquels on pourra pratiquer sur lui un subtile « bourrage de crâne », à son insu.

Par « niveau sonore » il faut entendre « niveau de perception » car ces signaux ne passent alors plus par le système récepteur des ondes sonores : le tympan.
Nous avons déjà évoqué les effets auxquels on pourrait s’attendre en agissant dans la masse du cerveau à l’aide de tels récepteurs. Il ne s’agit nullement de science-fiction. Ces techniques ont été testées avec succès dès le début des années soixante-dix, en utilisant comme effecteur des micro-ondes pulsées. Celles-ci pourront être délivrées à partir de satellites arrosant de vastes régions, ou émises par des centrales émettrices et plus spécifiquement par vos ... téléphones portables.

Le système HAARP a été conçu, entre autre, pour tester un système de « crowd control » ( de contrôle des foules ) à l’échelle de pays entiers. Les Russes possèdent un système analogue. Les Etats-Unis et la Russie sont les seuls pays maîtrisant actuellement cette technologie.

http://www.wikistrike.com/article-vous-aurez-une-puce-rfid-dans-votre-cerveau-sans-meme-le-savoir-113936076.html

https://lesharceleurs.wordpress.com/2014/01/19/contrer-lenergie-dirigee-informations-de-base/

Déjà en 1995, Julianne McKinney, notait la présence possible d’implants cochléaires , mais tout en soulignant cependant une forme de contrôle neuro-cybernétique mondiale également probable sans implants.

Ses conseils d’observation et de détection, restent d’actualité pour comprendre des situations de cibles et orienter des recherches de protection ponctuelles de la boite crânienne . Ce qui est la première des priorités, pour éviter une dégradation rapide du cerveau par ciblage intense, répété ou continu.

Il faut , cependant,  garder à l’esprit, un besoin absolu de résilience et de quasi ingéniosité ,  pour contrer  l’extrême adaptabilité  des moyens de ciblage,  capables de contourner rapidement les parades  de protection mises en place grâce à une technologie qui évolue vite. Et peut-être d’ailleurs, grâce  aussi aux cibles. A leurs dépens .

Ce qui pourrait y ressembler. ( image EEG- hors déflagration)

* Une anastomose est une connexion entre deux structures, organes ou espaces. Il s’agit en général de connexions entre vaisseaux sanguins, ou d’autres structures tubulaires telles une boucle de l’intestin

Publicités

Lettre d’un neurologue américain , mentionnant les agressions électroniques de civils.

6 Sep

 

 

Ce qui suit, est une lettre du Dr Ed SPENCER, neurologue à la retraite , et envoyée (semble-t-il) à un de ses collègue . La mise en ligne  de ce texte , date de janvier 2018.

La lettre  présentée ci- après , vient de :
http://stopthecrime.net/wp/2018/01/07/neurologist-dr-ed-spencer-reveals-all-regarding-neurotech-experimentation-covert-implantation-and-microwaving-of-populace-william-thomas-reveals-emf-weapons-they-are-saturating-the-ar/

Cette traduction faite sans autorisation pourra être enlevée à la demande.

Les mots surlignés sont un choix personnel.

Le texte commence ainsi :
Edward Spencer est un neurologue qui a envoyé quelques trucs dans ma boîte aux lettres , dont ceci :

Cher collègue:

Je n’ai pris conscience que récemment d’une énorme lacune dans notre éducation en neurologie. Il s’agit de l’importante quantité d’informations relatives aux effets du rayonnement électromagnétique sur le fonctionnement du cerveau.

Au cours des dix dernières années de ma pratique, j’ai vu un certain nombre de patients présentant des symptômes qu’ils attribuaient à des attaques électroniques à distance et qui m’ont laissé perplexe. Souvent, ces patients sont étiquetés comme étant «fous», car il n’y a aucune preuve physique pour étayer leurs allégations.

Maintenant, après avoir examiné les informations disponibles sur les sites énumérés ci-dessous, il apparaît que nous avons à faire à un vaste programme d’armes cachées et secrètes , et que les citoyens américains ont été utilisés comme sujets d’expérimentation non consensuels.

Je suis diplômé de l’université de Stanford, de la faculté de médecine de Yale et de la section neurologie de l’université de Californie à San Francisco et j’ai pratiqué la neurologie générale dans le comté de Sonoma jusqu’à ma retraite en 2010.

Avant de prendre ma retraite, j’ai reçu des patients décrivant  les symptômes d’ agressions électroniques et j’ai eu l’occasion de faire faire des examens dont certains révélaient la présence très vraisemblable de mini implants

Depuis ma retraite, j’ai travaillé avec le Centre international contre les abus de technologies cachées (www.ICAACT.org) et j’ai constaté que beaucoup de patients qui se plaignaient des symptômes énumérés dans: (http://mindjustice.org/symptoms.htm) ont,  dans leur corps, des puces   qui émettent des signaux . Ils ne savent pas comment cela a pu se faire . Dans certains cas, ces puces ont été localisées à l’aide d’imagerie et retirées par chirurgie.

Sans une certaine connaissance de ces technologies, le neurologue est clairement entravé dans la pratique de la neurologie, ce qui rend le diagnostic et le traitement des problèmes psychiatriques extrêmement difficile et, parfois , presque impossible.

L’étude de John Mack, MD, psychiatre de Harvard, portant sur des enlèvements présumés par des extra-terrestres , et qui a débuté en 1960, revêtait une importance cruciale. Les sujets de ses études rapportaient des expériences quasi semblables , telles que:
– 1) les yeux complètement noirs;
– 2) être forcé dans des expériences sexuelles;
– 3) se sentir absolument impuissant; et
– 4) être averti d’une catastrophe écologique imminente provoquée par l’activité humaine.

Les techniques employées par les extraterrestres sembleraient curieusement primitives, tout comme leurs engins spatiaux. Fait intéressant, le phénomène d’abduction a commencé en 1960, ce qui correspond à l’introduction de superordinateurs.

Plutôt que d’être réellement enlevées, il faut considérer que ces «personnes enlevées» ont peut-être été soumises à «l’hétérodynie EEG et à d’autres technologies psychotroniques». John Mack, M.D., n’était pas au courant de cette technologie lorsqu’il écrivait ses livres.

La NSA et les autres agences alphabet* continuent de construire d’énormes installations (à savoir: UT Data Center) pour exploiter les données sur nous tous. En plus de la collecte de données, je soupçonne que ces installations incroyablement coûteuses sont destinées aux opérations de contrôle mental.
http://nsa.gov1.info/utah-data-center/
Avec mes meilleurs voeux
Edward Spencer M.D.
Neurologie, à la retraite

  • une agence alphabet  est une société holding qui donne aux projets ambitieux les ressources, la liberté et la concentration nécessaires pour concrétiser leurs idées

 

La cadence infernale d’un signal suiveur – Eclatement sonore dans la boite crânienne

3 Sep

Le site

http://www.cochlea.eu/pathologie/surdites-neuro-sensorielles/traumatisme-acoustique

indique et précise qu’une exposition traumatique sévère ou répétitive de la cochlée à un excès de son fait disparaître les cellules cillées et tue les neurones par apoptose, et entraine des pertes auditives et/ou une surdité définitive.

Dans cette histoire où se sont mélangées et superposées diverses sortes de torture par énergie pulsée d’intensité et de nature différentes qui embrouillait toute compréhension simple ou évidente , il faut noter la constance d’un signal qui produit un éclatement sonore dans la boite crânienne , par , semble-t-il , le canal de la cochlée .
Cette cochlée est pourtant régulièrement obturée par des boules Quies en cire soigneusement enfoncées .

Hors périodes de détections par EEG , pour la nuit, la tête  est entourée, depuis maintenant 6 ans,  de packs de gel qui atténuent les éclatements sonores dans la boite crânienne , sans pourtant les oblitérer totalement.

Dans mon lieu de vie actuel et  facilement repéré par mes ennemis,  en station debout, ce signal suiveur déclenche des sifflements d’appareils électroniques que je peux avoir sur moi. Si , dans ces conditions d’éveil , il affecte le cerveau en le fatigant par décharges électriques aberrantes et violentes , il ne le fait pas souffrir.

En position allongée, la souffrance violente liée à la privation de sommeil , et due aux décharges électriques anarchiques produites par l’éclatement sonore dans le cerveau , font craindre régulièrement le basculement dans la folie.

L’observation obligée de ce phénomène , montre un accroissement d’ intensité du matraque pendant les ouiquendes et surtout les vendredis.

Tous les éclatements sonores qui, en UV ( microvolts) dépassent 200.000 sont à hurler et obligent, quand c’est possible,  à des changements de place, mais qui tendent à montrer que TOUT l’endroit où je me trouve est transparent pour ce signal suiveur .

Comme indiqué dans des billets précédents de ces trois blogs , il existe en général un repérage du corps par ce signal et qui se traduit par un canardage moyen,  avant une attaque violente . Cette attaque violente entraine ensuite un matraquage régulier avec une cadence incroyable et imparable, tant que je reste au même endroit.
La violence des décharges électriques en gamme Delta laisse dans un état de sidération qui empêche  toute décision de mouvement, sauf au prix d’un effort d’auto- persuasion répété.

Les tableaux ci-dessous sont des enregistrements récents et présentés, ici, en chronologie inversée . Ils montrent la cadence des agressions dénoncées depuis maintenant plus de 5 ans , pour ce qui concerne ce seul type d’agression sonore ( hors les autres) .

deux tableaux , pour le vendredi 31-8 où les attaques avaient été particulièrement violentes et  cruelles

la photo suivante est la représentation de l’énergie électrique produite dans la gamme des ondes Delta ( en haut , à gauche)

et comme ceci  , qui fait le relation entre la couleur et

l’énergie en UV ( microVolts)

Et cette cadence pour le 29-8

et pour le 28-8

et pour le 27-8

etc……. et

http://lezarceleurs.blogspot.com/2018/09/beta-de-nuit-et-agression-du-cerveau.html

Un gestionnaire de biens sans mandat ne devrait pas écrire ça

20 Juil

Par ce message, sans civilité ni salutation, l’employée de Monsieur CHAILLOU, m’apprenait qu’elle allait me voler le montant de la caution de ma location au Sextant.

En toute simplicité.

https://etouffoir.blogspot.com/2018/06/souvenirs-du-sextant.html

L’ expression «  Puisque vous campez sur vos positions » était la façon , sans façon , de Valérie Gravouil de ne pas admettre que le contrat de bail non-signé par sa société,  était invalide.

J’avais découvert cette incongruité à l’occasion d’un problème créé par la même Valérie qui refusait d’établir une quittance de loyer à la demande, après encaissement de ce loyer par sa société.
Pour refuser , Valérie Gravouil avait inventé une condition nouvelle « mettre la quittance à disposition à l’agence » Et pas question de pièce jointe et gratuite par courrier électronique .

Une vérification sur le contrat de bail m’avait confirmé que cette condition n’existait pas. Et là , j’avais découvert , en plus, que le contrat de bail de cette société était invalide.

 

Et donc celui de la propriétaire qui déléguait ses droits à un non gestionnaire, itou.
Le prétendu mandataire, la société de Monsieur CHAILLOU , désigné par la propriétaire pour gérer son bien , n’avait pas accepté cette fonction.
En appelant et encaissant des fonds sans qualité pour le faire, la société de Monsieur CHAILLOU avait commis un délit pénal.

Après cette découverte, et pour ne pas porter préjudice à la propriétaire, le montant du loyer lui avait été envoyé en lettre simple.

Le chèque n’avait pas été encaissé. Perdu ou volé.

Après opposition auprès de ma banque, un second chèque du même montant avait été envoyé en lettre recommandée avec accusé de réception à la mutique propriétaire.

L’avis de réception de cette LAR  n’était pas revenu

Le mois suivant, rebelote. J’avais envoyé son du à la propriétaire en LAR.
Cette LAR n’avait pas été réclamée.

 

Quelques jours plus tard , une autre LAR avait filé à l’adresse de la proprio , pour l’informer avec certificats médicaux, que je quittais son appartement contrainte et forcée par un harcèlement électronique qui voulait ma peau et visait le coeur.
Une lettre simple en copie avait doublonné cet envoi, et proposé un état des lieux à la totale convenance de la dame.
Pas de réponse , même pas par internet. C’est devenue une quasi manie.

Les clés  avaient été expédiées à la propriétaire , en lettre suivie d’une part , et en colissimo d’autre part.

Sans aucune obligation légale d’information et aucune nécessité de traiter mon départ avec la société de Monsieur CHAILLOU ou Valérie Gravouil , il me restait cependant à récupérer mon dépôt de garantie que ces gens recelaient. Je l’avais simplement réclamé.
La bronzée et souriante Valérie Gravouil avait répondu que nenni. Si je ne satisfaisais pas à ses demandes illégales de non-gestionnaire du bien , je n’aurais pas mon argent.
Cela s’appelle , en plus du chantage.

Avant elle, à Saint Julien des Landes (85), Colette COUVIDA avait fait de même mais en montant un chantier, avec deux frères de la résidence.
La maison de Colette COUVIDA était  dangereusement invivable grâce à  3 (4) voisins qui me tiraient dessus avec de l’énergie dirigée de jour comme de nuit .

  • L’un,  par rafales de micro-ondes.( un ex de la marine nationale )
  • L’autre au moyen du système du mur thermique ( four à micro-ondes bricolé) .
  • Les deux gays , par des tirs au laser à travers les baies vitrées
  • Colette COUVIDA informée, n’avait pas réagi …. sauf pour en profiter.
    Son chantier avait été simple , au lieu de me prévenir à l’avance de visites d’aspirants locataires pour que je reste sur place au moment prévu seulement , elle les avait envoyés à l’improviste pour pouvoir prétendre que je n’avais pas respecté les termes du contrat de location.

Une autre voisine m’ avait prévenue de ce qui se tramait . Mais mon état catastrophique  ne me permettait plus de prendre le risque de rester à l’intérieur de la maison à attendre des heures,  sous les agressions  croisées des fous furieux du voisinage .

Tout le monde le savait.

Colette COUVIDA avait capté la caution par manigance. Tout comme elle avait volé, comme les autres, les mois de loyer payés pour un endroit transformé en lieu de torture . Ce qui lui avait été signalé .

Comme les autres, elle ne pensait qu’à profiter de la situation , au maximum.

 

A Vannes (56) , Sofi Ouest Gestion/Lerouzic, m’avait menacée parce que je me plaignais d’un harcèlement électronique féroce de voisinage.

A mon départ il s’était servi tout seul sur mon compte , en fabriquant un faux document avec une fausse signature ….. et ce, avec l’aide de la police et de la justice locale qui avaient  classé ma plainte avec et malgré  ses trois preuves nécessaires et suffisantes.

Aux Sables d’Olonne (85) , CM-CIC Gestion Immobilière , s’était également servie d’autorité,  sans raison,  sur ma caution, avant de faire machine arrière et de rembourser.

Là encore, le gestionnaire de bien ne l’était pas.

Là encore, la propriétaire  lourdement complice , avait joué l’ ingénue  irresponsable .

https://etouffoir.blogspot.fr/2017/03/entourloupette-machin-et-truc-muche.html

Mais, le vol de loyers le plus surprenant reste encore celui de Cédric VINCENT , huissier de justice aux Sables d’Olonne (85). Après une saisie-attribution hautement fantaisiste faite grâce à l’appui et à l’aide de la juge Catherine BARRA, Cedric VINCENT , huissier de justice avait truqué sa comptabilité pour s’attribuer 2 mois un tiers de mes loyers, déjà payés une première fois à la propriétaire.

 

Comme le rappelait fort justement une internaute sur le blog http://laproscrite.canalblog.com, il faut dire , re-dire et garder en mémoire les écrits de Josselyne ABBADIE sur le harcèlement en réseau et que l’on trouve à (http://conscience-vraie.info/harcelement-en-reseau-harcelement-global.pdf) , dont ces extraits :

« Le harcèlement en réseau est un harcèlement qui est pratiqué sur une personne – la cible – en manipulant de nombreuses autres personnes – les pions – qui deviennent les collaborateurs et les exécutants de ce harcèlement. Ces pions sont contrôlés par le biais des organisations et des réseaux qui mettent en œuvre des stratégies sophistiquées. Souvent ces pions sont ouvertement formés aux techniques de harcèlement et missionnés pour harceler la cible désignée. D‟autres sont uniquement manipulés à leur insu par le biais de multiples pratiques comme par exemple la désinformation et l‟utilisation de rumeurs. Ces malveillances organisées de façon très structurées peuvent être le fait de motivations diversifiées et revêtir des amplitudes différentes, mais ont toutes des caractéristiques en commun :….. »

« En fait il suffit qu’une personne appartenant à un réseau de pouvoir, ou une organisation (comme une entreprise, ou un milieu corporatiste) veuille obtenir quelque chose d‟une personne en particulier pour que la machine se mette en route sans savoir jusqu’où cela va aller. Car une fois qu‟une personne est ciblée, il y a un investissement de moyens sur cette personne, des murs invisibles – ce que j‟appelle des « murs sociaux » – sont construits autour d‟elle via les manipulations, et les technologies de surveillance mises en du harcèlement en réseau au harcèlement global. C‟est ce que l‟on appelle un harcèlement de type « construction » qui aboutit à un méta-système de harcèlement contre la cible. Cette situation peut être exploitée de multiples façons. Ce harcèlement démesuré atteint des niveaux de perversité inégalés et d‟abus de toutes sortes ; attendu qu‟il se déploie de plus en plus et contamine aussi d‟autres types de harcèlement plus « mineurs » du fait du déploiement de la violence morale, de sa banalisation, et des canaux par lesquels elle peut circuler. »

Tenant compte de cette réalité, il reste aux cibles à respecter la loi autant que faire ce peut,  et à demander sans cesse et sans répit à la justice de faire respecter leurs droits,  en punissant efficacement et sans état d’âme par identification de classe sociale avec les intermédiaires , ceux qui fabriquent en réseaux ces situations iniques de torture physique et morale . 

Cela ne se fera pas sans elle. 

Un maire ne devrait pas écrire ça

22 Juin

Un maire ne devrait pas écrire ça :

Ceci est la réponse (déjà publiée) du maire des Sables d’Olonne (85) à une victime (moi) de harcèlement criminel global, qui lui demandait son aide pour dénoncer à la justice ce phénomène mis en place localement. Une nouvelle fois.

Le harcèlement criminel global inclut la torture par harcèlement électronique. Le harcèlement électronique consiste, dans cette histoire,  à infliger une souffrance répétée et volontaire au cerveau d’une cible (moi) par pulsation d’énergie dirigée en proximité.
La souffrance répétée, continue du cerveau, infligée volontairement , et qui entraine une privation de sommeil dramatique, est une définition légale de la torture.
A force de torture, la victime développera  en plus une fragilité pathologique  qui l’exclura de toute vie sociale .

Cette torture est sans cicatrice extérieure.

La justice internationale ( TPI) contactée par une requête pour enquêter  sur ce phénomène de torture , avait répondu que la justice français était compétente pour le faire …. ou déficiente. Réponse du TPI dans :

https://lesharceleurs.wordpress.com/2014/10/03/lettre-a-monsieur-boucault-prefet-de-paris/

La justice française n’avait pas réagi aux plaintes portées par une victime (moi) de torture par énergie pulsée , reçues localement par le procureur Gilbert Lafaye , et évacuées par lui pour prétendu problème mental de la victime.

Monsieur le Maire des Sables d’Olonne (85) avait donc été sollicité pour aider à dénoncer ce crime à la justice  . Il avait pour cela , à sa portée, l’article 40 du Code de procédure pénale .

 extrait du Sans-culotte 85

Selon l’article 16 du Code de procédure pénale (CPP) , un maire et ses adjoints sont officiers de police judiciaire   .

A ce titre, ils ont l’obligation selon l’article 40 du Code de procédure pénale de dénoncer tout délit ou crime porté à leur connaissance . Cela s’entend , sans état d’âme, sans tergiversation, et sans interprétation fantaisiste du texte qui les oblige, et qui dit :

« Toute autorité constituée, tout officier public ou fonctionnaire qui, dans l’exercice de ses fonctions, acquiert la connaissance d’un crime ou d’un délit est tenu d’en donner avis sans délai au procureur de la République et de transmettre à ce magistrat tous les renseignements, procès-verbaux et actes qui y sont relatifs. »

Par sa lettre du 22 février 2016, Monsieur le Maire des Sables d’Olonne , avait dit « NON » à sa façon, par triturage et déformation du texte de loi  .  Il n’avait même pas interrogé plus avant sur le phénomène indiqué .

Manque de curiosité ? information complémentaire inutile ?

La loi ainsi interprétée par ses soins était devenue  un simple exercice de style . Son  interprétation s’imposait soudain enveloppée de l’aura d’une carrière juridique, dont 22 ans passées aux Sables d’Olonne, à jeter ses filets .

Un mien second courrier , avait même fait exploser le compteur du ridicule, par une réponse inattendue . Pour envisager de respecter la Loi, Monsieur le Maire des Sables d’Olonne voulait des noms. Pas de problème… Sauf le silence radio de Monsieur le Maire des Sables d’Olonne qui avait suivi la lettre avec les noms.

Cette fois, la suite allait relever d’un « chantier » .

Un chantier est une situation concoctée , avec une apparence de légalité, pour piéger une personne .

Cet homme de droite, haut en couleur  , avait fait sa campagne pour la mairie avec l’aide de Patrick Buisson.
La petite histoire raconte qu’il avait gagné son élection de maire , avec les voix de gauche de la Chaume, le quartier des pêcheurs.
Le jour du vote pour l’accès au trône de maire , des sympathisants aux arguments persuasifs,  seraient  allés en fin de journée chercher les marins et ex-marins-de-gauche chez eux. Ils les avaient sortis de leurs charentaises et de leur programme TV préféré,  pour les pousser vers les bureaux de vote avec le bon ticket.
Ce sont les même sympathisants , bénévoles ou presque, qu’on met aux trousses des indésirables à harceler et torturer, dans cette ville
Localement , chacun sait qui contrôle le port et la pêche de cet endroit .
Didier Gallot avait été élu de justesse .

http://www.lereportersablais.com/affaire-fillon-didier-gallot-ancien-juge-et-maire-des-sables-dolonne-condamne-le-manque-dindependance-du-parquet-financier/

Quand le feuilleton de la famille Fillon à la soif inextinguible  d’argent public,  semblait risquer  de lui faire  rater l’escalier  l’Elysée,  Monsieur le Maire des Sables d’Olonne était intervenu dans la presse , pour critiquer l’action du Parquet financier.

Pour ce faire, la quasi loi qu’il invoquait était celle de « la tradition républicaine » . Une sorte de « loi de l’habitude « , pour protection et défense d’éventuels « hors- la- loi -&- co » .

Pour s ‘emparer de l’affaire de son candidat Mr Fillon, et pour contrer la justice financière , Monsieur Le Maire des Sables d’Olonne avait proposé un juge intègre: Mr Renaud Van Ruymbeke. Un peu son obligé.

Extrait de L’oligarchie des Incapables 

de Sophie Coignard et Roman Gubert

Dans une vie antérieure, Monsieur le Maire des Sables d’Olonne, avait créé le festival « SIMENON » .
Pour aider au prestige de ce festival, son association s’installait dans le tribunal des Sables d’Olonne,  pour des journées de causerie à thème. L’association y invitait surtout les copains juges du alors-Président/juge de l’association, tous frais offerts, avec une pipe en cadeau à l’hôtel.
Mr Renaud Van Ruymbeke était venu aux Sables d’Olonne (85) participer aux causeries sur le thème de la corruption, en 2011.
Ça ne s’oublie pas.

A la même époque que l’affaire Fillon, dans l’éditorial de son bulletin municipal, notre maire nous avait mis en garde contre un candidat avec  « le sourire carnassier de la finance « 

Mais quel rapport avec mon histoire de harcèlement criminel global et une expulsion illégale, brutale, haineuse, de mon appartement et de cette ville avec l’aide de la justice et la police ?
LE FRIC, les chantiers de représentants de l’Etat, et LES ESCROCS protégés.

 

La société gestionnaire de biens de l’appartement ( CM-CIC Gestion Immobilière) que j’occupais est une société- soeur -cadette d’une  autre société- promoteur (ATARAXIA),  et appartenant  toutes les deux au même groupe financier.

La seconde société , ATARAXIA  investit à tout va, aux Sables d’Olonne (85) et dans le grand Ouest.

Et pendant qu’on y est : il existe une  3ème société du même groupe : ZEN INVEST ,  qui assure les propriétaires qui confient leur bien à CM-CIC Gestion Immobilière., sur sollicitation d u promoteur ATARAXIA.
Et c’est cette  société d’assurance,  que l’huissier des Sables d’Olonne , Me VINCENT,  avait sollicité pour avis avant d’embourber le chantier fabriqué contre moi..

CM-CIC Gestion Immobilière  s’était ( se , plus généralement) comportée en escroc . Elle réclamait l’argent de loyers sans avoir la qualité reconnue pour le faire . La propriétaire laissait faire et suivait tout en jouant l’ingénue bailleure.

Pour faire taire une victime d’escrocs, dans ce pays, on la torture. Cette torture est une habitude et existait avant ma venue aux  Sables d’Olonne .

Mais , là, dans cet endroit, se trouve un protecteur de dominants tortionnaires . A ma demande d’aide légale,  il avait répondu par une double moquerie . Il avait ainsi ajouté une efficace stigmatisation supplémentaire,  à celle offerte par le  1er magistrat de la région.

Pour Monsieur le Maire des Sables d’Olonne , une femme torturée ne vaut pas un pet de lapin, face au fric de nantis et  d’investisseurs .

Après un rejet de mon cas  par le 1er magistrat , il fallait  manifestement  se débarrasser de la victime qui râlait encore. C’est une expulsion tonitruante, indigne et dispendieuse qui sera mise en place , avec des quasi apparences légales.

Pour virer une victime épuisée et avec perte et fracas , il suffisait

  • d’ un flic soumis ,
  • d’un frère huissier ,
  • d’ une magistrate servile , et
  • d’un fonctionnaire de préfecture indélicat , soit  le tout venant ,  à portée de main pour un homme de pouvoir et de réseaux.
    Ce chantier d’expulsion à organiser était juste de la « politique de la barbichette . » je te tiens , tu me tiens par la barbichette, on s’entend bien , on y arrivera bien »

Et ici encore, ce ne sont pas les institutions qui sont en cause, mais bien des gens de pouvoir  complaisants  de ces institutions,  et qui utilisent leur qualité en détournant  son usage reconnu , dans l’ombre des connivences

Ceci n’était là  qu’un épisode local caricatural, d’une situation criminelle plus globale  et qui  se re-organise systématiquement avec, à chaque fois ,  avec  les habitués de ce système illégal d’étouffement ,  à l’aide  des  nouveaux volontaires locaux .

de l’église  Notre-Dame de la légion d’honneur à Longué (49)

Monsieur le Maire des Sables d’Olonne, capable de s’amuser comme un jeunot , pour complaire à des escrocs friqués, y était allé de ses bafouilles qui se moquaient d’une victime . Ce faisant il  affichait son mépris des femmes et de leurs  droits.

Il se trouve que cet homme est également un Chevalier  de la légion d’honneur . Un Chevalier de la légion d’honneur  qui s’est illustré  par sa détermination à refuser de dénoncer la torture électronique infligée à une résidente de sa ville .

http://lezarceleurs.blogspot.fr/2015/02/article-40-du-cpc.html
https://lesharceleurs.wordpress.com/2016/03/04/l-s-o-et-piege-a-cible/
https://lesharceleurs.wordpress.com/2016/03/13/crime-organise-a-lso-lettre-a-mr-gallot-maire-de-lso/

https://lesharceleurs.wordpress.com/2016/07/13/mourir-ecrabouillee-dans-son-lit-aux-sables-dolonne/

http://lezarceleurs.blogspot.fr/2017/05/la-torture-du-cerveau-en-france-en-2017.html

Le CERVEAU SOUFFRE AUSSI.

5 Juin

Le cerveau souffre. C’est une affirmation récente de chercheurs français.

https://lesharceleurs.wordpress.com/2015/05/18/lettre-aux-chercheurs-de-licm/

Après 70 ans de dénégation d’une réalité , décrite,  affirmée et revendiquée par les cibles de criminalité par énergie pulsée vers le crâne et le cerveau , des chercheurs de NICE, de l’INSERM et de l’hôpital SAINT ANNE de Paris , viennent de l’admettre : le cerveau peut souffrir

Cette souffrance est de la faute à la PIE-MÈRE.

La pie-mère est l’une des trois membranes qui recouvrent et protègent le système nerveux central . Les deux autres sont la dure-mère et l’arachnoïde.

La pie-mère , fine et compacte , est la membrane la plus interne des trois . Elle est directement collée au cerveau et à la moelle épinière.

La pie-mère est constituée de deux couches distinctes :
– la couche épipiale faite de fibres collagènes qui portent les gros vaisseaux et les nerfs crâniens
– l’intima pia qui est un tissu réticulaire avasculaire.

De récentes recherches,  ont montré que certaines interventions dans le cerveau  et touchant la pie-mère,  avaient déclenché des douleurs aiguës .

Cette information, de la souffrance du cerveau, a été publiée dans un très court article du numéro 856 de Sciences et Avenir

Brusque changement du spectre du signal

30 Mai

La torture de longue durée , par énergie pulsée vers la tête, produit un état anxiogène d’anticipation de la souffrance infligée .

La torture s’entend ici comme l’utilisation de la violence pour infliger une forte souffrance qui est intentionnelle, physique et mentale.
La torture est un moyen de coercition cruel , pour inspirer la terreur et imposer une domination.
Les moyens de torture sont nombreux et listés sur internet .

Parmi eux on trouve
– la privation de sommeil, ici, avec souffrance infligée au cerveau,
– l’utilisation de sons et sifflements qui empêchent tout repos mais interfèrent rapidement avec les capacités cognitives

Tout comme les femmes battues respirent plus difficilement dès le retour de leur tortionnaire à la maison, une victime de harcèlement électronique redoute la position allongée et le moment de l’endormissement , quand l’opérateur et/ou l’appareil émetteur d’énergie dirigée et pulsée semblent se déchainer.

Dans mon histoire , et par hasard peut-être, de nombreux tirs d’énergie dirigée ont impacté le lobe frontal, la gorge et les bronches.

Le lobe frontal est présenté par les neurologues comme le siège du « sur-moi » qui permet le contrôle du comportement et la retenue adaptée aux circonstances de la vie.
Des personnes qui ont eu des accidents de chantier affectant cette partie du cerveau, sont décrites avec des accès de débordements allant jusqu’à une violence incontrôlable.

Les trop nombreux tirs d’énergie dirigée dans le lobe frontal de cibles de harcèlement électronique font également voler en éclat cette fonction du « sur-moi » qui signe l’adaptation à un contexte sociétal.

Pour protéger ce qu’il en reste, j’avais fini par prendre l’habitude réconfortante et pesante de poser au moins , un énorme coussin sur le front au moment de dormir.

Sachant que « mon » ressenti de pulsations pouvait être du à la fragilisation acquise après plusieurs années de torture par énergie pulsée. La première détection était ainsi : de très faibles pulsations sur 2,4 GHz

Le coussin  utilisé par précaution, permet en plus de protéger également les yeux, que les tirs d’énergie brûlent, tout en multipliant par X la gravité des autres problèmes quand ils adviennent . Cela avait été le cas récemment , pour un abcès dans l’oeil.

L’observation des détections enregistrées et proposée ici, a été faite sur plusieurs nuits d’affilée et avec le même constat d’un spectre de signal qui changeait au fur et à mesure que des protections étaient ajoutées et superposées,  à cause de la douleur devenue rapidement de nouveau   insupportable .

Ces ajouts de matériaux différents étaient uniquement destinés à protéger le cerveau et permettre un  endormissement et un peu de repos.

OR , le détecteur enregistreur qui  avait permis de noter le changement de spectre de signal  la première fois , était placé au-dessus du matelas , sur le côté .Il sera  toujours posé  au même endroit les nuits suivantes  , soit  en dehors des protections ajoutées.

Par ailleurs, on sait que plus les fréquences (HF) sont basses, mieux elles pénètrent. 1,4 GHz pénètre mieux que 2GHz , par exemple .

Pour éviter les risques liés aux canalisations électriques poreuses qui courent dans les murs de l’immeuble et qui relarguent sans doute leur pollution électrique ambiante, le lit avait été glissé au milieu de la pièce.

Sachant qu’il n’y avait que 3 autres résidents dans l’immeuble et surtout aucun résident dans la colonne d’appartements au-dessus du mien , les nuits auraient pu être sécurisantes.

Le coussin aurait pu ou du suffire à permettre l’endormissement . Il n’en avait rien été .

Les pulsations ayant pris leur cadence de croisière, rien ne les arrêtait et le cerveau ne trouvait aucun repos.

En première protection , un matelas avait été arrimé au-dessus de la tête . Le lieu de couchage avait été le même pendant toutes les nuits qui avaient montré le même type d’enregistrement de changement du signal  et correspondant à la reprise de la douleur après un court moment de répit .

détection  enregistrée après l’ajout du matelas

Ainsi a près la mise en place du matelas , la force de l’énergie pulsée traversante et ressentie douloureuse , avait rapidement cru jusqu’à devenir problématique .
D’autres épaisseurs de protection avaient été ajoutées :

Au final , les protections à disposition avait inclus un amas de tissus anti-ondes qui arrête des signaux sur un spectre de fréquences de 100 MHz à 22 GHz, et quelques couvertures de survie supplémentaires . Pour presque rien.

La détection  enregistrée avec  cet amas  de protections diverses , était devenue ainsi :

En  dernier recours , inconfortable, mais réconfortant et permettant l’endormissement,  j’avais enfilé une  capuche de plongée en bloquant 4 packs de gel à l’intérieur.

Pourtant, comme le montrent ces détections, les densités de puissance enregistrées semblent insignifiantes .
Leur dangerosité semblerait ou pourrait venir du fait que

  • les signaux sont pulsés même après le changement de spectre du signal
  • qu’ils ont la propriété  de traverser tous les matériaux  utilisés , et
  • qu’ils portent peut-être ou sans doute  une autre type de signal (ELF)  qui atteint
  • –parfois directement  le cerveau  ,
  • –parfois la cochlée ou le nerf auditif.