Tag Archives: Inga guest house; 66; floss hotel;

Le harcèlement criminel

16 Juil

Le harcèlement criminel correspond dans cette histoire  d’une part,

         — à un , mais très vraisemblablement   des viols habituels, de femme droguée  en appartement   fermé à clés . viol(s) par des  bandes organisées   ; viol(s) couverts par déni  de justice, dont par la  CEDH.

         — des tortures  par matraquage d’ondes électriques au cerveau et confiées à des groupes d’apprentis  criminels  . Ils servent  à couvrir les  commanditaires  qui relèvent, eux,  d’ une autre bande organisée criminelle. Celle-ci délègue les assassinats  ( le pousse-au-suicide est un assassinat sous forme d’auto-destruction dirigée)  et   protège les exécutants.

Ce qui suit est noté pour mémoire .  Il s’agit des  coups portés au cerveau par des ondes électriques pendant un voyage hors de France. Pour faire court, seuls les coups qui donnent une idée de la fréquence sont rapportées ici. La cadence des coups portés  est souvent interrompue par des changements de place vains , mais qui modifient  et retardent le « séquençage » .

Qui peut résister à plus de 6O jours et nuits sans sommeil réparateur ?

L’Islande, pays  merveilleux par sa nature  ,  a par ailleurs  la réputation d’être le pays du monde  qui compte le plus de francs-maçons  si l’on compare la taille de ce groupe à celui de la population globale (320 .000 h) .

Suivant mes observations, je crois pouvoir noter que le harcèlement criminel  à base d’ondes électriques  a  été, en Islande,  le fait du réseau criminel habituel.  Il en allait autrement du harcèlement tout venant et des guetteurs qui étaient locaux mais aussi étrangers . Ce qui me fait appeler ces réseaux «  mâlistes » ( mâle + mal).

Dans l’avion de Paris à Reykjavik le 3 juillet,  un coup douloureux porté à 15h45  heure française , m’avait privée en sursaut d’un petit bout de sommeil volé.

 Puis sur place , et en heure locale ,  dans un appartement d’un quartier résidentiel où je logeais —-, j’avais noté en heure locale —à 22h10, 22h15, 23h, 23h30 ……….2h30 etc….

Nuit du 4 au 5 juillet —à 22h50, 23H, 23h10, 23h42 , 0h20, …. 3h45, 3h55, 3h57   etc……

Nuit du 5 au 6 juillet —à  à peu près même chose que la nuit précédente.

Le 6 juillet , j’avais quitté l’appartement de la guest house INGA, à Bergstadastraeti,  pour un hôtel  à  Grensavegur, le 66. L’employée de l’étage était une chinoise du nom de  Lin. Le voisinage immédiat  comportait  un restaurant chinois et un restaurant italien. Les employés ou patrons du 1er s’étaient livrés à du harcèlement de rue un peu nigaud.

Nuit du 6 au 7 juillet —à0h10, 0h15, 0h17, 0h20, 0h40, 0h45 etc….

Nuit du 7 au 8 juillet –à 23h40, 23h45, 23h50, 23h53, 23h 55, ……. 2h20, 2h27, 2h45, ….. 3h45, 3h50,  etc……. Ce soir là, j’avais été attendu par l’homme de la photo 3 .  Puis , vers 23h , il y avait eu un grand remue-ménage dans la chambre 302 voisine de la mienne. A plusieurs reprises un meuble avait été poussé avec force contre la cloison mitoyenne.

Pour la nuit du 9 au 10 juillet, j’avais pris une chambre d’hôtel en doublon  en ville , à l’hôtel FLOSS,  J’avais été  suivie   avec assiduité  lors de ma réservation par le jeune de la photo 1 et qui avait tourné la tête l’air affairé au dernier moment.  Le soir  le guetteur était celui de la photo 2. Il m’attendait au coin de la rue. J’avais fait un détour pour le retrouver devant l’entrée de l’hôtel.

Pendant cette nuit, le matraquage électrique du cerveau avait été tout aussi douloureux et intense  que les autres nuits .  La cadence avait  aussi été  plus soutenue.

Comme suit : 21h25, 21h50, 21h55, 22h45, …… 0h, 0h05, 0h10, 0h25 ……4h45, 4h50, 4h55….

L’homme de cette photo  3   était devant l’hôtel 66 à mon retour le 8 juillet. Une nuit d’intense matraquage.  Puis de nouveau  et toujours à ne rien faire il était au même endroit     lors de mon retour du magasin le 14 juillet  au soir, date de cette photo . Ce même soir , je l’avais de nouveau  trouvé quittant la 302 vide et porte ouverte,  et dévalant l’escalier ventre à terre.  Par précaution personnelle, j’avais mentionné cette porte de chambre vide et ouverte  à  Issak le veilleur de nuit  et eu la surprise de le voir  revenant du restaurant chinois voisin  les mains vides,    au lieu de le trouver redescendant  de la 302 dont la porte était toujours ouverte.

Chambre 302, un bon endroit pour loger du matériel de torture de voisinage.


Intérieur de l’hôtel FLOSS

Celui-ci « écoute » mon numéro de chambre

ImageImage
Extérieur de l’hôtel FLOSS

Celui-ci , dans la rue , me guettait depuis un moment. Il a attendu  , un peu caché derrière un arbuste, pour vérifier que j’entrais bien dans l’hôtel.

Le matériel de torture, a ensuite été apporté à l’intérieur de l’hôtel.

Image

Extérieur de l’hôtel 66.

Même guetteur deux fois de suite.

Il servait sans doute à prévenir les opérateurs du matériel qui propulse les ondes à distance, de se préparer.

Une des particularités de l’Islande : l’eau chaude gratuite

Image

Publicités