Tag Archives: médecins

Ordre des médecins

18 Oct

ImageA la suite d’une hospitalisation  par le Dr DELCHEV, accessoirement   auto-clamé «  bon franc-maçon »
https://lesharceleurs.wordpress.com/2013/06/05/la-chute/
https://lesharceleurs.wordpress.com/2013/09/26/des-medecins-2/

J’avais demandé à l’Ordre National des Médecins l’annulation de diagnostics médicaux  erronés , basés sur des informations fausses et inventées, et reçu cette réponse  .

Ordre des médecins

Les cibles de harcèlement en réseau apprécieront la réponse de l’Ordre des Médecins  qui  se dit  irresponsable des inventions de ses cotisants. Ni enquête . Ni confrontation.
Cela montre une facette du  harcèlement en réseau qui occupe tous les espaces de  déni des droits et prospère  sur  toutes  les failles connues  d’un Etat de droit , ( pas d’effractions, preuves subtilisées, absence de constat….) , quand elles ne sont pas simplement, comme ici,  fabriquées de toutes pièces . Le harcèlement en réseau  piétine simplement  ,  avec culot et sans subtilité ,   les droits des simples citoyens à abattre.

J’y ajoute , ma réponse.

Le 18 octobre 2013
Vs ref : IKB/NR/10.13.1730
N° 76370

Madame,
J’accuse réception de votre courrier du 10 octobre 2013 et vous en remercie.
C’est parce que je ne  suis pas et n’étais pas la patiente de Mr Yvor DELCHEV que je demande l’annulation d’un diagnostic irréaliste basé sur des propos fantaisistes que je n’ai pas tenus.
 Je dormais en attendant un scanner après une chute,  quand il a décidé de m’importuner en me réveillant  pour  fabriquer un cas.
Cet abus de pouvoir est forcément de votre domaine puisqu’il enfreint les règles de base du code de déontologie de votre ordre, comme je l’ai exposé dans mon premier courrier.
 Faute de quoi c’est  reconnaître qu’un médecin  peut s’auto-saisir d’une citoyenne  pour faire et en faire  n’importe quoi,  ce qui serait même et en plus,  un déni des droits constitutionnels  de la personne.
Je vous serais donc reconnaissante de reconsidérer votre décision sur la base de l’évidence : je n’étais pas la patiente du Dr Yvor DELCHEV à qui je n’ai rien demandé  et surtout pas  répondu ce qu’il a inventé.
Dans l’attente de votre réponse
Avec mes meilleures salutations.

Publicités

VANNES – Le cerveau

7 Oct

Image

Ceci à cause des détails,  est  surtout à l’usage d’autres cibles ou des groupes et associations  , qui recueillent des témoignages d’individus ciblés par des matraquages d’ondes , en Europe et en Amérique du Nord.
Face à une incroyable  souffrance continue du cerveau depuis 12 mois, un neurologue avait prescrit une IRM . Une IRM permet de déceler un corps étranger ou une tumeur au cerveau et aussi de repérer une schizophrénie liée aux « voix  au cerveau ».

Image
Si les médecins de l’incarcération hospitalière  du mois suivant,  l’avaient su , ils se seraient évité l’énoncé d’ une première  ânerie.  https://lesharceleurs.wordpress.com/2013/06/05/cest-une-realite-medico-juridique-qui-met-un

La prescription  du neurologue portait sur la seule IRM. Et pourtant,  alors que j’étais enfermée dans la machine, le médecin du laboratoire  avait décidé, sans mon autorisation,  d’y ajouter une ARM : ce qui suppose une injection de produit vers le  cerveau .
Sur un cerveau déjà extrêmement douloureux , c’était monstrueux : la douleur avait été multipliée par X pendant plus de 48 h.
Mais aussi, quid , du contenu de  cette injection non demandée….

France du respect des droits  de l’être humain et de ses libertés .

XXI ème siècle.

L’IRM/ARM étaient normales. Les originaux de  ces résultats ne me sont plus accessibles . Ils étaient dans ma valise  en vue d’une  transmission au neurologue. La valise a été  volée par  complicités  bretonnes organisées localement à partir de Vannes,  le 15 septembre 2013  :
https://lesharceleurs.wordpress.com/2013/09/19/vol-crapuleux-en-reseau/

Ces résultats  d’examens médicaux et le reste  évalué à 2000 euros  de rachat à neuf,  sont donc  actuellement entre les mains des  crapules en bandes organisées  de ce pays.
***
Depuis plusieurs mois déjà, à l’incroyable souffrance sous forme  d’attaques violentes et infligées au cerveau jour et nuit, s’étaient superposés deux autres phénomènes :
–    Une douleur lancinante mais intermittente ressentie au lobe supérieur gauche du cerveau
–    Une douleur de l’oreille gauche et de la mâchoire gauche qui commençaient souvent au milieu de la nuit. La mâchoire était en général  bloquée au matin.
Dans la nuit du 2 au 3 octobre, et malgré les protections accumulées pour me protéger la tête et  le cerveau ,   une douleur vive et aigüe s’était ajoutée au reste,  à l’intérieur du lobe supérieur gauche du cerveau.

Dans la soirée du 3 au 4 octobre , c’est un rayon brûlant qui avait été ressenti  côté gauche de la tête , presque à la jonction des mâchoires, et malgré toutes les  protections superposées habituelles. Puis une douleur intense s’était manifestée,  irradiant  à  l’intérieur de l’oreille et au-delà .  Cette douleur  profonde  avait disparu au bout de quelques minutes.

A Vannes les 3 et 4 octobre, comme à Paris, c’étaient des tirs d’ondes de type acoustique qui empêchaient tout repos au moment du passage du cerveau en ondes   theta.
La boite crânienne recouverte  d’épaisses protections ne semblait   donc  jamais à l’abri ni d’un passage d’information  vers l’extérieur (  le système  du repérage de la position du corps et donc de la tête   par les  piqûres semblant , alors, une  information complémentaire  )  , ni de ces tirs ciblés pour priver de sommeil.

Dans la fin d’après-midi du 4-10, l’espacement des tirs d’ondes acoustiques au cerveau qui tentait une sieste,  n’avait  même pas  été d’une minute. Un appareil ou quelqu’un en proximité m’avait littéralement mitraillée d’ondes de type acoustique.
Une abondante littérature sur  les ondes du cerveau, nous apprend que  le meilleur moyen de stimuler le cerveau  passe par les oreilles .

Comme les oreilles ne peuvent pas entendre des sons assez bas pour cette stimulation du cerveau,  des techniques spéciales seraient utilisées . Elles portent le joli nom de battements bineuraux. Cela  consiste  à envoyer aux deux oreilles des fréquences différentes.  Le différentiel  entre les deux fréquences  étant  la fréquence   qui doit s’installer dans le cerveau  et l’entrainer dans l’état de la gamme d’ondes souhaitée.
Si l’on envoie 400Hz à une oreille et 418 Hz à l’autre , c’est la gamme d’ondes de 18 Hz qui sera installée . Il suffit que les fréquences soient inférieures à 1000 Hz pour que les ondes acoustiques projetées  puissent contourner la boite crânienne.
Il se peut aussi qu’une méthode plus barbare et plus simple, consiste simplement à pulser directement  avec un générateur ad hoc , des ondes beta  voire pire,  vers le cerveau à torturer.

Cela se ferait naturellement  avec du matériel déposé  en proximité,  avec un seul  intermédiaire  .
Voisin, sadique , volontaire ( et peut-être payé)  sembleraient alors les 3 conditions de base.
Ces informations basiques cumulées  font de nouveau penser  à des interactions entre criminels manipulés et criminels manipulants.

L’ absence de toute réaction des pouvoirs publics face à des  plaintes  pour torture ,  jointe à  la collaboration  de  médecins
https://lesharceleurs.wordpress.com/2013/09/26/des-medecins-2
reniant  totalement  leur obligation de  respect des droits  de l’humain et leur engagement déontologique,   et avec comme complices et en complément     l’ utilisation   du vice et du sadisme naturels de voisins protégés et qui couvrent les crimes des manipulateurs  , corroborent ce raisonnement.
A Vannes, tout comme à Paris, les voisins sont et  ont été utilisés les uns après les autres.
Depuis l’arrivée de ma nouvelle voisine
https://lesharceleurs.wordpress.com/2013/09/09/vannes-cuisson-aux-micro-ondes/

https://lesharceleurs.wordpress.com/2013/09/05/des-ondes-pour-eliminer

, toute connexion internet est  devenue quasiment impossible dans l’appartement, mes appareils de détection d’ondes électromagnétiques sont bloqués dans les deux pièces principales, et  presque tous mes appareils électriques déconnectés  n’arrivent même pas à empêcher  les yeux brûlants, des étourdissement incessants  et des maux de tête à couper au couteau.

ImageDans : le livre bleu N°2
Contrôle du comportement par ondes électromagnétiques

Mécanismes modernes de torture et de contrôle

Abolir les droits de l’homme et de la sphère privée

Ces méthodes sont également appliquées à des personnes qu’un dominant/combinard  veut tout simplement éliminer,  pour la satisfaction de  son bon plaisir.

ADDENDUM

Dans la nuit du 7 au 8 octobre, et à partir de 3h du matin, le matraquage d’ondes impactait tout le corps et était , pour la boite crânienne , de type brûlant /traversant. Cela signait un matraquage de micro-ondes . L’appareil mis en action  était éventuellement  différent  de celui qui avait été utilisé et raconté dans : Vannes , cuisson aux micro-ondes ou bien  sa puissance avait été modifiée. Il cuisait moins brutalement…. mais sûrement tout aussi efficacement.

Ce phénomène correspond à ce que les sites spécialisés d’aide aux cibles  appellent  » la mort lente »

Par ailleurs, dans cette histoire, il faut aussi noter l’utilisation  du 3 , qui est quasi obsessionnelle  de la part des harceleurs ou des organisateurs. Ce peut être une indication ou simplement un leurre.

Des médecins

26 Sep

Image

Photographie :  Jeanot Olivet/coll. Vetta/Gettyimages

La vidéo ci-dessous , en anglais, conseille aux individus ciblés  d’éviter toute mention ou allusion au harcèlement en réseau  (HCR) et au harcèlement  criminel électronique (HCE) lors de contacts ou d’échanges avec des médecins inconnus.

http://peacepink.ning.com/video/aaron-alexis-haarp-mind-control-gangstalking-paranoid?xg_source=activity

L’expérience prouve que c’est souvent  un sage conseil à titre personnel. Croire que le personnel médical fonctionnaire admettra que des crimes de torture sont commis délibérément contre des citoyens lambdas relève de l’erreur d’appréciation .Simplement parce que  la victime, une personne ciblée par un réseau de harcèlement , leur est livrée pour devenir leur victime, et sera en tant que telle traitée comme une non-personne.

Parmi les médecins, il en est , qui savent mais surtout qui alertent sur ces crimes ( HCR et HCE) aux conséquences sanitaires graves et coûteuses pour les contribuables.

Ceux que l’on avait mis sur mon chemin récemment n’étaient pas de ce groupe.

Pour mémoire, après une chute dans la rue, j’attendais  depuis trois heures et demi sur un brancard d’hôpital  pour un scanner de  la tête, quand avait déboulé un médecin .  Sans évidente obligation  de politesse, il avait textoté non stop sur son portable tout en improvisant une consultation de questionnement inquisiteur d’une quinzaine de minutes.   J’avais répondu  :  harcèlement en réseau et fatigue par  privation de sommeil  par ondes pulsées à distance depuis 12 mois ( harcèlement électronique) . Aucune plainte ni demande d’aide. Des réponses  que j’assumais comme expression de ma liberté d’expression ou d’opinion.

Mais, curieusement , alors que j’étais là seulement pour un scanner du crâne  qui avait heurté un pavé, le certificat de ce médecin m’avait envoyée tout droit , et par la force,  vers   une incarcération hospitalière de 27 jours, dans un deuxième hôpital.

Là, les suivants avaient dû comme la loi l’impose , rédiger   de nouveaux certificats médicaux, pour s’arroger le droit  de me boucler et de me droguer au Risperdal.

L’articulation de cette manipulation  se trouve    dans :
https://lesharceleurs.wordpress.com/2013/06/05/la-chute/
https://lesharceleurs.wordpress.com/2013/06/05/cest-une-realite-medico-juridique-qui-met-un/
https://lesharceleurs.wordpress.com/2013/06/30/quelques-hallucinations/
https://lesharceleurs.wordpress.com/2013/07/05/le-retro-diagnostic/

Pour comprendre  comment ce type de situation avait pu devenir possible , il y avait donc  les certificats médicaux  et la loi du 4 mars 2002 qui permet d’en obtenir des copies …. Enfin … en général.
Celui des urgences m’avait été transmis sans barguigner. On y lisait ceci :
Image
Soit : « … au moins dix ans, quand « tout a commencé ». Il s’agit d’un complot qui implique les francs maçons (incontournables) et les extraterrestres qui influencent sa pensée par des ondes « électromagnétiques « . C’est extrêmement pénible… Au point qu’elle ne dors (sic) plus depuis quelques nuits…. » ( pour  mémoire, il s’agissait déjà d’environ 365 nuits de souffrance  du cerveau et privation intentionnelle de sommeil)
Des propos  de cinglé grave,   mais que je n’avais pas tenus et qui aboutissaient à un diagnostic facile  final  de schizophrénie , ainsi décidé par Mr DELCHEV au bout de 15 minutes de textotage. L’invention servait la démonstration.

Malgré tout, ce certificat médical  pouvait interroger  sur son auteur ,  autour de   3 questions majeures :
– Mr DELCHEV est-il mal bilobé ? auquel cas , il devrait cesser de croire pouvoir faire 3 choses en même temps : textoter, questionner,    entendre
– Mr DELCHEV a-t-il un problème auditif ? auquel cas , il devrait consulter un spécialiste
– Mr DELCHEV  entend-il des voix ? auquel cas , il devrait également consulter un confrère.

Obtenir les copies des  certificats médicaux de l’hôpital suivant qui avait décidé de mettre « sous contrainte » une citoyenne ( moi) lucide, autonome et qui n’avait pas troublé l’ordre public, avait été une vraie galère.

Image
La première réponse comprenait  un compte-rendu .

Ce compte-rendu  était un  mix malin de descriptions  de situations et faits déformés, d’informations que je n’avais pas données et de  citations de propos que je n’avais pas tenus dans ce contexte. Le tout fondu avec  des diagnostics censés en découler  et dans une artistique confusion.
Ce compte rendu  omettait , et ainsi  dissimulait de nouveau,   deux éléments importants fabriqués par le service lui-même :
1) un certificat spontané de libération fait à la date  où j’avais pris un avocat et obtenu une rendez-vous avec le JLD , à ma demande
2) un avis de recherche par la police judiciaire  ( Capitaine Lambert) et transmis  chez un ami  par MMrs Bekir et Monteil de Maricourt, à qui j’avais précisé que je rentrais chez moi.
Pervers , non ?

La deuxième réponse , toujours sans les copies de certificats médicaux, était faite de courts résumés par Madame KREPS , chèfe de service, et  classés sous des dates charnières.
Ces résumés faisaient apparaître un  trouble  nommé l’hostilité .
Une hostilité qui, pour ce corps médical là,  avait motivé la poursuite de la « contrainte »,  avec ingestion forcée de neuro-toxique, pour un séjour à   23.000 euros pour les  contribuables.
Mais , hostilité à quoi ? Le texte de Mme KREPS ne le précisant pas m’amène aux questions/réponses suivantes :

Hostilité aux relents de vomi dans lesquels j’avais mariné  plusieurs jours suite grâce  au refus du soignant de laver les seuls vêtements souillés dont je disposais ?  Je n’avais pas protesté
Hostilité au dérangement intestinal de plusieurs nuits et jours dus aux neuro-toxiques ingurgités de force  et qui avaient accru ma fatigue ? Je n’avais pas commenté
Hostilité au vol crapuleux de mon passeport d’abord confisqué avec mes affaires personnelles par le personnel soignant ?  J’avais remercié celui qui avait résolu ce problème
Hostilité à un bilan clinique ? Je l’avais accepté
Hostilité à une ridicule  ( ou voulue humiliante ?) VAD ? Je l’avais acceptée
Hostilité à des sorties refusées  pour lourdeur administrative ?    Je n’avais ni commenté, ni  protesté

Après 2 courriers , 3 déplacements vains et un peu de ramdam, les certificats médicaux avaient été mis à disposition.
Image

Pigeonnier d’un bâtiment de l’hôpital

Cela permettait d’apprendre qu’ après 10 minutes d’entretien, et avec un léger toilettage sémantique , Mr FISCHMAN avait entériné en 4 lignes,  l’avis et le diagnostic de Mr DELCHEV ,  médecin auto-déclaré « bon franc-maçon »
Même diagnostic par Mr GAY , prescripteur,  un plus tard,  d’une contrainte judiciaire supplémentaire.
Aussi simple que cela.

On a ici,  à l’usage des cibles de harcèlement en réseau , mais pas seulement , un nouvel exemple de situation manipulée en réseau , et une démonstration réussie de ce que certains appellent la violence froide : celle du stylo qui permet de droguer officiellement , et d’exploser des personnalités, des carrières ou des vies , sous couvert d’une pratique d’ apparente infaillibilité digne des papes d’avant François et garantie par un système.

Les représailles

23 Juin

Il faut entendre ici cette expression comme une mesure   de coercition, en réponse  à une action d’information dérangeante  . Ces représailles sont  mises en œuvre par un groupe , dans une chaîne de complicités imposées ou tacites  .

Cela peut être le cas  en utilisant la couverture d’un nom de métier   respectable ou  souvent respecté – médecins- .

Cela peut être le cas également   par l’utilisation  d’une qualité qui donne accès à des moyens    alors détournés de leur  fonction  admise   . C’est le cas quand il s’agit d’  ondes pulsées au cerveau  pour privation de sommeil,  par détournement  d’utilisation  de technologies étatiques.

Ces représailles, dans leur apparence officielle ou  leur mise en œuvre  non démontrable – ondes-,  sont     destinées  à décrédibiliser une personne  , à détruire sa santé,   à la  faire taire ou à la  punir, selon   le niveau pseudo moral  des raisons ou excuses que s’auto-attribuent les acteurs  de  ces représailles.

Dans leur  forme de comédie élaborée , ces représailles   relèvent  souvent de  «   chantiers  ». Elles   sont  eu final   une   démonstration de force en bande organisée ,  au nom d’un pouvoir de domination  à démontrer,  garder et entretenir.

L’incarcération hospitalière , avec dépossession  immédiate de toutes mes affaires personnelles,  et qui avait même  permis le vol crapuleux  de mon passeport  laissé aux mains de soignants  ,   peut  être  envisagé comme des représailles .

Image

Statue polychrome du XVI ème siècle

 Ce récent  épisode  de vie de cible avait  été raconté dans les articles «   la chute «   et «   la contrainte  ».
Mais , cet acte violent  d’enfermement  tout  soudain  concocté à   23h30 par un jeune médecin délégué,   avait  aussi été   entériné par une chaîne de professionnels . Et  leur maquillage  de  la réalité des  faits crapuleux de mon existence   au moyen d’étiquettes   psychiatriques fluctuantes,   mérite  sûrement  d’être replacé dans le contexte  plus vague   de la journée de départ.  .

Cette journée  avait en effet été consacrée à  de l’affichage de rue, pacifique mais systématique . Au hasard  des  panneaux disponibles sur mon parcours de déambulation , j’avais collé sans relâche des  notices qui expliquaient le harcèlement électronique  par ondes pulsées. Un sujet largement méconnu en France.

  Image

Après avoir oublié de lever les pieds et lamentablement chuté sur une dénivellation du trottoir, en fin de journée ,  j’avais été récupérée par  des pompiers . Face à mon mutisme de dégobillante, ils avaient fouillé mes affaires      où se trouvait aussi  un reliquat d’affichettes sur le harcèlement électronique  : un sujet non seulement méconnu , mais  pour le moment soigneusement  officiellement  camouflé  parce qu’ utilisé en France et dans le monde,   par des groupes dominants connus/cachés  et en toute impunité.

Une  information à la source  et  qui  n’est pas à exclure dans l’évolution  abracadabrantesque  du scénario facile,  imaginé  et fabriqué ensuite ,  pour aboutir à une incarcération hospitalière.

L’autre  exemple de représailles concerne les ondes pulsées au cerveau , un moyen caché , facile à mettre en œuvre à un certain niveau  et dont le seul but est de détruire la cible  . Sans preuve .

Un moyen pire que les violations de domicile sans effraction , avec dégradations qui peuvent  au moins être photographiées .

Le résultat  de ces pulsions d’ondes au cerveau est  la privation systématique de sommeil . Ce type de privation de sommeil programmé sur fond de douleurs intenses  infligées à l’organe cerveau, cisaillé par des fulgurances  toutes les 3, 5 ou 10 minutes,  ne s’arrête souvent  qu’au petit matin .

A ce moment-là , les tirs d’ondes  sont parfois remplacés   par des brûlures sous la plante des pieds. Ce traitement infligé avec la volonté de faire souffrir au maximum ,   a  naturellement  des conséquences dramatiques  sur la santé , sans parler de la qualité de vie qui relève alors du superflu.

Image

La cible torturée  est zombifiée.

Dans la nuit qui avait suivi la mise en ligne  des  articles  quasiment confidentiels   «   les dominants  »  et                 «   harcèlement dit psychotronique  » les tirs d’ondes avaient été, exceptionnellement,  de type acoustique  : des sons stridents qui résonnaient dans le cerveau et qu’aucune des multiples épaisseurs ajoutées sur la tête, à l’intérieur de la tente de faraday reliée à la terre,  n’avaient pu arrêter.

Ces tirs avaient été  quasi chirurgicaux, comme on le dit de certaines frappes militaires, en ce sens qu’ils avaient augmenté  immédiatement et directement en violence au rythme des épaisseurs ajoutées, et sans apparent tir d’essai , comme souvent  . L’intervalle entre les tirs était de quelques minutes seulement.

Une tentative de sieste en journée et vouée à l’échec pour les mêmes raisons que pendant la nuit, m’avait incitée à un essai de repos , une dizaine de kilomètres plus loin dans une campagne de bord de mer , voiture planquée à l’ombre du feuillage dense d’arbres centenaires .

Et il y avait eu plusieurs «  zappings  » au cerveau , semblables à ceux de la nuit . Plus espacés .
Ces tirs d’ondes ne relevaient pas , ici,   de matériel de proximité .

Ma parole, contre des faits de torture par des  professionnels.

La folie pratique

10 Juin

  «    Quand on veut se débarrasser de son chien, on l’accuse d’avoir la rage «  

En ce XXI ème siècle, pour se débarrasser d’une être humaine,  la folie fabriquée  reste d’actualité.
Folie préparée par des déclarations , affirmations ou rumeurs .
Folie provoquée par du harcèlement incessant  et des actes criminels insupportables destinés à faire perdre la boule.
Folie confirmée par des membres du corps médical à la  déontologie flageolante et qui foncent ventre à terre pour le coup de main à copains.

Lors de ma toute première plainte pour violations de domicile-vols-dégradations-incessantes , la policière  du XIVème, Karine Rougier avait été claire . Voire brutale.
«   le procureur m’a chargée de prouver que vous êtes folle   »
Pas de questionnement , de constat ou d’enquête. Un procureur demandait seulement à une policière d’accuser la plaignante de folie.
Le choc   !

Après 2002, il y avait eu Brigitte Sublard , élue locale  et avocate de mon frère,  téléphonant à             «   mon   » notaire pour l’avertir que j’étais complètement folle. Je ne la connaissais pas.

Dans un élan amical qui n’avait pas duré, le notaire m’avait prévenue   :  «    ils vont vous faire devenir folle   »                             
Qui «   ils   »   ?
Pour le plaisir de qui   ?

En 2004 , on trouvait la concierge M. Lelong,  courant dans  les escaliers de mon immeuble pour prévenir que j’étais parano. Pratique. Cela  couvrait ses propres méfaits.
Elle était employée de l’immeuble depuis peu d’ ans. J’étais propriétaire depuis 18 ans et sans problème . La greffe «   parano   » n’avait pas pris.
Alors son commanditaire avait décidé schizo . Et M. Lelong avait recommencé son porte à porte et ses nouvelles  explications  pour schizo avec son joli accent   : » elle a l’air nourmal , mais c’est jouste oun air »

En cette même année, ma plainte avec CPC et sa consignation de 2000 euros avaient été enregistrées à Angers. Mais au lieu d’émettre sa commission rogatoire et de faire  procéder à  une enquête ou   à mon audition, Catherine Poncet, juge,  avait fixé, en a priori,  un rendez-vous avec un psychiatre.
Plus tard ,  elle prétendra avoir eu fixé ce rendez-vous à la suite de mes interventions au cours de l’enquête. Pratique, mais inexact.

Puis en 2007, une autre plainte avec CPC, sera traitée avec la même absence d’enquête   : sur dossier,  commenté  avec des contorsions et un langage de pseudo expert en  psychologie comportementaliste , par la policière  Valérie Deschamps.
L’analyse pseudo médicale de la policière  Valérie Deschamps sera reprise en appel et en cassation. Pour rejeter le dossier.

En 2009, à Paris XV,  JJ Walti, sétait déchainé pour Noël avec des injures sexistes . Et au milieu de «    connasse, imbaisable , sous-merde   » on trouvait «    je vais te faire interner   » débité avec l’assurance et l’arrogance de son poids … et des  habitudes de ses commanditaires qu’ils disait être frères et fonctionnaires d’Etat.

Croyant à un incident fâcheux, j’avais voulu en discuter calmement avec sa mère, voisine du dessous. Au lieu d’une discussion , j’avais obtenu un hurlement, sur le  palier  et à l’usage des résidents  «    vous êtes folle, vous êtes complètement folle «  

Elle avait récidivé à la prochaine occasion. Toujours en criant dans le couloir à l’usage des voisins . Elle ne  protégeait pas  seulement le comportement aberrant et accepté  de son fils.  Elle participait. Tout comme elle avait participé avec la concierge au découpage de mes vêtements et de mon linge.

Et puis , il y avait eu cette étrange petite femme inconnue , hyper maquillée et venue faire un cinéma approchant. Elle avait hurlé à ma folie dans l’escalier  avec des menaces d’enfermement . La cause en était  la sonnerie de mon réveil  qui aurait eu gêné une voisine,  sa prétendue progéniture.

Il faut aussi noter une information récurrente de la barre d’état de ma connexion internet qui m’apprend que je serais un « client psy » . Sujet d’expérimentation  ? ou sujet à faire tourner dingo ?

Cette fabrication impérative de la folie, avait culminé récemment, à la suite d’une chute sur un trottoir,  par un chantier concocté par des pros  . Cela avait abouti, à partir d’un prétendu délire imaginé par un jeune médecin , à une  forme d’ incarcération sous régime hospitalier et nécessitant l’intervention du JLD pour libération. 
Sans morale ni limite,  de nouveaux  spécialistes s’étaient  adonnés à leur jeu favori de harceleurs en réseau, et fabricants de violence institutionnelle , aux frais des contribuables, pour élaborer un dossier qu’ils voulaient ou auraient voulu …. de folie.
27 jours  d’ingestion d’un produit redoutable et  916 euros /jour pour la sécu.

Pour couvrir quoi  ?
Pour faire plaisir à qui  ?