Tag Archives: Islande

Criminalité consensuelle française et mondiale

5 Mai

gandhi

de Gandhi

Après une nuit de tirs de  micro-ondes fait d’un étage supérieur ou inférieur, soit à 2 ou 3 mètres du corps , un individu ciblé se lève avec des étourdissements, l’estomac et l’abdomen gonflé/tendu et douloureux, un œdème du visage ,  et la vue brouillée . Impossible de voir à plus de 3 ou 4 mètres.

IMG_1463 ICI

Les tirs d’ondes de la nuit dernière  pour empêcher tout repos ou sommeil ,  faire fuir de  l’appartement , et venant d’un étage supérieur, étaient d’une autre nature . Comme quelque fois.

Plusieurs  tirs préliminaires d’ondes chauffantes, ultra rapides et relativement discrètes  , et alors que j’étais encore assise à ma table,  avaient déclenché des douleurs de brûlures au talon du pied droit . Ces brûlures  allaient me suivre plus tard,  jusque dans le lit.

IMG_2475 opération Mind control

Sitôt allongée, de double  tirs de type  «   zappings   » ( sifflements  cisaillant le cerveau) avaient commencé à  viser la tête, Cette technologie fait penser à ce qui est décrit dans l’extrait ci-dessous d’un article par Jean Burgermeister  comme son hypersonique *(1)

« L’éventail offert par l’électromagnétisme a permis d’accroître le nombre d’armes (leur usage actuel est autant militaire que civil) dont les formes vont des micro-ondes aux projectiles à énergie puisée (PEP) en passant par les armes dotées d’une grande puissance magnétique.
Les PEP sont des armes qui paralysent douloureuse¬ment leur victime. Le plasma qu’elles créent atteint les cellules nerveuses, mais l’effet à long terme reste obscur pour la population.

Les appareils de fréquences sonores dirigées, les « Voix-vers-crâne », sont des armes non-létales neuro-électromagnétiques qui produisent des sons à l’intérieur du crâne humain. Une technologie similaire, qu’on appelle le son hypersonique, a le même usage. «

Le premier tir prend , en général,  la mesure des épaisseurs à traverser. Le second tir ajusté en conséquence, éclate dans la boite crânienne.

Des  détections faites dans la gamme des sons audibles , montre que le bruit entendu dans la tête n’existe pas dans la pièce.

Outre la privation de sommeil, et la destruction des fonctions du cerveau,  ils semblerait que le but de ces tirs particuliers soient aussi de pousser hors du domicile , tout en prouvant par ailleurs un suivi constant et une insécurité imparable de l’organisation criminelle en charge .

Car les tirs continuent ensuite dans la voiture.

Par ailleurs, si une nuit a été commencée dans l’appartement , avant un départ vers la voiture, il y a quasi systématiquement une violation de domicile de nuit, après ce départ   : des objets sont déplacés ou cassés , les valises fermées à plomb sont ouvertes et refermées  après vols divers ou extractions de papiers ou documents fourrés ailleurs  , d’autres sont rapportés et mis en lieu et place etc…Certains de ces actes délinquants semblent porteurs d’un message de type mafieux. D’autres sont absolument incompréhensibles.

Un départ vers la voiture n’assure pas le repos. Après retrouvailles du corps par les pieds ( brûlures et douleurs diverses) les zappings vers la tête recommencent . Dans le parking, du matériel déposé dans le coffre de voitures semble servir de relais. Les tirs sont cependant plus atténués.

La nuit dernière ( 4 au 5 mai) je m’étais résignée à rester dans mon lit. L’empilement des épaisseurs de protection avait obligé l’opérateur criminel du dessus et sa machine,  à augmenter sans cesse la puissance des tirs  . Cela avait permis au détecteur d’indiquer l’utilisation comme énergie de poussée ,  de fréquences allant jusqu’à  2,6 GHz à plus de 23 H.

La cadence était également devenue infernale   : un tir toutes les 30 ou 40 secondes et utilisant, cette fois,  la fréquence 2,1 GHz

Vers 23H30 , un produit irritant les narines ,  avait été lâché dans l’appartement  , soit par un tir,  soit par la VMC . Cela avait entraîné,  des chapelets d’éternuements et la formation de muqueuses étouffantes dans le nez et la gorge.

Les tirs n’avaient pas cessé.

Ma réserve  de protections  supplémentaires disponibles étant   épuisée, j’étais sortie du monticule qui me recouvrait pour  trouver des compléments . J’avais alors assisté à un festival d’éclairs.

Non,  pas ceux de l’orage. Ceux des tirs venant de l’étage supérieur, et qui tendent à prouver l’utilisation de laser.

Sans gêne et sûrs de leur impunité, les criminels s’expriment sans retenue.

classement 28-10-10 immunité - Copie

Mes plaintes  au pénal concernant les diverses facettes de ce tye de criminalité sont toutes passées par les cases broyeur , détournement, classement sans suite.

Une plainte pour viol en groupe avait reçu la réponse d’un greffier affirmant qu’il n’avait pas été possible d’identifier les auteurs des faits

IMG_2474 récap

Pour mémoire,   les 4 plaintes  du mois d’août 2014, comme indiqué  ci-dessus , n’ont jamais été traitées. Deux d’entre elles étaient pourtant simples et évidentes ,  documents/preuves à l’appui.  L’une d’entre elles   est une plainte contre un faussaire qui a signé et certifié un faux document m’engageant à une dépense,  en mon nom et place . Cette plainte qui note un vol minime fait grâce  à  ce faux ,  a été déviée  vers la brigade financière , qui a d’autres gros chats à fouetter.

this is a robbery

Elle est devenue ainsi   qualifiée  de petite escroquerie, avec une prétendue enquête en cours,  mais sans avoir cependant  été présentée au parquet . Comme si les greffiers faisaient des enquêtes sans avis du procureur   !

Depuis, 3 nouvelles plaintes ont été portées . L’une d’entre elles,  avait été faite en gendarmerie ou l’aimable pandore  de service avait transformé le  «   harcèlement électronique «    en «   harcèlement   » . Il avait aussi , selon sa propre  expression «   reformulé   » mes propos, donnant une impression de verbiage  inconsistant voire de confusion mentale.    

Les  deux autres plaintes  avaient été envoyées  directement auprès du procureur de la République de la ville . Sans effet.

Dans cette organisation  criminelle de type militaro/maçono/mafieux , il semble bien que le «   maçono   » soit le ciment  et élément fédérateur qui permet , par une interprétation erronée des textes de base de l’association, de maintenir l’assurance du secret de la criminalité et des noms des  criminels   et  aussi de permettre la transversalité des  individus et moyens utilisés.

IMG_2470 FM sydney

Tous les militaires ou maçons ne sont pas concernés par ces habitudes criminelles décrites par les individus ciblés. Ceux qui le sont , entrainent avec eux  et dans un mode ludique , une foultitude d’oisifs qui,  à force d’impunité , finissent par traiter des êtres humains comme du gibier. Chasse ouverte toute l’année. Même la nuit.

IMG_2476 un état dans l'état

Un texte de base  sur l’emprise cachée des maçons sur la société , par une journaliste du POINT,  fournit des réponses à quelques questions brûlantes de leur  fonctionnement en réseau inconditionnel .

Dans mon histoire  , les 3 éléments de base  de cette organisation criminelle  3M ( militaro/maçono/mafieux)  française , s’étaient  avérés actifs de la même façon  à CUBA, en ISLANDE, en EUROPE du NORD, aux USA, au CANADA .

Avant l’usage systématique des ondes pour détruire le cerveau, ( mai 2012)  et faire devenir fou ou rendre invalide, il y avait eu des épisodes sporadiques  de micro-ondages intenses , destinés à empêcher tout projet de devenir  réalisable,  en créant apathie, difficultés de concentration et  de mémorisation  , voire  apparente confusion mentale .

IMG_2473 camels

Le harcèlement en réseau  pratiqué en AUSTRALIE et en NOUVELLE-ZELANDE en 2010 et 2011 avait  fait apparaitre le même type de protagonistes militaro/maçono/mafieux,  et les mêmes méthodes que celles utilisées dans des pays   » dits   » démocratiques et dans une dictature

IMG_2469 talons coffs harbour

dégradation sur talon de chaussure neuve – Australie

*(1) http:// CERVEAU/contrôle -des-cerveaux-micro-ondes-pulses-t6071.html

Publicités

Puissance des signaux HF

15 Août

Ceci est de nouveau destiné à des cibles de harcèlement électronique , mais pas seulement, au cas où cette et ces informations pourraient être utilisées pour analyse, compréhension ou prévention.

Les associations de « cibles » de harcèlement électronique font état de l’extrême réactivité des criminels en charge d’une élimination de cible , par des changements de matériel constant en fonction des informations glanées sur ou par la cible.

La lecture d’un blog de cible est la source d’information première. L’espionnage constant des connections internet

IMG_4938 disque distant

et des poubelles  virtuelles et physiques vient en complément. Il faut y ajouter les violations de domicile et de véhicule qui permettent de grapiller les informations manquantes pour adaptation de la torture à continuer.

A la suite de la mise en ligne « d’histoires de sons », le 14 août au soir et après un tir de 5800 Hz, il y avait eu un changement de nature des ondes pulsées à partir de l’appartement WALTI/CHARLOT.

On semblait repartir vers du micro-ondage fortement pulsé. L’impression était donnée par une sensation d’évanouissement ainsi que des sursauts d’une épaule et d’un bras , au moment des tirs d’ondes.

Le détecteur programmé enregistrait cette fois en dBm l’intensité de puissance des signaux HF . J’avais porté attention à l’équivalent d’un micro-ondage et aux signaux allant jusqu’à 2,4 GHz .Ils s’étaient manifestés à 23h06 le 14 août pour s’arrêter à 5h33 le 15 août .

???????????????????????????????

La présentation en dBm, ici, a été sélectionnée entre 3h30 et 3h47 le 15 août, qui pourrait être un moment où un voisin normal est peu susceptible d’avoir un matériel puissant en fonction. Elle donne une idée de la cadence des pulsations pendant toute la nuit.

Pour lire le mini-tableau ici, il faut se souvenir que plus le chiffre se rapproche de 0, plus l’intensité est forte. -72 dBm est donc plus gentil que -47dBm
La colonne Z est celle des HF de 2,1 GHz . La colonne AC est celle des HF de 2,4 GHz.

Cette mini information illustre ce que disent les cibles et associations de cibles de harcèlement électronique : l’existence d’une panoplie de matériel mis à disposition et une réactivité absolue des criminels,  et qui signent l’acharnement.

Cet acharnement est également manifeste dans cette mienne histoire .

Pour les visiteurs de passage , on peut rappeler que ce harcèlement électronique par ondes pulsées ressenties au cerveau et tel que raconté dans ce blog dure depuis Mai 2012.

Il est, et a été, systématique depuis cette période dans tous les endroits où je me suis déplacée en France, soit pour y rester quelques nuits, soit pour pouvoir y résider plus longtemps. Ce qui n’a jamais été possible et qui est intentionnel.

Ce harcèlement existait de façon moins évidente ou plus sporadique bien avant . Je le note comme ayant surtout servi à me fatiguer et m’empêcher d’être performante par épuisement cérébral, pour toute réalisation de projets.

Le but manifeste des criminels, et de  quelques décébrés

???????????????????????????????

 

Photo Wikipedia

 

outranciers  qui l’ énoncent avec un simplisme adapté, étant de me faire passer pour ce que je ne suis pas .

J-J Walti et le couple Lovely 92 en avaient fait un exercice de style.

Depuis Mai 2012, ce harcèlement électronique qui est de la torture, a été mis en place, et ce dès mon arrivée, dans tous les pays où j’ai voyagé, même à l’improviste. Donc dans une spectaculaire diversité d’hôtels et de complicités hôtelières qui relèvent de l’escroquerie en bande organisée .

Ces pays incluent CUBA, l’ISLANDE, les PAYS BAS, le PORTUGAL, l’ALLEMAGNE, la CRETE, la BELGIQUE, le CANADA, les ETATS UNIS ,  DANEMARK (COPENHAGUE  seulement).

On peut ajouter que cette situation de « cible » , comme bien d’autres semblables , racontée depuis plusieurs années , n’a suscité aucun étonnement ni aucune indignation des services de sécurité français . Comme s’il s’agissait d’une banalité ou d’une situation habituelle et familière.

Personne ne s’est donc employé à la faire cesser en interpellant les auteurs nommément dénoncés par plaintes officielles .
Les criminels pérorent , pataugeant même avec délectation dans leurs dénégations, leurs propos incohérents, grotesques, grossiers, ou orduriers

Seule contre TROIS

19 Oct

Image

« Le TROIS  est important »

Cette remarque  avait été faite par Mr Le Drian s’adressant aux soldats du 3ème RIMA de Vannes avant leur départ au Mali .
Mr Le Drian est Ministre de la Défense,  et accessoirement des ondes  .

Il est aussi  franc –maçon. Le TROIS  ici, était donc une évocation à double sens  dont celui du symbolisme porté par ce TROIS là,  dans la confrérie mondiale de  la maçonnerie.

Pour m’impressionner peut-être, m’intimider sûrement et évoquer l’origine de l’acharnement dont j’étais l’objet  sans aucun doute, le  TROIS  m’avait été imposé sous diverses formes dont des paquets de TROIS hommes ou personnes  qui  voulaient être remarqués,  m’avaient  poursuivie  ou s’étaient essayés  à des comportements menaçants .

Procédant sur la base de cette même allusion du TROIS tout puissant , leurs hommes de main l’avaient tout autant suggéré  en me le fourrant sous le nez à leur manière.

L’autre apparent symbole utilisé dans du harcèlement  avait été le bleu . J’en avais déduit que cela voulait peut-être  faire penser aux «  loges bleues »  et donc aussi à la franc-maçonnerie.

http://etouffoirs.wordpress.com/2013/09/20/all-blue/
http://etouffoirs.wordpress.com/2013/09/20/la-couleur-bleue/

le blog etouffoirs a été censuré et supprimé par wordpress : https://lesharceleurs.wordpress.com/2014/03/08/censure/

Un autre symbole , jamais utilisé dans leur harcèlement, mais tout particulièrement prisé par les frères  est celui ci-dessous.

Image

La photo avait été prise à l’intérieur du musée de la terreur à Budapest . Ce  bâtiment gris sinistrose  très réussi,  alignait dans son intérieur des salles d’expositions  des horreurs du nazisme et du communisme  tout aussi sinistrosantes. Les seules taches de couleur disponibles  venaient d’une série d’emblèmes des régimes nazi et communistes dans le monde .
L’emblème  ci-dessus était la dernière de l’alignement.Angelika

A Budapest , justement, ils avaient été TROIS à me regarder manger chez Angelika , avant de finalement se décider, un peu embarrassés,  à  faire la même chose. Et ça avait plu au serveur. Il m’avait demandé de revenir le lendemain. On pouvait facilement  en déduire que ces TROIS  là étaient des gens connus ou importants . C’était bon pour le commerce.

A Pornichet à l’hôtel IBIS, ils avaient été TROIS  à attendre alignés contre un mur. Ils ressemblaient à des policiers  proprets  en civil.  A mon arrivée, le gérant m’avait désignée du menton. Ils s’étaient levés et étaient partis . Mon coffre dans l’hôtel,  et  situé au niveau de la réception,  avait été fouillé.

ma manif

A Paris, devant le Palais de Justice où je faisais les cents pas avec un panneau sur le dos expliquant ma situation, ce sont TROIS huiles de la PJ située juste derrière,  qui étaient arrivés. Après un court conciliabule, ils avaient choisi l’évitement .  Leur chauffeur était cramoisi d’apparente confusion.

A Dunedin ( NZ) c’est une caravane de TROIS véhicules semblables qui m’avait poursuivie . Elle était  menée par une voiture de la police qui avait fait un écart en me poussant dans le fossé pour se faire remarquer. Revenant alors  sur mes pas pour observer ce cortège bizarre, j’avais vu chaque homme  au volant se tasser sur son siège. Comme pour disparaître.

A PARIS, ils avaient été TROIS à me faire des signes à l’intérieur d’un tribunal de proximité. L’un , à l’allure aussi militaire que les deux autres, avait fait mettre mon dossier sur le sommet de pile par un huissier. Furax, la juge m’avait dit qu’elle n’avait rien compris au dossier et réservait sa décision.

A Angers (49) alors que j’en attendais deux, ce sont TROIS policiers de la ville qui étaient venus faire à domicile et sans PV, une comédie immonde de gros bras,  chargés d’inventer une situation  censée me ridiculiser.

La photo ci-dessous avait été publiée dans le journal anglais The Guardian avec pour titre : Ils ont un point commun : ce sont tous des policiers.

freemasonsunite

A Londres aussi, une escroquerie, fabriquée contre moi  par les réseaux de harcèlement ,  par internet,  avait été étouffée par la police.

Les exemples de ce type  du TROIS toujours seulement suggéré  comme TOUT PUISSANT avaient été  nombreux   à travers le monde et mes voyages ces dernières années, dont l’Islande et Cuba . 

Les frères « occupent » l’Islande .

Ils occupent tous les postes importants  à Cuba où ils ont permis au régime actuel d’être,  et où ils ont, en échange,  les mains libres . Dans ces deux endroits, « mon » harcèlement électronique avait été proche de l’horreur. Prévu et très organisé.

Ces exemples  du TROIS montré,  sont des faits,  par allusions seulement , qui se veulent de harcèlement en réseau , par des gens ayant autorité  ou délégation d’un Etat . Les dits exemples  sont naturellement  tous aussi fastidieusement ridicules  que les précédents  et voulus comme tels  .

Ce qui inclut aussi un petit dernier,  fabriqué par des médecins aussi  pervers  que les autres et soucieux, comme eux,  d’humilier  avec les attributs de leur fonction . Dans le cadre d’une hospitalisation sans objet ,  préfabriquée,  c es médecins hospitaliers   avaient proposé une VAD ( visite à domicile) suggérant ainsi implicitement que j’étais peut-être  une souillon qui entassait  toutes  les poubelles du quartier sous son lit . Une  VAD se fait en compagnie de  deux infirmières. C’est la règle.  Dans mon cas, elles étaient TROIS.

Mais avant d’être TROIS tout le temps et partout, à reproduire ce qu’ils savent si bien faire pour détruire des êtres humains  ,  il en avait fallu UN. Ça suffisait.

Il faisait sans doute partie d’un trio de base à l’origine première de ma situation .
Frère biologique + épouse + franc –maçon/coucou .
Ce dernier aurait tout naturellement mis à disposition de la haine viscérale de la dame , sa grande confrérie destructrice sans condition . Il avait aussi l’habitude de ridiculiser mon frère biologique en le substituant dans toutes les  situations ou discussions qui ne concernaient que notre famille.

 Et le reste ressemblait à la pelote du bousier : plus il avance plus elle augmente, faite de n’importe quoi.

Mais il n’est pas exclus non plus que les deux hommes de ce trio funeste , employés de l’armée,( ou l’un  prenant encore  la place de l’autre),   aient vendu à leur employeur ,  un ou deux cerveaux de femmes, celui de ma mère et le mien,  pour expérimentation in vivo. 

Cela se fait par l’intermédiaire de services très spéciaux qui pratiquent la traite des êtres humains  pour, prétendument,  faire avancer la science dans le domaine de la suprématie de type militaire  *

http://rudy2.wordpress.com/a-interview-accorde-a-un-ex-agent-des-services-secrets-surveillance-secrete-et-torture-par-radiations-par-les-services-secrets/

La grande confrérie des maçons  devenant alors,  moyen d’expérimentation puis de destruction,  et   corps intermédiaire de couverture de ces services.

CEDH  et ONU y compris , puisqu’ils  avaient contribué à « couvrir » et cacher cette histoire en rejetant mon dossier et ma requête qui incluait un viol en groupe , étape habituelle de dressage/ domination/humiliation de femmes par  des  frères . Ce crime dûment préparé,  digne de terroristes ou de militaires , avait été  oblitéré par la police et la justice française, puis par la Cour Européenne des Droits de l’Homme. l’ ONU avait  ensuite reçu ma requête envoyée en doublon à New York et à Genève (HCDH) . S’enmmêlant  d’abord dans des réponses contradictoires, le Haut Commissariat aux Droits de l’Homme,  avait finalement déclaré son « incompétence ».

Cette vente très vraisemblable  de cerveau  et de vie, est  une ( ou la seule)   explication plausible à des phénomènes  précis à expliciter,  mais aussi  au mutisme incroyable  de Mr HOLLANDE, de Mr VALLS , de Mr LE DRIAN, de Mr AYRAULT prévenus de cas de torture du cerveau , et qui n’ont  même  pas accusé réception des courriers. Comme s’il fallait garder tout cela secret.

    Auquel cas, JJ Walti qui prétendait que ses deux dentiers à 20.000 euros lui avaient été payés pour services rendus  dans cette histoire , par l’armée, aurait raison . Il serait bien, alors ,  un criminel protégé par choix . Tout comme son mentor dans l’immeuble, criminel par complicité.

***

Ci-après , des extraits de l’entretien avec  un ancien agent des services secrets interrogé aussi sur l’utilisation des micro-ondes , extraits du texte de rudy2 , proposé en lien ci-dessus

Carl Clark : C’est un peu comme dans un film de science-fiction. Les gens pouvaient être traqués partout, grâce au radar, au satellite, grâce à une station de base et à des programmes informatiques complémentaires. Par exemple, souvent trois dispositifs-radar sont placés à proximité de la personne. Le radar émet des ondes électromagnétiques, puis évalue les résultats.Ainsi mes amis qui travaillaient dans les départements spéciaux pouvaient traquer l’individu sur son ( leur ?) ordinateur, toute la journée. Cette localisation a facilité l’utilisation des armes . Les collègues pouvaient voir où exactement ils devaient viser et aussi comment la personne y réagissait.
Armin Gross: Quels effets ces armes eurent-elles sur les individus ?
Carl Clark : Elles pouvaient provoquer de la chaleur ou des brûlures internes, elles provoquaient des douleurs, des nausées et la peur. Cependant, les traces très souvent restent invisibles sur la peau. Si ces personnes vont consulter le docteur, il leur affirme qu’elles n’ont absolument rien.
Armin Gross : Quel est le but poursuivi avec ce “bombardement” ?
Carl Clark : On veut intimider les gens
…….
Réseau de surveillance gigantesque.

Armin Gross : Savez-vous dans quels pays les Services Secrets surveillent des individus et utilisent contre eux des armes à énergie dirigée ?
Carl Clark : Aux Etats-Unis, en Allemagne, en Chine, en Corée du Nord, en Russie, en France et en Angleterre. (NDT: Carl Clark a certainement oublié d’ajouter “entre autres”, car il sait pertinemment que plusieurs autres pays sont impliqués). Tout cela se fait normalement, sans que les gouvernements en soient officiellement au courant.
Mais officieusement, je crois qu’il doit toujours y avoir au sein du gouvernement des personnalités impliquées ou qui en sont au courant, d’une façon ou d’une autre.
Armin Gross : Savez-vous combien de gens sont sous surveillance ?
Carl Clark : En Angleterre il y a environ 5000 personnes sous surveillance et approximativement 15 000 “espions”. À côté des grands Services Secrets il y a encore 300 à 400 petites sociétés de Services Secrets qui …..

La traque

14 Sep

Il s’agit de harcèlement en extérieur,  fait majoritairement par des véhicules  et quel que soit le mode de  déplacement de la cible (moi) . A l’observation , on réalise qu’il est constant. Comme toutes les autres actions de surveillance  ( internet, CB, etc..)  il  est basé sur des habitudes de fonctionnement  de groupes jamais inquiétés, et contribue à donner à la cible une impression d’ absolue  privation de liberté .
Dans le contexte actuel , il sert aussi de moyen de  repérage pour pouvoir mettre en action  des zappings   par ondes pulsées  , et quel que soit l’endroit. Peut-être aussi, au cas où le repérage par « piqûres » se révèlerait plus lent.

https://lesharceleurs.wordpress.com/2013/06/05/les-zappings/

A Vannes , le suivi de poursuite  s’organise  dès ma sortie du parking si je pars en voiture, et montre, encore une fois, une disponibilité  de participants et une généralisation de cette habitude, quasi effarante.
En route pour Arradon, ce jour-là, celui-ci s’était vraiment conduit comme un débutant maladroit.

Image
Celui-là aussi.

Image
Dans le parking de La Pointe d’Arradon, c’est une voiture de vieux  du 60 qui  avait foncé vers moi  pour se mettre en travers de ma route. Le couple rigolait, content  de son anonymat et de  son apparent exploit.
Tout comme ils avaient communiqué pour être informés  de l’endroit d’une cible à embêter , ils avaient dû le faire en retour , avec un message de mission accomplie, ignorant  même sans doute que ça allait servir à bombarder la cible de rayons d’ondes et le plus vite possible.

C’est ce qui s’était passé . Là, au milieu  de la nature et des arbres , dans ma voiture où j’avais prévu une sieste de récupération, les coups  d’ondes ( lointains) au cerveau avaient pu être déclenchés presque immédiatement. Le cerveau ainsi sur-excité  n’avait pas pu  trouver  de repos.

Ce soir-là, j’avais attendu la nuit pour sortir sur la pointe des pieds, sans bruit de serrure ni de porte. Même pas celle de l’immeuble.
Progressant  dans l’ombre des arbres de l’avenue de la Marne, j’étais à peu près invisible. Sauf pour une  voiture blanche aperçue  tout soudain et en maraude. Arrivée à ma hauteur, elle  et son conducteur beur , avait  simplement fait  un Uturn peu discret. Et la farandole des  voitures suiveuses suivantes avait commencé.
Cela indiquait un espionnage à la source et éventuellement à partir de mon appartement.
Arrivée  au Best Western, je n’avais personne sur mes talons, à cause du sens unique sur la place,  mais c’était tout comme.
Dans la chambre, les tirs d’ondes au cerveau avaient commencé à partir de 23h  , venant  de la fenêtre qui donnait sur une cour. Curieusement et presque en même temps, il y avait eu des détonations au niveau de la salle de bain.

Image
A 6h30 le lendemain, ce sont  des bouffées brûlantes dirigées sur  l’estomac, à la verticale,  qui m’avaient fait bondir hors du lit. Compte tenu de l’exigüité des chambres, il fallait avoir glissé l’appareil émetteur sous  le lit de la 211. Juste au-dessus.

Quelque temps plus tôt cette  traque systématique  avait été , comme c’est  souvent le cas,  à base de voitures de fonction. Mon départ de l’immeuble dès potron minet,  n’ avait pu  être signalé que  par la société de nettoyage de l’immeuble   . Et le rodéo  des voitures d’entreprises, s’était terminé avec   CG429WS, celle d’une société d’approvisionnement pour boulangers. Le hic , c’est qu’à 6h du matin, son jeune conducteur attendait, moteur en marche,  loin de toute boulangerie, près de chez moi, et  prétextant s’être arrêté pour téléphoner .
A sa copine  ?  A son patron  ?  qui adorent qu’on les appelle à cette heure là…

Depuis, en forçant sur l’observation, j’avais noté  qu’un motard soigneusement camouflé par son casque  passait systématiquement dans les endroits  où j’arrêtais ma voiture, rues ou parkings, avant d’y envoyer un nigaud faire le boulot de harcèlement de présence  , comme hier soir pour BK713MN.
Ce suivi de  tous mes déplacements n’est,  bien sûr,  pas nouveau . Mais il est important de noter qu’il avait été le même  en  Australie en 2010, en Nouvelle Zélande en 2011 ,  avec  en plus le harcèlement électronique en Islande en.2012 , en Crète en 2012,
C’est un élément d’analyse important .

A Cuba, c’était  tout simplement le gros HUBERT,  un gars de mon  groupe de touristes  qui avait fait  le boulot de harcèlement  , essayant d’entraîner avec lui tous ceux qu’il pouvait.
http://etouffoirs.wordpress.com/2013/08/03/cuba-et-crete/

A ce stade , je ne serais même pas étonnée d’apprendre qu’il avait aussi  apporté avec lui le matériel  d’ondes pulsées qui avait permis de me torturer le cerveau   la nuit , en tous endroits. A chaque escale, j’étais la seule du groupe à n’avoir jamais de chambre attribuée  à l’avance . Après attente, j’étais en général   logée loin du groupe.

Chaque histoire de cible est différente , mais cependant,  je précise ici que Cuba  a la réputation d’être protégé de toute interférence satellitaire américaine (ou européenne),  par elle-même et par  ses copains chinois. Ce qui devrait permettre d’exclure la-bas cette méthode de ciblage pour  matraquage d’ondes.
Par ailleurs au niveau des sensations de souffrance infligées au cerveau par ondes pulsées, mes notes permettent de mettre dans la même catégorie  de sensations,  celles générées par mon ex-voisin de Paris J. CHURCH ( 2012) , celles subies pendant tout mon séjour en ISLANDE (2012) et celles  ressenties de façon tout aussi aigüe , douloureuse   et systématique à CUBA (2012) ,en CRETE (2012) et à l’Amsterdam Court , un hôtel presque pur beur  de NYC (2013)

Dans ces  endroits différents, et en tous cas, on peut donc penser à du matériel semblable …. si ce n’est … le même.

Pour ce qui est des zappings  effectués à bord d’avions, et que j’ai mentionnés à plusieurs reprises , je recommande simplement une lecture  du rapport de  Julianne McKinney, Directrice du Projet de Surveillance Electronique , en date de 1994,   et qui mentionne des témoignages  de faits semblables avec ondes pulsées à partir de matériel embarqué sur des vols, donc par des harceleurs .

Compte tenu des connivences  * diverses pour harcèlement en aéroport, on ne peut pas l’exclure.
http://etouffoirs.wordpress.com/2013/09/14/harcelement-en-aeroport/

Le sujet de cet article était la traque  physique qui aboutit aussi au zapping., Alors voici ci-dessous une information imagée de début de traque tout simple. Cette  journée-là , à Paris, comme parfois, c’est un gamin anodin,  guetteur,  qui avait été chargé de commencer à donner l’information de ma sortie. Paralysé et rouge de confusion , il n’avait pas réussi à fuir la photo. Il s’était seulement assis;

Image

* Pour mémoire ,  dans des articles précédents j’avais raconté l’anecdote du vol de ma pièce d’identité par un employé de la sécurité à Roissy et plus tard le dépôt , au niveau  d’une poste de la sécurité d’Orly, d’un mien  CD volé quelque temps avant dans ma voiture , à Vannes.

A la façon plus anodine d’un harcèlement de brimade ridicule on peut aussi voir :

http://etouffoirs.wordpress.com/2013/07/20/air-france/

Les paiements

16 Juin


Image

Pour ce qui concerne  la partie crapuleuse seulement du harcèlement en réseau ,  on peut noter essentiellement 4 sortes de paiement .
Les  deux premières  sont directement supportées par la cible
Il s’agit d’abord  des vols faits pendant les violations de domicile  sans effraction . Ces vols  semblent des ratés par rapport au mode de fonctionnement apparemment prévu qui consiste à détériorer et déplacer des objets pour déstabiliser et rendre fou, tout en évitant l’infraction qui risquerait de déboucher sur une plainte. Mais, l’assurance prise par les répétitions de violations de domicile  se double assez vite d’une assurance d’impunité qui  fait enfreindre les règles tacites fixées par le système crapuleux. La tentation l’emporte sur la règle.

Viennent ensuite les paiements obligés par le remplacement  de la foultitude des objets de première nécessité temporairement disparus ou par les réparations  du matériel et des biens  de toutes sortes , dégradés ou rendus  inutilisables.

Le troisième sorte de paiement sert à piéger la cible dans une situation . Le paiement  est   alors fait au détriment d’un groupe ou d’un service ,  payeur obligé , en fonction de la position  ou de la qualité de l’inventeur du piège et qui n’est qu’un maillon  décisif d’une chaîne de collaboration.

Dans le cadre d’un chantier simple, comme une séance  d’ostracisation ou d’humiliation , le paiement peut n’être que du temps pris et passé au détriment  des tâches réelles de la fonction des impétrants. On peut ici se souvenir  de policiers venus faire un mini scandale devant ma porte palière, en relation avec une lunette de cuvette de WC (ce qui ne relevait pas de la sécurité publique), et ce,    quelques jours avant une AG des copropriétaires où je n’étais pas la bienvenue .

C’était un cadeau du commissaire à son frère PCS.

Un chantier plus élaboré, peut mettre en jeu des sommes tout à fait considérables , comme cela avait  été le cas pour la sécurité sociale  lors d’une hospitalisation forcée sous un prétexte entièrement fabriqué par deux jeunes médecins  dont un dit  par lui-même   »  bon franc-maçon   » – Voir  les articles «    la chute   » et «   la contrainte   »  .
Cette situation précise  avait en plus été corsée   par le vol de mon passeport pendant l’hospitalisation, montrant s’il le fallait des complicité crapuleuses à l’intérieur . Le passeport  sera retrouvé , caché derrière des boites dans un placard du poste de soins du 2ème étage.

La quatrième catégorie fait payer à un groupe une faveur qui récompense des services  crapuleux rendus. Il relève d’une forme de clientélisme.
L’hostilité  sans raison apparente , de la bande des 4 locale et   qui avait marqué mon installation à Paris XV avait été suivie d’une déclaration de guerre générale «   on va te faire partir d’ici   » . La  répartition des rôles annoncée , était entre le président du conseil syndical (PCS) , A. De Certaines,  et son homme de main JJ Walti,  aidé de sa maman et de l’ex concierge restée dans la loge .Tous   à priori inconnus et sans raison personnelle de me faire suer.

En fait, cette situation reproduisait ce que j’avais connu partout : une organisation de harcèlement au sein de l’immeuble mais fomentée antérieurement et de l’extérieur, par quelqu’un qui me poursuivait implacablement.

Pour me pourrir la vie , l’ex concierge logée gartuitement avait été largement sollicitée et utilisée.
En 10 ans de squat  cette  ex concierge  avait coûté plus de 8000 euros en eau et électricité aux copropriétaires qui avaient voté en 2012  son départ pour 2013 . Elle a deux filles.

Aussitôt après le vote de 2012 le PCS lui avait fait dire de ne pas chercher à partir.
Ça la faisait tellement rigoler qu’elle me l’avait raconté , y ajoutant l’évocation des séances de couture avec la maman de l’homme de main. Petite provocation.
Tenant parole avec la concierge mais pas  avec les copropriétaires, en 2013 le PCS avait fait voter la continuation du squat de la loge. Paiement par les autres . Les copropriétaires.  C’est la règle.

Les exemples  de ce type, avec paiements indus,  abondent dans cette petite copropriété suavement gérée par la terreur , et de main de maître.

Dans la partie criminelle du harcèlement par des bandes organisées  , et tel que je l’avais abondamment décrit,  il y avait eu fourniture incessante de copies de clés pour les  tout aussi incessantes  violations de domicile.

En plus,  et plus précisément depuis mai 2012, il y avait eu mise à disposition par le groupe  corso-beur   de matériel   pour torture de proximité . Cela permettait des tirs d’ondes à travers les murs des appartements voisins et à travers  les canalisations de l’immeuble . Le début correspond à l’exaspération  du PCS  mis à découvert par l’intermédiaire des révélations de mes blogs.

Après avoir manipulé le PCS pour organiser le harcèlement d’immeuble avec son homme de main, le commanditaire de tout ce pataquès avait du vraisemblablement passer à la caisse.

Par ailleurs,  à cause de  l’acharnement planétaire de la torture du cerveau depuis mai 2012  et avec toujours la même violence   ( Crête, Islande, Cuba, Canada, USA, Hollande, Allemagne, Belgique)  se pose aussi  le problème plus large   de l’appropriation de mon cerveau par cette organisation de tortionnaires et sans que les services de l’Etat ne s’y opposent, ou ne répondent même à mes plaintes.

Un service d’ Etat aurait-il payé pour cette mise  à disposition de mon cerveau  pour expérimentation ou torture à volonté ? comme le suggère un site américain pour expliquer ce phénomène qui se généralise dangereusement.

 

En passant

Les hordes

17 Juil

ImageImageImageImageImage

Les hordes de barbares

Ce sont celles  des harceleurs en bandes organisées qui exercent une surveillance quasiment  H/24 et manifestent une présence insolente et appuyée  destinée sans doute à entrainer la cible dans une spirale paranoïde. Mais elles servent aussi à mettre en place des instruments de torture qui à un moment ou un autre entraineront la mort et dans de sales conditions.

 Les méthodes de base du harcèlement en  bandes ont été décrites dans ces blogs. Elles sont un danger pour toutes les femmes du monde et méritent une attention toute particulière.

En Islande,  pays qui a la réputation de traiter les femmes sur des bases d’égalité, on aurait pu s’attendre à un respect  d’habitude et  sans distinction de genre.  

Là encore, il n’en a rien été. Le suivi et la surveillance qui permettent la malfaisance et les empêchements   de cible, se sont révélés constants et jusque dans la bibliothèque de la ville, où mes accès internet étaient bloqués .  

Contrairement à ce qui se passe en France, peu de femmes semblent  participer  à ces  exercices de poursuite  d’une cible dans la rue . En 12 jours, je n’en avais repéré que deux .

Les méthodes utilisées dans la rue  par les grands gars islandais sont les mêmes que partout. Elles allient le repérage par des désœuvrés ,  des chauffeurs de taxi  ,  des gamins, des vigiles de magasins  et  la transmission d’infos par portable de  chaque maillon de la chaîne humaine qui suit le parcours de la cible à des carrefours.

1)     Ce jour- là , le premier suiveur  repéré  avait essayé d’ouvrir mon sac à dos à la hauteur de la peinture murale des nœuds de cravate : un quadra avec un air de cadre moyen.  Il avait récidivé avant de finalement  prendre la fuite en courant.

Plus haut  j’avais noté celui (1) qui m’attendait à la gare de bus Hlemmur, à son empressement à téléphoner après m’avoir aperçue. Mon appareil photo l’avait fait s’engouffrer dans le bâtiment que j’avais dépassé au profit de la station d’arrêt suivante du bus 15.

Là un autre attendait  de l’autre côté de la rue , en apprenant le numéro de l’immeuble par cœur. Mon appareil photo l’avait fait partir.

Dans le bus  vide, assis tout au fond , le prochain était installé  avec  sac à dos. Il était descendu derrière moi à Grensasvegur, s’étirant dans tous les sens en attendant  de voir ma direction. Et il m’avait suivie vers le centre commercial, se cachant derrière les voitures comme un gamin, pour ré-apparaître  toujours un peu plus loin.  Un vrai jeu d’idiots.

2- Pour arriver à Akureyri  en passant par une piste de graviers, il fallait dix heures de bus. Sur place j’étais attendue et j’avais été suivie par un- encore- quadra à casquette (3) , le regard assuré et  content de lui. Seul mon appareil photo lui avait fait tourner la tête et très rapidement , le coin de la rue.

Au restaurant Eldbjörg,  le patron était venu tripoter le radiateur qui se trouvait près de moi et qui était   naturellement fermé en cette période d’été. Cela lui avait donné l’occasion de me dévisager sans retenue,  avant de dire quelques mots à l’employée  et de quitter le lieu. Et j’étais restée,  la seule de tous les clients,  avec mon assiette vide devant moi. Pas d’offre de dessert ni de café. Contrairement aux autres, j’avais été payer à la caisse.

A l’entrée de la rue où je logeais, le dernier harceleur  de la journée attendait. Selon la méthode habituelle, me voyant approcher ,  il avait vite sorti son portable , alternant pianotage et surveillance rigolarde . cela semblait l’amuser.  Et hop : une  photo qu’il n’avait pas pu venir.

Je craignais, bien sûr que le repérage de ma  destination  serve à transporter à proximité de ma chambre, le matériel ad hoc pour le  matraquage continu  du cerveau.  Sans doute un logiciel envoyé en fichier attaché  et à mettre en œuvre sur un appareil relais .

C’était vraisemblablement le cas. Les  coups électriques au cerveau  avaient commencé à 2h20  avec un espacement de 2 ,  3 et 5  minutes et avaient duré jusqu’à 4h45 .

Et la chambre était trop petite pour  bouger et  pouvoir casser le rythme.

 

 

 

 

//