Tag Archives: crapuleries

Centralisation des crapuleries

4 Jan

De la criminalité par tirs d’énergie dirigée pulsée à travers les murs ,  pour empêcher le sommeil et torturer,  aux crapuleries avec violations de domicile , les situations de cette histoire d’obsédés en bande organisée  , se superposent  et se répètent.

Le vol crapuleux en réseau  d’une valise  il y a quelques semaines , m’avait privée d’un dossier médical . Un compte rendu d’IRM , normal.
https://lesharceleurs.wordpress.com/2013/09/19/vol-crapuleux-en-reseau/
Le vol de la valise  avait eu lieu , dans le train à RENNES. Le plomb qui fermait la valise avait  ensuite été trouvé sur le sol de la chambre à PARIS.
Le dossier médical dont le vol avait été noté sur le PV de plainte à la police, a été  récemment remis dans une valise à VANNES.

Si l’on en croit les indications notées sur l’enveloppe , Il aurait du être remis dans un COFFRE .

Image

Le violeur de domicile en avait décidé autrement. Il avait choisi une valise à la place du coffre.

Si quelqu’un connaît ou reconnaît cette écriture, merci de me l’indiquer.

Il y a éventuellement ceci à cause des F et des R

IMG_4096

Cette  centralisation de l’organisation crapuleuse qui s’acharne sur une cible   avait été notée une première fois  dans une plainte au procureur,  il y a plus  de 10 ans, maintenant.
Des documents de la SCI dont j’étais présidente avaient d’ abord disparu de leur dossier.
Quelques semaines plus tard, ils avaient été trouvés dans une armoire de linge ,   dans une pochette d’accessoires ( gants, ceintures etc..)
Sur l’enveloppe qui contenait les documents , mon nom avait été inscrit à la main , avec une flèche signifiant , sans doute , retour  à ce destinataire.
Le vol de documents donne des informations utilisables à un moment ou l’autre,  pour le groupe crapuleux en exercice. La disparition des documents perturbe la cible. Le retour de ces documents et dans un endroit improbable est destiné à faire croire à la cible qu’elle perd la boule.
Il y a violations de domicile + vol + atteinte à la vie privée ou  à la confidentialité d ‘informations + bande organisée+ volonté de déstabiliser pour nuire et mettre la santé , la vie  ou la réputation de la cible en danger.
speak up or be the next

Publicités

Quelques méthodes crapuleuses

27 Oct

ImageDessin de Gross

Il s’agit seulement, ici, d’un rappel de quelques méthodes crapuleuses  de proximité qui s’expriment  quasiment de la même façon partout dans le monde . Les crapuleries en question, à l’intérieur des appartements,  sont possibles par des copies  de clés  d’une part et des complicités de personnes  qui participent et/ou servent de guetteurs ou de donneurs d’alerte : voisins, logeurs, employés d’immeubles, commerçants de rue proches.

Il y a environ 10 ans  , une copie de clés se faisait en 240 secondes, grâce à un produit vendu par une société allemande que j’avais été rencontrer sur place pour une démo.

Mais le plus courant reste encore des informations sur les clés  données par   les employés  serruriers  , ou   des copies  de clés par les mêmes .  Ces copies peuvent avoir été faites également   par  l’intermédiaire  de proches  insoupçonnables ou d’ employés d’immeuble qui les ont eu en dépôt.

Tous ces cas de figure avaient  existé dans cette histoire et avaient  été rapportés avec les détails ennuyeux qui permettaient leur appréciation , donnant l’indication de base : un système quasiment  protégé lorsqu’une personne est victime de harcèlement  en réseau , puisque cela suppose assez souvent à ce niveau-là , le haut patronage  d’un réseau connu protecteur  des crapules à ne pas déranger  , ou celui  d’une huile  intouchable de cette société.
http://etouffoirs.wordpress.com/2013/10/27/cles-monasteres-hotels-28-2-11/
http://etouffoirs.wordpress.com/2013/10/27/quelques-cles-21-2-11/

le blog etouffoirs.wordpress a été censuré et supprimé par wordpress : https://lesharceleurs.wordpress.com/2014/03/08/censure/

La déstabilisation programmée de la cible  est la base de ce harcèlement en réseau.. Les méthodes sont à peu près  les mêmes partout où je les avais observées et notées : Europe,  Canada, Australie, Nouvelle Zélande compris. Seuls les détails  sont fonction des circonstances et donc  laissées à l’initiative des participants.

Ma deuxième logeuse de Coffs Harbour ( Australie) dont le mari  était un adepte de mon harcèlement en réseau avait fini par s’étonner d’un «  How can you stand that ? » .
http://etouffoirs.wordpress.com/2013/10/27/les-bestioles-10-9-11/

  Ce système, basé sur des violations de domiciles obsessionnelles,  permet  toutes sortes
–    de  violations d’intimité et de confidentialité en continu, par accès à tous documents ou dossiers privés  ,
–    des larcins et vols de type auto-paiements  incessants ,
–    d’ actes de vandalisme   plus ou moins  graves  et souvent dissimulés par une  pagaille de couverture .

Le vandalisme et les vols  ayant cette origine  ne sont  pas pris en compte par les assurances, ni par  la police ( sauf vol de moyens de paiements ), faute d’effractions .

ImageQuelques photos de dégradations par vandalisme  se trouvent encore  sur :
http://etouffoirs.wordpress.com/2013/10/10/quelques-degradations-damages-souvenirs/
https://lesharceleurs.wordpress.com/2013/06/30/quelques-hallucinations/
https://lesharceleurs.wordpress.com/2013/09/11/le-gougnafier-du-xveme/
http://etouffoirs.wordpress.com/2013/09/20/degradations-damages/
https://lesharceleurs.wordpress.com/2013/06/19/les-couturieres-du-xveme-2/

Récemment à Vannes, une veste laissée sur un cintre sous trois autres vêtements avait été retrouvée avec ceci : le col découpé au cutter et gratté pour faire croire à de l’usure.

Image

Il y a une dizaine d’années à Paris XIV, ce même col avait été entaillé d’une quinzaine de marques semblables à celles-ci. Il avait ensuite été refait. Mais la veste n’avait plus jamais été portée.

Image

A Vannes encore ,  l’intérieur d’un buffet, délesté d’une  série de livres pris dans la partie la plus inaccessible,   avait  été vandalisé   d’un coup de cutter à l’intérieur.

Image

A Vannes toujours,  un sac de 500   plombs à usage unique avait été volé dans un placard m’empêchant ainsi  de continuer  la sécurisation de mes valises et placards.

Image

 D’une   de ces valises,   un objet de valeur  avait été extrait et camouflé sous un meuble  . A sa place , à l’intérieur de la valise , une pagaille  d’objets venant d’ailleurs avait été organisée.
Même chose dans un tiroir où un objet volé avait été remplacé par un paquet  venant de Paris XV.

Dans ce système de harcèlement avec violations de domicile, les transferts  ou retours d’objets peuvent être extrêmement  déstabilisants pour une cible. Parce qu’ ils impliquent souvent  la distance et le temps.
On doute d’abord, et forcément,  pensant  que même  des malfaisants crasses ont  autre chose à faire à un moment ou l’autre.
On doute encore plus, quand du temps, et parfois très long,  s’est écoulé entre vols et retour d’objets, par ailleurs souvent  devenus périmés ou inutilisables… quand ils ne sont pas tout simplement sans intérêt.

Les quelques exemples ci-après valent  des explications.
A Angers – gasnier
1)    Un chèque du montant d’une location avait été déposé dans un placard , caché sous un plateau . Devenu introuvable.
2)    Deux ans et demi plus tard , le chèque passé de date d’encaissement  sera retrouvé sous un tapis du salon

De Paris à Angers– lelong
1)    Après son décès, les vêtements de ma mère avaient disparu de mon appartement de Paris XIV
2)    Plusieurs mois plus tard je m’étais tapée dans la concierge M.Lelong qui sortait de la cave avec un sac débordant de quelques uns de ces vêtements reconnaissables.
3)    Quelques jours plus tard, arrivant à Angers,  je trouverai ces vêtements dans le placard de l’entrée de mon appartement d’Angers ,

De Paris XV  à Brisbane ( Australie)
1)    Avant de quitter la France pour 2 mois, j’avais fait le plein de vêtements à ma taille,  dont des sous-vêtements qui avaient immédiatement disparu
2)    C’est à Brisbane dans un hôtel Best Western, qu’ils seront remis ,avec une pagaille organisée, à l’intérieur de ma valise fermée par  un cadenas à 4 chiffres.

De Cuba à Paris XV – Hubert
1)    Le dernier jour du séjour, j’avais déposé une paire de ciseaux sur un siège près de moi , avec d’autres objets.
2)    Appelée par  mon groupe pour un pot commun de départ, j’avais d’abord abandonné mes affaires quelques instants . Au moment de  récupérer ces  miennes affaires, les ciseaux avaient disparu
3)    Ces  très- exacts- mêmes- ciseaux seront remis quelque semaines plus tard chez moi  à Paris XV

Certains faits exposés plus haut   sont  récents.

Ce qui indique que ces réseaux à mes trousses ne m’ont pas laissé de répit depuis  37 ans. Et,  ils  se régénèrent ,  si j’en crois ceux qui viennent pérorer et narguer sur place ,   assurant ainsi  la relève  .

Outre ce type de harcèlement en réseau  de proximité, il faut aussi garder en mémoire le fonctionnement  du harcèlement en réseau de type corporatiste et tel que décrit  à titre d’exemple dans :
https://lesharceleurs.wordpress.com/2013/09/19/vol-crapuleux-en-reseau/

Quelques hallucinations

30 Juin

Dans le cadre d’une hospitalisation bidon récente, j’avais  été sollicitée pour répondre à un questionnement. Mes réponses avaient seulement  fait état de mon quotidien,  constitué d’un amoncellement de crapuleries de toutes natures. Ces crapuleries  relèvent de ce qu’on appelle le harcèlement en réseau.

Mais, ce terme  de crapuleries  ne faisait pas l’affaire .  Et  le  corps médical l’avait d’autorité remplacé   par celui d’ «  hallucinations » .  Ce changement de vocabulaire   par des spécialistes en blouse blanche  ,  transformait ainsi  des faits objectivés  et objectivables,   en   une pathologie de la victime des crapuleries. C’était le but.

Ces crapuleries avaient pourri  mon existence    depuis  bientôt quarante ans, sans que je prenne le temps d’essayer de les comprendre  pendant longtemps. Elles  avaient sans doute  pour origine une histoire familiale de haine banale : celle de la très avide  seconde épouse de mon frère,  lui-même employé de l’armée où le harcèlement en réseau  semble à disposition.

Voici donc  ci-dessous, pour mémoire,  quelques exemples –seulement-   d’ « hallucinations » faites à l’intérieur de divers  appartements et de leurs placards, par des voyous approvisionnés par d’autres voyous en clés copiées et pour la plus part du type « haute sécurité  » ou  « très haute sécurité » . Des faits dont  la police et la justice nient l’existence… avec, cette fois,  l’aide de quelques membres  corps médical aux ordres, pour la touche finale.
Image

Ceci est un « mouchard » trouvé par un employé de France Télecom dans une prise de téléphone . Il en a été trouvé un autre semblable dans un second appartement.

Image

Ceci est un émetteur-mouchard trouvé sous une lampe, elle-même placée près d’un téléphone

Chaussures

Image

Ces « hallucinations  » du 22 rue Ernest Renan sont à rapprocher de celles de l’article « les couturières du XVème » et faites par mesdames Ratino et Walti

Talon de chaussure dégradée pendant mon absence ,  à l’intérieur d’un appartementImage

jupe sur fond d’exposition d’autres  » hallucinations »

Image

Chaise blanche injectée d’encre bleue

Image

Mobilier

Image

Photos envoyées avec le dossier à la Cour Européenne des Droits de l’Homme

Bahut

Image

Entaille faite au cutter sur un bahut

Valise

Image

Valise découpée ( les 2 côtés)  dans un placard

Boite

Image

Boite fantaisie  découpée dans une armoire

statue en bois polychrome

Image

Statue décapée par écorchements successifs

Et ci-après des exemples  » d’hallucinations »  affichées sur la barre d’état de mes recherches sur internet et où l’on trouve  systématiquement l’information « psy »

ww.google.fr/#sclient=psy-ab&q=eucach&oq=eucach&gs_l=hp.3..0i19.2873.4819.0.7516.6.6.0.0.0.1.447.1555.0j3j1j0j2.6.0…0.0…1c.1.17.psy-ab.4wcf52Z1_qI&pbx=1&bav=on.2,or.r_qf.&bvm=bv.47883778,d.d2k&fp=ca46faf65a0c1311&biw=1366&bih=596

http://www.google.fr/#gs_rn=17&gs_ri=psy-ab&suggest=p&cp=7&gs_id=9p&xhr=t&q=peacepink&es_nrs=true&pf=p&output=search&sclient=psy-ab&oq=peacepi&gs_l=&pbx=1&bav=on.2,or.r_qf.&bvm=bv.47883778,d.d2k&fp=ca46faf65a0c1311&biw=1366&bih=596

Hallucinant , non ?

3 tirs

29 Juin

Dans la nuit du 28 au 29 juin 2013, les tirs d’ondes pulsées au cerveau avaient débuté à 3H 15 du matin.
Il n’y en avait eu que 3.

Rien à voir avec les tirs d’ondes pulsées au cerveau  des 371 nuits précédentes.
Ces  3 tirs d’ondes  avaient    naturellement été  de nature à me  réveiller . C’était  fait pour cela.
Leur faible intensité    pouvaient  les faire qualifier  de   «  légers  » . Il n’avaient pas  provoqué  les douleurs et  la souffrance éprouvante et continue du cerveau   des  371 nuits précédentes.

Cela tendrait  bien à indiquer qu’il s’agissait une nouvelle fois  d’  une programmation maîtrisée à distance de ces tirs au cerveau,    doublée  d’ une volonté de maintien de pression dominatrice   sous forme de menace à peine voilée.

Le viol   à mon domicile en 2002, avait manifestement  correspondu à une escalade,  voulue ultime ,  de la violence  continue organisée ,  au 81 rue du Fbg Saint Jacques. Les crapuleries  y étaient  devenues constantes et  asphyxiantes . Mes réactions de défense y étaient indirectes.

 La torture par ondes pulsées systématique   était donc aussi à  envisager comme la phase  extrême d’une escalade des  violences mises en place au 22 rue Ernest Renan , haut lieu de crapuleries en tous genres.

Au nom d’une  liberté  présumée reconnue  de dire, mes réactions s’étaient étalées dans des blogs  qui culminaient péniblement à une centaine de lecteurs..
La torture par ondes pulsées au cerveau, pour faire taire,   avait alors  débuté en  mai 2012

En cherchant très peu, j’avais retrouvé l’article mis en ligne juste avant le   début de ces tirs d’ondes pulsées au cerveau. Il  était intitulé «  le silence  »

Je l’ajoute ici, pour mémoire.

« Si cette histoire n’avait pas été inventée par un ou des francs-maçons hors la loi mais  qui croient en dieu, et relayés par d’autres qui n’y croient pas forcément,  mais qui servent de relais  dans la police, l’armée et la justice, la  situation  de crimes et de violences décrites dans les anecdotes précédentes et  depuis une année  seulement ,  n’aurait pas pu   durer  plus de six mois.
Et tous les intermédiaires assidus , concierges, voisins, employés ,logeurs,   et  multiples et divers  autres  répertoriés au fil de cette histoire  ,  n’auraient jamais osé faire  ce qu’ils se sont permis , incités  et excités à participer  ,  pour étouffer la victime ( moi) plus rapidement.
Pour se procurer les copies de clés d’une bonne quarantaine  de verrous et serrures différents  sans qu’une enquête sérieuse  soit diligentée, et n’arrête l’escalade de méfaits ,  il faut de la connivence et de la complicité.
Pour que les arnaques et les vols n’aboutissent qu’à des étouffements des affaires, il faut de la collusion. Cette collusion  s’est révélée   transnationale. Elle s’ est  aussi manifestée  par une  volonté  de ne laisser aucune trace  de cette histoire  même à l’étranger .
L’essentiel semble donc  bien  que cette histoire n’ait jamais  existé officiellement. Pour y veiller,  la méthode reste toujours la même  : surveillance volontairement décelable  de l’ordinateur lors des connexions internet  , surveillance de tous les déplacements par les dingos locaux. Car pour contrer tous les projets de la cible , il faut aux réseaux crapuleux en charge , les informations en amont qui permettent de déconstruire les situations  ou prévoir les sabotages.
Il s’agit  ici  de la survie d’un système  hors la loi,   et  qui consiste aussi à maintenir les femmes visées  dans une  entière dépendance  et à l’entière disposition  des  organisateurs crapuleux exterminateurs.
L’anecdote sur l’arnaque de Londres est significative de la chaine des complicités mentionnées.
C’était une arnaque par internet où l’ambassade des US A m’avait demandé de payer les frais annexes d’un visa longue durée par un virement à son délégué de Londres. Virement effectué par la poste  et Western Union qui s’est avéré  une arnaque.
J’avais porté plainte à Londres par téléphone et reçu un numéro d’enregistrement de ma plainte. Un nouvel appel  téléphonique de l’agent qui devait faire l’enquête avait suivi. J’avais donné des précisions . Le policier avait expliqué  ce qu’il allait faire.
 Mon voisin qui a le même patronyme qu’un célèbre chausseur anglais ou irlandais , est manifestement bilingue. Ma conversation avec l’agent anglais était  apparemment  audible de  chez lui où il se trouvait justement.  .  Car sitôt la fin  de cet appel, ce voisin   était allé toquer chez le barbouilleur. En traitre  volontaire mais encore inexpérimenté,   il était resté sur le palier  pour raconter  ma conversation  et mon histoire. 
Le barbouilleur allait se mettre en relation avec son contact , qui se mettrait en relation avec ……   C’est du moins ce que la suite me fera comprendre ou appréhender.
Quelque jours plus tard, j’avais reçu un long courriel d’un policier anglais différent des deux premiers . Il  m’apprenait qu’il n’y aurait pas d’enquête. Ainsi en avait-il décidé.   Affaire terminée.
J’avais naturellement recontacté le  policier enquêteur (2ème) .Il  s’était dit  désolé .  La décision avait été prise ailleurs. Il n’avait  pas eu le loisir de me l’annoncer.
Les arnaques de toutes sortes servent peut-être  aussi  à faire payer les intermédiaires par la victime. Sinon, on comprend mal ce genre de réaction policière.
On retrouve ce modèle  qui consiste à faire payer les autres pour compliquer la situation de la cible , dans les immeubles . Là ce sont les  propriétaires qui paient  sur instigation d’ un organisateur local   , lequel  manipule tout le monde   pour  le compte de son réseau et son profit. »