Tag Archives: LINKY

E H S et LINKY- Quel lien ?

28 Mai

Ce texte a été envoyé par l’association Robin des Toits

et écrit par Patrice GOYAUD, Physicien et Ingénieur retraité de EDF/RTE , 

et devenu EHS ( électro-hypersensible )

L’ illustration et la vidéo ont été ajoutées , sans autorisation. .

RAYONNEMENT CPL LINKY ET EHS : QU’EN PENSER ? 

On ne compte plus les cas de ces personnes qui, depuis la pose d’un Linky, ont basculé dans l’EHS. Curieuse coïncidence ou rapport de cause à effet, de goutte et de vase qui déborde, de seuil dépassé et de trop plein atteint.
– 7 mai 2019, La Dépêche : « Devenue électrosensible depuis la pose de son compteur Linky, elle porte plainte » https://www.ladepeche.fr/2019/05/04/devenue-electro-sensible-depuis-la-pose-de-son-compteur- elle-porte-plainte,8180381.php 

– 13 avril 2018, Midi Libre : « Quand mon compteur Linky se met en route, j’ai des gonflements, la tête qui bout » https://www.midilibre.fr/2018/04/13/sensible-aux-ondes-une-narbonnaise-se-bat-pour-qu-on- lui-retire-son-compteur-linky,1655861.php
– 23 mars 2018, 20 minutes : « Rennes : vertiges, maux de tête, insomnies … Un couple vit un enfer depuis que son compteur Linky est connecté » https://www.20minutes.fr/sante/2242547-20180323- rennes-vertiges-maux-tete-insomnies-couple-vit-enfer-depuis-compteur-linky-connecte 

– 27 février 2018, Sud Ouest : « Un SOS pour retirer leur compteur Linky » https://www.sudouest.fr/ 2017/06/13/un-sos-pour-retirer-leur-compteur-linky-3527526-2780.php
– 26 octobre 2017, La Dépèche : « Le compteur Linky prend la tête à cette albigeoise » https:// http://www.ladepeche.fr/article/2017/10/26/2672784-le-compteur-lui-prend-la-tete.html 

– 26 octobre 2017, Ouest France : « Saint Lô : « Je ne vais pas déménager pour un compteur ! » https://www.ouest-france.fr/normandie/saint-lo-50000/saint-lo-je-ne-vais-pas-demenager-pour-un- compteur-5337895
– 24 aout 2017, Ouest France : « Tout allait bien, maintenant c’est un cauchemar » : inquiétude à cause de Linky » https://www.ouest-france.fr/bretagne/riec-sur-belon-29340/riec-sur-belon-un-compteur-linky- inquiete-5203261 

1. Comment le CPL Linky peut-il rayonner à l’équivalent d’une radiofréquence ? 

Le CPL, émis par le concentrateur et redistribué par le compteur Linky, circule dans les câbles du réseau électrique et des logements.
Comme pour le 50 Hz, le courant qui circule aux 36 fréquences du CPL G3 rayonne.
Sa circulation dans la phase et le neutre crée un champ magnétique dont l’amplitude est proportionnelle à la distance d’écartement entre les fils de phase et de neutre (hypothèse majoritaire de câbles ni blindés ni torsadés). 

Par ailleurs, la transmission des données en salves, confère le même caractère pulsé que les radiofréquences de la téléphonie mobile, Wifi, Bluetooth, DECT, etc.
On est bien en présence d’un signal de radiofréquence pulsé, dont les effets dus à son rayonnement sont ceux de la téléphonie mobile, mais pour des fréquences en kHz. 

2. Quid de la pertinence des mesures officielles d’exposition, rapportées aux normes actuelles ? 

Les normes qui ont été fixées en 2002 sont incroyablement élevées et ne protègent que les opérateurs eux-mêmes. Pire : elles ne tiennent compte que des effets thermiques immédiats à l’exposition aux CEM, sans se soucier des effets biologiques et à long terme.
Or les effets biologiques sont avérés et mis en évidence par de nombreuses études, même pour des valeurs d’exposition 100 fois plus faibles que celles des normes. 

Quant à la valeur de 87 V/m pour la gamme de fréquences du CPL Linky, elle relève d’une totale absurdité, puisqu’à ces fréquences de 35 à 90 kHz, les effets thermiques sont inexistants.
Même la Résolution 1815 du Conseil de l’Europe (27 mai 2011), pourtant votée à l’unanimité, est ignorée : elle fixe la norme à ne pas dépasser à 0,6 V/m. 

Les mesures de rayonnement du CPL Linky par l’ANFR, et dans un degré moindre par le CSTB (Centre Scientifique et Technique du Bâtiment), obéissent à un protocole visant à minimiser les résultats.
Par exemple : la mesure du champ magnétique par le CSTB se fait à 10cm d’une rallonge blindée et torsadée, donc émettant peu de rayonnement. Le compteur Linky avait été « préparé  » par Enedis, donc avec une valeur du courant CPL réglée au minimum. 

Les valeurs mesurées sont moyennées sur un intervalle de temps, donc ne tiennent pas compte du caractère pulsé du CPL, d’où des résultats lissés de très faible valeur, et ininterprétables. Quant à l’ANFR, elle mesure le champ magnétique du compteur lui-même, alors que c’est dans les câbles que le CPL rayonne. 

3. Diagnostiquer et reconnaitre l’EHS 

En France, il n’y a guère que le Pr Belpomme qui ait établi un protocole de tests pour l’EHS, largement critiqué bien sûr.
Mais les autorités sanitaires n’ont rien à proposer en contrepartie, sauf à exposer les candidats EHS, par ‘provocation’ de manière aléatoire, à des CEM auxquels ils sont censés réagir instantanément s’ils veulent être reçus à l’examen d’EHS ! 

4. État actuel des études scientifiques et médicales relatives à l’exposition aux CEM 

Il existe d’innombrables études, rapports et expertises sur ce sujet, mais particulièrement dans le domaine des ondes de la téléphonie mobile.
Il faut bien prendre en considération que même si l’exposition à une radiofréquence donnée est faible, la multiplicité des fréquences présentes provoque un électrosmog et un effet cumulatif. 

5. Effets sanitaires du CPL Linky 

Comme cela a été le cas pour le réseau électrique 50Hz (études sanitaires engagées à partir de 1960, soit 60 ans après le début de cette ère électrique), pour les antennes relais de TM (10 ans après leur 1er déploiement) et pour la future 5G (rien de prévu), il n’y a pour l’instant aucune étude sanitaire effectuée ou commanditée sur la bande de fréquence du CPL Linky, c’est l’Omerta. 

Toutefois la gamme des radiofréquences classées au groupe 2B par le CIRC-OMS (31 mai 2011) va de 16 Hz à 300 GHz, donc inclut les fréquences du CPL Linky (35-90 kHz).
Nous sommes sollicités quotidiennement par des personnes qui basculent dans l’EHS après installation d’un Linky. On peut devenir EHS en étant simplement exposé par les rayonnements du 50Hz dans les câbles électriques des logements, même si ce rayonnement est faible, mais permanent, comme pour le CPL Linky. 

Il est prouvé que l’exposition aux OEM artificiels, comme pour les autres pollutions environnementales, crée un stress oxydatif, générateur d’inflammation, que l’on peut mettre en évidence par des tests sanguins, des marqueurs biologiques de l’inflammation.
De ce stress oxydatif, il résulte: 

– Un épuisement progressif de l’organisme (inclus le système nerveux) et de ses capacités adaptatives ;
– Un effondrement du système immunitaire ;
– Un état inflammatoire du système digestif, avec dysbiose intestinale (assimilation défectueuse) et ouverture de la barrière intestinale, d’où risque majoré de maladies auto-immunes ; 

– Les CEM favorisent l’ouverture de la Barrière Hémato Encéphalique avec majoration du risque de maladies neuro-dégénératives. Dans les années 60, les travaux du Dr Maschi ont pu corréler qu’habiter à proximité de lignes électriques à moyenne et haute tension augmente la risque de sclérose en plaques chez les enfants. 

– On notera une similitude des symptômes de l’EHS avec la maladie de Lyme, par exemple. 

6. Dernières décisions de justice 

– Le 17 janvier 2019, le TA de Cergy Pontoise reconnait l’électrosensibilité comme maladie professionnelle pour un plaignant EHS ;
– Le 12 mars 2019, le TGI de Toulouse interdit l’installation d’un Linky chez 13 plaignants électrosensibles ; 

– Le 23 avril 2019, le TGI de Bordeaux recommande l’installation de filtre sur les Linky de 13 plaignants électrosensibles. 

Patrice Goyaud, le 8 Mai 2019
EHS non diplômé, Physicien et Ingénieur retraité de EDF/RTE 

ROBIN DES TOITS – Association régie par la Loi du 1er juillet 1901 Site : http://www.robindestoits.org – E-mail : contact@robindestoits.org 

 

Publicités

Cible et Linky- smart meter

7 Nov

Image CMGA

Dans le harcèlement criminel global , tous les groupes sociaux sont sollicités pour participer, tous les moyens simples ou sophistiqués sont utilisés pour abattre la cible.

Les moyens d’Etat ou d’entreprises associées, sont les plus utilisées et efficaces parce que sécurisantes pour les tortionnaires de tout poil qui s’acharnent sur des cibles. Ils sont  cachés derrière des titres ou des écrans.

En France, par ailleurs, le sadisme anti-cible, semble une position , voire un trait de caractère , particulièrement répandu et entretenu par des centaines de participants solidaires et cachés.

.

Image Next-Up

Pour mémoire, un concentrateur ENEDIS à été installé à une vingtaine de mètres de mon domicile ( mitoyen) .

Malgré l’électricité générale de la maison coupée, le système « intelligent » du LINKY continue de pulser ses RF  de façon violente et  qui fait  sursauter le cerveau

Les deux liens suivants montrent les moyens détournés que peut prendre le harcèlement criminel global .

https://lezarceleurs.blogspot.com/2018/11/les-boules-de-feu-des-antennes-du.html

https://lezarceleurs.blogspot.com/2018/11/mon-concentrateur-denedis.html

Accessoirement , pour assouvir un instinct meurtrier partagé, qui s’exprime par un acharnement à martyriser une cible sous des airs de nécessité professionnelle, faute de mieux,  les protagonistes n’hésitent pas à mettre en danger d’autres catégories de la population, dont des enfants.

Ici, le concentrateur ENEDIS avec antenne relais , se trouve à 10 mètres d’un abri-bus scolaire.

Attaquée par un signal pulsé dans la tente de faraday

2 Oct

La tente de faraday avait été achetée sur place à Dordrecht chez Holland Shielding. Elle avait été accompagnée d’une certification de sa capacité revendiquée de protection qui se trouve à
https://lesharceleurs.wordpress.com/2017/04/04/tente-de-faraday-et-900-mhz/

La tente de faraday protège des champs électromagnétiques ambiants . Pas des signaux pulsés. Mais on pourrait aussi penser qu’elle est susceptible de les atténuer.
Apparemment , pas dans mon cas.

Pourtant, après de nombreuses nuits passées à bouger et changer mon matelas de place pour trouver un repos indispensable à la survie , j’aurais aimé une nouvelle fois y croire ( atténuation des signaux).

Le nouvel essai de nuit dans la tente de faraday avait été catastrophique . Le signal pulsé et qui m’avait retrouvée en quelques petites minutes avait été d’une violence inouïe et répétée dès le 5ème tir.

Lorsque la boite crânienne , cible de toute cette violence pulsée , est cachée sous une table ou entourée de packs de gel fixés par une capuche de plongée, la réaction douloureuse la plus notoire est un éclatement sonore et en général dans la partie droite du cerveau.

Ce type d’éclatement sonore que chaque cible décrit à sa manière ou selon les sensations éprouvées , est connu pour être la conséquence d’une thermo-dilatation à l’intérieur de la boite crânienne . De nombreux individus qui travaillent sur, ou avec, des radars,  en sont victimes .
Ce phénomène avait été noté, entre autres, par un médecin militaire belge : le Dr Evrard

Dans mon cas , et peut-être dans tous les autres, cet éclatement sonore s’accompagne d’une déflagration électrique anarchique et soudaine , plus ou moins forte dans une ou plusieurs parties du cerveau . Il s’y ajoute un état de régression des capacités cérébrales,  lié à ce qui semble être une régression vers la gamme d’onde la plus basse du cerveau ( Delta ).

Toutes les fonctions habituellement disponibles  sur commande du cerveau, sont altérées ou annihilées . C’est notamment le cas pour la décision de mouvement , qui devrait permettre de changer de place et éviter le prochain tir.

Quand le signal a trouvé sa cible , par une émission de sensations piquantes préalables, il ne la lâche plus ou la retrouve immédiatement, pendant , souvent, des heures.

A l’intérieur de la tente de faraday, et jusqu’à présent, l’éclatement sonore dans la tête n’existe pas. Cette sensation sonore douloureuse est remplacée par une impression d’embrasement totale du cerveau et qui fait perdre conscience.

Ainsi ,  sans électrosmog ambiant , car ce n’est actuellement plus le cas, la tente de faraday se révèle un piège . La cible incapable de prendre la décision d’en sortir ou d’être capable de coordonner les mouvements pour le faire , devient une proie inerte matraquable à volonté.

Ceci ci-dessous représente le tir extrêmement violent n° 5 de 21h 05.24


A ce moment-là, en détection, il y avait seulement eu une micro-pulsation sur 2,4 GHz

L’énergie représentée sur tableau (EEG) est en microVolts

On peut noter que l’énergie ( 329185 uV) développée en 01 , électrode située à l’arrière gauche du crâne , dépasse très largement ce qui est, d’habitude signalé comme douloureux, et qui se situe aux alentours de 200000 uV

 détails

En matière de correspondance , détection enregistrée / déflagration électrique dans le cerveau , à l’intérieur de la tente de faraday , il avait existé ceci ci-dessous,  en exemple, pour le reste de la nuit.

à 1h. 50 ——< signal pulsé avec fréquence porteuse de 1,6 GHz pour 0,8 uW/m2
– 1h 55 ——> signal pulsé avec fréquence porteuse de 1,7 GHz pour 0,8 uW/m2
– 3h 34 ———> signal pulsé avec fréquence porteuse de 1,3 GHz pour 1,25 uW/m2
– 4h 29 ————> signal pulsé avec fréquence porteuse de 1,7 GHz pour 0,8 uW/m2
– 5 h 18 ———> signal pulsé avec fréquence porteuse de 1,7 GHz pour 0,8 uW/m2

Ces pulsations qui provoquaient des déflagrations électriques  moins importantes dans le cerveau,  pouvaient être  d’ une origine différente  de celle du matraquage violent du début de ma nuit

Car, en début de nuit,  le signal  semblait me cibler spécifiquement et violemment après  retrouvailles avec le corps puis ma tête  .

Donc, cette foultitude de signaux avec fréquence porteuse de 1,8 GHz – 1,7 GHz – 1,6 GHz pourraient signer la présence d’un DECT voisin ( 4 ou 5 mètres) et qui pulse ( ou booste) autoritairement ses 100 Hz chez moi.

Et sinon, il s’agirait de l’antenne GSM1800 du concentrateur  ( réseau LINKY) qu’ENEDIS, prévenu par LAR  de mon handicap EHS, a placé au-to-ri-tai-re-ment à 25 m de chez moi.

Pourtant, en plus de la tente de faraday où je me trouvais  , un paravent de couvertures de survie  superposées , avait été positionné entre la maison voisine et la pièce où se trouvait la faraday.

Pour essayer de comprendre l’origine du signal suiveur/ ressenti comme vengeur,  du début de nuit, une recherche avait été faite auprès d’une société de géophysique pour connaitre la densité de puissance des radars d’auscultation de la terre.

La réponse vague du géophysicien avait été que celle ci ( densité de puissance ) est trop faible pour être ressentie.
Sauf si …
Mais quoi ?

Pour une information  détaillée sur les signaux pulsés voir :

https://electrosmog.info/IMG/pdf/Pulse.pdf