Archive | torture par privation de sommeil intentionnelle RSS feed for this section

25 novembre – STOP à la torture électronique des femmes françaises

24 Nov

FLYERS du blog : http://laproscrite.canalblog.com

et

et

et

et

Publicités

Lettre d’un neurologue américain , mentionnant les agressions électroniques de civils.

6 Sep

 

 

Ce qui suit, est une lettre du Dr Ed SPENCER, neurologue à la retraite , et envoyée (semble-t-il) à un de ses collègue . La mise en ligne  de ce texte , date de janvier 2018.

La lettre  présentée ci- après , vient de :
http://stopthecrime.net/wp/2018/01/07/neurologist-dr-ed-spencer-reveals-all-regarding-neurotech-experimentation-covert-implantation-and-microwaving-of-populace-william-thomas-reveals-emf-weapons-they-are-saturating-the-ar/

Cette traduction faite sans autorisation pourra être enlevée à la demande.

Les mots surlignés sont un choix personnel.

Le texte commence ainsi :
Edward Spencer est un neurologue qui a envoyé quelques trucs dans ma boîte aux lettres , dont ceci :

Cher collègue:

Je n’ai pris conscience que récemment d’une énorme lacune dans notre éducation en neurologie. Il s’agit de l’importante quantité d’informations relatives aux effets du rayonnement électromagnétique sur le fonctionnement du cerveau.

Au cours des dix dernières années de ma pratique, j’ai vu un certain nombre de patients présentant des symptômes qu’ils attribuaient à des attaques électroniques à distance et qui m’ont laissé perplexe. Souvent, ces patients sont étiquetés comme étant «fous», car il n’y a aucune preuve physique pour étayer leurs allégations.

Maintenant, après avoir examiné les informations disponibles sur les sites énumérés ci-dessous, il apparaît que nous avons à faire à un vaste programme d’armes cachées et secrètes , et que les citoyens américains ont été utilisés comme sujets d’expérimentation non consensuels.

Je suis diplômé de l’université de Stanford, de la faculté de médecine de Yale et de la section neurologie de l’université de Californie à San Francisco et j’ai pratiqué la neurologie générale dans le comté de Sonoma jusqu’à ma retraite en 2010.

Avant de prendre ma retraite, j’ai reçu des patients décrivant  les symptômes d’ agressions électroniques et j’ai eu l’occasion de faire faire des examens dont certains révélaient la présence très vraisemblable de mini implants

Depuis ma retraite, j’ai travaillé avec le Centre international contre les abus de technologies cachées (www.ICAACT.org) et j’ai constaté que beaucoup de patients qui se plaignaient des symptômes énumérés dans: (http://mindjustice.org/symptoms.htm) ont,  dans leur corps, des puces   qui émettent des signaux . Ils ne savent pas comment cela a pu se faire . Dans certains cas, ces puces ont été localisées à l’aide d’imagerie et retirées par chirurgie.

Sans une certaine connaissance de ces technologies, le neurologue est clairement entravé dans la pratique de la neurologie, ce qui rend le diagnostic et le traitement des problèmes psychiatriques extrêmement difficile et, parfois , presque impossible.

L’étude de John Mack, MD, psychiatre de Harvard, portant sur des enlèvements présumés par des extra-terrestres , et qui a débuté en 1960, revêtait une importance cruciale. Les sujets de ses études rapportaient des expériences quasi semblables , telles que:
– 1) les yeux complètement noirs;
– 2) être forcé dans des expériences sexuelles;
– 3) se sentir absolument impuissant; et
– 4) être averti d’une catastrophe écologique imminente provoquée par l’activité humaine.

Les techniques employées par les extraterrestres sembleraient curieusement primitives, tout comme leurs engins spatiaux. Fait intéressant, le phénomène d’abduction a commencé en 1960, ce qui correspond à l’introduction de superordinateurs.

Plutôt que d’être réellement enlevées, il faut considérer que ces «personnes enlevées» ont peut-être été soumises à «l’hétérodynie EEG et à d’autres technologies psychotroniques». John Mack, M.D., n’était pas au courant de cette technologie lorsqu’il écrivait ses livres.

La NSA et les autres agences alphabet* continuent de construire d’énormes installations (à savoir: UT Data Center) pour exploiter les données sur nous tous. En plus de la collecte de données, je soupçonne que ces installations incroyablement coûteuses sont destinées aux opérations de contrôle mental.
http://nsa.gov1.info/utah-data-center/
Avec mes meilleurs voeux
Edward Spencer M.D.
Neurologie, à la retraite

  • une agence alphabet  est une société holding qui donne aux projets ambitieux les ressources, la liberté et la concentration nécessaires pour concrétiser leurs idées

 

Le CERVEAU SOUFFRE AUSSI.

5 Juin

Le cerveau souffre. C’est une affirmation récente de chercheurs français.

https://lesharceleurs.wordpress.com/2015/05/18/lettre-aux-chercheurs-de-licm/

Après 70 ans de dénégation d’une réalité , décrite,  affirmée et revendiquée par les cibles de criminalité par énergie pulsée vers le crâne et le cerveau , des chercheurs de NICE, de l’INSERM et de l’hôpital SAINT ANNE de Paris , viennent de l’admettre : le cerveau peut souffrir

Cette souffrance est de la faute à la PIE-MÈRE.

La pie-mère est l’une des trois membranes qui recouvrent et protègent le système nerveux central . Les deux autres sont la dure-mère et l’arachnoïde.

La pie-mère , fine et compacte , est la membrane la plus interne des trois . Elle est directement collée au cerveau et à la moelle épinière.

La pie-mère est constituée de deux couches distinctes :
– la couche épipiale faite de fibres collagènes qui portent les gros vaisseaux et les nerfs crâniens
– l’intima pia qui est un tissu réticulaire avasculaire.

De récentes recherches,  ont montré que certaines interventions dans le cerveau  et touchant la pie-mère,  avaient déclenché des douleurs aiguës .

Cette information, de la souffrance du cerveau, a été publiée dans un très court article du numéro 856 de Sciences et Avenir

Brusque changement du spectre du signal

30 Mai

La torture de longue durée , par énergie pulsée vers la tête, produit un état anxiogène d’anticipation de la souffrance infligée .

La torture s’entend ici comme l’utilisation de la violence pour infliger une forte souffrance qui est intentionnelle, physique et mentale.
La torture est un moyen de coercition cruel , pour inspirer la terreur et imposer une domination.
Les moyens de torture sont nombreux et listés sur internet .

Parmi eux on trouve
– la privation de sommeil, ici, avec souffrance infligée au cerveau,
– l’utilisation de sons et sifflements qui empêchent tout repos mais interfèrent rapidement avec les capacités cognitives

Tout comme les femmes battues respirent plus difficilement dès le retour de leur tortionnaire à la maison, une victime de harcèlement électronique redoute la position allongée et le moment de l’endormissement , quand l’opérateur et/ou l’appareil émetteur d’énergie dirigée et pulsée semblent se déchainer.

Dans mon histoire , et par hasard peut-être, de nombreux tirs d’énergie dirigée ont impacté le lobe frontal, la gorge et les bronches.

Le lobe frontal est présenté par les neurologues comme le siège du « sur-moi » qui permet le contrôle du comportement et la retenue adaptée aux circonstances de la vie.
Des personnes qui ont eu des accidents de chantier affectant cette partie du cerveau, sont décrites avec des accès de débordements allant jusqu’à une violence incontrôlable.

Les trop nombreux tirs d’énergie dirigée dans le lobe frontal de cibles de harcèlement électronique font également voler en éclat cette fonction du « sur-moi » qui signe l’adaptation à un contexte sociétal.

Pour protéger ce qu’il en reste, j’avais fini par prendre l’habitude réconfortante et pesante de poser au moins , un énorme coussin sur le front au moment de dormir.

Sachant que « mon » ressenti de pulsations pouvait être du à la fragilisation acquise après plusieurs années de torture par énergie pulsée. La première détection était ainsi : de très faibles pulsations sur 2,4 GHz

Le coussin  utilisé par précaution, permet en plus de protéger également les yeux, que les tirs d’énergie brûlent, tout en multipliant par X la gravité des autres problèmes quand ils adviennent . Cela avait été le cas récemment , pour un abcès dans l’oeil.

L’observation des détections enregistrées et proposée ici, a été faite sur plusieurs nuits d’affilée et avec le même constat d’un spectre de signal qui changeait au fur et à mesure que des protections étaient ajoutées et superposées,  à cause de la douleur devenue rapidement de nouveau   insupportable .

Ces ajouts de matériaux différents étaient uniquement destinés à protéger le cerveau et permettre un  endormissement et un peu de repos.

OR , le détecteur enregistreur qui  avait permis de noter le changement de spectre de signal  la première fois , était placé au-dessus du matelas , sur le côté .Il sera  toujours posé  au même endroit les nuits suivantes  , soit  en dehors des protections ajoutées.

Par ailleurs, on sait que plus les fréquences (HF) sont basses, mieux elles pénètrent. 1,4 GHz pénètre mieux que 2GHz , par exemple .

Pour éviter les risques liés aux canalisations électriques poreuses qui courent dans les murs de l’immeuble et qui relarguent sans doute leur pollution électrique ambiante, le lit avait été glissé au milieu de la pièce.

Sachant qu’il n’y avait que 3 autres résidents dans l’immeuble et surtout aucun résident dans la colonne d’appartements au-dessus du mien , les nuits auraient pu être sécurisantes.

Le coussin aurait pu ou du suffire à permettre l’endormissement . Il n’en avait rien été .

Les pulsations ayant pris leur cadence de croisière, rien ne les arrêtait et le cerveau ne trouvait aucun repos.

En première protection , un matelas avait été arrimé au-dessus de la tête . Le lieu de couchage avait été le même pendant toutes les nuits qui avaient montré le même type d’enregistrement de changement du signal  et correspondant à la reprise de la douleur après un court moment de répit .

détection  enregistrée après l’ajout du matelas

Ainsi a près la mise en place du matelas , la force de l’énergie pulsée traversante et ressentie douloureuse , avait rapidement cru jusqu’à devenir problématique .
D’autres épaisseurs de protection avaient été ajoutées :

Au final , les protections à disposition avait inclus un amas de tissus anti-ondes qui arrête des signaux sur un spectre de fréquences de 100 MHz à 22 GHz, et quelques couvertures de survie supplémentaires . Pour presque rien.

La détection  enregistrée avec  cet amas  de protections diverses , était devenue ainsi :

En  dernier recours , inconfortable, mais réconfortant et permettant l’endormissement,  j’avais enfilé une  capuche de plongée en bloquant 4 packs de gel à l’intérieur.

Pourtant, comme le montrent ces détections, les densités de puissance enregistrées semblent insignifiantes .
Leur dangerosité semblerait ou pourrait venir du fait que

  • les signaux sont pulsés même après le changement de spectre du signal
  • qu’ils ont la propriété  de traverser tous les matériaux  utilisés , et
  • qu’ils portent peut-être ou sans doute  une autre type de signal (ELF)  qui atteint
  • –parfois directement  le cerveau  ,
  • –parfois la cochlée ou le nerf auditif.

Différence entre pollution électromagnétique et agressions électromagnétiques

22 Mai

 

http://lezarceleurs.blogspot.fr/2016/10/eeg-cuisson-du-cerveau-sans-souffrance.html

Ces détections EEG et pollution électromagnétique , avaient été faites dans un monastère à LAVAL (53) . Comme l’indique le texte, il n’y a pas de souffrance aiguë du cerveau , mais un état de fatigue qui peut aller jusqu’à l’apathie, avec en plus des maux de crâne insolubles  dans le paracétamol, et une perte de vigilance qui peut aller jusqu’à la confusion mentale .

Pour les EHS avérés graves , un tel contexte serait source de souffrance si le cerveau très abimé ressentait les pulsations ELF  liées,  par exemple,  aux WIFI .

Le fait que le WiFi baigne ce monastère en tous endroits , n’était indiqué nulle part , au moment de ces détections. Seule une interrogation de la soeur hôtelière  avait permis de comprendre l’origine de certains symptômes .

 

 

http://lezarceleurs.blogspot.fr/2016/06/sieste-ou-nuit-meme-traitement-par-le.html

Comme le montrent les détections faites , les agressions de type électronique ont des manifestations différentes en détection , mais surtout en vécu. La souffrance est incomparable à tout ce qui est connu . C’est une véritable TORTURE.

Une lettre ouverte avait été envoyée aux chercheurs de l’Institut du cerveau pour en faire état. Sans effet , quant au suivi  ou à une intervention radicale de représentants de l’Etat pour le faire cesser.

 

Le harcèlement électronique en Espagne ( comme en France)

2 Mai

Les images suivantes viennent du site http://www.stopeg.es/targeted_individual_from_spain.php

Elles ont été transmises par une victime qui habite Nice et fait partie des deux associations françaises qui regroupent , et représentent les individus ciblés par le harcèlement électronique en France et  dans les pays francophones.

Il s’agit d’ ADVHER et ACT FREE Article 3.

Il existe un copyright sur ces photos et ce texte qui n’a donc pas été traduit en français et pourra l’être ou même pourra être enlevé , à la demande .

2

3

5

6

7

12

 

13

http://www.stopeg.es/targeted_individual_from_spain.php

Radio fréquences et mauvaise santé des cibles

28 Jan

La traduction partielle ci-après a été faite sans autorisation, pour information.

Elle vient de l’article :
Electromagnetic hypersensitivity – Powerwatch

La propulsion de radio fréquences  ( RF) constitue une des violences cachées imparables, infligées souvent à seulement quelques dizaines de centimètres ou à quelques mètres, aux victimes de harcèlement électronique .

Les conséquences dramatiques sur la santé de ces victimes ciblées se révèlent ainsi, X fois supérieures à celles du  contact avec des RF du grand public concerné par cet article.
Il est cependant important , pour les victimes ciblées, de noter quelques  processus des effets délétères des RF pour comprendre divers changements personnels et  éventuellement  pouvoir les expliquer. Comme suit :

RADIO FREQUENCES

Les radiofréquences (RF) artificielles ont été utilisées pour la première fois au 20e siècle par les militaires dans les radars et les armements. L’exposition du public a été très faible car elles étaient principalement localisées dans les aéroports et les installations militaires. L’explosion soudaine de l’utilisation du téléphone mobile à la fin des années 1990 a créé un environnement RF entièrement nouveau, avec des personnes désormais très exposées aux téléphones, à l’infrastructure de transmission (stations de base ou antennes relais), avec tablettes, téléphones sans fil , consoles. et Wifi.

Ce qui est encore incertain, c’est de savoir si les réactions biologiques se produisent immédiatement ou si elles prennent du temps à se développer. La chose importante à garder à l’esprit pour ce qui concerne l’exposition n’est pas le niveau par rapport aux lignes directrices autorisées, mais le niveau par rapport à notre exposition en termes d’évolution humaine.

La majorité des premiers travaux de recherche en santé portaient sur l’exposition professionnelle du personnel militaire et sur certains effets de leur armement. Le premier rapport significatif (Sadcikova) décrivant la «maladie des micro-ondes» professionnelle est apparu en 1974.

Les symptômes comprenaient la fatigue, les maux de tête, les palpitations, l’insomnie, les symptômes cutanés, l’impuissance et l’altération de la tension artérielle. D’autres recherches professionnelles [Forman 1982, Wayne 1984, Graham 1985, Marchiori 1995] ont ajouté les symptômes suivants résultant d’une exposition aiguë; sensations de réchauffement, nausées, neuropathie (engourdissement, picotement, même paralysie des orteils et des doigts), crampes d’estomac, dyasthésie (sensation d’écrasement) et irritabilité.

LES MECANISMES

Ce que la recherche démontre clairement, c’est que les systèmes biologiques peuvent réagir à certains niveaux de faible puissance et pas à d’autres; ils peuvent ne pas réagir du tout à des niveaux élevés quand ils le font aux niveaux inférieurs [Daniells 1998]; ils peuvent réagir de façon très différente aux différentes fréquences.

Parmi les mécanismes proposés, on sait que le rayonnement réduit les niveaux de mélatonine et augmente les niveaux d’oxyde nitrique (NO) [Yariktas 2005]. Les changements dans les niveaux de mélatonine et d’oxyde nitrique peuvent réduire la quantité de cellules combattant le cancer dans notre corps. Cela peut expliquer pourquoi aucun cancer particulier n’est associé à l’exposition aux micro-ondes; la capacité du système immunitaire à réparer les lésions cancéreuses est compromise, et peu importe la région du corps où le cancer apparaît.

Ces changements peuvent également favoriser les troubles du sommeil, augmenter le taux de cholestérol et accroître les risques d’athérosclérose et de coronaropathie, augmenter la tension artérielle [Aly 2008] et augmenter les risques de caillots sanguins et d’accidents vasculaires cérébraux.

Oberfeld a trouvé que le schéma des ondes cérébrales (EEG) se trouvait modifié , comme l’avait annoncé Hyland, à la suite d’une exposition aux RF. Une étude de la fin des années 80 [Lai 1989] a montré que 45 minutes d’exposition à des micro-ondes pulsées affectaient l’absorption de choline chez le rat. La choline est un précurseur chimique ou «bloc de construction» nécessaire pour produire le neurotransmetteur acétylcholine. La recherche suggère que la mémoire, l’intelligence et l’humeur sont facilitées au moins en partie par le métabolisme de l’acétylcholine dans le cerveau.

Les physiciens de UC Berkeley [Jensen 2007] ont produit la plus petite radio au monde avec un seul nanotube de carbone 10 000 fois plus fin qu’un cheveu humain. Le nanotube absorbe la transmission radio et vibre physiquement en réponse, comme un diapason ou comme les minuscules structures en forme de cheveux à l’intérieur de l’oreille humaine.

Les cylindres à parois multiples étaient excellents pour capter les transmissions AM et FM et les nanotubes à paroi unique étaient les meilleurs pour recevoir les fréquences utilisées dans les téléphones cellulaires.

Il est intéressant de noter que le mécanisme de vibration physique du nanotube est une réponse aux champs RF. Cela peut donner plus d’indication sur la capacité de bio-détection du corps, même au niveau cellulaire et cela permet également de pouvoir invoquer une bio-réponse. Des travaux ultérieurs [Pavicic et Trosic 2008] ont montré que le rayonnement de 935 MHz affectait les protéines microtubulaires, ce qui, selon les auteurs, pourrait entraver la croissance cellulaire.