Tag Archives: G Brochet

Tir sur la crâne- déflagrations vers la nuque et les reins

2 Fév

tete-36-et-32

Ce soir-là, mon départ était surveillé par une jeune femme , peu couverte malgré le sale temps . Elle fumait , face à la sortie du parking, de l’autre côté de la rue . En supposant qu’elle soit le premier guetteur visible de la soirée, elle était en fait le deuxième. L’alerte avait été donnée par celle qui est à l’affût de mes claquements de serrure.

Parfois , par provocation , elle donne ,aussi, deux tours de sa serrure sonore, depuis l’intérieur de son appartement, au moment où je sors du mien ……. où elle entrera ensuite très vite.

img_1175-p-q-de-brochet

Ceci est sa dernière invention . Du P.Q. jeté dans le petit espace entre un meuble et la machine à laver. Elle avait enduit le P.Q. froissé de ce qui ressemble à de la crème teintée pour les lèvres , et qui se trouvait aussi à portée de sa main.
Certains PERPS* préfèrent la couleur marron pour souiller et laisser ainsi une impression d’excréments.

Bref, pour cette soirée du 1-2-17 les guetteurs et suiveurs étaient très vraisemblablement , en alerte . L’habitude aidant, certains étaient même facilement repérables.
Je m’étais posée et installée dans un petit parking du Château d’Olonne. Juste après le Roc Saint Jean , un hôtel en bord de mer , entretenu par des personnes handicapées.

Ma position perpendiculaire aux places de stationnement me permettait de voir les entrants. Pas ce qui venait de la plage et des fourrés.

Un tir de micro-ondes hyper-maousse m’avait rappelé à ma réalité, au moment où je m’endormais. En plein sur le sommet du crâne. Comme j’étais allongée, cela ne venait pas du ciel.

Ce type de tir peut facilement être fait avec un générateur de HF. Lequel générateur de HF tient dans la main. Il suffit pour le rendre efficace, de l’harnacher d’une antenne directionnelle qui peut aussi supporter un laser.

La mise en place de l’antenne , si elle est de dernière minute, ne dure que cela.
Un tir de HF avec ce genre d’appareil peut aussi porter des sons.

J’étais alors partie pour l’impasse de Cayola , garantie sans CEM. Cet endroit est souvent un lieu de papouilles en voiture pour des jeunes. Comme le parking du Puits de l’Enfer.
Cette fois une voiture se trouvait à l’extrême bord de mer de l’impasse. Nez en avant . Comme si elle avait prévu de plonger.

J’avais rebroussé chemin vers une place hyper sécurisée, dans une courbe de la route. Peine perdue. Les déflagrations, par mise en branle ou résonance d’un élément placé dans mon véhicule,  visant les reins et  la nuque, venaient du dessous du siège PAX . Elles  avaient été déclenchées avec une incroyable générosité.

Un changement de siège, donne  un répit , parfois de 10 minutes. Une fois le corps détecté et retrouvé, la première déflagration est  en général hyper- violente.
Au matin du 2-2 , j’avais les lèvres craquelées, signe selon la médecine chinoise d’un trop plein de Yang ( chaleur) dans l’organisme .

Ce trop de yang se traduisait aussi par ceci, qui est  pour moi, la conséquence observée du micro-ondage : le réveil d’un virus dormant avec lequel je fais , en temps normal, très bon ménage

img_1187-herpes

Les déflagrations dans la nuque donnent une douleur globale, et une incapacité à bouger . Elles laissent le cerveau dans un brouillard  complet , comme si l’ intelligence de base n’existait plus. La fatigue cérébrale et oculaire est intense.

Après un pareil traitement, je ne suis  plus alors capable que de décrire ce que j’ai vécu, rien d’autre , comme cela a été le cas maintes fois pendant mon quinquennat de torture.
Parce qu’il est important de témoigner et d’avertir.

Les déflagrations dans les reins créent des oedèmes du visage et des jambes .

Pour mémoire rapide seulement, les multipulsations de micro-ondes, provoquent une perte d’étanchéité de la barrière hémato-encéphalique qui protège le cerveau de l’intrusion de l’albumine.

Cela provoque aussi  une perturbation de la production de mélanine et d’acétylcholine et entraine des troubles divers de mémoire, concentration et d’humeur.

Sur les conséquences de l’exposition aux signaux divers  que subissent les cibles de harcèlement électronique ,, on trouve aussi ceci du neurologue canadien Michael PERSINGER

Le dispositif magnétique peut produire des changements d’humeur, comme la tristesse, la joie, ou encore l’excitation sexuelle ; ce dispositif possède aussi la capacité de créer l’illusion d’une une présence négative ou d’une force bienveillante dans l’environnement du sujet. Focalisé sur l’hypothalamus, le dispositif produit des effets extatiques, mais « si vous interférez ce dispositif avec des substances opiacées, le sujet entre dans un état d’irritation prononcée » déclare Persinger.

PERP = PERPETRATOR , un terme qui désigne pour les victimes des pays anglophones , tous les participants à cette horreur du harcèlement électronique en bandes organisées.

Et pour ceux qui sont victimes de crime de haine 

http://fra.europa.eu/fr/theme/les-crimes-de-haine

http://fra.europa.eu/fr/about-fundamental-rights/where-to-turn

http://nhri.ohchr.org/EN/Pages/default.aspxhttps://e-justice.europa.eu/content_fundamental_rights-176-fr.do

https://fr.wikipedia.org/wiki/Crime_de_haine

Publicités

HCE- Criminalité tournante à Cap Olona

10 Déc

IMG_5442 ici

La criminalité consiste à endommager volontairement la santé, par des agressions  faites au moyen d’énergie dirigée. Cette énergie est pulsée et traverse les parois et protections diverses par à-coups violents .
Le harcèlement électronique qui est la base de cette criminalité par énergie dirigée , est différent du SICEM. ( syndrome d’intolérance aux champs électro magnétiques)

Ces agressions intentionnelles et programmées privent de sommeil ,

  • dans certains cas, par ce que « la Proscrite «  dans son blog* appelle l’effet cocaïne et qui correspond à des mises à feu incessantes des neurones, dues aux signaux pulsés ( tirs) . Alors que les neurones se sont à peine calmés, un nouveau tir prend le relais et assure ainsi la privation de sommeil imaginée par des sadiques cachés dans un appartement voisin.

IMG_5457 neurones
Dans d’autres cas, il s’agit d’une bouffée brûlante de type sensation de flamme de chalumeau qui traverse de part en part le cerveau à intervalles , eux aussi programmés, pour être douloureux et empêcher le repos .

Il existe aussi une méthode décrite comme une sensation de cisaillement du cerveau traversé comme par un éclair.

Une quatrième méthode habituelle et classique de cette criminalité propulse des sons et sifflements qui entrent en résonance avec les fréquences de la cochlée et se propagent dans le cerveau, empêchant le sommeil. Ils peuvent aussi,  entrer en résonance avec les fréquences des organes qu’ils font sur réagir et épuisent.

IMG_5459 fréquences de l'oreille

Les bouffées brûlantes qui traversent le cerveau , endommagent aussi des organes vitaux non protégés , situés en proximité , dont les yeux et la glande thyroïde , provoquant une cataracte rapide du cristallin et des problèmes neuro-endocriniens par dysfonctionnement de la thyroïde.

La criminalité tournante relève d’une méthode complémentaire à celle dite de l’étau. Elle consiste à appréhender par la technologie mise à disposition de ces bandes criminelles , l’emplacement du corps , pour passer , au cours d’une même nuit, d’un appartement voisin à l’autre et faire des tirs meurtriers plus efficaces.
Cela avait été fait ici , à plusieurs reprises, grâce à l’obligeante participation active de ma voisine de palier G. Brochet.

Cette criminalité tournante consensuelle peut également fonctionner par responsabilité répartie à tour de rôle, des tirs d’énergie.
Depuis quelque temps , une répartition des tâches de privation de sommeil et matraquage débilitant et meurtrier par sons et CEM , s’était mise en place entre l’A221,  au-dessus, appartement  habité officiellement par Denis Stefane, employé au Vendée Globe et l’A 201 en-dessous,  où réside M Decroix , employé en restauration .

En ouiquende les tirs d’énergie pour rendre malade venaient majoritairement du dessus . Ici par exemple , le samedi 5 décembre, l’A221 s’était soudain mis à courir bruyamment au-dessus de ma tête . C’était pour manipuler son appareil qui avait donné ceci :

IMG_5454 300-400-500-600 MHz

𝛍la 1ère colonne en rouge  à gauche , donne la fréquence porteuse 

les valeurs des CEM  sont en microW/m2

en bleu , les fréquences qui constituaient à ce moment-là le signal de base

On note , ici, des valeurs CEM très basses , mais jusqu’à 2,8 GHz

300 MHz est la fréquence minimum que peut capter l’antenne du détecteur en place chez moi ce jour-là.
Ni 300 MHz, ni 400 MHz , ni 500 MHz , ni 600 MHz , ne sont des fréquences de communication . Ce jeune voisin qui avait déclaré « ne rien comprendre aux HF et aux CEM » aurait pourtant bien , à portée de main, un appareil qu’il règle à sa convenance . Et même mal et sans précaution

Ceci en est une autre expression.

IMG_5455 1000 µW

Les fréquences sont indiquées dans la ligne en bas de la photo

En orangé, ce qui correspond au signal dit habituel , mais avec un accroissement d’intensité 
Ceci ci-dessus , montre un autre réglage fait par le même et qui n’est pas un raté, mais une programmation d’énergie dirigée vers mon appartement, avec pulsion chaque minute et pour 1000 microW/m2 sur 2,4 GHz .

En prime et conséquence de cette hyperthermie du cerveau, il faut noter des céphalées en continu, la  chute de cheveux et un assèchement intense de la peau .

Dans le cadre de cette méthode tournante, en semaine , les tirs d’énergie violents souvent porteurs de sons, venaient  du A201,  comme ce jour , entre autres. Ce qui est en rouge correspond à un signal  très puissant , qui faisait suite à plusieurs autres mais restés inefficaces. Je ne m’étais pas levée.

IMG_5456 réveil par l'A 201

Ce tir , violent,  avait traversé 8 plaques de métal et 2 matelas superposés. Son efficacité n’était donc pas un hasard mais l’expression d’une volonté déterminée de cet employé en restauration , à nuire et priver de sommeil , une voisine inconnue . Comme on le voit, il ne s’agit pas de CEM ambiants mais de tirs d’énergie faits par les petits gars du coin qui, comme les autres ne craignent ni les plaintes au procureur , ni la police.

Lors de notre unique face à face, Denis Sefane  (A221) m’avait même précisé, moqueur, que si la police essayait de chercher, elle ne pourrait pas trouver.
Criminels de proximité. Un nouveau passe – temps qui rapporte ?
C’est ce qu’avait affirmé JJ Walti à Paris XV. *(2)

http://laproscrite.canalblog.com

*(2)