Tag Archives: ORANGE

Histoire d’antenne – Des parisiens font le ménage sur les toits.

20 Déc

Ce texte a été transmis par l’association Robin des Toits .

Robin des Toits a soutenu les riverains parisiens qui ont fait enlever les antennes  de téléphonie qui se montaient sur le toit du magasin parisien Le Bon Marché.
On sait que les opérateurs de téléphonie louent les parties de toits qu’ils proposent d’occuper.

Avant l’ère de l’euro, le syndic Franck COULOMBEAU et le Président du conseil d’administration ( surnommé 秃 头 ) de l’immeuble en SCI, 81/79 rue du Faubourg Saint Jacques Paris XIV, avaient accepté l’érection d’une antenne sur  notre  toit.

Le loyer payé par l’opérateur de téléphonie , pour la part revenant à la SCI seulement, était l’équivalent de 10.000 euros actuels par an .
Le contrat proposé , disait, en très petits caractères, que l’opérateur se réservait le droit , sans justification, avec seulement un avis en LAR, de cesser l’utilisation de cette antenne et d’en laisser la structure sur le toit.

La responsabilité de son entretien ou  de son démontage revenait alors à la SCI.
Une campagne d’information généralisée à tout le quartier , avait fait capoter ce projet-là aussi .

dessin du  Canard Enchaîné du 19-12-18

Texte de Robin des Toits , comme suit :

Des opérateurs de téléphonie mobile trop sûrs d’eux se croient tout permis.

L’installation sauvage d’antennes-relais quelques petites semaines avant la parution du Décret n° 2018-1123 du 10 décembre 2018 relatif à l’extension du régime de la déclaration préalable aux projets d’installation d’antennes-relais de radiotéléphonie mobile et à leurs locaux ou installations techniques au titre du code de l’urbanisme pose question même si l’opiniâtreté des riverains a conduit à leur démontage.

Entre le 21 et le 23 octobre derniers, les riverains du grand magasin de luxe Le Bon Marché à Paris ont vu surgir sur l’établissement du groupe LVMH, et à moins de 30 mètres des habitations, plusieurs mâts d’antennes relais, l’une, d’Orange, sur le toit du Bon Marché et l’autre, de Free, sur celui de la Grande Épicerie.

Ayant demandé des explications à la mairie du 7e arrondissement, les riverains ont découvert que la Mairie n’était pas informée du projet d’installation et qu’aucun permis de construire ou déclaration préalable n’avait été déposé, pas plus qu’une demande d’autorisation d’exploitation auprès de l’ANFR. Les opérateurs se sont donc crus tout permis et se sont passés de formalités pourtant encore inscrites, à cette date, dans les différents textes. Ils ont agi au mépris de la loi sur l’urbanisme et, de surcroît, bafoué la Charte parisienne pour la téléphonie mobile ainsi que la loi Abeille de 2015.

Indignés, les riverains, malgré la volonté de la Mairie de Paris, représentée par l’Agence de l’écologie urbaine (AEU), de minimiser l’affaire, ont, grâce à leur opiniâtreté, réussi à faire démonter ces antennes.

Un mois et demi après cette tentative de pose, est paru le décret du 10 décembre. Or ce texte soumet explicitement ces installations au régime de la déclaration préalable de l’article R. 421-9 du Code de l’urbanisme. Eliminant des contraintes (réduction du délai d’instruction préalable et suppression du critère de hauteur, notamment), il simplifie considérablement les formalités liées à l’installation des antennes relais. Après les modifications dues à la loi Elan, les opérateurs ont dorénavant les mains libres. La loi Abeille, qui insupportait, est donc ainsi pratiquement mise au panier.

L’association Robin des Toits rend hommage à l’action des riverains qu’elle a soutenue. Elle continue à condamner le refus de prise en compte des effets sanitaires, pourtant extrêmement bien documentés, liés à la téléphonie mobile. Elle condamne également la déréglementation qui touche le déploiement des antennes-relais, dont le démantèlement de la loi n° 2015-136 du 9 février 2015 relative à la sobriété, à la transparence, à l’information et à la concertation en matière d’exposition aux ondes électromagnétiques, dite loi Abeille.

Elle demande que les pouvoirs publics et les institutions concernées jouent véritablement leur rôle de régulateur et assure la protection de la santé des populations plutôt que de concourir à la course effrénée à des technologies liées au seul profit au détriment de l’humain.

Publicités

Le mal de peau

24 Jan

???????????????????????????????

Persona grata

Dessin de Chaval

Le mal de peau s’était déclaré après plusieurs nuits  de bombardements  réguliers d’ondes entre 4 et 5 GHz.

Les CEM  qui correspondent à ces tirs d’ondes,  sont infimes  , comparé au micro-ondage par ORANGE * (4). 

???????????????????????????????

Ici,  dans le cadre du mal de peau, le spectre des signaux couvre les fréquences de K ( 0,6 GHz) avec 1,6 µW/m2  à AI ( entre 4 et 5GHz)

Ce type de tirs d’ondes produit des sons qui s’apparentent à des sifflements . Ces sifflements  forcent leur entrée dans le cerveau par les oreilles. Les  conduits auditifs  sont  pourtant bouchés par des boules quies , et couverts de packs de gel qui débordent vers les joues   pour protéger  aussi  les tempes. Le tout étant  en plus enseveli sous plusieurs épaisseurs de mylars ( couvertures de survie plastifiées).

???????????????????????????????

Ces sifflements qui mettent les neurones du cerveau en ébullition  et privent de sommeil  ne sont pas repérables en détection de sons compris en 20 Hz  et 20 KHz    . Ils sont donc  , en quelque sorte, privatifs, formés à l’intérieur du cerveau. * (1) et (3)

Le mal de peau , apparu en même temps que cette utilisation de tirs d’ondes entre 4GHz et 5 GHz, peut s’apparenter à une brûlure générale superficielle, . Tout contact ou pression  renforce la sensation de brûlure  en la localisant plus particulièrement et donne envie de frotter ou gratter la peau. Cette sensation de brûlure superficielle  est augmentée par le contact du tissu des vêtements . Le croisement des jambes , la position assise ou couchée   amplifient aussi  cette sensation de brûlure externe à tous les points de pression .

La relation faite entre le mal de peau et l’utilisation d’ondes entre 4 et 5 GHz est une déduction de concomitance.

Sinon, ce mal de peau pourrait être la conséquence de l’accumulation  sur plusieurs semaines d’un bombardement régulier de CEM généré   en 900 MHz  . Ce bombardement nocturne avait produit, en cumulé,  des valeurs  de plusieurs milliers de µW/m2  et par nuit. A tort ou à raison , je rapporterais plutôt ce  phénomène , en cumulé,  à des maux de tête incessants avec perte d’équilibre.

Les sifflements par contre , correspondent bien  au type de tirs détectés ci-dessus. Pour m’en assurer , j’avais seulement repris la bonne vieille méthode qui consiste à noter  l’heure exacte  lue sur l’écran du détecteur  au moment du ressenti,  et à comparer mes notes  plus tard avec la détection enregistrée .

???????????????????????????????

Des mesures faites en extérieur vers 3h du matin, et par ailleurs, montraient l’existence d’ un appareil émetteur  de + de 4 GHz ,  dans la petite maison inhabitée de l’autre côté de l’allée. La détection avait été faite antenne  pointée vers la maison. La photo nécessitait un changement de position de l’antenne.

Le store de cette maison avait été ouvert le jour exact de la mise en ligne de l’article précisant l’absence de résident dans cette maison. * (2)

???????????????????????????????

Le même jour de l’ouverture du store , tels  les rois mages, 3 individus étaient venus ostensiblement  apporter et déposer chacun un paquet    dans la maison  inhabitée , en face  : le gentil jardinier, le résident régulier du B3, et un inconnu.

La détection  extérieure faite vers 3 h du matin , montrait que l’appareil émetteur en voisinage  se trouvait dans la chambre  de cette maison vide,  et approximativement à 1m10 du sol. Elle montrait aussi très vraisemblablement  , par la comédie jouée, que mes nouveaux voisins et l’employé de la résidence, participaient à la fabrication de cette histoire. Ils lisaient peut-être ce blog.

Pour confirmation de  leur implication , il suffit de savoir que l’un des résidents du B3 ( l’autre)  s’était  fait prendre, un soir,  en flag de tentative de violation de domicile. . Ce ½ B3 là s’était rattrapé,  depuis,  avec , parmi d’autres,  une violation réussie .

???????????????????????????????

Ouaf, ouaf . Qu’est ce qu’ils rigolent bien, eux aussi, à martyriser un être humain mis à leur disposition.

???????????????????????????????

La détection ci-dessus, par contre, qui avait impacté l’oreille droite seulement  , un matin , alors que j’avais déplacé mon matelas  dans la cuisine,  correspond à une sensation brève  de boule de feu.

???????????????????????????????

Dessin de Sempé

* (1) http://lezarceleurs.blogspot.fr/2014/10/radar-et-sante.html

http://lezarceleurs.blogspot.fr/2014/10/radiofrequences.html

* (2 ) https://lesharceleurs.wordpress.com/2015/01/12/le-blocage-du-cerveau/

* (3)  extrait de  Microwave Mind Control Symptoms & Published Evidence

par Cheryl Welsh

C. Margo Cherney FOIA request for complete NASA abstract Report Number: AD-A090426, June 1, 1980. Response from Brooks Air Force Base, Jan.25, 2000: The requested information is fully denied under 5 U.S.C. 552(b)(1)… NASA abstract in part stated,

“A decoy and deception concept presently being considered is to remotely create the perception of noise in the heads of personnel by exposing them to low power, pulsed microwave. When people are illuminated with properly modulated low power microwaves the sensation is reported as a buzzing, clicking, or hissing which seems to originate (regardless of the person’s position in the field) within or just behind the head. The phenomena occurs at average power densities as low as microwatts per square centimeter with carrier frequencies from 0.4 to 3.0 GHz. [within frequency range of 400 MegaHertz (MHz) to 3 GigaHertz] By proper choice of pulse characteristics, intelligible speech may be created. Before this technique may be extended and used for military applications, an understanding of the basic principles must be developed. Such an understanding is not only required to optimize the use of the concept for camouflage, decoy and deception operations but is required to properly assess safety factors of such microwave exposure.”

* (4) http://etouffoir.blogspot.fr/2015/01/cuisson-dorange.html