Archive | réseaux RSS feed for this section

Manigances de harceleurs en réseau- Une nouvelle facture de 4750 euros pour leur victime

10 Sep

Le harcèlement en réseau est gratuit pour les harceleurs et ne leur perd pas de temps
Il s’organise dans le cadre de la fonction avec les habits de la qualité et les outils du métier, le tout détourné par et au profit d’une meute d’habitués qui pratique la curée de la victime préalablement isolée ou malmenée ou zombifiée.

Le harcèlement dit « administratif » est un harcèlement des mieux protégés, à cause des intérêts communs forts qui lient les acteurs d’un classe moyenne-supérieure, avec une conscience de caste très forte, et un besoin d’apparence morale très prononcé.

La suite de cette histoire fait toujours intervenir les mêmes protagonistes, habitués à jouer ensemble et à gagner…. surtout l’argent qu’ils ponctionnent.
Ces personnes sont aussi des complices du harcèlement criminel électromagnétique que couvre la justice.

Dans le différent bizarre concocté à Cap Olona par le trio BLAINEAU-ROUBERT-VINCENT
le bailleur du bien CM-CIC Gestion Immobilière avait délégué ma mise à la porte avec perte et fracas à
– I Blaineau , la propriétaire du bien que j’occupais
– T. Roubert , son avocat
– C. Vincent , huissier de justice, et en relation constante avec les deux premiers qu’il considérait comme ses clients, alors qu’en réalité et au final , c’était moi qui le payait. Même chose pour T. Roubert.

Un huissier dans sa fonction justice est
– facteur de tribunal et
– exécuteur des décisions du même tribunal.

Dans le cadre de cette exécution de décision d’un juge, un huissier ne prend pas d’initiative, même au nom d’une pseudo morale de précaution . S’il le fait, il enfreint la loi. S’il doit récupérer de l’argent censé du, il ne peut le faire que pour le montant censé du et défini ou limité par le juge dans sa décision. Rien d’autre.

Au 23 janvier 2017, à ma connaissance, tous les montants réclamés par I. Blaineau lui avaient été envoyés . Payés par chèque.
Mais le 25 janvier 2017, badaboum, ma banque m’avait prévenue d’un blocage total de mon compte pour une saisie-arrêt d’un montant de 3580,41 euros par l’huissier C. VINCENT .

Comme un huissier ne peut saisir que ce qu’a été décidé par un tribunal , et que je n’en trouvais trace nulle part , il allait falloir chercher l’origine de ce montant.

En attendant , et pour faire face au moins pire, une nouveau chèque de 2068,41 euros ( 3580,41 – ce qui avait été payé précédemment) avait été expédié à I. Blaineau en lui demandant de faire arrêter le processus de saisie -arrêt sur mon compte.

C. VINCENT était également prévenu et avait accusé réception de l’information de l’apurement total d’une dette (inconnue).

. Madame,
J’ai bien reçu cotre courrier du 1er février 2017 accompagné de votre chèque de 10 Euros.
Je prends note du chèque de 1512 Euros envoyé par vos soins le 23 Janvier 2017 à Mme BLAINEAU et vous informe interroger mon correspondant à ce sujet, ainsi que pour le chèque de 2068,41 Euros.
Si tel est le cas, cette somme sera porté en déduction dans mon dossier.

I. Blaineau m’ avait répondu affirmant que ce montant n’était pas dû et avait renvoyé le chèque .

Le correspondant de C. VINCENT était sans doute l’organisateur caché de cette grossière et chère comédie.

Manifestement , au 25 janvier 2017, date de la saisie-arrêt , cette somme n’était pas due. Elle allait le devenir à hauteur de la somme que Cedric VINCENT, huissier de justice aux Sables d’Olonne (85) allait accaparer, aidé de T. ROUBERT, sous des prétextes à venir.
Sauf si ….

Pour arrêter cette hémorragie financière, il fallait assigner et demander au TGI une main-levée Cela devait libérer mon compte de l’emprise d’amateurs d’argent facile .
La main levée consiste à faire reconnaitre que le montant bloqué est erroné ou abusif. Une saisie-arrêt ne peut porter que sur des montant seffectivement dus. Des frais ou dépens qui n’existent pas encore ne peuvent pas en faire partie .
Supputer sur des frais à venir et à facturer est contraire à la loi
La main-levée , ici, constituait aussi et en quelque sorte une reconnaissance de l’infraction commise par l’ huissier de justice C. VINCENT.
.
Pour demander cette main levée il fallait prendre une avocate à 1200 euros et faire porter l’assignation à I. Blaineau , la responsable officielle de tout ce pataquès une nouvelle fois. Un autre huissier était nécessaire pour 283, 67 euros .

C’était risqué. Mais compte tenu de ma bonne foi, vérifiable par le chèque de 2068,41 euros envoyé à I. Blaineau , mais refusé par la même, c’était envisageable. L’avocate avait même ajouté que les dépens pourraient être imputés à I. Blaineau. enfin… à sa ZEN assurance

C’était aussi compter sur l’équité de la magistrate responsable. Et, Catherine Barrat , juge de cette situation et à ce stade considérée comme pas vraiment neutre n’était pas rassurante.. C’était pourtant avant de sa décision de mon expulsion manu militari.

Cette seconde décision de justice ( ponction de mon compte)  sera prise alors que j’avais quitté les Sables d’Olonne, forcée et contrainte.

Et, de nouveau , C. BARRAT, jamais embarrassée, avait fait hyper simple.

Pour sa nouvelle décision, elle avait noirci quelques feuilles en recopiant des articles de loi que l’on trouve en tapant « saisie-arrêt » sur internet. Elle y avait aussi ajouté les vieux comptes de l’année passée présentés par l’avocat d’I Blaineau mais qui ne répondaient en rien à l’objet de cette procédure :
– cette somme de 3580 euros bloquée par C. VINCENT est-elle due ? (non)
– si elle n’est pas due, est-il acceptable que C. VINCENT ait la possibilité de la ponctionner à son gré ? ( non)

Et C. BARRAT , habituée depuis toujours , à vivre de l’argent facile des contribuables , n’avait pas accepté la main-levée . C. Vincent pourrait se goinfrer de mon argent jusqu’à hauteur de ses envies ou besoins.

Ce faisant C. BARRAT
– couvrait l’infraction caractérisée commise par C. VINCENT,
– se comportait en propriétaire de mon compte où elle laissait C. VINCENT se servir pour le montant qu’il avait seul décidé dès le 25 janvier 2017 alors que tout le compte était soldé selon I Blaineau, la proprio concernée.

Pour monter jusqu’à ( seulement) 3270 euros 10, qu’il avait réussi à facturer, C. VINCENT avait du faire des efforts de gonflette de coûts et prestations.

En exemples :
C. Vincent avait été averti début juillet, de mon départi de l’appartement le 13-7.
Et le 13-7 au soir, il était venu apporté un document . Coût de la prestation 87,24 euros.

Les clés de l’appartement étaient disponibles depuis mi-juillet, envoyées par colissimo à I. Blaineau le 13-7, jour de mon départ
Pourtant C Vincent , pas pressé cette fois, avait décidé de faire l’état des lieux seulement le 9 août . Lui qui était en relation constante avec sa cliente I Blaineau qui avait ses clés, avait fait venir un serrurier pour entrer, pour 101,23 euros.

Comme autre prestation inflationniste pratiquée par Cédric VINCENT, il faut noter le constat d’état des lieux de sortie à 606,76 euros pour lui. ( hors serrurier et police)

Un état des lieux de sortie sert aussi et surtout à justifier l’arrêt officiel des compteurs de fourniture
Quand il y’a des robinets et une douche dans un appartement , c’est qu’il y a un compteur d’eau. C Vincent ne l’avait pas relevé
Quand il y a un chaudière à gaz et des bruleurs à gaz , c’est qu’il y a un compteur à gaz aussi. C Vincent ne l’avait pas relevé
Quand il y a un compteur d’électricité récent dans un immeuble neuf , c’est qu’il y a un comptage des consommations HC et HP . Cédric VINCENT ne le sait pas.

Apprenant par cette parodie de constat d’état des lieux par C. VINCENT, qu’il existait deux morceaux de scotch sur une porte, CM-CIC Gestion Immobilière s’était en plus servi sur mon compte pour 15 euros de nettoyage. J’attends la facture de la société concernée.

Ce type de situation fabriquée de toute pièce par des gens se croyant au-dessus de tout soupçon mais avec des intentions malfaisantes, fatigantes et onéreuses, est difficile à raconter parce que les détails sont insipides. Elle sert à contribuer à la vitesse V
– à la paupérisation de leur victime ,
– à leur enrichissement mutuel et facile en grugeant des inconnus qui ne protesteront pas,
– à resserrer leurs liens de complicité et de dépendance qui engendre des renvois d’ascenseur et oblige au silence.

https://etouffoir.blogspot.fr/2017/09/le-pipelet-harcelement-en-reseau.html

Rien à voir , bien sûr, avec les situations du livre ci-dessous, si ce n’est un état d’esprit et des manigances des protagonistes avec beaucoup de points communs.

Publicités

A la rue – Pour mémoire

4 Sep

Poitiers

La vice-présidente du TGI des Sables, Catherine BARRAT, n’avait pas supporté que je puisse continuer à payer mon loyer à Cap Olona en attendant de trouver un lieu de vie adapté à mon problème de santé .
Ce problème de santé (SICEM ++) avait été sciemment fabriqué par un réseau criminel et entretenu et aggravé par celui des Sables d’Olonne (85).

Catherine Barrat, juge des expulsions, avait décidé de me jeter à la rue sans délai. Elle complaisait ainsi aux réseaux crapulo-criminels français, impatients de se débarrasser de moi, à chaque occasion.

Cette fois, c’était le conseil d’ I. Blaineau qui s’était acharné pour l’aider à le faire . Ce jeune homme mal appris ne défendait pas seulement sa cliente faussaire, il s’acharnait en plus à nuire à sa victime.

En effet, Isabelle Blaineau était la propriétaire de l’appartement que j’occupais à Cap Olona. Dans cet appartement j’avais été torturée nuit et jour , au moyen d’énergie dirigée.

Cette énergie dirigée produite avec la complaisance des représentants de l’Etat, génère souffrances , privation de sommeil en continu et dégradation de la santé . Cette horreur est provisoirement chapeautée du terme syndrome d’intolérance aux champs électromagnétiques ( voir site de l’ARTAC) tant que la criminalité du harcèlement électromagnétique ne sera pas reconnue . C’est ce qui se passe au mieux, quand la victime n’est pas traitée de folle.

L’énergie dirigée volontairement assassine, utilisée à Cap Olona et de façon constante, provenait alternativement du dessus, du dessous, et des côtés de l’appartement que j’occupais. Certains tirs d’énergie avaient aussi été faits du 3ème étage de l’immeuble, côté cour ,quand j’avais cherché refuge pour la nuit, sur le balcon.

Isabelle Blaineau en tant que propriétaire avait le devoir de faire cesser ces radiations ( agressions par énergie dirigée) avec l’aide de
– CM-CIC Gestion Immobilière (44) son gestionnaire de bien et bailleur de mon appartement,
– Central Immobilier (85) , syndic de l’immeuble et responsable du respect des termes du Règlement de copropriété et
– le syndicat des copropriétaires .

Isabelle Blaineau n’en avait rien fait.

Il faut dire que cette irresponsable propriétaire , pourtant cadre administratif , s’était un jour étonnée par courrier que je n’aie pas payé mon loyer à Central Immobilier…. à qui je ne devais rien. L’approximative Isabelle Blaineau confondait son gestionnaire de bien CM-CIC Gestion Immobilière , avec Central Immobilier le syndic gestionnaire de l’immeuble.

Cela rappelle aussi l’attitude de son conseil ( T. Roubert) , me reprochant de n’avoir pas fourni d’attestation d’assurance de l’appartement à I. Blaineau …… à qui je ne devais rien, puisqu’elle n’était pas la bailleure de son bien.

Quand j’ avais pris l’initiative d’ envoyer le montant du loyer directement à cette propriétaire bizarre, elle l’avait refusé, en me retournant les chèques. *(1)

En tant que propriétaire qu’elle était, Isabelle Blaineau n’avait donc rien fait pour aider à faire cesser l’horreur des criminelles nuisances de voisinage que je subissais en acquittant un loyer.

En tant que bailleure qu’elle n’était pas , I Blaineau m’avait assignée au Tribunal d’Instance des Sables d’Olonne pour paiement , puis au Tribunal de Grande Instance de la même ville , pour expulsion.

Et comme les réseaux crapulo-criminels français n’aiment pas attendre pour assurer l’insécurité de leurs victimes , une magistrate des Sables d’Olonne * (2) avait été conditionnée pour retourner la situation contre moi , et remplacer mon état de victime de bande organisée par celui de voyou, à mettre à la rue avec perte et fracas.

Cette pseudo mienne responsabilité est du moins ce dont les uns et les autres avaient essayé de me persuader, usant pour cela de subterfuges grotesques.
Avant cette magistrate , ses collègues G. Lafaye et E. Bret du parquet des Sables d’Olonne m’avaient faite passer pour « faible d’esprit » . Débile,  en langage courant. Et ce prétexte méprisant était,  selon eux, une bonne raison pour classer mes plaintes qui mentionnaient  des atteintes à la vie privée et un crime par atteinte volontaire à l’intégrité physique et mentale au moyen d’énergie immatérielle … mais souvent  détectable.

Pour ceux que cela intéresse , on peut rappeler que les magistrats sont connus pour être majoritairement issus de familles de juristes ou de parents de professions libérales. Il y a peu ou pas, d’enfants de cordonnier, de femme de ménage ou d’épicière provinciale de proximité qui deviennent juges

Comme la plupart d’entre nous , système social français oblige, les pas-encore-magistrats ont fait des études gratuites , payées par les contribuables. Mais comme peu d’entre nous, ces enfants de nantis, à qui la société veut assurer des études sereines sans l’obligation de se mêler à la populace pour des petits jobs d’appoint, ont été étudiants-salariés.

En intégrant l’Ecole Supérieure de la Magistrature, ces petits bourgeois privilégiés, encaissent ainsi chaque mois l’équivalent actuel de 1600 à 1950 euros net , pendant 31 mois, pour se gaver de lois , de jurisprudences , de cas de figures et des devoirs de probité et d’équité de leur fonction. Idéalement.

La réalité montre que certains de ces diplômés à notre compte, utilisent plutôt ce qu’ils ont été payés pour apprendre et rendre , au service d’intérêts autres , dont le leur, pour aider leur ego à grossir, protéger des vengeances et faire ainsi une belle carrière à coups de pouce.

Installés dans leur confort financier et dans le confort de leur autorité et de leur décision qui fait loi,  même envers et contre la loi, certains d’entre eux ne se gênent pas pour harceler des victimes et en débarrasser leurs amis , notables ou dominants .

Angers

C’est sans doute le cas dans cette histoire, aussi , aux Sables d’Olonne (85) où une juge de la « nouvelle » génération qui prend son envie d’un certain ordre social pour la loi, admet l’impensable et pratique l’ignominie à répétition .
Elle le fait sans sanction ni contrôle, et avec une rétribution à 5 ou 6 fois le SMIC .

Heureusement pour d’autres, il y a les autres , comme cette dame.

 

EN PAUSE forcée

11 Juil

http://etouffoir.blogspot.fr

http://lezarceleurs.blogspot.fr

 

 

Le scandale français des complicités du crime organisé de harcèlement électronique

28 Juin

En France, une méthode pour occire les cochons  d’abattoir s’appelle l’électro-nécrose. Cela consiste à envoyer une décharge électrique dans le cerveau du cochon, qui en crève. La souffrance est telle que la chair de l’animal est complètement contractée. Dure comme du béton. C’est mauvais pour la découpe et mauvais pour la vente, aussi. Les clients aiment bien la viande tendre.

Et il y a fort à parier qu’il ne viendrait pas à l’idée de l’éleveur/ marchand de bestiaux,  Antoine DE CERTAINES , catholique hyper pratiquant, et père de trois enfants , d’utiliser ce procédé sur la viande sur pattes dont il est propriétaire et qui est destinée à des consommateurs exigeants qui font sa fortune

Pourtant, cet homme avait organisé des tirs d’énergie , semblables à cet électro-nécrose du cochon, sur une femme seule : moi. Ces tirs étaient faits par ses protégés WALTI et FRENOVE, également protégés des policiers de PARIS. Et cette torture de tirs d’énergie dirigée avait duré plusieurs années, jusqu’à ce que je parte . Comme ils le souhaitaient. Comme ils l’avaient planifié et annoncé.

Torturer pour faire déménager.

Et, cela s’était reproduit à l’envi , au gré de l’organisation sadique, majoritairement phallocrate *, et absolument criminelle, qui à la main mise sur l’énergie dirigée et ses avatars. Cette organisation veut mater les êtres humains qui ne répondent pas à ses critères de soumission. Et pour cela, elle utilise en s’amusant, la violence physique cachée de l’énergie dirigée qui détruit le cerveau et transforme un citoyen en légume. Le plaisir de l’humiliation ultime est à portée de leurs armes neurologiques * (1)

Celles et ceux , qui comme moi ont subi ou subissent , ce type de violence et de souffrance inimaginable infligée au cerveau, disent que chaque tir d’énergie dans le cerveau donne envie de hurler. Et il faut mordre dans tout ce qui est à portée de main, pour ne pas le faire. Faire du bruit comme exutoire entrainerait des plaintes qui raviraient policiers et criminels à l’affût de toute violence possible de leur cible /jouet, pour enfermement.

Cela se passe en France , au XXIème siècle, siècle de la technologie immatérielle et cachée , mais siècle aussi des revendications de respect des droits de l’homme et portées en bandoulière par nos décevants spécialistes, politiques ou élus.

Notre ex-président avait déclaré plusieurs guerres disant vouloir nous éviter de mourir, tués par des fous endoctrinés.

F HOLLANDE avait été averti du harcèlement électronique tout au long de son mandat. Des explications lui montraient ainsi qu’on éliminait sadiquement des citoyens en leur brûlant le cerveau et en les torturant , chez eux et dans leur lit.

Mais le tout puissant F HOLLANDE qui pouvait ordonner une enquête par l’armée qui contrôle tous les signaux, n’avait rien fait. Mme Gayet et Mme Royal ne souffraient pas. C’était l’essentiel.

Il faudrait donc en déduire,  de cette inertie, que ceux qui torturent  des cibles étaient  des amis de l’ex-président de la République , alors que les victimes « sans dents » qui se plaignaient à lui, sont seulement des contribuables sans intérêt, et dont le martyr distrayait ceux qui en profitaient.

Parmi les spécialistes scandaleusement complices du crime organisé de harcèlement électronique , il faut noter des médecins fonctionnaires et des élus et qui ont tous l’obligation de dénoncer un crime dont ils ont connaissance , selon les termes de l’article 40 du CPC .

Les médecins quand complices de ce crime qui  torture et démolit le cerveau , jouent la comédie,  en proposant des noms de maladies improuvables par bilans sanguins , radio ou scanner. Et sans aucun diagnostic étayé de preuves , ils traitent les maladies imaginaires qu’ils ont décrétées.
Leurs services hospitaliers  sont la voie d’évacuation des cibles par la police, une administration où sévissent de nombreux adeptes du harcèlement électronique qu’ils protègent farouchement .

Les élus contactés , de l’ère de F. Hollande avaient  été affligeants de lâcheté,  et cela inclut des maires.

A défaut d’une solution par des politiques ou assimilé , le salut des cibles pourrait venir du contre- pouvoir de la justice , capable de se saisir d’un crime à élucider par une enquête. Surtout quand ce crime fait l’objet de plaintes.

Ici, dans cette histoire, et d’autres peut-être , on note que les procureurs ont volontairement « négligé » les plaintes  des victimes et alors que les lois qui existent,  permettent de les traiter.
Même les membres du Conseil Supérieur de la Magistrature, informés de cette horreur, n’y ont pas réagi.

Les procureurs ou leurs substituts à tout faire, « oublient » les plaintes  des cibles du crime de harcèlement électronique , pour éviter de mécontenter tel ou tel  , et  ici, en pensant surtout à leur retraite qu’ils prendront au milieu des responsables tortionnaires locaux , habitués et acteurs de harcèlement électronique et qui sont leurs amis de voile, de tennis, de vélo ou de bridge.

Leur système d’évacuation des cibles quand finalement appelées » victimes » sans dire de quoi,  et juste du bout des lèvres , n’est pas une enquête policière qui dépend de la justice , mais un rendez-vous proposé à la victime avec une association d’écoute ou un service social. Ce qui rend pérenne le crime organisé français de harcèlement électronique.

Avant l’élection présidentielle un courrier avait été envoyé à tous les candidats dont les adresses de QG étaient facilement accessibles. La lettre leur demandait ce qu’ils comptaient faire pour lutter contre le harcèlement électronique expliqué, si élus. Seuls deux candidats à la fonction suprême avaient répondu.

A cette lettre qui leur demandait un engagement, l’un, ministre à peine refroidi, avait répondu par un conseil : « Portez plainte. »

Récemment , après la composition du 1er gouvernement de Mr Macron, ce sont des conjoints de l’élu et de ministres, qui ont reçu un courrier leur demandant leur aide pour faire passer l’information sur le harcèlement électronique, à leur conjoint décideur.

Un seul avait répondu . Pour dire qu’ Il avait transmis la patate chaude à quelqu’un d’autre…. et qui attend sans doute qu’elle refroidisse. Ou la cible.

Les cochons  d’abattoir français n’ont pas de chance . S’ils ne subissent pas l’électronarcose pour trépasser, ils sont souvent gazés et hurlent leur souffrance avant d’étouffer. Ils ont cependant une association qui veillent à leur trépas dans de meilleures conditions, en faisant beaucoup de bruit.

Les cibles françaises, avec des histoires comme la mienne n’ont pas de chance, non plus. Ceux qui sont payés pour dénoncer et traiter  ce crime de harcèlement électronique  , sont des amis et relations de ceux qui l’organisent .

Dans cette histoire, en tout cas.

* (1) voir sur le sujet des armes neurologiques  :  Military neuroscience and the coming age of neurowarfare. de Armin Krishna

$3… le chiffre sans arrêt mis en avant par les acteurs du harcèlement criminel global , pourrait tout simplement être le signe de l’entrejambe  des acteurs de cette horreur  . Ils sont  majoritairement phallocrates et misogynes

3 groupes criminels français laissés libres de pratiquer le harcèlement électronique

18 Juin

Le harcèlement électronique est un crime.
Certains actes de harcèlement électronique ,sont constitués par la pénétration, au moyen d’un élément étranger et par subterfuge, d’une ou plusieurs parties du corps ou d’ organes d’un être humain.
Cette pénétration  est intentionnelle , répétitive, cruelle, douloureuse et non consensuelle.
L’organe majoritairement utilisé pour cette pénétration est le cerveau .
D’autres organes sont également visés , dont l’anus et le vagin.

Le moyen utilisé pour cette pénétration d’organes humains vivants , relève de la physique et correspond à des technologies en usage depuis plusieurs décades . Il s’agit d’énergie pulsée par des appareils positionnés et utilisés à distance.

L’énergie pulsée est une force agressive immatérielle . Dans le phénomène du harcèlement électronique , cette énergie pulsée vise une personne précise.

Certaines de ces pénétrations , celles du cerveau notamment, peuvent être prouvées par des détections concomitantes à des enregistrements en continu par électro-encéphalogramme.

Dans l’article précédent, Dr John HALL mentionne, aux USA, l’existence de groupes criminels intermédiaires, qui font ce qu’ils veulent , et viennent  en appui local  à un autre groupe criminel caché et puissant. Il semblerait que cette analyse puisse aussi s’appliquer à cette histoire et à bien d’autres, mais avec des finalités différentes.

Pour ce qui me concerne , les anecdotes racontées par épisodes successifs et avec autant de détails que possible, font apparaître au moins 3 groupes d’acteurs directs.

Les 3 groupes criminels français connus du harcèlement électronique que racontent mes blogs sont ici cités séparément . En réalité, ils sont étroitement liés par leurs intérêts communs . Ils inter agissent et  se protègent mutuellement.

– un groupe constitué de beurs repéré dans l’utilisation de four à micro-ondes bricolés et de détournement de l’énergie de communication à des fins criminelles. Ce groupe est très actif dans les hôtels où de nombreux garçons de cette communauté officient comme veilleurs de nuit

– un groupe de corses aux moyens technologiques adaptables à toutes situations et souvent utilisés par des acteurs du monde de l’immobilier, et au service de franc-maçons.

– un groupe de franc-maçons criminels servis par des moyens technologiques mis à disposition par des frères, et à qui aucun intervenant sollicité  ne résiste, concessionnaires  d’automobiles et y compris.
Ces franc-maçons là  sont aussi couverts par des fonctionnaires d’Etat  frères qui bloquent toutes les plaintes , empêchent la prévention du crime et évitent les enquêtes.

La collaboration de franc-maçons m’avait été pré-annoncée par deux franc-maçons sympathiques .
le Dr ( med) X qui m’avait d’abord mise en garde de façon générale contre les pressions psychologiques habituelles utilisées pour abattre une femme. J’étais dans le collimateur de ses très chers frères qui pratiquent le viol physique.

Puis une fois suivante , de façon détournée et amusante , il avait répondu, systématiquement et de façon obsessionnelle à mes anecdotes incroyables par «  c’est comme mon frère » et «  mon frère aussi ». Ce n’est pas une preuve. Seulement une indication.

Le notaire P , lui, n’y était pas allé par quatre chemins avec «  ils vont vous faire devenir folle » « ils » n’avaient pas les limites qu’impose un Etat de droit.

Alors,  quand la pression psychologique ne suffit , ceux que cet Etat de droit laisse attaquer un être humain sans réagir pour le défendre, agressent et font agresser physiquement le cerveau pour essayer d’en détruire le fonctionnement.

C’est le cas ici.

Pour certaines autres cibles de ces réseaux criminels , il s’agit de modifier le fonctionnement du cerveau et le comportement de la personne . C’est tout aussi inadmissible .

Le crime du harcèlement électronique devrait être puni au titre des articles 222-1 , 223-1 du code pénal et des articles 16 et suivants du code civil .

Au lieu de régler ces problèmes de criminalité ,  des franc-maçons en charge , payés pour faire respecter les lois, nous abreuvent simplement de leurs symboles .

Soazig de la Moissonniere / IP3 ; Paris, le 10 Decembre 2016, France – Emmanuel Macron lors du meeting du 10 decembre a Paris
Emmanuel Macron, leader of En Marche new party at Marseille, on December 10, 2016, Paris, France.
***FRANCE ONLY ***

 

 

Détections de tirs d’énergie en appartement- douleurs de vibration

2 Juin

Les cibles de harcèlement électronique visées par des réseaux criminels de ce pays ne peuvent pas dormir normalement   dans leur appartement , leur maison et leur lit.

Pourtant cette hygiène de récupération basique , chez soi, est garantie à tous, par la Constitution et les Institutions, au nom  du droit à la vie privée .

C’est majoritairement chez elles, que les cibles de harcèlement électronique françaises , sont torturées , au moyen d’ appareils à énergie dirigée confiés à des psychopathes , tendance nazie .

Cela se passe à LILLE, NICE, GRENOBLE, PARIS, NANCY, VANNES,  Les SABLES D’OLONNE ………. où des cibles sont privées de leurs droits à la santé, à la vie privée.

En plus des tortures qu’elle subissent des cibles sont privées de leur liberté, par des enfermements arbitraires. Cela inclut la liberté de raconter une réalité vécue mais caricaturée par le mot affabulation
Ces enfermements sont  destinés à les faire taire et à les marquer du sceau de l’infamie : un dossier de maladie mentale qui décrédibilisera leurs propos à venir et leurs plaintes.

Cela est fait par des médecins aux ordres, qui acceptent d’incarcérer en milieu hospitalier , une personne livrée sur ordre de responsables de la sécurité publique .
Pour les aider, des maires, des députés , des sénateurs, des policiers, un Président de la République ont,  jusqu’à présent, sans état d’âme apparent, accepté de priver sciemment cette catégorie de français- là de leurs droits .
Des droits annexés à deux exceptions près.
Les cibles ont le droit de PAYER LEURS IMPÔTS , et de VOTER .

Pour éviter les tirs d’énergie du psychopathe fou-furieux protégé par d’autres  , du A221 de Cap Olona , j’avais passé une nouvelle fois la nuit dans ma voiture , dans un endroit connu sans CEM ( champs électromagnétiques) .

Pourtant , il y avait eu des tirs d’énergie à l’horizontal sur le sommet du crâne , tourné vers la mer . Un réveil vers  4 H avait également été associé à un tir détecté par l’enregistreur . C’était beaucoup trop tôt pour un réveil naturel de personne épuisée.
Aucune voiture, avec tireur ou machine , n’était présente sur les quelques centaines de mètres linéaires du chemin.


Seule  cette petite verrue bleue  accrochée sur le rocher ,  faisait penser à une présence en proximité pendant toute la nuit. L’ouverture de la tente était tournée vers mon véhicule.

De retour chez moi, j’avais été contrainte d’improviser des soins allongés pour calmer la souffrance du cerveau. Et le détecteur en fonction non-stop près du lit, avait notamment enregistré ceci ci-dessus.

Avec ceci pour les détails

………..et qui laisse penser à  une programmation impeccable . Bravo qui ?

Ces  miens blogs notent qu’à de rares exceptions près,  d’appartement A221 laissé vide accidentellement , ma position allongée déclenche systématiquement et presque immédiatement des tirs d’énergie venant du dessus.

Par énergie pulsée, ma position allongée est repérée par l’appareil du tortionnaire ,  et ressentie  par moi, aux pieds. Puis les tirs vers la tête commencent , au rythme des problèmes du malade mental du dessus.
Ce qui signe  , une surveillance à travers les murs.

Une nouvelle récente recherche sur internet confirmait  qu’une des très sophistiquées camera go-pro , permet cet espionnage .
Il y est mentionné également un appareil censé à usage seulement policier et militaire et ayant cette même qualité pour espionner à travers les murs par détournement de sa fonction première  : la MilliCam90 connue depuis 2012 et fabriquée par MC2-Technologies

Le petit article de présentation dit notamment ceci :  » Cette caméra n’émet pas d’ondes nocives comme des rayons X, mais elle mesure les ondes hyperfréquences émises par le corps. Ce procédé est sans danger et indétectable. De plus, chaque objet émet des ondes différentes du corps humain, ce qui permet de détecter des objets ne comportant pas de métal, ce qui n’est pas le cas avec les portiques actuels. »

Depuis quelques temps les très nombreux tirs d’énergie, porteurs de son,  du psychopathe en fonction au A221, avaient provoqué de terribles et étranges douleurs de vibration .
Récemment, ce type de  douleurs de vibration  ( résonance) avaient duré pendant 2 jours après une infernale nuit de tirs.
Pendant ces  deux jours, je n’avais pas pu marcher. Car chaque pas déclenchait une souffrance dans tous les os de la cage thoracique : clavicules , vertèbres et côtes. Comme si la pression du pied heurtant le sol, faisait repartir une vibration longue durée dans les os concernés.
De nouveaux tirs d’énergie-son , subis en journée,  quelques jours plus tard, avaient eux, fait repartir le processus.

Ce genre de tir porteur de son , très ciblé sur la cage thoracique , fonce au niveau de la gorge et ce, quel que soit l’endroit différent où je vais m’allonger.
Lors du tir, une partie de la sensation de brûlure irradie dans la partie haute de la cage thoracique et le reste de ce qui ressemble à un éclair brûlant et qui coupe le souffle, file dans la colonne vertébrale. C’est une sensation de mort proche , à chaque fois.

De nombreuses  de cibles de torture électronique mentionnent aussi ce phénomène  de douleur des os , du à des vibrations . Au moment des tirs , ce sont les brûlures des HF porteuses  du son et/ou des très basses fréquences , qui sont d’abord ressenties.

Ce pays est perfectible et va peut-être évoluer et changer pour mieux.

Beaucoup le souhaitent, et sont prêts à participer activement  à ce changement.
Certaines pratiques terroristes et vicieuses , comme la torture électronique cachée  de résidents ou de nationaux , sont faciles à éradiquer.

Les lois existent pour le faire .

Il suffit de les appliquer, pour ceux qui en ont la charge,  et sinon , de dénoncer ceux qui sont payés pour le faire,  mais ne le font pas,  par lâcheté ou veulerie.
Cette dénonciation circonstanciée , est encore pour le moment à la charge difficile des cibles victimes. Un groupe déterminé de cibles de torture électronique se mobilise actuellement sur cette action positive .

Dans une vidéo parodique qui avait suivi la déclaration du Président D. Trump  lorsqu’il avait proclamait « America First » , la France avait accepté de devenir la deuxième, en vantant aussi des manifestations de rue que le monde  pourrait nous envier . …. Enfin… peut-être.
http://www.huffingtonpost.fr/2017/02/16/la-france-a-enfin-sa-parodie-officielle-america-first-de-donal/?utm_hp_ref=fr-Donald+Trump

Actuellement , sur les problèmes relevant du climat , les USA se sont virés de la 1ère place tout seuls, et  la FRANCE pourrait  devenir  FIRST locomotive ( sans charbon)

Pour le respect des droits de l’humain , et l’éradication de la torture par énergie pulsée, TOUTES les cibles demandent une solution et qui puisse  permette de dire :  » FRANCE FIRST  » 

TORTURE ELECTRONIQUE en immeuble – Responsabilité du propriétaire, du syndic, du conseil syndical

26 Mai

La torture électronique en immeuble consiste à émettre et propulser  sans répit , une énergie immatérielle à travers les parois d’un appartement , en visant une personne chez elle pour détériorer sa santé, la priver de sommeil par des souffrances sadiques et l’obliger à fuir ou quitter son appartement avec pertes et fracas.

Les moyens utilisés pour mettre en place cette torture électronique en immeuble peuvent être des appareils mobiles mis à disposition de voisins rétribués  de la personne ciblée, lesquels voisins  actionnent le matériel à volonté,  en dirigeant les tirs d’énergie sur une partie du corps de la victime.

En complément des appareils , et qui sont des armes par destination, il faut, pour viser la victime , qu’existent également des appareils qui permettent de la voir ou de la repérer chez elle.

Les voisins volontaires pour ainsi  torturer un citoyen en cachette, peuvent, également être approvisionnés d’éléments permettant d’utiliser en plus ou séparément , les canalisations électriques de l’immeuble disponibles dans toutes les parois d’un appartement.

La torture électronique est une occupation de réseaux criminels qu’un Etat de droit a la responsabilité de combattre. La torture électronique doit faire l’objet de plaintes au pénal.

Au niveau d’un immeuble , la torture électronique est considérée comme une nuisance de voisinage , et  interdite par le Règlement de copropriété.

Le terme utilisé , très précisément dans des Règlement de copropriété récents pour caractériser ce qui correspond à la torture électronique, est RADIATION .
http://lezarceleurs.blogspot.fr/2017/05/radiation-ionisante-et-radiation-non.html

La radiation est une émission d’énergie immatérielle. Elle est agressive quand elle est propulsée par à-coups. C’est le cas pour ce qu’on a du prendre coutume d’appeler la torture électronique.

Le Règlement de copropriété est un contrat signé devant notaire par tous les propriétaires au moment de leur achat et qui les engage à en demander le respect, si besoin. C’est le cas, qu’ils soient bailleurs ou non-bailleurs de leur bien,  dans le cadre d’une location de ce bien.

Les propriétaires concernés par une nuisance de voisinage dont ils ont eu connaissance doivent réagir en s’adressant au syndic/gestionnaire de l’immeuble dont une des fonctions payées, consiste à faire respecter le contrat qui oblige tous les propriétaires solidairement . Ils doivent exiger que le syndic prenne toute mesure pour faire cesser la ou les nuisances incriminées et interdites.
Pour cela, il n’est même pas besoin de prouver un préjudice.

Ils peuvent aussi le faire en contactant le conseil syndical fait de bénévoles volontaires pour représenter les intérêts de tous les autres propriétaires. Un conseil syndical a le devoir et la responsabilité de veiller à ce que le syndic accomplisse sa mission payée .
Un conseil syndical a donc aussi  la possibilité  d’exiger la cessation des nuisances de voisinage révélées.

Par ailleurs, pour préserver la valeur de leur bien immobilier , les propriétaires et les représentants des copropriétaires ont un intérêt personnel  tout particulier dans ce type de gestion de crise. Et ce n’est pas en accusant la victime de nuisances imaginaires ou en ajoutant des nuisances commanditées ( violations de domicile ) aux autres (torture électronique) , pour la faire partir, qu’ils réussiront ce pari.

Par délégation de responsabilité, le bailleur du bien a , également et en plus , la responsabilité de garantir au locataire la jouissance du bien loué , sans nuisance de voisinage . Il a donc par mandat de gestion , le devoir de réagir à des plaintes de nuisances de voisinage  de son client , conjointement avec le ou la propriétaire du bien.

Le 22 mai 2017 à l’audience du Juge des Expulsions , j’avais  entendu avec effroi un avocat et une magistrate prétendre que la propriétaire n’était pas responsable du traitement local de la nuisance RADIATION dénoncée .

Le fait que la situation  soit criminelle par ses moyens et conséquences ( atteinte à l’intégrité physique et mentale) n’y change rien, puisqu’il s’agit ici d’une responsabilité locale connue et reconnue, et que la manigance de base est de voisinage.

Une propriétaire négligente est responsable du tort causé à l’occupant de son bien. Tout comme comme elle est responsable d’une tromperie organisée pour flouer la justice et l’occupant de son bien . 

Alors, à  tous les individus ciblés, en plus et aussi,  par le harcèlement et la torture électronique en immeuble, je propose ici, de mettre leur propriétaire devant ses responsabilités contractuelles  de base par des courriers et en lui demandant  de respecter leurs droits, et d’intervenir auprès des deux interlocuteurs locaux que sont le syndic et le conseil syndical, comme explicité plus haut.
Ces gens informés d’une situation criminelle , sont également responsables de non dénonciation de crime pouvant être empêché et de non assistance à personne en danger, dans le cas où les individus ciblés concernés peuvent aussi produire des preuves de toutes natures , dont des détections ,  faites  même sans expert.
Pour les individus ciblés propriétaires de leur bien , il y a une étape en moins, mais de toutes façons urgence à agir au niveau de l’immeuble, aussi.