Tag Archives: manigances

Gangstalkers- fake Google guys – un leurre d’Orange ?

3 Juin

 

L’arrêt total des communications ( téléphone et internet)  par la box Orange ne suffisait pas aux harceleurs de cette histoire qui ne reculent devant aune imbécilité supplémentaire. 

Cette fois, les harceleurs se faisaient passer pour Google . Et ce n’était pas nouveau. 

Google offre  des messageries et blogs gratuits. En  contre partie , elle note dans ses conditions générales ses droits à pomper  toutes informations , et à gaver le client des pubs et infos qui rapporteront de l’argent. 

Les messageries et blogs offerts par Google, sont mobiles. Ils ne dépendant ni d’un appareil, ni d’une ligne de téléphone dédiée . Ils sont utilisables dans le monde entier. 

Obligé par des législations locales, Google, donne des avis et conseils   généraux de sécurité à ses clients . Si besoin. 

En aucun cas Google ne bloque une connexion au prétexte qu’il ne reconnaîtrait pas son client…ou l’ordinateur de son client .. qu’il ne connaît d’ailleurs pas. Au mieux, il avise  le client d’une connexion inhabituelle à telle heure dans tel pays.…

Les harceleurs d’Orange ou par Orange qui surveillaient mes connexions et détournaient mes messageries avec la ligne dédiée, s’étaient privés de ces petits avantages, en coupant la ligne. 

Leur toute puissance à tout savoir avant les autres était tarie. 

Il restait à empêcher des connexions de lieux publics  plus difficiles à contrôler tout le temps, pour éviter les publications de billets qui déplaisent et pourrir la vie de la cible (moi). 

Alors …… l’accès à mes blogs m’avait été  interdit comme ceci , pour … des risques associés à leur contenu : 

 et

 

QUELS RISQUES ?

Le risque de comprendre ce qu’est le harcèlement en réseau, comment il fonctionne  ? . Le risque de connaître  quels  en sont les acteurs cachés et efficaces  dans toutes les strates  de la société  française ? 

Pour que la manigance soit  totalement efficace , il fallait  aussi que les messageries qui  donnent accès aux blogs soient bloquées. Et elles l’avaient toutes été ,  au prix d’une imbécilité supplémentaire des harceleurs qui consistait à  me demander une adresse email pour envoyer un code de validation censé débloquer l’ensemble. 

Sachant qu’aucune adresse de messagerie  gmail ne m’est accessible j’avais envoyé ceci : 

autre@harceleurs.com

 

Les super-ordinateurs de Google, censés connaitre toutes les adresses gmail  du monde et même  (selon mes hackers)  les ordinateurs habituels qu’utilisent les clients  de ces adresses ,  auraient bien sûr  du refuser cette adresse comme inexistante. Une information /retour en général immédiate. 

Mais, les hackers de cette histoire  , peu soucieux de vraisemblance  avaient continué  , et avaient répondu ceci ci-dessus   ( « nous avons envoyé un code de validation à l’adresse email  autre@harceleurs.com), pour une marrade généralisée.

 

Publicités

Individu ciblé – mauvaise mine – 3 détections en sous-sol

15 Avr

???????????????????????????????

La première détection avait été faite, laissée seule sans appareil autre que 3 détecteurs en fonction,  dans un troglodyte, à quelques mètres sous terre.

Les deux détections suivantes avaient été faites à plus de 100 mètres sous terre, avec à chaque fois un groupe de personnes dont certaines  munies de leurs téléphones portables allumés. Des essais demandés à quelques  personnes , donnaient l’information  d’une absence de réseau.

La MINE BLEUE est un endroit intéressant et  curieux à visiter. C’est, malheureusement,  une mauvaise mine pour des  individus ciblés en recherche d’informations par détection pure.

Avec en mémoire le texte et les suggestions de Mojmir Babacek * (1) , j’avais essayé  pendant l’hiver ,  des détections en troglodytes  qui donnaient  ceci :

IMG_1999 troglodyte

Puis , Il avait fallu attendre l’ouverture saisonnière  de la Mine Bleue pour un nouvel essai de détection en sous-sol.

???????????????????????????????

Cette mine est dite bleue à cause de la couleur de  l’ardoise  qu’on en extrayait encore au siècle dernier.

???????????????????????????????

Le site est plaisant   , bien préservé  avec un fort parfum d’authenticité .  On y vient en famille, en bandes joyeuses  de copains 

???????????????????????????????

ou  en groupes disciplinés . Comme celui-ci , par exemple.

IMG_1892 les motards

La visite de la mine  est courte  (1h) et se fait forcément en suivant la guide, pour d’évidentes raisons de sécurité . Le personnel est aimable  et son harcèlement d’obstruction, aux ordres,  se veut finaud . Cela  pourrait  être la conséquence  d’une surchauffe  des  cervelles ,  par l’usage du système tétra ( talkies walkies)  qui donne ceci  en microW/m2 :

???????????????????????????????

colonne I = 400 MHz    J= 500 MHz,  etc

Et également ceci :

???????????????????????????????

Le système tétra  est aussi utilisé  par  les gardiens et vigiles de parkings sous-terrains .  Egalement par la police parisienne . * (2)

Face à la mine bleue, deux kilomètres plus loin , se trouve une antenne relais  Orange et encore plus loin une antenne Bouygues

???????????????????????????????

Lors de mon premier passage en détection,   le groupe de visiteurs  était sympathiquement minimal. Le cœur des détections avait donné ceci, à un moment de sensations d’étincelles sur les chevilles , à – 113 mètres , comme si un portable avait pris ma jambe  pour une antenne :

IMG_2006 mine 1er jour

Colonne  S= 1400 MHz (1,4 GHz)  ,  T = 1500 MHz (1,5 GHz) , U= 1600 MHz ( 1,6 GHz)  etc

A cause de tous les portables de visiteurs restés allumés,   il fallait compter aussi avec toutes les  petites interférences  des téléphones qui cherchaient désespérément  un contact d’antenne. Les valeurs  très faibles de CEM , sans doute des portables en recherche , allaient ainsi jusqu’à 5 GHz

La solution , pour une détection  sérieuse suivante « pure » , était de payer  une visite de groupe pour moi seule  : Offre de paiement REFUSE par la chèfe des employées de la mine . Ce serait une visite  avec d’autres joyeux lurons  ou rien !

Là, encore, pour cette première visite à l’improviste,  j’avais été suivie, voire précédée car  harcelée par deux vieux à l’intérieur de la mine . A se relayer sans cesse derrière moi,alors que je restais à l’écart du groupe,  ils avaient fini par réussir à glisser une pince à épiler sur le sommet de mon barda . A l’intérieur du sac. Ça les avait rendus heureux.

En ce qui concerne les employés de la mine ,compte tenu de la réponse abrupte de la chèfe,  il était évident qu’une consigne d’obstruction  avait été passée .

Pour  une détection/ comparaison complémentaire, j’avais pourtant  repris la route de la mine, dès le lendemain . Aux mêmes  aimables employées j’avais  demandé que l’on propose aux visiteurs d’éteindre leurs portables le temps du parcours sous-terrain.  Après quelques contorsions verbales, un apparent accord  laissait espérer le meilleur.  Mais,  les employées avaient exigé de faire cette annonce  elles-mêmes.  Elles ne l’avaient pas faite . Ma demande réitérée pendant la visite  n’avait  pas , non plus, été suivie d’effet.

Le cœur de la détection , lors de cette seconde visite ,   donnait ceci  :

???????????????????????????????

En fin de visite, la gentille guide  Vanessa avait signalé  aux visiteurs avoir complètement oublié de leur proposer d’éteindre leur portable.

La chèfe , ironique ,   avait  fait mieux,  et  sollicité mes remerciements  au départ , feignant d’avoir rendu le service demandé.

Le harcèlement en réseau est souvent  ainsi  dans sa forme :  un art qui consiste, pour les participants,  à prendre les clients payeurs  pour des andouilles  ,  en leur faisant perdre leur temps et leur argent avec un apparent naturel  de fonction,  tout en leur prouvant  qu’on les prend bien pour des andouilles.

Le but du harcèlement en réseau, ici comme souvent , relevait de « l’empêchement »

Et pendant ce temps, d’ autres  harceleurs  dans mon appartement ,  avaient fouillé valises et  meubles  pour en emporter tous documents et  carnets de notes du quotidien  à analyser . Cela permet en général , à partir de  2 ou 3 informations glanées , puis   interprétées de  manigancer les prochains coups.

«  ils vont s’acharner «   avait dit un jour une voyante. * (3)  YES, ils s’acharnent.

Dans mon  appartement , entre les deux tours de mine ,   le cœur ( partie stable)  des détections donnait ceci   et qui se révèle le dénominateur commun de ces 4 détections  ( 3 en sous-sol, 1 en surface)  avec ma présence continue  comme point commun :

???????????????????????????????

* (1)

https://lesharceleurs.wordpress.com/2014/12/25/prouver-et-denoncer-le-controle-mental/

http://lezarceleurs.blogspot.fr/2014/12/the-ways-to-defeat-secrecy-surrounding.html

* (2)

http://lezarceleurs.blogspot.fr/2015/04/hce-rafales-en-sous-sol.html

* (3)

http://lezarceleurs.blogspot.fr/2014/03/les-voyants.html

Contrôle mental – excuses et manipulations

11 Mar

Traduction libre d’un texte original en anglais  qui se trouve sur :  http://www.cs.virginia.edu/~alb/ugly/excuses.html

    Rationalisation de  la torture

– Les  rationalisations à posteriori. La plupart des rationalisations le sont , mais  sont présentées   séparément. A l’origine , une personne soumise à de la  torture combinée à une surveillance totale ,  l’est pour une raison X  qui peut tenir à sa relation avec des travaux classifiés, à un  comportement décrété subversif, ou à un éventuel état  de sujet d’expérimentation quelconque, etc – …
L’un des objectifs de la rationalisation  va  consister à construire un système de mensonges plausibles destiné à induire une explication  qui justifierait  la mise en place  de cette surveillance.

– Prétendre qu’il s’agit d’une bataille entre égaux. faire comme si il s’agissait d’une lutte d’égal à égal un peu comme un dans le sport, ou même comme une bataille entre deux armées .  Pour cela,  il faut absolument éviter de laisser voir  qu’en réalité , il s’agit  de militaires et des services spéciaux qui utilisent des armes de technologie avancée pour attaquer des civils dans leur domicile.

–  Diaboliser les victimes. Prétendre  que les victimes sont des personnes  épouvantables,  qui méritent bien ce qui leur arrive et dont tout le monde doit se méfier.  Pour cela , il faut présenter le système de répression mis en place comme une action d’assainissement  . Il suffit de trainer dans la boue une ou deux de ces victimes. A lui tout seul , un individu soumis à ce traitement en plus de la torture , ne pourra pas contrer  une vaste campagne de dénigrement si bien camouflée. Et  cela suffira pour déconsidérer toutes les autres victimes , par amalgame.

Infantiliser les victimes   . Une approche paternaliste justifie en soi la torture. Affirmer que ces personnes ne savent pas ce qui est bien pour elles et sont incapables  de prendre des décisions qui les concernent. Si l’on  brutalise  ou violente ces personnes , ce n’est que par une façon rude d’aimer. Si ces personnes réclament la reconnaissance de leurs droits d’être humains , elles  prouvent  alors à quel point elles sont puériles set naïves.

L’ information est vitale et empêche d’abandonner ce système. . C’est l’excuse de base du système médical nazi. Cette recherche est prétendue  essentielle pour la sécurité nationale , à cause des données médicales et psychologiques  obtenues  qui s’ajoutent aux autres informations volées.   La torture et la mise en esclavage de certains citoyens serviraient à  protéger la liberté  des autres et le respect de  la constitution.

–  «  Elle le  voulait. » C’est l’excuse des  violeurs, celle qui prétend que la victime avait besoin de l’attention des tortionnaires . Ceci est particulièrement utile si le syndrome de Stockholm peut  ainsi être induit chez la victime.

Le   syndrome de médecin médiéval,  consiste à broyer la victime par la torture et les traumatismes divers , avant de diminuer un peu en férocité . Si la victime note une amélioration, il prétendra  l’avoir guéri. Alors qu’il n’a jamais  cessé d aider les bourreaux . ( les lobotomies guérissaient l’hyperactivité du patient)

Faire du prosélytisme . Plus  il y a de participants criminels  plus il sera facile de camoufler  ce système et de le faire perdurer. Il suffit de   rendre accro à la torture , e t de  distribuer  les données et la technologie appropriées. Il faut pour cela  encourager le grand public à participer  au harcèlement et la torture des victimes.

Réclamer le statut quo en montrant ce qui existe et prétendant que ça aurait été bien pire si on n’avait pas participé. Il suffit pour cela d’inventer quelques scénarios ridicules qui auraient pu arriver si on avait respecté la déclaration des droits de l’homme. Il suffit d’appliquer la même argumentation pour  montrer la nécessité de protéger le secret des crimes commis.

Les victimes ne sont là que pour l’argent.
Cette affirmation absurde peut aider à retourner la population contre les victimes, et  même semer la discorde parmi les victimes. Tout le monde est sensible aux arguments économiques et certains sont particulièrement intéressés. Cette affirmation ne tient pas compte  que les  victimes veulent  avant tout la fin de cette torture  qui peut aussi être liée à une reconnaissance de justice , elle-même accompagnée de dédommagements.  ( Mais mentionner une compensation financière pour des années de torture  sert aussi déconsidérer les victimes )

–     Ce n’est pas si terrible  que ça. Le système actuel de l’emprisonnement politique et du harcèlement à l’américaine permet maintenant  ce type de réaction . Il est le reflet de notre société.  En même temps,  le système a aussi évolué pour maximiser le trauma et la terreur que subissent  les victimes. C’est devenu horrible. . Les victimes sont sous  surveillance  H/24, se demandant quelle sera l’heure de leur mort ou celle  où leur cerveau sera désintégré. Elles ne peuvent pas faire confiance à leurs propres pensées violées en continu. Elles sont comme des chimpanzés d’un  laboratoire de conditionnement  avec une électrode dans le cerveau.  Tout cela est mis en place  dans un contexte traumatisant  et  de dévalorisation sociale.

La négation du problème  consiste à dire  :

– Les victimes sont folles , les armes  en question n’existent pas.  C’est un argument de base, répété à chaque étape. Cela met la charge de la preuve sur le compte de la victime à qui incombe l’obligation de pouvoir  tout dire de ces projets de l’ombre et  de ces technologies  développées dans le plus grand secret, tout en ayant aussi l’obligation d’ expliquer comment sont causés les effets de ce qu’elle subit chaque jour.
Pour déconsidérer la victime, il suffit d’utiliser des techniques qui imitent la maladie mentale et d’affirmer  de façon savante ,  que ce prétendu harcèlement  est tout simplement un état de  « schizophrénie paranoïde  »
Si les victimes peuvent prouver l’existence de ces armes, il suffit alors de dire qu’il est  bien connu que l’Etat ne possède pas de telles armes et que si il en possédait , il ne les utiliserait jamais au grand jamais comme  cela est prétendu.

– Réduire les lanceurs d’alerte au silence. Il faut pour cela  les harceler , détruire leurs carrières,  menacer leurs familles et  au final  faire  d’eux  les prochaines victimes.

–  `` Chomskyizer » les lanceurs d’alerte . Si  on ne peut pas intimider une personne trop connue et si on ne peut pas  ruiner complètement sa carrière, il faut alors l’ignorer. Mais il s’agit de le faire « activement » . face à des arguments ou des analyses impossible à contredire, il faut choisir le silence. Faire comme si la victime n’avait jamais émis d’argument ou d’analyse.

Revendiquer  le fait que  «  le système fonctionne. »  Cela consiste à le répéter encore et toujours, en admettant que malgré des ratés tout fonctionne bien. Il suffit de faire véhiculer cette information par tous las canaux appropriés, incluant avocats et lobbies divers   . Cela vaut la peine de le faire , non pas  parce que le système fonctionne, mais simplement  pour maintenir le statu quo.
En matière de renseignement, plus que partout ailleurs, le système est corrompu jusqu’à la moëlle. Les agences de renseignement mentent à tout le monde, , même au Congrès .

 Manipulation et détournent des victimes individuelles

Le  harcèlement direct  inclut   des menaces de mort, des   menaces contre la famille et les amis,  la  surveillance,  des tentatives  pour ridiculiser la victime et la dénigrer par des rumeurs ,  les attaques avec des armes secrètes à l’intérieur dan son domicile , ainsi que  le harcèlement de rue.
Les attaques de type  guerre psychologique, sont basées sur des  commentaires nourris de ce qui a été appris par l’espionnage/ surveillance. Cela constitue un chapitre complet.

   » Ma pauvre « . Mai si on vous torture , c’est qu’il y a une raison «  . C’est ce qui a été expliqué plus haut et qui correspond aussi à cette partie mais qui illustre aussi une réaction  plus générale.

–  Dire que la  victime est une  naïve.  Ce qui sous-entend que  le harcèlement serait  normal, et qu’elle aurait  dû savoir  depuis longtemps que  c’est . «  L’ordre naturel des choses »  ou tout autre crétinerie de cet ordre qui justifierait  cette situation. Tout le monde sait , et  en même temps  fait comme si  cela n’existait pas et que la victime était folle.

–    » Si seulement vous n’aviez pas fait cela »!  Induit l’impression qu’il y a quelque chose à faire  et qui va être fait pour aider la victime, qu’une aide est possible  et  se trouve à portée de main.
En restant en observation, quand il se produit quelque chose que vous voulez protéger il suffit d’accuser la victime d’un  » si seulement vous n’aviez pas fait cela  » qui  fait porter toute la responsabilité de  l’impossibilité d’une aide quelconque   sur la victime.  Cela fonctionne à merveille dans les scénarios avec   bons flics / mauvais flic .  Cela fonctionne aussi dans beaucoup de type de harcèlement. Quand une victime est vraiment désespérée , cela peut fonctionner à l’infini.

–   « Si seulement vous pouviez  faire ça « ... Si seulement la victime  pouvait changer  sa vie de telle ou telle façon , alors il est évident que le harcèlement  s’arrêterait et qu’ une aide pourrait être envisagée.  Cela implique des changements de comportement, seules conditions pour  accéder  à  cette libération.
Et d’un changement à l’autre,  la victime s’apercevra qu’il y a toujours de nouvelles exigences , pour , au final s’entendre dire   »  on ne peut rien faire , mais n’avez-vous pas l’impression qu’on vous a pas mal aidé » .
A travers cette forme de coopération avec des harceleurs, on considérera que vous êtes devenu  harcelé consentant.

–   Les harceleurs ont besoin de sauvegarder les apparences.  Ils veulent donc que les victimes  cessent de porter plainte  contre eux  ou que les lanceurs d’alerte cessent leurs activités , prétendant que tout s’arrangera si les victimes se taisent. Cela ne s’est jamais produit une seule fois en cinquante ans. Il s’agit seulement d’un mensonge pour gagner du temps.. L’ajournement et l’obstruction sont deux techniques pour fuir les responsabilité.
Un NAZI est  et restera un NAZI.

–  Il faut donner du temps .  Cela  fait croire à un processus  judiciaire en cours  et en coulisses et dans lequel vous devez vous inscrire pour attendre votre tour, sans essayer  de vouloir un traitement prioritaire. Le système judiciaire est surchargé  et si vous acceptez de vous faire torturer encore quelques années , votre cas devrait être traité comme il se doit.

Il suffit de lire tout ce qui a été écrit ici, plus haut , pour savoir à quoi s’en tenir.

On peut voir aussi : http://lezarceleurs.blogspot.fr/2014/05/cibles-et-symptomes.html

Le Président

11 Déc

Image

Seulement l’hôtel

 » le Président » pose quelques questions  de nature à intéresser certaines cibles qui ont voyagé ou qui voyagent en notant un harcèlement électronique  étonnant et  parfois violent.

Il s’agit au final d’une criminalité que l’on peut appeler hôtelière par complicité active  et manigances , en vue de torture.
Les 4 hôtels ci-après ont , sans exception, été payés en espèces, à dessein.

Avant d’ arriver au « Président  » il y avait eu un harcèlement humain de surveillance tout à fait notoire.
Pour admettre ou comprendre ce type de harcèlement , il suffit sans doute de relire cette page  de Daniel Gamba   extraite de son livre   « Interlocuteur privilégié » . Il note  la panique compréhensible éprouvé par  tout « harcelé »  qui n’aurait  pas de notion des méthodes d’espionnage et de contre espionnage .

Image

Par ailleurs, Il faut aussi  et toujours se souvenir que « l’harcelé » n’est pas forcément quelqu’un d’important. Il peut n’être que  gênant ou haï.

Dans le harcèlement humain  de ce soir là il y avait eu comme souvent  les discrets vieux  habitués un peu distingués  et les autres, repérables de façon différente.

Mais  avant le « Président »  le premier hôtel venu , « l’Auberge autrichienne »,   avait fait l’affaire.

Image

La chambre était minuscule. Au bout d’une heure et demi , le client  de la chambre au-dessus (44)  s’était mis à pousser les meubles. RACHID et son matériel  d’ondes pulsées  installé,  avait  alors commencé à me cuire à feu moyen  : la tête, les bronches, l’estomac. Les deux seuls déplacements de couchage  possibles avaient entrainé de nouveaux bruits de matériel déplacés au-dessus  Et les brûlures avaient repris, me décidant à quitter.
Dans les rues, il y avait les guetteurs habituels et des voitures en maraude.

Après une série de refus   d’hôtels  » full booked » ,  ça avait été un plaisir d’entendre l’employé du  » Président » m’annoncer à 1h30 du matin :
 » officiellement , je n’ai rien de libre, mais pour vous j’en ai une »     . Ce que j’avais pris pour une plaisanterie.  C’était la 3329

Et au bout d’une quinzaine  de minutes de  piqûres diverses dans la 3329, j’avais eu droit à un zapping : un tir d’onde   lointain, de force moyenne, de type antennes-relais .
A peine vingt minutes plus tard, une  détonation indiquait la mise en fonction d’un appareil et  un tir venant  du dessus , en 4329 . Et la machine programmée du 4329  avait débité ses tirs d’ondes pulsées visant la tête,  à quelques minutes d’intervalle  . Les ondes avaient retrouvé ma tête  partout  .   De tous les côtés du lit et  dans tous les sens  et également  dans la  salle de bain .
Ma tête, comme d’habitude, donnait toute seule ses informations.

Ma dernière chance de répit/repos  essayée avait été  sous le bureau.
Et les tirs  d’onde étaient venus claquer bruyamment sur le bois , confirmant l’origine verticale des tirs, qui avaient été arrêtés

Le lendemain matin, un autre employé interrogé avait confirmé que , la veille,  l’hôtel était  absolument « full booked »  .
Et pourtant , il y avait une chambre de libre et sans doute DEUX.
Ce qui permet ici et de nouveau de penser en terme d’anticipation, d’alerte, de connivence et complicité criminelle hôtelière par stratagème . et confirme ce qui avait été noté ou décrit jusqu’à présent:

https://lesharceleurs.wordpress.com/2013/11/10/criminalite-europeenne/

https://lesharceleurs.wordpress.com/2013/10/31/tentatives-de-repit/
https://lesharceleurs.wordpress.com/2013/08/01/au-portugal/
https://lesharceleurs.wordpress.com/2013/07/20/v2k/

Encore une fois, ce qui est important dans cette histoire, comme dans  beaucoup d’autres histoires de cibles, ce n’est bien sûr pas moi, mais un enjeu. La cible est déshumanisée  et soumise à  des actes et situations de brutalité de violence et de  cruauté  au nom de  cet enjeu.

Un voyage éclair  et surprise suivant à Copenhague tendrait à confirmer ces notions d‘alerte, d’anticipation et de complicité criminelle. Au Hilton, dans une chambre au dernier étage avec de larges baies vitrées , j’avais été la proie facile de tirs d’ondes rapprochés de type antennes-relais , avec des brûlures aux talons, au petit matin.

Un employé de cet établissement, prévenu et sollicité, avait donc choisi la chambre et donné l’information pour permettre la  torture par ondes pulsées.

IMG_3844

En sortant de l’hôtel le lendemain, j’avais découvert mes voisines du 12 ème étage: deux antennes relais qui m’avaient matraquée d’ondes toute la nuit.

Mais pour faire cela, il faut 1) un opérateur   2) une information sur l’endroit à viser ( la chambre)  pour ne pas se tromper de client  3) un paramétrage de l’appareil  qui commande les tirs et susceptible de trouver ma tête à dézinguer

L’expérience de la nuit suivante  au Novotel de Roissy-Charles De Gaulle, tend à confirmer le mix antennes relais/matériel de proximité.

L’employée beure qui m’avait attribuée la 123 était restée la seule , à part moi, à connaître ce numéro de chambre . J’avais évité toute connexion internet.

A peine allongée pour une sieste, les tirs de type antennes-relais et venant du côté baie vitrée avaient fusé. Aucun repos possible.

Plus tard, l’occupant de la chambre 223 avait pris le relais. Sans concession.

Une expérience complémentaire  avec un morceau de métal placé sur différents endroits du corps avait   tinté à chaque impact des ondes. Il indiquait une provenance à la verticale .  A ce moment là , seule la tête était visée.

                                                                      ***********

The Hotel only

This  » President  » hotel issue could be of  interest to certain targets that travel or have been traveling  and noting an amazing and sometimes violent electronic harassment.

Before arriving at the « President » I could notice an obvious   human harassment surveillance all the way.

To admit or understand this type of harassment , it is probably sufficient to read this page by  Daniel Gamba of from his book  » privileged interlocutor  » . He notes the understandable panic felt by all  » harassed targets  » unaware of    espionage methods
Moreover, it should also and always  been kept in mind  that  » the target   » is not necessarily someone important. It may be only someone at the wrong place at the wrong time.

The human harassment  that evening was made by   discreet  and pretty elegant old guys  and others very different

Before I reached  the « President  » I had picked up the first available hotel nearby the train station , namely   » the Austrian inn  »  My  room was  really tiny . After an hour and a half , the client of the room above (44) had begun to move  the furniture. Rachid ,  had then  obviously installed his equipment of pulsed micro wave since he had  had started to cook  me with it : the head, lungs , stomach . There were only two possible ways to move and try to escape the pulsed waves . But the guy over there just followed, moving his equipment as if he could see me in my room,  to go on torturing me.  My only  choice was to leave

In Brussels ‘ streets , during this night , one could notice  the usual watchers  and a few  cars marauding .

The hotels had their notice on :   » full booked   » ,  making it  a pleasure to listen to  the  employee at the  « President » telling me at 1:30 am

« Officially , I have nothing free , but for you I have one . » Even though it sounds to me as a nice  joke .

Room number was  was 3329

And after fifteen minutes of tingling sensations  inside room 3329 , I got  hit by a  zapping : a wave shot from a  distance, medium strength . The cell towers  kind of  .

Barely twenty minutes later , a detonation indicated that  a nearby  device was operational . And a first hit of waves seemed  shot from  the room above me :  4329 .

As if  programmed  the device started to pulse regularly microwaves through my ceiling , aiming my head the head . The waves were able to track  my head around when I moved to hide whatever the place or the direction.
My brain  , as usual , seeming to be the one that was sending a signal to be spotted.

My last chance for a  rest was under the desk. The micro waves pulsed from room 4329, came then  slamming loudly on  the wood desk, confirming their  origin .  The device was then stopped..

The next morning ,  asking a different  employee  from the reception , I got a confirmation that  the night before the hotel  was absolutely « full booked » .
And yet  , there was a room available  for me , and another one for the  micro wave sniper . That makes it TWO vacant rooms .

This again  allows us to  think in terms of anticipation , warning, conniving and criminal complicity inside   hotels. That  confirms also  what was  noted or described earlier

https://lesharceleurs.wordpress.com/2013/10/31/tentatives-de-repit/

https://lesharceleurs.wordpress.com/2013/08/01/au-portugal/
https://lesharceleurs.wordpress.com/2013/07/20/v2k/
https://lesharceleurs.wordpress.com/2013/08/20/les-antenness-relais/

Once more , what is important in this story , as in many other stories of targets, it is very often not the target , but the stakes . The target is dehumanized to hide  or prove something else .

A short , unplanned trip to Copenhagen would tend  to confirm that through  some  alert and  anticipation when a target moves , criminal complicity is the rule among most of  hotel employees.

At the  reception of the HILTON  the employee  claimed  that the only room available was on the 12th floor,  at maximum price .

In  1231, a room on the top floor with large windows , I could be an  easy prey  to wave shots from cell towers.

And, wave shots were regular , aiming the brain at few minutes intervals . Non-stop , all night long  , with , on top, burning sensations of the soles in the morning.

On leaving the hotel the next day , I discovered my neighbors from the 12th floor: two antennas that had bombarded me with pulsed waves  all night long.

To do that , we can guess what is needed  1)  an operator  to start the process 2 ) with  preferably an information on the exact  direction  ( room number) to pulse the wave in order not to harm any other customer  3) even though there is obviously  a  configured  device that could lock the shootings  on my brain only .

In this HILTON AIRPORT HOTEL,  were I did not use my credit card, only the receptionist was supposed to know my room number.

A complementary  experience the next night at the Novotel Paris Charles De Gaulle , tends to confirm the mix use of cell towers  +  nearby device , for sleep deprivation of targets..
The receptionist , a « beure » lady was, officially,  the only one to know my room number 123. Payment cash. No internet connection to spot me. But my ID with my name,  and an information sent  by internet to all hotels , could trigger the warning and induce a reply from the hotel employee.

Just lying down for a nap ,  I was hit by pulsed waves (with burning sensation of the brain) , coming through the windows. That very often gives an information on the origin: cell towers.  No rest  possible .
A moment later, the occupant of the room 223 had taken over  with a portable device that pulsed waves through partitions and walls.
I, then used a piece of metal to cover various parts of the body. There were tinkling noises when the waves  reached  the metal . At that time, my head was still  and as often the only target.