Tag Archives: EEG

La cadence infernale d’un signal suiveur – Eclatement sonore dans la boite crânienne

3 Sep

Le site

http://www.cochlea.eu/pathologie/surdites-neuro-sensorielles/traumatisme-acoustique

indique et précise qu’une exposition traumatique sévère ou répétitive de la cochlée à un excès de son fait disparaître les cellules cillées et tue les neurones par apoptose, et entraine des pertes auditives et/ou une surdité définitive.

Dans cette histoire où se sont mélangées et superposées diverses sortes de torture par énergie pulsée d’intensité et de nature différentes qui embrouillait toute compréhension simple ou évidente , il faut noter la constance d’un signal qui produit un éclatement sonore dans la boite crânienne , par , semble-t-il , le canal de la cochlée .
Cette cochlée est pourtant régulièrement obturée par des boules Quies en cire soigneusement enfoncées .

Hors périodes de détections par EEG , pour la nuit, la tête  est entourée, depuis maintenant 6 ans,  de packs de gel qui atténuent les éclatements sonores dans la boite crânienne , sans pourtant les oblitérer totalement.

Dans mon lieu de vie actuel et  facilement repéré par mes ennemis,  en station debout, ce signal suiveur déclenche des sifflements d’appareils électroniques que je peux avoir sur moi. Si , dans ces conditions d’éveil , il affecte le cerveau en le fatigant par décharges électriques aberrantes et violentes , il ne le fait pas souffrir.

En position allongée, la souffrance violente liée à la privation de sommeil , et due aux décharges électriques anarchiques produites par l’éclatement sonore dans le cerveau , font craindre régulièrement le basculement dans la folie.

L’observation obligée de ce phénomène , montre un accroissement d’ intensité du matraque pendant les ouiquendes et surtout les vendredis.

Tous les éclatements sonores qui, en UV ( microvolts) dépassent 200.000 sont à hurler et obligent, quand c’est possible,  à des changements de place, mais qui tendent à montrer que TOUT l’endroit où je me trouve est transparent pour ce signal suiveur .

Comme indiqué dans des billets précédents de ces trois blogs , il existe en général un repérage du corps par ce signal et qui se traduit par un canardage moyen,  avant une attaque violente . Cette attaque violente entraine ensuite un matraquage régulier avec une cadence incroyable et imparable, tant que je reste au même endroit.
La violence des décharges électriques en gamme Delta laisse dans un état de sidération qui empêche  toute décision de mouvement, sauf au prix d’un effort d’auto- persuasion répété.

Les tableaux ci-dessous sont des enregistrements récents et présentés, ici, en chronologie inversée . Ils montrent la cadence des agressions dénoncées depuis maintenant plus de 5 ans , pour ce qui concerne ce seul type d’agression sonore ( hors les autres) .

deux tableaux , pour le vendredi 31-8 où les attaques avaient été particulièrement violentes et  cruelles

la photo suivante est la représentation de l’énergie électrique produite dans la gamme des ondes Delta ( en haut , à gauche)

et comme ceci  , qui fait le relation entre la couleur et

l’énergie en UV ( microVolts)

Et cette cadence pour le 29-8

et pour le 28-8

et pour le 27-8

etc……. et

http://lezarceleurs.blogspot.com/2018/09/beta-de-nuit-et-agression-du-cerveau.html

Publicités

Simultanéité des propulsions d’énergie et des déflagrations électriques dans le cerveau

20 Avr

Des internautes ont fait état d’une impossibilité d’ouvrir le dernier billet du blog http://lezarceleurs.blogspot.fr .  Le voici  donc en copie 

Ce qui suit est   destiné à servir d’ information/comparaison  à  des cibles de harcèlement électronique , dans des situations semblables à celles qui ont  été exposées dans mes blogs.
Pendant  la nuit concernée ( 17-18)  par ce qui suit , il n’y avait pas de résidents dans l’appartement au-dessus du mien . Ni dans celui  encore au- dessus.
Par ailleurs, l’appartement que j’occupe dans cette résidence est situé  au rez-de-chaussée , au-dessus d’un sous- sol de caves et de garages. Il n’y avait,  à mon niveau du RDC ,  aucun autre résident proche . Donc, pas de voisins sur les côtés.

Pour cette nuit-là, j’avais organisé mon couchage au milieu du salon, avec  au- dessus

  •  1 matelas, 5 plaques de métal , deux plaques de mousse et 6 épaisseurs de mylar dans une housse
au-dessous du lit
  • Une épaisse  plaque de fonte et deux plaques de mousse et 6 épaisseurs de mylar dans une housse
Les  détecteurs jumeaux avaient été repartis comme suit :
  • L’un au-dessus du barda :  FA2
  • L’autre sous  le barda : FA1 , au niveau de ma tête enregistreuse ,  affublée du casque EEG
Il y avait eu 7 propulsions d’énergie entre 22H03 et 0H et qui présentaient toutes les mêmes caractéristiques de CEM faibles , comme ceci en exemple :
Pour FA2
Les fréquences en jaune correspondent aux fréquences porteuses au moment de la propulsion d’énergie
Pour FA1
Pour la déflagration électrique dans le cerveau :
et
Le jour suivant ,  très tôt,  les caractéristiques des propulsions d’énergie étaient semblables . Comme ceci pour 0H04 et à 0H12,. C’étaient les dernières de cette série .
Pour FA2
Pour FA1
Déflagrations dans le cerveau  à 0H04
Puis  détections à 0H12 pour FA2
Puis  détections à 0H12 pour FA1
Déflagrations électriques dans le cerveau à 0H12

L’image  de la déflagration électrique dans le cerveau  présentée correspond à la déflagration de 0H12.

Au matin, il y avait eu 51 déflagrations douloureuses dans le cerveau .
Elles avaient démarré après 4 H.  Les sensations étaient différentes de celles de la veille.
Par ailleurs , elles  correspondaient  à un gamme de fréquences différentes  des précédentes ,  et non décelables par les jumeaux FA1 et FA2 qui  enregistrent et détectent entre 300 MHz et 6 GHz .
Il s’agissait peut-être d’ultrasons .
Les différences de sensations douloureuses  éprouvées et mentionnées  entre les propulsions du soir et du matin après 4 H, expliquent  aussi la difficulté   à exprimer ou décrire les effets ressentis pour les cibles de HE . 
A  cause de changements de méthodes, de techniques et d’appareils,  quand ce n’est pas à cause de leur superposition , il peut  devenir compliqué  pour une victime d’expliquer sa situation fluctuante  et devenue confuse par la fatigue induite et qui est une technique d’usure.

Tir fulgurant – HCE

12 Jan

Dans le texte précédent , on trouve l’information suivante, extraite d’une information sur les effets des armes non-létales :

« Les estimations montrent que des impulsions très brèves d’une nanoseconde à 50 à 100 kV / m , peuvent produire un potentiel de la membrane de la cellule d’environ 2 V. Ce serait semble-t-il suffisant pour exciter des neurones ou les rendre plus sensibles au tir. »

Après plusieurs nuits passées dans ma voiture, poursuivie par tous les célibataires et/ou  jeunes ou vieux pères de famille harceleurs de la région ou de passage dans la région, j’avais opté pour une nuit au chaud dans un appartement.

A peine installée sous toutes les protections imaginables,  anti-RF et anti-laser, j’avais été attaquée par un tir fulgurant. Il avait fallu quelques minutes seulement, pour que je sois repérée et violemment visée.

Le détecteur proche de ma tête et programmé sur un enregistrement de l’énergie électrique (pulsée)  donnera l’information suivante :

L’EEG qui m’accompagnait cette nuit-là   , montrera ceci avant le tir.

la partie colorée en rouge,  analysée par l’appareil, montrera comme ceci l’énergie électrique dans le cerveau avant le tir

et ceci ,  pendant le tir :

La partie colorée en rouge montrera aussi ceci :

avec ce tableau  pour les détails :

Quelques secondes après le tir, l’énergie électrique restante se manifestera  dans le cerveau ainsi pour le petit moment coloré en rouge :

et

et quelques secondes, encore plus tard,  l’analyse EEG faite sur la période suivante colorée en rouge donnera ceci :

et

Pour le réveil  obligatoire du  lendemain matin,  et après une nuit  de périodes de  micro -tirs, le tir fulgurant  avait été comme ceci :  4,5 V/m

Et comme ceci pour le 12 janvier

Le signal vicieux

9 Avr

On appelle signal un message codé qui peut être communiqué à distance. En harcèlement électronique , il est convenu d’appeler signal un phénomène complexe utilisant une énergie immatérielle qui vise une cible dans un but déterminé ,  variable et hostile.
Ce signal est , ici, dit « vicieux » parce que programmé avec malveillance pour déstabiliser, et handicaper sa cible.

 

La plus part des campings sont devenus impraticables aux victimes des technologies par énergie immatérielle de cuisson brutale ou progressive , dont le WiFi.
Pour plaire aux clients étrangers désireux de rester en contact permanent avec la Hollande, la Suisse ou la Nouvelle Zélande, une majorité de campings s’est  dotée de bandes relais,  gentiment disséminées ici et là, sur leurs sites.
Les plus malins ont concentré l’accès Wifi au niveau du bar.

Ici, c’était dans une grange éloignée des mobiles homes qu’on pouvait cuire , mais uniquement par décision personnelle .
La poule de l’entrée du camping ,  a certes pas l’air commode. Mais les hôtes de l’endroit sont joyeusement accueillants,  et le site est nickel-chrome.

 


Le mobile home de trois pièces tout confort , plus terrasse protégée, et proposé à la location, était presque isolé des autres.  Super.

La première nuit avait été tellement douce, que j’avais requipé pour un complément de plusieurs autres.
C’était sans compter sur l’acharnement absolu de mes poursuivants, dont le programme de base tourne autour de :
L’insécurité
La privation de sommeil
La destruction des facultés mentales et la dégradation de la santé
pour extermination par la folie ou le suicide aux apparences plausibles et normales.

Peut-être que la propriétaire de mon appartement de Cap Olona n’aimerait pas le retrouver peint en rouge .

Dans la matinée, après cette belle nuit, mon seul besoin allait vers la satisfaction hebdomadaire de mon addiction : la lecture du Canard Enchainé du jour * (2). Il se trouvait dans un point presse , doublé d’un bistrot, à portée de pieds.

Dans le harcèlement tel que décrit dans ces blogs , il faut penser que les particularités , goûts ou addictions d’une cible sont en général tous passés au crible de l’analyse , pour être ensuite ajoutés et utilisés dans un protocole précis et qui concerne ou vise la cible uniquement.

« Mes » harceleurs savent forcément qu’ils me retrouveront un mercredi , dans le premier point de vente de journaux des environs de mon véhicule repérable.
C’est ainsi, aussi, que fonctionne l’armée secrète des pseudos « Gladios » français. Selon les bons vieux principes de  prétendus services secrets instructeurs.

Ici, ce jour-là , à l’intérieur du bistrot , un grand quadra à l’allure sportive , installé à une table, attendait …. Et Godot n’était pas venu….. Enfin … peut-être que si. Mais à cette heure-là, le grand quadra aurait dû être au lit, si travail en décalage horaire, et sinon,  au boulot.
Sur cette réflexion silencieuse, je m’étais installée devant mon petit noir , immédiatement absorbée par ma lecture.

Le soir vers 20 h, un tour rapide en extérieur du camping  montrait l’antenne relais proche  à plus d’un kilomètre. Ça collait avec ma nuit précédente de repos.
Et dans l’autre partie du camping tout le monde était calfeutré. Chic.

Vers 21h ++, selon un des détecteurs orientés en opposition , les hautes fréquences ambiantes avaient été modifiées , avec un bruit de ronflement de moteur tout près du mobile home.

 

La situation s’était inversée , à plus de 22h . Pour moi aussi .

Car le cerveau s’était mis à sursauter sous des coups répétés à vitesse V. Ces brusques sursauts du cerveau accompagnés d’un bruit entre sifflant et chuintant sont appelés ZAPPINGS par les cibles de terrorisme électronique.
Ces zappings ne sont pas, ici,  détectés par des densités de puissance importantes , mais seulement par ceci sur la fréquence 2,6 GHz :


Il se pourrait donc que ces zappings  correspondent surtout à un signal différent de celui qui est montré ici, et plutôt dans une fréquence inférieure aux capacités de détections des enregistreurs ici à disposition ( entre 300 MHz et 6 GHz)
Ces zappings étaient cependant détectés par l’EEG du cerveau qui sursautait.

Dans ce vaste 3 pièces, j’avais 3 endroits confortables de couchage possible. Je les avais tous utilisés , dans le désordre. A chaque changement de place ou de sens ( tête au pied) et systématiquement , le signal vicieux, que certains disent intelligent,* (1) avait retrouvé la tête, et ce, après un répit de moins en moins long.

Comme à Cap Olona….. selon la pratique du détraqué du  A221 (et qui me poursuit même sur une plage)…. et d’ ailleurs.

Au final, j’avais opté pour la position à 150° dans ma voiture. Et CH BING, CH BING et CH BING … et un retour dans le mobile home .
Ç a avait continué jusqu’au matin , mais atténué cette fois,  par les packs de gel fixés autour de la tête, et indiquant de nouveau  , que l’origine du problème était bien externe au cerveau.
Bien sûr, j’avais quitté le camping plus vite que prévu. C’était le but de ce matraquage . Aussi.

D’où que vienne ce signal vicieux , capable de retrouver le cerveau après un minimum de temps et d’ajustement, et peut-être ( pourquoi pas) activé à partir d’un élément de ma voiture proche et servant d’antenne, il est notoire , une nouvelle fois, que ce signal vicieux ne rate jamais sa cible qu’il fait souffrir non stop .

Ce peut, éventuellement,  être fait par mise en résonance, par programmation,  avec une partie vitale ou cruciale de la boite crânienne. La douleur, pour moi,  est DANS le cerveau.

* (1) https://rudy2.wordpress.com/a-tortures-en-france-par-dispositifs-a-energie-dirigee-et-psychotroniques-tentatives-de-meurtre/

  • (2) Il existe deux anecdotes liées au Canard Enchainé et déjà racontées, l’une se trouve à http://etouffoir.blogspot.fr/2014/03/harcelement-en-reseau-la-couleur-bleue.html  et mentionne un individu qui m’empêchait d’avancer dans la rue pour me monter le journal qu’il avait coincé dans la poche arrière de son pantalon
  • l’autre était liée à la soeur hôtelière de l’ABBAYE de Saint-Jacut-de-la-mer (22)  qui faisait des violations de ma chambre pendant les heures fixes de repas. Elle avait été piégée, lors d’une violation,  par un échafaudage qui était tombée sur elle et les imprécations qui s’en étaient suivies, enregistrées par un magnétophone hors de sa portée. Cette soeur venait me parler dans le réfectoire avec le n° du Canard Enchainé  à la main, et qu’elle avait sans doute pris dans ma chambre. Ici, encore, il convient de noter l’escroquerie de cette situation . En plus. La très catholique soeur hôtelière était en charge du confort  et de la sécurité de mon séjour qu’elle proposait contre facturation……. et qu’elle violait.

Rotation de la tête, soulèvement d’une épaule, suffocation

8 Fév

img_1261-maison

L’endroit semblait idéal :
– pas de WiFi, ni de téléphone dans la maison,
– pas de mur mitoyen avec les gentils voisins,
– pas d’antenne relais dans le village,
– des chiens qui aboient en voisinage à l’approche de quiconque.

Les détecteurs avaient été positionnés dans chaque pièce. Celui qui enregistrait dans la pièce donnant sur la rue avait capté deux rondes…… de gendarmes peut-être ( 600 MHz) .

Pour une même journée, j’avais subi
une rotation brusque de la tête , d’environ 30° vers la gauche et qui réveille sans douleur,
un soulèvement de l’épaule droite, qui réveille aussi, et sans douleur également.

img_1198-tete

Emplacements des électrodes

En détection EEG + spectre de fréquences , cela donnait ceci  en détection de brusque activité cérébrale pendant le sommeil :

img_1223-rotation-de-la-tete-eeg

et ceci en image pour l’intensité d’activité  cérébrale soudaine
img_1220-rotation-de-la-tete-cerveau

quant à la détection de fréquences environnantes, elle donnait ceci (rien) :

img_1225-rotation-de-la-tete-detect

Au moment du  soulèvement de l’épaule , les deux formes de détections simultanées étaient ainsi :

img_1222-soulevement-epaule-eeg

et
img_1221-soulevement-de-lepaule-cerveau

et encore ceci ( rien) pour la détection de fréquences

img_1226-soulevement-epaule-detect

Pour la journée suivante , l’innovation s’était faite sur un épisode de suffocation/étouffement ,  avec ceci , pour l’activité cérébrale, et toujours RIEN , en détection de fréquences .

img_1274-suffocation-etouffement
Malgré les conditions d’ un environnement quasi idéal, j’avais fait face à de multiples  séries de ZAPS ( sensations de cisaillements ) dans le ciboulot. Pour me protéger , j’avais recouvert le lobe frontal avec le seul élément à portée de main : ce petit coussin, peu épais.

img_1255-coussin
Et cette très faible protection avait fait décupler l’intensité ressentie des ZAPS, ( sensations de cisaillements qui traversent le cerveau)  alors que les détections montraient, encore une fois  ….. rien du tout à ce même moment.

img_1231-coussin-sur-le-front-zap-tres-fort

Cette situation est complètement inédite et totalement différente de ce que m’a fait subir la crise de rage du corse Stefane , la nuit dernière.

Le corse  de Cap Olona, D. Stefane semblait fou-furieux sur commande de ses chefs locaux ( agents immobiliers et juristes) .

Il avait fait feu dès que je m’étais allongée, prouvant une nouvelle fois qu’il avait cette information. Il m’avait suivie de ses tirs brûlant la tête et le haut de la cage thoracique  d’une pièce à l’autre,  pour un canardage de type lance flammes sadique , et avec des  détections  entre 1 GHz et 1, 5 GHz avec sauts de fréquences en prime.

Ce qui m’avait une nouvelle fois laissée la tête et l’épaule douloureuses et péniblement utilisables. Le corps garde ces souvenirs épouvantables.

Il y a, naturellement ,  plusieurs hypothèses d’explication à cette situation, dont une, hélas,  aussi évidente qu’effrayante, et que se pose tous les individus ciblés.

Ce n’est pas    who-am-i qui suis-je  mais « pourquoije « ?

L S O et piège à cible

4 Mar

IMG_6370 LSO

Pour garder la main et compléter sa retraite , l’ancien procureur de LSO , avait choisi la mairie. Du service à quelques citoyens de la région , il était passé à celui de tous les citoyens de la ville . J’en étais .

Rattrapée ici encore dans cette ville par le harcèlement criminel électronique, j’en avais fait état auprès du maire  Monsieur Gallot, homme de réseaux, à gauche toute, et pétri de droit. Il avait répondu en me désignant son successeur : le nouveau procureur.

Un an de torture plus tard , sans nouvelles ni du proc , ni de la police, j’avais interrogé Mr le Maire sur l’utilisation de l’article 40 du CPC.
Le 28 janvier 2016
Objet : Article 40 du CPC
Harcèlement électronique

Monsieur le Maire,
Dans un précédent courrier dont je joins la copie, je vous avais informé d’un comportement criminel de voisinage. Il s’agit de Harcèlement électronique.
Le harcèlement électronique consiste à pulser de l’énergie dirigée à travers les murs pour faire souffrir une personne à distance, l’empêcher de dormir et la rendre malade.

Il s’agit d’un crime , que des individus sadiques pratiquent sur commande ou par plaisir et qui , semble-t-il est majoritairement utilisé contre des femmes .

Vous m’aviez conseillé de contacter Le Procureur des Sables ; ce que j’ai fait en déposant plainte par lettre recommandée avec accusé de réception.

Cette plainte est restée à ce jour sans réponse et sans effet.

Ayant eu connaissance de ce crime, je ne doute pas que vous avez , de votre côté, fait la démarche qui s’impose à tout élu , au titre de l’article 40 du CPC.

IMG_6365 ville préfecture

Pour une lettre écrite le 28 janvier 2016, une réaction était venue quasi immédiatement de la ville-préfecture du département , sous forme d’une convocation/piège à cible et à trois mains*.

IMG_6400 convocation

Convoquée dans le commissariat de LSO en tant que victime, j’en étais ressortie accusée de « diffamation » par le tortionnaire , ex- marin  G. Poitevin des Sénioriales * (1). Un mélange de genre que ne renierait aucune dictature.

diffamation

Une immédiate lettre au procureur , complément  à mes plaintes, avait explicité cette pratique étrange qui avait transformé ma situation de victime en celle d’accusée . Ce tour de passe-passe  bafouait mes droits et  la loi , et de main de maître. Ma lettre m’avait immédiatement été retournée. Enveloppe comprise. Ce courrier n’aurait donc officiellement jamais eu existé. La police et la justice ne reconnaissaient qu’une plainte, celle qui affirmait que toutes les miennes n’étaient que diffamation . Malin.

Une fois ce piège à cible bien bouclé, la réponse du maire m’était parvenue. Monsieur GALLOT y disait que faute de la constatation du crime mentionné ( torture et harcèlement électronique) l’article 40 du CPC ne pouvait pas être utilisé.

IMG_6363 lettre du maire

Il faudrait donc en déduire que si , par exemple, un petit enfant informe un élu d’un viol qu’il aurait subi, il serait nécessaire d’attendre le prochain viol, pour passer alors un coup de fil à l’élu en lui demandant de venir constater.

Pour mémoire l’article 40 du CPC stipule : »….. Toute autorité constituée, tout officier public ou fonctionnaire qui, dans l’exercice de ses fonctions, acquiert la connaissance d’un crime ou d’un délit est tenu d’en donner avis sans délai au procureur de la République et de transmettre à ce magistrat tous les renseignements, procès-verbaux et actes qui y sont relatifs. »

Le petit Larousse donne « renseignement » et «  information » comme synonymes de connaissance . Le fait d’être informé serait alors « avoir connaissance » de ……
Pour « constater » on trouve «  établir la vérité d’un fait » ou « consigner dans un écrit » et qui semble être l’étape suivante, à l’usage des policiers (PV) et/ou de magistrats ( demande d’enquête).

IMG_6398 joker

dessin de Voutch

En complément , on trouve également cette réponse du Ministère de la justice publiée dans le JO du Sénat du 01/10/2009 – page 2308 «  ‘Aux termes de l’article 40 du code de procédure pénale, « Toute autorité constituée, tout officier public ou fonctionnaire qui, dans l’exercice de ses fonctions, acquiert la connaissance d’un crime ou d’un délit est tenu d’en donner avis sans délai au procureur de la République et de transmettre à ce magistrat tous les renseignements, procès-verbaux et actes qui y sont relatifs »

Parmi les autorités constituées assujetties à l’obligation de l’article 40 du CPC se trouvent les élus des collectivités territoriales.
On sait aussi qu’il n’existe aucune sanction à l’égard d’élus qui choisissent de faire un bras d’honneur à l’article 40 du CPC .
Seul l’article 434-1 du code pénal prévoit des poursuites pour non dénonciation d’un crime dont il est encore possible de prévenir ou de limiter les effets.
Tout cela, Monsieur le Maire le sait.

Tout comme une victime sait qu’un article comme celui-ci va lui valoir des séances de torture accrues.
Tout comme une victime sait que SI le fils de la voisine, un soudeur ou un restaurateur de la ville accepte de/,  et peut torturer une femme, certes par plaisir sadique, c’est aussi et surtout parce que les réseaux criminels et les autorités constituées de la ville et de la région  l’ont demandé et le permettent . C’est aussi et surtout parce que cela se fait avec la couverture et l’utilisation détournées  de  la police nationale, et/ou de la gendarmerie.

31 tirs ds la tête                                                                          IMG_6396 51 tirs dans la tête

Les tableaux ci-dessus, montrent  la cadence et la fréquence de 51 tirs d’énergie dirigée  vers la tête faits , seulement, entre 21H39.21 et 22H43.17,  le jeudi 3 mars au soir.  Ma tête se trouvait alors sous une sorte d’ arche constituée d’un matelas  en + de 7 plaques de métal et en + d’une dizaines de feuilles de couverture de survie, tous   superposés .

Les tirs d’énergie traversaient TOUT

Cet enregistrement des « alertes »  est fait  en temps réel , au moment des douleurs ressenties , avec  un appareil électro-encéphalogramme.

« outbreak » ou « alerte » correspond à une décharge électrique  douloureuse dans le cerveau , et provoquée par un tir d’énergie dirigée en provenance d’un appartement voisin. Cette décharge électrique prouve le tir d’énergie et sa cible préférée : le cerveau

* Préfecture + Mairie + Commissariat
* (1) https://lesharceleurs.wordpress.com/2015/02/08/h-c-r-lallee-des-harceleurs/
https://lesharceleurs.wordpress.com/2015/02/07/rafales-dondes/

IMG_6052 radar

J’ignore quel appareil est spécialement utilisé dans cette proximité. Les pistolets radars sont une éventualité.

HCE- Une nuit hors protections

24 Oct

La nuit précédente ( 22-23) avait été difficile. La gars du A221 avait «  ses nerfs  ». L’accumulation des protections au-dessus du lit pour protéger la tête, l’avaient contrarié. Les tirs d’énergie étaient alors partis  également du dessous ( A201) presque immédiatement .
Comme si du matériel positionné en doublon était commandé d’un seul PC. Le sien.
La hargne mortifère du A221 s’était soldée au petit matin par des tirs sur les fréquences 2,4 GHz et 2,5 GHz. Toutes les minutes, entre 4h15 et 7h.

La journée suivante avait été à l’avenant. Pénible. Je l’avais trainée tant bien que mal jusqu’à 20H25 . Et dans mon lit, cette fois comme tout le monde, c.a .d. sans les 80 cms habituels de matériaux divers entassés au-dessus de la tête . Avec malgré tout, un pack de gel sur le lobe frontal.

IMG_5031 gel

Et schlak  ! A 20H32, le 1er tir directionnel venant du A221 avait atteint le front. Comme si le gars du A221 n’attendait que cela mais surtout , avait, en plus une vision exacte de mon appartement et de ce que j’y faisais.
Ce qui donnait ceci en sursaut brusque de fréquence sur la partie gauche du lobe frontal (Fp1)

IMG_5023 20h32 général

 et ceci , en approche,   pour apprécier les fréquences (44Hz et 50 Hz)  et l’énergie cérébrale développée

IMG_5022 20h32 Détail OK

L’électrode Fp1 qui avait  transmis  ces informations-là, est positionnée sur le front comme indiqué ici,  sous la flèche  :

IMG_5030 plan

L’activité électrique du cerveau, conséquence de ce tir d’énergie venant du A221, donnait alors ceci:

IMG_5027 énergie

à gauche  IMG_5028 gche

à droiteIMG_5029 dte

Quelques secondes après ce tir d’énergie vers le front , les informations de fréquences (2Hz) à partir de la même électrode Fp1 étaient comme ci après:

IMG_5026 qq secondes + tard général

la même IMG_5025 qq secondes + tard

Il existe dans le code pénal français , des articles de loi qui sanctionnent l’atteinte à l’intégrité physique , la torture et tous actes de barbarie . Ce sont les articles 222-1 et suivants.
Pour que les femmes surtout,  mais aussi toutes les victimes de harcèlement électronique ne puissent pas en bénéficier , certains médecins, faussaires comme leurs frères ,  affublent  les cibles de HCE de noms de maladie exotiques ou mentales, destinées à en faire des sous-citoyens, et ainsi , disponibles pour toutes sortes d’actes de torture. Au gré de sadiques et  malades mentaux locaux habilités . Violeurs de domicile inclus.
Maladie de Clairambeau ( Dr DELCHEV, addictologue HGP)
Syndrome délirant ( Dr BOILLET, interne HPG)
Schizophrénie ( Dr GAY, Dr MONTEIL DE MARICOURT, médecins en hôpital universitaire  ! )
Malices nocturnes ( Dr BOULU, spécialiste de la douleur )
Par ces hommes , qui ridiculisent les victimes , nomment sans prouver et dictent leur loi, les cibles de HCE sont d’abord privées de leurs droits constitutionnels et ensuite  de leur droit d’accès à la justice.

IMG_5020 700 Hz

Article d’Aujourd’hui en France , vendredi 23 octobre 2015. Il s’agit ici d’ondes qui pénètrent contrairement à celles qui sont montrées en détection dans ces blogs et qui sont propulsées intentionnellement.

L’information ici, est sur le fait qu’en leur état normal ( non pulsé) moins les fréquences sont élevées, plus elles traversent  les obstacles