Tag Archives: embrasement des neurones

Drôle de drone

25 Juin

Depuis juillet 2018, la règlementation oblige à déclarer les drones dont le poids dépasse 800 grammes. 

Ces drones doivent par ailleurs être équipés de signaux lumineux et sonores pour être repérables.

Celui-là , ou ce qui y ressemblait , clignotait joyeusement dans un ciel amicalement étoilé.

Son avancée était relativement lente, et facile à observer.  Sa trajectoire doucement   zigzagante l’avait fait disparaître quelques instants derrière les arbres du parc. 

Il était  1h20 du matin.  Quelques minutes plus tôt , mon cerveau avait  subi un tir d’énergie  fulgurant et douloureux  qui m’avait fait bondir hors du lit, et sortir de la maison  

L’enregistrement EEG l’avait transcrit ainsi : 

et la déflagration électrique en uV était indiquée comme ceci

Une minute avant  la déflagration ,  le cerveau était dans ce repos ci :

et deux minutes après la déflagration, l’EEG montrait une absence d’activité électrique , comme ceci :

 

Au moment de la déflagration dans le cerveau, le détecteur de micro-ondes avait noté  une soudaine pulsation de CEM sur la fréquence 0,9 GHz : 

Dans le ciel, l’objet volant clignotant avait fini par  virer pour revenir vers le bourg.

Il existe semble-t-il  des  règles  que les dronistes sont censés respecter , indépendamment de toute déclaration obligatoire pour certains appareils

La 3ème d’entre elles dit notamment  :

On ne vole jamais de nuit et on garde toujours son drone en vue.

Le premier volet de ce troisième point n’était pas respecté pour cette nuit du 25 juin.

Un drone avait déjà été utilisé à plusieurs reprises,  pour des attaques par énergie pulsée, dans les bois proches de Saint de Mont (85), alors que j’essayais de dormir dans ma  voiture .

Publicités