Tag Archives: peace pink

15 réponses de Barrie Trower

10 Juin

Ce qui va suivre est une traduction libre d’un contact de Barrie TROWER avec un groupe allemand sous forme de 15 questions/réponses , en date de février 2010.

Le texte original est à
http://freedomfchs.lefora.com/topic/8340072/Barrie-Trowers-15-Questions-and-Answers-with-a-German-Group#.VXRMw1K2Aee

Barrie TROWER est un ex-agent du MI5 britannique qui a apporté depuis de nombreuses années, son soutien aux « individus ciblés » du monde entier , par des informations sur les techniques et technologies utilisées contre eux. On peut trouver ses entretiens et interventions sous forme de vidéos , en tapant son nom.

Dans ce texte ci-après, Barrie TROWER préconise l’utilisation d’un brouilleur.
Sur ce point , il faut savoir que la France présente un paradoxe inquiétant . En effet, l’Etat français ne recherche pas et ne punit pas les criminels de proximité qui utilisent des armes électroniques pour torturer, handicaper et au final tuer leurs voisins. Ces voisins ne sont souvent que des personnes normales mais   qui ont déplu à quelques dominants hors la loi.

Ces situations de criminels « particuliers » qui utilisent les ondes pour le règlement d’affaires personnelles avaient été évoquées par le Dr MUNTZER. La traduction d’un de ses textes est à https://lesharceleurs.wordpress.com/2014/04/30/cibler-des-etres-humains-avec-des-armes-a-energie-dirigee/

L’Etat français présente donc ce paradoxe incroyable d’ interdire aux victimes , d’acheter, de posséder ou d’utiliser un brouilleur susceptible de les protéger des attaques d’ondes . Car, seuls les pouvoirs publics ( et donc leurs amis) peuvent brouiller des émissions d’ ondes sans se brouiller avec personne .

C’est le sens de la loi L-33-3-1 comme suit :
Article L33-3-1 (code des postes et des communications électroniques)
Modifié par Ordonnance n°2011-1012 du 24 août 2011 – art. 40

I. – Sont prohibées l’une quelconque des activités suivantes : l’importation, la publicité, la cession à titre gratuit ou onéreux, la mise en circulation, l’installation, la détention et l’utilisation de tout dispositif destiné à rendre inopérants des appareils de communications électroniques de tous types, tant pour l’émission que pour la réception.

II. – Par dérogation au premier alinéa, ces activités sont autorisées pour les besoins de l’ordre public, de la défense et de la sécurité nationale, ou du service public de la justice.

NOTA : Ordonnance n° 2011-1012, article 57: ces dispositions entrent en vigueur le 1er février 2012, toutefois, les installations radioélectriques permettant de rendre inopérants les téléphones mobiles de tous types tant pour l’émission que pour la réception, établies dans l’enceinte des salles de spectacles à la date de publication de la présente ordonnance, restent autorisées pendant un délai de cinq ans à compter de cette date. Pendant ce délai, l’utilisation de ces installations reste soumise aux conditions définies par application de l’article L. 36-6 du même code conformément au 2° de l’article L. 33-3 dans sa rédaction antérieure à celle issue de la présente ordonnance.

Traduction des 15 questions/réponses 
Rencontre avec un groupe allemand – Le 12 février 2010

1 – Comment pouvons-nous nous protéger contre le rayonnement de micro-ondes?

Achetez un petit détecteur de micro-ondes, ne gardez jamais un téléphone mobile (même éteint) sur vous , ne l’emportez pas avec vous, même éteint, évitez les appareils connectés sans fil
Si vous êtes ciblé par des micro-ondes , fabriquez une protection autour de votre lit et de votre chaise avec un écran fin de métal ( autre que du papier métallisé). Ne transportez aucun appareil électrique avec vous et mélangez- vous à la foule pour leurrer l’ordinateur qui vous traque .

2- Peut-on se protéger de la torture électronique et des rayonnements en utilisant des appareils qui bloquent la technologie blue tooth et les téléphones cellulaires ?
http://handyblocker.org/der-W-Lan-und-Bluetooth-blocker.htm
Non, la seule vraie solution consiste à utiliser un brouilleur de signal , mais cela peut entraîner d’autres complications dues aux réflexions et à des interférences

3. Avez-vous déjà essayé un vous-mêmes? Peut-être y-a-t-il d’autres solutions pour bloquer les micro-ondes et qui pourraient aider ?

Comme indiqué plus haut, le blocage de type personnel et domestique est la seule solution

4 – Avec quels appareils selon vous, peut-on mesurer le rayonnement ?

Vous pouvez utiliser un spectromètre, mais cela revient très cher et est très difficile à utiliser. De simples détecteurs peuvent être utilisés ( même loués) tels ceux de « powerwatch » . Ils donnent des informations par des clignotements de diodes ou l’émission de « bips » . Ils coûtent environ 100 livres.

5. Comment fonctionne cette technologie?

Elle mesure la fréquence (nombre d’ondes) et l’amplitude (énergie) des ondes. Pour noter les impulsions ou les modulations- un spectromètre est nécessaire .

6.Malgré les représentations que l’on peut se faire et ce qu’on imagine , personne ne sait exactement comment nous sommes torturés . Pouvez-vous nous dire comment ces criminels nous attaquent ?

Oui. le rayonnement des micro-ondes qui utilise des fréquences avec les impulsions appropriées peut provoquer des hallucinations visuelles et sonores. Si vous y ajoutez une programmation du cerveau alors vous pouvez avoir des manifestations de maladies mentales graves capables de leurrer les psychiatres. Les effets de ces attaques par irradiation peuvent durer des semaines . C’est très facile à faire. Pour obtenir ces effets, vous pouvez être ciblé jour et nuit. Si vous consultez h.e.s.e.web.de, vous devriez  voir une interprétation mathématique montrant comment cela se produit ainsi qu’ un organigramme. (H.e.s.e. est une organisation allemande de réflexion). Cette organisation a publié une partie de mon travail. J’ajoute ici, que je n’utilise pas et ne possède d’ ordinateur , j’utilise seulement un stylo et une bouteille d’encre.

7. Comment pensez-vous, que nous pouvons présenter à la police, les mesures faites dans les appartements et les maisons des victimes ?

Pour être légale une détection doit être faite par un expert avec un spectromètre étalonné et sur plusieurs jours, semaines ou mois. En plus d’être coûteuse, vous verrez sans doute votre recherche réduite à néant , car ces gens informés de vos efforts éteindront leur matériel . Par conséquent, vous n’ aurez rien prouvé. Les détections personnelles ne sont pas acceptées par le tribunal.

 

8. Est-il possible de rendre audibles et évidentes les attaques par laser ou micro-ondes ?

Oui, par l’achat d’un détecteur de micro-ondes sonores .

 

9. Pouvez-vous nous envoyer des photos des armes à micro-ondes ou d’équipement / appareils?

Jetez un oeil par la fenêtre! Tout téléphone mobile émet des micro-ondes , tout appareil cellulaire (picocellulaire) trouvé dans les magasins peut être programmé par ordinateur pour le faire. Il en va de même pour le téléphone cellulaire que vous avez avec vous . Cela peut être fait également sur n’importe quel téléphone de votre famille et même quand il est totalement hors tension.

10. Comment peut-on prouver médicalement, que la personne concernée est irradiée?

Oui. La meilleure personne pour le faire est sans doute le professeur Magda Havas (www.magdahavas.com) de l’Université de Toronto. Elle a effectué des tests sanguins dans son laboratoire, qui montrent l’irradiation par les micro-ondes. Je pense qu’ils sont sur son site internet. J ‘y avais fait une intervention il y a quelque temps et qui se trouve aussi peut-être sur son site . Vous pouvez essayer une recherche de mes réponses au roi Kgolo Kgfela d’Afrique du Sud.

11. Quel type de recherche sur le sang et les urines peut montrer clairement que la personne concernée est irradiée?

Comme mentionné ci-dessus cela se trouve sur le site Web de Magda Havas . Il s’agit essentiellement de changements de viscosité.

12. Existe-t-il déjà des appareils qui permettent de mesurer le rayonnement du corps?

Oui, l’ EEG l’ECG – et les détecteurs de mensonges . Tout dépend de la partie du spectre électromagnétique à détecter. Toutes les ondes du corps peuvent être détectées même les plus petites , telles les ondes cérébrales L-B-Delta-Zeta .

13. Pourquoi les politiciens sont -ils assez lâches pour ne pas communiquer sur ce sujet et pourquoi attendent-ils toujours plus de pression d’organisations concernées pour le faire?

Il y a des gens «au-dessus » des politiciens (qui traitent en fait de questions domestiques simples) ces autres politiciens -là sont les vrais décideurs. Ceux-là ne sont pas soumis à des élections tous les 4 ou 5 ans.

 

14. M. Trower, vous êtes en contact avec des scientifiques et des étudiants, pourquoi pas avec des médecins et des avocats?

J’ai été en contact avec trois cabinets d’avocats, l’année dernière . J ‘ai même fait un dossier de 88 pages pour l’un d’entre eux . Mais le problème vient des gouvernements. De façon générale , dans tous ces cas ou les gouvernements et des scientifiques liés au gouvernement sont complices d’expériences et d’expérimentations illégales faites sur la population , on assiste à des blocages et des fins de non recevoir. La plus part des cas concernés prennent 15 ans avant d’arriver au Tribunal et sont classés par la mort de la victime. Ce qui permet ensuite aux avocats du gouvernement de mettre la preuve de la faute sur la victime. La plupart des médecins consultants travaillent, en fait, pour le gouvernement.
Sinon, quand ils travaillent dans le privé, ils doivent de toutes façons être officiellement enregistrés . Par conséquent, vous recevrez très peu d’aide des professionnels de la santé . Je connais personnellement trois consultants hospitaliers qui ont été menacés dans les quatre heures qui avaient suivi l’acceptation de telles affaires. Ils ont tous abandonné , préférant garder leur emploi.

15. De qui peut-on attendre de l’aide: de la presse, de la justice ou seulement des citoyens?

Au final, vous m’ avez demandé si je voulais répondre à la presse. Il est beaucoup plus facile pour la presse de me rencontrer ici, où se trouve toute ma documentation. Le plus difficile des problèmes consiste à fournir des preuves . Même si vous pouvez prouver que vous êtes bombardé d’ondes (ce qui est incertain ) comment prouver qui en est responsable? Théoriquement, cela pourrait venir d’au moins de 150 différentes entreprises et d’autant de pays , ce qui signifie qu’il ne s’agirait pas forcément du pays où vous vous trouvez . C’est bien la raison pour laquelle les micro-ondes sont des armes parfaites.

Je pourrais bien sûr aller en Allemagne. Ce serait couteux pour vous. Il serait peut-être préférable de payer un journaliste d’investigation pour écrire un article qui expose ce phénomène- si tant est qu’il puisse le publier. Je suis persona non grata  dans huit universités. Et j’ai reçu trois menaces de mort. Cela donne une idée du pouvoir du gouvernement.
Vous pouvez lire mes réponses au roi Kgfela sur le site de Magda, et les faire connaître

J’ajoute ici, pour les individus ciblés en recherche d’informations complémentaires et de moyens de protection, qu’il  existe également un texte dense et important à connaître et faire connaître .
https://rudy2.wordpress.com/?s=shielding

Dans les réponses de Barrie TROWER ci-dessus,  on note le nom de Magda HAVAS ,  médecin au Canada  et faisant des analyses médicales susceptibles de prouver l’irradiation par les micro-ondes.

Son nom est également associé à celui d’autres médecins  signataires de l’Appel de Paris .

Ce sont  vraisemblablement des médecins  que les individus ciblés des pays concernés et en recherche de preuves médicales  annexes de leur condition ,  peuvent sans doute utilement  contacter :

Dominique Belpomme , directeur European Cancer et environnement Institut de recherche, professeur à l’hôpital de l’Université médicale oncologie Paris V, France

Cindy Sage , MA Co-rédacteur, BioInitiative Rapports, USA.

David Carpenter , directeur de l’Institut pour la santé et l’environnement de l’Université d’Albany, professeur, Environmental Health Sciences, USA.

Olle Johansson , neuroscientifique, professeur en dermatologie expérimentale, Département des neurosciences, de l’Institut Karolinska, en Suède.

Lennart Hardell , épidémiologiste, professeur à l’hôpital universitaire de Orebro Orebro , Suède.

Michael Kundi , Professeur, Université de Médecine de Vienne, Centre pour la Santé Publique, Institut de santé environnementale, en Autriche.

Magda Havas , associé Prof d’études environnement et des ressources à l’Université Trent, au Canada.

 

Publicités
En passant

La contrainte

5 Juin

La contrainte

C’est une réalité médico juridique qui met un citoyen dans l’entière dépendance  et à disposition du corps médical tout sachant et tout puissant. Expérimentation médicamenteuse éventuelle , y compris.
Tout refus de traitement est puni d’une injection avec dose doublée. Dixit un aide-soignant.

Par la décision d’un «     bon-franc-maçon     » et de son impétueux collègue suivant, j’avais donc été placée «      sous contrainte     » .
Comme j’avais refusé de donner un nom de référant pour une banale chute sur un trottoir, j’étais sous le régime de «      péril imminent     »     . Une isolée  que l’on dit ainsi vouloir  protéger.
Protéger qui     ?

Passée d’un enfermement total , sous clé,  à 916 euros par jour, à un enfermement partiel au 3ème étage du SHU, à toujours 916 euros par jour pour la sécu,  On m’avait proposé un bilan clinique. J’étais censée répondre à des questions devant quelques personnes. Ils étaient plusieurs dizaines.
Là, Mr Gay  avait évoqué l’achat de ma tente de faraday. Répondant à sa question, je l’avais présentée  comme une mesure de protection physique. Tout comme j’avais expliqué  les comédies  et pièges de mon quotidien comme  totalement préfabriqués.
Très modestement  Mr Gay m’avait alors  appris qu’il allait m’aider financièrement . J’avais plaisanté.
Mais si. C’était sérieux. Il allait mettre en place la surveillance de mes dépenses par un service de l’Etat pour m’éviter des achats inconsidérés.

En gros,  l’Etat qui ne m’avait pas protégée de la délinquance et de la criminalité que je subissais, allait désigner un de ses services pour m’empêcher de faire des achats destinés à me protéger ou prouver ma situation.
A ce stade , j’étais encore seulement avec  une impression d’ emballement administratif  à la suite d’ un coup monté.

A la suite de ce bilan , Mr Monteil de Maricourt avait annoncé la grille de lecture du corps médical     : hallucinations,  qu’il se chargeait de traiter .
Sous contrainte ,  j’entérinais sans commentaires.
Ainsi, pour traiter  les vêtements et le linge déchirés, les pieds de meubles découpés au cutter , les chaises injectées d’encre ou le viol à domicile , considérés comme des hallucinations, ce serait du Risperdal.

Quelques jours plus tard, le diagnostic de Mr Monteil de Maricourt  s’était élargi. Il disait,  état psychotique, précisant que ce type de phénomène pouvait se déclarer sur le  tard et éventuellement disparaître.
Le traitement restait inchangé .

Puis il y avait eu une VAD, une visite à domicile,  avec une infirmière et deux externes pour vérifier que mon lieu de vie était viable et salubre.
Il l’était de toutes façons plus que le 3ème étage du SHU aux chambrées de 3,  à la peinture sale et écaillée, au couloir/déambulatoire sans lumière naturelle et avec ses 3 WC pour 15 qui diffusaient des odeurs d’excréments H/24.

Au cas où la vie à l’extérieur aurait eu continué son cours, il me fallait payer mes impôts et factures et récupérer  une LAR à Vannes.  J’avais donc demandé ce qu’on appelait  en toute dépendance de bon vouloir, «     une permission     »
Refusée par Mr Bekir au nom de la lourdeur administrative et de l’impératif traitement. Il  avait profité  de ce passage dans son bureau, pour essayer de m’inculquer son explication de «     mon     » délire     : 

– le décor du mur de ma chambre , rapporté par l’infirmière et les externes     : du délire complet.

– L’achat d’une tente de faraday     : un   délire évident.

– Des paiements en espèces ( jamais évoqués)  : du délire.

– La tentative d’achat d’un holter EEG ( que je n’avais jamais mentionné     ) : la preuve d’un état de délire permanent.

– L’utilisation du mot «      organisation     » , (que je n’avais pas utilisé)     : la preuve que je m’accrochais à  construire mon délire.
Et surtout la preuve qu’il connaissait, comme Mr Gay,  le contenu de mes blogs précédents parlant du holter EEG et traduisant un texte sur «      l’organisation     »  ,  renommé par moi  «    les cousines Nancy   » … ou qu’on leur avait donné les éléments de langage  pour intriguer . Voire destabiliser.

Le 21 du mois, le JLD avait répondu à ma demande par une convocation au 27    ; convocation   dont on m’avait refusé la copie par deux fois , puisque je la recevrais….. à Vannes.
Le 23 du mois, un certificat  médical spontané avait supprimé l’état de contrainte. Sans qu’on m’en avise. Je ne l’apprendrai que le 27.
Le 25 du mois Mr Monteil de Maricourt avait forcé  sur ma dose de Risperdal , sans avis de précaution ou mise en garde, et  alors qu’il savait ,  sans m’ en avoir prévenue , la levée de la contrainte qui m’aurait permis de refuser.  Ce  ouiquende était prévu , en  liberté  et sans surveillance médicale .

En y regardant de plus près, on voit que les effets secondaires et  bien réels du Risperdal
( agitation, confusion, anxiété,  pâleur anormale, vertiges , pertes de connaissance, maux de tête brusques, incontinence salivaire -bave- etc…) présentent les apparences d’une certaine forme de démence.
Une forte dose à 48h d’une audition……..   ?!
Internet nous apprend aussi que le Risperdal avait  fait l’objet d’un procès aux USA.

En France , il est réputé NR – non remboursable-
L’EMA par ailleurs ,  le classe dans la catégorie 1 des produits vénéneux .
«      Sous contrainte     » , il est ingéré , sans choix. De force.

Libre sans le savoir depuis le 23,  mais surtout depuis le  27, j’avais accepté la demande de Mr Monteil de Maricourt  d’un retour vers le service  pour lui signer un document. Je l’avais attendu 2h30,  avant de déclarer forfait et de repartir.
Il m’avait alors fait rechercher par la police judiciaire , qui avait contacté un  ami , qui n’était pourtant  pas un référant.
Comme si ,  il ou elle en avait le droit.
C’était toujours pour signer le même  document.
Selon une infirmière cette signature n’est pas obligatoire.

Ainsi s’était fabriqué le dossier psy manquant, pour  ostraciser et décrédibiliser une victime qui porte plainte contre  des criminels d’une part, l’Etat français  rarement condamné , de l’autre..

Sur le forum Peace pink on trouve un autre témoignage d’une jeune femme  de langue anglaise, qui s’était vue enfermée, dans les mêmes conditions et   pour des raisons similaires. Egalement à Paris.
Son témoignage mentionne  qu’elle subit  majoritairement les tirs d’ondes au niveau du cerveau.