Tag Archives: antennes-relais

Le Président

11 Déc

Image

Seulement l’hôtel

 » le Président » pose quelques questions  de nature à intéresser certaines cibles qui ont voyagé ou qui voyagent en notant un harcèlement électronique  étonnant et  parfois violent.

Il s’agit au final d’une criminalité que l’on peut appeler hôtelière par complicité active  et manigances , en vue de torture.
Les 4 hôtels ci-après ont , sans exception, été payés en espèces, à dessein.

Avant d’ arriver au « Président  » il y avait eu un harcèlement humain de surveillance tout à fait notoire.
Pour admettre ou comprendre ce type de harcèlement , il suffit sans doute de relire cette page  de Daniel Gamba   extraite de son livre   « Interlocuteur privilégié » . Il note  la panique compréhensible éprouvé par  tout « harcelé »  qui n’aurait  pas de notion des méthodes d’espionnage et de contre espionnage .

Image

Par ailleurs, Il faut aussi  et toujours se souvenir que « l’harcelé » n’est pas forcément quelqu’un d’important. Il peut n’être que  gênant ou haï.

Dans le harcèlement humain  de ce soir là il y avait eu comme souvent  les discrets vieux  habitués un peu distingués  et les autres, repérables de façon différente.

Mais  avant le « Président »  le premier hôtel venu , « l’Auberge autrichienne »,   avait fait l’affaire.

Image

La chambre était minuscule. Au bout d’une heure et demi , le client  de la chambre au-dessus (44)  s’était mis à pousser les meubles. RACHID et son matériel  d’ondes pulsées  installé,  avait  alors commencé à me cuire à feu moyen  : la tête, les bronches, l’estomac. Les deux seuls déplacements de couchage  possibles avaient entrainé de nouveaux bruits de matériel déplacés au-dessus  Et les brûlures avaient repris, me décidant à quitter.
Dans les rues, il y avait les guetteurs habituels et des voitures en maraude.

Après une série de refus   d’hôtels  » full booked » ,  ça avait été un plaisir d’entendre l’employé du  » Président » m’annoncer à 1h30 du matin :
 » officiellement , je n’ai rien de libre, mais pour vous j’en ai une »     . Ce que j’avais pris pour une plaisanterie.  C’était la 3329

Et au bout d’une quinzaine  de minutes de  piqûres diverses dans la 3329, j’avais eu droit à un zapping : un tir d’onde   lointain, de force moyenne, de type antennes-relais .
A peine vingt minutes plus tard, une  détonation indiquait la mise en fonction d’un appareil et  un tir venant  du dessus , en 4329 . Et la machine programmée du 4329  avait débité ses tirs d’ondes pulsées visant la tête,  à quelques minutes d’intervalle  . Les ondes avaient retrouvé ma tête  partout  .   De tous les côtés du lit et  dans tous les sens  et également  dans la  salle de bain .
Ma tête, comme d’habitude, donnait toute seule ses informations.

Ma dernière chance de répit/repos  essayée avait été  sous le bureau.
Et les tirs  d’onde étaient venus claquer bruyamment sur le bois , confirmant l’origine verticale des tirs, qui avaient été arrêtés

Le lendemain matin, un autre employé interrogé avait confirmé que , la veille,  l’hôtel était  absolument « full booked »  .
Et pourtant , il y avait une chambre de libre et sans doute DEUX.
Ce qui permet ici et de nouveau de penser en terme d’anticipation, d’alerte, de connivence et complicité criminelle hôtelière par stratagème . et confirme ce qui avait été noté ou décrit jusqu’à présent:

https://lesharceleurs.wordpress.com/2013/11/10/criminalite-europeenne/

https://lesharceleurs.wordpress.com/2013/10/31/tentatives-de-repit/
https://lesharceleurs.wordpress.com/2013/08/01/au-portugal/
https://lesharceleurs.wordpress.com/2013/07/20/v2k/

Encore une fois, ce qui est important dans cette histoire, comme dans  beaucoup d’autres histoires de cibles, ce n’est bien sûr pas moi, mais un enjeu. La cible est déshumanisée  et soumise à  des actes et situations de brutalité de violence et de  cruauté  au nom de  cet enjeu.

Un voyage éclair  et surprise suivant à Copenhague tendrait à confirmer ces notions d‘alerte, d’anticipation et de complicité criminelle. Au Hilton, dans une chambre au dernier étage avec de larges baies vitrées , j’avais été la proie facile de tirs d’ondes rapprochés de type antennes-relais , avec des brûlures aux talons, au petit matin.

Un employé de cet établissement, prévenu et sollicité, avait donc choisi la chambre et donné l’information pour permettre la  torture par ondes pulsées.

IMG_3844

En sortant de l’hôtel le lendemain, j’avais découvert mes voisines du 12 ème étage: deux antennes relais qui m’avaient matraquée d’ondes toute la nuit.

Mais pour faire cela, il faut 1) un opérateur   2) une information sur l’endroit à viser ( la chambre)  pour ne pas se tromper de client  3) un paramétrage de l’appareil  qui commande les tirs et susceptible de trouver ma tête à dézinguer

L’expérience de la nuit suivante  au Novotel de Roissy-Charles De Gaulle, tend à confirmer le mix antennes relais/matériel de proximité.

L’employée beure qui m’avait attribuée la 123 était restée la seule , à part moi, à connaître ce numéro de chambre . J’avais évité toute connexion internet.

A peine allongée pour une sieste, les tirs de type antennes-relais et venant du côté baie vitrée avaient fusé. Aucun repos possible.

Plus tard, l’occupant de la chambre 223 avait pris le relais. Sans concession.

Une expérience complémentaire  avec un morceau de métal placé sur différents endroits du corps avait   tinté à chaque impact des ondes. Il indiquait une provenance à la verticale .  A ce moment là , seule la tête était visée.

                                                                      ***********

The Hotel only

This  » President  » hotel issue could be of  interest to certain targets that travel or have been traveling  and noting an amazing and sometimes violent electronic harassment.

Before arriving at the « President » I could notice an obvious   human harassment surveillance all the way.

To admit or understand this type of harassment , it is probably sufficient to read this page by  Daniel Gamba of from his book  » privileged interlocutor  » . He notes the understandable panic felt by all  » harassed targets  » unaware of    espionage methods
Moreover, it should also and always  been kept in mind  that  » the target   » is not necessarily someone important. It may be only someone at the wrong place at the wrong time.

The human harassment  that evening was made by   discreet  and pretty elegant old guys  and others very different

Before I reached  the « President  » I had picked up the first available hotel nearby the train station , namely   » the Austrian inn  »  My  room was  really tiny . After an hour and a half , the client of the room above (44) had begun to move  the furniture. Rachid ,  had then  obviously installed his equipment of pulsed micro wave since he had  had started to cook  me with it : the head, lungs , stomach . There were only two possible ways to move and try to escape the pulsed waves . But the guy over there just followed, moving his equipment as if he could see me in my room,  to go on torturing me.  My only  choice was to leave

In Brussels ‘ streets , during this night , one could notice  the usual watchers  and a few  cars marauding .

The hotels had their notice on :   » full booked   » ,  making it  a pleasure to listen to  the  employee at the  « President » telling me at 1:30 am

« Officially , I have nothing free , but for you I have one . » Even though it sounds to me as a nice  joke .

Room number was  was 3329

And after fifteen minutes of tingling sensations  inside room 3329 , I got  hit by a  zapping : a wave shot from a  distance, medium strength . The cell towers  kind of  .

Barely twenty minutes later , a detonation indicated that  a nearby  device was operational . And a first hit of waves seemed  shot from  the room above me :  4329 .

As if  programmed  the device started to pulse regularly microwaves through my ceiling , aiming my head the head . The waves were able to track  my head around when I moved to hide whatever the place or the direction.
My brain  , as usual , seeming to be the one that was sending a signal to be spotted.

My last chance for a  rest was under the desk. The micro waves pulsed from room 4329, came then  slamming loudly on  the wood desk, confirming their  origin .  The device was then stopped..

The next morning ,  asking a different  employee  from the reception , I got a confirmation that  the night before the hotel  was absolutely « full booked » .
And yet  , there was a room available  for me , and another one for the  micro wave sniper . That makes it TWO vacant rooms .

This again  allows us to  think in terms of anticipation , warning, conniving and criminal complicity inside   hotels. That  confirms also  what was  noted or described earlier

https://lesharceleurs.wordpress.com/2013/10/31/tentatives-de-repit/

https://lesharceleurs.wordpress.com/2013/08/01/au-portugal/
https://lesharceleurs.wordpress.com/2013/07/20/v2k/
https://lesharceleurs.wordpress.com/2013/08/20/les-antenness-relais/

Once more , what is important in this story , as in many other stories of targets, it is very often not the target , but the stakes . The target is dehumanized to hide  or prove something else .

A short , unplanned trip to Copenhagen would tend  to confirm that through  some  alert and  anticipation when a target moves , criminal complicity is the rule among most of  hotel employees.

At the  reception of the HILTON  the employee  claimed  that the only room available was on the 12th floor,  at maximum price .

In  1231, a room on the top floor with large windows , I could be an  easy prey  to wave shots from cell towers.

And, wave shots were regular , aiming the brain at few minutes intervals . Non-stop , all night long  , with , on top, burning sensations of the soles in the morning.

On leaving the hotel the next day , I discovered my neighbors from the 12th floor: two antennas that had bombarded me with pulsed waves  all night long.

To do that , we can guess what is needed  1)  an operator  to start the process 2 ) with  preferably an information on the exact  direction  ( room number) to pulse the wave in order not to harm any other customer  3) even though there is obviously  a  configured  device that could lock the shootings  on my brain only .

In this HILTON AIRPORT HOTEL,  were I did not use my credit card, only the receptionist was supposed to know my room number.

A complementary  experience the next night at the Novotel Paris Charles De Gaulle , tends to confirm the mix use of cell towers  +  nearby device , for sleep deprivation of targets..
The receptionist , a « beure » lady was, officially,  the only one to know my room number 123. Payment cash. No internet connection to spot me. But my ID with my name,  and an information sent  by internet to all hotels , could trigger the warning and induce a reply from the hotel employee.

Just lying down for a nap ,  I was hit by pulsed waves (with burning sensation of the brain) , coming through the windows. That very often gives an information on the origin: cell towers.  No rest  possible .
A moment later, the occupant of the room 223 had taken over  with a portable device that pulsed waves through partitions and walls.
I, then used a piece of metal to cover various parts of the body. There were tinkling noises when the waves  reached  the metal . At that time, my head was still  and as often the only target.

Publicités

Quelques photos de brûlures

20 Nov

Il s’agit ici d’un listage-résumé de brûlures qui relèvent du harcèlement électronique.
Le harcèlement électronique pulse des rayons et des ondes vers des individus que l’on dit « ciblés » .

Il peut s’agir de torture pour vengeance ,  d’élimination progressive mais rapide d’individus ciblés ou d’expérimentation humaine totalement interdite.
Ces rayons et ondes  peuvent être pulsés   par des antennes relais , des armes dites « non létales »,  par des radars,  ou d’autres appareils générateurs de signaux et  placés chez des voisins.  Les rayons et ondes pulsés  traversent  les matériaux solides dont des murs et des vitres. Ces rayons et ces ondes brûlent  les organes en profondeur  et parfois la peau avec des traces .

Des victimes françaises en font état et montrent des photos de ces  brûlures ou altérations de la peau et   faites surtout à l’intérieur de leur lieu de vie : http://dbabou.blogspot.com
http://serge-labreze.blogspot.fr dont une photo du 6 novembre de brûlure au laser

Dans mon cas, parce que la priorité de mes tortionnaires semble être la destruction du cerveau et le vieillissement accéléré, les brûlures photographiées  ressemblent à des accidents provoqués  par des sadiques en roue libre.

Image

En mars 2013, il avait neigé sur Strasbourg.

Image
Emmitouflée jusqu’au nez pour une ballade dans le quartier de la CEDH,( Cour Européenne des Droits de l’Homme)

Image

j’avais du rentrer fissa à l’hôtel Vendôme. Le contact des vêtements était devenu  intolérable pour cause de ce qui se révèlera  des brûlures avec hématomes.

Image
Allongée dans le chambre , enduite d’un onguent calmant, j’avais alors subi un tir sec, précis, brûlant et qui visait le cœur.
Un tir sec, brûlant, précis… comme celui qui avait visé la colonne vertébrale , à Vannes,  , il y a quelques jours. https://lesharceleurs.wordpress.com/2013/11/12/vannes-et-sa-criminalite/

En mai 2013,  à Paris

Image

quelques jours avant la date anniversaire du début de la torture du cerveau, j’avais eu les plantes de pied brûlées dans mon lit. Comme avec un chalumeau. C’était à hurler.

Comme pour  les tirs au cerveau.

Image
Dans cet immeuble bourgeois du XVème la torture physique  déléguée est   aux mains d’un pervers ( grassement payé, dit-il) et de sa mère.
http://etouffoirs.wordpress.com/2013/07/14/un-pervers/
https://lesharceleurs.wordpress.com/2013/10/03/criminalite-de-senior/

A Vannes

Image

pour échapper à  des séances de torture à base de four à micro-ondes bricolé et  mises en place depuis  l’appartement  du dessus

https://lesharceleurs.wordpress.com/2013/09/09/vannes-cuisson-aux-micro-ondes/
j’avais opté pour un couchage en extérieur en septembre 2013.  Cela avait  entrainé une adaptation immédiate de la torture  en provenance de l’appartement du dessus.  La traduction avait été : Tir + aspersion d’ondes brûlantes  insupportables et  un piquetage de points rouges sur la peau ,  apparu quelques heures plus tard.

Image
https://lesharceleurs.wordpress.com/2013/09/05/des-ondes-pour-eliminer-2/

En octobre , j’avais eu droit à de nouvelles aspersions d’ondes nocturnes  avec marques à l’appui.
Image
En novembre, c’est en pleine matinée qu’il me faudra quitter mon lit en vitesse . Avec ces brûlures-là.
Image

février 2014

???????????????????????????????

                                                                                                                                                                                  épaule

Jambe       

 

IMG_4458

bras

???????????????????????????????                                                                                   bras

La photo ci-après parle de guerre silencieuse

Image

et incite à une transmission d’information . le texte dit :
Dégradation du cerveau, de la peau,  changement physiologique progressif et total.
Des gens souffrent sans savoir ce qui leur arrive. Cela prend des années pour apprendre ce que montre cette video. En partageant l’information, vous pouvez économiser à d’autres victimes  toutes ces années perdues . …….

L’autre texte  ci-dessous mentionne  l’utilisation des antennes-relais pour des attaques ciblées.

Image

On pouvait  voir aussi : http://etouffoirs.wordpress.com/2013/12/01/torture-et-barbarie-cree-le-14-juin-2012/   —–>  CE BLOG /  de vérités  dérangeantes  a été censuré et a disparu de la toile

 

voir pour cette photo  : https://lesharceleurs.wordpress.com/2017/04/09/terrorisme-electronique-et-ciblage/

Criminalité européenne

10 Nov

Image

Trèves

Image

Il n’y en a pas.
De toutes  façons , c’est un autre accent: ^
Ici, il s’agit de la ville.
Dans cette  ville allemande  , les premiers et derniers  guetteurs/harceleurs avaient été  des  ados,  . Novices ou provocateurs, m’attendant dès la sortie de la gare ,  Ils  s’étaient  jetés  sur leurs  portables en reconnaissant leur cible .
Un intermède avait été joué par un élégant quinqua.( ou plus),   à chapeau . Après un conciliabule avec deux policiers , ces derniers étaient venus inspecter  le restaurant dont j’étais la seule cliente.  M’examinant à tour de rôle . Sans discrétion .
L’hôtel  choisi, près de la gare,  jouxtait un bâtiment surmonté d’ antennes –relais.

 La chambre était accueillante avec  une offre de vin à la place de l’eau.Image

Une fois dans la chambre, les premiers tirs d’ondes y avaient été  de type « militaire » ou « antenne-relais » , précis, rapides et percutants . Ils  avaient été espacés d’ environ une heure .
Puis à  « l’heure du veilleur de nuit », la méthode avait changé  . Des détonations proches avaient saturé la chambre  de ce qui avait entrainé  des ballonnements et  des douleurs brûlantes  de l’estomac et des intestins .
Le dernier tir à 5h30 faisait penser à l’explosion d’une cartouche.

Avant,  il y avait eu Strasbourg où le comité d’accueil en sortie de gare  , à la nuit tombée, était distinctement corse. Il s’était de nouveau manifesté à mon  retour après  diner , en attente près du comptoir de la  réception  de l’hôtel.

Sans réservation, sortant de la gare,  j’étais allé tenter ma chance  à l’hôtel de la dernière fois. Juste en face . Et le réceptionniste hilare, m’avait annoncée qu’il m’ »avait réservé la 3.  »
Le plus intéressant n’est pas cette apparente  provocation préparée  de connivence ,  mais ceci :

Image
Un local de rangement près de la chambre 3 . Un endroit idéal pour entreposer du matériel  et tirer sur une cible. C’est ce qui s’était passé.

A Rotterdam , Image

tous les hôtels étaient complets pour cause d’exposition commerciale liée au monde maritime. Mais un astucieux chauffeur de taxi avait réussi à me dégotter une chambre dans un hôtel marrant, dont tous les murs , chambres  et cloisons d’ ascenseurs y compris, étaient recouverts de carreaux de faïence colorés
Les antennes relais les plus proches étaient à  environ 200 m.

Le premier tir d’ondes  ressenti au cerveau , avait été sec et violent, dès les premières 20 minutes.
A 3h 40 du lendemain , c’est une douleur  croissante au niveau de l’oreille gauche qui m’avait une nouvelle fois  intriguée,  avec des coups portés  douloureux dans le cartilage de l’oreille à une cadence très rapprochée. A peine une minute d’intervalle entre chaque coup porté .

Ce qui faisait une nouvelle fois penser à du matériel complémentaire de proximité. Ma chambre était au 1er étage.

Entre Trèves et Rotterdam et alors que j’avais pris des voies très détournées, un  harcèlement  souvent caricatural avait été assuré par des beurs et des chinois,  pour ce qui est de ceux qui semblaient vouloir être vus.

Au final , je n’avais eu aucun  espace de liberté.

Image
A Rotterdam, les  harceleurs locaux  s’étaient surtout  manifestés  en bleu. Dont celui-ci.

Image

https://lesharceleurs.wordpress.com/2013/10/19/seule-contre-trois/
http://etouffoirs.wordpress.com/2013/09/20/all-blue/
http://etouffoirs.wordpress.com/2013/09/20/la-couleur-bleue/

Criminalité européenne  et internationale  (Canada, USA, Cuba), certes. D’origine européenne. Certes.

Tentatives de répit

31 Oct

Image

La liste qui suit a été complétée . Elle n’est  pas un étalage de moyens. De mon point de vue , c’est une information importante  en forme de démonstration , d’ un problème existant  à ce jour et encore peu exposé en France. C’est aussi une source d’analyse de situation non négligeable.
Dans tous les établissements listés ci-après,  et sans aucune exception, la torture par ondes pulsées  dirigées au cerveau , a été systématique ,  violente  ,  imparable.

Les situations les moins attendues sont celles des deux hébergements  en communauté catholique  de l’Ille et Vilaine et du Morbihan. Là , comme parfois, des résidents  volontaires harceleurs  s’étaient adonnés à une activité de tortionnaires  après les vêpres ou entre deux   prières du soir.  Sans état d’âme quant à la souffrance qu’ils infligeaient.

L’analyse  des types de souffrance ressenties au cerveau,  permet de confirmer  qu’il existe plusieurs sortes  de matériel déposé en  proximité , et donc  utilisé à partir d’ appartements voisins ou de  pièces voisines . 

Il faut  ajouter à cela  l’utilisation des projections d’ondes à  plus grande distance par utilisation de celles des  antennes –relais , et  sans doute  d’autres types de matériels , peut-être  propriétés d’Etat.

Pour pallier les aléas de mes déplacements incessants   et alors que je n’utilise plus de téléphone portable repérable, un système de « marquage » ou « accroche » par ondes avait été mis en place . Je ne m’en suis aperçue qu’assez tard  et avais d’abord tenté de le décrire par les sensations et des phénomènes liés .
https://lesharceleurs.wordpress.com/2013/07/06/laccroche-2/

Un certain nombre des  déplacements ici listés  avait été envisagés comme des bulles de  répit.  Cela s’est avéré  illusoire,  mais avait mis  à découvert  une organisation internationale de tortionnaires,  servie par des harceleurs et amateurs  d’une traque acharnée inconditionnelle.
Les courtes annotations  ajoutées aux noms d’hôtels  caractérisent seulement des participations ou des aspects divers  d’une situation donnée.

Cette torture  systématique et  à distance du cerveau est destinée à priver de sommeil dans la souffrance,  provoquer un vieillissement accéléré, mener à la folie ou pousser au suicide .  Le cycle de torture systématique du cerveau avait commencé le 18 Mais 2012 .

 « onde chercheuse » indique  les cas où, me déplaçant avec une couette dans tous les endroits possibles de la pièce , ou des pièces mises à disposition, il n’avait pas été possible d’échapper au matraquage  douloureux des ondes. L’ »onde chercheuse «  est une onde qui semble aspirer des informations en provenance du corps pour obtenir sa re localisation pour permettre la continuation de la torture par matraquage d’ondes.  Dans certains cas, cela donnerait une indication de l’existence  d’un appareil programmé avec intégration de données qui sont des caractéristiques de ce corps en particulier.

ImageDINARD  (22)  Maison Saint François 25 mai au 2 juin 2012  harcelée par une petite famille de cathos
PARIS 75015 hôtel Yllen  8 juin suivie par des chinois et des beurs ( onde chercheuse)
PARIS 75015 hôtel Innova 9 juin   matériel positionné dans la chambre voisine  grâce à l’obligeance du jeune étudiant veilleur de nuit. J’avais quitté l’hôtel  vers 2 h du matin. 

AVIGNON  Hôtel Bristol  11 juin 2012 , pistée par des beurs et des corses
FORCALQUIER hôtel Danieli  12 juin suivie par un beur et des  vieux locaux ( onde chercheuse)
AVIGNON hôtel Etap 13 juin pistée par une beurette employée de l’hôtel pour localisation
SAINT GILDAS de RHUYS  ( 56) 18 juin  au  26 juin, poursuivie par des cathos grand teint
Image REJKYAVIK – Islande – Ingua Guest  house  déposée par un chauffeur de taxi  italo-corse
REJKYAVIK –Islande- Hotel 66    poursuivie  par des  mâles  blancs
REJKYAVIK-Islande-   en doublon la nuit  du 9-7 FOSS hotel  pistée par les voyous du coin
AKURERY – Islande- Guest  House –  en doublon avec hotel 66   harcelée  par des quadras blancs et  Italo-corses

AIX LA CHAPELLE Hôtel Ibis  4 et 5 aout- sans réservation-   ???

LIEGE – Belgique – 6 août   Hotel Ibis- sans réservation-   ???
BRUXELLEs– Belgique- 7 et 8 août  Hotel Martin’ s – sans réservation- ???

LILLE (59) Hôtel Best Western 9 août  suivie  par des beurs
AUXERRE  5-9 hôtel IBIS attendue par des quadras  guetteurs devant tous les hôtels
AUXERRE  6 et 7 septembre  Hôtel Maxim harcelée par un homme de l’hôtel
MACON  8 et 9 septembre Hôtel Park inn  attendue par la dame beur du ménage
CHABANAIS  11 septembre  Auberge  harcelée par des beurs venus en voiture
POITIERS  12 septembre  Hôtel Kyriad- sans réservation-    ??????
BRESSUIRE 13 septembre Hôtel Plume gardée par un corse au dîner
CARQUEFOU 21 septembre  Hôtel Novotel sous la garde d’un égyptien( partie de la nuit dans la voiture dans un parking ouvert)
NANTES 22 septembre Hôtel Novotel  sous la garde d’un beur
PORNICHET  23 septembre  Hôtel  Ibis, sans réservation préalable- ( antenne relais sur le toit)
PORNICHET 24 et 25 septembre Hôtel Océania  surveillée par l’homme toutes mains
LA BAULE 24 septembre Hôtel Ty gwenn en doublon  la même nuit avec Océania  pistée par des beurs
LA BAULE 26 septembre  Hôtel Concorde  appareil positionné chambre voisine  grâce au gérant

ImageANALEPSI – Crête- 1 à 6 octobre  Hôtel Golden Star  – séjour prévu –  torture facile à anticiper

NANTES (44) 7 octobre  B & B – sans réservation préalable =  ??????
PARIS 75015 – Hôtel Novotel,  pistée par un beur venant du commissariat en face

ImageCUBA 21 octobre au 3 novembre  circuit prévu, torture  facile à préparer

ImageTORONTO – Canada- 31-12 au 3-1-2013 hôtel Holiday in- avec réservation= torture facile à prévoir.  

CHICAGO-USA- 3-1-13 au 7-1-13 Grand Hôtel Crowne Plazza , sans réservation préalable=  ????

Image

NEW YORK –USA- 7-1-13 à 9-1-13,  Library Hotel , sans réservation préalable = ???
NEW YORK –USA- 9-1-13 à 12-1-13, Amsterdam Court  un beur qui installe le matériel sur place  avec provocation

ANVERS – Belgique- 23-1-13  Hotel Park in- sans réservation préalable mais surveillée au départ de Paris par un beur.

KARLSRHUE– Allemagne- 3- et 4 -6-13 Hôtel Ibis  le 4 je quitte pendant la nuit pour un 2ème hôtel
KARLSRUE -4-6-13 Hôtel AVISA
KARLSRUE-5-6-13 Hôtel EDEN (harcelée par des ados.)

BUDAPEST-Hongrie-14 au 20-7-13  Hôtel Csaszar  réservation faite par internet, des antennes-relais tout autour
https://lesharceleurs.wordpress.com/2013/07/22/buda-et-pest/
https://lesharceleurs.wordpress.com/2013/07/20/v2k/

LISBONNE , Portugal- 24- 25- 7-13 , Hôtel Ibis
NAZARE-26-7-13, Hôtel Praia départ surprise ,mais harceleurs partout
LISBONNE– 26-7-13 Hôtel Ibis centro  matériel dans la chambre voisine
LISBONNE- 27-7-13 Hôtel Dom Sancho,  matériel au niveau de la réception voisine ( onde chercheuse)
LISBONNE – 28-7-13 Hôtel TRYP ???
LISBONNE – 29-7-13 hôtel TRYP et hôtel IBIS ( double réservation)   (nuit à Ibis =onde  chercheuse)
Voir https://lesharceleurs.wordpress.com/2013/08/01/au-portugal/

Paris XV – 17-8-13 Hôtel Méditel ( antennes SFR + Orange très proches)
PARIS 2 – 18-8-13 , Hôtel Choiseul Opéra (antennes FREE, SFR, BOUYGUES proches)
VANNES -9-9-13, Hôtel Best Western ( onde chercheuse)
PARIS XIV – 19-8-13,  Hôtel de la Paix ( antennes ORANGE, BOUYGUES proches)
PARIS XIV– 16-9-13 , FIAP ( antennes ORANGE, SFR proches) ( onde chercheuse)

Quelques ondes

12 Oct

ImageMatériel de harcèlement électronique. Photo en provenance du site des individus ciblés canadiens

Au milieu des années 90, un expert en géobiologie était venu faire une étude dans la maison d’Angers. Il avait trouvé et mesuré des ondes nocives en provenance de la maison voisine : celle de B. Gasnier.
Les deux maisons avaient un mur mitoyen
Quelque temps plus tard, un tir d’ondes  acoustiques avait provoqué une surdité brutale, irrémédiable de l’oreille impactée . Celle de ma mère.
Un peu plus tard encore, à un retour d’un agréable ouiquende, pendant la nuit ma mère avait été prise de douleurs incompréhensibles . Elle avait vomi du sang. Le contexte de notre retour n’était ni au stress ni à l’inquiétude.

Mais comme souvent dans ce système de harcèlement en réseau, il y avait eu ce qui ressemble avec le recul à une « punition » d’avoir eu passé du bon temps : des tirs d’ondes nocives.

B. Gasnier avait notre maison sur écoute, par l’intermédiaire d’un mouchard placé sous une lampe.
Je le découvrirai beaucoup plus tard à mes dépens, après avoir transporté la lampe et son mouchard dans mon appartement.
Après l’arrêt de la ligne téléphonique de la maison, B. Gasnier avait couru chez son  ancien employeur  pour en rapporter du matériel d’écoute . Parabole à bout de bras , écouteurs sur les oreilles, appareil caché sous un paletot , il  avait essayé de capter ma conversation faite sur  un portable. Ridicule.

Cet homme à la réputation sulfureuse, avait une double couverture : ancien employé du commissariat principal d’Angers,  et catholique pratiquant assidu  .

Sans raison personnelle connue  lui et sa petite famille étaient passés de voisins normaux à voisins hostiles , agressifs, violeurs de domicile, voleurs et casseurs systématiques de nos affaires dans les armoires et les placards.
Il avait élevé ses enfants dans des écoles catholiques et selon les mêmes principes de vie que ce qu’il pratiquait . Le fils  ensuite dans une école de commerce faisait du harcèlement en voiture . Il  avait aussi donné des cours de harcèlement  de rue à de jeunes recrues sous les fenêtres de ma chambre, censée vide.
C’est ainsi que prospère le harcèlement en réseau.

A Paris XIV, des tirs d’ondes étaient venus de l’appartement du dessus , occupé par M. Levystone.
Cet  homme bizarre  avait par ailleurs mon appartement  et ma ligne téléphonique sur écoute. A plusieurs reprises , il avait répondu au téléphone à ma place.
Quelques jours avant le départ d’un voyage d’affaires , j’étais brusquement devenue sourde à la suite d’un tir d’ondes. Hospitalisée en urgence et mise  sous perfusion d’un  produit à dégobillage intense , j’avais récupéré de façon inespérée . Loin des ondes , plein de salut.
Cet « empêchement » d’un voyage d’affaires  est également caractéristique du harcèlement en réseau basé sur l’espionnage qui permet d’anticiper l’organisation des méfaits qui passeront pour du hasard pur.

Plus tard, je resterai comateuse chez moi pendant plusieurs jours, avec , lorsque j’avais pu consulter ,une tension passant de 8 quelque chose à 17 autre chose , en quelques heures. Des examens médicaux dispendieux n’avaient rien donné . A cette époque , je pensais avoir  été droguée par ceux qui violaient mon domicile et se donnaient accès au contenu de mon réfrigérateur.
Maintenant, mon hypothèse d’explications seraient plus tôt à base d’ondes.
Tout comme cette fois , où quelqu’un était entré chez moi pendant la nuit et cette autre fois où quelqu’un était entré à 6h du matin, alors que j’étais incapable de me mouvoir , d’émettre un son ou de lever un bras. Comme pour le reste.

A Dol de Bretagne en 2007, le matériel émetteur d’ondes nocives était dans les combles. Seul le gendre  Lesénéchal du propriétaire Leblay , y avait accès. Là cette fois, je payais un loyer pour me faire maltraiter. Ces émissions d’ondes avaient été agrémentées de voix au cerveau .

Les bouffées d’ondes nocturnes  incessantes m’avaient fait migrer vers  une pièce  glaciale et inconfortable. Ce matraquage handicapant d’ondes  était  peut-être  censé perturber le déroulement d’ un stage   qui avait , de toutes façons , été rendu impossible.

A Paris XV , on sait que JJ Walti est l’employé de service,  hébergeur  de matériel et tireur d’ondes nocives ,   et au service du franc maçon de l’immeuble . Oisif et habitué à la satisfaction immédiate de ses caprices, il   se démène  pour être celui qui me démolira , avec l’énergie d’un psychopathe sur nourri qui veut gagner le concours.

A Paris, lors du vol crapuleux de ma valise , un incident amusant pourrait peut-être s’adjoindre à cette liste seulement récapitulative  de méfaits des ondes. Sur le quai , alors que je parlais à un contrôleur du train, ma voix s’était retrouvée sans son.Il ne restait que les mouvements des lèvres et l’incompréhension du gars en face.  Cela avait  duré moins d’une minute. Sans garantie du lien avec les ondes.

A Vannes, l’hostilité inconditionnelle empilée  de voisines  inconnues  et meurtrières  , de réseaux beurs et de petits soldats d’appuis ,  avait permis de faire alterner  des tirs d’ondes handicapants et systématiques avec des voix au cerveau un peu tordus..
Les récents épisodes  locaux ont été racontés un peu plus avant dans ce blog.

La situation ne change pas . Les tirs d’ondes variées  matraquent le cerveau dès qu’il entre dans une phase de repos et quelque soit le moment de la journée .
Ma surveillance, comme celle de toutes les cibles de ce système complètement fou,  est constante et totale. Comme si cette activité était d’une importance vitale.

Depuis le début de mes observations, j’avais noté, et c’est encore le cas,  que les organisateurs de cette situation globale avaient essayé  de créer  des sortes de réflexes pavloviens de dressage  à base de « punition » / matraquage intense et de  » récompense »/matraquage aménagé  , en fonction de mes réactions et dénonciations.

La plus part des sites et blogs de victimes précisent qu’ils ne savent pas qui fait quoi et pourquoi.
Je sais un tout petit peu , et je suis restée  pour dire.

http://etouffoirs.wordpress.com/2013/10/12/le-matraquage-20-8-12/
http://etouffoirs.wordpress.com/2013/10/12/les-ondes-27-12-2011/

http://etouffoirs.wordpress.com/2013/10/13/un-ondologue-2-12-12/
http://etouffoirs.wordpress.com/2013/10/13/les-voix-14-6-12-v2k-or-so/
http://etouffoirs.wordpress.com/2013/10/13/les-sons-12-12-2012/

ImageVannes – antenne n°2 , à 700 m de l’immeuble

N° identification ANFR : 707276

Privation de sommeil

9 Oct

A la pointe d’Arradon Image

on demande  de respecter le sommeil des huitres pour ne pas perturber  leur évolution.

???????????????????????????????

L’ espace ci-dessous de la pointe d’Arradon qui s’étend devant et à l’arrière,  peut contenir plus d’une centaine de voitures.

Image
Ce matin là il y  en avait  5   clairsemées,  avec  la mienne un peu à l’écart en vue d’une sieste.
Comme les huitres.
La nuit précédente avait encore été une rude épreuve , même si la méthode  de mes tortionnaires avait changé .

Attentifs à ce blog, comme à tous ceux de leurs victimes, ils s’adaptent et modulent leur barbarie en conséquence , changeant sources, et rythmes.

Ainsi   les tirs d’ondes de la nuit précédente avaient été    moins rapprochés , passant d’acoustiques et  basses fréquences à hautes fréquences brûlantes . Mais au final, le sommeil et la récupération  étaient tout aussi impossibles, me maintenant  dans un état quasi végétatif seulement.

Cela semble  rendu possible par une saturation d’ondes ajoutées   en journée,  par des micro-tirs d’ondes en provenance des appartements voisins. C’est le cas à Paris et à Vannes où les micro-détonations se ressemblent. A Vannes, la voisine, semble déplacer le matériel en suivant mes changements de pièce, pour faire les tirs  à partir d’espaces qui jouxtent les dites pièces. La nuit, lorsque je change de place, elle se lève aussi pour déplacer son matériel.

A  Arradon, à peine dix minutes après mon installation  de fortune ,  allongée  sous une couette ,  côté siège  passager, et  comme souvent,   un très- certainement – harceleur- de- service s’était pointé. Dans ce vaste espace vide , il avait stationné son véhicule près du mien.  Image
Et au lieu de choisir un espace confidentiel,  ce nigaud était sorti uriner juste  devant nos  véhicules.
Dans le harcèlement en réseau  et si c’était  bien un participant, on appelle cela   » l’ excuse » .

« L’excuse »  consiste à  se donner une contenance et à faire croire qu’on  a une raison d’être là, autre que celle du harcèlement ou du repérage .
Puis , il était parti.
A peine 10 minutes plus tard , j’avais ressenti  des « piqûres » aux mains et au cou.
Pour mémoire, dans cette histoire, les « piqûres » sont des micro brûlures activées ,  qui  donnent une information sur la position du corps .
A d’autres moments elles semblent servir  de marquage de la cible,  si cette dernière est repérable  par des antennes relais.

Et au bout de 20 nouvelles minutes , j’avais sursauté sous  un tir d’ondes  violent et  ressenti au cerveau. Le cerveau était une nouvelle fois en ébullition. Tout repos était devenu impossible.
Le  présumé harceleur/pisseur  muni d’ un GPS ou  d’un téléphone portable , avait permis  sa géolocalisation et donc la mienne.

Image

Cartoradio montre qu’il n’existe pas d’antennes relais  proche . Ce qui expliquerait la violence d’un tir sans ajustement…. à moins qu’il ne s’agisse, cette fois, comme parfois,  d’un tir d’une autre origine que les antennes relais .

Sur mes notes, j’avais à plusieurs reprises caractérisé ce type de  tirs de « militaire » , tel  celui du 2-9-13 : un tir violent , en début d’après-midi.

La privation de sommeil intentionnelle

22 Sep

Sleep deprivation is one of the classical means of subjugating an individual

.IMG_2897

La privation de sommeil  intentionnelle est  surtout connue comme préparation à des interrogatoires destinés à obtenir des aveux.
En diminuant les capacités de repos et de  récupération du cerveau du sujet  elle est censée briser sa résistance et diminuer sa capacité de concentration et de réaction donc d’anticipation des questions pièges
La privation de sommeil a ainsi  été  , et est  toujours,  utilisée dans de nombreux régimes dictatoriaux à cette fin.
Elle est moins connue comme moyen de coercition dans les régimes démocratiques où elle est cependant pratiquée.  Et elle  l’est encore moins (connue) comme élément d’élimination, dans ces mêmes régimes démocratiques . Pour le moment seuls les médecins hygiénistes savent et disent que  privation de sommeil , à elle seule, peut entraîner  la mort  .

Les Nations Unies considèrent que la privation de sommeil est une forme de torture .
Il reste maintenant à reconnaître que le harcèlement électronique par tir d’ondes à distance et qui provoque des souffrances inimaginables du cerveau, pour induire la privation de sommeil est également une torture  .

Image

La privation de sommeil intentionnelle peut être totale  ( de 23h à 5h  ou 6h du  lendemain matin ) ou partielle ( de 23h à 2h,  puis de nouveau à partir de 9h ) .

Elle peut être organisée par des nuisances sonores de type coups dans la porte et dans les murs, pétarades dans les canalisations de l’immeuble, musique tonitruante.
Pour moi, la privation de sommeil systématique par musique tonitruante avait été mise en place à Paris par  un élève d’école de musique , voisin de palier   S (ou J ) CHURCH  fin 2011.
Ne le soupçonnant de rien , je lui avais proposé de respecter la limite de 22H . Il avait alors commencé son  ramdam à 22H l’étirant jusqu’à 5 h le lendemain. Une nouvelle tentative de dialogue  à 1h du matin, s’était soldée par sa réponse  pâteuse   » allez-vous coucher » .

En mai 2012,  à Paris,  le jeune CHURCH était ensuite passé au harcèlement électronique , prouvant définitivement son implication active, brutale et sadique , dans le harcèlement en réseau, continué dans les mêmes conditions  par JJ Walti et C. Frenove et …. peut-être lui-même.
Tous, pions instrumentalisés, approvisionnés en matériels et peut-être même en techniciens, comme pourrait l’indiquer cette affichette.

IMG_2907

La porte à ouvrir est celle de l’appartement de la maman  où se trouve ce message,  soit juste en dessous de ma chambre envahie  chaque nuit  d’ondes  qui visent le cerveau . Il y a quelques mois, cette affichette  comportait aussi le numéro de téléphone. ( photo, aussi).

Simultanément, dans mon 2ème lieu de vie à Vannes, un semblable harcèlement électronique avait été organisé, et par des voisin(e)s  et individus tout aussi inconnu(e)s.
Je rappelle que le harcèlement électronique de cette histoire  consiste à pulser à distance des ondes dirigées  ou perçues au cerveau et qui provoquent une souffrance répétée toutes les 5, 10 , 15 ou 20  minutes .

Pour  offrir quelques nuits de repos à mon cerveau, j’avais essayé des nuits d’hôtels sur place à Paris,  avant de  partir en voyages, à travers la France et aussi  à l’étranger  .
Le harcèlement électronique avec privation de sommeil avait été le même partout . Même chez un ami  qui habitait en pleine campagne française  . Le mari fureteur de sa secrétaire m’y avait semblé le correspondant/indic local  * de ce réseau incroyable de harcèlement  mondial .
https://lesharceleurs.wordpress.com/2012/07/16/le-harcelement-criminel-2/  (Islande)

http://etouffoirs.wordpress.com/2013/07/22/liste-des-hotels-2/ ( tous pays confondus)

http://etouffoirs.wordpress.com/2013/08/03/cuba-et-crete/ ( comme l’indique le lien)

https://lesharceleurs.wordpress.com/2013/07/22/buda-et-pest/ ( Hongrie 2013)

https://lesharceleurs.wordpress.com/2013/08/01/au-portugal/  ( Nazaré et Lisbonne)

Pour brouiller les pistes, ce harcèlement électronique  passe, sans régularité,   de tirs lointains que je qualifie de tirs d’antennes relais, à des tirs portés par laser,   des tirs de micro-ondes  simples et  des tirs d‘ondes acoustiques  et provoquant  des  saignements .
Pour ceux qui ne savent pas  ce que vaut à une cible de harcèlement en réseau un passage aux urgences d’un hôpital , il y a
https://lesharceleurs.wordpress.com/2013/06/05/la-chute/

Image

Il y a quelques jours, tombant d’épuisement une fois de plus , j’étais entrée au FIAP, ** prendre une chambre au milieu de l’après-midi. Comme à l’accoutumé, il y avait eu une reconnaissance du corps par « piqûres » avant  des tirs d’ondes lointains visant le cerveau.  Au retour le soir, des tirs d’ondes  brûlants avaient commencé dès 23h, avec des détonations notoires. Le réseau s’était  manifestement organisé en proximité ,  et en comptant , comme d’habitude sur des complicités locales.
La nuit avait été épouvantable.

Ici, au 22ER,  les tirs  d’ondes de type acoustique de la nuit dernière ont commencé  à 1h du matin.

* A cette époque, je n’avais pas eu l’occasion d’observer ou prêter attention à ce que je décris actuellement comme des piqûres ( un système d’ onde attachée au corps)

** Dans la rue, avant d’entrer au FIAP, j’avais été agressée par des « piqûres »  dans le cou et au niveau de la colonne vertébrale

http://www.washingtonwirelessawareness.com/microwave-weapons-cell-tower-radiation-experiments-barry-trower/

Dans  la video n° 3  de ce site , à  1’40, Barry Trower, ancien agent des services spéciaux anglais,  explique qu’un système d’onde peut être accroché sur un être humain et le suivre partout, quelque soit l’endroit.

Addendum

La nuit du 24 au 25 septembre a été une « nuit complète » avec des tirs d’ondes de 23h30 à 6h30  ( mercredi) , en provenance d’appartements voisins ( méthode de l’élimination empirique de l’origine)

L’espacement des tirs avait varié  de 10 à 20 minutes , à cause de mes  tentatives d’évitement sous forme de déplacements.

Chacun de mes  déplacements d’évitement  avaient été  rapidement suivi  d’une  désagréable sensation , que je qualifie par ignorance ,  « d’onde de recherche » et qui donne un vague état nauséeux et suivie par  les habituelles   « piqûres » ,  avant de nouveaux tirs dirigés ou ressentis au cerveau.La sensation était celle d’un éclair qui frappe le cerveau. Les tirs avaient augmenté régulièrement en violence pour s’adapter aux protections que j’avais accumulées.

A ces tirs d’ondes  douloureux au cerveau, s’était ajouté  pendant un moment, un   son ou signal sonore continu et modulé  ( montant puis décroissant ) impossible à éviter .  Comme les tirs d’ondes, il traversait TOUT.