Tag Archives: criminalité de proximité

VANNES- Bombardée d’ondes – Visée par des tirs au laser

30 Oct

A CONLEAU

Image

pour profiter de ce paysage entre mer et marécage, il y a deux bancs.

Installée sur l’un d’eux , je potassais mes ondes  avec travaux pratiques sur détecteur.  Sachant que dans un environnement amical l’écran devait afficher un champ électromagnétique de hautes fréquences  entre 000.0 et 000.1 micro W/m2, j’avais pressé le bouton en vérification.
Mais  les chiffres sur l’écran  avaient la galopette : 014,7 ; 018,3 ; 025,4……et m’avaient fait bondir vers mon voisin  sur le banc 5 mètres plus loin .
Non, non, il n’avait pas de téléphone portable.

Moi non plus. Ce n’était donc pas la cause.                                                                                                                                       Oui, oui, il voulait bien me rendre service  en tenant le détecteur  pendant que je m’éloignais de quelques mètres.  Et sa lecture de l’écran avait été répétitive passant éventuellement  de   000.0 ; 000.1 micro W/ m2 . Amical et normal.

ImageA mon approche pour récupérer le détecteur , sans même mon sac à main,  les ondes avaient recommencé leur course ascendante. D’abord amusé, l’homme avait accepté un second test.  Même chose .

Quand j’étais loin du détecteur ,  le résultat était stable et normal . Quand j’arrivais  à 50 cms , les chiffres gonflaient  à toute vitesse .
Mon  aimable testeur s’était malgré tout  levé pour partir , s’inquiétant de savoir  si j’avais un traitement contre le cancer.
Restée seule,  j’avais attendu jusqu’à ceci.

Image

A vol d’oiseau, soit  à environ 800 m , on trouve une superbe antenne- relais  d’Orange avec les particularités ci-dessous .

Image

Ce qui nous fait  une  très probable démonstration du système de « l’accroche « d’une cible par HF , et  par l’intermédiaire des antennes relais. Une information qui m’avait  été confirmée par ailleurs, il y a quelques semaines,  par un spécialiste galonné.
https://lesharceleurs.wordpress.com/2013/07/06/laccroche-2/
https://lesharceleurs.wordpress.com/2013/08/20/les-antenness-relais/

Mais cette criminalité extérieure « accroche-marquage » d’être humain, et non empêchée,  n’empêche pas la criminalité en intérieur de s’exprimer tout  à loisir et avec le concours de voisins.

Ce soir là, j’avais bricolé un nouveau havre de fortune, non clos,  et sous un très bruyant ricanement venant de l’étage supérieur. Pas forcément fortuit.

La plus part des cibles de ce type de criminalité savent ou ont été prévenues  que  leurs protections ou techniques d’ évitements sont souvent inefficaces par un espionnage technologique complètement illégal et  confié en proximité pratique : dessus, dessous, à côté.

Il s’agit donc souvent et seulement d’éviter le pire en souffrance.

La  nuit avait commencé avec des ondes pulsées de type micro-ondes ..
Jusqu’à ce qu’ un tir , sans doute au laser , me fasse sursauter le cerveau
Ouvrant les yeux quelques heures plus tard , sous l’effet de nouvelles sensations de brûlures abdominales , j’avais découvert ceci, vu de l’intérieur du lit.
Image
Une nouvelle fois.
Image
En extérieur , cela donnait ceci

Image
et qui montre que seule la partie correspondant à la largeur du lit, à hauteur de l’abdomen,  était concernée.

Image
Par contre , la feuille qui couvrait la fenêtre n’avait rien. Les tirs venaient  donc très certainement,   du 2ème étage ,  juste à l’aplomb du lit,  .

Ces marques sur les couvertures de survie rappellent, par ailleurs  furieusement , la marque faite  à Paris par un tir d’ondes en provenance de l’appartement de Mme Walti-Gracieuse.
https://lesharceleurs.wordpress.com/2013/09/07/criminalite-en-duo/

Criminalité de senior

3 Oct

Image

Cette seniore est la mère du tortionnaire voué à ma cause dans l’immeuble.
L’un avec l’autre avaient d’abord été au service du harcèlement crapuleux 

https://lesharceleurs.wordpress.com/2013/06/19/les-couturieres-du-xveme
https://lesharceleurs.wordpress.com/2013/09/11/le-gougnafier-du-xveme/

Ce harcèlement avait été initié par le franc maçon de l’immeuble,  par détournement de sa qualité de représentant de la copropriété,  et pour le plaisir d’un membre de sa communauté.
L’un et l’autre, mère et fils avaient  évolué au même rythme ,  du crapuleux vers le criminel. Lui de façon active quand  des frères  avaient décidé de la phase du harcèlement électronique . Elle,  en abritant le matériel pour permettre ma torture , par harcèlement électronique et qui perdure.

Le contact avait été impossible avec cette vieille dame aux airs onctueux . Ma tentative de dialogue, quand je la croyais innocente, s’était soldée avec sa porte au nez et des insultes . La fois suivante , elle  avait hurlé ses insultes  dans les couloirs.
Comme sa fille venue un jour en renfort.
Toute la famille  était  au service d’un même but  édicté par le frère  et énoncé par le fils « on va te faire partir d’ici » . Grand de ses protections,  il y avait ajouté en toute jouissance sadique « je vais te démolir ».
En échange de ses bons services, la famille avait eu des exigences   : garder la concierge .
La concierge était la copine de la dame et du fils. Tous les 3 , les plus anciens dans l’immeuble.Ce qu’ils confondaient avec « un droit d’immeuble », une sorte de priorité sur les autres propriétaires.

Approvisionné en matériel pulseur d’ondes de toutes sortes , le fils exprimait ainsi  sa hargne et sa cruauté * , et la mère son soutien sans état d’âme. A 85 ans , l’âme est-elle toujours là ?

Doué pour le relationnel de complot, le fils avait su impliquer et  compromettre  tout le voisinage et rouler sa mère dans la farine 3 fois sur 4.
Les jeunes comploteurs recrutés sur place s’étaient réunis dans la loge pour se répartir les tâches du harcèlement.

Avant la période du harcèlement électronique, la dame avait réussi le camouflage de son implication. Mieux que le frère.
Mais les ondes pulsées  depuis son appartement m’avaient brûlé la plante des pieds. Il y avait des traces. Il y avait eu des photos mises en ligne sur un blog précédent.
Depuis mai 2012, avec l’habitude et quelques méthodes  empiriques de reconnaissance, l’origine des tirs d’ondes s’était imposé : l’appartement du dessous , et systématiquement  depuis quelque temps et malgré quelques diversions du fiston.

Une première plainte au pénal contre le fils avait résulté en un dossier transféré à une autre administration par le procureur, avec trois hypothèses, dont deux ici :
– soit le fils était irresponsable et l’administration « autre » était médicale
– soit le fils , comme il le prétendait, travaillait pour l’armée dans le cadre d’une éventuelle expérimentation militaire de torture humaine  interdite.

Si le fils était irresponsable , alors la mère était responsable  pour deux.

Et elle devait alors assumer seule d’être responsable de la torture qu’elle permettait et laissait faire ,  à un irresponsable sous sa garde, à partir de son appartement .
Si le fils travaillait pour une expérimentation militaire humaine , interdite par toutes les conventions signées par l’Etat, , il était alors un criminel auto-avoué.

http://etouffoirs.wordpress.com/2013/07/14/un-pervers/

Les tirs d’ondes pulsées n’ont jamais  cessé. Ils ont récemment changé de nature, donnant à penser que cette criminalité organisée est abondamment pourvue en sortes de matériel différents .
Les deux  récentes nuits avaient été « complètes  » , sans repos ni répit . même pas après 6h du matin. Ces ondes pulsées impactaient   toujours  le cerveau, empêchant le sommeil. Elles attaquaient aussi  le dos, les bronches et les reins avec des douleurs irradiantes et persistantes.

* la cruauté , consiste à faire du mal et à en jouir

ADDENDUM

Lors du trajet Paris-Vannes ,  des tirs d’ondes au cerveau, dont les sensations/souffrances étaient semblables  à celles des deux dernières nuits à Paris, ont été faits, à l’intérieure du train,  pendant la première 1/2 heure (seulement).

Cela fait penser que le matériel utilisé à Paris, avait pris le même train que moi,   pour être délivré plus tard à Vannes.

Pour mémoire, je rappelle qu’une certaine sophistication de ce matériel , fait que les ondes ne visent que la personne dont les ondes bio-électriques personnelles ont été enregistrées dans l’appareil paramétré en conséquence.

A Vannes, des tirs d’ondes semblables ont été ressentis , en provenance de l’appartement du dessus.

Energie dirigée ( suite)

30 Août

Depuis 2 jours , je n’avais pas arrêté  de larmoyer, induisant même la compassion  d’une cliente dans une file d’attente  chez Netto. Mais, ce n’était  ni  de chagrin, ni à cause d’un rhume. J’avais les yeux irrités et  la moitié du crâne et les oreilles douloureux.

Le  jeudi 29-8, j’avais  de nouveau  installé mon matelas  sur la terrasse,  en plein air, dès 21 h.

Image

Venant de l’étage supérieur, habité par cette nouvelle voisine ,

Image

des bruits divers d’objets déplacés  avaient précédé de peu une détonation . Dans les secondes qui avaient suivi cette détonation  , j’avais été aspergé  des pieds  à la tête de sensations de piqûres et de micro brûlures . Un peu comme si des poignées d’épingles   jetées dans ma direction s’étaient plantées  dans ma peau à des profondeurs différentes. En me levant pour échapper au tir suivant, j’avais été prise d’étourdissements.

Aucune marque. Aucune preuve.  Des marques rouges sont apparues dans la matiné sur toute la partie du corps qui avait été touchée. ( photos)

La torture ainsi  mise en oeuvre relève d e ce que les militaires et la police nomment le  non létal, utilisé depuis  plus de 10 ans déjà..

Au 7ème symposium européen des armes non létales  de juin 2013 , il avait été noté  par des membres de l’Académie Royale Militaire  de Belgique  et de l’Université de Liège,  que leur dernière définition datait de 2008, en ces termes:
 » a weapon that is explicitly designed and primarily employed to incapacitate or repel persons or to disable equipment, while minimizing fatalities, permanent injury and damage to property  and to environment « 

Il était également noté par les mêmes    que  » Accuracy is very important in the non lethal domain , as impacting the wrong place ( for example aiming the chest  and impacting the eyes) can be disastrous. ….. After that , the risk assessment of head impacts will be the next important topic »

Les groupes criminels français, eux , n’ont pas de protocoles à respecter. Ils tirent pour détruire, sans contrôle. Sans entrave légale.

Encore  à propos de ce type de matériel , on trouve dans

« Non lethal capabilities for opérations ,
lessons learned from Kosovo »
par le Colonel Erich WEISSENBÖCK, du ministère de la Défense autrichienne
 » High power microwave (HPM) Radio Frequency ( RF) and Laser weapons will be deployable as non lethal weapons against material, vessels, vehicles and persons at larger distances ( > 1000 meters) »

Les criminels français utilisent ce type de technologie généralement  à   quelques dizaines de centimètres de leur cible, au plus à quelques mètres . Pas d’intermédiaire. Pas de risque d’interception pour preuve.

De nouvelles expériences  , par éliminations successives  et faites à Vannes pendant toute une nuit,  confirmeraient que le matériel est au plus près, comme d’habitude et même si le poste de commandement est plus loin.

L’utilisation de nuit permet d’éviter , en plus, un contrôle par un laboratoire indépendant de  reconnaissance des ondes utilisées et de mesures de leur extrême nocivité.

Du même Colonel Erich WEISSENBÖCK , on apprend  aussi que
« The misuse of Non Lethal  Weapons, with possible consequences such as harassments, humiliation, torture, injuries or death, can lead to criminal/civil prosecutions « 

TORTURE c’est bien le mot approprié.
Can , signifie  peut ou pourrait

Ce blog raconte à :
https://lesharceleurs.wordpress.com/2013/07/09/la-torture-autorisee/

https://lesharceleurs.wordpress.com/2013/08/25/classique/

qu’en France, il n’en est rien . Ni poursuite au civil. Ni poursuite au pénal pour les utilisateurs d’armes ou appareils  à énergie dirigée. Seulement des factures phénoménales dues aux conséquences diverses de l’utilisation  officiellement niée  de cette technologie  non létale ; factures  imputées majoritairement  à la sécurité sociale  et à son trou béant et donc  aux contribuables. En attendant la disparition de la cible , savamment  et officiellement camouflée en mort naturelle.

Cette nuit du 29-8, j’avais trainé  le matelas ailleurs , 4 fois de suite , avant d’abandonner à 5h du matin. Les tirs d’ondes au cerveau avaient continué leurs dégâts avec la même violence . En tous endroits. Les ondes étaient acoustiques.

Toujours selon le Colonel Erich WEISSENBÖCK   » acoustic non lethal weapons, cause an effect on the sense of hearing ( and the balance) …….present a too high risk for unwanted effects ( hearing damage)

Pour les criminels français, il s’agit certainement  de « wanted » effects.

Voir, malgré tout : http://etouffoirs.wordpress.com/2013/09/02/le-colonel/

Et pendant ce temps-là, la hargne locale  des autres  ou des mêmes , s’exprimait  également sans contrainte, contrôle ou sanction.

http://etouffoirs.wordpress.com/2013/08/30/pendant-ce-temps-la/

La torture autorisée

9 Juil

Lors de  mon hospitalisation j’avais croisé un grand  qui disait être torturé la nuit par un courant qui lui traversait le corps. Son entourage lui avait conseillé de ne pas se plaindre . Croyant aux vertus de la démocratie,  il avait fait le contraire et s’était retrouvé enfermé à l’hôpital , «  sous contrainte » et forcé à une médication  qui provoque  l’apathie.

La décontraction, dirait le corps médical.

Il était ainsi  à la triple peine :
–    Décrédibilisé et transformé par le terme  «  hallucinations «  ou «  délire »  en auteur  de  son  propre supplice dit imaginaire
–    Contraint d’ingurgiter  des produits neuro-toxiques
–    Livré  au retour chez lui , à son tortionnaire qui,  non inquiété, était  donc libre de recommencer
Cela ressemblait  à un cas simple : une  victime , un tortionnaire.

Pour une cible de torture, dire,  fait prendre ce risque d’évacuation médicale, avec en complément celui  des représailles si dire s’accompagne de détails  . Puisque la torture est sans danger pour les tortionnaires  , pourquoi se gêner ?
Pour une cible de harcèlement en réseau, ne pas dire  n’élimine de toutes façons  pas le deuxième risque . En plus de représailles , il y aura des provocations.  Il y a en face de la cible  des tas de volontaires cachés  pour qui les   » provocations »  sont des droits  à alimenter un système d’escalade de l’horreur.

La torture dont il s’agit ici  est immatérielle. Il n’y a pas de contact entre le tortionnaire et son instrument de torture et la victime. Cette torture est  provoquée à distance  par des  projections  d’ondes électromagnétiques qui traversent les murs et le reste. Ces ondes  provoquent de la souffrance et détruisent des fonctions vitales du cerveau et de l’organisme de la personne visée.

A ce jour, les victimes de ce type de torture n’ont reçu comme réponse à leurs plaintes ou sollicitations de reconnaissance , que le silence le plus terrifiant. Les politiques oublient de répondre , pendant que le personnel de base  s’active à détruire les preuves ou  ridiculiser  les victimes , protégeant  ainsi  de fait  les criminels.
Comme si cette torture était autorisée.

On pouvait sans doute  classer  la torture de mes deux dernières  nuits   dans le genre représailles-à -mes- articles-récemment- publiés.

La première nuit , sans sommeil, avait été ponctuée de  paquets de tirs  d’ondes au cerveau et qui  étaient  de type acoustique  ( qui ne traversent pas le cerveau)  toutes  les 40 à 45 minutes. Le cerveau sur stimulé par le bruit strident  porté par les tirs   n’avait ainsi  pas le temps de s’apaiser avant le tir suivant.
Douleur  et  privation de sommeil .

A titre d’information seulement , voici  ci-après le résultat d’une étude faite sous la direction de German Nikolaevitch Fadeev, de  l’Université Technique d’Etat  Bauman de Moscou  et présentée au  7ème symposium     européen   d’armes non-létales       d’Etlingen ( Allemagne)
Elle montre les réactions  de  l’organisme humain  exposé à des  vibrations  d’ondes  acoustiques de basse fréquence  et selon  différentes  puissances  .

Image

La torture de ma  seconde nuit en exemple   était différente . Elle n’avait pas impacté le cerveau comme à l’habitude . Elle était faite de bouffées d’ondes brûlantes qui avaient envahies la chambre  et  visaient  l’estomac.

Pour y échapper j’avais voulu changer de pièce. Impossible . Une onde violente avait alors impacté le dessus du crâne et m’avait fait tomber. Avec l’impression  que  le cerveau avait été comme aplati dans la boite crânienne .*

Et des vertiges avaient pris le relais.
Ce type de torture correspond assez bien  à  une criminalité de proximité avec du matériel  mis à disposition chez des voisins   Comme c’est le cas à Paris XV.
Ici, à Vannes, au- dessus.

* Le blog de Serge Labreze , donne une information et explication de ce phénomène , par l’utilisation d’appareil qui pulse les ondes au moyen de laser ( laser femtosecondes)