Tag Archives: France

H C E – Une nuit de sons

12 Juil

 

 

H C E = harcèlement criminel électronique

IMG_3370 childhood memory

Cette photo ( destruction des souvenirs de l’enfance)  vient de la video :

Elle explique que le son dans un usage agressif ou criminel a aussi la propriété d’affecter gravement le système circulatoire et de détruire des fonctions du cerveau.

Dans l’article  : http://www.article11.info/?le-son-comme-arme-3-4-les-hautes

…… on note aussi ceci  :
« Le principe est le même : une très haute fréquence envoyée à 144 dB, sauf que ça tient dans la main et que c’est beaucoup moins cher – la démocratisation des armes soniques est en marche. Aux Etats-Unis, la recherche dans le domaine des armes acoustiques « de toutes formes et de toutes tailles, allant de la taille d’un crayon à celle d’une berline », est notamment développée par SARA, Scientific Application and Research Associates. »

Ce mien blog raconte que dans cet endroit calme ,

IMG_3371 endroit calme

équivalent d’une «  zone grise  » , une mafia locale s’était organisée, pour assurer ma privation de sommeil, la rapide dégradation de ma santé et l’insalubrité de mon appartement, par de tirs et projections d’ondes et de sons provenant surtout  de l’appartement supérieur.
Les professionnels escrocs qui semblent avoir pour habitude de tuer leurs clients par ces méthodes , après avoir empoché commissions et loyers, , ont été nommés  dans mes blogs.
Les criminels /idiots utiles qui se relaient H/24 pour faire le boulot à partir de l’étage supérieur avaient récemment ajoutés des prénoms sur leur boite à lettres.

IMG_3368 denis stephane

Ce soir-là, était de nouveau «  à sons  » venant du 2ème étage. Dans ma chambre, l’accumulation de matériaux pour protéger la tête était quasi maximale. La machine avait donc du forcer sa puissance de tir pour devenir efficace . Ce qui avait donné ceci ci-dessous .

IMG_3351 sam Oh38

Comme il  ne s’agit pas de  » micro-ondage », les valeurs des CEM sont minimes.

Les indications de fréquences sont en rouge sur la ligne supérieure .

Dans la colonne D , on trouve la fréquence porteuse.
En bleu le spectre du signal qui semble, ici, habituel
En marron l’élargissement du spectre du signal avec les fréquences supplémentaires utilisées .
En orange l’augmentation d’intensité de puissance du spectre de signal- qui-semble- habituel.

Il faut se souvenir, par ailleurs,  qu’une fois la puissance optimum de tir obtenue , l’appareil ainsi programmé se contente de débiter les suivants et qui sont imparables. Ce qui oblige à se déplacer. J’avais donc trainer mon couchage dans la pièce voisine. Mais , l’appareil avait craché ceci, ci-dessous toute la nuit.

IMG_3342 1h14

et IMG_3343 2h14

et

IMG_3344 3h31

IMG_3345 5h14

et

IMG_3347 7h49

Le supplice s’était arrêté à 8h31.

IMG_3348 Samedi 8h31

suite 8h35

IMG_3349 samedi 8h35

plus tard en exemple , 10h ++

IMG_3350 samedi 10h

J’étais sortie de cette nuit-là, encore, avec l’oeil gauche qui ne s’ouvrait plus, une douleur tenace dans la partie supérieure gauche du cerveau,

IMG_3169 cerveau douleur

Cette photo a été prise sur les grilles de l’Institut Pasteur

Elle concerne une autre pathologie, mais évoque, pour moi,

l’endroit de la douleur induite par la nuit de tirs de sons

Il s’  ajoutait à ces douleurs,   une irritabilité nerveuse de peau,  de toute la partie droite du visage.

Cela se passe au XXIème siècle, en FRANCE, pays «  dit  » des droits de l’homme, où l’on pratique l’assassinat assisté par ordinateur des civils, sans contrainte ni sanctions. Beaucoup plus facilement que pour l’abattage des animaux dans les abattoirs.

 

Publicités

HCE – un tir dans le cerveau

29 Juin

L’élément important de cet article est le tir d’ondes à l’intérieur du cerveau et qui a activé le système nerveux, mis en branle une réponse musculaire  et entrainé un mouvement incontrôlable du corps. Le titre de cet article  a donc été changé

HCE= harcèlement criminel électronique

Pour exposer ce harcèlement criminel   à travers les aléas de mon quotidien   à ceux qui ont besoin de comparaisons avec leurs  situations problématiques ,  j’utilise  une box internet minimaliste . Cette box  émet sur les fréquences  2400 MHz à 2497 MHz .  Une détection ne devrait donc montrer en 5 à 6 GHz que des valeurs résiduelles de CEM.

Ce n’est pas le cas.

IMG_3152 connexion 5-6 GHz AJ= 5 à 6 GHz

Cette  box est  reliée à mon ordinateur  en filaire via Ethernet , et  avec bien sûr la fonction WiFi  sur OFF.

Par précaution , pendant les connexions,   j’entoure la boite crânienne de  tous les pansements habituels destinés à protéger le cerveau.

Ce sont les mêmes que j’utilise pour dormir.

Ici,  l’IP de ma connexion ADSL  ( 192.168.12.8)   ressemblait vaguement  à celle  ( 192.168.0.1)  que j’avais eu à Paris XV  par la fibre optique . En plus , c’était  de nouveau  une IP fixe et alors que   je n’ en avais pas demandée .

Comme avec  les box  qui  s’affichent en doublon , j’avais attendu,  très peu,  pour trouver ceci

IMG_3146 169 254 195 4 -10H06

1° Mon IP de connexion s’affichait quelques secondes

IMG_3147 câble débranché

  l’écran de l’ordinateur  m’annonçait que le câble était débranché.

IMG_3148 192 168 1 28 -10H07

3° Une minute plus tard l’IP de connexion était celle-ci ci-dessus,  et  qui avait pris le relais

IMG_3143 169 254 98 54 - 21H14

C’était systématique, comme le montre ces autres exemples.Le routeur ne s’affiche pas, l’information disparait, le câble auquel je n’ai pas touché est « dit » débranché et la nouvelle IP s’affiche. Leurre ou pas, cela signe la malignité d’une surveillance constante et de manipulations possibles.

IMG_3139 169 254 214 199 -20H35

Et cela expliquait peut-être … ou pas , une information sur la barre d’état de mon écran et  indiquant un «   redirect   »  lors de toutes  mes ouvertures ou  interrogations de blogs ou de messageries, et qui s’ouvrent tout aussi bien sans

IMG_3149 redirect

Cela s’appelle «   prendre l’information à la source   » . Ce qui permet aux divers membres de ces réseaux criminels  de lire les articles de mes blogs en primeur et de pouvoir  s’adapter ou/et  réagir dans l’instant…. ou juste un peu après.

Toutes les cibles de ces réseaux criminels peuvent sans doute faire le même constat.

Après la parution de l’article  précédent   mis en ligne entre 17h37 et 17h55 , une occasion de réaction s’était présentée après 21H .

J’étais alors allongée  , avec la tête sous 4 bons kilos de protections diverses  en sus des pansements fixés sur la boite crânienne . Le tir extrêmement ciblé et précis et  venant de l’étage supérieur  occupé quasi non-stop  , même par beau temps, par le locataire des banquiers CM-CIC  et de leur gestionnaire Jeffrey DUMAS,   avait donné ceci en détection .

IMG_3145 tir et son dans le cerveau

La fréquence porteuse est 1,1 GHZ  (P) 

Ce tir avait fait éclater un son  directement dans le cerveau et avec  sensation de mise à feu locale , sans passer par les oreilles  . Le buste entier  avait décollé du lit avant de retomber comme une chiffe molle   .

IMG_9337 tête

Photo Wikipédia

L’impact sur une zone  du cerveau avait eu cet effet global. Peut-être par hasard. Les nerfs avaient commandé aux muscles, hors ma volonté et sans aucun bruit externe.

Après ce tir, j’étais restée inerte par dégâts probables  au cerveau et comme  sidérée. Tel un faisan d’élevage face à un humain avec un fusil dans les mains à la place de l’habituelle gamelle.

Incapable de quitter mon lit et mon appartement pour partir et  me protéger des tirs suivants. Ceux-là , de type zappings, avaient pénétré par le conduit auditif.

Ce tir et son effet  sont a rapprocher de celui qui m’avait laissée inerte sur le carreau aux Sénioriales . Il venait d’une maison de l’autre côté de l’allée et avait fait l’objet d’une plainte . NON traitée.

IMG_0863 J à AF détection du tir fait aux Sénioriales

Pour ceux qui voudraient  essayer de jouer à deviner dans quel Etat voyou , cela se pratique, il suffit de rayer tous les noms de pays qui ne semblent pas concernés

SOUDAN   —- ERYTHREE — AZERBAÏDJAN — IRAK ——- FRANCE——-COREE DU NORD —–SYRIE

Et ceci, ci-après,   est un indice pour trouver  le nom de la ville, où cela se passe actuellement.

IMG_2810 Nd de la miséricorde

Ici,  le maire , ancien magistrat , et  informé de cette criminalité ,  tel Mr ROBO à Vannes (56) et Mr GOUJON député/maire à Paris XV et ancien colonel de gendarmerie  , avait également décidé d’oublier l’existence de l’article 40 du code de procédure pénale .

Criminels en babouches

6 Avr

Image

Il y a criminalité parce qu’il y a organisation pour torturer. Cette torture consiste à matraquer le cerveau et le corps intentionnellement , d’ondes pulsées à travers les murs, pour faire souffrir de façon répétée ou en continu, en privant de sommeil.

Cela dure depuis 21 mois.

Cette histoire raconte que la torture est confiée par une organisation, matériel compris, à des voisins volontaires ou consentants qui s’y adonnent avec un plaisir évident  . Peut-être aussi contre rétribution.

Ces voisins -criminels en babouches sont cachés derrière des murs, plafonds ou planchers  et utilisent des moyens qui leur garantissent l’absence de preuve du crime perpétré.

Leur proie est à 2 m 50 , prise au piège de son appartement , ou de la nuit, sans issue, sans recours.
Et ils tirent et tirent et tirent sans relâche, par machine interposée, des ondes invalidantes et douloureuses , les pieds dans leurs babouches. parfois assis derrière le matériel à écran qu’on leur a fourni pour voir à travers les murs ,

Des lâches qui se prennent pour des héros et dont les noms sont en toutes lettres sur ce blog.

La nuit une alerte signale manifestement tout changement de place de leur proie, car les criminels en babouche se lèvent aussitôt pour faire suivre le matériel de tirs d’ondes.

A l’affût, aux aguets,il jouissent aussi de leur position dans le partage.
Le samedi 29 mars après-midi , le voisin avait un invité. Le sachant occupé, j’avais voulu essayer une sieste. Mais c’était un invité à la chasse à l’être humain. Et Il m’avait envoyé  900 MHz dans le ciboulot et dans un grand éclat de rire commun.

Les tirs d’ondes de la nuit dernière observés avec attention à partir des relevés de détection indiquent des signaux pulsés de 900 MHz ressentis au cerveau, toutes 3 à 5 minutes. parfois moins. Avec la même information d’un passage de 900 MHz à 1800 MHz en 10 secondes, 40 au plus.
Une analyse audio, cette fois, du matériel semble-t-il utilisé, parlerait de Typical mix.
http://www.gigahertz-solutions.fr/fr/Multimedia.html  (sound examples for audioanalysis)

Image

Un modulateur HF ( hautes fréquences) capable de cette variation de 900 MHz existe chez MICRONETICS
http://www.alldatasheet.com/datasheet-pdf/pdf/302011/MICRONETICS/M3500-0916.html

Et sinon , il en existe un autre qui couvre une plage de 56 MHz à 6 GHz vendu par digy-key corporation pour environ 433 $ .
Ce qui rendrait cette partie  de  la criminalité par privation de sommeil et torture par ondes pulsées, incroyablement  abordable, facile à disséminer , et camoufler . Cela expliquerait aussi sa disponibilité n’importe où.

http://etouffoir.blogspot.fr/2014/04/hcrhce-toronto-chicago-new-york.html

L’information complémentaire de l’implication criminelle de ce voisin  qui se lève la nuit pour trainer son matériel à chacun de mes déplacements est à base d’un produit qui brûle les yeux .

Essayant d’échapper à ce tireur d’ondes cinglé et inconnu , j’avais organisé ma vie par 7° C et grand vent, sur le balcon. Par les interstices de son balcon au dessus, le voisin m’avait arrosée à plusieurs reprises d’un produit de type pepper spray.

Et il existe aussi un autre phénomène  entièrement fabriqué , que ce jeune homme  avait partagé la nuit dernière avec ses copains, dans une grande poilade . Cela consiste à tenir leur proie éveillée par une modulation des ondes balancées de façon à faire vibrer les cloisons nasales avec un bruit intermittent mais  en continu .Cela empêche de dormir  Ils y avaient joué la nuit dernière.
Vannes. FRANCE. 2014.

Image                                           Source des ondes électromagnétiques du quotidien. Image du site des TIs canadiens ( TI = targeted individual = cible)

Complément

Une des caractéristiques des tortionnaires, membres de cette organisation et qui ressemble fort à celle qui existe en Amérique du Nord et qui est présentée  dans   https://lesharceleurs.wordpress.com/2014/03/08/lorganisation-2/         est l’ACHARNEMENT .

Cet acharnement est notoire  . Il est illustré , une nouvelle fois,  par les détections d’ondes pulsées  provenant de l’appartement du dessus , pour la nuit suivante ( 6 au 7 avril)  .

  Le tortionnaire qui se conduit comme s’il avait un droit à torturer, avait baissé l’intensité des ondes pulsées. Les signaux ne dépassaient pas 400 MHz. Comme si c’était supportable.  La cadence était  tout aussi infernale  que d’habitude.

A titre d’exemple: 1h11 – 1h22- 1h29- 1h41 – 2h18 – 2h33- -2h49 – 3h04- 3h16 – 3h19 – 3h31- 3h33 – 3h34 – etc……

 

En réseau

19 Nov

Image

Dans le harcèlement en réseau les  actes  délinquants  (violations) ou brutaux  ( agressions) subis par les cibles laissent quelquefois   des marques ou des traces . Elles sont en général assez anodines , insignifiantes ou difficiles à montrer  pour qu’il soit impossible d’en faire état sans risque d’être ridiculisé. Les cibles apprennent à leurs dépens à dépasser cette crainte pour expliquer.

A ce stade je pourrais décrire la nouvelle technique délinquante et par contre  sans trace , des violeurs/voleurs  beurs de mon domicile  . Après avoir essayé de maquiller les numéros de plombs à usage unique    http://etouffoirs.wordpress.com/2013/08/21/suivez-le-plomb-2/   et fait faire des doubles d’une autre  série, ils sont passés à la technique ouverture/fermeture du plomb sans le casser.  Cette délinquance en bande, avec cours préparatoires et récidive,  viole à jet continu des droits élémentaires et fondamentaux  de citoyenne avec un acharnement diabolique.
La nuit dernière les tirs vers le cerveau relevaient de la boucherie. Criminalité  sans trace.

Toute cible cherche à connaître et comprendre  qui sont les réseaux  commanditaires/protecteurs  et les intermédiaires ou  réseaux exécutants .
Pour une cible , le plus difficile à déceler et faire admettre   relève  de situations à tiroirs . Car il faut mettre du sens et des explications plausibles  dans les espaces vides . Pour cela, il faut se remémorer tous les  détails d’apparence  illogique pour leur appliquer la logique d’une interprétation imparable.

Telle une pièce de puzzle , elle est la seule possible à cet endroit-là.

Démonstration pour rappel  sur 3 exemples, détaillés  et  déjà racontés dans des blogs précédents,  et dont deux choisis exotiques pour ce qu’ils apportent d’indications sur la répétitivité de schémas, et le caractère global et mondial des méthodes utilisées. Avec en sus le mini-exemple du forum futura-sciences.

Image
Après des contorsions incroyables pour acheter cette voiture en évitant 2 écueils de cibles
1)    Que les clés soient copiées par le réseau crapuleux  avant la remise du véhicule
2)    Que le même réseau crapuleux   fasse  pression sur le vendeur pour empêcher la vente ou en changer les conditions,

Le jour J était arrivé .  Mais, sur place dans le garage de Nogent le Rotrou qui livrait le véhicule , l’attente avait été  anormalement longue.  Jusqu’à ce que déboulent 2 grands gars , qui avaient foncé  directement dans  l’atelier sans passer par la case accueil.  Sitôt leur départ, on m’avait apporté mes clefs et la carte du code confidentiel . Défloré.

La voiture était neuve et ça valait explication avec le  directeur. Introuvable. A une 3ème demande agacée , sa secrétaire répondra  qu’il s’ était enfermé dans les cabinets , portable débranché.

Image

Honteux ?

La voiture sera ouverte  avec  marques du  passage  des intrus , dès son premier stationnement. Comme les précédentes  voitures. Le code confidentiel découvert était  donc  un leurre. Ce qui amène à envisager  au moins deux  des méthodes faciles pour copier des clés de voiture
1)    Les avoir en main et utiliser la technique du  kit allemand , ce qui ne donne accès qu’à une ouverture manuelle . La copie conforme d’une clé haute ou très haute sécurité se fait en 240 secondes .
2)    Scanner le programme  de l’encodage  à partir du logiciel dédié du garage et le copier immédiatement sur une clé vierge
C’était bien sûr à cela qu’avaient servi les deux grands . Pour faire pression à ce point  sur un patron de garage … il faut en avoir les moyens. Fonctionnaire d’Etat hors fonction oblige plus facilement .

5000 kms plus tard, le garage Peugeot d’Angers avait insisté pour un 2ème contrôle gratuit de mon véhicule . Ce sera,  pour m’échanger des pneus quasi neufs contre les pneus lisses de la voiture d’une beurette et sous la houlette d’un chef du réseau crapuleux local en surveillance.

Il paraît qu’ils sont une trentaine ou une cinquantaine dans chaque ville de province.
Mes pneus neufs pour la voiture de la beurette était une récompense  sans gêne , facile et habituelle, à un membre du réseau d’appui actif de base.

 La semaine suivante, j’avais malgré tout proposé une solution d’arrangement au garage. Refusé.  Un refus accompagné d’une menace de plainte en diffamation.  Ce  qui m’avait incitée à prendre les devants et à me diriger vers le commissariat.
Ma présence et l’objet de ma plainte   – escroquerie et abus de confiance – avaient fait jaillir  le brigadier Daniel Pinault de son bureau. Sa collègue  et subalterne du registre des plaintes  avait reçu l’ordre réitéré  de ne noter ni mon nom ni ma plainte.

En réseau , avec un fonctionnaire d’Etat comme protecteur . Affaire évacuée.

Après avoir fait beaucoup envie , puis un peu moins, ce véhicule était arrivé à un sale état et un besoin de réparations non négligeable. Un employé du concessionnaire local avait établi un devis que j’avais accepté. Trois jours plus tard avec la voiture sur le pont du  garage pour réparation, le devis avait triplé.
La voiture avait été se faire réparer  ailleurs. Tout près du  prix initial.
Le réseau local avait encore  frappé.

L’autre anecdote que je re propose pour mémoire  est celle d’Arthur Pass ( NZ) où, seulement de passage ,  j’aurais dû être une absolue inconnue. L’endroit était cependant la seule étape concevable de cette route de montagne. Je pouvais donc y être « espérée »
Arrivée sans réservation, j’avais réussi à me loger dans une petite maison sans confort. En contrepartie celui de la grande maison proche était à disposition : cuisine, salon, salle de bain
Installée au chaud sur une table du   salon avec mon ordinateur et mon sac , j’avais subi les assauts répétés d’un grand suédois avec femme et enfant et fini par ranger la clé USB dans le sac ,et  fermer l’ordi. pour  m’occuper de leur môme Eleanor.

Le grand Stephen, aux propos de fonctionnaire international,  avait continué à s’agiter dans l’autre partie du salon. Ne le connaissant ni d’Adam ni de sa côte , et d’un naturel trop peu parano,  j’avais continué à vaquer et pouponner.

Image

Et tout soudain malgré  un orage de montagne avec une pluie dense et drue  à ne pas mettre le gros orteil dehors, le grand Stephen  avait  enfilé un imper pour sortir à toute vitesse . Comme pour un besoin pressant.
De retour dans ma chambre, avec sac et ordi  je découvrirai le vol de   ma clé USB .  Le grand Stephen  était sorti pour   la livrer  ou en transmettre le contenu .

Cette volonté de donner l’impression  de n’avoir, ni intimité, ni confidentialité, ni mémoire, ni passé ,  est une constante de ce système observé qui vient de me voler une carte mémoire de photos dans une valise fermée à plomb à usage  unique, à Vannes.
Ce même réseau français  avait , quelques mois plus tôt, siphonné une clé USB contenant mon dossier criminel ; clé USB  confisquée avec les autres par les soignants aux ordres de l’hospitalisation sous contrainte.

Mais retour  à Arthur Pass,  où  le grand Stephen était entré dans ma petite maison , fouiller mon bagage pendant le temps de ma douche dans la grande maison . Il n’avait pas refermé la porte à clé.
Le lendemain,  la petite famille suédoise repartie pour  Melbourne très tôt,  avait laissé un mot de remerciement  scotché sur la porte , pour le responsable de l’hébergement . Avec le mot , il y avait 3 clés , dont la  copie conforme de celle de « ma » petite maison.
Avisé du vol de ma clé USB, le responsable de l’hébergement ,  employé d’Etat , avait changé de couleur .

 Stephen, le suédois , quel groupe  ?

Image

A Motueka ( NZ) avant de partir en voiture  pour un circuit en montagne un jour  d’orage annoncé , j’avais averti seulement mon logeur .. et j’avais eu celui-ci

Imageaux trousses à toutes les étapes, s’adaptant à ma vitesse. Sauf là, au retour , où il avait doublé. Pressé.

Dans chaque village  , il y avait  eu , en plus,  une relève  complètement inattendue , et peu discrète pour un suivi constant. J’avais entrainé celui-ci sur la plage

Image, m’amusant à des photos de souches et troncs échoués

Imageet que l’homme en bleu était systématiquement allé inspecter derrière moi.

Quand j’étais entrée dans ce salon de thé ,

Image

celui qui attendait  dans sa voiture garée  juste devant,  m’avait suivie.

Il y avait une expo-vente d’objets insolites accrochés aux murs . Avant de quitter j’avais voulu en faire le tour. Ce qui me rapprochait de mon « maton » devenu cramoisi. La propriétaire du lieu était alors venue me demander de ne pas continuer, laissant deviner que le « maton » d’occasion était un potentat local.
De quel  groupe ?

Une anecdote française pour finir . Une interrogation directe et explicite sur Futura-Sciences  et  destinée à ne pas me faire perdre de temps, avait fait sortir le gardien du temple  de physique,  de ses gonds. Répondant que ce que je cherchais comme information – matériel utilisé pour des tirs d’ondes à distance –  n’existait pas, il avait immédiatement prévenu ceux qui auraient eu des velléités de répondre . Avec aussi peu de civilité que de subtilité, il leur avait annoncé que je déraillais.

Diagnostic « boule de cristal »        Discussion fermée.

Deux autres exemples parisiens  de harcèlement en réseau  sur :

http://etouffoirs.wordpress.com/2013/12/01/un-vigile-22-fevrier-2012-exemple-de-harcelement-en-reseau/

http://etouffoirs.wordpress.com/2013/12/01/un-lieutenant-cree-le-22-fevrier-2012-exemple-de-harcelement-en-reseau/

Témoignage

13 Août

Ceci est une traduction libre et partielle d’un témoignage de harcèlement en réseau et de harcèlement électronique . L’original est en anglais  à : http://peacepink.ning.com/forum/topics/french-perps-are-f-cking-haters#comments

C’est, sur ce forum Peacepink, le deuxième témoignage de ce type de harcèlement électronique de femmes et  qui torture leur cerveau, en FRANCE. La seule réponse des pouvoirs publics français avait été un INTERNEMENT  qui décrédibilisait la victime et protégeait les harceleurs, avec la complicité active du corps médical. Comme au XIX ème siècle !

Récemment, une hospitalisation de victime , hospitalisation de  complaisance pour protéger  le réseau de harcèlement électronique en France, a coûté plus de  23.000 euros à la sécurité sociale et donc aux contribuables.  VINGT TROIS MILLE EUROS

Je suis Française d’ origine africaine  et musulmane. J’étais étudiante en médecine à Oradea, à la  Faculté de médecine,  en Roumanie. J’ai été obligée d’arrêter mes études en raison d’un grave problème qui est apparu au début de ma 4ème année à Oradea. Cela ressemble à  un très long cauchemar. Malgré le fait que ne suis pas une personne spéciale  (pas de casier judiciaire), je suis  soumise  à  une surveillance H/24 , suivie dès que je sors et torturée par harcèlement  électronique à l’intérieur de ma maison. Maison , aussi peu sûre , pour moi  que les maisons de mes amis . Il  me semble que les services de police ou les services secrets roumains et français  pourraient être impliqués dans le harcèlement et la torture qui m’est infligée  à l’aide de dispositifs électroniques (armes à énergie dirigée).  En effet  il semble bien que seules les agences gouvernementales devraient pouvoir avoir accès à ce genre d’ équipement  sophistiqué qui met en oeuvre   différentes tactiques terroristes : telle  la privation de sommeil, par exemple.
Des avocats se sont dits  dans l’impossibilité de  m’aider.. Jusqu’à maintenant, je ne sais pas pourquoi je suis ciblée . Je reste avec l’impression que  les  agences des  deux pays détiennent un secret sur moi et  qu’ils refusent de nommer. Je suis musulmane, mais  ni  criminelle  ni  terroriste.

J’ai commencé la première année d’étude de médecine  à Oradea, une petite ville de Roumanie près de la frontière hongroise. C’était en 2009-2010. J’avais l’habitude de vivre en France avant cette date. Mon problème a commencé lors de la première année avec quelques problèmes avec d’autres élèves de la section anglaise. Un étudiant européen d’une  classe supérieure, et responsable de l’association des étudiants  avait essayé d’attirer mon attention et récidivé même par facebook  malgré mes refus.
Finalement il a décidé de se venger  et de   détruire ma vie . Comme il était féru d’informatique et de  nouvelles technologies, il avait  piraté,  puis détruit mes ordinateurs, volé mes mails, les conversations Skype, mis mon téléphone sous surveillance, fait passé des messages bizarres , me menaçant de publier toutes mes conversations..
Ensuite, il s’est  mis en rapport  avec tous les gens que je connaissais  dont la plus part étaient membres de l’association des étudiants , pour faire de ma vie un véritable enfer.
J’avais  eu beaucoup d’amis, une très bonne vie sociale à l’intérieur et à l’extérieur de l’école. Ils ont  réussi à tout détruire   en répandant des rumeurs et des mensonges  sur moi. Les gens ont commencé à me fuir, même ceux qui ne m’avaient  jamais parlé avant. J’ai perdu la plupart de mes amis. Quand j’ai essayé de savoir  pourquoi certaines personnes devenaient  bizarres avec moi, on m’a étiquetée comme malade mentale .  J’ai été  ainsi harcelée dans toutes les facultés. Cette pression psychologique a continué pendant 3 ans. Je ne comprenais pas ce qui se passait jusqu’à la fin de ma troisième année. Je savais que quelque chose se manigançait  derrière mon dos, mais je ne savais pas quoi , ni comment y faire face!

J’ai parlé à mes meilleurs amis au sujet de tout cela : l’isolement, les rumeurs, les insultes, le piratage, les menaces, le vandalisme et les vols de mes affaires. J’ai même rencontré un médecin psychiatre, professeur à l’école, à qui j’ ai raconté mon histoire. Il  m’a conseillé d’ignorer tout cela  et de continuer mon chemin. Et c’est exactement ce que j’ai fait, mais les HARCELEURS  ne m’ont pas lâchée.. Ils voulaient plus que ruiner ma réputation, plus que mon isolement. Ils voulaient ma destruction complète en raison de leur haine et désir  de vengeance. La pression psychologique était extrême. Pour chaque nouvelle journée ,  il y avait de nouveaux harceleurs  recrutés et impliqués. Ils étaient nombreux et j’étais seule, qui allait  croire  mon histoire?

J’ai  alors contacté la police roumaine à propos des messages,  des piratages divers,  et des menaces, et  montré les preuves (j’ai pris des photos de tout).

La police m’a tout simplement ignorée.
Quand j’en ai parlé  à la police française , elle a répondu   qu’elle  ne pouvait rien faire parce que je vivais à l’étranger . Elle m’a conseillée  de contacter la police roumaine.

Le consul de Roumanie à Paris  m’a dit la même chose. J’étais complètement perdue et effrayée, je ne me sentais plus en sécurité à Oradea où les HARCELEURS  avaient essayé de me tuer à plusieurs reprises dans le passé.

Le responsable des étudiants   (désormais ex) m’avait menacée d’hospitalisation
Un de leurs amis a essayer de m’écraser avec une  voiture (j’ai vu le visage du conducteur),
J’ai été empoisonnée le jour de l’examen de sémiologie chirurgicale au cours de l’année 3d, quelque chose de grave s’est passé au cours de ma pratique en chirurgie générale.
En trois ans, ils ont réussi à me faire passer pour  la personne la plus détestée dans ma classe, à l’école, mais aussi dans la petite ville.
Leurs méthode de traque en bande  a parfaitement fonctionné, et  ils ont utilisé toutes les tactiques destructrices possibles contre moi. Pourtant je suis restée malgré tout.

Ce n’est qu’à la fin de la troisième année que  j’ai enfin découvert ce crime  qu’est le harcèlement en réseau, cause de toutes mes souffrances .
J’ai alors décidé de parler à l’ancien président de l’association des étudiants. Il était en 6ème année à cette époque. J’ai emmené  un de mes amis qui était également dans la même classe que lui. J’ai tout mis à plat , mais il a tout  nié , malgré les faits, il a également dit beaucoup de mensonges.

J’ai alors décidé d’écrire un texte disant la vérité et  mentionnant les mensonges racontés sur moi, et que j’ai distribué dans  l’école. L’ancien président se sentant menacé a appelé son meilleur ami (qui est un vrai criminel), et ce dernier a collecté tous mes textes  après mon départ (comme on m’a dit plus tard).
Ils avaient peur de la vérité et d’être vus  comme des menteurs. Ils ont alors décidé de se débarrasser de moi, pour mettre fin à tout cela.

Puis je suis partie en France pour des vacances  ne  me doutant de rien.
Je suis revenue à Oradea au début d’Octobre 2012 pour  ma 4ème année.
Des phénomènes  étranges ont commencé à se produire dès  la deuxième semaine . J’étais suivie dans la rue par des gens du coin, partout où j’allais
Quelqu’un m’a pris en photo dans la rue. J’ai commencé à avoir plusieurs et sérieux problèmes de tachycardie sans aucune raison, même quand j’étais chez moi, détendue. Ma peau était brûlante, j’étais extrêmement  fatiguée mais sans raison. J’ai remarqué que les résidents  de l’étage supérieur  suivaient et imitaient mes déplacements à l’intérieur de chez moi . Je ne pouvais plus dormir ,  car j’étais réveillée chaque nuit à 3 heures du matin. J’étais terrorisée et me demandait ce qui m’arrivait.

Après beaucoup de recherches,  j’ai  découvert  le harcèlement électronique et le harcèlement en réseau et prévenu   la police d’Oradea qui m’a proposé deux alternatives :
1 –  consulter un médecin psychiatre.
2 –  changer d’ école
La police a même  proposé de m’aider pour ce changement d’école ( alors qu’elle savait que c’était impossible . Aucun changement d’école n’est possible après le démarrage de l’année scolaire )

J’ai alors contacté le consul français qui a répondu qu’il ne pouvait rien faire. Il m’a juste conseillé de rentrer en France si je me sentais plus en sûreté ici.
C’est ce que j’ai fait pour un certain temps. Sur le vol de retour pour la France  , j’ai été très malade avec l’impression que j’allais mourir.
Une fois dans  l’aéroport Charles de G, j’ai acheté une nouvelle carte de téléphone et immédiatement reçu   un étrange message texte codé à partir d’un numéro français que je ne connaissais  pas.
J’ai alors commencé à voir tout un tas de gens différents qui rodaient autour de ma maison et  me suivaient partout.
J’avais peur, je ne pouvais pas sortir faire du shopping sans être suivie.
J’ai appelé la police à plusieurs reprises, qui m’a ignorée. Au dernier appel , un policier m’a  proposé d’aller à un poste de police . J’y suis allée  à 2h du matin, déposée pour cela devant la gare par un voisin. Après avoir attendu de 2h à 5h , j’ai appris que la personne qui prend les plaintes était absente et que je devais aller à un autre poste de police.
J’ai pris un taxi pour y aller. Là j’ai attendu jusqu’à 6h du matin, avant d’être jetée dehors sans raison. Je suis donc allée dans un autre poste de police où s’est déroulé l’exact même scénario qui m’a fait aboutir dans un poste de police du nord de Paris.  ( ce qui, en m’éloignant de mon adresse , m’exposait au maximum  au « théâtre de rue » des harceleurs).
Quand je suis entrée dans le poste de police ,les nombreux policiers présents ont commencé par fouiller mon sac avant de me rejeter à la rue.Il était environ 7 ou 8h du matin  ce samedi de novembre 2012. Et j’étais bien sûr une cible facile  pour tous les cinglés mobilisés pour me terroriser : policiers, ambulanciers, préposés d’entreprises de nettoyage , et autres personnes bizarres qui me suivaient dans toutes les rues. J’étais chassée comme un lapin et morte de peur , espérant qu’il ne s’agissait que d’un cauchemar dont j’allais me réveiller. Mais c’était la réalité. Je courrais devant les voitures pendant qu’ils prenaient des photos. J’y ai perdu mes chaussures, mon sac avec tout mon argent à l’intérieur, avant de finalement   atterrir dans la maison d’un ami,  ainsi témoin d’une étrange concentration de policiers  devant sa maison. J’étais dans un état épouvantable  . Un médecin me conseilla  de voir un puy : ce que j’ai refusé . En effet ce médecin avait été rencontré comme par hasard dans la rue , mais comme si tout avait été prévu.

Ensuite, mon cauchemar a continué avec le harcèlement électronique 24/7 (principalement fait par des voisins) et la privation de sommeil dans mon appartement, mais aussi dans la maison de mon cousin.
Le harcèlement électronique a entrainé une tachycardie sévère . Ce harcèlement électronique semble  en effet permettre  d’augmenter ou de diminuer mon rythme cardiaque ou la température du corps . Cela induit une grande fatigue .
 Essayant d’en parler autour de moi, je me suis retrouvée au final  admise dans un hôpital psychiatrique parisien et  obligée de prendre des médicaments contre mon gré. Le but de cette hospitalisation était , bien entendu , de me discréditer totalement. J’y suis restée plusieurs jours avant d’être libérée.

Après cette hospitalisation, j’ai perdu la plupart de mes amis . Ceux qui restent pensent que je suis une malade mentale.

J’ai  ensuite quitté la France pour mon pays d’origine pendant un certain temps , et obtenu un répit.

De retour à Paris , tout a recommencé après quelques  mois.
Actuellement encore, je suis attaquée  par harcèlement électronique  pendant mon sommeil. Ma tête est visée.  L’intensité des tirs  est devenue plus faible, mais le résultat est extrêmement douloureux.
La pire des horreurs  est la privation de sommeil. Le harcèlement électronique me tient  éveillée jusqu’au matin.
Il apparaît clairement  que les radiations proviennent principalement des appartements à l’étage.
Les ondes  me suivent dans chaque endroit  de ma maison.
Malgré le manque  de preuves tangibles,  je suis capable de comprendre exactement ce qui se passe.
Pour finir mes études, j’ai essayé de retourner en Roumanie , puisque je n’ai pas d’autre choix. J’ai donc contacté les universités et postulé à d’autres facultés qu’ Orédea, mais reçu des réponses négatives  ou demandes  de documents complémentaires inexplicables et impossibles à satisfaire en temps voulu.
Manifestement, je suis indésirable en Roumanie, tout comme en France,  et sans raison connue.
Qui peut me le dire ? ………….

Je me sens si mal .  » ILS » sont en train de me  détruire  physiquement et psychologiquement. ………

mise à jour:
Je suis allée rendre visite à un ami  ce week-end. Il  vit dans un pavillon  en dehors de Paris.
Et les HARCELEURS  m’ont retrouvée là-bas, comme ils le font partout où je vais ….. Cette nuit, j’ai été victime du  pire épisode de harcèlement électronique subi jusqu’alors. J’ai eu la sensation horrible qu’on me brûlait  la tête pour m’empêcher de dormir ……..

La programmation

12 Juin

Depuis plus de 12 mois maintenant, mais avec une exception sur 32 jours *, dans de nombreux endroits où j’avais résidé,  le passage de l’état d’éveil à l’endormissement avait déclenché un tir d’ondes au cerveau.
Qu’il s’agisse de l’endormissement du soir ou de celui d’une sieste.
C’est actuellement le cas à Vannes , comme cela l’avait été récemment en Allemagne.

J’excepte dans cette description de tirs d’ondes,  les cas où du matériel qui les génère était transporté et entreposé dans les appartements ou pièces voisines comme à Paris XV  à partir des appartements Walti et Besagni , ou encore dans certains hôtels de province ou de Paris . Ce matériel était et est utilisé systématiquement, quelque soit l’heure.

On sait que les ondes produites par le cerveau en état d’éveil ( béta et alpha ) sont différentes de celles produites lors de l’endormissement  . Au stade de l’endormissement les ondes alpha diminuent.

Lors de mon cours  récent séjour en Allemagne et des expériences faites pour me protéger, j’avais noté un délai d’environ 20 minutes avant le début des tirs d’ondes au cerveau. Ces tirs d’ondes impactaient d’abord l’oreille et traversaient le cerveau sous forme d’éclair.

Actuellement à Vannes  les tirs d’ondes  au cerveau se déclenchent dans un délai d’environ 10 minutes du début de l’endormissement.Sieste y compris . L’onde se présentait ce jour  comme une bouffée brûlante qui englobe la totalité du cerveau. Le premier tir est d’intensité moyenne était suivi immédiatement par un tir violent, renouvelé toutes les 3 ou 5 minutes.

Tenant compte de tout ce qui est écrit sur ce sujet depuis des années, et surtout du fait qu’une onde semble accrochée sur moi en permanence et se manifeste notamment  par des piqûres , on peut raisonnablement penser à un aller/retour d’information entre l’onde accrochée et la matériel qui la gère. Cette onde accrochée donnerait alors au matériel sophistiqué en question,  l’information d’un changement d’état de la conscience déclenchant ainsi  en retour les tirs d’ondes divers destinés à empêcher le sommeil.

Sur internet,  à Rythme cérébral, on trouve cette information  aussi claire qu’inquiétante  et qui pourrait faire penser que mon cerveau est passé en copropriété sans mon consentement  :

Les entreprises du secteur de la défense, de l’armement ainsi que des communications se penchent avec intérêt sur ces avancées techniques et travaillent notamment sur la captation de ces ondes pour des applications ludiques, paramédicales et militaires. Un système d’interface neuronale directe capte les ondes cérébrales et permet de prendre le contrôle d’objets physiques (véhicules) ou virtuels (jeux vidéo). Psychokin鑚e et t駘駱athie pourraient devenir une réalité par la maîtrise des ondes cérébrales.  »

Parmi les phénomènes bizarres destinés à faire passer pour fou ou rendre fou, ceux qui ont lu les blogs précédents se souviendront qu’à Paris XIV, mes postes de radio se mettaient en marche sans mon intervention. Il en avait été de même pour l’auto radio , un jour récent,  dans les environs de Nantes. Il y a deux jours , c’est à Vannes que le système de chauffage de la voiture s’était mis en fonction . Sans mon intervention.

* au cours de l’hospitalisation, des zappings avaient lieu en pleine nuit et non à  l’endormissement

 13-6-13

Dès la 1ère nuit qui avait suivi la publication de cet article, la programmation des tirs d’ondes avait été changée. Les tirs avaient été  uniques, violents , mais  espacés et toujours aussi imparables, traversant tout.

Cette réactivité déjà constatée confirmerait   la lecture systématique des présents articles et une surveillance constante,  par ceux que la Cour de Cassation avait désignés  comme des……. « tortionnaires ». Admettant, ce faisant, la réalité du fait et son inadmissible tolérance officielle.

Pour dérouter, et selon un tactique habituelle et maintenant connue ,  la méthode de tirs  avait de nouveau changé dans les 24h.

La fin de journée du 13 avait été ponctuée de piqûres au visage et sur le crâne. Puis les tirs d’ondes de soirée avaient commencé alors que j’étais encore à ma table de travail. Donc au hasard d’une heure tardive . Il n’y avait  pas , cette fois, d’information donnée par les ondes cérébrales , ni par le positionnement du corps.

Le matériel programmé avait simplement commencé son boulot.

Une fois allongée, des bouffées d’ondes brûlantes avaient impacté  tout le corps. La sensation de brûlure  au niveau des poumons avait duré toute la nuit du 13 au 14 juin.

Cela faisait penser que l’expression de  la criminalité était  redevenue  locale. Le groupe  criminel  corso-beur de base et de couverture,   avait sans doute  repris la main. Les tirs intenses et brutaux, comme à Paris, étaient ici effectués d’un appartement voisin. Mes changements de place ou de pièce  ne m’avaient pas permis   d’éviter la torture nocturne du cerveau.

 » L’onde accrochée » sur moi permettait  un matraquage en continu, ici,  à Vannes  dans le Morbihan, en France  .