Tag Archives: Angers

Torture électronique et escroqueries

10 Avr

 

Tout le monde sait que le micro-ondage du cerveau rend dingo et peut être très utilisé par des dominants criminels et/ou des escrocs criminels pour arriver à leurs fins .

Les fonctionnaires d’Etat chargés de prendre des plaintes mentionnant une utilisation criminelle de ce phénomène et qui prétendraient n’en rien savoir , sont au moins pire, de mauvais comédiens, mais souvent , et malheureusement, des complices actifs.

Leur habituelle réponse stéréotypée qui nie le phénomène sans s’ y intéresser ou sans interroger , et rapportée par de nombreuses cibles, n’est ni professionnelle, ni respectueuse, ni vraisemblable, ni maline .

Ce type de réaction est, bien sûr, seulement destiné à se débarrasser d’ une victime qui se plaint , en la présentant en attardée superstitieuse ou en dérangée, pour au final, ne rien faire pour que cela s’arrête et qu’elle soit protégée. Il se trouve que 70 % des victimes sont des femmes.

Une allusion au micro-ondage du cerveau destiné à semer la confusion chez des témoins avait été notée dans la littérature policière américaine dès 2009.
Cette évidence du micro-ondage invalidant était proposée dans ce RomPol  sous forme de boutade dans la bouche d’une procureure ( Marie Lou Baker) de San Diego – Californie , s’étonnant de propos suspects de témoin et obtenus par des interrogatoires biaisés.

Dans cette mienne histoire de harcèlement électronique , je fais volontiers la différence entre :


le contrôle mental par micro-ondage criminel , V2K et privation de sommeil à des fins d’ 1 escroquerie particulière et ciblée, et
la sadique et bestiale torture électronique , plaisir de psychopathes accros qui cherchent ou provoquent toute situation ou réaction pour pouvoir continuer avec un prétexte, et aider n’importe qui pour des escroqueries tous azimuts .

Faire déménager une victime, en la torturant par voie électronique, avec le concours des collabos de voisinage relève de cette deuxième partie.

Les spécialistes reconnus du harcèlement électronique présentent souvent ce phénomène global comme une mise à mort sociétale et/ou physique, cachée. Cette mise à mort * (3)  souvent lente est provoquée par des éléments extérieurs manipulés ou programmés (signaux) , eux aussi cachés et impossibles à prouver ou à faire trouver , pour cause de rejet a-priori de la plainte de la victime par des représentants de l’Etat . Complices passifs de crime.

Ce ne sont pas les articles de loi qui manquent pour punir les criminels du harcèlement électronique.
Dans notre phallocratie française déguisée en démocratie, seule manque la prise en considération du phénomène dont profitent des criminels/gougnafiers/escrocs en bandes organisées , qui s’attaquent à des personnes préalablement isolées par tous moyens connus de harcèlement.

L’argent facile par captation d’héritage ou de biens , déguisée sous un montage aux apparences légales parce qu’ aidé par un ou des magistrats et des juristes marrons est un classique.

En reprenant l’idée du harcèlement électronique /mort lente , on peut rappeler ici les éléments habituels connus de tout crime par élimination programmées, progressive , ou violente :
– l’argent ( facile )
– le sexe ( désir ou vengeance)
– la folie ( déviants, pervers , sadiques , psychopathes)

Personne ne peut plus maintenant ignorer que le micro-ondage caché du cerveau avec V2K entraine la confusion mentale , la perte de repères et de mémoire. Il simule la folie et permet de prétendre à la folie de la victime pour l’éliminer, l’escroquer , la mettre sous tutelle……….

Ma prétendue folie était prévue à un moment X, dans cette histoire somme toute banale. Ce qui m’avait été annoncé par un notaire en ces termes «  ils vont vous rendre folle «  * (1). Et c’est la bande à frérot qui s’y était collé, et avec une minutieuse préparation et ,  sans doute,  bien en amont du moment X .

« Ton frère est une ordure » m’avait déclaré cet ami d’enfance et aussi Chevalier de la Légion d’Honneur » quand le montage d’une captation d’héritage par mon greedy frérot était devenue évident.
«  Oui. Mais cinquante fois moins que l’amant de sa femme  »

Les deux hommes, le pigeon et l’amant, étaient copains et collègues de travail. Employés de l’armée. La dame   qui les fascinaient tant , était , aux dires du 1er mari d’icelle , une perverse jusqu’au trognon, fabricatrice  ( faiseuse) de « fake news »
Elle voulait ce que j’avais et l’amant le lui avait promis. La lune en plus.

L’égo boursouflé de l’ autoritaire amant coinçait dans l’embrasure des portes. Il était conseiller municipal d’une petite bourgade du Maine et loire et hyper-actif dans tous les réseaux crapuleux possibles. Ce qui incluait un grand nombre de ripoux en marge de l’ armée , de la gendarmerie, et de la police , disponibles pour des coups de main cachés sous la fonction. Aïe.

Selon l’ex de la femme , c’était là le réseau que je devais le plus redouter.
Les exemples d’exactions déléguées à des sous-réseaux et qu’il avançait, m’étaient connus et familiers depuis longtemps : violations, dégradations, vols de documents , rumeurs, et …. plaintes classées ou détournées ……

Pour me faire passer pour folle et me rendre folle , après m’avoir éjectée par manigances de deux appartements et d’une maison en tant que proprio, ils avaient du intensifier au maximum le micro-ondage avec V2K.
Cette horreur avait été organisée , dans la maison que je louais à Dol de Bretagne ( 35), et dans l’appartement qu’un ami me prêtait à Paris XIV à cette époque, huit jours chaque mois.

A Dol de Bretagne (35)  , les combles de la maison (leblay/lesénéchal) auxquels je n’avais pas accès , avaient été utilisés pour un micro-ondage dément avec V2K.
Les V2K infligés n’y étaient, bien sûr , pas l’oeuvre de Leblay ou Le Sénéchal, vicieux enthousiastes ayant seuls accès aux combles , mais  modestes transporteurs livreurs  de moules, et souvent absents.

Sachant qu’un ex-de la garde républicaine ( Belloin) avait violé mon domicile de Paris XIV et s’en était vanté….. que l’amant de l’épouse du pigeon

  • m’avait harcelée avec une jeep de l’armée
  • avait été trouvé dans ma chambre en train de fouiller dans me affaires , dans une maison où il était  en infraction et où se trouvaient  en plus 3 représentants du droit que l’amant/employé de l’armée/conseiller municipal  bafouait (le droit) avec la suffisance de l’habitude d’un délinquant-employé de l’armée-conseiller municipal-et quoi encore ?  ………..que des gendarmes et  des flics me courraient après en tous lieux pour m’arrêter et me coller des PV …. avec  des gars de la PPP qui inventaient des stationnements irréguliers  à environ  200 euros pièce,  tout compris ……on peut penser, par déduction, que les réseaux ripoux liés à l’armée et aux forces de sécurité ,  étaient entrés en transe et à mes trousses.

A Paris , dans l’appartement prêté , des voisins avaient donné le coup de main . Un micro-ondage intense par l’ex -ingénieur EDF , FM et Chevalier de la Légion d’honneur de l’appartement voisin m’avait laissée sans répit. On pouvait donc ajouter encore comme collaborateurs actifs, une clique de FM criminels .

En 2007 , sous les effets du harcèlement criminel global décrit, j’avais l’air débile et commençais à le devenir.

Les effets du micro-ondage et des V2K ont été largement exposés dans ces blogs . *(2)
Les micro-ondes et V2K , armes par destination et employés ici, étaient utilisées pour soumettre une personne afin de tout lui voler , et de la faire disparaître sans bruit du même coup. L’origine bicéphale de cette situation criminelle était partagée entre Paris et les Pays de Loire.

La torture électronique est comprise , ici, comme une étape supplémentaire dans la cruauté et la barbarie, pour détruire un cerveau qui s’obstine à fonctionner par à-coups, malgré tout.

Cette torture électronique est basée sur des propulsions violentes d’énergie de toutes sortes ( RF, ultrasons, sons, laser ) qui n’ont jamais cessées à ce jour , en dépit de plaintes multiples. Ces attaques par énergie dirigée réussissent à viser et atteindre le cerveau à l’intérieur de la boite crânienne, par choix  et amplification des fréquences destinataires, ou capacité du signal à pénétrer les os, ou les faire vibrer.

Le cerveau attaqué directement,  n’a aucun organe auquel se plaindre .
D’habitude , c’est lui , le cerveau centralisateur  d’informations et réactions , qui prévient , gère ou essaie de gérer, un problème , quand il reçoit une plainte d’un organe en souffrance ou faire face à une situation inhabituelle.

Dans ce contexte entretenu , les escrocs profiteurs de la criminalité protégée par des maires et des représentants de l’Etat , pullulent : hôteliers , agents immobiliers , syndics qui refusent d’intervenir, propriétaires de biens qui manigancent pour voler la caution (Colette COUVIDAT) , autres qui louent des biens impropres à leur usage et prennent des airs d’ingénue  ( I Blaineau) , con cessionnaires automobiles qui sur-facturent et procèdent par amalgame (BAUDRY-FORD) ……

La première forme d’ escroquerie des propriétaires qui ont été informé de l’existence de la torture électronique à l’intérieur de l’appartement loué et qui n’ont pas pris toutes les mesures à leur disposition pour la faire cesser, consiste à exiger et encaisser l’argent d’une location pour ce bien non conforme aux exigences de la loi en la matière.
Certains défient la loi et trompent les juges pour le faire ( I.Blaineau)
Les propriétaires font, ainsi, payer à la victime la location d’un lieu de torture appelé appartement.
Ce propriétaires sont en plus passibles de non assistance à personne en danger au même titre que les représentants de la loi ou de la sécurité , qui refusent ou rejettent les plaintes sans investigation et créent les conditions de la continuité de cette torture.

La deuxième forme d’escroquerie des propriétaires existe grâce à une manigance du réseau crapulo-criminel .
Pour récompenser le propriétaire de sa complicité active ou passive en participant ou en ne dénonçant pas le harcèlement électronique , le réseau active ses pions pour que le vol de la caution du loyer devienne une rétribution du propriétaire. Aux frais de la victime.

C’est ce que m’avait expliqué le fanfaron Leblay à Dol de Bretagne (35) mais qui n’avait pas réussi son coup de vol de caution , mal préparé.

L’avide Colette COUVIDAT à Saint Julien des Landes (85) , avait assisté à une dégradation d’un radiateur de sa maison par M Suteau pendant que nous faisions l’état des lieux. Elle n’avait pas bronché. Ni noté le fait.

Par la suite, elle ne montrera ni sens des responsabilités face à ma torture électronique dont elle était informée, ni respect de la loi sur la location d’un logement décent , ni aucun état d’âme d’aucune sorte.

Elle s’était tout juste comportée comme une sorte de matone sadique . La rapacité , en plus.
Car elle montera un chantier , avec ses copains de la résidence, pour voler et garder ma caution sous des apparences légales.

Cet endroit où je n’avais guère eu l’occasion de me poser et encore moins de me reposer avait été une rapide et violente descente en enfer
– les rafales de micro-ondes venaient de la maison à ma gauche, occupée par l’ex-contre-amiral POITEVIN
le chauffage par micro-ondes ( mur thermique ) était l’oeuvre de SUTEAU , dans la maison à ma droite .
les tirs au laser à travers ma porte -fenêtre, venaient de la maison des deux gays, de l’autre côté de l’allée

Quand j’allais dormir dans ma voiture, un appareil commandé à distance , enclenchait des tirs d’énergie qui cisaillaient le cerveau . Comme en Islande. Comme dans les mobiles homes des différents campings français où je n’avais pas, non plus eu de répit
Comme , ici, au Sextant.

Les escroqueries des commerçants sont à l’avenant , dont celles notamment des hôteliers . A très peu d’exceptions près, ils faisaient payer une chambre qu’ils acceptaient de transformer ou faire transformer en cellule de torture.

L’escroquerie du concessionnaire BAUDRY – FORD est d’une autre nature .
Elle avait été faite à un moment de violences électroniques redoublées. Je tenais tout juste debout , et ne pensais qu’à essayer de dormir sans le pouvoir. A cette époque, même le WiFi à l’intérieur du garage, dans le bureau du commercial, était un vrai supplice pour mon cerveau.
Chez moi, je n’avais pas eu la force de faire des recherches sur les caractéristiques du véhicule ni sur les particularités de l’offre.

Et sciemment ou pas, BAUDRY-FORD avait profité, de ma vulnérabilité entretenue par la torture électronique redoublée.

A l’ époque de mon achat , la marque FORD offrait 3000 euros pour faire venir de nouveaux clients vers la marque , puis les fidéliser. Mais, je ne le savais pas , et Baudry- Ford n’avait rien dit, malgré l’obligation d’information d’un vendeur.
Selon l’article 1110 du Code civil « les règles du droit civil imposent aussi au vendeur une obligation d’information en exigeant sa bonne foi dans la conclusion des contrats. « 

Sur une facture cette déduction porte le nom habituelle de OFFRE COMMERCIALE, comme l’indique cette proposition faite ( ultérieurement) par une marque concurrente .

Par ailleurs, au moment d’une vente , un vendeur de voiture neuve rachète la vieille voiture du client qui sera revendue à un acheteur étranger , ou encore à un ferrailleur qui re-fourguera les pneus neufs , les sièges en cuir et autres pièces en état de fonctionner .
Cela s’appelle une REPRISE de l’ANCIEN VEHICULE ou un RACHAT de VEHICULE . Le montant proposé s’ajoute à l’offre commerciale de la marque , et vient en déduction du coût total. Il n’existe pas d’amalgame possible entre les deux rubriques

 

Chez BAUDRY-FORD , sur ma facture , il existait seulement la rubrique RACHAT de VEHICULE et pour un montant de 2878 euros. Un RACHAT n’est pas une OFFRE COMMERCIALE. Les concessionnaires réglos dissocient ces deux rubriques de présentation de compte. Pas BAUDRY-FORD.

En plus, sur cette facture on trouvait aussi
– un cout pour des tapis de sol à l’avant , mais qui étaient des éléments de série donc non facturables
– un coût pour des tapis de sol à l’arrière , mais qui n’existaient pas

Tout cela avait totalement échappé à mon cerveau endolori, épuisé, et que je contrôlais moins que ne le faisaient mes ennemis.

Quelque temps plus tard, c’est un commercial FORD, ami d’amis, travaillant dans  un garage d’une autre région qui me montrera , document à l’appui, l’offre commerciale FORD de 3000 euros. Il rameutera tous ses collègues à portée de voix pour leur faire apprécier l ‘exploit de BAUDRY-FORD qui m’avait royalement bernée.
BAUDRY-FORD sollicité pour réparer à l’amiable cette escroquerie refusera toute discussion.

La marque FORD, informée, et sollicitée pour récupérer cette situation écrira à BAUDRY-FORD à plusieurs reprises en ma faveur. BAUDRY-FORD l’ enverra paître.

Tout comme il le fera avec moi lorsque je le solliciterai , contre paiement, pour chercher   et enlever le mouchard posé sur l’électronique de ma voiture.

Toutes les situations commerciales pourries de commerçants dissimulateurs ou véreux, pourraient exister indépendamment de situations de torture électronique . Elles sont souvent mises en oeuvre pour gruger des femmes seules ou vulnérables . Une personne non-victime de torture électronique y ferait face de façon appropriée et éventuellement efficace et radicale . En défendant ses intérêts posément ou fougueusement .

C’est ce que peut difficilement faire, ou mal , ou trop tard , ou pas du tout , une victime de torture électronique, épuisée par la privation de sommeil, et par la souffrance .
Son cerveau volontairement handicapé par des criminels solidaires et qui préparent même en amont, ce genre de situation , ne peut pas réagir normalement . Encore moins efficacement.
Les réseaux crapulo-criminels aux trousses de la victime , le savent . Ce sont eux, qui incitent tous ceux qui le peuvent ou le veulent, à voler la victime , pour l’appauvrir encore plus.
Pour aider les escroqueries et les escrocs , les crapulo-criminels qui fabriquent le contexte de torture électronique , accentuent alors sa violence , en intensité et en durée , si besoin.

Parmi les escroqueries intimement dépendantes de / et liées à/ , la torture électronique, une place de choix revient à des médecins , dont la déontologie et la qualité de fonctionnaires , créent obligation de dénoncer un crime rapporté par la victime . Comme les maires.

Mais dans un élan de fraternité et de solidarité criminelle avec leur groupe de copains , certains professionnels de la santé ( mas pas vraiment) préfèrent en profiter pour escroquer la sécurité sociale en enfermant au moyen de subterfuges grotesques et illégaux , les victimes de torture électronique dans des prisons- hôpitaux. Ce qui permet ainsi de discréditer les plaintes ou les témoignages de ces victimes, voire tout simplement de les empêcher .

* (1) https://lesharceleurs.wordpress.com/2013/06/10/la-folie-pratique/

  • (3) https://lesharceleurs.wordpress.com/2017/09/28/rendre-fou-en-appartement-grace-aux-neuro-armes/

https://lesharceleurs.wordpress.com/2017/12/20/medusa-le-cri-des-micro-ondes-dans-le-cerveau/

https://lesharceleurs.wordpress.com/2017/07/04/les-neuro-armes/

http://lezarceleurs.blogspot.fr/2017/02/les-armes-de-la-confusion-fuite-du.html

http://lezarceleurs.blogspot.fr/2017/10/36-chandelles-en-27-minutes.html

http://lezarceleurs.blogspot.fr/2014/09/comparaison-de-tirs-dondes.html*

http://etouffoir.blogspot.fr/2014/03/harcelement-en-reseau-helicos-motards.html

Publicités

Quelques anomalies policières et judiciaires

28 Nov

Les tirs  d’ondes de la nuit dernière (27-11)  avaient  commencé à 23H40  après des piqûres au niveau des pieds Ils avaient  atteint  une intensité maximale  de type acoustique à 3H du matin  après  des repérages constants  de mes changements de place . Cela  amène ,   de nouveau à se poser la question du  ou des marionnettiste(s) de cette histoire.

Maçon donc corse  ? ou Militaire ? ou les deux , l’autre aidant l’un ?

Un  nouveau listage de quelques  anomalies, ici seulement  policières et judiciaires qui avaient  jalonné les dix dernières années , est à envisager  pour une quête de ce sens là, tout en gardant un oeil sur  : http://etouffoirs.wordpress.com/2013/08/23/une-organisation-de-harcelement-2/ Image

photo Wikipédia

1) Catherine PONCET , juge d’instruction à Angers (49) avait  reçu ma plainte avec CPC et décidé , sans me connaître,  de m’imposer une expertise psy, avant même d’ouvrir l’enquête.  Refusé. Contrainte d’ouvrir son enquête , elle avait interdit à la policière  désignée pour ce faire,  de venir constater sur place la réalité de mes plaintes.

Cela avait entrainé un non-lieu torché en quelques lignes, bien plus tard,   et sur la base d’un beau mensonge  qui permet 3 hypothèses. Mme Poncet avait voulu

a) se débarrasser d’un dossier sans intérêt pour elle,

b) faire plaisir à un notable local . Ce qui est souvent synonyme de « maçon »,

c) se conformer à des préconisations de  gens de l’armée .

http://etouffoirs.wordpress.com/2013/11/14/une-juge-dangers-pour-memoire/ . https://lesharceleurs.wordpress.com/2013/06/10/la-folie-pratique/

2) Fabienne  POUS , juge d’instruction à Paris, en charge d’une 3ème plainte avec CPC incluant un viol en groupe , n’avait pu que constater le gigantesque  bras d’honneur que lui avait fait   l’entière  police d’Angers .

Elle y avait délégué mon audition au commissaire , mais  c’est une jeunette avec 2 mois de boite  , qui l’avait assumée sans qualité.

Elle avait exigé que l’audition  ait lieu dans le commissariat principal , mais l’audition s’était déroulée dans un poste de police périphérique , dans un bureau  très fréquenté , mais où j’avais eu aussi plusieurs tête -à-tête exclusifs avec mon dossier. http://etouffoirs.wordpress.com/2013/10/19/laudition-10-5-2011/

Elle avait demandé que la police recueille   des preuves , mais  3 policiers dont Mr Renault  étaient venus fabriquer une preuve pour rigoler.

Elle voulait que le document  de M Ghiloni s’intitule audition, mais elle avait reçu un document  de V. Deschamps  intitulé compte-rendu .Un petit chef – d’oeuvre de poncifs de type comportementalisme . .http://etouffoirs.wordpress.com/2013/11/14/une-brigadiere-dangers-pour-memoire

Face à une  réalité semble-t-il inattendue , Mme POUS n’était manifestement pas,  non  plus,  à un crime près (viol) . Le viol  avait été oblitéré.

Il le sera encore  plus tard , par deux procureurs différents : H. PAVY de Rennes (35)  et un anonyme parisien . Et dans cette plainte -ci  , Mme POUS   avait essayé de boucler son dossier en catastrophe , s’emmêlant dans des dates et de nouvelles exigences incongrues.

3) C’est un dernier juge Mr DUBOIS  qui prendra une décision de refus d’informer au prétexte qu’il n’existait pas de qualification pénale possible de mes plaintes pourtant bel et bien acceptées comme telles.

Image

Photo Wikipédia

4) Peu après la Cour d’Appel  de Paris s’immergeant dans le psychologisme de l’ainsi  reconnue – psy-infaillible – brigadière Valérie Deschamps , évacuera le dossier, transformant la plaignante/victime ( moi)  en accusée- menteuse.

Et la Cour de Cassation entérinera ces accusations  avec une  surenchère,  mais sans aucun article de loi pour justifier la surenchère .

Avec la police d’une ville entière (Angers)  qui se paie la tête d’une juge de Paris et s’asseoit sur le code pénal et le code de procédure pénal  dans une vaste comédie de rigolade ,

et  avec un juge, Mr Dubois,  qui déclare que le code pénal ne traite ni les infractions pénales listées avec références ,  ni  un viol, les 2 hypothèses  précédentes  sont remises à l’honneur :

b) faire plaisir  à un notable local . Ce qui est souvent synonyme de « maçon »

c) se conformer à des préconisations de  gens de l’armée

5) Au niveau de la Cour Européenne des Droits de l’Homme , le traitement expéditif de mon  dossier  par K. JUNGWIERT  avait consisté à dire   qu’il n’y avait pas de violation des droits de l’homme. Ce qui devrait permettre de conclure  que J-P COSTA  , président de la CEDH et et son collègue K . JUNGWIERT  pensaient que  les droits de l’homme à violer avaient bien été respectés. On a , ici, de nouveau les 2 mêmes  hypothèses  b) et c) possibles.

6) Dans un tribunal de proximité pour  une affaire de petit escroquerie ,  3 hommes au style militaire avaient quasiment ordonné au juge de traiter mon dossier en priorité. Ils voulaient être là, tout en ayant mieux à faire.

Curieusement , avant de pouvoir entrer dans ce tribunal où j’étais déjà venue , j’avais été « désorientée »  de façon inexplicable trois  fois de suite. Allant sans arrêt dans la même mauvaise direction.

Sans vouloir préjuger de  la cause de cette situation anodine, je pourrais actuellement émettre l’hypothèse d’une utilisation  militaire d’ondes pour cet effet . Et ce, sans me trouver moi-même ridicule. Ce qui donnerait plus de poids au c) des hypothèses proposées avant.

Image

On peut voir aussi :   http://etouffoirs.wordpress.com/2013/12/02/cedh-reponses/

En réseau

19 Nov

Image

Dans le harcèlement en réseau les  actes  délinquants  (violations) ou brutaux  ( agressions) subis par les cibles laissent quelquefois   des marques ou des traces . Elles sont en général assez anodines , insignifiantes ou difficiles à montrer  pour qu’il soit impossible d’en faire état sans risque d’être ridiculisé. Les cibles apprennent à leurs dépens à dépasser cette crainte pour expliquer.

A ce stade je pourrais décrire la nouvelle technique délinquante et par contre  sans trace , des violeurs/voleurs  beurs de mon domicile  . Après avoir essayé de maquiller les numéros de plombs à usage unique    http://etouffoirs.wordpress.com/2013/08/21/suivez-le-plomb-2/   et fait faire des doubles d’une autre  série, ils sont passés à la technique ouverture/fermeture du plomb sans le casser.  Cette délinquance en bande, avec cours préparatoires et récidive,  viole à jet continu des droits élémentaires et fondamentaux  de citoyenne avec un acharnement diabolique.
La nuit dernière les tirs vers le cerveau relevaient de la boucherie. Criminalité  sans trace.

Toute cible cherche à connaître et comprendre  qui sont les réseaux  commanditaires/protecteurs  et les intermédiaires ou  réseaux exécutants .
Pour une cible , le plus difficile à déceler et faire admettre   relève  de situations à tiroirs . Car il faut mettre du sens et des explications plausibles  dans les espaces vides . Pour cela, il faut se remémorer tous les  détails d’apparence  illogique pour leur appliquer la logique d’une interprétation imparable.

Telle une pièce de puzzle , elle est la seule possible à cet endroit-là.

Démonstration pour rappel  sur 3 exemples, détaillés  et  déjà racontés dans des blogs précédents,  et dont deux choisis exotiques pour ce qu’ils apportent d’indications sur la répétitivité de schémas, et le caractère global et mondial des méthodes utilisées. Avec en sus le mini-exemple du forum futura-sciences.

Image
Après des contorsions incroyables pour acheter cette voiture en évitant 2 écueils de cibles
1)    Que les clés soient copiées par le réseau crapuleux  avant la remise du véhicule
2)    Que le même réseau crapuleux   fasse  pression sur le vendeur pour empêcher la vente ou en changer les conditions,

Le jour J était arrivé .  Mais, sur place dans le garage de Nogent le Rotrou qui livrait le véhicule , l’attente avait été  anormalement longue.  Jusqu’à ce que déboulent 2 grands gars , qui avaient foncé  directement dans  l’atelier sans passer par la case accueil.  Sitôt leur départ, on m’avait apporté mes clefs et la carte du code confidentiel . Défloré.

La voiture était neuve et ça valait explication avec le  directeur. Introuvable. A une 3ème demande agacée , sa secrétaire répondra  qu’il s’ était enfermé dans les cabinets , portable débranché.

Image

Honteux ?

La voiture sera ouverte  avec  marques du  passage  des intrus , dès son premier stationnement. Comme les précédentes  voitures. Le code confidentiel découvert était  donc  un leurre. Ce qui amène à envisager  au moins deux  des méthodes faciles pour copier des clés de voiture
1)    Les avoir en main et utiliser la technique du  kit allemand , ce qui ne donne accès qu’à une ouverture manuelle . La copie conforme d’une clé haute ou très haute sécurité se fait en 240 secondes .
2)    Scanner le programme  de l’encodage  à partir du logiciel dédié du garage et le copier immédiatement sur une clé vierge
C’était bien sûr à cela qu’avaient servi les deux grands . Pour faire pression à ce point  sur un patron de garage … il faut en avoir les moyens. Fonctionnaire d’Etat hors fonction oblige plus facilement .

5000 kms plus tard, le garage Peugeot d’Angers avait insisté pour un 2ème contrôle gratuit de mon véhicule . Ce sera,  pour m’échanger des pneus quasi neufs contre les pneus lisses de la voiture d’une beurette et sous la houlette d’un chef du réseau crapuleux local en surveillance.

Il paraît qu’ils sont une trentaine ou une cinquantaine dans chaque ville de province.
Mes pneus neufs pour la voiture de la beurette était une récompense  sans gêne , facile et habituelle, à un membre du réseau d’appui actif de base.

 La semaine suivante, j’avais malgré tout proposé une solution d’arrangement au garage. Refusé.  Un refus accompagné d’une menace de plainte en diffamation.  Ce  qui m’avait incitée à prendre les devants et à me diriger vers le commissariat.
Ma présence et l’objet de ma plainte   – escroquerie et abus de confiance – avaient fait jaillir  le brigadier Daniel Pinault de son bureau. Sa collègue  et subalterne du registre des plaintes  avait reçu l’ordre réitéré  de ne noter ni mon nom ni ma plainte.

En réseau , avec un fonctionnaire d’Etat comme protecteur . Affaire évacuée.

Après avoir fait beaucoup envie , puis un peu moins, ce véhicule était arrivé à un sale état et un besoin de réparations non négligeable. Un employé du concessionnaire local avait établi un devis que j’avais accepté. Trois jours plus tard avec la voiture sur le pont du  garage pour réparation, le devis avait triplé.
La voiture avait été se faire réparer  ailleurs. Tout près du  prix initial.
Le réseau local avait encore  frappé.

L’autre anecdote que je re propose pour mémoire  est celle d’Arthur Pass ( NZ) où, seulement de passage ,  j’aurais dû être une absolue inconnue. L’endroit était cependant la seule étape concevable de cette route de montagne. Je pouvais donc y être « espérée »
Arrivée sans réservation, j’avais réussi à me loger dans une petite maison sans confort. En contrepartie celui de la grande maison proche était à disposition : cuisine, salon, salle de bain
Installée au chaud sur une table du   salon avec mon ordinateur et mon sac , j’avais subi les assauts répétés d’un grand suédois avec femme et enfant et fini par ranger la clé USB dans le sac ,et  fermer l’ordi. pour  m’occuper de leur môme Eleanor.

Le grand Stephen, aux propos de fonctionnaire international,  avait continué à s’agiter dans l’autre partie du salon. Ne le connaissant ni d’Adam ni de sa côte , et d’un naturel trop peu parano,  j’avais continué à vaquer et pouponner.

Image

Et tout soudain malgré  un orage de montagne avec une pluie dense et drue  à ne pas mettre le gros orteil dehors, le grand Stephen  avait  enfilé un imper pour sortir à toute vitesse . Comme pour un besoin pressant.
De retour dans ma chambre, avec sac et ordi  je découvrirai le vol de   ma clé USB .  Le grand Stephen  était sorti pour   la livrer  ou en transmettre le contenu .

Cette volonté de donner l’impression  de n’avoir, ni intimité, ni confidentialité, ni mémoire, ni passé ,  est une constante de ce système observé qui vient de me voler une carte mémoire de photos dans une valise fermée à plomb à usage  unique, à Vannes.
Ce même réseau français  avait , quelques mois plus tôt, siphonné une clé USB contenant mon dossier criminel ; clé USB  confisquée avec les autres par les soignants aux ordres de l’hospitalisation sous contrainte.

Mais retour  à Arthur Pass,  où  le grand Stephen était entré dans ma petite maison , fouiller mon bagage pendant le temps de ma douche dans la grande maison . Il n’avait pas refermé la porte à clé.
Le lendemain,  la petite famille suédoise repartie pour  Melbourne très tôt,  avait laissé un mot de remerciement  scotché sur la porte , pour le responsable de l’hébergement . Avec le mot , il y avait 3 clés , dont la  copie conforme de celle de « ma » petite maison.
Avisé du vol de ma clé USB, le responsable de l’hébergement ,  employé d’Etat , avait changé de couleur .

 Stephen, le suédois , quel groupe  ?

Image

A Motueka ( NZ) avant de partir en voiture  pour un circuit en montagne un jour  d’orage annoncé , j’avais averti seulement mon logeur .. et j’avais eu celui-ci

Imageaux trousses à toutes les étapes, s’adaptant à ma vitesse. Sauf là, au retour , où il avait doublé. Pressé.

Dans chaque village  , il y avait  eu , en plus,  une relève  complètement inattendue , et peu discrète pour un suivi constant. J’avais entrainé celui-ci sur la plage

Image, m’amusant à des photos de souches et troncs échoués

Imageet que l’homme en bleu était systématiquement allé inspecter derrière moi.

Quand j’étais entrée dans ce salon de thé ,

Image

celui qui attendait  dans sa voiture garée  juste devant,  m’avait suivie.

Il y avait une expo-vente d’objets insolites accrochés aux murs . Avant de quitter j’avais voulu en faire le tour. Ce qui me rapprochait de mon « maton » devenu cramoisi. La propriétaire du lieu était alors venue me demander de ne pas continuer, laissant deviner que le « maton » d’occasion était un potentat local.
De quel  groupe ?

Une anecdote française pour finir . Une interrogation directe et explicite sur Futura-Sciences  et  destinée à ne pas me faire perdre de temps, avait fait sortir le gardien du temple  de physique,  de ses gonds. Répondant que ce que je cherchais comme information – matériel utilisé pour des tirs d’ondes à distance –  n’existait pas, il avait immédiatement prévenu ceux qui auraient eu des velléités de répondre . Avec aussi peu de civilité que de subtilité, il leur avait annoncé que je déraillais.

Diagnostic « boule de cristal »        Discussion fermée.

Deux autres exemples parisiens  de harcèlement en réseau  sur :

http://etouffoirs.wordpress.com/2013/12/01/un-vigile-22-fevrier-2012-exemple-de-harcelement-en-reseau/

http://etouffoirs.wordpress.com/2013/12/01/un-lieutenant-cree-le-22-fevrier-2012-exemple-de-harcelement-en-reseau/

Quelques méthodes crapuleuses

27 Oct

ImageDessin de Gross

Il s’agit seulement, ici, d’un rappel de quelques méthodes crapuleuses  de proximité qui s’expriment  quasiment de la même façon partout dans le monde . Les crapuleries en question, à l’intérieur des appartements,  sont possibles par des copies  de clés  d’une part et des complicités de personnes  qui participent et/ou servent de guetteurs ou de donneurs d’alerte : voisins, logeurs, employés d’immeubles, commerçants de rue proches.

Il y a environ 10 ans  , une copie de clés se faisait en 240 secondes, grâce à un produit vendu par une société allemande que j’avais été rencontrer sur place pour une démo.

Mais le plus courant reste encore des informations sur les clés  données par   les employés  serruriers  , ou   des copies  de clés par les mêmes .  Ces copies peuvent avoir été faites également   par  l’intermédiaire  de proches  insoupçonnables ou d’ employés d’immeuble qui les ont eu en dépôt.

Tous ces cas de figure avaient  existé dans cette histoire et avaient  été rapportés avec les détails ennuyeux qui permettaient leur appréciation , donnant l’indication de base : un système quasiment  protégé lorsqu’une personne est victime de harcèlement  en réseau , puisque cela suppose assez souvent à ce niveau-là , le haut patronage  d’un réseau connu protecteur  des crapules à ne pas déranger  , ou celui  d’une huile  intouchable de cette société.
http://etouffoirs.wordpress.com/2013/10/27/cles-monasteres-hotels-28-2-11/
http://etouffoirs.wordpress.com/2013/10/27/quelques-cles-21-2-11/

le blog etouffoirs.wordpress a été censuré et supprimé par wordpress : https://lesharceleurs.wordpress.com/2014/03/08/censure/

La déstabilisation programmée de la cible  est la base de ce harcèlement en réseau.. Les méthodes sont à peu près  les mêmes partout où je les avais observées et notées : Europe,  Canada, Australie, Nouvelle Zélande compris. Seuls les détails  sont fonction des circonstances et donc  laissées à l’initiative des participants.

Ma deuxième logeuse de Coffs Harbour ( Australie) dont le mari  était un adepte de mon harcèlement en réseau avait fini par s’étonner d’un «  How can you stand that ? » .
http://etouffoirs.wordpress.com/2013/10/27/les-bestioles-10-9-11/

  Ce système, basé sur des violations de domiciles obsessionnelles,  permet  toutes sortes
–    de  violations d’intimité et de confidentialité en continu, par accès à tous documents ou dossiers privés  ,
–    des larcins et vols de type auto-paiements  incessants ,
–    d’ actes de vandalisme   plus ou moins  graves  et souvent dissimulés par une  pagaille de couverture .

Le vandalisme et les vols  ayant cette origine  ne sont  pas pris en compte par les assurances, ni par  la police ( sauf vol de moyens de paiements ), faute d’effractions .

ImageQuelques photos de dégradations par vandalisme  se trouvent encore  sur :
http://etouffoirs.wordpress.com/2013/10/10/quelques-degradations-damages-souvenirs/
https://lesharceleurs.wordpress.com/2013/06/30/quelques-hallucinations/
https://lesharceleurs.wordpress.com/2013/09/11/le-gougnafier-du-xveme/
http://etouffoirs.wordpress.com/2013/09/20/degradations-damages/
https://lesharceleurs.wordpress.com/2013/06/19/les-couturieres-du-xveme-2/

Récemment à Vannes, une veste laissée sur un cintre sous trois autres vêtements avait été retrouvée avec ceci : le col découpé au cutter et gratté pour faire croire à de l’usure.

Image

Il y a une dizaine d’années à Paris XIV, ce même col avait été entaillé d’une quinzaine de marques semblables à celles-ci. Il avait ensuite été refait. Mais la veste n’avait plus jamais été portée.

Image

A Vannes encore ,  l’intérieur d’un buffet, délesté d’une  série de livres pris dans la partie la plus inaccessible,   avait  été vandalisé   d’un coup de cutter à l’intérieur.

Image

A Vannes toujours,  un sac de 500   plombs à usage unique avait été volé dans un placard m’empêchant ainsi  de continuer  la sécurisation de mes valises et placards.

Image

 D’une   de ces valises,   un objet de valeur  avait été extrait et camouflé sous un meuble  . A sa place , à l’intérieur de la valise , une pagaille  d’objets venant d’ailleurs avait été organisée.
Même chose dans un tiroir où un objet volé avait été remplacé par un paquet  venant de Paris XV.

Dans ce système de harcèlement avec violations de domicile, les transferts  ou retours d’objets peuvent être extrêmement  déstabilisants pour une cible. Parce qu’ ils impliquent souvent  la distance et le temps.
On doute d’abord, et forcément,  pensant  que même  des malfaisants crasses ont  autre chose à faire à un moment ou l’autre.
On doute encore plus, quand du temps, et parfois très long,  s’est écoulé entre vols et retour d’objets, par ailleurs souvent  devenus périmés ou inutilisables… quand ils ne sont pas tout simplement sans intérêt.

Les quelques exemples ci-après valent  des explications.
A Angers – gasnier
1)    Un chèque du montant d’une location avait été déposé dans un placard , caché sous un plateau . Devenu introuvable.
2)    Deux ans et demi plus tard , le chèque passé de date d’encaissement  sera retrouvé sous un tapis du salon

De Paris à Angers– lelong
1)    Après son décès, les vêtements de ma mère avaient disparu de mon appartement de Paris XIV
2)    Plusieurs mois plus tard je m’étais tapée dans la concierge M.Lelong qui sortait de la cave avec un sac débordant de quelques uns de ces vêtements reconnaissables.
3)    Quelques jours plus tard, arrivant à Angers,  je trouverai ces vêtements dans le placard de l’entrée de mon appartement d’Angers ,

De Paris XV  à Brisbane ( Australie)
1)    Avant de quitter la France pour 2 mois, j’avais fait le plein de vêtements à ma taille,  dont des sous-vêtements qui avaient immédiatement disparu
2)    C’est à Brisbane dans un hôtel Best Western, qu’ils seront remis ,avec une pagaille organisée, à l’intérieur de ma valise fermée par  un cadenas à 4 chiffres.

De Cuba à Paris XV – Hubert
1)    Le dernier jour du séjour, j’avais déposé une paire de ciseaux sur un siège près de moi , avec d’autres objets.
2)    Appelée par  mon groupe pour un pot commun de départ, j’avais d’abord abandonné mes affaires quelques instants . Au moment de  récupérer ces  miennes affaires, les ciseaux avaient disparu
3)    Ces  très- exacts- mêmes- ciseaux seront remis quelque semaines plus tard chez moi  à Paris XV

Certains faits exposés plus haut   sont  récents.

Ce qui indique que ces réseaux à mes trousses ne m’ont pas laissé de répit depuis  37 ans. Et,  ils  se régénèrent ,  si j’en crois ceux qui viennent pérorer et narguer sur place ,   assurant ainsi  la relève  .

Outre ce type de harcèlement en réseau  de proximité, il faut aussi garder en mémoire le fonctionnement  du harcèlement en réseau de type corporatiste et tel que décrit  à titre d’exemple dans :
https://lesharceleurs.wordpress.com/2013/09/19/vol-crapuleux-en-reseau/

Quelques ondes

12 Oct

ImageMatériel de harcèlement électronique. Photo en provenance du site des individus ciblés canadiens

Au milieu des années 90, un expert en géobiologie était venu faire une étude dans la maison d’Angers. Il avait trouvé et mesuré des ondes nocives en provenance de la maison voisine : celle de B. Gasnier.
Les deux maisons avaient un mur mitoyen
Quelque temps plus tard, un tir d’ondes  acoustiques avait provoqué une surdité brutale, irrémédiable de l’oreille impactée . Celle de ma mère.
Un peu plus tard encore, à un retour d’un agréable ouiquende, pendant la nuit ma mère avait été prise de douleurs incompréhensibles . Elle avait vomi du sang. Le contexte de notre retour n’était ni au stress ni à l’inquiétude.

Mais comme souvent dans ce système de harcèlement en réseau, il y avait eu ce qui ressemble avec le recul à une « punition » d’avoir eu passé du bon temps : des tirs d’ondes nocives.

B. Gasnier avait notre maison sur écoute, par l’intermédiaire d’un mouchard placé sous une lampe.
Je le découvrirai beaucoup plus tard à mes dépens, après avoir transporté la lampe et son mouchard dans mon appartement.
Après l’arrêt de la ligne téléphonique de la maison, B. Gasnier avait couru chez son  ancien employeur  pour en rapporter du matériel d’écoute . Parabole à bout de bras , écouteurs sur les oreilles, appareil caché sous un paletot , il  avait essayé de capter ma conversation faite sur  un portable. Ridicule.

Cet homme à la réputation sulfureuse, avait une double couverture : ancien employé du commissariat principal d’Angers,  et catholique pratiquant assidu  .

Sans raison personnelle connue  lui et sa petite famille étaient passés de voisins normaux à voisins hostiles , agressifs, violeurs de domicile, voleurs et casseurs systématiques de nos affaires dans les armoires et les placards.
Il avait élevé ses enfants dans des écoles catholiques et selon les mêmes principes de vie que ce qu’il pratiquait . Le fils  ensuite dans une école de commerce faisait du harcèlement en voiture . Il  avait aussi donné des cours de harcèlement  de rue à de jeunes recrues sous les fenêtres de ma chambre, censée vide.
C’est ainsi que prospère le harcèlement en réseau.

A Paris XIV, des tirs d’ondes étaient venus de l’appartement du dessus , occupé par M. Levystone.
Cet  homme bizarre  avait par ailleurs mon appartement  et ma ligne téléphonique sur écoute. A plusieurs reprises , il avait répondu au téléphone à ma place.
Quelques jours avant le départ d’un voyage d’affaires , j’étais brusquement devenue sourde à la suite d’un tir d’ondes. Hospitalisée en urgence et mise  sous perfusion d’un  produit à dégobillage intense , j’avais récupéré de façon inespérée . Loin des ondes , plein de salut.
Cet « empêchement » d’un voyage d’affaires  est également caractéristique du harcèlement en réseau basé sur l’espionnage qui permet d’anticiper l’organisation des méfaits qui passeront pour du hasard pur.

Plus tard, je resterai comateuse chez moi pendant plusieurs jours, avec , lorsque j’avais pu consulter ,une tension passant de 8 quelque chose à 17 autre chose , en quelques heures. Des examens médicaux dispendieux n’avaient rien donné . A cette époque , je pensais avoir  été droguée par ceux qui violaient mon domicile et se donnaient accès au contenu de mon réfrigérateur.
Maintenant, mon hypothèse d’explications seraient plus tôt à base d’ondes.
Tout comme cette fois , où quelqu’un était entré chez moi pendant la nuit et cette autre fois où quelqu’un était entré à 6h du matin, alors que j’étais incapable de me mouvoir , d’émettre un son ou de lever un bras. Comme pour le reste.

A Dol de Bretagne en 2007, le matériel émetteur d’ondes nocives était dans les combles. Seul le gendre  Lesénéchal du propriétaire Leblay , y avait accès. Là cette fois, je payais un loyer pour me faire maltraiter. Ces émissions d’ondes avaient été agrémentées de voix au cerveau .

Les bouffées d’ondes nocturnes  incessantes m’avaient fait migrer vers  une pièce  glaciale et inconfortable. Ce matraquage handicapant d’ondes  était  peut-être  censé perturber le déroulement d’ un stage   qui avait , de toutes façons , été rendu impossible.

A Paris XV , on sait que JJ Walti est l’employé de service,  hébergeur  de matériel et tireur d’ondes nocives ,   et au service du franc maçon de l’immeuble . Oisif et habitué à la satisfaction immédiate de ses caprices, il   se démène  pour être celui qui me démolira , avec l’énergie d’un psychopathe sur nourri qui veut gagner le concours.

A Paris, lors du vol crapuleux de ma valise , un incident amusant pourrait peut-être s’adjoindre à cette liste seulement récapitulative  de méfaits des ondes. Sur le quai , alors que je parlais à un contrôleur du train, ma voix s’était retrouvée sans son.Il ne restait que les mouvements des lèvres et l’incompréhension du gars en face.  Cela avait  duré moins d’une minute. Sans garantie du lien avec les ondes.

A Vannes, l’hostilité inconditionnelle empilée  de voisines  inconnues  et meurtrières  , de réseaux beurs et de petits soldats d’appuis ,  avait permis de faire alterner  des tirs d’ondes handicapants et systématiques avec des voix au cerveau un peu tordus..
Les récents épisodes  locaux ont été racontés un peu plus avant dans ce blog.

La situation ne change pas . Les tirs d’ondes variées  matraquent le cerveau dès qu’il entre dans une phase de repos et quelque soit le moment de la journée .
Ma surveillance, comme celle de toutes les cibles de ce système complètement fou,  est constante et totale. Comme si cette activité était d’une importance vitale.

Depuis le début de mes observations, j’avais noté, et c’est encore le cas,  que les organisateurs de cette situation globale avaient essayé  de créer  des sortes de réflexes pavloviens de dressage  à base de « punition » / matraquage intense et de  » récompense »/matraquage aménagé  , en fonction de mes réactions et dénonciations.

La plus part des sites et blogs de victimes précisent qu’ils ne savent pas qui fait quoi et pourquoi.
Je sais un tout petit peu , et je suis restée  pour dire.

http://etouffoirs.wordpress.com/2013/10/12/le-matraquage-20-8-12/
http://etouffoirs.wordpress.com/2013/10/12/les-ondes-27-12-2011/

http://etouffoirs.wordpress.com/2013/10/13/un-ondologue-2-12-12/
http://etouffoirs.wordpress.com/2013/10/13/les-voix-14-6-12-v2k-or-so/
http://etouffoirs.wordpress.com/2013/10/13/les-sons-12-12-2012/

ImageVannes – antenne n°2 , à 700 m de l’immeuble

N° identification ANFR : 707276