Tag Archives: ondes acoustiques

VANNES – Le cerveau

7 Oct

Image

Ceci à cause des détails,  est  surtout à l’usage d’autres cibles ou des groupes et associations  , qui recueillent des témoignages d’individus ciblés par des matraquages d’ondes , en Europe et en Amérique du Nord.
Face à une incroyable  souffrance continue du cerveau depuis 12 mois, un neurologue avait prescrit une IRM . Une IRM permet de déceler un corps étranger ou une tumeur au cerveau et aussi de repérer une schizophrénie liée aux « voix  au cerveau ».

Image
Si les médecins de l’incarcération hospitalière  du mois suivant,  l’avaient su , ils se seraient évité l’énoncé d’ une première  ânerie.  https://lesharceleurs.wordpress.com/2013/06/05/cest-une-realite-medico-juridique-qui-met-un

La prescription  du neurologue portait sur la seule IRM. Et pourtant,  alors que j’étais enfermée dans la machine, le médecin du laboratoire  avait décidé, sans mon autorisation,  d’y ajouter une ARM : ce qui suppose une injection de produit vers le  cerveau .
Sur un cerveau déjà extrêmement douloureux , c’était monstrueux : la douleur avait été multipliée par X pendant plus de 48 h.
Mais aussi, quid , du contenu de  cette injection non demandée….

France du respect des droits  de l’être humain et de ses libertés .

XXI ème siècle.

L’IRM/ARM étaient normales. Les originaux de  ces résultats ne me sont plus accessibles . Ils étaient dans ma valise  en vue d’une  transmission au neurologue. La valise a été  volée par  complicités  bretonnes organisées localement à partir de Vannes,  le 15 septembre 2013  :
https://lesharceleurs.wordpress.com/2013/09/19/vol-crapuleux-en-reseau/

Ces résultats  d’examens médicaux et le reste  évalué à 2000 euros  de rachat à neuf,  sont donc  actuellement entre les mains des  crapules en bandes organisées  de ce pays.
***
Depuis plusieurs mois déjà, à l’incroyable souffrance sous forme  d’attaques violentes et infligées au cerveau jour et nuit, s’étaient superposés deux autres phénomènes :
–    Une douleur lancinante mais intermittente ressentie au lobe supérieur gauche du cerveau
–    Une douleur de l’oreille gauche et de la mâchoire gauche qui commençaient souvent au milieu de la nuit. La mâchoire était en général  bloquée au matin.
Dans la nuit du 2 au 3 octobre, et malgré les protections accumulées pour me protéger la tête et  le cerveau ,   une douleur vive et aigüe s’était ajoutée au reste,  à l’intérieur du lobe supérieur gauche du cerveau.

Dans la soirée du 3 au 4 octobre , c’est un rayon brûlant qui avait été ressenti  côté gauche de la tête , presque à la jonction des mâchoires, et malgré toutes les  protections superposées habituelles. Puis une douleur intense s’était manifestée,  irradiant  à  l’intérieur de l’oreille et au-delà .  Cette douleur  profonde  avait disparu au bout de quelques minutes.

A Vannes les 3 et 4 octobre, comme à Paris, c’étaient des tirs d’ondes de type acoustique qui empêchaient tout repos au moment du passage du cerveau en ondes   theta.
La boite crânienne recouverte  d’épaisses protections ne semblait   donc  jamais à l’abri ni d’un passage d’information  vers l’extérieur (  le système  du repérage de la position du corps et donc de la tête   par les  piqûres semblant , alors, une  information complémentaire  )  , ni de ces tirs ciblés pour priver de sommeil.

Dans la fin d’après-midi du 4-10, l’espacement des tirs d’ondes acoustiques au cerveau qui tentait une sieste,  n’avait  même pas  été d’une minute. Un appareil ou quelqu’un en proximité m’avait littéralement mitraillée d’ondes de type acoustique.
Une abondante littérature sur  les ondes du cerveau, nous apprend que  le meilleur moyen de stimuler le cerveau  passe par les oreilles .

Comme les oreilles ne peuvent pas entendre des sons assez bas pour cette stimulation du cerveau,  des techniques spéciales seraient utilisées . Elles portent le joli nom de battements bineuraux. Cela  consiste  à envoyer aux deux oreilles des fréquences différentes.  Le différentiel  entre les deux fréquences  étant  la fréquence   qui doit s’installer dans le cerveau  et l’entrainer dans l’état de la gamme d’ondes souhaitée.
Si l’on envoie 400Hz à une oreille et 418 Hz à l’autre , c’est la gamme d’ondes de 18 Hz qui sera installée . Il suffit que les fréquences soient inférieures à 1000 Hz pour que les ondes acoustiques projetées  puissent contourner la boite crânienne.
Il se peut aussi qu’une méthode plus barbare et plus simple, consiste simplement à pulser directement  avec un générateur ad hoc , des ondes beta  voire pire,  vers le cerveau à torturer.

Cela se ferait naturellement  avec du matériel déposé  en proximité,  avec un seul  intermédiaire  .
Voisin, sadique , volontaire ( et peut-être payé)  sembleraient alors les 3 conditions de base.
Ces informations basiques cumulées  font de nouveau penser  à des interactions entre criminels manipulés et criminels manipulants.

L’ absence de toute réaction des pouvoirs publics face à des  plaintes  pour torture ,  jointe à  la collaboration  de  médecins
https://lesharceleurs.wordpress.com/2013/09/26/des-medecins-2
reniant  totalement  leur obligation de  respect des droits  de l’humain et leur engagement déontologique,   et avec comme complices et en complément     l’ utilisation   du vice et du sadisme naturels de voisins protégés et qui couvrent les crimes des manipulateurs  , corroborent ce raisonnement.
A Vannes, tout comme à Paris, les voisins sont et  ont été utilisés les uns après les autres.
Depuis l’arrivée de ma nouvelle voisine
https://lesharceleurs.wordpress.com/2013/09/09/vannes-cuisson-aux-micro-ondes/

https://lesharceleurs.wordpress.com/2013/09/05/des-ondes-pour-eliminer

, toute connexion internet est  devenue quasiment impossible dans l’appartement, mes appareils de détection d’ondes électromagnétiques sont bloqués dans les deux pièces principales, et  presque tous mes appareils électriques déconnectés  n’arrivent même pas à empêcher  les yeux brûlants, des étourdissement incessants  et des maux de tête à couper au couteau.

ImageDans : le livre bleu N°2
Contrôle du comportement par ondes électromagnétiques

Mécanismes modernes de torture et de contrôle

Abolir les droits de l’homme et de la sphère privée

Ces méthodes sont également appliquées à des personnes qu’un dominant/combinard  veut tout simplement éliminer,  pour la satisfaction de  son bon plaisir.

ADDENDUM

Dans la nuit du 7 au 8 octobre, et à partir de 3h du matin, le matraquage d’ondes impactait tout le corps et était , pour la boite crânienne , de type brûlant /traversant. Cela signait un matraquage de micro-ondes . L’appareil mis en action  était éventuellement  différent  de celui qui avait été utilisé et raconté dans : Vannes , cuisson aux micro-ondes ou bien  sa puissance avait été modifiée. Il cuisait moins brutalement…. mais sûrement tout aussi efficacement.

Ce phénomène correspond à ce que les sites spécialisés d’aide aux cibles  appellent  » la mort lente »

Par ailleurs, dans cette histoire, il faut aussi noter l’utilisation  du 3 , qui est quasi obsessionnelle  de la part des harceleurs ou des organisateurs. Ce peut être une indication ou simplement un leurre.

Publicités

Energie dirigée

28 Août

Avant de quitter Vannes pour Paris, en août, j’avais collé des affichettes d’explication du harcèlement électronique. Elles avaient été arrachées dans la journée.
Ce soir là, les tirs d’ondes au cerveau  avaient été  programmés à une cadence de mitraillette . Ils étaient de type  « électrochocs ».
En tous endroits de l’appartement, l ‘»onde traceuse »avait  retrouvé le corps,  par résonance sans doute, et avait repéré son positionnement au moyen des piqûres avant de recommencer son matraquage du cerveau.
Ça ressemblait à des représailles.
Rassuré(e) par sa programmation sadique , l’opérateur ou trice avait du s’endormir. Et ma dernière tentative de repos en plein air sur la terrasse , avait marché , mais pour cette fois seulement.

Depuis mon retour le 25-8 , les ondes qui empêchent tout  repos sont  de type acoustique . Mais  l’opérateur ou trice de la machine infernale qui les génère ne me lâche plus  d’un déplacement. Même sur la terrasse.

Dans la rue , à Vannes, comme à Paris, les piqûres de repérage , aux pieds  surtout,  sont incessantes.
Comme à Budapest  récemment , ou dans ma voiture lors de n’importe quel trajet .
On aurait donc   une information très plausible d’utilisation des antennes relais pour ce type de phénomène et de suivi,  d‘une personne très lambda : moi.

Dans l’appartement à Vannes , tout comme à Paris, mon attention avait été attirée par  d’incessantes mini détonations . A Vannes par le plafond. A Paris  par le plancher. Sans imagination particulière, et sans  trop se tromper on devrait pouvoir penser, à cause des vertiges et maux de tête,  à un approvisionnement  d’ondes nocives diurnes à dose homéopathiques, pour l’entretien mortifère du lieu.
Ce qui pourrait aussi expliquer les incessantes démangeaisons de ma boite crânienne.

Lors de la nuit du 24 août passée à Paris, les tirs d’ ondes avaient été violents et brûlaient la cervelle.
En procédant par élimination, j’avais exclu une provenance de mes voisins habituels, à droite et  en dessous.
Le processus d ‘élimination est de provenance seulement, puisque la protection  contre les ondes utilisées est actuellement et à ma connaissance , impossible .
En ajoutant un calfeutrage pour une origine extérieure à l’immeuble,  ou des épaisseurs couvrantes selon  l’emplacement de l‘appartement voisin à tester , le tir d’ondes qui suit est amoindri puis un autre reprend plus fort. En recommençant , on a une escalade du même type ,  si c’est la bonne direction. Si rien n’a changé , c’est qu’il faut chercher ailleurs.
C’était le cas ce soir là.
Entre 1h et 4 h du matin, dans cet immeuble déserté, j’étais allée m’installer dans des parties communes  diverses de l’immeuble. Selon l’endroit, l’ »onde traceuse » ( ou chercheuse) avait mis entre 10’ et 20’ pour retrouver le corps , faire sa reconnaissance habituelle en piqûres  et commencer à matraquer le cerveau.
Elle avait dans tous les cas , perdu en violence .

Le criminel de service et sa machine étaient donc plutôt au plus près,  comme toujours, et  installés  dans une pièce de mon étage . Soit chez  Mr Akbar, soit chez Mme Lescene, soit chez Mme Pardieu , soit chez JJ Walti, soit dans une pièce qui appartient à la copropriété .

Enfin une mini anecdote  à la limite du  harcèlement en réseau et du harcèlement électronique.
Installée dans une salle de cinéma  quasi déserte dans la rangée des « oreilles cassées » , tout devant, j’avais eu la surprise d’un jeune  venu s’y assoir également . A deux sièges près.
On y voyait «  keep smiling » et pour moi s’était  devenu rapidement «  keep gratting ».
Le jeune d’à côté, de type corso-apparent , avait mis ce qui ressemblait à un portable sur le siège entre nous, et côté émetteur tourné vers moi.
Ce que j’ignore :
–    Si l’appareil activait les ondes dont je suis « bourrée » artificiellement
–    Si ce sont celles qu’ émettait son appareil , qui rendaient la situation insupportable.
Cette anecdote ressemble à celle que j’avais rapportée , sans en connaître l’origine, dans l’aéroport de Toronto , en janvier 2013, dans un blog précédent. Quelque soit l’endroit , j’avais été comme assaillie par un essaim d’abeilles , avec deux mains seulement pour faire face à des piqûres et picotements  partout.