Tag Archives: NSA

Implants et contrôle mental

18 Avr

Pour faire suite à l’article   https://lesharceleurs.wordpress.com/2015/04/13/individus-cibles-implants-un-cas-au-tribunal-usa/  voici ci après en traduction faite sans autorisation, un texte de Madame le Docteur Rauni KILDE dont le titre original est Microchip Implants, Mind Control, and Cybernetics by Rauni-Leena Luukanen-Kilde, MD, Former Chief Medical Officer of Finland, SPEKULA, 1999                                             

Ce texte avait été présenté sur le forum Peace Pink

Madame Rauni KILDE était médecin et  nous a définitivement quittés en février 2015, après plusieurs jours d’intense matraquage  par des ondes , de type harcèlement électronique .

Madame Rauni KILDE, *  était aussi conseillère scientifique de l’association EUCACH 

Des connexions internet  sporadiques ne m’ont pas permis de savoir s’il existait une traduction officielle de ce texte. Si c’est la cas , je supprimerai l’ article  traduit ci-dessous , à la demande  ou selon information. 

La présentation  en paragraphes est , ici,   légèrement différente de l’original. Les termes surlignés  n’existent pas, non plus dans le texte original.  

TEXTE

En 1948, Norbert Weiner a publié un livre, Cybernétique, présentant   une théorie de la communication et du contrôle neurologique  qui aurait déjà été en usage,  à l’époque,  dans des cercles restreints.

En 1980 Yoneji Masuda, « Père de la société de l’information», a fait partager sa crainte  que notre liberté soit menacée par une technologie cybernétique de type orwellien et totalement inconnue du grand public. Cette technologie relierait le cerveau d’individus dotés de micro-puces  cérébrales  à des super-ordinateurs, par le biais de satellites.

En 1974, les premiers implants cérébraux ont été  insérés, par opération chirurgicale,  dans l’état de l’Ohio, aux  Etats-Unis et également à Stockholm, en Suède.

En 1946  des électrodes cérébrales ont été insérées dans les crânes de bébés  à l’insu de leurs parents.

Dans les années 1950 et 60, des implants électriques ont été insérés dans le cerveau des animaux et les humains, en particulier aux États-Unis,  dans le cadre de recherches sur le fonctionnement du cerveau et du corps liés à  des modifications du comportement . Des techniques de contrôle mental  avaient été utilisées pour tenter de modifier le comportement et les états  d’esprit  d’êtres humains.

L’emprise  sur les fonctions cérébrales  était alors devenu un objectif primordial  des services de l’armée  et du renseignement.

Il y a trente ans  les implants cérébraux décelés par des  rayons X  mesuraient un centimètre.  Les implants suivants seront réduits à la taille d’un grain de riz, et faits de silicium, et  plus tard encore d’ arséniure de gallium. Actuellement , ils sont suffisamment petits pour être insérés dans le cou ou le dos, et également par voie intraveineuse dans les différentes parties du corps lors d’ opérations chirurgicales, avec ou sans le consentement du sujet. Il est maintenant presque impossible de les  détecter ou de les supprimer.

Il est techniquement possible de doter  chaque nouveau-né  d’une micro-puce  électronique par  injection, et qui pourrait alors permettre d’ identifier la personne tout au long de sa vie. De tels  plans sont en cours de discussion dans le plus grand secret   aux États-Unis . Il n’y a aucun débat public sur les problèmes liés à l’absence de vie privée  que cela implique

En 1973, en  Suède, le Premier ministre Olof Palme  a donné la permission de pratiquer des implants sur des  prisonniers . L ‘ex-directeur  général de l’inspection des données Jan Freese , a également  révélé que des patients  en  maisons de santé ( retraite ?)  ont été implantés dans le milieu des années 1980. Cette  technologie  a été mentionnée en  1972 dans le rapport 47 de l’Etat suédois, Statens officiella Utradninger (SOU).

Des êtres humains ainsi  implantés peuvent être suivis n’ importe où. Leurs fonctions cérébrales peuvent être contrôlées à distance par des super-ordinateurs et même modifiées par des changements de fréquences. Les cobayes de ces expérimentations  secrètes incluent  des prisonniers, des soldats, des malades mentaux, des enfants handicapés, des personnes sourdes et aveugles, des homosexuels, des femmes seules, des personnes âgées, des enfants  en âge scolaire, et tout groupe de personnes considéré comme «marginal» par cette élite  d’ expérimentateurs . Les expérimentations faites sur des  prisonniers dans la prison d’État de l’Utah, et publiées , par exemple, sont tout à fait  choquantes .

Les puces d’aujourd’hui fonctionnent au moyen d’ondes radio basse fréquence . Grâce aux satellites, une personne implantée peut être suivie n’ importe où sur le globe. Selon le Dr Carl Sanders, qui a  conçu le système biotique de intelligence-manned interface injecté dans les personnes, cette technique a été  testée, parmi d’autres,  pendant  la guerre contre  l’Irak. (Au cours de la guerre du Vietnam, les soldats avaient reçu par injection   la puce Rambo, conçue pour augmenter le flux d’adrénaline dans la circulation sanguine.) Les 20-milliards de bits / seconde  des super- ordinateurs  de la National Security Agency (NSA) pouvaient désormais « voir et entendre » ce que les soldats subissaient  sur le champ de bataille par ce  système de surveillance à distance (RMS).

Verichip

Lorsque  une puce de 5 micro-millimètres (le diamètre d’un cheveu est de 50 micro-millimètres) est placée dans le nerf optique de l’oeil, elle capte les  neuro-impulsions du cerveau  chargées des expériences, des odeurs, des perceptions , et de  la voix de la personne implantée. Ces neuro-impulsions une fois transférées et stockées dans un ordinateur,  peuvent être projetées en  retour vers le  cerveau de la personne par l’intermédiaire de la puce  pour être re-vécues. A l’aide d’un RMS , un opérateur informatique terrestre peut envoyer des messages électromagnétiques (codés comme signaux) vers  le système nerveux, modifiant ainsi  les performances de la cible. Par ce  RMS, des personnes en bonne santé peuvent être amenées à avoir des hallucinations et à entendre des voix dans leur tête.

Chaque pensée, réaction, l’ouïe et l’observation visuelle provoque un certain potentiel  neurologique, des pointes, et des modèles dans le cerveau et ses champs électromagnétiques,  et qui peut maintenant être décodé en pensées,  images et voix. La stimulation électromagnétique peut donc modifier les ondes cérébrales d’une personne et affecter l’activité musculaire, provoquant des crampes musculaires douloureuses vécues comme de la torture.

Le système de surveillance électronique de la NSA peut  suivre et gérer simultanément  des millions de personnes. Chacun de nous a une fréquence de résonance bio-électrique unique du cerveau, à la manière de nos empreintes digitales tout aussi uniques . Avec une  stimulation  cérébrale de fréquence électromagnétique (EMF) entièrement codée, des signaux électromagnétiques pulsés peuvent être envoyés au cerveau, provoquant la voix souhaitée et les effets visuels que la cible recevra. Il s’agit là d’une  forme de guerre électronique. Les astronautes américains avaient  été implantés avant d’être envoyés   dans l’espace de sorte que leurs pensées puissent être suivies et que toutes leurs émotions puissent  être enregistrés H/ 24 .

Le Washington Post a rapporté   en mai 1995 que le prince William de Grande-Bretagne a été implanté à l’âge de 12 ans . Ainsi,  s‘il était enlevé   une onde radio avec une fréquence spécifique pourrait  cibler  sa puce électronique. Le signal de la puce serait acheminé via un satellite à l’écran d’ordinateur du siège de la police, où les mouvements du prince pourraient être suivis. Il pourrait effectivement être localisé  n’ importe où sur le globe.

Aucun média n’a mentionné  que la vie privée d’une personne implantée disparaît pour le reste de sa vie. Cette personne  peut être manipulée  de multiples façons.  A l’aide  de fréquences différentes, le contrôleur secret de cet équipement peut même changer la vie émotionnelle d’une personne. Cette personne  peut être transformée pour devenir agressive ou léthargique. Sa sexualité peut être influencée artificiellement.  son inconscient et les signaux de son mental peuvent être lus,  ses rêves  peuvent être manipulés ou  même induits . Tout cela  se fait sans que la personne implantée ne le sache ou  n’y consente.

De la sorte, un parfait  cyber- soldat peut donc être créé. Cette technologie secrète a été utilisée par les forces militaires dans certains pays de l’OTAN depuis les années 1980 sans  que la société  civile  et  des chercheurs  n’en ait été informés . Ainsi, il existe peu   d’information dans les revues professionnelles et académiques  sur ce système de contrôle mental intrusif.

Le groupe  de renseignement  sur les signaux de la NSA peut surveiller à distance  le contenu de cerveaux humains en décodant les potentiels évoqués (de 3.50HZ, 5 milliwatts) émises par ceux-ci. Les cobayes prisonniers  de Göteborg, en Suède et  de  Vienne, en Autriche ont ont montré  des lésions cérébrales évidentes avec  une diminution de la circulation sanguine et un manque d’oxygène dans  le lobe temporal frontal droit du cerveau    se trouvent  en général les implants .  Un personne , cobaye finlandaise,   a eu  une atrophie cérébrale  avec pertes de connaissance à répétition  dues au défaut d’oxygénation du cerveau. **

Les techniques de contrôle mental peuvent être utilisées à des fins politiques. Le but des  contrôleurs aujourd’hui est d’inciter les personnes ou les groupes ciblés à agir contre leurs propres convictions ou intérêts. Des individus  zombifiés   peuvent même être programmés pour assassiner et tout oublier . Des exemples alarmants de ce phénomène existante aux USA .

Cette «guerre silencieuse» est menée contre des civils et des soldats ignorants du fait ,  par les agences militaires et de renseignement. Depuis 1980, la stimulation électronique du cerveau (ESB) a été secrètement utilisée pour contrôler les personnes  ciblées sans qu’elles  le sachent  ou qu’elles  l’acceptent  Tous les accords internationaux relatifs aux  droits de l’homme interdisent la manipulation non consensuelle des êtres humains – même dans les prisons- pour ne pas parler des populations civiles.

A l’initiative du sénateur américain John Glenn, des discussions ont été entamées en Janvier 1997, sur les dangers du rayonnement  des populations civiles.  Le ciblage des fonctions du cerveau par des  champs électromagnétiques et des rayonnements  (à partir d’hélicoptères ,  d’ avions, de satellites, de camionnettes stationnées ,  de maisons voisines, d’antennes relais, d’ appareils électriques,  de téléphones portables, de  télévision,  de radio, etc.) fait  partie des problème de rayonnement qui devraient être discutés  par les élus  de tout  gouvernement démocratique.

En plus du contrôle mental (MC)  électronique, des méthodes chimiques ont également été développées. Des  médicaments psychotropes et différents gaz odorants qui affectent négativement le fonctionnement du cerveau peuvent être injectés dans les conduits d’air ou des canalisations  d’eau. Des bactéries et les virus ont également été testés de cette manière dans plusieurs pays.

La super-technologie d’aujourd’hui, reliant nos fonctions cérébrales via des  puces (ou même sans elles, selon la dernière technologie) à des ordinateurs via des satellites aux Etats-Unis ou  en Israël, constitue la menace la plus grave pour l’humanité. Les derniers super-ordinateurs  sont assez puissants pour surveiller la population du monde entier. Que se passera-t-il quand des personnes accepteront d’être pucés sur la base d’informations erronées ? Le premier leurre sera celui de la puce d’identification.  Une  loi a même été secrètement proposée aux États-Unis pour  criminaliser l’extraction d’un implant d’identification.

Sommes-nous prêts pour la robotisation de l’humanité et l’élimination totale de la vie privée, y compris  celle de la liberté de pensée ? Combien d’entre nous  sont prêts  à confier leur vie entière et leurs pensées les plus secrètes à Big Brother ? Pourtant, la technologie pour créer un nouvel ordre mondial totalitaire est bien là.  Les systèmes de communication neurologique secrète sont en place pour contrecarrer foute  pensée indépendante, pour contrôler l’activité sociale et politique au nom d’ intérêts privés et militaires égoïstes.

Avec  nos fonctions cérébrales  déjà connectées aux super-ordinateurs  au moyen d’implants  radio et de puces, il sera trop tard pour protester. Cette menace ne  peut être contrée  que par l’éducation du public, en utilisant la documentation  disponible sur la bio-télémétrie et les informations échangées lors de congrès internationaux.

Une des raisons  pour laquelle cette technologie est restée un secret d’État tient au  prestige généralisé du Diagnostic Statistical Manual IV  des psychiatres,   élaborée  par l’Association des psychiatrie américaine  (APA) et imprimée en 18 langues. Les psychiatres qui travaillent  pour des agences de renseignement américaines  ont sans aucun doute participé à la rédaction et à  la révision de ce manuel. Cette  « bible » pour psychiatres sert de couverture au développement secret des technologies propres au contrôle mental ,   en qualifiant certains de leurs effets    des symptômes de la schizophrénie paranoïde.

Les victimes  d’expérimentation du contrôle mental  subissent ainsi régulièrement  des diagnostics, à la va vite, par des médecins qui ont simplement retenu par coeur la liste des symptômes  proposés à l’école. Ces praticiens n’ont pas appris que les patients qui se disent ciblés contre leur volonté et utilisés comme des cobayes peuvent dire  la vérité et sont simplement utilisés pour des expérimentation dans une guerre psychologique qui  se décline  en  électronique, chimique et bactériologique.

Le temps est compté pour changer l’orientation de la médecine militaire, et  préserver  l’avenir de la liberté humaine.

* Plusieurs vidéos de Madame Rauni KILDE  ont été présentées à  :

https://lesharceleurs.wordpress.com/2015/03/21/controle-mental-evolution/

**

IMG_2030 cerveau

 Sans connaître le rapport de l’image ci-dessus ,  avec le sujet de ce texte , cette illustration donne à voir ce qu’est un cerveau avec défaut de vascularisation et d’oxygénation . Tout ce qui n’est pas rouge, n’est pas irrigué.  

Sur cette image le lobe droit du cerveau concerné  se trouve sur la partie gauche de l’image présentée

Publicités

Individus ciblés

4 Nov

Image

Dessin de Gross

Traduction libre d’un texte repris du blog de Serge Labreze . Le texte original en anglais est sur serge-labreze.blogspot.fr

Message de Deborah Dupre

24/7 . Le cauchemar des individus  ciblés.
Un lanceur d’alerte de  NSA  devant le  Parlement européen


Le Parlement européen a récemment eu un aperçu du cauchemar que vivent  au quotidien   des milliers et des milliers de cibles  ( TI  en anglais ) . Ce témoignage pour des législateurs est celui d’  un lanceur d’alerte,   haut cadre de  NSA  qui a  ainsi explicité ce que signifie   vraiment la  surveillance mise en place  , et qui va bien au-delà d’un espionnage des déplacements ou de l’écoute intégrale   de chaque individu.

Membre du GAP ( organisation de protection des lanceurs d’alerte)   Thomas Drake , 56 ans, lanceur d’alerte et lui-même individu ciblé (TI) a témoigné le 30 septembre 2013,  devant le Comité parlementaire européen  des libertés civiles, de la  justice et des affaires intérieures . Ce Comité avait  diligenté une  enquête sur la surveillance massive effectuée  par  NSA sur des citoyens de l’UE .
Thomas DRAKE connaît très bien  le système de surveillance mis en place après le 11/9 . Il est de nature à témoigner que ce type de surveillance va au-delà des moyens conventionnels et de ce que d’autres lanceurs d’alerte peuvent raconter ( dans le style  naïf d’ un espionnage à la Big Brother)

Thomas Drake a assisté à  la création de ce programme de surveillance et se considère comme un témoin oculaire des bases de cet état de surveillance constante  qui a pris toute  son ampleur dans la plus grand secret juste après le 11/9.
« J’étais présent au tout début » a déclaré  cet homme , né en Louisiane qui a commencé son témoignage par la suggestion suivante.
« Est-ce que vous pourriez mettre  toute votre vie dans une boîte, incluant  vos documents , vos comptes bancaires , vos mots de passe , tout ,  et le donner à un étranger ,  un américain pour qu’il vous le garde ? «

«Voudriez-vous  faire cela ?  » 



Il attend toujours « oui » comme réponse .



REPRESAILLES et VENGEANCE



Dans son témoignage devant le Parlement européen , Drake a expliqué que pour faire respecter la Constitution américaine et  pour le bien commun , le gouvernement des États-Unis  a fait de lui un individu ciblé (TI)

Faisant un résumé  de ce que chaque individu ciblé connu de l’auteur de l’article  , a raconté ou écrit  au cours d’entretiens   qui ont eu lieu  depuis 2005, Drake a déclaré : 

  » Le gouvernement  a fait de moi une cible …me soumettant  à une riposte sévère , des représailles et des vengeances et  me forçant  à quitter mon emploi de fonctionnaire d’Etat « 



« Mis sur liste noire , sans  revenu, payant des  frais d’avocat pour rien , j’ai été acculé à une ruine financière »



« Ce que j’ai vécu en tant que lanceur d’alerte donne une idée  glaçante de ce dont est capable le gouvernement  en matière de répression politique et de censure,  à l’égard de  quelqu’un parlant de vérité et de pouvoir. «

Ce à quoi sont confrontées toutes les cibles de bonne foi donne une idée glaçante de que le gouvernement peut faire à des personnes   sans importance particulière et respectueuses des lois.

Alors que Drake est un lanceur d’alerte  d’envergure, des milliers de noms  d’autres personnes ont été proposés en vue de persécution et pour des faits  de bien moindre importance.

Même un amant éconduit et pourvu qu’il ait les  relations appropriées  nécessaires pouvait ajouter le nom de son ex sur la liste du gouvernement  des  personnes à persécuter. Une fois sur cette liste,  ces citoyens respectueux des lois seront mis à l’index, empêchés d’exercer un emploi normal malgré leur qualification, ruinés et entraînés dans une spirale descendante qui fait de leur vie une prison H/24 . Une horreur familière à toutes les cibles.

De cette prison invisible qui s’élargit, les cibles demandent de l’aide. Mais, comme dans toute cellule d’isolement de n’importe quelle  autre prison US où l’on applique la torture H/24 , personne n’écoute , et les cibles restent prisonnières de leur domicile et  torturées à leur domicile par les personnes de leur entourage.

L’incompréhension de leur familles et de leurs proches  laissent ces cibles dans un isolement total, faisant d’elles des proies d’autant plus faciles.

A ce jour, il n’existe aucun soutien juridique ou psychologique efficace pour ces personnes ordinaires persécutées.

SURVEILLANCE PHYSIQUE ET ELECTRONIQUE
 
Dans son témoignage  (souligné par l’auteur) Drake explique «  J’ai ensuite été placée sous surveillance physique et électronique intense »
« intense » est très exactement le mot utilisé par les cibles pour parler de ce qui leur est imposé.

«  La surveillance physique » correspond à ce que les cibles désignent par  « harcèlement en réseau »  et que les experts désignent comme un « harcèlement global »  fait par des multitudes d’inconnus ( Ce qui rappelle les chemises noires nazies)

«  La surveillance électronique » selon les cibles passe par celle des outils informatiques, du piratage des mots de passe, de la surveillance des lignes téléphoniques, et de l’espionnage du domicile . Quelques cibles ont réussi à prouver leur agression par des armes électroniques.

Nouveau  COINTELPRO



Dans son témoignage, Drake raconte avoir eu connaissance  de la progression actuelle du programme de  contre-espionnage , Cointelpro . Il dit avoir  été  » attaqué par le FBI en 2007 puis deux ans et demi plus tard, sous l’administration Obama, accusé de crime sur la base de  10 accusations  pour  trahison  , dont cinq relevant  de la Loi sur l’espionnage et qui devait lui valoir  à 35 ans de prison « 

 
Le FBI avait   soi-disant stoppé ce programme de  Cointelpro ,  qui  ciblait et « neutralisait » des  citoyens désignés et  respectueux de la loi,  après qu’un  comité  présidé par le  sénateur Frank Church ait  enquêté,  et  mis à jour ce programme scandaleux en 1973.

 Le Congrès avait donc  condamné ce programme  et  exigé son arrêt.   COINTELPRO ,  a malgré tout continué.  . Il a eu plus de cinquante ans pour affiner sa violence contre des personnes innocentes .


En 2011 , les défenseurs des droits de l’ homme et du citoyen avaient   sonné l’ alarme sur l’administration du président Barack Obama  qui avait intensifié  les   vieilles tactiques COINTELPRO du FBI contre des cibles  innocentes : accordant aux  agents du FBI  des  marges de manœuvre  plus grandes pour traquer, ou espionner les gens selon une nouvelle directive dite   » proactive «  et ce,  sans preuves d’ activité criminelle de ces cibles..

Les nouvelles règles du FBI avaient  permis aux agents d’ infiltrer les organisations , de fouiller les ordures ménagères , d’ utiliser  des «équipes » de surveillance  (y compris des harceleurs  ) ,  de fouiller les bases de données, de faire des  tests au détecteur de mensonge  – sans aucun indice de base d’ acte répréhensible – en d’autres termes , en ciblant les citoyens américains innocents.

Une   cible ainsi  désignée  , se trouve alors  « sous surveillance secrète à son domicile , dans sa voiture, son  lieu de travail et partout ailleurs « , affirme  ,  une cible : Robert Wood.

Austin Crow  d’Austin au Texas, lui-même ciblé, avait demandé au Centre d’Information des Libertés les documents relatifs  à son ciblage . La consultation de ces documents avait permis à Mr Crow  de prouver  que le FBI avait :

–    les numéros des  plaques d’immatriculation des  voitures garées en face de sa maison ,

–   les informations sur les  arrivées et   départs  de ses invités,

–   des informations sur les réunions auxquelles il avait participé  dans les librairies et les cafés,

–  le suivi de ses courriers électroniques  ,

 –  le suivi de ses conversations téléphoniques ,

–  des informations ramassées dans ses poubelles concernant  sa banque et  des sociétés de prêts hypothécaires ,

–  une information sur son passage dans un magasin d’armes alors qu’ il avait cherché à acheter un fusil pour se défendre ,

– des informations obtenues du service des impôts  pour examiner ses déclarations de revenus ,

– ( avait)  infiltré des groupes d’activistes qu’il fréquentait  .

Comme Drake l’a expliqué, après le 11/9 , l’administration BUSH , par l’intermédiaire du  nouveau programme de  Cointelpro avait littéralement  fait exploser ce phénomène de violation des droits   de l’homme  des  individus  ciblés

 :

 » Les accusations  exceptionnelles qui ont été portées contre moi par le Département américain de la Justice sont symptomatiques de la montée en puissance de l’ état ​​de sécurité nationale depuis le 11/9 et une attaque directe contre la liberté d’ expression, de pensée , d’innovation et d’intimité. « 



L’actuelle «guerre contre le peuple »  de COINTELPRO  est plus discrète  , mieux organisée et plus meurtrière,  sous l’égide d’un  nouveau FBI – en  partenariat avec la CIA , grâce à  une technologie scientifique moderne  de pointe  ,  au programme de sécurité nationale et post 9/11 de George  ,  et à l’autorisation «de « tuer  les cibles «   du Président Barrack Obama.



Dans son témoignage, Drake  avait ajouté  ceci au sujet  de Cointelpro : «Les termes utilisés par le Sénateur US Franck Church pendant les auditions faites  sur  les abus de pouvoir de la sécurité nationale dans les années 70   sont de nature à nous rappeler ce qui arrive quand un Etat prend pour prétexte la sécurité pour annexer  la liberté. 

«

Si un dictateur se trouvait  un jour à la tête de ce pays , il pourrait imposer une tyrannie totale car   la capacité technologique à disposition des services de renseignement  au service du gouvernement  est telle,  qu’il serait absolument impossible de le ou la  contrer , même avec un maximum  de précaution de discrétion.
 « Telle est la capacité de la technologie  » .



Dans son témoignage, Drake a également cité Montesquieu :

 » Aucune tyrannie est plus cruelle que celle qui est pratiquée dans l’ombre de la loi et avec les signes extérieurs de la justice ….. »

La vidéo complète  du témoignage enregistré de Thomas Drake au Parlement de l’UE est sur le blog de Serge Labreze.

 Son témoignage complet est sur ​​le site de  GAP.
http://www.youtube.com/watch?v=QjZ88K5XRv4