Tag Archives: boite crânienne

Casser la barrière hemato-encéphalique

5 Avr

francois_hollande_godf_grand_orient_de_france

Cette amusante image-montage trouvée sur internet, tendrait à faire penser que la boite crânienne de notre président est  bien protégée de la section des  fous furieux qui  ont le monopole et l’exclusivité mondiale * (1) des tirs d’ondes dans la tête.

Pour protéger le cerveau à l’intérieur de la boite crânienne , il existe , en plus, une véritable merveille de la nature lorsqu’elle est en état de livraison habituelle : la barrière hémato-encéphalique . (BHE)

La barrière hémato-encéphalique formée d’une paroi de cellules, est renforcée d’une seconde paroi d’autres cellules  et arrimée sur la première.

La BHE   est capable de  discrimination,  forcément positive. Ainsi,  pour protéger le système nerveux central de tout ce que le sang véhicule d’indésirable,  la BHE filtre et sélectionne les substances qu’elle  admet ,  tout en évacuant aussi  les déchets produits par un cerveau qui carbure.

Pour fonctionner correctement  et éviter les dégâts, le cerveau , géniale petite usine électro et bio-chimique , a aussi besoin d’être protégé de toute perturbation de son milieu . Et il l’est par une BHE en bon état de fonctionnement.

On sait par exemple qu’une interruption d’apport de sang au cerveau de plus de 10 secondes entraînera une perte de connaissance .

10 secondes !

Mais comme la BHE est réfractaire à  des médicaments nécessaires contre certaines maladies , elle doit  parfois être « ouverte ».

Pour permettre cette « ouverture », une start-up française CarThera avait , en 2014, mis au point  un procédé basé sur des ultra-sons .

« l’ouverture «   de la BHE serait le terme médical.

La « cassure », différente « d’endommagement  » du à l’alcool ou au tabac par exemple,  est,  par contre,  un mot approprié dans les situations barbares ou criminelles de destruction de BHE sans   justification médicale urgente (tumeur)  .

Cette pratique de la « cassure »  ne soigne apparemment  même pas  les déments ou psychopathes qui la pratiquent et qui passent d’une proie à une autre .

Cette « cassure » de la BHE est donc surtout faite de blessures  et autres inflammations locales .

Deux  des causes importantes de « cassure »  de la BHE sont  représentées par les électrochocs et le rayonnement à haute densité d’énergie d’ ondes électromagnétiques . * (2)

Ce dernier point peut se décliner en exposition  d’une part et  en soumission à des tirs d’ondes imparables, d’autre part. C’est le cas  pour les cibles de harcèlement électronique

Il existe encore au moins un établissement français  qui pratique les électrochocs   de façon quasi industrielle et qui fait honte à de nombreux spécialistes.

???????????????????????????????

Il s’agit du service  universitaire de l’hôpital  de la rue Cabanis , Paris XIV. On y incarcère sans  réel contrôle pour y humilier avec enthousiasme tout ce qui est  fraternellement livré pour broyage. 

Dans cet endroit, on peut voir  des jeunes ou moins jeunes , réputés dépressifs , sortir de « leur » séance  d’électrochocs, zombifiés . Certains se crashent sur leur lit, prostrés, ne se souvenant ni d’avant hier, ni d’hier. D’autres marchent dans le couloir comme des déments, tête baissée. Tous veulent éviter de parler ou d’avoir à répondre. Qu’on les oublie.

Une jeune femme SDF, en état dépressif était un jour venue frapper à la porte de cet hôpital. Elle avait illico été mise sous curatelle renforcée,  donc incapable de partir ou de dire NON au traitement. Après 22 électrochocs et des doses de médicaments à prendre même en pleine nuit, elle ne savait plus que dormir et fumer . Même parfois , comme tous les autres démunis du service, fumer  des mégots trouvés ici et là, dans des cendriers , autour ou sur le trottoir .

Mais,  au bout de quelques mois, elle avait commencé à entendre des voix . Oui des V2K. Ce qui, selon ses électrochoqueurs ,  faisait d’elle  une nouvelle recrue handicapée mentale et à mettre en institution spécialisée.

Parmi les premières  études montrant la perméabilité  de la BHE  générée par des radiations électromagnétiques continues  on trouve celle-ci

LG Salford, A Brun, K Sturesson, JL Eberhardt et BR Persson, « Permeability of the blood-brain barrier induced by 915 MHz electromagnetic radiation, continuous wave and modulated at 8, 16, 50, and 200 Hz. », Microsc. Res. Tech., vol. 27,‎ 1994, p. 535–542 (PMID 8012056)

Elle indique que des HF de 915 MHz et des ondes pulsées et modulées de 8Hz , 16 Hz, 50 Hz, 200 Hz peuvent « casser » la BHE.  « Casser »   si et car cette conjonction sauf pour 8 et 50 Hz peut-être,  n’est pas accidentelle,

En cassant la BHE , il serait semble-t-il plus facile d’atteindre le système nerveux central , pour lui faire accepter des produits toxiques , physiques ou autres.

Pour ce qui concerne les cibles de harcèlement électronique, il faut bien sûr admettre que les tirs d’ondes vers la boite crânienne  ont des effets similaires aux électrochocs et à diverses inflammations provoquées,  et conjugués . L’anesthésie en moins, pour ce qui concerne les électrochocs , et la souffrance en plus.

Dans mon cas, il faut se souvenir qu’aux Sénioriales,  ( comme à Vannes et à Paris) mon cerveau avait subi une triple conjugaison d’agressions d’ondes électromagnétiques, en continu.

– le micro-ondage  intensif ambiant  provenant de l’appartement A4 * (3) à gauche

– les rafales de 900 MHz de l’appartement A6 * (4) à droite

– des tirs violents qui laissaient sur le carreau , incapable de bouger ou  de réagir,  et venant des appartements B3 et B2 en face

ICI, aux occasionnelles rafales dans la gamme des 900 MHz, qui servent peut-être à continuer de  « casser » la BHE ,  on peut ajouter  l’utilisation d‘ELF, même si , apparemment , de faible intensité.

IMG_1670 15,2 Hz et 22,4 Hz

Ici, donc, , ces  ELF de 8 Hz, 15,2 Hz et 22,4 Hz,  bien que de faible intensité , avaient été repérées  pulsées et modulées en même temps que  l’utilisation de 2 HF  :  parfois de 1500 MHz, parfois de 1900 MHz (plus douloureuse) et qui s’ajoutait par à coups ,  à un spectre de signal étroit de 3 fréquences (1600 MHz, 1700MHz, 1800 MHz).

Cet ajout d’une  fréquence  de  + 100 MHz   correspondait à un moment de douleur et de sensation de « coups de fouet » .

Cette sensation là  pourrait être due aux ELF poussées dans le cerveau  par la HF  et qu’elles perturberaient  au moment où celui-ci  se laisse aller dans une gamme d’ondes de sommeil.

Il faut  aussi se souvenir   que ces tirs d’ondes assassins ,  comme dans toutes les histoires de cibles ,  se font souvent à une distance de quelques mètres seulement, à partir d’un appartement voisin.

Outre l’épuisement, la manifestation physique la plus  voyante  de cette , semble-t-il, cassure de la BHE , est un oedème continu de la face.

C’est sûrement pire à l’intérieur de la boite crânienne sans équerre ni compas  de protection

* (1)

https://lesharceleurs.wordpress.com/2013/10/31/tentatives-de-repit/

* (2)

http://www.champs-electro-magnetiques.com/ondes/la-barriere-hemato-encephalique-31.html

et

http://www.next-up.org/Newsoftheworld/HematoEncephalicBarrier.php

* (3)

http://lezarceleurs.blogspot.fr/2015/02/micro-ondage-de-voisinage.html

http://lezarceleurs.blogspot.fr/2015/02/amenagements-de-cem.html

* (4)

http://lezarceleurs.blogspot.fr/2014/12/reglage-des-signaux.html

et

http://www.dailymotion.com/video/xiuyzp_nocivite-des-ondes-des-portables-comobio_webcam

Vannes et sa criminalité

12 Nov

Image

Penchée sur un rangement de valise , ce dimanche 10-11 j’avais bondi de côté pour    fuir, bloquée un mètre plus loin par la douleur qui m’empêchait de marcher . Un tir  brûlant, insupportable ,  venait d’impacter le bas de  ma colonne vertébrale .

Image
Photo de Michael Hanion , testant le ray-gun de Raytheon
article du Mail Online 10 nov. 2013

Ce tir , à l’intérieur de mon appartement, avait été silencieux.
Il  avait traversé soit le mur, soit la baie vitrée, soit  le plafond de mon appartement sans  les endommager .
Sauf hasard peu vraisemblable, il était ciblé , et une telle précision proposait  encore deux hypothèses d’origine :
–    Le  tireur était le copain de la voisine du dessus et avait, en plus,  utilisé un système pour voir à travers les murs et pouvoir ajuster    son tir
https://lesharceleurs.wordpress.com/2013/09/05/des-ondes-pour-eliminer-2/

– Le tireur était un petit soldat assis devant son ordinateur
http://rudy2.wordpress.com/a-interview-accorde-a-un-ex-agent-des-services-secrets-surveillance-secrete-et-torture-par-radiations-par-les-services-secrets/
Extrait :   « Ainsi mes amis qui travaillaient dans les départements spéciaux pouvaient traquer l’individu sur son ordinateur, toute la journée. Cette localisation a facilité l’utilisation des armes . Les collègues pouvaient voir où exactement ils devaient viser et aussi comment la personne y réagissait »

avec deux hypothèses des conséquences recherchées
– Blesser pour immobiliser ou invalider
– Atteindre un nerf ou   la moëlle épinière

Sans connaître l’origine exacte ou  le nom exact de l’appareil utilisé , rien n’interdit de  rapprocher le sensation de douleur  de la description suivante, extraite d’un article  de :  EditInternational. com :
« The EMP from the laser is much more focused, leaving computers untouched but overloading a human being’s nervous system due to strong vibrations that set-off pain sensing nerves.
Like a shock from a super powerful stun gun, targets would feel as though they were being burned from the inside out.
The agony is so great that the hot plasma and explosion can be weak enough to not damage the skin, but still knock-out the target with debilitating pain. The military claims that no lasting physical damage should occur. »

La  pénible nuit suivante ,avait été ponctuée, en plus,  de bouffées d’ondes pulsées . Les organes creux, estomac et intestins avaient gonflé jusqu’à la brûlure interne. Cette méthode et  torture-là est  censée accélérer le vieillissement des organes et provoquer des nécroses.

Cherchant refuge dans la pièce voisine,  j’avais compté les coups :  ceux des détonations des tirs d’ondes   venant du dessus .  Un appareil programmé   faisait son boulot de tortionnaire  père-père , pendant que la locataire des lieux roupillait.

L’appareil  semblait  positionné à l’aplomb de mon lit.

Mais, la fine oreille de   Jeannick FOUQUET ou la sonorisation de mon appartement  aidant, avait fini par la faire réagir . Et elle avait déplacé sa machine à cash ou à cadeaux, au-dessus de l’endroit où je me trouvais.
Il paraît que les criminels recrutés en voisinage sont grassement payés.

Jeannick FOUQUET ne devrait pas, tout  comme JJ Walti et sa mère à Paris,  avoir d’autre raison que l’appât du gain pour s’être ainsi  transformée en criminelle .
Sauf un  plaisir de psychopathe à torturer.

La nuit d’après (11-11) , les sensations de  piqûres au pied, à l’intérieur du lit,  avaient précédé de quelques petites minutes un premier tir sec et violent  et  visant très précisément  la boite crânienne. Une situation  insupportable mais connue.

https://lesharceleurs.wordpress.com/2013/07/06/laccroche-2/

Image
Ceci ,ci-dessus, est la copie d’un imèl envoyé au  3ème RIMA  ( régiment d’infanterie de marine) de Vannes .
La réponse avait été un tir d’ondes  fulgurant et brûlant, qui m’avait visée  à l’intérieur  de mon appartement. Il avait impacté le côté  gauche de la cage thoracique.

« Full blast » En pleine journée.
Mes notes précisent que j’avais répondu : « Roger »