Tag Archives: De Certaines

Corse en quête d’AVC – criminalité française

26 Mar

Cap Olona , côté  appt du corse

Le corse est plusieurs.
Quand il s’absente , il est remplacé dès que ma présence chez moi est avérée. Ce qui laisse même supposer que le ou les remplaçants sont également à demeure, dans l’immeuble.

Le corse , c’est , D. STEFANE locataire de l’appartement au-dessus du mien et client de CM- CIC GESTION IMMOBILIERE .

D. STEFANE est le bras armé local du crime organisé très toléré français . Celui qui s’épanouit et s’exprime librement sans être gêné ou empêché par la police, grâce aux frères flics. Eventuellement commanditaires.

La spécialité de D. STEFANE : les tirs d’énergie dirigée dans le cerveau à désactiver et détruire. Ici, le mien.


Un AVC est un accident vasculaire à l’intérieur du cerveau. Cela peut-être brutal, soudain et irrémédiable.
On dit qu’il existe deux causes principales à un AVC
– un caillot de sang formé ici ou ailleurs,  et qui viendrait boucher une artère du cerveau
– l’éclatement d’une artère dans le cerveau , qui y entraine une hémorragie.

C’est cette deuxième cause qui semble depuis longtemps être la préoccupation des commanditaires de mon agonie, manigancée et confiée aux dégénérés nommés dans cette histoire.
Pour arriver à cette désactivation finale voulue et programmée de mon cerveau déjà bien amoché , le crime organisé français ne craint même pas la publicité nominale faite par ce blog.

Pire, DE CERTAINES, STEFANE, WALTI , POITEVIN, ROUX, non seulement  n’ont jamais été inquiétés par mes plaintes, mais 3 d’entre eux ont porté plainte contre moi.

Et, personne , à la suite de mes courriers à F. HOLLANDE ou de mes plaintes aux divers procureurs de cette République,  n’a fait en sorte de faire cesser le calvaire que je mentionne .  Comme bien d’autres cibles.

Et la nuit dernière , encore, avait été comme les précédentes passées dans cet appartement : horrible.
Les tirs qui traversaient toutes les épaisseurs déjà énumérées ( métal , cuir, mousse, plastique, matelas, coussins superposés) n’étaient pas non plus arrêtés par le béton qui sépare les appartements.
La souffrance au moment de l’éclatement des tirs dans le cerveau était à hurler.

Et les détections comme cela :

et le matin aussi

La journée suivante avait été une épreuve supplémentaire de fatigue et de recherche de sommeil seulement.

Publicités

Les ultrasons de Cap Olona

25 Nov

ultrasons-unknown

En France, quand un gars de n’importe quel âge , avec un cerveau vide ou pas musclé, ou rempli de haine , ou cramé par les ondes de son portable , n’est pas content, il prend l’équivalent d’ une « arme » à énergie dirigée et tire sur un être humain pour se venger , ou obéir à une suggestion de venger  quelqu’un d’autre.

represailles-images

Et quand la cible de sa haine réagit ou dénonce,  il recommence , ou le fait faire, aussi,  par quelqu’un d’autre. Persuadé que c’est alors devenu un droit. Celui de torturer et/ou tuer, pourvu que ce soit  en cachette.

Ce jour là, comme souvent , mon appartement à Cap Olona avait été rendu volontairement invivable.
Dans cet immeuble neuf , les canalisations électriques non blindées, sont utilisées par les voisins vicieux pour pulser des micro-ondes , des infrasons et des ultrasons, avec amplification, selon humeur .

C’est ce qu’on appelle l’ «  électricité sale » . C’est une torture , à domicile, par l’électricité ou plus exactement grâces aux canalisations électriques des parties communes . Ce système est utilisé par des dominants organisateurs et confiés à des sadiques de voisinage cachés sous leur vernis d’êtres plus normaux que la moyenne.

« L’électricité  sale «  participe de la mystification d’innocents et est rendue possible par la technologie qu’ignore les victimes de ces réseaux de la haine. Tout comme les « hôtels sales  » et les restaurants sales  » mystifient l’Etat . **

Toutes les ondes mécaniques et électromagnétiques ainsi pulsées par les canalisations électriques font aussi partie du harcèlement électronique . Ces ondes que l’on qualifie plus précisément de signaux , provoquent des nausées, des maux de tête, une sensation de torpeur, des oedèmes des pieds et des jambes, des brûlures de peau ….. entre autres.
Ce jour-là comme souvent , l’atmosphère de mon appartement était viciée et dangereuse. Et j’étais descendue au sous-sol m’allonger dans ma voiture.

C’était après la parution des articles du blog étouffoir * (1) et dénonçant la duplicité et la collusion de certains de mes agresseurs locaux en bandes organisées manipulées.
Et le jeune bro ( nom en phonétique) mais qui n’en est que l’employé, était immédiatement venu dans son garage , face à ma place de parking , pour quelque bidouillage . Peu de temps après ….SCHLOOOOOUF
J’avais subi un tir d’énergie à l’horizontal. Ça sentait très fort le cramé. J’avais quitté le véhicule à toute vitesse. L’odeur était pire à l’arrière. Ce qui faisait penser que les transducteurs des radars de recul de ma voiture avaient morflé. En surchauffe.

ultrasons-images

Ce soir-là, l’habituel tortionnaire corse , soudeur en chambre du A221,   avait quitté l’immeuble en voiture. Et j’étais remontée chez moi. Peine perdue , un adepte de vengeance cachée et de règlement de compte sournois , se trouvait en A221 à la place du corse D. Stefane..

Les tirs d’ultrasons venant du plafond, avaient immédiatement commencé  en visant ma tête. Ils s’étaient faits rapidement de plus en plus violents et à cadence rapprochée, m’obligeant à migrer dans l’autre pièce, tête protégée sous la console.
Après un violent tir de RF qui correspond aussi et sans doute à un règlement du système ou de l’appareil mis en place sur le circuit électrique comme ceci, en vue générale de la détection globale :

img_0294-sous-la-console et ceci ci-dessous , pour les détections concernées

img_0295-sous-la-console-de-pres

des propulsions d’ultrasons , imparables , étaient venues cette fois du plancher.  Comme ceci
pour une détection faite entre 15 kHz et 100 kHz

img_0281-2nt-en-63-khz-20h18 2nT sur 63,4 kHz, à 20 h 18

img_0283-3nt-en-63-khz-photo-ok-21h41                                                                         3,6 nT sur 63,4 kHz à 21h41

Avec un paramétrage  de l’appareil recentré sur les fréquences autour de 60 kHz pour la nuit, cela avait donné ceci :

img_0288-4nt-en-63-khz-0h004nT sur 63kHz à 0h00

img_0289-8nt-en-63-kh-0h03  8 nT à 0h03

img_0290-11nt-en-63kh-2h33

11 nT à  2h 33

Ici, on note que l’opérateur avait réglé son appareil pour une force accrue des pulsations au cours de la nuit. Pour une meilleure souffrance progressive du cerveau,  qui en arrive à appréhender le prochain tir.

L’opérateur tortionnaire habituel utilise souvent la méthode inverse: un tir très violent pour commencer et qui va conditionner le cerveau à la peur des prochains . Une méthode corse de souffrance infligée et d’intimidation liée, dûment éprouvée.

Naturellement , ces ultrasons pulsés répétés ne servent pas seulement à satisfaire le sadisme des dégénérés et psychopathes à la manoeuvre. Les ultrasons provoquent des tensions répétées du tissu cérébral , destinées à induire des encéphalopathies . Autrement dit une dégénérescence du cerveau en complément des brûlures antérieures ( hypoperfusion) pratiquées par micro-ondage  et par ailleurs attestées par un lecteur sans doute pratiquant * (2) .

Cette première méthode  de destruction du cerveau par souffrances et cuisson,  est à mettre au crédit de

DE CERTAINES /WALTI/FRENOVE/ROUX/POITEVIN .

 Tous, à l’origine , aussi inconnus de moi,  que STEFANE et les autres . Ce  qui montre que n’importe qui sollicité pour invalider ou tuer  un citoyen lambda, répond OK , si caché et  su (cru) protégé.

sam-gross-well-you-don-t-look-like-an-experimental-psychologist-to-me-new-yorker-cartoon

* (1) https://etouffoir.blogspot.fr/2016/11/arc-de-feu-larc-en-ciel_21.html
* (2) https://etouffoir.blogspot.fr/2016/11/aux-residents-de-cap-olona.html
http://lezarceleurs.blogspot.fr/2014/04/air-france.html

** « les hôtels sales  » et « restaurants sales  » désignent des établissements qui n’ont pas besoin de clients réels pour générer de fabuleux chiffres d’affaires. Les établissement « sales » blanchissent.

Harcèlement électronique de voisinage et crime organisé français

29 Sep

img_8207-injustice

Le harcèlement électronique de voisinage , entendu au sens large d’un immeuble, d’un quartier ou d’une ville, et le viol en appartement sous contrainte , sont les deux crimes français les plus tus et les mieux protégés par les autorités constituées françaises . Il y a lieu de se demander pourquoi.

Ces crimes sont éminemment sexistes . Les maigres témoignages connus à ce jour sur le harcèlement électronique  , en France, montrent que 80% des victimes sont des femmes et plutôt seules ou devenues seules après avoir été isolées par un harcèlement en réseau féroce et destiné à les pousser à la folie ou au suicide.

Le harcèlement électronique de voisinage utilise des éléments d’une technologie moderne et encore largement inconnue du grand public parce que majoritairement et couramment utilisée plutôt par des militaires .

Le harcèlement électronique de voisinage permet les crimes de haine , les vengeances ou règlements de comptes , et «  l’argent facile » par accaparement de biens et tous les coups tordus cachés et sans preuves qui y sont liés .
L’énergie utilisée est immatérielle. Si elle laisse des traces ou preuves de brûlures ou autre détérioration de la santé , il y aura toujours un policier et/ou un médecin pour affirmer une autre origine vraisemblable aux dégâts constatés.

La technologie du harcèlement électronique est basée sur de l’énergie émise , pulsée et/ou modulée à distance par des appareils cachés en proximité de la victime , mais qui lui sont inaccessibles. Cette énergie peut être de type laser, micro-ondes, radio-fréquences, extrêmement basses fréquences , infrasons, ultrasons….etc

Le harcèlement électronique peut être prouvé par des détections mais qui ne sont pas acceptées par un tribunal parce qu’ elles ne sont pas faites par un expert.

Les appareils émetteurs à l’origine du harcèlement électronique se trouvent sur internet. Leur prix va de quelques dizaines d’euros pour des kits permettant de transformer un transducteur piezzo-électrique ou un four à micro-ondes en » arme » à énergie dirigée , à quelques centaines ou milliers d’euros pour des appareils prêts à l’emploi, tels ceux de la société AARONIA qui ne donne leur mode d’emploi qu’aux voyous et criminels , qualifiés par elle d’ « experts ».

Le harcèlement électronique de voisinage tel que décrit dans cette histoire montre des bandes d’individus qui acceptent l’ordre de torturer  avec de l’énergie dirigée , un être humain qui leur est désigné.
Dans « mon » harcèlement électronique , ces bandes se sont renouvelées et se sont organisées ou re-organisées dans 8 endroits stables différents , et dans tous les lieux de séjours temporaires pratiqués en France ( en plus du reste du monde) , depuis 4 ans.

nazi-sam-gross

« Mon » harcèlement électronique SYS-TE-MA-TI-QUE, jour et nuit et partout, a commencé en MAI 2012, avec le quinquennat de Mr Hollande. Ce qui pourrait signifier qu’à partir de ce moment-là, les organisateurs de ce crime savaient qu’ils n’avaient plus rien, ou pas grand-chose à craindre .

Le suivi de « mon » harcèlement électronique qui suppose en fait une préparation en amont de tout emménagement ou déplacement, permet aussi de montrer la préméditation, la centralisation du commandement, la disponibilité du matériel et des exécutants , et donc l’organisation pour exécution . Toutes ces actions définissent le crime organisé.
Il faut même y ajouter , dans certains cas  lors de la mise à disposition du matériel à des bourreaux volontaires mais fous-furieux quasi-novices , des aménagements d’utilisation instantanés et consécutifs à mes articles sur internet.

Ces aménagements sont une preuve supplémentaire d’une organisation criminelle qui veut les éviter ( preuves) ou éviter un accident brutal.
Cette organisation criminelle torture des êtres humains dans leurs appartement ou en tous lieux clos.

loup-et-mouton-sam-gross-that-s-a-marvellous-disguise-i-almost-ate-you-new-yorker-cartoon

La torture consiste à faire souffrir en continu , détériorer la santé, empêcher toutes activités normales, et à priver de repos et de sommeil,
pour pousser à une violence récupérable par des policiers ,
pour faire passer pour fou et/ou rendre fou, avec l’aide de psychiatres,
pour inciter au suicide qui sera déclaré comme scotché au mental de la victime.

81-rue-du-fbg-st-jacques-streetview Paris XIV

Le harcèlement électronique pratiqué à ANGERS et PARIS XIV était lié à l’immobilier . Volonté d’accaparement à Angers, truandages de long terme, et dénoncés, à Paris XIV où le syndic avait fini par « sauter »

A Paris XIV , par exemple , l’immeuble était géré en SCI, et un ou des sociétaires récupéraient la TVA. Les comptes, prétendus corrects chaque année , mais en fait jamais arrêtés et donc cumulés,  faisaient grossir doucettement année après  année le magot de  TVA  à encaisser.

– La SCI était gérée comme une SA , par un conseil d’administration. Certains membres de ce conseil d’administration utilisaient les fournisseurs de la SCI pour leurs besoins. Frais répartis sur les autres.
– La surface taxable des appartements était faite par une simple déclaration sur l’honneur que certains sociétaires avaient notoirement minimisée pour un gentil truandage de la ville de Paris et renouvelable chaque année.

– Les concierges achetaient elles-mêmes leurs produits d’entretien. Le jour où, élue présidente du conseil d’administration de la SCI, j’avais demandé la clé d’un cagibi à la nôtre ( concierge) , j’avais découvert deux choses.
— –Dans ma main , une clé fantaisie qui ressemblait à celle de mon secrétaire,
— –Dans le placard, des provisions de produits d’entretien grand format en quantités plus importantes que celles du magasin de proximité du coin de la rue .

Le lendemain, j’avais ouvert le cagibi avec la clé de mon secrétaire. Tous les produits d’entretien avaient disparu.
MAIS….La clé du cagibi ouvrant mon secrétaire expliquait sans doute enfin, les multiples vols inexplicables , d’argent , de dossiers, en plus des falsifications d’autres dossiers cachés dans le secrétaire. Cela était possible , par un accès à mon appartement d’abord et à mon secrétaire ensuite , et dont je cachais systématiquement la clé.

comptables-sam-gross-we-are-neither-hunters-nor-gatherers-we-are-accountants-new-yorker-cartoon

La petite-grande lessive  comptable faite dans l’immeuble avait poussé le harcèlement en réseau vers la criminalité : viol et harcèlement électronique . Ce denier, encore modéré, était aux mains de M Levystone. Content de lui et provocateur, un jour, out of nothing, il m’avait proposé d’intercéder en ma faveur auprès de LEROY. Le grand prédateur des lieux.
Corniaud !

Le règlement des problèmes de l’immeuble n’était pas mon but. Il m’avait seulement appris le nom des pions et des taupes de l’époque, dont certains avaient participé à couler ma société : Lelong-Levystone-Wen Chuan – Brunel

L’étape suivante du harcèlement électronique avait été un épisode violent destiné à me spolier de mes biens et à empêcher un stage à Panthéon-Assas. Il s’était manifesté à Dole de Bretagne -35- ( Leblay-LeSénéchal) et au 79 rue du Fbg St Jacques  Paris XIV, où un ami me prêtait son appartement lors de mes passages à Paris. Le probable exécutant d’un micro-ondage complètement débilitant, à cet endroit,  semblait être le voisin à rosette , ancien d’EDF.

De 2007 à 2012 , il y avait eu un quasi break,  avant reprise  du harcèlement électronique  de voisinage et plus , et acharnement SYS-TE-MA-TI-QUE

22-rue-ernest-renan-ce2784e90cd12b-51112-400x400 Paris XV

A PARIS XV , au milieu d’ une longue période d’ intense harcèlement de violations diverses ( de 2007 à 2012) , J-J WALTI , m’avait annoncé mon vidage de l’immeuble à travers la copropriété.(?)

De retour d’un voyage de 2 mois, et à temps pour une AG de la copropriété, j’avais été vérifier les comptes, apprenant que j’étais la première à l’avoir jamais fait. Les comptes montraient que la moitié du trop-perçu pour des travaux importants de l’année n’avait pas été remboursée aux copropriétaires.

Le soir , on avait attendu De Certaines , président du conseil syndical( P. de CS) , en retard de 20 bonne minutes pour présider l’AG. Rouge et essoufflé, il nous avait appris que la convocation de l’AG étant irrégulière, il ne voulait prendre aucun risque avec la loi. Il avait annulé l’AG . Pourtant une AG tenue et approuvée ne risque d’ être annulée que par un tribunal. Personne n’y avait intérêt.
– Une convocation irrégulière d’AG est la faute d’un P.de CS, dont le rôle consiste à faire cette vérification en amont. Pas 20 minutes après le début prévu pour cette réunion.
– Un P.de CS, n’a pas le pouvoir , ni le droit , d’annuler à lui seul une AG. Il n’est qu’un propriétaire, comme les autres.
– En annulant une AG en juin, le P.de CS, laissait la copropriété sans syndic ( mandat expiré) : c’est inconséquent.

Quelques semaines plus tard, le syndic sans mandat avait convoqué une AG. C’est illégal. Un nouveau syndic avait été choisi par le P. de SC. Et élu. Le nouveau syndic avait convoqué une AG.
Avant cette AG, deux policiers étaient venus faire du scandale sur mon palier. Leur chef de service , contacté au téléphone, m’avait répondu que sur ce coup-là, il n’était pas leur chef.

L’AG avait eu lieu sans moi. Le P.de SC avait fait en sorte de ne pas rendre aux copropriétaires le trop-perçu sur travaux. Devinez …
Et mon nom avait disparu de la liste des copropriétaires du PV de l’AG. Minable.

Le nouveau syndic n’avait pas tenu longtemps. Il avait démissionné. Sans raison officiellement exprimée. C’est illégal. Et son remplaçant avait été imposé . Sans choix.
Quand le P.de CS avait manigancé pour truander la ville de Paris, récidiviste,  je l’avais noté. Et cet individu P de CS ,  m’avait tiré dessus  avec une arme à énergie dirigée , de son appartement , alors que je me trouvais dans ma voiture, dans la rue  .

Ce vendéen ingénieur et en plus éleveur et marchand de bêtes prospère  et en société avec son frère Charles, maire de Fayemoreau, avait , selon WALTI, eu l’ordre de me faire quitter l’immeuble. Et ce misogyne grand teint, dont l’épouse porte mes vêtements volés , s’y était employé, comme si les lois de la République n’existaient  pas ou seulement  le temps qu’ il les avait en bouche, quand il feignait en avoir besoin.

Le harcèlement électronique pratiqué  contre moi, dans l’immeuble de Paris XV  m’avait rendue sourde, aveugle ( cataracte accélérée) et m’avait brûlé la moitié du cerveau ( irrigation sanguine devenue déficiente)

Mes plaintes contre cet individu et son homme de main n’avaient reçu aucun traitement, aucune réponse.
Criminels protégés . Par qui ? Pourquoi ?

Le Morbihan (56) où j’habitais en doublon se révélera aussi son terrain de jeu. Sa famille et ses relations étaient présentes à ARS et LORIENT. Ce n’est pas une fixette de ma part . Seulement une constatation pour compréhension , après coup.

Les complicités criminelles simultanées et /ou suivantes

  • à Vannes -Morbihan- , ( Le Rouzic- Fouquet et LeDuez-Roux )
  • à Saint-Julien-des Landes – Vendée- ( Couvida-Poitevin-Suteau- Descazes- Desveaux)
  • aux Sables d’Olonne– Vendée- ( Stéfane -Decroix-Brochet),  seuls connus , montrent , dans certains cas, des personnes à qui j’aurais pu ne jamais avoir besoin d’ adresser la parole . J’aurais du être anonyme pour tous ces nouveaux visages.
  • img_8228-ds-la-voiture
  • Pourtant, ces personnes s’étaient, une nouvelle fois, révélées des volontaires-types enthousiastes, parfois psychopathes , parfois sadiques, ou misogynes , ou escrocs. De toutes façons, promoteurs ou exécutants du harcèlement électronique de voisinage , et que le ou les organisateurs leur a (ont), manifestement , assuré exempt de problème ou de poursuite.
  • acrottessam-gross-people-walking-around-with-carrots-attached-to-sticks-hanging-in-front-of-new-yorker-cartoon

Mais on ne sait toujours pas au nom de quelle loi française, ce harcèlement électronique est organisé, et  rendu possible parce que  protégé par les autorités constituées de France .

http://desailesauxtalons.blogs.nouvelobs.com/archive/2016/08/25/detonnante-association-crapuleuse-institutionnelle-589611.html

Code pénal

Article 222-3 :  actes de torture ou de barbarie  ( Tous les acteurs des tirs d’énergie dirigée vers le cerveau)

Article 222-10 : violences ayant entrainé une mutilation ou une infirmité permanente ( Mêmes que ci-dessus)

Article 222-17 : Menace de commettre un crime ou un délit ( JJ Walti)

Article 222-23 et suivants : viol  ( auteurs inconnus)

Article 223-1 : Risques causés à autrui ( Tous les mis en cause)

Article 226-1 : Atteinte à la vie privée ( Tous les mis en cause)

Article 226-4 : Introduction, maintien dans le domicile d’autrui ( Lelong, Brochet, LeDuez, Suteau, Delveaux etc.. )

H C E- brûlures – appel à témoignage

27 Mai

Cet appel à témoigner s’adresse aux résidents de cet immeuble

IMG_2710

qui pourraient éventuellement et aussi  faire état

IMG_2704 brûlures

  • – de brûlures comme celle-ci apparue tout soudain après une nuit de tirs d’ondes   incessants
  • – de maux de tête incompréhensibles et persistants,
  • – de troubles de la vision qui baisse de façon dramatique et  inexplicable ( pour eux),
  • – de saignements des gencives,
  • – de troubles digestifs avec variations de type extrême etc..

Il se pourrait, en effet,  que le technologie destinée à me torturer , selon les caprices et humeurs des opérateurs locaux , fassent des dégâts collatéraux. Les ondes qui traversent le corps ne s’arrêtent pas poliment au plancher.

Pour me suivre et poursuivre et pouvoir ensuite viser ou cibler une partie du corps, et  partout dans mon appartement , il faut peut-être aussi « arroser » large . Par ailleurs les tirs continent sans doute  quelques minutes   en attendant que la machine signale mon changement de place.

Si cela s’avère le cas, aux résidents concernés , je propose de me laisser un message en commentaire ici  , et qui ne sera pas publié.

Comme l’avait montré la situation au 22 rue Ernest Renan, Paris XV, l’intensité de la torture est fonction de l’humeur des tortionnaires.

Après 3 années de harcèlement d’immeuble inefficace pour me faire partir, le trio  DE CERTAINES WALTI/FRENOVE et ses  copains corso-beurs ,  était passé à l’étape harcèlement électronique sans rémission .

La dernière nuit passée dans ma voiture dans cette rue Ernest Renan * (1) ,avec tirs d’ondes en provenance de l’appartement DE CERTAINES  avait montré que cette forme de criminalité dépendait ce jour là, comme avant et partout ailleurs, entièrement  de la hargne inconditionnelle  de cet homme contrarié.

Ici, dans cet immeuble à 500 kms de Paris , comme également aux Sénioriales avant, les  mêmes conditions sont reproduites à l’identique. Un(e) ou des inconnu(e)s, sans raison personnelle,  est ou sont  « missioné(es) » pour me torturer sans répit et de préférence sans preuve.

Le plus souvent,  depuis quelque temps , mon détecteur habituel  ne donne pas d’indications sur la violence  des tirs. Ce qui peut signifier

  • que les criminels  utilisent une technologie non détectable par mon appareil,

ou

  • que les tirs  sont cachés par une autre technologie et n’apparaissent qu’en cas d’erreur de manipulation

ou

  • que le spectre de signal utilisé pour la torture est différent de celui qui apparait en détection qui serait celui de « l’accroche  » , et qu’il  dépasse ce que le détecteur est en mesure d’enregistrer. Soit  6 GHz pour celui-ci

La nuit dernière (26 au 27 mai) , l’opérateur des tirs d’ondes  était  sans doute de très mauvaise humeur. Après des brûlures sous la plante du pied droit  et sur la jambe droite ,  la cadence des tirs vers la tête avait été   infernale. Mes déplacements de protection avaient été tous inutiles .  Les ondes retrouvaient le corps et surtout la tête, partout. Comme à Paris. Comme à Vannes. Comme ailleurs.

IMG_2707 appart

L’enregistrement continu    ne montrait pas grand-chose  de spectaculaire en détection : de très infimes CEM sur les fréquences  1,5 GHz (T) 1,6 GHz ( U) 1,7 GHz( V) 1,8 GHz ( W) .

J’avais fini la nuit sur le balcon.

Cela avait, semble-t-il,  obligé  la machine- à- exterminer des tortionnaires  de cette ville,  à élargir le spectre de son signal ainsi , pour ne pas me quitter  :

IMG_2708 balcon

* (1) http://lezarceleurs.blogspot.fr/2015/04/copropriete-represailles-torture.html

Attention – Danger

24 Jan

Image

Une convocation par l’unité de police administrative du XVème : 01 53 68 81 53 poste 81-66.
C’est la police discrète qui procède aussi  aux internements pour le compte des militaires, maçons ou waltis pas contents.
Ici, cela ressemblait à  une police discrétionnaire . Le policier refusait de donner le nom des mécontents à l’origine de cette convocation.
La police administrative est aussi police judiciaire. Dans cette anecdote, il s’agissait  seulement d’un changement de casquette momentané . Le temps du besoin. Ce type de convocation ne donne pas lieu à un PV, mais un soit-disant rapport interne.

Le policier était Mr Rameau ,  qui semblait être mon agent traitant, façon « cousine Nancy »  dans ce commissariat .

http://etouffoirs.wordpress.com/2013/08/23/les-cousines-nancy-2/ ( ce blog a été censuré et supprimé par wordpress)

Il avait entre les mains une longue lettre de doléances me concernant, sur des broutilles  de copropriété, d’habitude réglées par un syndic, payé pour gérer ce type de détails.

Cette  lettre tapée à la machine  était forcément celle d’une  propriétaire désoeuvrée. Très peu Ange,  ou bonne amie,  mais diablement démon.
Et quand cette écrivaine avait affiché,  dans le hall de l’immeuble une protestation demandant publiquement à des voisins de  cesser de faire du bruit en s’aimant, avait-elle pensé à envoyer une copie à la police ?

Quelques années plus tôt,  le policier Monsieur Rameau était venu devant ma porte  faire du boucan , m’ordonnant de lui ouvrir  . Sans convocation préalable.  Comme si j’étais une délinquante ou criminelle ou qu’il avait le droit de m’ostraciser  grâce à son nom de métier, censé faire ouvrir les portes sur ordre.
C’était  quelques jours avant une AG de copropriétaires, présidée par A. De Certaines, ami du commissaire du quartier …. Déconsidérer quelqu’un plutôt bien averti sur tout ce qui concerne la loi sur la copropriété, juste avant une AG. Aussi simple que ça.

A cette époque-là, Mr Rameau  appartenait à une unité de surveillance de voie publique. J’avais protesté de cette atteinte à ma dignité , à l’intérieur d’un immeuble et sans raison.  Puisque ce boucan s’était révélé une histoire de lunettes de WC, tout à fait privative et dépendant d’un syndic.

Et là,  en 2014, dans cette unité de police administrative momentanée , il m’avait appris  sa rancoeur  ( il avait eu des ennuis)  et très certainement sa vengeance.

Au cours de ce long entretien, le  point qui avait très vite focalisé  toute son argumentation ce jour,  était encadré sur le papier devant lui : mon hospitalisation par subterfuge  de l’année précédente . Il voulait , puis suggérait vivement , un suivi médical… et qu’il conseillait même  de faire faire  par les mêmes que précédemment : ceux qui enferment sur demande, et avec qui il travaille au quotidien.

Faire passer une cible de harcèlement en réseau et harcèlement électronique  pour malade mentale est une situation connue, récurrente pour  les individus ciblés mais qu’il faut continuer à expliciter .
Ce type de manigance  , qui ostracise surtout des femmes, détruit leur vie, et coûte   cher aux contribuables :

– du temps de commissariat mis au service d’un groupe fachisant  habitué à utiliser  les moyens de l’Etat, à titre privatif ,et

– des frais médicaux à raison de 916 euros par jour dans le cas  une hospitalisation sous contrainte sans objet.

En tous cas,  j’étais étrangement  devenue  ,  grâce à cette hospitalisation sans objet et réglée depuis  7 mois,  la proie du policier. Il n’aurait même pas dû avoir cette information, qui relevait de délation notoire,  puisque cette hospitalisation avait été sèche. 

Cette lettre de propriétaire mécontente entre ses mains, me plaçait selon lui  au sein d’une sienne nouvelle spécialité vaguement médico-sociale sur fond de nuisances de voisinage. Il prétendait m’espérer pénalement irresponsable. Car sinon ,  au moindre écart de ma part …  détection et mesure du bruit et … hop….embarquée ….. gardée à vue ,  en attendant la case prison.
Il était là, mais sans l’expliciter , sans préambule ni préparation  ni demande d’explication , en train d’évoquer avec menaces,   mon système de défense pour répit des tirs d’énergie dirigée nocturnes.

Lors de ces séances de torture par tirs d’ondes ou de laser  vers mon lit et à travers le plancher, j’avais remarqué que « mon » bruit freinait les ardeurs sadiques de l’opérateur de ces armes redoutables qui visent à travers les parois. Donc , je me protégeais ainsi. Un peu.

Les responsables de cette torture n’avaient, manifestement  pas porté plainte pour le bruit. Ils avaient , semble-t-il , mentionné le bruit comme étant celui de quelqu’un qui ne tourne pas rond. Et le policier n’aimait que cela.

Mais , un nouvel appel téléphonique de son coach, avait arrêté Mr Rameau dans  son escalade d’intimidation et de menaces .  Avec des  propositions complètement différentes   , et bien difficiles à croire, maintenant.

A des personnes qui ne sont pas harcelées de cette façon , les détails  rapportés apparaitront  selon les cas  ennuyeux,  anodins,  irréalistes, ou paranos. Ce témoignage , alors, n’est pas pour eux, hermétiques à tout, ou inconscients de ce que peuvent être les innommables magouilles de discrédit d’une cible , objet de vengeances multiples si elle réagit. Ce témoignage  est destiné à ceux qui sont en recherche de similitudes ou d’analogies avec leur situation,   et que personne ne veut admettre.

Avec ce conseil : défendez-vous mais ne luttez pas inutilement et n’essayez pas de convaincre. Prouvez ce qui peut l’être.

Sur cette obsession de la  prétendue folie décidée et déclarée  par un système habitué à maltraiter , dominer et se débarrasser de  cette façon, de citoyens résistants  on peut revoir :
https://lesharceleurs.wordpress.com/2013/06/10/la-folie-pratique/
https://lesharceleurs.wordpress.com/2013/11/28/quelques-anomalies-policieres-et-judiciaires/

Pour mémoire, on peut se souvenir aussi des diverses menaces de J-J Walti, un inconnu  de moi,  mais sûr de lui , quand il  hurlait  en 2009 qu’il me ferait « interner » , puis m’annonçait en 2013 « la camisole de force »  si j’avais l’audace de porter plainte contre lui . https://lesharceleurs.wordpress.com/2013/08/22/menace/

Et comme c’est fait……….

Sans oublier l’anecdote rigolote de la petite bonne femme , de plus en plus sa soeur, et qui criait dans les escaliers qu’elle  allait me  faire interner par les pompiers parce que mon réveil aurait  eu dérangé,  pendant mon absence,  une petite jeune fille dans sa chambre 15 m plus loin.
C’est le réveil , ou elle , qu’il fallait penser à  interner.

22, rue Ernest Renan, 75015 PARIS.

A noter , pour tous ceux qui voudraient s’inscrire, un annuaire des personnes ciblées et découvert ce jour
http://www.personnes-cibles.fr/annuaire/

« Ta gueule , connasse. Je vais t’enculer »

9 Jan

 

Ceci est un nouvel exemple de harcèlement en réseau et  harcèlement électronique,  protégé et autorisé .
Ces propos orduriers sont ceux de mon voisin qui se dit employé par l’armée . .. et qui semble jouer toutes les  nuits et souvent le jour avec du matériel qui pulse des ondes électromagnétiques .

Il réagit souvent au bruit , qui doit faire râler la maman.. qui pourrait l’arrêter .  A ce jour,   c’était en effet  la seule méthode qui m’avait permis des pauses de quelques dizaines de minutes, arrêtant momentanément ces tirs d’ondes  épuisants et douloureux.

Image

Cette soirée-là avait commencé par des tirs  sans doute au laser ou avec un matériel  de HPM (High Power Microwave) . L’énergie brûlante pulsée  traversait absolument toutes les protections imaginées.
Mon poste de radio en avait claqué. Mes oreilles étaient en bonne voie. Je n’entendais plus que  leur effrayant sifflement.
Après beaucoup de ramdam,  De Certaines  , à l’origine de « mon » harcèlement dans cet immeuble avait fait  cesser ce style de torture . Qui peut le plus peut le  moins.
Malheureusement , l’énergique  J-J Walti était repassé aux tirs de micro-ondes pulsés avec un matériel sans doute programmé, car il avait réintégré le 6ème. Comme d’habitude, les tirs d’ondes visaient la tête et donnaient en plus  l’impression que la cage thoracique allait imploser.

A 1h30 du matin , j’étais sortie lui demander de stopper les tirs en provenance du dessous. L’appartement de la mère.
Sa réponse avait été une menace de cour de récré «    Si je sors d’ici ( sa chambre) tu vas t’en prendre deux   »
Il était sorti, avait agrippé mon blouson avec ses «   deux   » et m’avait lancée dans le couloir. Cinq mètres plus loin ma tête avait heurté la paroi. J’avais perdu connaissance.
Revenue à la vie, j’avais repris une station de bipède. Il s’était précipité pour m’arracher mes lunettes et les jeter au sol. Le lancer de femme ne lui avait pas suffi.

IMG_4496

décision du Tribunal correctionnel de Marseille

Ma demande d’arrêt des tirs apparemment programmés ,  et restée la même, avait déclenché un vieux disque rayé «    ta gueule , connasse ,   » terminé par une devenue-habituelle menace d’enculage et un claquage de porte . Donc  » je vais t’enculer » . Un style très Paris-15ème, homme de main du frère de l’endroit.

Avec une douleur à l’intérieur de la tête qui avait empiré, je m’étais résignée aux urgences d’un hôpital.
L’attente avait été ponctuée de piqûres/repérage aux pieds.

Les piqûres sont la conséquence de « l’accroche », un train d’ondes électromagnétiques bloqué sur une cible. Ces ondes , sans doute activées à distance, produisent cette sensation précise de douleur aigüe comme si une aiguille s’enfonçait progressivement dans la chair, et  appelée « piqûres » . Il n’y a cependant aucun contact d’un objet quelconque avec la chair . Les piqûres, donnent une information retour vers l’émetteur , et permettent donc le repérage de la cible  Cela permet de déclencher une recherche ou un suivi humain en indiquant le lieu où se trouve la cible , pour savoir ce qu’elle fait et ce qu’il faudra faire pour détourner son action.

Ce qui pouvait expliquer le passage d’inspection de deux beurs successifs, en salle d’attente entre 3h et 5h du matin. Le premier d’entre eux  était  même repassé 3 fois. Dans cette histoire militaro-maçonne,  le réseau beur aux ordres est omniprésent .

Côté   salle des urgences,  au milieu de pieds écrasés, d’un nez qui pissait le sang et d’une dame qui risquait de cracher des bouts de poumons à chaque quinte de toux, j’avais une nouvelle  fois expérimenté  deux  des épreuves des cibles de harcèlement en réseau   : l’absence de spectaculaire, et  le détournement des faits.
Le certificat médical  délivré par un responsable qui me tournait le dos, ne mentionnait pas ce  dont je souffrais .
Il faut penser, ici, que les beurs/inspecteurs avaient servi à cela .

Une des préoccupation des auteurs de cette histoire est l’évitement et l’effacement des preuves.

Dans la rue, il y en avait un autre.  Un beur suiveur.
Entrée dans un hôtel à 6h du matin, je n’avais pas vraiment été surprise d’un tir d’ondes de type antennes-relais, à peine vingt  minutes plus tard.

Et, j’avais promené ma douleur dans la tête tout l’après-midi .

Rentrée chez moi en fin de journée, j’y avais trouvé ceci  sur un détecteur non connecté à l’électricité ( piégée)  * :
Image
Pendant mon absence, la chambre avait été saturée d’ondes ELF ( très basses fréquences ) de 6,6 Hz . C’est la très exacte fréquence qui induit des dépressions.
La valeur en nanoteslas est indiquée sous la fréquence ( 9836)  et non pas en gros caractères, parce que  l’appareil avait été configuré  pour un % en unité tesla et indiqué ailleurs.

Ces ondes ELF sont majoritairement pulsées, ici,  par des micro-tirs en provenance de l’appartement WALTI  et par les canalisations de l’immeuble. Ce qui s’était vu et fait avec la  participation de De Certaines.

https://lesharceleurs.wordpress.com/2013/06/05/coupure-deau-pour-tirs-dondes/

Il est probable que le circuit électrique  piégé et détourné soit le 3ème moyen utilisé ( CPL = courant porteur en ligne). Ce qui expliquerait la précision  de  la fréquence 6,6Hz, par exemple.

A partir de 22h , les ELF étaient dans la gamme des 10Hz.
Vers 23h30, J-J Walti, toujours  grâce à l’utilisation de l’appartement de sa mère, était repassé  à ses tirs de micro-ondes et ré- ajustés en fonction de l’emplacement déplacé de ma tête. Non-stop.

On a bien là, dans cette histoire, une criminalité organisée localement avec des participants  connus et qui veulent même être reconnus croyant induire la peur par des méthodes terroristes.
Cette criminalité est  approvisionnée en armes électromagnétiques dites non létales par un réseau  extérieur de traite d’êtres humains   ( militaires ou mafieux)   qui pratique le marquage de citoyens  tels des animaux ou des objets à l’aide d’ondes  (« accroche »).

Dans « mon » histoire les attaques par les ondes ont visé majoritairement  le cerveau , qui a beaucoup souffert, littéralement, contrairement à ce que l’on trouve souvent  indiqué dans des études de spécialistes..

Ici,  ce réseau qui marque des êtres humains pour les suivre et  torturer en tous endroits   avait  livré une citoyenne lambda, (moi) à des bourreaux bourgeois du XVème arrondissement de Paris . Habitués.

JJ Walti, est l’homme de main de D- C——– dans cet immeuble. http://etouffoirs.wordpress.com/2013/07/14/un-pervers/

Il multiplie en plus des injures,  les provocations dissimulées, pour prétendre ensuite  à des prétextes de représailles. Classique

Une de ses dernières provocations, non signée,  et que j’avais affichée dans le hall de l’immeuble ,  et  retrouvée à un endroit différent,  est comme suit.

Image

Ceci est  le niveau  des comploteurs ,  et celui où l’on essaie d’entrainer une cible.

On peut y ajouter ceci , trouvé  collé sur la porte de J-J Walti. Le texte était précédé de mon nom de famille  . SANS civilité. Il amène la question simple  : Qui autorise ?

IMG_4183

Car je ne raconte pas Clochemerle.

Il s’agit  ici de MALTRAITANCE organisée  et mise en oeuvre depuis SIX ans dans cet immeuble, et avec violations et saccages incessants de mon espace privatif .

Il s’agit de TORTURE par ondes pulsées  depuis des appartements voisins  de jour comme de nuit , non-stop, depuis  dix-huit mois .

Qui dans cet immeuble,    s’autorise une coupure d’eau  sur partie privative pour  des tirs d’ondes par les canalisations ( parties communes)   ?  https://lesharceleurs.wordpress.com/2013/06/05/coupure-deau-pour-tirs-dondes/
Qui ordonne à une propriétaire (moi) d’ouvrir « sa »porte ?   https://lesharceleurs.wordpress.com/2013/12/07/dans-la-nuit/

Qui est capable de faire cesser une partie de « ma  » torture par énergie pulsée à distance, …?

 * Electricité piégée

Cette information avait été explicitée avec des exemples  dans un blog précédent. Cette fois cela s’est passé comme suit :
Le 7-1-14 au soir, j’avais écrit deux lettres de plainte en utilisant l’électricité pour recharger mes appareils. L’une de ces plaintes  s’était retrouvée manipulée. Elle avait été amputée de plusieurs lignes et la mise en page avait été changée.

Donc lues par le réseau de harcèlement à mes trousses.  L’apparente connaissance du contenu de ces plaintes avait entrainé une incroyable effervescence  dans le studio FRENOVE et des bricolages intéressants au niveau de « mes » prises de courant sur la paroi commune.

Depuis la lecture  évidente de ces plaintes par mes voisins harceleurs, même J-J Walti  prétend   ne rien avoir à faire avec toute cette histoire…. mais continue ses tirs nocturnes d’ondes électromagnétiques . Accro.

Employé par l’armée

1 Jan

Image

C’est ce que cet artiste – là avait d’abord  explicitement prétendu au milieu de ses incroyables et incessantes provocations.
C’était un peu gros.
C’était , malgré tout, resté en point d’interrogation, quand la justice avait fait réglé une plainte au pénal par une autre administration. Sans la nommer.

Mais, avec le militaire du 56 ( Morbihan)  qui avait quitté la rue Ernest Renan, le lundi 30 décembre vers 13 h, le point d’interrogation était passé  en caractère gras. Le harcèlement électronique intense avait débuté dans le 56.

A mon retour chez moi, ici à Paris,  le 31 décembre de l’année dernière , l’atmosphère était bizarrement bizarre. Emoliente.

Effectivement . Le cerveau  était entrainé vers une gamme d’ondes de repos  . D’abord  9Hz  repéré   pour 3970 nanoteslas . C’est beaucoup.

Image

C’est la même chose ci-dessous

Image

Puis une pointe dans les  5  Hz pour   2513 nanoteslas, et  qui faisaient se fermer  les paupières .

Image

Ce qui aurait pu être une nuit de sommeil  grâce à  cette gamme d’ondes cérébrales de repos,  avait été une horreur . Les tirs d’ondes en provenance de l’appartement WALTI-GRACIEUSE déchiraient.

Avec une précision militaire ou chirurgicale,  les  tirs violents d’ondes brûlantes du brutal opérateur    avaient impacté le plexus solaire et la tête , traversant toutes les protections imaginées et superposées . Ce qui fait penser que l’opérateur avait  été approvisionné en  arme de type laser. *

Alors….  quand J-J Walti  avait clamé   sous diverses formes et jamais sanctionnées   » je vais te tuer » ,  même pas arrêté dans ses manifestations de  cruauté par le président du conseil syndical  De Certaines, en charge de la défense des propriétaires et de leurs intérêts dans l’immeuble , c’était  sur ordre de l’armée ?

Torturer, et tuer quelqu’un  dans son appartement , dans son lit, en utilisant des armes de haute technologie , sans contact …. un ordre de l’armée française ? … ordre  pour mercenaire ?

IMG_4096

C’est ce que cette lettre  parlant d’un mystérieux parcours professionnel   présenté comme une  menace ,  et reçue peu après mon installation dans cet immeuble pourrait, maintenant,  laisser penser .

* ci-dessous deux exemples d’ armes laser

Hydra Pet

???????????????????????????????

Photos en provenance  du guide  du 7ème symposium  européen des armes non-létales