Tag Archives: affichage

Harcèlement de voisinage et embrouilles

14 Avr

Image

La harcèlement de voisinage est souvent fait de mesquineries, de commérages, de mauvaise foi, de mensonges, voire de niaiseries insupportables . Il est harcèlement parce qu’il se répète et se reproduit à  l’identique ,   avec de nouveaux volontaires, et à chaque nouvel endroit où se pose une cible.
A Paris XV il va jusqu’ au tutoiement, aux injures , aux propos orduriers , et à la violence physique .

A tout cela, il faut ajouter le pire , la torture systématique par ondes pulsées , depuis l’arrivée de Mr Hollande au pouvoir.
Dans la période antérieure, une policière avait prétendu, que « j’étais protégée » . Ce ne serait donc plus le cas, et ça situerait un peu mieux une certaine implication policière dans cette histoire.

Et sans protection , on n’aurait pas le droit au respect de ses droits garantis par l’Etat français ?
Pour ceux qui ont besoin de détails sur ce harcèlement de voisinage « tout venant » qui s’ingénie à compliquer la moindre situation anodine, voici de nouveau quelques faits . Ils expliquent l’embrouillamini qui sert à engluer les cibles et à faire croire qu’elles sont la cause de leur situation inextricable.

L’information ci-dessous avait été affichée dans le hall du nouvel immeuble de Vannes , le 7 mars 2014. Elle avait disparu illico.

Image
Quelques jours plus tard , j’avais rencontré ma gentille voisine weight-watcheuse et son compagnon,dans le couloir . Pour les rassurer, j’avais mentionné être l’auteure de cet affichage, destiné à informer.

Le 8 avril 2014  , quelques unes de ses copines amusées avaient déboulé sur mon blog , à cause d’un article de cette mienne voisine weight-watcheuse me traitant de « folle » . http://lezarceleurs.blogspot.fr/2014/04/propos-de-perp.html
Elle nous y apprenait  le 7 avril 2014 que la trouille aidant, elle avait changé sa serrure le lendemain de mon affichage . Soit le 8 mars 2014.
Et tout à coup, dans un article du 9 avril 2014 , elle nous apprenait que finalement … NON, elle n’avait rien changé.

 » Maintenant je me justifie pour la serrure.
J’avais écrit ma frayeur sur mon blog au mois de mars car VOUS m’avez fait peur avec votre petit mot qui concernait des violations de domicile.
J’avais demandé à mon conjoint de changer la serrure cette nuit la sauf que le lendemain je vous ai croisé dans le hall d’entrée et vous m’avez parlé de réseau mafieux.
Mon conjoint à vu à ce moment la que ce mot n’avait en fait aucune crédibilité et donc nous n’avons pas changé la serrure. Logique puisque nous n’avions plus rien à craindre. »

En réponse à son article du 7 avril 2014 , j’avais précisé n’avoir mis un flyer QUE dans la boite à lettres de Alan ROUX . Ce qui est toujours exact.
Pourtant ce sur le site des weight-watcheuses ,  le 9 avril , j’avais appris que j’aurais mis des flyers dans toutes les boites à lettres .

« Et la madame c’est VOUS la menteuse car votre voisin du dessus à parlé à ses propres voisins qui ce sont plaint d’avoir des flyers partout (boite aux lettres, voitures). Alors s’il vous plait ne dites pas que vous avez mis seulement un flyers dans la boite de Monsieur R. car c’est totalement inexacte puisque vous en avez mis partout. »

Pour ce qui est du reste, je précise que les flyers sont destinés à être distribués , sauf dans l’immeuble, et non pas à être mangés.

Sans surprise, elle nous précise dans la foulée , qu’XXXXY est un gentil garçon , ajoutant qu’il ne possède pas d’appareils pour torturer.
Précisons ici que la torture par ondes pulsées, consiste à faire souffrir quelqu’un intentionnellement et à le priver de sommeil, par propulsions d’ondes incessantes et qui passent à travers les murs.
Mais il n’y a pas que le sommeil qui est affecté. Toutes les fonctions vitales le sont. Les ondes brûlent les organes à l’intérieur du corps . C’est vrai pour le cerveau, les yeux,  les reins, les poumons, l’estomac, les intestins, tous douloureux  après des nuits de tirs incessants , et parfois de concert. Les oreilles souffrent en continu des tirs  de type « sonique » .

On sait que les ondes sont pulsées de façon transversale , donc soit à la verticale , soit à l’horizontale., et que cela ne suppose pas une machine qui prend toute une pièce. Seulement des appareils qui se rangent dans des placards ou des valises.
Dans la même veine et de façon astucieuse , cette jeune femme feint de confondre « champ électromagnétique «  produits par des appareils  les générant généreusement et « ondes pulsées » . Je croyais avoir noté  cette différence dans ma lettre.

https://lesharceleurs.wordpress.com/2014/04/08/lovely92/

Ce qui donne une diatribe où elle glisse , rusée,  le mot  » matraquage »:  « Ensuite elle cite un commentaire de ma part QUE JE CONTINUE À AFFIRMER ET ENCORE PLUS MAINTENANT puisque je suis accusée de matraquer ma voisine avec des ondes. Mais bien sur madame je n’ai que cela à faire dans la vie vous savez? J’ai une formation spéciale en matraqueuse d’ondes (c’est ironique je précise, je ne veux pas que l’ont interprète mal encore une fois) »

Pour finir ceci , qui est une autre invention :   » Vous m’accusez aussi d’avoir créer une discutions sur un forum 5 mois avant votre emménagement donc 5 mois avant de vous rencontrez ?
Accusez moi aussi d’être voyante – médium Madame. »
Là, je ne vois  pas, non plus , où j’aurais porté cette accusation !

Voila le genre de bourbier dans lequel on essaie d’étouffer les individus ciblés , encore et toujours, au quotidien et à l’année. Et on sait que c’est non-stop. Ici, une jeune voisine inconnue, qui se victimise en racontant des bobards, puis retourne la situation en accusant sa cible.
Vous voulez l’anecdote de l’agente immobilière , et de son état des lieux de sortie?….  Non ?

Ce fut un état des lieux  de grains de  poussière. En passant son doigt partout , comme une patronne avec sa bonne, l’agente immobilière avait noté des grains de poussière  sur une étagère et  sur une plinthe  . Cela devait permettre  de facturer le passage d’une entreprise de nettoyage et de garder une partie de la caution …. ça arrive à tout le monde ! vraiment ?

Alors en information complémentaire , de matraquage d’ondes– pas-en -provenance-de-l’appartement-de-la voisine-weight-watcheuse , je peux préciser que le tir d’ondes de 23h04 de la nuit du dimanche 13 avril au lundi 14 avril, était de type « sonique » . Il avait été précédé par un tir d’ajustement à 23h03.

Image

Et la nuit avait été à l’avenant avec de nouvelles valeurs en hausse de HF  ( hautes fréquences) et autour de 2,2 GHz et 2,3 GHz .

le 14-4 3h du mat

Complicité de crime . ça vous fait quoi , Mademoiselle ?

http://lezarceleurs.blogspot.fr/2014/04/lettre-mme-marisol-touraine-ministre.html

Publicités

Les représailles

23 Juin

Il faut entendre ici cette expression comme une mesure   de coercition, en réponse  à une action d’information dérangeante  . Ces représailles sont  mises en œuvre par un groupe , dans une chaîne de complicités imposées ou tacites  .

Cela peut être le cas  en utilisant la couverture d’un nom de métier   respectable ou  souvent respecté – médecins- .

Cela peut être le cas également   par l’utilisation  d’une qualité qui donne accès à des moyens    alors détournés de leur  fonction  admise   . C’est le cas quand il s’agit d’  ondes pulsées au cerveau  pour privation de sommeil,  par détournement  d’utilisation  de technologies étatiques.

Ces représailles, dans leur apparence officielle ou  leur mise en œuvre  non démontrable – ondes-,  sont     destinées  à décrédibiliser une personne  , à détruire sa santé,   à la  faire taire ou à la  punir, selon   le niveau pseudo moral  des raisons ou excuses que s’auto-attribuent les acteurs  de  ces représailles.

Dans leur  forme de comédie élaborée , ces représailles   relèvent  souvent de  «   chantiers  ». Elles   sont  eu final   une   démonstration de force en bande organisée ,  au nom d’un pouvoir de domination  à démontrer,  garder et entretenir.

L’incarcération hospitalière , avec dépossession  immédiate de toutes mes affaires personnelles,  et qui avait même  permis le vol crapuleux  de mon passeport  laissé aux mains de soignants  ,   peut  être  envisagé comme des représailles .

Image

Statue polychrome du XVI ème siècle

 Ce récent  épisode  de vie de cible avait  été raconté dans les articles «   la chute «   et «   la contrainte  ».
Mais , cet acte violent  d’enfermement  tout  soudain  concocté à   23h30 par un jeune médecin délégué,   avait  aussi été   entériné par une chaîne de professionnels . Et  leur maquillage  de  la réalité des  faits crapuleux de mon existence   au moyen d’étiquettes   psychiatriques fluctuantes,   mérite  sûrement  d’être replacé dans le contexte  plus vague   de la journée de départ.  .

Cette journée  avait en effet été consacrée à  de l’affichage de rue, pacifique mais systématique . Au hasard  des  panneaux disponibles sur mon parcours de déambulation , j’avais collé sans relâche des  notices qui expliquaient le harcèlement électronique  par ondes pulsées. Un sujet largement méconnu en France.

  Image

Après avoir oublié de lever les pieds et lamentablement chuté sur une dénivellation du trottoir, en fin de journée ,  j’avais été récupérée par  des pompiers . Face à mon mutisme de dégobillante, ils avaient fouillé mes affaires      où se trouvait aussi  un reliquat d’affichettes sur le harcèlement électronique  : un sujet non seulement méconnu , mais  pour le moment soigneusement  officiellement  camouflé  parce qu’ utilisé en France et dans le monde,   par des groupes dominants connus/cachés  et en toute impunité.

Une  information à la source  et  qui  n’est pas à exclure dans l’évolution  abracadabrantesque  du scénario facile,  imaginé  et fabriqué ensuite ,  pour aboutir à une incarcération hospitalière.

L’autre  exemple de représailles concerne les ondes pulsées au cerveau , un moyen caché , facile à mettre en œuvre à un certain niveau  et dont le seul but est de détruire la cible  . Sans preuve .

Un moyen pire que les violations de domicile sans effraction , avec dégradations qui peuvent  au moins être photographiées .

Le résultat  de ces pulsions d’ondes au cerveau est  la privation systématique de sommeil . Ce type de privation de sommeil programmé sur fond de douleurs intenses  infligées à l’organe cerveau, cisaillé par des fulgurances  toutes les 3, 5 ou 10 minutes,  ne s’arrête souvent  qu’au petit matin .

A ce moment-là , les tirs d’ondes  sont parfois remplacés   par des brûlures sous la plante des pieds. Ce traitement infligé avec la volonté de faire souffrir au maximum ,   a  naturellement  des conséquences dramatiques  sur la santé , sans parler de la qualité de vie qui relève alors du superflu.

Image

La cible torturée  est zombifiée.

Dans la nuit qui avait suivi la mise en ligne  des  articles  quasiment confidentiels   «   les dominants  »  et                 «   harcèlement dit psychotronique  » les tirs d’ondes avaient été, exceptionnellement,  de type acoustique  : des sons stridents qui résonnaient dans le cerveau et qu’aucune des multiples épaisseurs ajoutées sur la tête, à l’intérieur de la tente de faraday reliée à la terre,  n’avaient pu arrêter.

Ces tirs avaient été  quasi chirurgicaux, comme on le dit de certaines frappes militaires, en ce sens qu’ils avaient augmenté  immédiatement et directement en violence au rythme des épaisseurs ajoutées, et sans apparent tir d’essai , comme souvent  . L’intervalle entre les tirs était de quelques minutes seulement.

Une tentative de sieste en journée et vouée à l’échec pour les mêmes raisons que pendant la nuit, m’avait incitée à un essai de repos , une dizaine de kilomètres plus loin dans une campagne de bord de mer , voiture planquée à l’ombre du feuillage dense d’arbres centenaires .

Et il y avait eu plusieurs «  zappings  » au cerveau , semblables à ceux de la nuit . Plus espacés .
Ces tirs d’ondes ne relevaient pas , ici,   de matériel de proximité .

Ma parole, contre des faits de torture par des  professionnels.