Tag Archives: antennes-relais

Expérimentation de la 5G en FRANCE

30 Déc

Ceci est la carte de France des expérimentations 5G et fournie par l’ARCEP

 

L’ARCEP , au service de la technologie , présente ce curieux logo :

https://www.arcep.fr/cartes-et-donnees/nos-publications-chiffrees/experimentations-5g-en-france/tableau-deploiements-5g.html?

Pour mémoire, le billet  de ce blog « la 5G au tribunal de GATESHEAD » rappelle que la 5G utilise une foultitude  de mini-antennes relais pour véhiculer  son énergie dirigée .

Faut-il inclure dans cette myriade de relais

  • les antennes des concentrateurs d’ENEDIS
  • les antennes des portails  à ouverture électronique,  avec antenne directionnelle 
  • les antennes des téléphones  portables,  en fonction ou en veille en tous lieux
  • ????????????

Extraits de : https://www.nextinpact.com/news/103308-5g-tout-ce-quil-faut-savoir-en-10-questions.htm

« De son côté, Orange explique que « l’utilisation des ondes millimétriques, autorisée à partir de 2019 par la Conférence Mondiale des Radiocommunications de 2015, devrait se généraliser, étant jusqu’à présent exploitées seulement dans le domaine militaire ».

La 5G apportera aussi de nouvelles fonctionnalités, et certaines commencent déjà à faire parler d’elles. La première est la focalisation, ou beam tracking. Il s’agit de « faire converger la puissance des ondes radio vers la position du mobile, améliorant l’efficience du système 5G » explique Orange.

Dans cette situation, les fréquences élevées de la 5G sont un avantage, nous affirme Orange : « Quand on monte en fréquence, la taille des antennes diminue. Sur ces sites, on va avoir la capacité de mettre des antennes qui vont être composées de 100 (ou plus en fonction des fréquences) éléments rayonnants ». Cela permet donc d’améliorer l’efficacité sans pour autant augmenter la puissance. Plus ces éléments sont nombreux, plus la focalisation est efficace.

……
Nous avons posé la question à l’opérateur historique. En substance, il nous explique qu’il faudra s’attendre à une portée équivalente à celle de la 4G, notamment grâce à la focalisation. Pour faire une analogie, on peut comparer l’émission de données en 4G et en 5G au faisceau lumineux d’une lampe de poche. En 4G, la lampe émettrait un signal diffus éclairant une large surface, mais ne portant pas très loin. En 5G par contre, la lumière serait plus ciblée vers un point précis et porterait donc plus loin, avec la même puissance. C’est justement ce que permet la focalisation. »

Publicités

HCE- En voiture

30 Oct

IMG_5094 Simone

dessin de Voutch

Dr Reinhard MUNTZER avait été un des premiers, en Europe, à expliquer l’usage agressif des nouvelles technologies porteuses d’énergie dirigeable  qui traversent murs et obstacles et à en dénoncer l’utilisation éventuellement criminelle.

Dans un de ses textes présenté en français à https://lesharceleurs.wordpress.com/2014/04/30/cibler-des-etres-humains-avec-des-armes-a-energie-dirigee/ , il note également que ce type de matériel peut être embarqué , c’est-à-dire utilisé /entreposé dans des voitures.

En fonction des participants au harcèlement criminel électronique , il peut effectivement y avoir plusieurs modalités d’agressions dans ou à partir de voitures .

Si des militaires ou des techniciens des opérateurs de téléphonie font partie du réseau de harcèlement d’une cible en particulier , alors les antennes relais peuvent être utilisées pour brûler.
C’est ce qui avait été noté à plusieurs reprises dans cette histoire, à VANNES (56) et à PARIS et exposé, notamment à
https://lesharceleurs.wordpress.com/2013/06/27/deux-experiences/
http://lezarceleurs.blogspot.fr/2014/08/400-wm2.html

Par ailleurs , pour ce qui concerne le matériel apporté à proximité , dans un coffre de voiture , cette histoire en montre de deux sortes
Du matériel qui brûle par micro-ondage, comme cela s’était passé la veille d’une convocation dans un poste de police : https://lesharceleurs.wordpress.com/2014/07/12/ciblage-et-police/

Du matériel qui, comme en appartement, empêche le sommeil par zapping. Dans ce cas précis le plus récent , il y avait eu tout simplement et comme d’habitude, une voiture amenée en stationnement à proximité et, ici encore,  dûment repérée . Cela se passe de nuit comme de jour.

IMG_5010 YF
Ainsi, dans cet endroit c’est après l’arrivée en stationnement à quelques dizaines de mètres de la mienne de cette voiture-ci que le zapping avait commencé. Cela donnait aussi une idée de la portée de l’appareil . Obligée de partir pour pouvoir essayer du repos sans douleur, j’avais pris cette photo en passant. La conductrice à l’affût avait immédiatement réagi en filant d’abord,  avant de se mettre en travers du chemin. Pas malin.

Un autre cas de figure avait fait penser à un gadget fourré sous la carrosserie du véhicule et servant de répéteur, avec commande à distance.

IMG_5076 mer maussade

Par une après-midi froide et maussade, j’étais restée en bord de mer sauvage à lire dans ma voiture. Des jeunes beurs étaient venus vérifier ma lecture, cachant, mais pas au rétroviseur, celui qui s’accroupissait sous l’auto. Restée complètement seule en fin de soirée, j’avais décidé de dormir sur place. Et les zappings avaient commencé . Un passage dans une station de lavage  du dessous de carrosserie au jet , à 1h du matin, m’avait assurée une fin de nuit normale.

car_phasr_gun_700

Enfin une 3ème façon de faire la guerre à une cible dans une voiture en stationnement , consiste à faire des tirs d’énergie avec , par exemple , ce type de matériel ci-dessus , comme cela avait été le cas plusieurs fois à Paris XV,  à partir d’appartements, rue Ernest Renan ou rue Mme de Staël.
http://lezarceleurs.blogspot.fr/2015/04/copropriete-represailles-torture.html
http://lezarceleurs.blogspot.fr/2014/10/tirs-et-fonte-de-buee.html

Ou encore à faire les tirs par des passages successifs et furtifs, en voiture . C’est une technique corso/beur . L’énergie est alors projetée lors du passage de la voiture .
• soit avec des générateurs portables et directionnels de HF. Certains modèles possèdent des lunettes de visée et portent des signaux de 40 GHz.
• soit à l’aide d’applications chargées sur un portable, si et quand, la voiture passe assez près de celle de  la cible.

Ce sont ici, exclusivement , des notations concernant  des  situations subies.

Beurs de nuit

1 Août

???????????????????????????????

Dans cette histoire criminelle , le réseau « beur » toute classe et couche de population confondue est , sans conteste, et depuis longtemps, le groupe ethnique le plus actif , discret et furtif , mais pourtant incroyablement voyant , mis en avant .
Ce qui m’avait incitée pendant quelque temps à chercher une origine algérienne à une partie de mes problèmes . Elle n’est toujours pas exclue.

Mais face à une société française qui débloque complètement au point d’ organiser la torture de gens insignifiants avec l’aide de fonctionnaires chargés de sécurité publique , il fallait aussi compter sur les « beurs »  comme  » instruments  » astucieusement privilégiés .

Tout simplement parce que si une cible désigne ce groupe ethnique là, cela entraîne immédiatement une accusation générale de racisme ou/et discrimination . Et que cette réaction elle-même est perçue comme un droit , voire un devoir de représailles,  contre l’accusatrice,   et par l’entière communauté beur

Le travail se trouve donc fait ainsi , d’habitude, sans que les organisateurs du harcèlement n’aient vraiment besoin d’intervenir et d’apparaître .

Le même phénomène existe avec la communauté corse.

Cela vaut pour le harcèlement en réseau d’empêchements divers et dégradations de toutes sortes mais surtout pour le harcèlement électronique qui semblerait bien être une des nouvelles spécialités protégées du groupe criminel beur et déclinée en 3 volets :
– l‘utilisation d’un matériel élémentaire, mais peut-être paramètré sur certaines données bio-électriques de la cible et déposé en proximité ou transporté en tous lieux pour la suivre . Et souvent la précéder.
le détournement de la WIFI dans des lieux de séjour temporaire (hôtels) où, en plus, de nombreux  beurs sont veilleurs de nuit
l’utilisation d’un matériel plus sophistiqué ( laser, HPM) aux mains de la grande criminalité et utilisé de façon ponctuelle également en voisinage , le temps de quelques tirs sauvages , par un opérateur qui fait sa tournée de nuit des diverses cibles de la ville ou de la région.

C’est ce qui avait du se passer aussi dans quelques hôtels , propriétés de francs-maçons, dont celui de Conleau (56)

Les beurs désignés ici, « beurs de nuit «  avaient été repérés lors des récentes nombreuses nuits passées dans ma voiture , loin de l’acharnement sadique incommensurable de mon voisin du 5ème étage .

En mobs ou en caravanes de voitures rutilantes et pétaradantes , des ados ou post-ados beurs procédaient d’abord à la recherche de la cible ( moi) .

C’était l’occasion de plusieurs passages quelque soit l’endroit comme ici dans une étroite rue à sens unique,

IMG_7753 dernière rue

en attendant le positionnement d’une voiture amie , ou encore d’ une vieille bagnole en proximité .
Aux endroits où j’avais pris des habitudes, des véhicules avaient manifestement été positionnés en prévision. Car les tirs d’ondes y avaient démarré sans délai.

Tout déplacement, à raison de trois ou quatre par nuit , pour essayer d’avoir un peu de paix,  était suivi du même effet . Certains déplacements avaient aussi été l’occasion  de repérer les voitures de matériel, qui suivaient.

Comme en appartement, les détections avaient permis de noter une certaine variété des tirs d’ondes dirigés vers ma tête. Ils s’étaient adaptés aux informations transmises par ce blog.

Les brûlures et la cuisson interne par micro-ondage en voiture avait ainsi fait place pour quelques temps à des tirs d‘ondes de type sonique .
Ce qui , pour la nuit très agitée du 26 juillet avait donné le tableau de détection plus bas, dans une endroit plutôt bien protégé des tirs d’ondes des antennes relais, mais pas des tirs de pigeons : entre les deux cimetières de Montparnasse. Un endroit sympathique au matin.

IMG_7651 cimetière

Ici, le CEM est peu important. Il n’est pas destiné à cuire, mais seulement à matraquer le cerveau pour l’empêcher de se reposer et le faire vieillir, avec l’organisme, en accéléré.

???????????????????????????????
Sur la ligne du haut ( un peu coupée) en gras et en italique, on trouve deux fréquences 0,6 GHz et 0,7 GHz qui ne sont pas des fréquences d’antennes relais .
A gauche , dans la ligne indiquée freq, sont alignées les informations sur chaque onde porteuse .
Un peu plus à gauche , sous la date, sont listées les heures des détections sélectionnées sur 6 minutes.

La seconde présentation, ci-dessous, donne à voir la bande extrêmement large du signal haute fréquence balancé vers ma tête , avec la même information de 0,6 GHz et 0,7 GHz qui ne correspond pas à une fréquence de téléphonie et tend à montrer que les tirs d’ondes seraient faits avec du matériel embarqué.

???????????????????????????????

Ce qui permet aussi une comparaison , avec une détection faite au 22 rue Ernest Renan le 29 juillet. Cette détection correspond à de tirs d’ondes faits de l’appartement de mon voisin du 5ème , alors qu’aucun appareil n’était en fonction chez moi.

???????????????????????????????
Cette détection montre également la présence ( colonne K) d’une fréquence de 0,6 GHz et ( colonne L) d’une autre de 0,7 GHz . Ces hautes fréquences ne sont censées émises , ni par un téléphone, ni par une box , ni par une antenne relais.
Il pourrait donc bien s’agir du même type de  matériel que celui utilisé par les « beurs de nuit » ,  mais avec une onde porteuse programmée avec plus de précaution ou d’intention mais de toutes façons destinée à faire illusion.
Ce qui avait aussi été noté à VANNES.

 

IMG_7805 2ème sous-sol

La détection ci-dessus, montre un endroit  presque SANS ONDE. L’atmosphère y est malheureusement irrespirable , faite d’un mix d’urine rance réchauffée et de gaz d’échappement de toutes les qualités de carburant disponibles sur la marché.

Une méthode de torture

5 Juil

L’une des méthodes de torture de cette histoire consiste à priver de sommeil en pulsant des ondes à travers les murs, à partir d’un appareil placé en proximité souvent, à partir d’antennes relais parfois, et manifestement par une  méthode complémentaire également.

Ainsi, quand les ondes du cerveau «  descendent «  dans la gamme d’ondes qui induisent le sommeil, cette méthode de torture l’empêche d’y rester en le fouettant de l’extérieur, par un signal (onde) qui le vise précisément et l’oblige à repasser à toute vitesse dans une gamme d’ondes correspondant à l’éveil, voire à l’excitation cérébrale.

Cela a été décrit par de nombreuses cibles de la même manière . Ce blog l’a exposé façon patchwork depuis 2 ans.

Cette torture peut même être pire. Elle l’est. Sa mise en œuvre avait été faite à Vannes à partir de l’appartement de l’imbibé33 . Elle l’est ici à Paris à partir de l’appartement de la famille Walti. Le but étant de me faire partir de partout  .

L’imbibé33 avait , semble-t-il,  gagné un boulot à ce stand de tir-là.

Le criminel en charge dans l’immeuble  de Paris  attend son tour  , et sa récompense.

Donc, sans attendre la nuit pour jouir de leur sadisme, ces psychopathes-là provoquent le sommeil qu’ils vont empêcher à tout moment. Pour cela, il saturent la pièce d’ondes ELF qui entrainent apathie, indécision et cette incroyable envie d’une sieste . Ensuite, ils pulsent d’autres ondes pour empêcher le sommeil . Récemment des ondes de type sonique.

Pour pulser les ELF au bon endroit, des tirs d’HF sont nécessaires. Ici , au 22 rue Ernest Renan, ces tirs d’HF sont faits en journée, majoritairement par les canalisations , et donc pulsées du 5ème vers le 6ème, chez moi.

On reste entre nous.

La bonde de la douche est une 1ère entrée . J’y avais posé le détecteur, en notant  par ailleurs et systématiquement l’heure exacte des tirs. En rapprochant mes notes et l’enregistrement du détecteur on avait ceci ci-dessous . A savoir que ces tirs précis avec détonations, couvraient les fréquences notées de la colonne marquée  M à celle marquée  AC , soit de 0,8 GHz à 2,1 Ghz

???????????????????????????????

Ici le détail d’un tir. ???????????????????????????????

Des tirs moins tonitruants , montraient des signaux existants (HF) à partir de la colonne marquée  M (0,8 GHz) à V (1,7 GHz) ou X (1,9 GHz) Simultanément une détection d’ELF entre 2 Hz et 32 Hz donnait ceci en µT ( microTesla)  :

IMG_7356- 13,28 µT en 2Hz

Puis ceci à quelques secondes d’intervalles et dans un ballet incessant A/R  entre 13,28 et 13,54 , et qui indiquait des pulsations.

IMG_7355- 13,54 µT en 2Hz

Une vérification supplémentaire indiquait même une modulation * qui se traduisait ainsi pour es 2 mêmes valeurs  :

IMG_7353-21,14 µT en 2Hz

IMG_7354-21,72 µT en 2Hz

Enfin, une détection d’émetteur, antenne du détecteur pointée vers l’appartement du 5ème , au niveau de ma douche donnait ceci  ci-dessous, montrant la présence  d’ un ou d’ appareil(s) avec des fréquences autour de 945 MHz, 2983 MHz, 4063 MHz

IMG_7357 - 58 dBm

Pour échapper à la folie meurtrière organisée, de ce voisinage au 22 rue Ernest Renan, j’allais dormir ailleurs.

Ca avait été  pour noter d ‘incessantes  poursuites /repérages par des véhicules pas vraiment discrets. Une fois le repérage fait, des brûlures sur les nerfs des pieds avaient sans doute confirmé ma position , car  le matraquage des ondes visant le cerveau avait commencé sous , parfois , à peine quelques  minutes. Ce qui  laisserait même supposer une emprise sur le cerveau.

Pour ce qui est des tirs d’énergie ciblée, il s’agissait donc  là et de nouveau,  soit de l’utilisation détournée de l’énergie d’antennes relais , soit de l’utilisation d’appareils fourrés dans des voitures aussitôt dépêchées en proximité.

* http://fr.wikipedia.org/wiki/Modulation_du_signal

http://www.ac-nice.fr/physique/doc/applets/modulation/modamfm.htm

Zappings, piqûres, toux

29 Avr

Voici ci-après, une nouvelle exposition de photos de détections, à l’usage d’autres victimes et de tous ceux qu’intéresse le détournement supposé  de l’usage  des antennes-relais .
https://lesharceleurs.wordpress.com/2013/06/27/deux-experiences/

Image

J’étais allée à Conleau pour dormir dans ma voiture. Cela n’avait pas été possible et soulève toujours les mêmes questions liées à ce ciblage, pour privation de sommeil .
Il ya deux ans, un fournisseur hollandais d’EEG avait proposé en plaisant «  femme bionique  » comme réponse .http://etouffoir.blogspot.fr/2014/04/le-holter-texte-de-novembre-2012.html
Mais là, privée de nouveau du droit au sommeil, j’avais donc et finalement recommencé à prendre des notes.
Ce qui est présenté ici est la corrélation entre les indications des notes prises et la lecture ultérieure des détections  . J’en ignore la pertinence.

Ce qui est appelé ici, zapping est une souffrance ressentie au cerveau comme un coup de fouet brûlant. Il correspond après lecture des détections, à un différentiel de puissance de signaux successifs HF ( hautes fréquences)  dans une gamme de souffrance  moyenne ( sauf 23h55) .
Les zappings de l’emplacement N° 5 , n’étaient que de 100 MHz , mais incessants et tous ressentis au cerveau, par ciblage sur ma tête .
Au matin, à la douleur continue du cerveau, il fallait ajouter : yeux  douloureux brûlants et  vue brouillée.

Les piqûres et la toux mentionnées ici , avaient déjà été présentées dans l’article  : http://etouffoir.blogspot.fr/2014/03/le-harcelement-electronique-toux.html
J’ajouterai seulement que la sensation de brûlures et d’étouffement au niveau de la gorge et qui oblige à tousser , s’accompagne parfois d’une formation instantanée de glaires qui obstruent la trachée en complément.

Les détections ci-après ont toutes été faites dans la voiture, avec l’appareil posé au même endroit.

A Conleau, j’avais changé de place 5 fois, m’éloignant ou essayant de me protéger par autre véhicule  plus grand que le mien et déjà en place , ou par  hangar interposé , de la portée de l’antenne-relais de l’hôtel Mercure . En vain

Vers 22H30 , alors que j’étais seule sur un parking , mon déplacement n°2, une voiture 4×4 était passée, traversant l’espace très lentement et dans toute sa longueur . En mission, recherche ou provocation . Il y avait eu la même chose dans la voie sans issue, qui correspond à mon déplacement n° 5 , vers 4h30 du matin.

 

Image

Image

Image
Image

Image

 

Image

Image

Image

ImageImage

ImageImageEn complément voici un autre exemple des détections faites dans le salon de mon appartement où j’avais terminé la nuit, dans des conditions de souffrance différentes mais avec au final le même  résultat de  non repos  .

Image

Parce que l’appareil émetteur ou, l’antenne relais de l’appareil émetteur , ou l’amplificateur de signal ,  est seulement 2 m50 plus haut , la cadence de ces poussées de 400 MHz vers ma tête était comme suit : 5h32, 5h36, 5h37.20, 5h37.40, 5h38.50, 5h39.40, 5h40, 5h40.30, 5h41.20, 5h41.50, 5h42.20, 5h42.50, 5h43, 5h45.50, etc…

Le jeune homme beur qui habite aussi dans cet appartement, selon lui, semble aussi,  être un très gentil garçon .

http://lezarceleurs.blogspot.fr/2014/05/cibles-et-symptomes.html

D’une nuit à l’autre – Les ultrasons

24 Fév

D’une nuit à l’autre
A l’usage des individus ciblés et torturés  de la communauté francophone.
A cause d’un épouvantable mal de tête , ceci sera une nouvelle fois seulement  un listage de circonstances détaillées.

Et l’expression de mon indignation citoyenne face à des médecins français qui font semblant de ne rien voir et de ne rien comprendre pour éviter d’avoir à dénoncer ce crime contre l’humanité qu’est cette torture infligée à distance  à des êtres humains sans défense, par d’autres humanoïdes , mais vrais psychopathes. Pour ce faire, ces médecins  osent même qualifier     d’HALLUCINATIONS,    des brûlures faites par des tirs d’armes non létales .

Image

A Vannes depuis quelque temps , les nuits de ouiquende étaient  souvent terribles.
La copine de SOFI OUEST GESTION ouvrait sa porte à des tireurs  redoutables.

Samedi, elle et lui hyper joyeux, m’avaient croisée dans le hall. Par précaution,  le soir j’avais opté pour du repos dans  ma voiture. Ailleurs. Assez vite repérée par une voiture chercheuse cela m’avait valu  quelques « zappings » ( bouffées d’ondes brûlantes de type micro-ondes  qui traversent le cerveau . Sans doute en provenance  d’antennes relais manipulées. Les tirs sont vraisemblablement  ciblés grâce à la localisation faite- GPS).

De retour chez moi dimanche matin, j’avais installé un couchage en plein air sur la terrasse pour une fin de nuit. Immédiatement repérée . La machine à propulser des  micro-ondes de la locataire préférée de SOFI OUEST GESTION   avait été installée sans délais  à l’aplomb de ma tête. La puissance des ondes pulsées s’adaptaient  en quelques secondes aux protections ajoutées.

Image

Comme d’hab.

Dimanche soir , ma tête  et ce qui va avec, était sous la plaque de marbre de la table,  Au dessus de la plaque de 2 cms  d’épaisseur, j’avais entassé   plusieurs kilos de plumes compactées et de laine . Le tout était recouvert de ce qui fait rigoler quelques ignares du forum FUTURA SCIENCES :  des épaisseurs de couvertures de survie .

Image

A peine une 1/2 h plus tard , un premier tir  acoustique violent avait tout traversé , visant la tête. Tir à répétition.
Puis des tirs  suivants avaient été faits de la boutique vide du dessous. J’avais mis les couvertures de survie en dessous. Au bout de deux tirs, la puissance violente du son s’était adaptée pour traverser les épaisseurs et gagner en puissance .

En fonction de la position de la tête,  surprotégée  par ailleurs, les tirs visaient les oreilles et la nuque.
Le son  fulgurant traversait tout
Ces tirs ressemblaient  tout à fait aux tirs d’ultrasons d’un des  gangsters corses de Paris.

A propos des ultra sons utilisés contre des individus ciblés on peut lire ceci  du témoignage de l’américain du New Jersey,  cité quelques articles plus tôt.
Je rappelle qu’il utilise le terme générique UltraSonics pour désigner  le groupe criminel de ses agresseurs qui utilisent des ultra sons contre lui .

Image

Traduction libre
 » Les UltraSonics ont  accès à tout un arsenal de ces armes non létales sonores. Les armes non létales peuvent faire partie de moyens de la police spéciale qui utilise des armes non létales ou même venir  de l’arsenal d ‘une  base militaire. Les armes non létales peuvent avoir été  subtilisées d’un arsenal de base militaire  pour attaquer  des personnes ciblées par  ces ultrasons . Ces armes peuvent aussi avoir été volées à des policiers  ou dans un arsenal militaire. Elles peuvent aussi avoir été achetées à l’étranger.  Le stock d’armes non létales entre les mains des US  est réparti  dans des appartements ou maisons de membres du groupe UltraSonics , à raison d’une ou deux armes maximum à chaque endroit. Ce qui permet de protéger le stock de ces armes qui sont déplacées en fonction des besoins sur des théâtres d’opération. Ces armes cachées dans des boites ou des meubles sont facilement transportables sans éveiller de suspicion.
Il en va  de même pour l’équipement de surveillance  également disséminé dans divers endroits.

 Une méthode extrêmement efficace pour harceler une  cible  consiste à l’attaquer pendant la nuit  au moyen d’ armes de type  signal acoustique   toutes les nuits  avant  ses journées de travail.  Le matraquage  d’ondes sonores  pulsées  toutes les 1/2 h est imparable.    La projection d’une  onde ultrasonore vers le corps de la cible   produit une violente  secousse  du corps, comparable à un coup de pied violent. Il faut ici imaginer quelqu’un posé sur un  corps et qui lui  donnerait des coups de pied violents à chaque fois qu’il s’endort. Avec un pareil traitement le sommeil de l’individu ciblé est impossible et son travail du lendemain ne peut qu’en pâtir, risquant à la longue de lui faire perdre son emploi, son salaire, la possibilité de payer son loyer  ou ses remboursements .  Les UltraSonics ont tout leur temps pour se débarrasser d’une cible.

Si l’angle  de tir est bien ajusté ,  seule la cible est visée   même dans un lit avec  quelqu’un à côté.  La vision  à travers les murs et la précision des lasers sonores sont  tels   qu’ils peuvent repérer et frapper seulement l’individu ciblé. Les lasers sonores ne sont ni  entendus ni vus. Ils sont seulement ressentis par la personne atteinte . »

Ceux qui subissent cette sorte de torture trouveront ci-après une liste de liens d’informations à consulter :

http://www.silvent.com/fr/competences/son-et-au-bruit/

http://www.akustike.fr/gen/glossaire/propagation_bruits_10.htm

http://www.linternaute.com/actualite/societe/bruit/bruit.shtml

http://www.zemos98.org/controlsonoro/wp-content/uploads/pdf/acoustic_noise_Roman_Vinour.pdf

http://www.hst.fr/inrs-pub/inrs01.nsf/IntranetObject-accesParReference/HST_ND%202250/$File/ ND2250.pdf   (vinokur R. français)

http://hal.archives-ouvertes.fr/docs/00/74/34/97/PDF/Article_AT_67_Chatillon.pdf perception des infrasons)

http://www.article11.info/?Le-son-comme-arme-2-4-les

http://www.article11.info/?Le-son-comme-arme-3-4-les-hautes ( hautes fréquences et ultrasons)

http://extranet.editis.com/it-yonixweb/images/DEC/art/doc/1/1977b216923133313436303738373536343932.pdf   (tous les sites sur les sons)

http://defense-update.com/features/du-1-05/NLW-DEW.htm (armes non létales)

Image

Image du témoignage : Hidden Mysteries Studies on the Mind.html

Le Président

11 Déc

Image

Seulement l’hôtel

 » le Président » pose quelques questions  de nature à intéresser certaines cibles qui ont voyagé ou qui voyagent en notant un harcèlement électronique  étonnant et  parfois violent.

Il s’agit au final d’une criminalité que l’on peut appeler hôtelière par complicité active  et manigances , en vue de torture.
Les 4 hôtels ci-après ont , sans exception, été payés en espèces, à dessein.

Avant d’ arriver au « Président  » il y avait eu un harcèlement humain de surveillance tout à fait notoire.
Pour admettre ou comprendre ce type de harcèlement , il suffit sans doute de relire cette page  de Daniel Gamba   extraite de son livre   « Interlocuteur privilégié » . Il note  la panique compréhensible éprouvé par  tout « harcelé »  qui n’aurait  pas de notion des méthodes d’espionnage et de contre espionnage .

Image

Par ailleurs, Il faut aussi  et toujours se souvenir que « l’harcelé » n’est pas forcément quelqu’un d’important. Il peut n’être que  gênant ou haï.

Dans le harcèlement humain  de ce soir là il y avait eu comme souvent  les discrets vieux  habitués un peu distingués  et les autres, repérables de façon différente.

Mais  avant le « Président »  le premier hôtel venu , « l’Auberge autrichienne »,   avait fait l’affaire.

Image

La chambre était minuscule. Au bout d’une heure et demi , le client  de la chambre au-dessus (44)  s’était mis à pousser les meubles. RACHID et son matériel  d’ondes pulsées  installé,  avait  alors commencé à me cuire à feu moyen  : la tête, les bronches, l’estomac. Les deux seuls déplacements de couchage  possibles avaient entrainé de nouveaux bruits de matériel déplacés au-dessus  Et les brûlures avaient repris, me décidant à quitter.
Dans les rues, il y avait les guetteurs habituels et des voitures en maraude.

Après une série de refus   d’hôtels  » full booked » ,  ça avait été un plaisir d’entendre l’employé du  » Président » m’annoncer à 1h30 du matin :
 » officiellement , je n’ai rien de libre, mais pour vous j’en ai une »     . Ce que j’avais pris pour une plaisanterie.  C’était la 3329

Et au bout d’une quinzaine  de minutes de  piqûres diverses dans la 3329, j’avais eu droit à un zapping : un tir d’onde   lointain, de force moyenne, de type antennes-relais .
A peine vingt minutes plus tard, une  détonation indiquait la mise en fonction d’un appareil et  un tir venant  du dessus , en 4329 . Et la machine programmée du 4329  avait débité ses tirs d’ondes pulsées visant la tête,  à quelques minutes d’intervalle  . Les ondes avaient retrouvé ma tête  partout  .   De tous les côtés du lit et  dans tous les sens  et également  dans la  salle de bain .
Ma tête, comme d’habitude, donnait toute seule ses informations.

Ma dernière chance de répit/repos  essayée avait été  sous le bureau.
Et les tirs  d’onde étaient venus claquer bruyamment sur le bois , confirmant l’origine verticale des tirs, qui avaient été arrêtés

Le lendemain matin, un autre employé interrogé avait confirmé que , la veille,  l’hôtel était  absolument « full booked »  .
Et pourtant , il y avait une chambre de libre et sans doute DEUX.
Ce qui permet ici et de nouveau de penser en terme d’anticipation, d’alerte, de connivence et complicité criminelle hôtelière par stratagème . et confirme ce qui avait été noté ou décrit jusqu’à présent:

https://lesharceleurs.wordpress.com/2013/11/10/criminalite-europeenne/

https://lesharceleurs.wordpress.com/2013/10/31/tentatives-de-repit/
https://lesharceleurs.wordpress.com/2013/08/01/au-portugal/
https://lesharceleurs.wordpress.com/2013/07/20/v2k/

Encore une fois, ce qui est important dans cette histoire, comme dans  beaucoup d’autres histoires de cibles, ce n’est bien sûr pas moi, mais un enjeu. La cible est déshumanisée  et soumise à  des actes et situations de brutalité de violence et de  cruauté  au nom de  cet enjeu.

Un voyage éclair  et surprise suivant à Copenhague tendrait à confirmer ces notions d‘alerte, d’anticipation et de complicité criminelle. Au Hilton, dans une chambre au dernier étage avec de larges baies vitrées , j’avais été la proie facile de tirs d’ondes rapprochés de type antennes-relais , avec des brûlures aux talons, au petit matin.

Un employé de cet établissement, prévenu et sollicité, avait donc choisi la chambre et donné l’information pour permettre la  torture par ondes pulsées.

IMG_3844

En sortant de l’hôtel le lendemain, j’avais découvert mes voisines du 12 ème étage: deux antennes relais qui m’avaient matraquée d’ondes toute la nuit.

Mais pour faire cela, il faut 1) un opérateur   2) une information sur l’endroit à viser ( la chambre)  pour ne pas se tromper de client  3) un paramétrage de l’appareil  qui commande les tirs et susceptible de trouver ma tête à dézinguer

L’expérience de la nuit suivante  au Novotel de Roissy-Charles De Gaulle, tend à confirmer le mix antennes relais/matériel de proximité.

L’employée beure qui m’avait attribuée la 123 était restée la seule , à part moi, à connaître ce numéro de chambre . J’avais évité toute connexion internet.

A peine allongée pour une sieste, les tirs de type antennes-relais et venant du côté baie vitrée avaient fusé. Aucun repos possible.

Plus tard, l’occupant de la chambre 223 avait pris le relais. Sans concession.

Une expérience complémentaire  avec un morceau de métal placé sur différents endroits du corps avait   tinté à chaque impact des ondes. Il indiquait une provenance à la verticale .  A ce moment là , seule la tête était visée.

                                                                      ***********

The Hotel only

This  » President  » hotel issue could be of  interest to certain targets that travel or have been traveling  and noting an amazing and sometimes violent electronic harassment.

Before arriving at the « President » I could notice an obvious   human harassment surveillance all the way.

To admit or understand this type of harassment , it is probably sufficient to read this page by  Daniel Gamba of from his book  » privileged interlocutor  » . He notes the understandable panic felt by all  » harassed targets  » unaware of    espionage methods
Moreover, it should also and always  been kept in mind  that  » the target   » is not necessarily someone important. It may be only someone at the wrong place at the wrong time.

The human harassment  that evening was made by   discreet  and pretty elegant old guys  and others very different

Before I reached  the « President  » I had picked up the first available hotel nearby the train station , namely   » the Austrian inn  »  My  room was  really tiny . After an hour and a half , the client of the room above (44) had begun to move  the furniture. Rachid ,  had then  obviously installed his equipment of pulsed micro wave since he had  had started to cook  me with it : the head, lungs , stomach . There were only two possible ways to move and try to escape the pulsed waves . But the guy over there just followed, moving his equipment as if he could see me in my room,  to go on torturing me.  My only  choice was to leave

In Brussels ‘ streets , during this night , one could notice  the usual watchers  and a few  cars marauding .

The hotels had their notice on :   » full booked   » ,  making it  a pleasure to listen to  the  employee at the  « President » telling me at 1:30 am

« Officially , I have nothing free , but for you I have one . » Even though it sounds to me as a nice  joke .

Room number was  was 3329

And after fifteen minutes of tingling sensations  inside room 3329 , I got  hit by a  zapping : a wave shot from a  distance, medium strength . The cell towers  kind of  .

Barely twenty minutes later , a detonation indicated that  a nearby  device was operational . And a first hit of waves seemed  shot from  the room above me :  4329 .

As if  programmed  the device started to pulse regularly microwaves through my ceiling , aiming my head the head . The waves were able to track  my head around when I moved to hide whatever the place or the direction.
My brain  , as usual , seeming to be the one that was sending a signal to be spotted.

My last chance for a  rest was under the desk. The micro waves pulsed from room 4329, came then  slamming loudly on  the wood desk, confirming their  origin .  The device was then stopped..

The next morning ,  asking a different  employee  from the reception , I got a confirmation that  the night before the hotel  was absolutely « full booked » .
And yet  , there was a room available  for me , and another one for the  micro wave sniper . That makes it TWO vacant rooms .

This again  allows us to  think in terms of anticipation , warning, conniving and criminal complicity inside   hotels. That  confirms also  what was  noted or described earlier

https://lesharceleurs.wordpress.com/2013/10/31/tentatives-de-repit/

https://lesharceleurs.wordpress.com/2013/08/01/au-portugal/
https://lesharceleurs.wordpress.com/2013/07/20/v2k/
https://lesharceleurs.wordpress.com/2013/08/20/les-antenness-relais/

Once more , what is important in this story , as in many other stories of targets, it is very often not the target , but the stakes . The target is dehumanized to hide  or prove something else .

A short , unplanned trip to Copenhagen would tend  to confirm that through  some  alert and  anticipation when a target moves , criminal complicity is the rule among most of  hotel employees.

At the  reception of the HILTON  the employee  claimed  that the only room available was on the 12th floor,  at maximum price .

In  1231, a room on the top floor with large windows , I could be an  easy prey  to wave shots from cell towers.

And, wave shots were regular , aiming the brain at few minutes intervals . Non-stop , all night long  , with , on top, burning sensations of the soles in the morning.

On leaving the hotel the next day , I discovered my neighbors from the 12th floor: two antennas that had bombarded me with pulsed waves  all night long.

To do that , we can guess what is needed  1)  an operator  to start the process 2 ) with  preferably an information on the exact  direction  ( room number) to pulse the wave in order not to harm any other customer  3) even though there is obviously  a  configured  device that could lock the shootings  on my brain only .

In this HILTON AIRPORT HOTEL,  were I did not use my credit card, only the receptionist was supposed to know my room number.

A complementary  experience the next night at the Novotel Paris Charles De Gaulle , tends to confirm the mix use of cell towers  +  nearby device , for sleep deprivation of targets..
The receptionist , a « beure » lady was, officially,  the only one to know my room number 123. Payment cash. No internet connection to spot me. But my ID with my name,  and an information sent  by internet to all hotels , could trigger the warning and induce a reply from the hotel employee.

Just lying down for a nap ,  I was hit by pulsed waves (with burning sensation of the brain) , coming through the windows. That very often gives an information on the origin: cell towers.  No rest  possible .
A moment later, the occupant of the room 223 had taken over  with a portable device that pulsed waves through partitions and walls.
I, then used a piece of metal to cover various parts of the body. There were tinkling noises when the waves  reached  the metal . At that time, my head was still  and as often the only target.