Tag Archives: CEDH

The Right to Normality – Le droit à la normalité

7 Jan

Ce qui suit est destiné à faire écho à la remarque d’Eleanor WHITE et qui se trouve au dernier paragraphe de l’article https://etouffoir.blogspot.fr/2018/01/les-recettes-du-harcelement-criminel-en.html

Le texte suivant est un résumé d’une requête présentée à la Cour Européenne des Droits de l’Homme en 2010.
Cette requête avait été présentée en français et en anglais.
La version française avait été mise en ligne sur un blog. De façon inhabituelle , la version allégée de ce jour , est composée d’extraits de  la version anglaise.

Le droit à être traité normalement , comme tout citoyen respectueux des lois, est une revendication commune à tous les individus ciblés par le harcèlement criminel en réseau.

L’incompréhension et la stupeur des cibles de harcèlement criminel en réseau , face aux réactions des forces de l’ordre et de la justice nationale qui les empêchent d’accéder à une vie normale , semble être la même dans les pays dits démocratiques du monde entier,  où les cibles apparaissent comme des sous-humains,  privés du droit à faire reconnaître les délinquances et crimes subis ,mais contraints de payer leurs impôts ou leurs factures.

Ci-après , des extraits de ma requête à la CEDH

For more than ten years now, I have been the victim of continuous, complex violence and violations, not to mention a gang rape.

From 2001 onwards, my vehicles but also my home were continually broken into every time I was absent from home. During the years of these violations a rape, thefts, damage, insults and threats were committed. I was constantly followed and placed in abusive situations, entailing considerable expense.

The only way to describe the method used for this deliberate destruction is to imagine uninterrupted gunfire from different, complementary angles, with a single purpose: to destroy the target.

I am that target, sometimes a prey, sometimes a toy. I am a woman alone, isolated now, a victim sometimes despised, sometimes ridiculed or deliberately humiliated.

To deal with this unimaginable situation I turned to the State legal services for protection, as would any citizen with nothing on her conscience. .

To clarify this rather complicated case, in a necessarily abbreviated form, I will furnish merely a few distinct examples, under four headings :

– the manufactured psychological context: rumours, image destroyed,  insults

– total insecurity : break ins, thefts, damage, spying,

– rape denied by the courts : rape

– other denials : complaints , procedures

Repeated, converging rumours gradually presented me as deranged . All my acts and behavior were interpreted to give grounding to these rumours.
In 2004, the door-keeper and her husband, made bold by their supporters, went so far as to insult me, for no personal reason, in the hall of the building: «  whore, bitch… madwoman… she’s driving us up the wall»
My complaint, filed in Paris against them for insulting language in November 2004, was declared a nonsuit in March 2006.
Because this case received no action, other offenses followed.

On 24 December 2009, my next door neighbor, of whom I knew merely the profession (artist), stood on the landing outside and shouted, for the benefit of the neighbors, that he would « have me sent to a mental hospital ». After shouting this three times, he called me a « bitch, worse than shit, unscrewable » and interrupted my protests with « shut your mouth, bitch ». He ended with  » I’ll break you « .


These unwanted visits resulted in broken crockery in the cupboards, clothes torn or stained with ink in the wardrobes, objects damaged by small knocks, carpets torn and cut with cutters, furniture damaged by tearing off surfaces, burning with acid, holes and blows by heavy objects. Electrical, electronic and IT equipment was broken or put out of service.

My cars, parked in the street and opened with copied keys, were similarly damaged: thefts, locks broken, batteries emptied, tyres punctured, various objects removed, electronics interfered with etc.

To give but two examples of these organised destabilizing tactics, my cheque book was stolen from the apartment during one of these illicit visits and found several days later in plain view on the back shelf of my car, which was locked normally.

Documents filed and placed in a cupboard were found littered on the floor of the sitting room despite the fact that the apartment was protected by a burglar alarm in my absence. The alarm system log showed no indication of an intrusion.

These stressfull anecdotes seem improbable but they should have been investigated by the police when I complained.
No policeman came to investigate.

In 2002 a gang of rapists entered my apartment (locked and bolted) during the night. I woke from a deep sleep to hear their voices around my bed. I tried to move, but my body did not respond to the orders of my brain. I was knocked unconscious and raped with no protection.
The next day I found bruises on my arms and legs.
Given that I was the victim of a rumour campaign describing me as « mad », I choosed not to file a complaint with the police.

However, in 2007 I denounced this rape, once I had proved that I was not mad and explained the stratagems set up by my mother’s solicitor and their purpose: to eliminate me so that my brother could inherit both my mother’s estate and mine.
In France, judges informed of a rape have the obligation to inform at once the Public Prosecutor who must order an investigation.
Neither of these two magistrates contacted me or interrogated me following my denunciation of the rape.

The rape was not added to the list of my complaints by the examining judge.

This offense was denied by deliberate omission by the judges as of May 27 2007.

Throughout this series of violent acts, I filed many complaints about the various incidents.

The fact is that my position as a victim was mainly denied by representatives of the State, sometimes cunningly, often by criticism or ridicule.

Refusal to inform
On February 6 2008, the examining magistrate ordered a refusal to inform without proper motivations (as requested by the article 86 of the Code of penal procedure)

Court of Appeal
I appealed against the refusal to inform in the Paris Court of Appeal, on the grounds that this case had been dealt with,  haphazardly and carelessly,  in view of the letters from the examining magistrate dated July 25 and October …..
It seemed clear that these irregularities , plus the nullified and absent report on my hearing of June 7 2007,  implied that the examining magistrate was not in possession of the necessary facts on which to base a decision.

My appeal was therefore based on those inconsistencies.

Court of Cassation
In its report, G 09-80. 819 , dated 23 April 2009 the rapporteur of the criminal division of the Court refused the appeal on the basis of Art. 590 of the Code of Criminal Procedure, which requires that reference be made to the laws the violation of which is invoked.

In the same report dated April 23 2009, the rapporteur repeated the inventions of the investigating chamber: « imaginary allegations … exacerbated persecution complex », without reference to the article in the Code of Penal Procedure incriminated.

Various actions, omissions and décisions in this case have violated Arts. 3 , 6.§ 1 and 8 of the Convention.

Violation of Article 3 of the Convention

« No person shall be subjected to torture, nor to inhuman or degrading punishment or treatment »
Policemen and magistrates have also participated .

This treatment by the public authorities began with the words of Mme R, a policewoman, who, talking to me , of me, used the term « mad » on November 23 2003.

In 2005 , Mr B. , a policeman, shouted :
 » She has a persecution complex… she doesn’t want to be treated… she has fallen out with everyone. It was the same in Paris ».
My supposed state of derangement, as decreed by judges not qualified to diagnose it, thus became an officially acknowledged stigma.

The language used was sometimes, cleverly, on the borderline between the psychological and the psychiatric: « eccentric… extravagant .»
Those personal value jugement were used to describe me , instead of investigating the offenses I kept on mentioning ..
Fighting alone against the all-powerful State bodies to make them admit that I am a victim and a normal citizen has been a traumatizing experience and the moral suffering has exhausted me. Hitherto my fight has been in vain.
The rape accusation in 2007 was ignored and hidden by the representatives of the French State at the highest level, yet their function and French law require them to take the complaint into account and investigate.

Denial of rape also increases the victim’s suffering and leaves her no chance of reconstruction.
In my case, the gang rape, in my apartment, after placing me in a state of dependence, was a degrading and humiliating experience and violated my right to physical and moral integrity.

Violation of Article 6 § 1 of the Convention

« All persons shall have the right to have their cause heard equitably, publicly and within reasonable delays, by an independent and impartial tribunal set up by law, which shall decide, either on the contestations arising from civil rights and obligations, or on the grounds for any criminal accusation against them ».

In my complaint n° 204/00037 filed in Angers in 2004, the investigation of the policewoman, Mme C. clearly notes the examining magistrate’s refusal to allow any search of my home.

« the judge issuing the order stipulated that it was not necessary to investigate at the complainant’s home. These observations would add nothing to our investigation. »
In June 2007, two documents from the file processed by Angers disappeared: the report of the hearing and the report on the observations in my home.
Actually , these actions which happened to heap ridicule on a victim (me)
turned out to appear as a parody of justice.
The examining chamber then grounded its order on the fact that my previous complaints about similar, but not identical, facts had given rise to dismissal of the case.
It adds, in the absence of any result of investigations that were not pursued, that this case is based only on my imagination driven by « a form of exacerbated feeling of persecution ».

It stated too, that my complaints were not criminally qualifiable .
The deductive reasoning which ends up in this conclusion seems to be that since I am said perturbed, then I am not « trustworthy » and so are not my complaints .
In fact, because I was catalogued as « disturbed » and « affabulating », I simply never benefited from an impartial treatment of my complaints.

The order from the Criminal division of the Court of Cassation on September 1 2009, refusing to admit my appeal, is also in violation of article 6§1 of the Convention.

This judgement, which relies on article 567-1-1, declares that there were no grounds allowing the appeal to be heard, without detailing what those grounds might be. Article 567-1-1 provides that the appeal must be declared as not admitted where it does not present « serious grounds for cassation ».

Violation of article 8 of the Convention

« All persons have the right to privacy in their lives, homes and correspondence.

No public authority may interfere in the exercise of this right, unless this interference is provided by law and constitutes a measure which, in a democratic society, is required by national security, public safety, national economic health, defence of law and order and prevention of criminal acts, protection of health and morals, or protection of the rights and liberties of third parties ».

The first line of the Convention asserts the right to privacy in the family, home and correspondence. It goes on to confirm that public authorities may not interfere in the exercise of this righ
By suspecting me, indeed accusing me, of disorders or illness that had been neither observed or named by specialists, the police and examining magistrates clearly violated my privacy.
By the same token, they damaged my reputation by formulating these accusations of behavioural disorders invented for their own convenience.

These manoeuvres and humiliating criticism also violated my right to dignity.

All these procedures by the public authorities thus interfered in my private life
The right to privacy in the home implies that the home is inviolable. It is guaranteed by the Convention and the member States.

It so happens that no report on the violations of my domicile was ever made. The two reports expected ( dated 14-6-2005 and 8-6-05) do not appear to exist.
There was therefore a deliberate intention on the part of the State representatives to hide the extreme situation that I experienced, and do nothing.
It would therefore be appropriate here to consider that these violations and their consequences are proved, because the method of the ostrich hiding its head in the sand, used by the French State, leads us to suppose that the absence of investigation and reporting,  prove precisely that I must be telling the truth.

The incessant violations of my privacy deprived me of normal security and enjoyment of the apartments I was living in.

The privacy, security and well-being in my living spaces were denied me for ten years through the inertia or inefficiency of the authority that guarantees them. The consequences were destruction and incessant thefts.
Furthermore, I wish to draw the attention of the European Court of Human Rights to the right, not observed in my case , and cruelly highlighted by it:


which would serve to protect many woman ( humans) at the basic level of acts of justice in Europe and throughout the world.



30 Oct



Madame , Monsieur,

Cette revendication  de VIVRE dans la DIGNITÉ, tout aussi légitime que MOURIR DANS LA DIGNITÉ ( association loi 1901) , est en France, officiellement déniée à quelques centaines de personnes victimes de ce que les anglo-saxons appellent le gang stalking et qui a été traduit en français par harcèlement global.

Le très proche  1er novembre 2016, journée d’hommage national à tous les morts , est une occasion de le rappeler, et de redire ce qu’est le harcèlement global de vivants privés d’une vie dans la dignité la plus basique, pourtant garantie par la Constitution et la Convention Européenne des Droits de l’Homme  .

Car, pour lutter contre cette forme de criminalité cachée, il faut également la faire reconnaitre dans ses manifestations physiques et ses implications sanitaires.

Pour cela,  nous , les individus ciblés par cette ignominie qu’est le harcèlement électronique,  sommes en recherche de physiciens et de médecins  courageux qui accepteraient de constater les graves conséquences de ce type de harcèlement tout particulièrement , d’en témoigner et /ou de l’analyser.

L’article http://lezarceleurs.blogspot.fr/2016/04/recherche-de-scientifique-en-phase.html
n’est pas une plaisanterie macabre ou d’un goût douteux. C’est semble-t-il , le seul recours en reconnaissance de ce groupe de français ciblés et abandonnés à son sort par des spécialistes frileux ou plus .

C’est cet appel  pour rencontrer un ou des spécialistes médecins au physiciens , sans rien à perdre,  et qui accepteraient de mettre leurs connaissances et compétences au service d’une cause  à  défendre mais laissée pour le moment aux seules victimes épuisées,  que nous vous demandons  de répercuter à vos proches, amis, parents ou relations,

Pour mémoire ou information

Le harcèlement criminel global se compose du harcèlement criminel  en réseau (HCR) et du harcèlement criminel électronique (HCE).

Le harcèlement criminel en réseau est pratiqué de façon extensive par tous les milieux sociaux-professionnels et le plus souvent , dans le cadre du métier, ou sous couvert d’une qualité  et des moyens  d’action qui y sont liées.

Ce harcèlement  criminel est destinée à montrer ou prouver qu’une personne est dérangée ou folle, et à défaut à faire en sorte qu’elle le devienne ou puisse être diagnostiquée comme telle. Pour cela les pratiquants du harcèlement en réseau utilisent  un corpus de nuisances qu’ils adaptent au cas particulier de leur cible.

Le harcèlement criminel électronique est la forme physique , barbare et violente du harcèlement criminel global.

Le harcèlement criminel électronique , quand il est mis en place en proximité de la victime , consiste à pulser des signaux ( faisceaux de fréquences)  à travers les parois , à partir d’appartements voisins . Ces signaux peuvent porter des micro-ondes, des sons, des sifflements  et  aussi de très basses fréquences qui interfèrent avec celles du cerveau.

Ces signaux  sont pulsés par des appareils programmés pour priver la cible de sommeil dans des souffrances indescriptibles , pour la brûler et  pour détériorer sa santé .

Les auteurs de ce crime sont  alors et souvent des voisins volontaires ou rétribués. Les organisateurs sont leurs correspondants.

Dans l’espoir d’une ou plusieurs réponses de votre part en commentaires pour contact, en cette période de retour aux fondamentaux de la vie de famille , et de la vie tout court

Ce 1er Novembre , justement 

et au retour d’une nuit pénible en voiture et dans le froid, j’avais essayé de me réchauffer dans un lit.

Apparemment le voisin corse du A221 était à l’affût * (1) et le réglage de ses appareils , juste à l’aplomb de mon lit avait donné ceci :


puis ceci :


et qui donne ceci , vu de plus près


et avec de sincères voeux de vacances de Toussaint ensoleillées.


  • (1) http://lezarceleurs.blogspot.fr/2016/10/les-reglages-du-voisin-corse-du-a221.html

Harcèlement électronique – le droit de dire – le devoir de dénoncer

23 Oct


Copié du blog : http://laproscrite.canalblog.com

Le harcèlement électronique, également nommé harcèlement psychotronique  *(1) dans sa forme plus globale , est constitué d’agissements hostiles et agressifs utilisant des appareils qui fonctionnent grâce à l’électronique .

Un grand nombre de personnes ignorantes de ces termes et donc de ce phénomène caché et par ailleurs violemment maintenu comme tel, l’amalgament à tort au harcèlement téléphonique qui est plus  familier ou à la cyberdélinquance.

Le harcèlement électronique existe depuis plusieurs décades. Il est pratiqué en bandes organisées criminelles, qui agissent le plus souvent en voisinage de la victime .

Le harcèlement électronique vise, par la propulsion de signaux de diverses natures et qui traversent parois ou protections , à détruire une « cible » . Une  » cible » est un être humain désigné, donné, vendu ou proposé comme pouvant être torturé par n’importe qui , jusqu’à l’épuisement , la folie ou le suicide.

Le harcèlement électronique est pratiqué dans le monde entier.

Le harcèlement électronique appartient au domaine de la criminalité , mais sans en faire encore officiellement partie , puisque ne relevant pas encore à ce jour, en France, d’une sanction listée par le code pénal.

Il ne peut donc pas faire l’objet d’une plainte , en tant que tel. Il peut seulement , et sans être nommé pour ne pas risquer de voir la plainte entachée de nullité, relever de plusieurs infractions sanctionnées par le code pénal , la Convention Européenne des Droits de l’Homme, et dont  entre autres :
– l’atteinte à l’intégrité physique et mentale .
– le droit de ne pas subir de torture (par privation de sommeil), article 8 de la Convention et 17 du Pacte International relatif aux Droits Civils et Politiques

Pour donner suite à une plainte, les pouvoirs publics demandent en général à la victime de prouver la matérialité des faits, et/ou la relation de cause à effets. Compte tenu des conditions de la mise à exécution à distance , à travers les parois , du harcèlement électronique , un grand nombre de « cibles » voient leurs plaintes passer en poubelle à la vitesse V.

Pire , pour se débarrasser des « cibles » certains policiers et certains médecins décident souvent de concert, de sanctionner l’utilisation des termes « harcèlement psychotronique » ou « harcèlement électronique « en traitant les citoyens qui le mentionnent de « dérangés » à soigner ou  à enfermer.

Cela constitue une très grave atteinte au droit à la liberté d’expression de chacun et un manquement notoire
– au code déontologie de la police
– au code de déontologie des médecins.

La liberté d’expression , donc le droit d’utiliser tous les mots qui décrivent clairement et posément une réalité connue d’un citoyen , est garantie par l’article 11 de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen (DDHC) qui dit « tout citoyen peut donc parler , écrire, imprimer librement « 
La DDHC a été insérée dans le préambule de la Constitution de 1958.

Par cet acte, la liberté d’expression est devenue un droit constitutionnel.

Ce droit à la liberté d’expression , donc au fait de nommer et décrire, est également garanti par la Cour Européenne des Droits de l’Homme qui précise même que ce droit à dire vaut également pour tous avis ou informations même s’ ils heurtent, choquent ou inquiètent.

Le fait de décrire une situation comme étant du « harcèlement électronique «  est donc un choix d’un citoyen et qu’aucun médecin ni policier n’a la possibilité de contester , refuser ou transformer en maladie mentale.

Si un policier ose le faire, alors il contrevient à l’article 2 du code de déontologie de sa profession * (2) qui dit «  La police nationale s’acquitte de ses missions dans le respect de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen , de la Constitution, des conventions internationales et des lois »
Si un médecin ose le faire , alors il contrevient à l’article 51 du code de déontologie de sa profession *(3) qui dit « Le médecin ne doit pas s’immiscer sans raison professionnelle dans les affaires de famille ni dans la vie privée de ses patients »

Si un médecin ose faire un certificat médical de problème mental ou psychologique , en se basant seulement sur des réponses faites par un client à ses questions, alors il contrevient à l’article 28 du code de déontologie de sa profession qui mentionne «  La délivrance d’un rapport tendancieux ou d’un certificat de complaisance est interdit »

Ce phénomène de harcèlement électronique  ne peut être mentionné officiellement à la justice que sous des formes appropriées, en  utilisant le infractions listées au code pénal et qui correspondent aux situations des « cibles  » :  « torture par privation de sommeil consécutives aux tirs d’énergie pulsée » ou encore  » atteinte à l’intégrité physique et mentale  »

Pour témoigner de ce phénomène criminel caché et encore largement méconnu qu’est le harcèlement électronique , et  pour que les « cibles  » soient peut-être écoutées, les citoyens volontaires  informés de ce qu’est le harcèlement électronique criminel, disposent par ailleurs , de l’article 434-1 du code pénal qui dit «  Le fait pour quiconque ayant connaissance d’un crime dont il est encore possible de prévenir ou de limiter les effets et dont les auteurs sont susceptibles de connaître de nouveaux crime qui pourraient être empêchés , de ne pas en informer les autorités judiciaires ou administratives est puni de trois ans d’emprisonnement et de 45.000 euros d’amende »

Il y a pour les victimes actuelles  de harcèlement électronique et  également pour les victimes potentielles (tout le monde)  urgence à dire et témoigner pour faire stopper ce fléau  et  pouvoir faire sanctionner  cette horreur.


Tirs d’énergie dirigée dans le cerveau en provenance de l’appartement A221


Ces tirs ont continué jusqu’à 6H30 du matin (23 octobre 2016)

* (1) https://lesharceleurs.wordpress.com/2013/06/21/harcelement-dit-psychotronique/
*(2) https://fr.wikisource.org/wiki/Code_de_déontologie_de_la_police_nationale
*(3) https://www.conseil-national.medecin.fr/sites/default/files/codedeont.pdf

HCE – 900 MHz pour la nuit

22 Mai

IMG_2542 pieuvre

Pour comprendre ou admettre  que  les tirs d’ondes   montrés dans ces blogs  ne sont  ni naturels  ni fortuits, Il suffit de garder en mémoire que les CEM ( champs électromagnétiques ) produits par des appareils de communication donnent des valeurs d’intensité en continu. Ce n’est pas le cas ,ici.

Les criminels à mes trousses , comme pour la plus part des autre situations d’ individus ciblés, ont utilisé les deux méthodes : tirs d’ondes + micro-ondage .

De la même façon qu’ils ont utilisé le système de l’étau. * (1)  qui déboussole  , comme pour toutes les autres victimes du harcèlement en réseau ou du harcèlement électronique .

Pour les lecteurs de passage , je précise  que les victimes de ces réseaux criminels sont appelés « individus ciblés »  * (2)

Pour les mêmes , j’ajoute que ce  harcèlement est criminel par ce qu’il torture par des souffrances infligées sciemment et volontairement . Ces souffrances sont dues à des tirs d’ondes faits à travers les parois, donc  majoritairement  d’un appartement voisin . Les tirs d’ondes qui visent la boite crânienne, par exemple ,  provoquent une souffrance physique du cerveau aussi indescriptible qu’épouvantable.

Ce harcèlement est criminel aussi parce qu’il porte atteinte à l’intégrité physique  de la citoyenne  ou du citoyen , victime . Cette  technologie dégrade la santé et   détruit le cerveau  sans contact et sans bruit autre que , majoritairement,  privatif. Dans le crâne.

Toutes ces abominations  à classer dans les rubriques « barbarie » et « torture » relèvent du pénal .

En France jusqu’à ce jour,   les plaintes pour torture  et atteinte à l’intégrité physique , des victimes  de ces   barbares  modernes   ont été ignorées  dans un mépris sidérant des policiers, des magistrats et des élus .

Un certain nombre de ces crimes en bande organisée  a pour origine la haine, la hargne,  ou la vengeance

Un consensus  « d’omerta »  face à cette forme de criminalité montre ainsi  que des histoires personnelles de haine, de  hargne ou de  vengeance   ,  engendrent des situations  complètement incroyables,  capables de faire dérailler un Etat de droit ,  une institution européenne spécialisée dans la défense de victimes maltraitées  par l’ Etat  (CEDH)  * ( 4) , et  une organisation internationale  qui a le même but ( ONU) * (5)

IMG_2551 tous droit au droit

« On a tous le droit au droit » 

Un Etat de droit  normal garantit la sécurité à ses citoyens,  et le respect de leurs droits constitutionnels  , à travers  tous ses représentants ,   en contrepartie, pour certains,  d’un paiement obligatoire : les impôts .

Si les individus ciblés  décident de ne pas  payer cette redevance  pour  des droits et services  qui leur sont refusés de facto, alors l’Etat qui ne remplit pas ses obligations,  utilise, paradoxalement,  le droit, par  l’intermédiaire  deson service spécialisé,  pour leur pomper l’argent qu’il exige. Et il se sert  directement sur leur compte . Sans avis.

Chassée de divers appartements rendus volontairement invivables par le réseau criminel français, j’avais refusé le paiement de la taxe d’habitation à Vannes et suggéré au maire d’y faire face. Mr ROBO maire de Vannes la très cruelle,   et qui, comme les autres n’avait JAMAIS, répondu à aucun courrier mentionnant la criminalité prouvée de certains habitants de cette ville,   ni utilisé l’article 40 du code procédure pénale  qui l’oblige à dénoncer un crime dont il a connaissance , a tout simplement  fait ponctionner mon compte bancaire .

IMG_2646  2h41

Les détections de tirs d’ondes  présentées ci-dessus et ci-après  avaient  été faites une nouvelle fois, à la tête de mon lit . dans un appartement sans appareil électronique en fonction . Après avoir noté que  les  deux box voisines repérables  étaient même éteintes.

Les moments  sans tirs d’ondes ont été supprimés du tableau , sauf deux lignes qui représentent les 20 secondes entourant un tir d’ondes. Les valeurs enregistrées sont en microWatte/m2 .

IMG_2647 2h54

2h 54 , 3h06, 3h08, 3h26,3h30,3h34

IMG_2648 3h37

3h37, 3h41, 3h44, 3h49, 3h51, 3h54

IMG_2649 3h54


IMG_2650  5h01

5h01, 5h05, 5h08, 5h10, 5h11

Ces éclats de CEM portés par des tirs qui visaient la tête avaient commencé à 22 H 54 le 20 mai et  s’étaient arrêtés  le lendemain matin au moment où  j’avais  quitté mon lit . Levée mais livide et  épuisée.

Au total , entre 22H54 le 20  mai et 7h18 le lendemain, il y avait eu 54 tirs d’ondes vers ma tête, et utilisant  la fréquence 900 MHz.

Cette fréquence de 900 MHz avait été très souvent utilisée aux Sénioriales (85) par   des vieux , autres  habitués enthousiastes  de la torture autorisée de femmes * (6  )

Par ailleurs, à Vannes, des aménagements  * (7)  faits juste après la parution d’un article , avaient  également montré en temps réel , comme ici encore, la réactivité de ces réseaux criminels  hors la loi que certains représentent.

La nuit dernière (21-5) le tir de 22H 50  avait  fait se tordre les deux épaules l’une après l’autre. A quelques fractions de seconde d’intervalle. J’étais allongée sur le côté. Le tir  d’ondes venant de l’appartement  du dessus bloqué/inhabité  par l’agence des Présidents, avait donc traversé le buste de part en part.* (8)

* (1)






* (4)





* (5)




* (7)




Des plaintes

29 Déc


Pour une cible de harcèlement en réseau, les dysfonctionnements   de la justice  sur fond de collaboration active de policiers, pour l’exclure de la normalité  , sont un  casse-tête incessant.
Face à une femme victime , ici,  des femmes avaient  souvent été  mises en paravent  pour protéger le système  d’écrasement d’individu(e) ciblé(e) . Ecrasement qui rend le système pérenne.

Il y avait eu Mme Rougier  avec  » J’ai été chargée par le procureur de prouver que vous êtes folle »
Il y avait eu Mme X avec  » Il faut arrêter d’embêter le procureur avec vos plaintes « 
Il y avait eu Mme Monneray  avec  » Votre dossier est vide . Comprenez-vous VI-DE »  Alors qu’il fallait comprendre vidé
Il y avait eu Mme Deschamps qui avait subrepticement glissé dans le texte d’une plainte  un «  je m’engage à ne plus porter plainte » ,  et à effet boomerang immédiat.
C’étaient seulement les premières. Celles qui m’avaient le plus sidérée.

Il y avait eu  aussi , bien sûr , quelques magistrats pour vouloir s’en payer ouvertement une tranche , De rire. Devant un parterre d’avocats, Mr NIVOSE, président de chambre avait mis fin à la plaidoirie d’un  » du vent, du vent, du vent «   accompagné d’un geste repoussoir de la main et à l’usage de deux femmes. L’avocate de la partie adverse  en robe noire , mais verte de cet outrage , et moi-même.

De 2001 à 2009, la plus part de mes plaintes, sauf 2 ou3 ,  avaient été contre X, le fléau des cibles de harcèlement en réseau , privées d’enquêtes réelles. Parmi les 2 ou 3 :
Il y avait eu  celle contre WEN Chuan qui m’avait emprunté les clés de mon appartement pour y remettre une partie des bijoux volés quelques mois plus tôt, signant ainsi sa complicité active et qui s’était alors traduit par sa menace  » Moi, je saurai comment vous détruire »

Il y avait eu celle contre la concierge et son mari LELONG (1) du 81 Fbg St Jacques . Un matin j’avais exposé dans le hall de l’immeuble les photos de mes meubles découpés , tailladés et défoncés à coups de marteau, celles de la vaisselle et des objets mutilés et  saccagés .
Les LELONG payés et logés  gratuitement grâce à mes charges aussi, devaient assurer la sécurité des résidents. A la place , ils avaient accepté d’organiser mon  insécurité en pillant et volant  chez moi. Ces photos de leurs turpitudes mettaient à mal également les rumeurs qu’il avaient diffusées à base de « affaboulatrice » « schizou », paranou » . Elles les avaient déchainés en injures  et menaces de cassage de gueule, manche à balai à l’appui.
Ma plainte  contre eux  avait été classée sans suite.

Mes 3 plaintes avec  constitution de partie civile (CPC) avaient également été contre X et menées jusqu’à la Cour Européenne des Droits de l’Homme (CEDH)  et l’ONU , service  du Haut Commissariat des Droits de l’Homme (HCDH). Requête contre l’Etat pour crime  non traité  et procédures judiciaires non équitables ; ce qui était en creux un exposé du harcèlement en réseau institutionnel.

A partir de 2009, la situation s’était éclaircie grâce à mon explicite menaçant voisin  suisso-basque, sa menace de mort et ses injures sexistes. .
Ma première plainte était comme suit ,


et montrait  à travers les menaces  proférées  par ce quasi-inconnu : « internement » et « démolir » , la mission et le but fixés  par ses patrons , à  cet exécutant volontaire et sadique.

La réponse du bureau du procureur avait été  également comme suit : plainte traitée par une autre administration. Impossible de savoir laquelle.


Une escalade entrainée  par ce laxisme institutionnel,   avait  débouché sur un harcèlement électronique intense et incessant , avec  torture du cerveau  par ondes pulsées à travers les murs. (2) (3) Ma réponse avait été une nouvelle fois de type  légal, sous forme d’ une autre plainte.
Son traitement  par stratagème  avait été exposé  dans  : https://lesharceleurs.wordpress.com/2013/08/25/classique/

Et J-J WALTI non empêché, non sanctionné, protégé par le système qui l’emploie, caché derrière sa mère, ou Frenove, en vrai couard . avait  continué de torturer à base d’ondes pulsées chaque jour ou nuit  pour empêcher le repos , détruire la santé . Pour  « tuer » . (4)

Dans un tel système structuré et caché (5) les plaintes des individus ciblés sont forcément contre les idiots-utiles  actifs et visibles (6). Dans une situation normale  cela  permettrait de les interroger pour remonter aux coupables .

Dans une situation de harcèlement en réseau une partie du  système policier-judiciaire se met en dysfonctionnement  et rend toute issue impossible . Cela est vrai ici aussi pour  la CEDH qui a protégé le système en place et montré les limites ou priorités  de cette respectable institution.(7)


Et enfin , juste pour mémoire à cause de l’ incroyable inconséquence méprisante  de la réponse   à une 3ème plainte pour viol où  le bureau du procureur avait simplement écrit qu’il classait sans suite , parce qu’   » Il n’a pas été possible de trouver l’auteur de l’infraction » . C’est dire.

(1) http://etouffoirs.wordpress.com/2013/12/29/la-concierge-81-fbg-st-jacques/
(2) http://etouffoirs.wordpress.com/2013/12/17/le-pilonnage-tirs-dondes-a-travers-les-murs-22-2-13/
(3) http://etouffoirs.wordpress.com/2013/12/17/la-matraquage-dondes-pulsees-31-5-12/
(4) https://lesharceleurs.wordpress.com/2013/12/07/dans-la-nuit/
(5) http://etouffoirs.wordpress.com/2013/08/23/une-organisation-de-harcelement-2/
( 6) http://etouffoirs.wordpress.com/2013/12/29/plainte-pour-torture-par-ondes-pulsees/                                                  (7)   http://etouffoirs.wordpress.com/2013/12/02/cedh-reponses/

le blog etouffoirs.wordpress a été censuré et supprimé par wordpress : https://lesharceleurs.wordpress.com/2014/03/08/censure/

Les services spéciaux

18 Déc


Une  abondante  documentation en anglais tend à lier les phénomènes de harcèlement en réseau et harcèlement électronique à une forme  d’expérimentation humaine , totalement interdite, mise en oeuvre et depuis longtemps ( années 50) par des services secrets et des psychiatres,

L’enjeu final  comme indiqué dans ces documents et vidéos serait la maîtrise du cerveau humain et sa manipulation à distance par des ondes électromagnétiques.
Ainsi , l’expérimentation douloureuse et cruelle mise en place sur des personnes ciblées non consentantes , utilisées comme cobayes ,  servirait , semble-t-il ,  à affiner , développer et confirmer des connaissances acquises depuis plus d’un 1/2 siècle dans le domaine indiqué plus haut.

Une information plus rare en français , et de qualité , donne  aussi à voir les avancées de ce type de contrôle de l’esprit par l’électronique

Ce qui est documenté  sur ce sujet  de la manipulation d’humains par ondes électroniques  aux USA , mentionne la CIA , lourdement maçonnée et donc capable d’utiliser cette communauté pour inter agir et/ou comme couverture de ces exactions ,  et la NSA  comme acteurs principaux.
Certains observateurs n’excluent pas que les techniques infligées aux cibles ne soient elle-mêmes que des couvertures. C’est le cas du Dr Colin ROSS qui écrit :
« …. prolonged sleep deprivation, death threats and other techniques discussed in the Senate and Congress and in the media, are, in my opinion, elements of a limited hangout, a CIA strategy in which a little bit of the truth is revealed in order to cover up the greater part of the truth.  None of these experiments or operational programs would be possible without the participation of doctors, psychiatrists and psychologists.  The doctors are directly involved in testing the interrogation techniques and monitoring their effects « 

Une plainte contre la NSA et datant de 1992 ( puis retirée) donne des informations sur les différents aspects de cette recherche sur humains, et notamment ce tableau sur les ondes utilisées pour des stimulations forcées du cerveau

ImageIncredibe Domestic Surveillance & Mind Control Technology. html

La France, par des recherches de son armée,  fait aussi la course à la maitrise du cerveau humain , comme l’indique le témoignage de l’ancien agent secret présenté sur :  http://rudy2.wordpress.com/a-interview-accorde-a-un-ex-agent-des-services-secrets-surveillance-secrete-et-torture-par-radiations-par-les-services-secrets/

Et la question que se posent les cibles  françaises du harcèlement électronique  aux plaintes  volontairement ignorées par les pouvoirs publics et /ou  ridiculisées par les mêmes ,  est donc bien limitée à « suis-je ou ne suis-je pas ,  victime de la « grande muette » ?  »  .

Ce qui n’empêche pas de garder en mémoire   que les  habituels groupes criminels intermédiaires,  souvent  d’exécution seulement,  peuvent aussi utiliser ou détourner à leur profit , les moyens qui leur auraient  été confiés à un moment ou un autre ..

Il y a  un peu plus de 25 ans maintenant un gendarme de la bourse  m’avait appris que j’avais  sans doute les services secrets aux fesses aux basques . Il le tenait de sa famille de militaires . J’avais bien sûr pensé à une erreur. Et c’était peut-être ça l’ erreur , Mais il se pouvait aussi que ces gens honnêtes ne fassent pas la différence entre la frange crapulo-criminelle qui utilise des moyens de l’armée et  les services secrets eux-mêmes.

                                                                                        Dessin de Gross


Sous constante surveillance , et  depuis trop longtemps maintenant , ma vie s’était révélée  une suite ininterrompue de situations de mise en échec pré- fabriquées  et manipulées,  souvent  inextricablement  compliquées . Tous domaines  confondus.
L’impression générale étant que chaque nouvelle situation était utilisée et offerte à la partie en face  – qui n’était pas à priori adverse- pour qu’elle  la complique , la rende impossible ou en profite à mes dépens. Ce qui entrainait mes réactions  et une relation conflictuelle inattendue.
Dans certains cas, il semblait en plus  que l’interlocuteur utilisé  était même un peu  induit en erreur  pour qu’il se plante et  s’aigrisse  ,  multipliant ensuite  les escalades de rétorsions pour camoufler  ses turpitudes de départ, et  par voie de conséquence , son ressentiment à mon égard.
Ce qui m’avait amenée à caractériser ces situations à l’aide  du slogan des services spéciaux de l’armée  » ne rien faire, ne rien laisser faire , tout faire faire »

L’empilement de ces situations  sur de très  nombreuses années  supposait une sorte de centralisation  de commandement et un temps passé absolument  considérable, dont , quasiment,  seuls  des fonctionnaires d’Etat  disposaient, et qu’ils devaient  peut-être justifier.
L’expérimentation humaine devenant ainsi moyen de vengeance  pour les uns  et  finalité pour les autres…. jusqu’à un certain point : la découverte du processus.

Le fil d’Ariane qui mène vers les services spéciaux est ténu. Par définition ils sont « secrets » . Les 3 premiers éléments qui peuvent les indiquer comme marionnettistes  sont des déductions, les suivants des informations que je suis seule à pouvoir donner . Les seules preuves tangibles de l’utilisation des ondes avaient été données par des brûlures puis par  les indications de deux  détecteur d’ondes HF et  ELF .Les photos avaient été affichées dans des articles précédents.

Parmi les éléments de cette  histoire qui font pencher la balance plus du côté du militaire  que des  criminels  corso-beurs-maçons  , et pour n’en citer que quelques uns :
Il y a  le classement à la verticale et à toute vitesse de mes plaintes et dossiers CEDH et HCDH , comme si cette histoire  devait rester secrète.
Il y a  le classement  de mes plaintes contre  le Porc Nazi local , un  lâche  ordurier, caché dans l’appartement de sa mère ou des voisins et qui n’a jamais cessé  ses actes de torture par ondes pulsées, de jour comme de nuit.
il y a curieusement la falsification des plombs . Du temps perdu. Un truc pour services secrets qui doivent être capables de tout imiter

le blog etouffois.wordpress a été censuré et supprimé par wordpress : https://lesharceleurs.wordpress.com/2014/03/08/censure/


Il y a la transmission au cerveau d’une image et d’un son superposés : ce que les criminels de base  ,  beurs  et voisins bouchers , ne maitrisent pas.
http://www.youtube.com/watch?v=zaPb3R5YTo4  ( mind reading) Pr LIN  à  2’45 message encodé dans les ondes
http://www.stopthecrime.net/trower.html  Barrie Trower V2K  à  11:35

Il y a  très certainement  « l’accroche » , un système d’ondes bloquées sur moi  , qui me marque comme un objet et qui  sert  sans doute pour   le portage des ondes ELF et la manipulation mentale.

Il y avait eu  la désorientation au moyen d’ondes ELF au moment où j’aurais du entrer dans un tribunal de proximité

Il y avait eu  de la télépathie synthétique  par ondes ELF, tentative d’expérimentation  face à un  médecin prévenu par une soudaine information  apparue sur son écran (vastarel)
Ce phénomène n’était pas nouveau. Il est surtout parfois très encombrant.


Et pour tous ceux que ce sujet particulier  pourrait intriguer ou avoir intrigué et qui pensent que c’est seulement de la science-fiction,
il y a : https://www.youtube.com/watch?v=DROMEibpQG0#t=14
technologies de manipulation du cerveau,  sous-titres français et traduction

Il  y a : https://www.youtube.com/watch?v=cSb3kihz4cM
Il y a : http://informationdossier.wordpress.com/ (  en français :  les armes psychotroniques)
Et Il y a surtout : http://lire-dans-les-pensees.blogspot.fr/p/les-ressources-indispensables.html

IMG_3894Ceci  ci-dessus , avait été  seulement une manipulation de ma connexion en temps réel, à  1 h du matin . On voit sur le bandeau du gestionnaire de connexion SFR, la phrase qui a été copiée et  transférée à partir du présent article, et qui me faisait peut-être remarquer une faute de frappe ! (taire,)

Quelques anomalies policières et judiciaires

28 Nov

Les tirs  d’ondes de la nuit dernière (27-11)  avaient  commencé à 23H40  après des piqûres au niveau des pieds Ils avaient  atteint  une intensité maximale  de type acoustique à 3H du matin  après  des repérages constants  de mes changements de place . Cela  amène ,   de nouveau à se poser la question du  ou des marionnettiste(s) de cette histoire.

Maçon donc corse  ? ou Militaire ? ou les deux , l’autre aidant l’un ?

Un  nouveau listage de quelques  anomalies, ici seulement  policières et judiciaires qui avaient  jalonné les dix dernières années , est à envisager  pour une quête de ce sens là, tout en gardant un oeil sur  : http://etouffoirs.wordpress.com/2013/08/23/une-organisation-de-harcelement-2/ Image

photo Wikipédia

1) Catherine PONCET , juge d’instruction à Angers (49) avait  reçu ma plainte avec CPC et décidé , sans me connaître,  de m’imposer une expertise psy, avant même d’ouvrir l’enquête.  Refusé. Contrainte d’ouvrir son enquête , elle avait interdit à la policière  désignée pour ce faire,  de venir constater sur place la réalité de mes plaintes.

Cela avait entrainé un non-lieu torché en quelques lignes, bien plus tard,   et sur la base d’un beau mensonge  qui permet 3 hypothèses. Mme Poncet avait voulu

a) se débarrasser d’un dossier sans intérêt pour elle,

b) faire plaisir à un notable local . Ce qui est souvent synonyme de « maçon »,

c) se conformer à des préconisations de  gens de l’armée .

http://etouffoirs.wordpress.com/2013/11/14/une-juge-dangers-pour-memoire/ . https://lesharceleurs.wordpress.com/2013/06/10/la-folie-pratique/

2) Fabienne  POUS , juge d’instruction à Paris, en charge d’une 3ème plainte avec CPC incluant un viol en groupe , n’avait pu que constater le gigantesque  bras d’honneur que lui avait fait   l’entière  police d’Angers .

Elle y avait délégué mon audition au commissaire , mais  c’est une jeunette avec 2 mois de boite  , qui l’avait assumée sans qualité.

Elle avait exigé que l’audition  ait lieu dans le commissariat principal , mais l’audition s’était déroulée dans un poste de police périphérique , dans un bureau  très fréquenté , mais où j’avais eu aussi plusieurs tête -à-tête exclusifs avec mon dossier. http://etouffoirs.wordpress.com/2013/10/19/laudition-10-5-2011/

Elle avait demandé que la police recueille   des preuves , mais  3 policiers dont Mr Renault  étaient venus fabriquer une preuve pour rigoler.

Elle voulait que le document  de M Ghiloni s’intitule audition, mais elle avait reçu un document  de V. Deschamps  intitulé compte-rendu .Un petit chef – d’oeuvre de poncifs de type comportementalisme . .http://etouffoirs.wordpress.com/2013/11/14/une-brigadiere-dangers-pour-memoire

Face à une  réalité semble-t-il inattendue , Mme POUS n’était manifestement pas,  non  plus,  à un crime près (viol) . Le viol  avait été oblitéré.

Il le sera encore  plus tard , par deux procureurs différents : H. PAVY de Rennes (35)  et un anonyme parisien . Et dans cette plainte -ci  , Mme POUS   avait essayé de boucler son dossier en catastrophe , s’emmêlant dans des dates et de nouvelles exigences incongrues.

3) C’est un dernier juge Mr DUBOIS  qui prendra une décision de refus d’informer au prétexte qu’il n’existait pas de qualification pénale possible de mes plaintes pourtant bel et bien acceptées comme telles.


Photo Wikipédia

4) Peu après la Cour d’Appel  de Paris s’immergeant dans le psychologisme de l’ainsi  reconnue – psy-infaillible – brigadière Valérie Deschamps , évacuera le dossier, transformant la plaignante/victime ( moi)  en accusée- menteuse.

Et la Cour de Cassation entérinera ces accusations  avec une  surenchère,  mais sans aucun article de loi pour justifier la surenchère .

Avec la police d’une ville entière (Angers)  qui se paie la tête d’une juge de Paris et s’asseoit sur le code pénal et le code de procédure pénal  dans une vaste comédie de rigolade ,

et  avec un juge, Mr Dubois,  qui déclare que le code pénal ne traite ni les infractions pénales listées avec références ,  ni  un viol, les 2 hypothèses  précédentes  sont remises à l’honneur :

b) faire plaisir  à un notable local . Ce qui est souvent synonyme de « maçon »

c) se conformer à des préconisations de  gens de l’armée

5) Au niveau de la Cour Européenne des Droits de l’Homme , le traitement expéditif de mon  dossier  par K. JUNGWIERT  avait consisté à dire   qu’il n’y avait pas de violation des droits de l’homme. Ce qui devrait permettre de conclure  que J-P COSTA  , président de la CEDH et et son collègue K . JUNGWIERT  pensaient que  les droits de l’homme à violer avaient bien été respectés. On a , ici, de nouveau les 2 mêmes  hypothèses  b) et c) possibles.

6) Dans un tribunal de proximité pour  une affaire de petit escroquerie ,  3 hommes au style militaire avaient quasiment ordonné au juge de traiter mon dossier en priorité. Ils voulaient être là, tout en ayant mieux à faire.

Curieusement , avant de pouvoir entrer dans ce tribunal où j’étais déjà venue , j’avais été « désorientée »  de façon inexplicable trois  fois de suite. Allant sans arrêt dans la même mauvaise direction.

Sans vouloir préjuger de  la cause de cette situation anodine, je pourrais actuellement émettre l’hypothèse d’une utilisation  militaire d’ondes pour cet effet . Et ce, sans me trouver moi-même ridicule. Ce qui donnerait plus de poids au c) des hypothèses proposées avant.


On peut voir aussi :   http://etouffoirs.wordpress.com/2013/12/02/cedh-reponses/