Archive | services secrets RSS feed for this section

Perturbation du contrôle neural – Fabrication de symptômes épileptiques

9 Jan

Il existe en effet des épilepsies aux manifestations différentes et qui dépendent de la partie lésée du cerveau .
Ces phénomènes sont explicités de façon claire dans , entre autres, les deux vidéos suivantes :


La partie du texte traduite plus loin,  est extraite de Biofeffects of Selected non-Lethal Weapons .  Ce texte présente la possibilité de créer artificiellement des dysfonctionnements cérébraux de type épileptique . Il mentionne , en conclusion , qu’il est vraisemblable
que 100% de la population puisse être affectée par la technologie expliquée
que la technologie utilisée possède un effet d’incapacitation extrêmement rapide,
qu’elle peut aussi bien être appliquée à des foules qu’à des individus ciblés à l’unité,
qu’elle peut être modulée en intensité
qu’elle peut être adaptée pour générer indifféremment ou ensemble des spasmes musculaires ou des pertes de conscience

Ce chapitre consacré aux perturbations du contrôle neural , a été écrit en 1998 et fait partie d’une étude du National Ground Intelligence Center . Seule  une partie  de cette étude a été déclassifiée par l’armée américaine en 2006 .

Ce qui fait de ce texte une information de base , seulement, mais qui peut servir à confirmer la réalité ( spasmes musculaires spectaculaires, pertes de conscience ) de ce que subissent certaines cibles de harcèlement électronique.

Dans la première partie de ce texte, l’auteur rappelle les dysfonctionnements attendus du cerveau par la technologie qui sera utilisée contre des humains.

Il décrit ensuite le fonctionnement normal du cerveau , puis les dysfonctionnements possibles de nature pathologique de cet organe.

Ce sont ces dysfonctionnements qui serviront de point d’observation et de départ à la mise en place de la technologie électronique destinée à reproduire une pathologie.

La traduction rapide et partielle qui suit est faite sans autorisation et sans qualité et pourra être enlevée à la demande . les termes et phrases surlignées sont un choix personnel et une possibilité de lecture plus rapide pour individus  ciblés pressés.

Comme suit :

Effet incapacitant: perturbation du contrôle neural

La nature de l’incapacitation repose sur une synchronisation de l’activité rythmique des neurones du cerveau qui perturbe le contrôle cortical normal des voies cortico-spinales et cortico-bulbaires; cela perturbe en conséquence le fonctionnement normal des moto-neurones spinaux qui contrôlent la contraction musculaire et les mouvements du corps.

Les personnes souffrant de cette maladie perdent le contrôle volontaire de leur corps.

Cette synchronisation peut s’accompagner d’une perte soudaine de conscience et de spasmes musculaires intenses.

Cible biologique / Fonctions normales / État pathologique

La fonction normale du cerveau est de contrôler toutes les formes de comportement, le contrôle volontaire du corps et les paramètres homéostatiques de l’organisme. Dans des conditions normales, toutes les structures cérébrales, les populations de neurones, les unités en réseaux ou uniques fonctionnent avec une activité rythmique spécifique en fonction de l’information sensorielle entrante, des informations provenant des structures mnémoniques et des signaux provenant des organes viscéraux.

Chaque neurone unique fournit un traitement spécifique des informations qu’il reçoit et forme un modèle spécifique de déclenchement d’impulsion ( enréponse) comme information sortante. La synchronisation de l’activité neuronale est un mécanisme naturel de la fonction cérébrale qui utilise des processus de contrôle tels que la motivation, l’attention et la mémoire (expérience) afin d’organiser le comportement. Par exemple, les processus motivationnels sont considérés comme activant des signaux ascendants qui synchronisent l’activité neuronale de structures cérébrales spécifiques et de réseaux de neurones; cette activation / synchronisation active à son tour des formes spécifiques de comportement telles que des activités sexuelles, agressives, ingestives.

En fonctionnement normal, le degré de synchronisation neuronale est fortement contrôlé. Des expériences qui enregistrent simultanément l’activité neuronale dans différentes zones cérébrales chez les animaux, on sait que la corrélation de pics d l’activité des entre les neurones (mesurée par le niveau de corrélation de la synchronisation) varie en fonction du stade de comportement, de motivation, d’attention ou d’activation du processus de mémoire.

Cependant, dans certaines conditions, telles que le stress physique, le choc thermique ou un fort stress émotionnel, le niveau de synchronisation peut devenir plus élevé, impliquant de grandes populations non spécifiques de neurones du cerveau . La synchronisation peut alors devenir incontrôlable.

Selon la fréquence à laquelle le rythme de synchronisation se produit et le nombre de neurones impliqués, il peut se produire des effets physiques différents; faiblesse musculaire, contractions musculaires involontaires, perte de conscience ou spasmes musculaires intenses .

Le niveau de synchronisation le plus élevé a lieu chez les personnes atteintes d’épilepsie au moment des crises périodiques . Chez ces personnes il existe une origine pathologique (par exemple, d’une lésion au cerveau) de la synchronisation rythmique. Parce que les mécanismes neurophysiologiques de la synchronisation épileptiforme sont mieux documentés, cette technologie incapacitante est décrite en termes d’épileptogenèse.

Les mécanismes neurophysiologiques actifs dans l’épileptogenèse impliquent des changements dans les conductances membranaires et les altérations des neurotransmetteurs qui affectent l’interaction neuronale.

Dans le processus de l’épileptogenèse, soit certains neurones se déchargent trop facilement en raison d’altérations dans les conductances membranaires soit il y a un échec de la neurotransmission inhibitrice.

Les décharges réelles ont été reconnues comme résultant d’un décalage de dépolarisation neuronale avec une synchronie électrique dans les populations cellulaires liée en partie à des changements dans les conductances membranaires.

La base ionique et le substrat biochimique de cette activation ont fait l’objet de nombreuses études, mais laissent encore beaucoup de questions sans réponse.

Quelles sont les propriétés cellulaires de base, présentes dans les cellules et tissus normaux, qui pourraient contribuer à la génération d’une activité anormale?

Quelles parties des systèmes ont un seuil bas et fonctionnent comme des éléments déclencheurs?

L’une des hypothèses actuelles concerne les microcircuits, en particulier les interactions synaptiques locales dans les structures du système néocortical et limbique.

Dans l’hippocampe, le rôle de l’élément déclencheur a longtemps été attribué aux cellules pyramidales CA3 – une hypothèse basée sur le fait que des décharges synchrones spontanées peuvent être établies dans les neurones CA3.

Certaines études décrivent un type de cellule à rupture intrinsèque dans le néocortex qui . joue un rôle similaire à celui des cellules CA3 dans l’hippocampe et que celles des cellules profondes dans le cortex pyrifonn.
La nature intrinsèque de ces cellules semble être un contributeur important à l’établissement des décharges synchronisées dans ces régions. Une autre exigence apparente dans une telle population est celle d’un certain degré d’interaction synaptique entre les neurones, de sorte que la décharge d’une seule cellule entraîne celle ses voisines.
Compte tenu de la présence de ces cellules mises en action et de la survenue d’interactions excitatrices entre elles dans les tissus normaux, il peut s’agir en fait du substrat morphologique des décharges épileptiformes.

Une autre hyptothèse s’est concentrée en particulier sur le rôle des récepteurs N-méthyl-D-aspartate (NMDA). Divers facteurs régulent l’efficacité des récepteurs NMDA: leur blocage dépendant de la tension par le magnésium et  de la modulation par la glycine et les polyamines. Par exemple, dans le modèle à faible teneur en magnésium, la décharge de salves synchrones spontanées dans les populations de cellules pyramidales de l’hippocampe est sensible aux antagonistes du NMDA. Cette découverte suggère que c’est l’ouverture des canaux NMDA, en soulageant le blocage du magnésium, qui facilite l’activité épileptiforme.

Une attention significative dans la littérature est également accordée aux récepteurs de l’acide gamma-amino butyrique (GABA) pour le rôle potentiel dans le contrôle de l’excitabilité.
Les changements dans l’efficacité inhibitrice de GABA peuvent mener à des effets importants sur l’excitabilité du système. Il a été montré que les potentiels post-synaptiques GABAergiques (IPSPs) sont très labiles en réponse à l’activation répétée des populations de cellules corticales, comme cela peut se produire lors d’une décharge d’épilepsie.

Les scientifiques ont montré que même un faible pourcentage de changement dans l’inhibition du GABA peut avoir des effets profonds sur l’épileptogenèse néo-corticale. Ces changements dans l’inhibition GABAergique peuvent être la clé d’ explication de la façon dont les modèles de décharge répétitifs donnent lieu à une décharge critique.

De plus, il semble y avoir une augmentation significative de la fréquence du potentiel postsynaptique excitateur (PPSE) avant l’initiation de la crise, une observation qui correspond à la perte d’efficacité du TFS avant l’apparition de la crise.

Les hypothèses ci-dessus décrivent différents mécanismes de l‘épileptogenèse, mais il est tout à fait possible que tous ces mécanismes aient lieu, et ils reflètent une grande variété de types de crises d’épilepsie. Le principe commun des mécanismes proposés est le changement des propriétés de la membrane (c’est-à-dire, la conductance, la perméabilité, etc.) de certains neurones qui entraîne une dépolarisation et une décharge de type électrique .

Certains facteurs (par exemple, un traumatisme) peuvent affecter ces neurones spécifiques et initier une synchronie pour les neurones qui contrôlent la communication interne et la communication avec divers systèmes musculaires non associés aux fonctions vitales (c.-à-d. Battements cardiaques, respiration).

Les champs électriques pulsés à haute résistance pourraient également être un tel facteur.

Mécanisme pour reproduire les effets souhaités

L’utilisation d’impulsions électromagnétiques est également une technologie conceptuelle non létale qui utilise l’énergie électromagnétique pour induire une synchronie neuronale et une perturbation du contrôle musculaire volontaire.

L’efficacité de ce concept n’a pas été démontrée. Cependant, d’après les travaux antérieurs dans l’évaluation des possibilités d’affecter des humains par des générateurs d’impulsions électromagnétiques , on estime que des champs internes suffisamment forts peuvent être générés dans le cerveau pour embraser des neurones.

Les estimations montrent que des impulsions très brèves d’une nanoseconde à 50 à 100 kV / m , peuvent produire un potentiel de la membrane de la cellule d’environ 2 V. Ce serait semble-t-il suffisant pour exciter des neurones ou les rendre plus sensibles au tir.

Le concept des impulsions électromagnétiques est un concept dans lequel une impulsion électromagnétique à haute tension (environ 100 kV / m ou plus), très rapide (nanosecondes), est répétée à la fréquence de l’onde cérébrale alpha (environ 15 Hz).

On sait qu’une fréquence similaire de pulsation de lumière peut déclencher une crise d’épilepsie chez les individus (ceux qui souffrent d’une épilepsie sensible à la lumière) et on pense qu’en utilisant une méthode capable de produire un champ électrique approprié permettant d’exciter directement les synapses nerveuses d’un humain , pratiquement 100% des individus seraient susceptibles de produire une crise d’épilepsie induite.
…………………..

Temps d’apparition

Aucune preuve expérimentale n’est disponible pour ce concept. Cependant, l’apparition de la latence des crises induites par la lumière chez les épileptiques photosensibles varie de 0,1 à environ 10 secondes.

En raison du fait que les impulsions électriques déclenchées par la lumière doivent se propager à d’autres parties du cerveau, on s’attend à ce que les crises photiques induites puisse avoir un début généralement plus lent que la synchronie neurale induite par les champs électriques pulsés à haute résistance.

Durée de l’effet

Pour les individus épileptiques, la durée typique d’un événement petit mal ou d’un événement psychomoteur est de 1 minute ou 2, éventuellement plus , tandis que la durée d’une crise grand mal est de 1 à 5 minutes.

Chez un individu non épileptique, avec symptômes induit par des moyens électromagnétiques, on s’attend à ce que les durées des différents événements soient à peu près les mêmes que les événements de l’individu épileptique après l’élimination de l’excitation externe.

Adaptation

Il existe de nombreux degrés de crise d’épilepsie chez les personnes malades, et il semble raisonnable de dire que la stimulation électromagnétique de la synchronie neuronale pourrait être ajustable en fonction du type et du degré d’influence corporelle, en fonction des paramètres associés au stimulus choisi.

Parce qu’il n’y a pas de données réelles sur lesquelles s’appuyer, ces déclarations doivent être considérées comme provisoires. On sait que dans l’étude des crises photiques induites, les paramètres peuvent être modifiés de sorte que l’individu à l’étude ne subisse pas réellement une crise de grand mal. Cette connaissance donne l’assurance que la technologie proposée sera ajustable.

Distribution des sensibilités humaines aux effets désirés

Il est prévu que 100% de la population y soit réceptrice. Le mécanisme prévu pourrait agir simultanément sur de nombreuses cellules neuronales individuelles et ne dépendrait donc pas de la propagation par zones d’activité électrique comme dans l’état pathologique.

Influence possible sur les sujets

Si la technologie fonctionne à peu près comme prévu, l’individu ciblé pourrait être frappé d’incapacité très rapidement. Parce qu’aucune étude n’a été rapportée utilisant les conditions spécifiées, un travail expérimental est nécessaire pour caractériser le temps de début.

Différents types de technologies pourraient être utilisés pour affecter des zones peuplées étendues ou des individus isolés.

Parce que cette technologie est considérée comme ajustable , l’influence sur les sujets peut varier d’une perturbation légère de la concentration, à des spasmes musculaires et à une perte de conscience. 
Le (s) sujet (s) pourraient garder différents degrés de contrôle volontaire en fonction du degré d’incapacitation choisi.

 

Statut technologique du générateur / dispositif de visée

Une force de champ électrique d’environ 100 Kv / m sur une période de 1 nanoseconde est approximativement la condition considérée comme nécessaire pour produire l’effet désiré lorsqu’elle est fournie à un taux de répétition global de 15 Hz.

Un tel champ peut être développé en utilisant une source pulsée de type radar, à puissance de crête élevée ou un générateur d’impulsions électromagnétiques fonctionnant à 15 Hz.

Les technologies existantes à ce jour sont suffisantes pour évaluer le concept de handicap.

Les besoins de puissance ne sont pas élevés car le facteur d’application est bas.
Les appareil nécessaires sont actuellement disponibles, mais un degré élevé de visée sur de longues distances nécessitera un développement complémentaire .

Il pourra être nécessaire de fournir de nombreuses de ces impulsions nanosecondes afin de stimuler l’effet désiré.
Au fur et à mesure que le temps de fonctionnement augmente, la puissance moyenne requise pour fournir l’énergie augmentera également.
Parce qu’il n’existe pas de documentation disponible pour servir de référence, il pourrait y avoir une certaine incertitude quant aux niveaux de puissance requis.

Distance
Elle pourrait être de quelques centaines de mètres.

Protections / limites
Un blindage peut être assuré par des barrières conductrices comme un écran métallique ou des plaques de métal .

Il existe un certain nombre de médicaments qui sont capables d’induire des crises convulsives ou autres, comme le phénobarbital, la diphénylhydantoïne, la triméthadione, le 2-4 dinitrophénol et l’acétazolamide,  .

Les anticonvulsivants sont connus pour aider à réduire l’effet des crises chez les patients épileptiques, mais leur capacité à réduire l’effet de la technologie proposée ici est inconnue (peut-être sans effet), mais devrait être moindre que pour les crises photiques induites.

Publicités

Harcèlement criminel global – le témoignage d’un médecin américain (2014)

15 Déc

Quelqu’un a demandé à connaitre l’identité du médecin américain qui a produit un témoignage sur le harcèlement criminel global aux USA, devant le Sénat américain,  en 2014.

Ce nom n’a pas été donné avec le témoignage pour une apparente, voire évidente, raison de sécurité.
Avec le contexte de cette présentation  ( « L’état des droits civils et humains aux Etats-Unis ») et la date de cette présentation , il y a toujours la possibilité d’interroger l’association mentionnée par le médecin (FCCHS) , ou son représentant d’alors ( Derrick Robinson)  ou encore le Sénat américain.
Voici ci-après, de nouveau ce texte , tel qu’il avait été mis en ligne sur lezarceleurs.blogspot.fr en 2016.

Ce qui suit est la traduction libre  et  partielle d’un article qui se trouve en anglais à
https://gangstalkingtargetedindividuals.wordpress.com

Accessoirement , l’association qui est mentionnée dans ce texte  sous le sigle  FFCHS  s’est transformée en PACTSNTL  ( People Against  Covert Torture  and Surveillance, International,  www.pactsintl.org)

Ce texte porte sur des programmes de torture de citoyens  , bien  connus aux USA mais également tristement célèbres  en Allemagne , aussi .

Il se trouve que les individus ciblés français présentent des particularités communes avec ceux de ces programmes détaillés ici, par un médecin.
Cela interroge , naturellement, sur  les implications du harcèlement criminel caché en France, et sur les organisateurs réels,  cachés aussi ,  de ce même  type de programme, en France .

Les termes ou expressions surlignées sont un choix personnel .

Individus ciblés et harcèlement criminel caché  : répression  cachée et expérimentation humaine hors cadre éthique au XXI ème siècle 

Présentation  faite devant le  Sénat  dans le cadre de   « L’état des droits civils et humains aux Etats-Unis »

Mardi 9 Décembre, 2014

INTRODUCTION

Mon nom est Dr. X . Je suis médecin et occupe une place de  radiologue  et médecin , en banlieue.

Au cours des deux dernières années, j’ai travaille avec une  association qui lutte pour les droits humains  et qui s’appelle Freedom From Covert  Harassement and Surveillance
Les adhérents de cette association se disaient ciblés par un programme gouvernemental illégal et contraire à l’éthique : une sorte de COINTELPRO et MK-ULTRA combiné.
Les victimes se désignent elles-mêmes  par le terme TI ou individus ciblés. 

J’ai eu l’occasion de travailler avec les responsables de FFCHS , avec la commission médicale et avec le conseil d’administration. Ce qui m’a permis de communiquer avec des centaines de personnes disant appartenir à ce groupe d’individus ciblés.

De plus, j’ai  également  travaillé avec deux autres médecins militants en lien avec les  personnes ciblées : Dr John Hall et le Dr Terry Robertson. J’ai aussi collaboré  avec le Dr Robert Duncan, un scientifique , devenu lanceur d’alerte , qui déclare avoir lui-même  travaillé sur certains des systèmes  d’armes  utilisées dans le harcèlement électronique à distance  et que de nombreuses personnes ciblées disent subir.

Ma présentation d’aujourd’hui est intitulée:

Les individus ciblés : Répression cachée et expérimentation humaine hors cadre éthique au 21ème siècle.  

APERÇU

Pour comprendre le phénomène du ciblage des individus  , il faut d’abord comprendre  le contexte des droits sociaux, politiques  et des droits humains  qui lui permet d’exister. Il faut comprendre ce qu’est ce programme , quels sont ses objectifs et son but. Il faut comprendre le choix qui est fait  des cibles. Il faut comprendre la genèse du programme. En d’autres termes , il faut le comparer aux programmes de contre-espionnage, et d’expérimentation humaine passée, hors encadrement éthique. Il faut également comprendre les implications de ce programme  et ce que cela signifie pour le futur.
Pour finir , nous verrons ce qui peut être fait à ce sujet.

CONTEXTE DES DROITS HUMAINS ET CIVILS AUX USA : EMERGENCE d’UN ETAT POLICIER DE SURVEILLANCE

Pour faire court, il y’a une émergence d’un Etat policier de surveillance, et qui est rapporté  par l’ex-président Jimmy Carter dans le NewYork Times en ces termes  «  Les états Unis sont en train d’abandonner leur rôle de premier défenseur des droits humains »

Dans cet article , Carter note que des représentante l’Etat   » ciblent  ouvertement des citoyens américains en vue d’assassinats politiques et de disparitions , de surveillance sans restriction  et de violations grossières de leurs droits humains » . Quelqu’un se sent-il prêt à accuser une ancien président  de théorie complotiste ? Ou bien est-ce  ce pays qui a dévié de son enracinement démocratique et du respect absolu de la loi et des droits humains?

Suit une liste  en 9 points d’ exactions et manquements répertoriés aux USA

Ces  faits sont  très inquiétants.  les droits de l’homme, les droits civils et les droits garantis par la Constitution des États-Unis sont  ainsi gravement attaqués . Cela constitue une atteinte  aux  principes  mêmes sur lesquels a été fondé notre pays.

Cela étant dit, le phénomène individu ciblé devient aussi  beaucoup moins difficile à croire. Si l’on considère  la surveillance seule,  et qui est prouvée, cela aurait été désigné comme relevant de la théorie du complot, il y a seulement quelques années.

Dans ce cas , de quoi se plaignent les individus ciblés ? Une surveillance constante ?  Elle est prouvée. Des campagnes secrètes pour détruire la vie des cibles ? Elles sont prouvées.  Des droits bafoués ?  C’est le lot de tous. Comme indiqué plus haut.  D’être traités comme des criminels ou des terroristes sans avoir jamais été accusés ni avoir eu la possibilité de se disculper ? C’est prouvé. La torture ? le Président Obama l’a admis.  D’être sous une surveillance constante de n’importe qui ? Il suffit de poser la question à la sécurité intérieure  ou aux groupes de surveillance du voisinage. Qu’il soit fait des dossiers ou notifications sur ceux qui entourent la cible , C’est prouvé.  

De plus en plus,  on s’aperçoit que des personnes appartenant au gouvernement participent, ont participé  ou  ont incité des citoyens  quelconques   à se livrer à l’ensemble des violations des droits humains  et des droits civils  répertoriés plus haut.

LE PROGRAMME

De quel programme se plaignent les individus ciblés ? Il comprend beaucoup de facettes. sous forme de campagne de discrédit et de déstabilisation, à la manière de COINTELPRO.

Dans certains cas ( pas tous) , on note  une torture traumatisante pour lavage de cerveau et de contrôle mental comme dans le programme MK-ULTRA. Il s’agit d’une forme secrète de répression , de persécution et de guerre psychologique , mise en oeuvre  par des gens ordinaires de l’entourage de l’individu ciblé  à la manière des méthodes  de torture de la STASI ou ZERSETZEN.

Il faut y ajouter  des violences politiques par enfermement psychiatrique comme cela se fait  dans de nombreux pays pour torturer  et discréditer des dissidents.
Au final , il s’agit d’expérimentation humaine non consentie et hors cadre éthique , sur des sujets non volontaires, et faits à base  de systèmes d’armes à énergie dirigée et d’armes psychotroniques.  

Il s’agit d’une conjonction de moyens et d’armes aussi efficaces que vicieux  pour réussir un harcèlement caché  et un contrôle politique de dissidents, d’activistes, de lanceurs d’alerte, d’agitateurs, et d’autres soit-disant « indésirables » , et ce  à une échelle encore jamais atteinte.

Quels sont les objectifs du programme ?. Ils sont nombreux. S’il fallait choisir peu de mots pour le dire , ce serait :  «  la neutralisation de la cible » . 

…….
Plus précisément , quels sont les buts de ce programme?

Contraindre la cible  à cesser toute activité jugée inacceptable ( dénonciation d’abus, activisme, dénonciation de corruption…)

L’empêcher de parler de son sujet et de son ciblage.

Lui infliger des campagnes de bruit, et du harcèlement sous diverses formes comme des comportements répétitifs, des couleurs.

L’attaquer sur ses faiblesses psychologiques, pour qu’elle s’accuse elle même  d’être l’origine du ciblage  et ainsi renverser la situation.

Mettre en place un dossier psychiatrique ,  qui la discrédite et  permette  de nier ce qu’elle raconte.

Discréditer la cible

L’isoler à tout prix en répandant des mensonges, et des calomnies propagées par des gens du voisinage.

Lui faire perdre tout espoir et l’inciter au suicide  ou une volonté d’homicide pour détruire sa vie.

Tout organiser pour la faire interner ou arrêter.

Ruiner sa carrière et l’appauvrir .

–  Détruire ses liens familiaux et la faire expulser de ses domiciles.

Après avoir brisé la volonté combative de la cible , dans certains cas,

Essayer de  changer sa mentalité , ses options politiques, son éthique pour la rendre conforme à ce que souhaite l’Etat.

Evaluer son potentiel pour corruption et recrutement.

En résumé : le but est de neutraliser l’individu ciblé . Exactement comme le faisait le programme COINTELPRO

LES CIBLES

Alors, qui est  visé par ce programme ?
Il y a de nombreuses  similitudes avec COINTELPRO 
Les cibles de COINTELPRO représentaient
« des menaces perçues à l’ordre politique et social établi ».

Ce qui, dans la pratique du programme  COINTELPRO visait surtout ceux qui recherchaient  une plus grande égalité sociale et économique, des militants pacifistes, dissidents, soi-disant politiciens « hostiles », et même les non-conformistes.

Dans certains cas, il peut être prouvé que les opérations de contre-espionnage ont été menées contre ceux  qui avaient connaissance  d’une criminalité de haut niveau ou de comportements abusifs.
Comme tout le monde, de nombreuses cibles ont des faiblesses, des défauts, des problèmes, etc. Certains ont des dépendances. Les faiblesses perçues (fabriquées, réelles ou exagérées) sont utilisées de façon vicieuse  pour  essayer de les discréditer .

Ce peut être explicité facilement par quelques exemples  de personnes devenues cibles d’opérations secrètes.

Liste de cibles américaines et explicitation de leur contexte  ( voire l’article en anglais)
Thomas Drake
Jean Seberg
Arnold Lockshin
Adrian Schoolcraft
Lawrence Doerr
Russell Roderick
Green ham Common Women ’s Peace Protestors
Andy Lewis and friends
Une longue liste d’activiste en recherche de la vérité sur le 9/11
Jill Hansen
Ted Gunderson
William Binney
Jiverly Wong
Aaron Alexis
Myron May

HISTORIQUE : COINTELPRO, MK-ULTRA, STASI / zersetzen TORTURE

Pour – COINTELPRO.
les  tactiques connues incluaient :
Discréditer,  modifier le  caractère.  faire des campagnes secrètes pour détruire les relations interpersonnelles, faire du   harcèlement, pratiquer  la surveillance ,  envoyer des lettres anonymes et faire  des appels téléphoniques, provoquer  des vérifications fiscales, du  harcèlement juridique, la manipulation des parents, des employeurs, des propriétaires, des responsables des écoles et d’autres pour créer des problèmes aux cibles.  Proférer des menaces, intimidations,  faire  des violations de  domicile  avec  fouilles ,  des dégradations  , du  vandalisme, instaurer  une surveillance constante.

Pour MK-ULTRA 
Les caractéristiques et objectifs incluaient :

la création d’  un sujet plus facile à contrôler et à manipuler,
la création  d’ assassins programmés,
le  développement de moyens plus efficaces de torture et d’interrogatoire,
l’éclatement de  la personnalité du sujet pour y insérer de  nouveaux systèmes de croyances, d’éthique, de politique, de comportement  sans que le sujet soit  conscient du fait ou   volontaire
la manipulation des états mentaux ,
la modification du fonctionnement du cerveau,
l’utilisation de drogues,
l’isolement,
les outrages verbaux et abus sexuels ,
l’emploi de diverses formes de torture,
la fabrication de pensée incohérente  et d’ impulsivité qui discréditera la cible en public,
la formation de périodes d’amnésie ,
la production de chocs et de confusion sur des périodes de temps données,
la tentative de modification de la personnalité pour la rendre dépendante des tortionnaires,

la tentative de rabaisser les ambitions de la cible et l’affecter dans son travail,
des atteintes à sa vue et son ouie ,
des tentatives pour modifier son comportement par des moyens à distance.

 

Les tactiques de la  STASI, également connues sous le nom de  zersetzen torture, incluent  des moyens tels   que:
la persécution secrète,
les méthodes secrètes de contrôle et de manipulation, qui impliquent même les relations personnelles de la cible,
l’utilisation extensive des collaborateurs  non officiels et qui sont  des gens ordinaires,

l’utilisation  de l’Etat  pour que les institutions publiques et privées  deviennent hostiles à la cible,
des  attaques psychologiques pour  priver la cible de la possibilité de monter une action politique hostile provoquant  souvent  des dommages irréversibles à la cible,
tenter d’influencer  la cible pour que son comportement se transforme au fil du temps. tenter de provoquer une fragmentation, la paralysie, la de-structuration et l’isolement de la cible.
tenter de re-éduquer politiquement et idéologiquement la cible entrainée  dans des situations de procédures judiciaires dommageables ,
tenter de tromper ou piéger la cible par des calomnies, de la diffamation en mélangeant le vrai et la faux dans une but avilissant ,
orchestrer des échecs sociaux et professionnels pour que la cible perde confiance en elle  créer des doutes sur le futur ,
simuler  de la méfiance ou de la paranoÏa ,
exploiter les faiblesses de la cible , ses addictions .
faire honte en propageant des rumeurs ,
pratiquer la surveillance visible et cachée,
intercepter les courriels, ou les appels téléphoniques,
s’immiscer dans la propriété de la cible et ses véhicules,
empoisonner sa nourriture,
mélanger ses médicaments ,
violer son domicile en laissant des traces pour menacer ou intimider la cible,
enlever ou déplacer des objets.

Tout ce qui compose cette liste  est familier aux individus ciblés et correspond au programme actuel. Presque tous les éléments de cette liste sont signalés par les individus ciblés. Je n’ai aucune raison de ne pas les croire.

A cela , il faut ajouter l’utilisation de l’énergie dirigée de pointe et des armes neurologiques pour avoir une vue d’ensemble réaliste de ce programme. 

LES ARMES

A ce stade, nous avons une assez bonne compréhension du programme. Mais il y a  encore une chose  de ce programme qu’il faut connaître  : L’armement de pointe qui est utilisé.

Preuves  / Exemples:

1) Le signal de  Moscou :  Il s’agit de faisceaux de micro-ondes de faible puissance  qui avaient été  dirigés  vers l’ambassade des États-Unis pendant  plus de deux décennies, de 1953 à 1976.

Il a été découvert en 1962.  Les scientifiques américains ont  alors étudié le signal jusque  dans les années 1970 avant de finalement en parler  aux diplomates, et de leur offrir  une prime de risque. Beaucoup sont tombés malades, certains sont morts. Cela n’a été révélé au public qu’en  1976,  par un journaliste d’investigation. Cela a conduit au projet du ministère de la Défense  : DARPA  PANDORA.

2) De 1965 à 1970, l’Agence de Projets de recherche avancée de défense (DARPA), avec jusqu’à 70-80% de financement fourni par l’armée, a  mis en fonction l’opération PANDORA pour étudier les effets sur la santé  physique et psychologique des micro-ondes de faible intensité, équivalents au  «signal de Moscou ».
Ce projet était assez vaste et incluait  (sous-financement de l’US Navy) des études démontrant la capacité à: induire  un arrêt du coeur , créer des fuites dans la barrière hémato-encéphalique, et produire  des hallucinations auditives.
Les  fonctions du système nerveux pouvaient facilement être altérées par   des signaux correctement pulsées.
Un texte  de Richard Cesaro, directeur, DARPA, a confirmé que l’objectif initial du programme était de «découvrir si un signal micro-onde soigneusement contrôlé pourrait contrôler l’esprit. »
Cesaro a insisté pour que de nouvelles études soient faites « pour des applications d’armes potentielles. » C’était en 1970, les  spécificités  d’armes neurologiques et physiologiques relevant de  micro-ondes étaient déjà reconnues.

3) Jose Delgado est le scientifique qui a arrêté  la charge d’un  taureau par un contrôle à distance  . Le travail secret du Dr Jose Delgado dans le projet Pandora était la création d’une société « psycho-civilisée ».

Dans son article  » radio simulation intracérébrale et enregistrement chez les patients complètement libres », en utilisant des ondes radio, Delgado a fait observer que:  » la radio stimulation sur différents points dans l’amygdale et l’hippocampe chez les quatre patients a produit une variété d’effets, y compris des sensations agréables,  de l’exaltation,  une profonde concentration réfléchie, des sentiments bizarres,  une super relaxation,  des visions colorées (hallucinations), et d’autres réponses.  »

Parlant en 1966, Delgado a affirmé que ses recherches » ont  montré la conclusion déplaisante que le mouvement, l’émotion et le comportement peuvent être dirigées par des forces électriques et que les humains peuvent être contrôlée comme des robots par boutons-poussoirs.

Delgado a déclaré que les armes EM étaient «plus dangereuses que la destruction atomique.» «Avec la connaissance du cerveau, nous pouvons transformer, nous pouvons façonner, diriger, robotiser  homme. Je pense que le grand danger de l’avenir est que nous aurons robotiser des  êtres humains inconscients du fait qu’ils ont été robotisés. « Il a créé un transpondeur du cerveau qui était en fait utilisé pour robotiser des  sujets humains.

4) Le Dr Ross Adey, anciennement du Centre de recherche cerveau de l’Université de Californie du Sud, a travaillé sur le tristement  célèbre projet Pandora  de la CIA. Ses travaux de recherche  induisaient des modifications spécifiques de comportement par des moyens électromagnétiques.

Dans son travail de pionnier, le Dr Ross Adey a déterminé que les états émotionnels et des comportements peuvent être influencés à distance simplement en plaçant un sujet dans un champ électromagnétique.
Il a aussi démontré que le rayonnement EM, bien modulé et pulsé, peut  entrainer des afflux de calcium qui interfèrent avec les fonctions du cerveau , appelées les « armes de la confusion »  Encore une fois, ceci  se passait , en 1970.

5) Lawrence Pinneo,  est un neurophysiologiste et ingénieur en électronique travaillant pour Stanford Research Institute (qui est un entrepreneur militaire de premier plan), Il a  »développé [en 1974] un système informatique capable de lire le mental  d’une personne.Pour cela  Il  avait corrélée des  ondes cérébrales sur un électroencéphalographe (EEG) avec des commandes spécifique

6) Le Dr Eldon Byrd, un ingénieur médical  de la Navy avec un diplôme d’études supérieures de l’Université George Washington, a travaillé sur le système d’arme Polaris comme ingénieur. Il  a travaillé pour   le bureau des armes navales de surface ,  et a été chargé en 1980- 1981 par le Corps des Marines des États-Unis  de la gestion  d’un projet qui devait développer  des armes électromagnétiques non létales à des fins, notamment « de contrôle des émeutes », d’ opérations clandestines et d’enlèvement des otages.

Il a travaillé sur ELF,  non-linéaires magnétiques . Il a travaillé avec Ross Adey, le Dr Elizabeth Roscher,  et Michael Persinger sur la possibilité   de modifier  les ondes cérébrales humaines à distance.
Et il di t: «Nous  l’avons fait »  en 1980. Son projet est  aussitôt devenu indésirable et lui a été enlevé. Cela avait été confirmé par le  sénateur   Pell.

Byrd a été cité dans une conférence autour de 2001 comme ayant dit : « Le contrôle mental est-il possible? Absolument. Il y a une montagne de preuves.

Il avait  poursuivi en disant que: « Aujourd’hui, nous savons qu’il existe des technologies qui peuvent induire  du son dans le cerveau à distance,  qui peuvent surveiller et modifier les ondes cérébrales  à distance,  qui peuvent modifier le comportement à distance, qui peuvent  induire des images dans le cerveau à distance, et sont aussi capables de cibler des organes individuels à distance. Il est possible de  perturber les liaisons des  ions calcium à la surface   de cellules individuelles à  distance, en  créant ainsi  des  douleurs et d’autres effets partout dans le corps. La technologie de contrôle de l’esprit existe, sans aune doute » . 

Moins d’un an plus tard, le Dr Byrd était mort. Peut-être était une coïncidence.

Un document de 1980  de NASA [NASA abstract Rapport numéro: AD-A090426, Juin 1,1980] décrit que l’on peut créer à distance la perception du bruit dans le cerveau des employés  en les exposant à  une faible puissance, pulsée  de micro-ondes …. Par un choix approprié des caractéristiques des impulsions,  il est possible de créer des  paroles intelligibles.  C’était le cas en  1980.

Pour une  documentation complémentaire , je vous recommande la page web suivante: http://educate-yourself.org/mc/listofmcsymptoms05jun03.shtml. documents.  Cette page Web présente  une montagne de preuves sur  ces armes terrifiantes. Certains documents  incluent les  preuves  de la possibilité  d’induire des faux souvenirs dans le cerveau,  de l’implantation d’une commande subliminale qui permet de modifier le comportement (y compris  en supprimant la dissidence ).

9) Enfin, en Juillet 1996, le Spotlight, un  journal  de la droite américaine  largement diffusé, a rapporté que des sources du Ministère de la Défense bien placées ont confirmé un contrat du Pentagone annonçant   le développement de « générateurs électromagnétiques de forte puissance qui interfèrent avec les ondes cérébrales humaines.  »

M. Emery Horvath, professeur de physique à l’Université de Harvard, a déclaré à propos  de ces générateurs,

« Ces « zappeurs  de crânes » électroniques sont conçus pour envahir l’esprit et  court-circuiter   ses synapses … dans les mains des techniciens du gouvernement, ils peuvent être utilisés pour désorienter des foules entières, ou  manipuler les individus à des fins d’actes actes autodestructeurs. C’est  une arme terrifiante. « 

Pour citer José Delgado à partir de son livre sur  contrôle physique de l’esprit: Vers une  société psycho civilisée ,  p. 116:

« Les personnes dont les centres du cerveau sont stimulés électriquement croient que leurs actions évoquées sont leurs propres idées; leur esprit conscient rationalise des actions évoquées  au loin. Les personnes en situation de ce type de  stimulation électrique ne sont pas conscients de l’influence extérieure. »

En résumé, ces armes ont la capacité de torturer mentalement et physiquement les gens, et d’influencer le comportement psychologique humain. Avec, ou même sans la connaissance ou la conscience de la cible.

RÉSUMÉ DU PROGRAMME ET SES IMPLICATIONS

En résumé, nous sommes face à un programme  qui comprend les caractéristiques d’anciens programmes, tels que COINTELPRO et MK-Ultra.

Ce programme utilise également la collaboration des gens ordinaires pour mener à bien une grande partie du harcèlement, comme le faisait la Stasi ou  le système de torture zersetzen  en  l’Allemagne de l’Est.

En outre, il utilise  des armes neurologiques  de pointe pour torturer mentalement et physiquement des  victimes à distance, que ce soit dans leurs maisons, leurs lieux de travail, ou là où ils peuvent aller.

Les objectifs du programme sont nombreux, mais en fin de compte se résument à la torture, au  contrôle, au discrédit, et à la  neutralisation des cibles -exactement comme le faisaient  avant  COINTELPRO , MK-ULTRA et Stasi ou zersetzen .

Alors que certaines victimes peuvent être choisies au hasard, après examen , il semble que de nombreuses cibles sont  des militants, des  lanceurs d’alerte et dénonciateurs  de  corruption. Les conséquences sont graves. La plupart des cibles perdent leurs emplois, leurs maisons, et / ou leurs familles. Beaucoup finissent droguées à base de   médicaments dangereux ou institutionnalisées. Certaines  cibles   se suicident  ou tuent

Bien sûr, les conséquences pour l’humanité sont effrayantes. Est-il possible que nous nous dirigions vers une réalité synthétique, où les pensées des gens, les conversations, les espoirs, les rêves, les maladies, les grands événements de la vie sont contrôlés par des super- ordinateurs et des gestionnaires,  à l’insu de tous?

Est-ce que notre société  va tendre  vers une  suspicion généralisée  parce que tout le monde espionne tout le monde ?   Avec un énorme  pourcentage de la population  transformée en informateurs du gouvernement et  en espions collaborateurs ?

Sommes-nous  en train de développer  une classe  de personnes  avec moins de droits  et qui peuvent être harcelés à volonté  avec des droits  niés ? Si c’est la cas ,  est ce que ça ne ressemble pas très fort au système   qui existait dans l’Allemagne nazi ?

QUE FAIRE AVEC CE  PROGRAMME

Plusieurs choses.

Tout d’abord, les  individus ciblés doivent s’exprimer.  doivent parler. Surtout ceux qui ont leur  mental intact. Ce programme est très perturbateur  et est conçu pour faire passer même les plus solides pour des dérangés

Pour faire face au problème de nombreuses cibles sont contraintes  à des traitement psychiatriques ou que certaines ou acceptent pour diminuer leur souffrance ou rassurer leur entourage . En cas de problème psychiatrique réel , un traitement résoudra les problèmes.  Pour les individus ciblés , c’est différent , puisque ça ne supprimera pas  la torture ou le harcèlement ni les manipulations de leurs vies.

Cela nous amène au point suivant : Si  vous connaissez un individu ciblé, ne le prenez pas  pour un dérangé , car il est sans doute victime de ce programme . Admettez que ce qu’il disait  avant est toujours valable . C’est la légitimité même de qu’il racontait alors qui lui a valu ce traitement. C’est ce qu’il faut garder en mémoire.

Les lanceurs d’alerte  conscient de ce programme doivent le dénoncer

Les journalistes courageux doivent poursuivre leur tâche. Ce sont des journalistes d’investigation qui ont fait connaître MK-ULTRA et COINTELPRO, et une grande partie de l’expérimentation humaine contraire à l’éthique qui existe aux Etats Unis.

Les individus ciblés doivent se regrouper . La force vient du nombre. Les cibles ne doivent jamais abandonner le combat.

Enfin, le Congrès  se doit d’enquêter de manière approfondie  sur les agences de renseignement,  les programmes de recherche , le ministère de la Défense et les opérations cachées. Le programme qui vise des individus ciblés existe bien. Il doit être exposé au grand jour et  arrêté pour toujours .

Merci de votre attention sur ce sujet.

Un contrat sur une cible

27 Oct

 

Le recoupement de  d’informations  et de témoignages partagés par des victimes , tend à montrer l’existence d’au moins 4 types de contrats susceptibles de concerner des cibles .

Les cibles sont , ici, des êtres humains à  débiliter, démolir ou anéantir.

– le premier type de contrat  est un contrat payé par un commanditaire et confié à un ou des groupes criminels pour réalisation . Pour une vengeance personnelle ou un jouissance pathologique de dominant, un nanti paierait donc le plaisir de faire martyriser un être humain désigné comme proie .

– le deuxième qui utilise aussi des groupes criminels et qui ne sont pas uniquement les voyous de base du harcèlement criminel , serait un service rendu à un membre d’une société secrète . Cette société secrète intègre de nombreux chefs de réseaux criminels qui y trouvent matière à faire des affaires . Le service rendu serait, ici, tacitement échangé contre des protections et des retours d’ascenseur.

– le troisième type de contrat , serait payé par des cascades de reversements, par des groupes de recherche liée à  l’industrie de l’armement , pour des essais de nouvelles technologies. Les cibles seraient des personnes livrées pour vengeance ou règlement de compte, par des employés ou fonctionnaires d’Etat familiers de ce système.

– Le quatrième type de contrat serait sur la base d’une assurance prise sur la vie d’une proie livrée à du harcèlement criminel et que le souscripteur du contrat souhaite voir mourrir , plutôt rapidement.

Dessin de Gross

C’est ce  dernier type de contrat , qu’explique ci-dessous le texte traduit par Rudy ANDRIA et présenté sur son blog

https://rudy2.wordpress.com/mental-health-law/

comme suit :

Y A-T-IL UN CONTRAT SUR VOTRE VIE ? par Janet Cresswell
Traduit de l’anglais par Rudy Andria

Dans les discussions sur les péripéties de la vie des victimes, la question financière est trop souvent négligée ou pas du tout abordée.

Dans le monde occidental, la plupart des membres des groupes de harcèlement en réseau et des groupes d’agression par des fréquences électroniques font déjà partie du personnel public, d’une manière ou d’une autre. Ils peuvent être employés ministériels ou exerçant dans des organismes chargés de faire respecter la loi, dans le secteur de la défense ou de la médecine.

Beaucoup d’autres civils impliqués dans la pratique de la persécution ou du harcèlement en réseau bénéficient des prestations sociales, en qualité de retraités, de demandeurs d’emploi, de handicapés mentaux ou autres.

Les victimes elles-mêmes ont tout juste de quoi subsister, puisque toutes ressources financières leur sont supprimées et elles souffrent d’un appauvrissement délibéré et persistant.

Néanmoins, pour certaines victimes, il est un domaine dans lequel on continue à évaluer la vie en termes d’argent en quantité considérable et c’est celui de l’assurance-vie.

Les victimes peuvent , à leur insu, figurer sur des polices d’assurance-vie souscrites par des sociétés, par qui elles sont actuellement employées ou qu’elles ont quittées il y a plusieurs années.

Dans le secteur des assurances-vie, on désigne communément les polices sous le terme “Dead Peasant Policies”. Un terme qui convient parfaitement aux circonstances de la vie d’une victime. Le terme politiquement correct est “Corporate-Owned Life Insurance” ou COLI (en gros, “assurances-vie appartenant à des sociétés). Les polices d’assurance COLI sont souscrites par des sociétés,sur la vie de milliers de leurs employés, généralement, à l’insu de ces employés et sans leur consentement.

Les polices d’assurance peuvent rester en vigueur, pendant longtemps encore après le départ des employés. L’existence de n’importe quelle police d’assurance-vie identifiera ceux qui sont en instance de recevoir leur capital-décès. Les bénéficiaires financiers du décès d’une victime peuvent très bien être les tortionnaires responsables de la mort de cette victime.

Les victimes doivent effectuer des recherches visant à savoir si une police d’assurance-vie a été souscrite en leurs noms, soit par un particulier soit par une société.

Vu que les victimes sont, chacune,en train de subir des tortures par des radiations et par des fréquences électroniques spécifiques, leur espérance de vie est considérablement réduite. La date de leur décès peut aussi avoir été déterminée par leurs tortionnaires. Vu que chaque victime est sous surveillance 24h/24 et 7 jours/7, la date de son décès sera connue des tortionnaires, et de ce fait, contribuera rapidement à des revendications au capital-décès.

Il a été estimé qu’un quart des 500 sociétés de la revue Fortune ont des polices d’assurance-vie du type COLI, qui couvrent la vie de près de 5 millions d’employés. J’étais d’abord employée par TERADA lorsqu’elle faisait partie de AT&T et puis quand elle passa chez NCR. AT&T et NCR souscrivirent, toutes les deux, régulièrement, à des polices d’assurance-vie “Corporate-Owned” sur la vie des employés.

Lorsque j’ai démissionné de mon emploi chez NCR TERADA en août 2002, il m’a été notifié que, je cite: “Notre point de vue et le vôtre sur Big Brother ne s’accordent pas. Vous serez harcelée pour le restant de votre vie.”

Depuis lors, je suis agressée biologiquement, chimiquement, électroniquement, financièrement, physiquement et verbalement en Australie, en Nouvelle-Zélande, en Inde, en France et au Royaume-Uni.

Depuis ce moment-là, je suis sous surveillance 24h/24, 7 jours/7 et je subis continuellement des dégâts matériels et l’invasion, la destruction et le vol de mes biens. On m’a fait, à mon insu, des injections, on m’a droguée, violée, opérée. On m’a enregistrée, photographiée et filmée. C’est donc une insulte de plus que de découvrir que mes anciens employeurs ont un contrat, voire des contrats, sur ma vie et qu’ils amasseront, sans que personne ne le sache, des centaines de milliers de dollars, après ma mort.
Janet Cresswell.

ELF- V2K- Schizophrénie

19 Juin

Ce qui suit est un résumé/traduction partiel  et sans autorisation de la vidéo de Dr John HALL sur les ELF et les voix dans le crâne (V2K)
Ce texte pourra être supprimé à la demande.
Pour mémoire Dr John HALL est un médecin anesthésiste, spécialiste de la douleur , de San Antonio , Texas.
Il a écrit plusieurs livres et qui sont listés dans la précédente vidéo mise en ligne à
https://lesharceleurs.wordpress.com/harcelement-criminel-espionnage-crimes/

 

En présentation, ici, Dr John Hall mentionne ce qui a été dit dans la vidéo précédente . Il cite le cas d’une patiente qui se plaignait de voix dans le crâne et l’avait consulté sur ce sujet . Après de multiples examens il s’était avéré qu’elle ne délirait pas du tout. Une enquête avait permis de comprendre qu’elle était victime d’une officine de harcèlement tenue par un ancien agent du FBI.
Au cours de violations de domicile de la drogue était introduite dans les boissons de la jeune femme.

Ce que Dr John Hall nous apprend de surprenant est que cette jeune femme était amenée à consommer cette boisson droguée, sous l’influence d’ondes électromagnétiques qui l’incitaient à le faire.

…….
Selon Dr John HALL , le contrôle mental est un des crimes les plus répandus et dont se plaint un nombre grandissant de victimes sur internet . mais c’est aussi celui qui est le moins commenté dans la presse officielle.
Dans cette affaire précise , Dr John Hall redit qu’il avait été possible de prouver le harcèlement et l’identité des harceleurs de sa cliente , mais sans pouvoir prouver le harcèlement électronique , ou les viols sous contrainte , qui laissent seulement des bribes de souvenirs, au mieux. Il avait ainsi appris que l’ex-agent du FBI gagnait maintenant sa vie en organisant le harcèlement de personnes.
La police avait naturellement répondu qu’il fallait des preuves tangibles pour accuser.

Un livre avait été écrit racontant cette histoire et en changeant le nom de l’ex agent du FBI.
En retour, Dr John HALL, avait été contacté par des dizaines de milliers de personnes victimes du même phénomène de harcèlement criminel, avec du harcèlement électronique, des brûlures, des contractions musculaires, des maux de tête incompréhensibles, une vision qui devenait trouble . Pendant le temps des attaques, ces victimes entendaient dans leurs têtes les voix de leurs harceleurs et de ce qui se passait autour ……

Concernant les voix dans le crâne  (V2K) , de nombreuses recherches ont été faites sur le moyen de transmettre des voix dans le crâne. Le fait d’envoyer des voix dans la tête à des modalités différentes
si on met dans votre tête une voix qui est différente de votre mode de fonctionnement mental,  c’est du harcèlement. Quand c’est fait en continu, si la victime le raconte ,  ça ressemble  alors très fort à de la schizophrénie , et ce sera pris pour tel, sans que personne ne cherche à savoir ce qu’il y a derrière.
Par contre
si on met dans votre tête une voix comme la vôtre et en construisant un schéma de pensée , l’introduction de ce schéma de pensée dans votre tête devient le vôtre , tout en ne l’étant pas . L’exemple donné est celui de la lecture. Quand vous lisez vous entendez votre voix. Si on met à la place une autre voix et qui est semblable , cela correspond au schéma du contrôle mental subliminal.
………

A propos de la voix de Dieu ou d’Allah mentionnée par le présentateur , Dr John Hall répond que cette méthode a été utilisée sur les champs de bataille notamment au cours de la 1ère opération Tempête du Désert et est connue sous le nom de S-Quad ou Silent Sound Spread Spectrum * (1) On a vu 1500 soldats irakiens démonter leurs armes,  se mettre  à genoux et se rendre  à 150 marines qui n’avaient même pas de quoi les attacher. Ceci est connu pour avoir été le résultat de l’usage de S- Quad ,  qui avait mis dans la tête des soldats l’ordre divin de se rendre .

Avant cela au milieu des années 80 , 5 prisonniers avaient été mis en confinement dans la prison d’Etat de l’Utah .On leur avait fait subir une expérimentation de type électronique : Ils avaient rapporté que les expérimentateurs qui envoyaient des voix dans leur tête,  répondaient, en fait , à leurs pensées. Tout cela existe depuis un certain temps et n’a pas reçu de couverture médiatique , sauf récemment

………

Il y’a une dizaine d’années , parler de ce type d’expérience semblait relever de la science fiction ,  surtout parce que l’on croyait que le cerveau était trop complexe pour être manipulé .
A la suite des révélations faites sur NSA par Snowden il est devenu notoire qu’en plus des HUMINT et SIGINT , existait ce qui est appelé LOVINT et qui est l’utilisation des méthodes et moyens de NSA pour espionner ou suivre
les petites amies, copines , compagnes , ex-épouses ou épouses des agents de cette institution.

Le présentateur note ici que , toutes les technologies peuvent être utilisées pour le bien ou pour le mal. Et ce phénomène révèle aussi le côté sombre des personnes qui s’en servent.

Il y a ensuite une digression par le présentateur sur les tueries aux USA , avec un commentaire sur Aaron Alexis et une précision donnée par Dr John HALL qui pense qu’ Aaron Alexis, qui avait écrit sur son arme «my ELF weapon »   n’était pas forcément manipulé mentalement pour se diriger vers l’endroit d’où venaient ses voix . Ce qu’il connaissait , en tant que spécialiste.

A propos des très basses fréquences, Dr John HALL note qu’elles peuvent très facilement servir à manipuler le cerveau . HAARP, par exemple , génère des ELF en réchauffant l’ionosphère et les ELF reviennent ensuite vers notre planète.  Les ELF sont utilisées dans les communications avec les sous-marins. …. et on ne peut pas s’en protéger.

Les ELF traversent la terre . On a pu noter pendant des tremblements de terre et alors que la terre relargue une grande abondance d’ondes, qu’il est alors possible de voir d’avantage d’UFO dans un tel contexte . On pense qu’il s’agit de l’effet induit des ELF sur les lobes temporaux . Suivant ce qu’a observé Dr Persinger en stimulant le lobes temporaux avec des ELF et des micro-ondes , on peut donner à quelqu’un  une impression de surveillance , comme si quelqu’un d’autre se trouvait dans la  même pièce  . Dr Persinger , de la même façon, a pu simuler une impression d’enlèvement par des extra-terrestres

Le cerveau est très réceptif et sensible aux ELF . si on y ajoute le phénomène des V2K , cela fait dire à Dr John HALL que Aaron Alexis n’était sans doute pas sous influence de contrôle mental subliminal , mais qu’il allait plutôt vers l’endroit d’où venaient ses voix , et peut-être pour se venger.

……..

Ici, la question est posée de savoir faire la différence entre des voix imposées artificiellement et un état de schizophrénie avéré
Dr John Hall précise qu’il existe bien une maladie, mais les cas de schizophrénie sévère, ne sont pas aussi répandus que ce que l’on dit .

La plus part des victimes ( V2K)  connues de John Hall ont été capables de repérer le moment où les voix dans le crâne et le harcèlement criminel ont  débuté. Par ailleurs leur tranche d’âge est plutôt entre 30 et 40 ans alors que la schizophrénie est une maladie qui débute vers 18 à 28 ans et parfois encore un peu plus tard,  pour les femmes.
…. Des personnes d’une quarantaine d’années et qui ont eu un cursus scolaire  normal ne deviennent pas schizophrènes du jour au lendemain.

Par ailleurs des malades schizophrènes qui racontent leurs voix entendent  celles de dieu, d’ anges … par contre les victimes de cette technologie  entendent des voix de personnes qui les observent et qui connaissent même leur nom. Il s’agit d’ un système de communication avec retour. Les victimes  entendent ce que disent entre eux ceux qui les surveillent et entendent aussi ce qu’on leur dit . Les voix sont capables de décrire la pièce, la façon dont la victime est habillée.

Le présentateur note qu’il s’agit bien dans ce cas-là de harcèlement et qui se veut comme tel.
Pour résumer il note que la schizophrénie comme maladie se déclare à un jeune âge. Ce qui est différent pour les personnes harcelées par des V2K

Dr John Hall précise que les études statistiques qui ont été faites sur les victimes montrent des personnes avec un bon niveau d’éducation . On y trouve des universitaires, des juristes , des personnes qui poursuivaient des carrières avec succès  et qui tout soudain se sont retrouvées victimes de ce phénomène de harcèlement criminel et de V2K
Dr John HALL, par ailleurs, précise que les malades schizophrène ont une amélioration sous médicament et que ce n’est pas du tout le cas des victimes de harcèlement électronique, ou de harcèlement criminel.

Le présentateur pose alors la question d’une  éventuelle appartenance politique des victimes ou d’un  fichage et qui expliquerait qu’elles soient ciblées
Partant des statistiques qui ont été faites par FFCHS , il semblerait qu’il n’y ait pas de composante raciste dans le choix des victimes , mais par contre , il est notoire qu’il existe une majorité de femmes parmi les cibles.

…………

* (1) https://www.bibliotecapleyades.net/sociopolitica/esp_sociopol_mindcon38.htm

https://lesharceleurs.wordpress.com/2013/07/20/v2k/

Le harcèlement criminel en Europe et ailleurs

10 Nov

europe-unknown

Ce qui suit est un texte traduit par une internaute victime de harcèlement en réseau, et provient  du forum Doctissimo.

Les passages traduits de l’allemand correspondent à la sélection de la personne ciblée  et se lisent aussi sur

http://www.psychophysischer-terror.com/foltermethoden/organisiertes-stalking.html

« Harcèlement en réseau/ Allemagne/Tabou

Le crime/Les méthodes

Définition du harcèlement en réseau :

Une action criminelle, complexe, impliquant de nombreux participants, qui est commise par des individus organisés ainsi que leurs recrues, et probablement proposée comme une prestation de service, qui consiste à suivre/prendre en filature des personnes sur une longue période (parfois des décennies), à surveiller le déroulement de leur quotidien à l’aide de méthodes qui s’inspirent de celles des services de renseignements, à enregistrer leur image ainsi que leur voix et, dans le même temps, à les déstabiliser psychologiquement par le biais d’actions de harcèlement basées sur les « mesures de décomposition » de la Stasi (voir la définition Wikipedia), parfois à leur porter atteinte physiquement et éventuellement à les ruiner financièrement.

Les auteurs :

Aux niveaux hiérarchiques supérieurs se trouvent ceux qui tirent les ficelles, qui ont établi et mis en marche le programme de harcèlement. Ce sont vraisemblablement d’anciens membres de la Stasi, du crime organisé, ainsi que des employés des services secrets et/ ou de sociétés de sécurité privées.

En dessous on trouve un corps intermédiaire supérieur qui se compose également d’ex membres de la Stasi et du crime organisé, mais également de membres corrompus dans les branches professionnelles les plus diverses, comme les télécommunications, l’informatique, les avocats, les médecins, les médias, le cinéma, l’art, la musique, les caisses de supermarchés, photographes, les centres d’accueil pour personnes en difficulté, S.O.S Amitié, AIDES, Drogues infos services, enseignants, élèves, imprimeries, propriétaires, syndics de copropriété et voisins.

L’administration, y compris la police et la justice, est impliquée.

Au niveau hiérarchique inférieur nous trouvons de nombreux membres, ou suiveurs opportunistes, dont les services sont achetés avec de l’argent ou des avantages en nature.

Il n’y a pas que dans notre pays que les acteurs et leurs complices ont, au cours des 20 dernières années, formé un mouvement qui s’oppose à l’état de droit, qui est particulièrement hostile à l’individu et destructeur, et dont le but semble être de mener une guerre clandestine contre des personnes-cibles
( plusieurs centaines en Allemagne). En raison des possibilités offertes par les moyens de télécommunication actuels, les acteurs forment un réseau étroit au niveau national et international.

Les méthodes :

La désintégration de la personne d’après les méthodes de la Stasi (harcèlement de groupe, terreur psychologique, violations de domicile ainsi que du lieu de travail, du véhicule, sans laisser de traces, hormis quelques dégradations ou modifications que seule la victime peut remarquer, et sans que des vols substantiels soient commis).

Se produisent, en outre, dans tous les cas connus : La mise sous surveillance du logement , des communications téléphoniques et de l‘ordinateur, ainsi que des déplacements dans l’espace public.
Une particularité du harcèlement en réseau est ce que l’on appelle le « théâtre de rue », des scènes jouées par des inconnus dans des lieux publics spécialement à l’intention de la victime.

La plupart du temps ce sont des conversations à haute voix semblant être tenues par hasard par de tierces personnes, et dans lesquelles sont mentionnés des détails de la vie de la victime (communication téléphonique, e-mail, conversation) connus d’elle seule.
Des comportements inhabituels de la part de passants ou d’automobilistes se produisent de manière répétitive, tout cela dans le but d’induire chez la victime un sentiment d’insécurité et de la provoquer, sans que les personnes des alentours non concernées ne remarquent quoi que ce soit.

Afin de « remonter » contre la victime les personnes recrutées pour la harceler, et éventuellement aussi son voisinage, des campagnes de calomnie sont régulièrement menées par le biais de rumeurs et dediffamations dans son quartier ainsi que sur son lieu de travail.

Les harceleurs ne reculent pas non plus devant l’emploi de stupéfiants ou de poison. Il en découle pour toutes les victimes à plus ou moins long terme un danger pour leur intégrité physique, d’autant plus que les harceleurs ont accès aux denrées alimentaires lors de leurs violations de domicile.
Que des meurtres et tentatives de meurtre, des violences physiques et sexuelles (ces dernières commises grâce à l’utilisation des stupéfiants mentionnés plus haut) soient commis est un fait avéré.
Toutes ces méthodes sont choisies de façon à susciter l’incrédulité chez une personne non au courant de ce type d‘agissements : les victimes sont déclarées paranoïaques (l’effet Martha Mitchell). Cela se produisait aussi lorsque la Stasi appliquait ses « mesures de décomposition » dans l’ex DDR, et il s’agit en fait d’un effet secondaire qui est souhaité par les harceleurs.

Le « micro vandalisme ».

De petites ou même minuscules détériorations sont commises par exemple sur des meubles, des objets de décoration, des vêtements ou des documents personnels. On fait des trous dans les pulls, ont endommage les coutures des chaussures, on raye le revêtement du plafond, on détériore les téléphones mobiles et leurs étuis, des documents personnels se retrouvent inexplicablement tachés et ainsi de suite …Toutes ces détériorations ont une chose en commun : elles ont l’air d’être le fruit du hasard et sont, en tout cas prises individuellement, trop minimes pour qu’il y ait matière à déposer plainte. Au final, le micro vandalisme occasionne à la personne concernée des pertes matérielles non négligeables. »

Les motifs :

On ne cesse de se demander quel est le but de ce procédé qui , de façon aussi extrême, méprise l’être humain et va à l’encontre de ses droits. Un business ? Cela pourrait certainement être aussi le cas. On peut supposer que cela vaut aux niveaux inférieurs et intermédiaires du réseau.

Mais qu’est-ce qui se cache véritablement derrière tout ça ?

Des forces ennemies de la démocratie ont retourné notre système à leur avantage et l’ont déstabilisé. Il peut s’agir du crime organisé – mais des intérêts étrangers, éventuellement extérieurs à l’Europe pourraient tout aussi bien y être liés.

D’où proviennent les moyens mis en œuvre ?

On peut penser aux milliards que rapporte le trafic de drogue dans le monde. Ne serait-il pas possible que des organisations criminelles aient conclu une alliance, dans le but de se faciliter encore le travail dans ces démocraties déjà si « laxistes » ?

Le stalking « commandité » :

Des personnes intéressées passent commande auprès de « spécialistes » du stalking pour des raisons telles que l’acquisition de biens immobiliers, des conflits d’héritage, la satisfaction d’un besoin de vengeance, l’expulsion d’un employé d’une entreprise, d’un logement, d’une activité artistique, la ruine d’entreprises de taille inférieures par le jeu de la concurrence etc…

Des motifs politiques pourraient également trouver leur place dans cette liste, comme l’ont déjà mentionné certaines victimes.

En dernier lieu, les victimes de stalking commandité pourraient être économiquement « recyclées », ce qui expliquerait que les coûts pour le commanditaire ne soient pas forcément exorbitants :

Des vidéos de l’intimité de la victime ainsi que la retransmission en live de son quotidien sont proposées à la vente.

Les caméras dissimulées, qui sont à peine plus grosses qu’une tête d’épingle, impossibles à trouver et qui peuvent être, au besoin, actionnées à distance, effectuent une surveillance constante.

Même dans le cas de personnes de passage, elles n’auront, bien entendu à leur insu, aucune intimité, même pas lorsqu’il s’agira de visites nocturnes. On espionnera de cette façon jusqu’à ce qui se passe au lit (les églises catholiques et évangéliques, des sectes, radio Berlin Brandenburg, GMX et Gala participent à ce genre d’activités).

On peut se le représenter comme un transfert de formats d’émissions de télévision telles que « Big Brother », « Koh Lanta » ou « la caméra cachée » au domaine de la criminalité.

Il serait également bon de mentionner la tendance socio culturelle actuelle perverse par le biais de laquelle on peut se repaître des faiblesses des autres, faiblesses qui ,de surcroît peuvent être provoquées par des mises en scènes de répression ou de chantage.
Dans le contexte du harcèlement en réseau, il s’agit des réactions des personnes–cibles à la déstabilisation psychologique occasionnée par un harcèlement au long cours.
Comme pour la « caméra cachée » citée plus haut, l’intérêt de la scène réside dans la façon dont les victimes réagissent.
Le tout, présenté de la façon appropriée à l’aide de vidéos courtes auxquelles sont ajoutés des commentaires cruels et cyniques donnerait un « sketch » prêt à la vente.

Un « glissement » vers le milieu de la prostitution est tout aussi envisageable, par exemple grâce à l’emploi de drogues telles que le GHB.

Quelle que soit la façon dont les criminels fassent leurs affaires, la possibilité de faire entrer de l’argent existe.

 

armes électromagnétiques – francs-maçons- torture

5 Sep

ecc-cover-of-torture-asian-and-global-perspectives

 

Image copiée du site The everyday concerned citizen
Ceci ci-dessous , est un extrait du texte traduit par Rudy Andria et que l’on trouve dans son intégralité à :
https://rudy2.wordpress.com/surveillance-secrete-et-torture-par-radiations-par-les-services-secrets/
Il s’agit d’un entretien accordé par une ex-agent de la CIA et du MI5 et devenu lanceur d’alerte . Le texte original est à :
http://everydayconcerned.net/2015/09/05/ex-cia-and-mi5-agent-and-whistleblower-carl-clark-reveals-covert-electromagnetic-torture-of-civilians-by-intel-agencies-in-usukeuropeasia-with-directed-energy-non-lethal-neuroweapons/

Les parties surlignées sont un choix personnel . Elles  évoquent la situation que je connais et qui se serait soldée par une habituelle mort prétendue naturelle ,  si elle n’avait pas été exposée sur internet.

Cette utilisation sauvage et barbare d’armes électromagnétiques,  invalide et tue en silence et sans preuve, depuis des décennies  . Elle est mise à disposition de francs-maçons  et de groupes criminels habitués à torturer pour se venger .

Il suffit de relire http://lezarceleurs.blogspot.fr/2015/04/copropriete-represailles-torture.html

pour constater avec quelle audace et facilité,  ces catégories de la population se donnent le droit de torturer,  sans jamais être inquiétées.

Armes à micro-ondes.
 
Armin Gross : Avez-vous également utilisé ces armes ?
Karl Clark : Non, j’étais responsable de la surveillance ! C’était des employés des départements spéciaux qui faisaient cela. Mais il m’est parfois arrivé de me trouver sur le “terrain”.

Armin Gross : Pouvez-vous décrire de manière plus détaillée l’utilisation de ces armes ?
Karl Clark : C’est un peu comme dans un film de science-fiction. Les gens pouvaient être traqués partout, grâce au radar, au satellite, grâce à une station de base et à des programmes informatiques complémentaires. Par exemple, souvent trois dispositifs-radar sont placés à proximité de la personne. Le radar émet des ondes électromagnétiques, puis évalue les résultats. Ainsi mes amis qui travaillaient dans les départements spéciaux pouvaient traquer l’individu sur son ordinateur, toute la journée. Cette localisation a facilité l’utilisation des armes . Les collègues pouvaient voir où exactement ils devaient viser et aussi comment la personne y réagissait.

Armin Gross: Quels effets ces armes eurent-elles sur les individus ?
Carl Clark : Elles pouvaient provoquer de la chaleur ou des brûlures internes, elles provoquaient des douleurs, des nausées et la peur. Cependant, les traces très souvent restent invisibles sur la peau. Si ces personnes vont consulter le docteur, il leur affirme qu’elles n’ont absolument rien.

Armin Gross : Quel est le but poursuivi avec ce “bombardement” ?
Carl Clark : On veut intimider les gens. Dans mon propre cas, cela faisait trois ans que je subissais des radiations, lorsque j’ai décidé de tout arrêter. Je suis certain que, dans les années 2003/2004, des armes à micro-ondes furent utilisées contre moi, ce qui vous rendait terriblement agressif. A ce moment-là, j’ai failli tuer quelqu’un, mon ancienne voisine, une gentille vieille dame.

Tentatives de pousser les gens à la démence.
 
Armin Gross : Croyez-vous qu’il est possible aujourd’hui d’influer directement sur les sentiments par des radiations électromagnétiques ?
Carl Clark : Sans le moindre doute. Nous savons que l’organisme réagit très sensiblement aux radiations électromagnétiques.
Les processus élémentaires de la vie dans les cellules fonctionnent avec l’oscillation électromagnétique biogénique. La fréquence peut perturber ou changer ces processus de l’extérieur. Il y avait dans le cadre de la recherche militaire des tentatives de grande envergure d’influencer le corps et l’esprit par des fréquences. Il est possible, de cette manière, de faire naître des sentiments de crainte,de l’agressivité et de la nervosité,ou de provoquer des pertes de mémoire. Si d’autres types d’interventions viennent s’y rajouter, il est fort possible de conduire quelqu’un à la démence. Par exemple, la radiofréquence est manipulée, de telle sorte que la personne ciblée entend son propre nom à la radio ou son ordinateur indique inlassablement son nom sur l’écran. Des voix lui sont également envoyées, pour faire des remarques sur ses activités. J’ai entendu, par exemple, le matin, au réveil, une voix qui disait : “Lève-toi et blesse quelqu’un ! “

Armin Gross : les gens sont directement poussés dans des situations psychiatriques extrêmes  ?
Carl Clark : Oui, on veut conduire certaines personnes directement en asile psychiatrique. Si une personne ciblée cherche de l’aide et va à la police ou chez le docteur, on ne la prend pas au sérieux. Certains docteurs ainsi que certains hôpitaux collaborent avec les Services Secrets. Les directives diagnostiques vous permettent de taxer quelqu’un de schizophrénie, s’il se sent harcelé et entend des voix.

Armin Gross : les hôpitaux coopèrent avec les Services Secrets ?
Carl Clark : Oui, dans tous les cas. Les grandes sociétés collaborent également. C’est pourquoi vous courez un grand danger si vous menez des enquêtes sur de grandes sociétés. L’état américain protège les grandes entreprises comme Mc Donalds, Coca-cola, ou certaines sociétés pharmaceutiques. L’État américain s’adresse aussi à des agents du FBI, dans les affaires d’espionnage industriel. Les franc-maçons qui sont nombreux au sein de la CIA jouent également un grand rôle……

********

A 3 H du matin, ce 5 septembre 2015, le fou-furieux  du A221 ou sa machine programmée,  avait débité ses tirs d’ondes vers ma tête.

15 réponses de Barrie Trower

10 Juin

Ce qui va suivre est une traduction libre d’un contact de Barrie TROWER avec un groupe allemand sous forme de 15 questions/réponses , en date de février 2010.

Le texte original est à
http://freedomfchs.lefora.com/topic/8340072/Barrie-Trowers-15-Questions-and-Answers-with-a-German-Group#.VXRMw1K2Aee

Barrie TROWER est un ex-agent du MI5 britannique qui a apporté depuis de nombreuses années, son soutien aux « individus ciblés » du monde entier , par des informations sur les techniques et technologies utilisées contre eux. On peut trouver ses entretiens et interventions sous forme de vidéos , en tapant son nom.

Dans ce texte ci-après, Barrie TROWER préconise l’utilisation d’un brouilleur.
Sur ce point , il faut savoir que la France présente un paradoxe inquiétant . En effet, l’Etat français ne recherche pas et ne punit pas les criminels de proximité qui utilisent des armes électroniques pour torturer, handicaper et au final tuer leurs voisins. Ces voisins ne sont souvent que des personnes normales mais   qui ont déplu à quelques dominants hors la loi.

Ces situations de criminels « particuliers » qui utilisent les ondes pour le règlement d’affaires personnelles avaient été évoquées par le Dr MUNTZER. La traduction d’un de ses textes est à https://lesharceleurs.wordpress.com/2014/04/30/cibler-des-etres-humains-avec-des-armes-a-energie-dirigee/

L’Etat français présente donc ce paradoxe incroyable d’ interdire aux victimes , d’acheter, de posséder ou d’utiliser un brouilleur susceptible de les protéger des attaques d’ondes . Car, seuls les pouvoirs publics ( et donc leurs amis) peuvent brouiller des émissions d’ ondes sans se brouiller avec personne .

C’est le sens de la loi L-33-3-1 comme suit :
Article L33-3-1 (code des postes et des communications électroniques)
Modifié par Ordonnance n°2011-1012 du 24 août 2011 – art. 40

I. – Sont prohibées l’une quelconque des activités suivantes : l’importation, la publicité, la cession à titre gratuit ou onéreux, la mise en circulation, l’installation, la détention et l’utilisation de tout dispositif destiné à rendre inopérants des appareils de communications électroniques de tous types, tant pour l’émission que pour la réception.

II. – Par dérogation au premier alinéa, ces activités sont autorisées pour les besoins de l’ordre public, de la défense et de la sécurité nationale, ou du service public de la justice.

NOTA : Ordonnance n° 2011-1012, article 57: ces dispositions entrent en vigueur le 1er février 2012, toutefois, les installations radioélectriques permettant de rendre inopérants les téléphones mobiles de tous types tant pour l’émission que pour la réception, établies dans l’enceinte des salles de spectacles à la date de publication de la présente ordonnance, restent autorisées pendant un délai de cinq ans à compter de cette date. Pendant ce délai, l’utilisation de ces installations reste soumise aux conditions définies par application de l’article L. 36-6 du même code conformément au 2° de l’article L. 33-3 dans sa rédaction antérieure à celle issue de la présente ordonnance.

Traduction des 15 questions/réponses 
Rencontre avec un groupe allemand – Le 12 février 2010

1 – Comment pouvons-nous nous protéger contre le rayonnement de micro-ondes?

Achetez un petit détecteur de micro-ondes, ne gardez jamais un téléphone mobile (même éteint) sur vous , ne l’emportez pas avec vous, même éteint, évitez les appareils connectés sans fil
Si vous êtes ciblé par des micro-ondes , fabriquez une protection autour de votre lit et de votre chaise avec un écran fin de métal ( autre que du papier métallisé). Ne transportez aucun appareil électrique avec vous et mélangez- vous à la foule pour leurrer l’ordinateur qui vous traque .

2- Peut-on se protéger de la torture électronique et des rayonnements en utilisant des appareils qui bloquent la technologie blue tooth et les téléphones cellulaires ?
http://handyblocker.org/der-W-Lan-und-Bluetooth-blocker.htm
Non, la seule vraie solution consiste à utiliser un brouilleur de signal , mais cela peut entraîner d’autres complications dues aux réflexions et à des interférences

3. Avez-vous déjà essayé un vous-mêmes? Peut-être y-a-t-il d’autres solutions pour bloquer les micro-ondes et qui pourraient aider ?

Comme indiqué plus haut, le blocage de type personnel et domestique est la seule solution

4 – Avec quels appareils selon vous, peut-on mesurer le rayonnement ?

Vous pouvez utiliser un spectromètre, mais cela revient très cher et est très difficile à utiliser. De simples détecteurs peuvent être utilisés ( même loués) tels ceux de « powerwatch » . Ils donnent des informations par des clignotements de diodes ou l’émission de « bips » . Ils coûtent environ 100 livres.

5. Comment fonctionne cette technologie?

Elle mesure la fréquence (nombre d’ondes) et l’amplitude (énergie) des ondes. Pour noter les impulsions ou les modulations- un spectromètre est nécessaire .

6.Malgré les représentations que l’on peut se faire et ce qu’on imagine , personne ne sait exactement comment nous sommes torturés . Pouvez-vous nous dire comment ces criminels nous attaquent ?

Oui. le rayonnement des micro-ondes qui utilise des fréquences avec les impulsions appropriées peut provoquer des hallucinations visuelles et sonores. Si vous y ajoutez une programmation du cerveau alors vous pouvez avoir des manifestations de maladies mentales graves capables de leurrer les psychiatres. Les effets de ces attaques par irradiation peuvent durer des semaines . C’est très facile à faire. Pour obtenir ces effets, vous pouvez être ciblé jour et nuit. Si vous consultez h.e.s.e.web.de, vous devriez  voir une interprétation mathématique montrant comment cela se produit ainsi qu’ un organigramme. (H.e.s.e. est une organisation allemande de réflexion). Cette organisation a publié une partie de mon travail. J’ajoute ici, que je n’utilise pas et ne possède d’ ordinateur , j’utilise seulement un stylo et une bouteille d’encre.

7. Comment pensez-vous, que nous pouvons présenter à la police, les mesures faites dans les appartements et les maisons des victimes ?

Pour être légale une détection doit être faite par un expert avec un spectromètre étalonné et sur plusieurs jours, semaines ou mois. En plus d’être coûteuse, vous verrez sans doute votre recherche réduite à néant , car ces gens informés de vos efforts éteindront leur matériel . Par conséquent, vous n’ aurez rien prouvé. Les détections personnelles ne sont pas acceptées par le tribunal.

 

8. Est-il possible de rendre audibles et évidentes les attaques par laser ou micro-ondes ?

Oui, par l’achat d’un détecteur de micro-ondes sonores .

 

9. Pouvez-vous nous envoyer des photos des armes à micro-ondes ou d’équipement / appareils?

Jetez un oeil par la fenêtre! Tout téléphone mobile émet des micro-ondes , tout appareil cellulaire (picocellulaire) trouvé dans les magasins peut être programmé par ordinateur pour le faire. Il en va de même pour le téléphone cellulaire que vous avez avec vous . Cela peut être fait également sur n’importe quel téléphone de votre famille et même quand il est totalement hors tension.

10. Comment peut-on prouver médicalement, que la personne concernée est irradiée?

Oui. La meilleure personne pour le faire est sans doute le professeur Magda Havas (www.magdahavas.com) de l’Université de Toronto. Elle a effectué des tests sanguins dans son laboratoire, qui montrent l’irradiation par les micro-ondes. Je pense qu’ils sont sur son site internet. J ‘y avais fait une intervention il y a quelque temps et qui se trouve aussi peut-être sur son site . Vous pouvez essayer une recherche de mes réponses au roi Kgolo Kgfela d’Afrique du Sud.

11. Quel type de recherche sur le sang et les urines peut montrer clairement que la personne concernée est irradiée?

Comme mentionné ci-dessus cela se trouve sur le site Web de Magda Havas . Il s’agit essentiellement de changements de viscosité.

12. Existe-t-il déjà des appareils qui permettent de mesurer le rayonnement du corps?

Oui, l’ EEG l’ECG – et les détecteurs de mensonges . Tout dépend de la partie du spectre électromagnétique à détecter. Toutes les ondes du corps peuvent être détectées même les plus petites , telles les ondes cérébrales L-B-Delta-Zeta .

13. Pourquoi les politiciens sont -ils assez lâches pour ne pas communiquer sur ce sujet et pourquoi attendent-ils toujours plus de pression d’organisations concernées pour le faire?

Il y a des gens «au-dessus » des politiciens (qui traitent en fait de questions domestiques simples) ces autres politiciens -là sont les vrais décideurs. Ceux-là ne sont pas soumis à des élections tous les 4 ou 5 ans.

 

14. M. Trower, vous êtes en contact avec des scientifiques et des étudiants, pourquoi pas avec des médecins et des avocats?

J’ai été en contact avec trois cabinets d’avocats, l’année dernière . J ‘ai même fait un dossier de 88 pages pour l’un d’entre eux . Mais le problème vient des gouvernements. De façon générale , dans tous ces cas ou les gouvernements et des scientifiques liés au gouvernement sont complices d’expériences et d’expérimentations illégales faites sur la population , on assiste à des blocages et des fins de non recevoir. La plus part des cas concernés prennent 15 ans avant d’arriver au Tribunal et sont classés par la mort de la victime. Ce qui permet ensuite aux avocats du gouvernement de mettre la preuve de la faute sur la victime. La plupart des médecins consultants travaillent, en fait, pour le gouvernement.
Sinon, quand ils travaillent dans le privé, ils doivent de toutes façons être officiellement enregistrés . Par conséquent, vous recevrez très peu d’aide des professionnels de la santé . Je connais personnellement trois consultants hospitaliers qui ont été menacés dans les quatre heures qui avaient suivi l’acceptation de telles affaires. Ils ont tous abandonné , préférant garder leur emploi.

15. De qui peut-on attendre de l’aide: de la presse, de la justice ou seulement des citoyens?

Au final, vous m’ avez demandé si je voulais répondre à la presse. Il est beaucoup plus facile pour la presse de me rencontrer ici, où se trouve toute ma documentation. Le plus difficile des problèmes consiste à fournir des preuves . Même si vous pouvez prouver que vous êtes bombardé d’ondes (ce qui est incertain ) comment prouver qui en est responsable? Théoriquement, cela pourrait venir d’au moins de 150 différentes entreprises et d’autant de pays , ce qui signifie qu’il ne s’agirait pas forcément du pays où vous vous trouvez . C’est bien la raison pour laquelle les micro-ondes sont des armes parfaites.

Je pourrais bien sûr aller en Allemagne. Ce serait couteux pour vous. Il serait peut-être préférable de payer un journaliste d’investigation pour écrire un article qui expose ce phénomène- si tant est qu’il puisse le publier. Je suis persona non grata  dans huit universités. Et j’ai reçu trois menaces de mort. Cela donne une idée du pouvoir du gouvernement.
Vous pouvez lire mes réponses au roi Kgfela sur le site de Magda, et les faire connaître

J’ajoute ici, pour les individus ciblés en recherche d’informations complémentaires et de moyens de protection, qu’il  existe également un texte dense et important à connaître et faire connaître .
https://rudy2.wordpress.com/?s=shielding

Dans les réponses de Barrie TROWER ci-dessus,  on note le nom de Magda HAVAS ,  médecin au Canada  et faisant des analyses médicales susceptibles de prouver l’irradiation par les micro-ondes.

Son nom est également associé à celui d’autres médecins  signataires de l’Appel de Paris .

Ce sont  vraisemblablement des médecins  que les individus ciblés des pays concernés et en recherche de preuves médicales  annexes de leur condition ,  peuvent sans doute utilement  contacter :

Dominique Belpomme , directeur European Cancer et environnement Institut de recherche, professeur à l’hôpital de l’Université médicale oncologie Paris V, France

Cindy Sage , MA Co-rédacteur, BioInitiative Rapports, USA.

David Carpenter , directeur de l’Institut pour la santé et l’environnement de l’Université d’Albany, professeur, Environmental Health Sciences, USA.

Olle Johansson , neuroscientifique, professeur en dermatologie expérimentale, Département des neurosciences, de l’Institut Karolinska, en Suède.

Lennart Hardell , épidémiologiste, professeur à l’hôpital universitaire de Orebro Orebro , Suède.

Michael Kundi , Professeur, Université de Médecine de Vienne, Centre pour la Santé Publique, Institut de santé environnementale, en Autriche.

Magda Havas , associé Prof d’études environnement et des ressources à l’Université Trent, au Canada.