Tag Archives: Rennes

Le point vert

6 Fév

Image

La photo n’est pas fidèle à la couleur très vive et à l’éclat de ce rayon  et de son point apparu sur une partie pleine du véhicule (ici) . Cette photo  a été prise à toute vitesse et à 110km/h.

Un  rayon vert  était apparu dans la partie latérale gauche de mon champ de vision . Il avait été   reflété tour à tour  sur le pare brise et  le verre de mes lunettes   . Sans voiture suiveuse très proche, il intriguait.
Le rayon avait disparu à plusieurs reprises lors de courbes de la « deux voies » et du passage d’autres voitures.
Il s’était matérialisé sous forme de point d’un vert très brillant  et à plusieurs reprises,  sur une partie opaque du véhicule. Comme ici , pour ce qui est de l’emplacement et non de la vivacité de la couleur Ce qui pouvait indiquer sa provenance par l’arrière.

Le rayon vert avait disparu quand j’avais quitté la « deux voies » pour entrer dans Rennes.

Image

et encore Rennes ,  avec un  voleur et ses 30 millions d’ennemis

Image

Environ dix jours plus tôt,  à Paris, où je faisais mes habituels trajets de piétonne,

Image

j’avais ressenti une brûlante douleur à l’intérieur de l’œil gauche. Comme une pointe de feu. Le frottement de l’œil n’y changeait rien. Ce n’était pas une démangeaison. Cette sensation avait cessé quand j’étais entrée dans une grande surface.

Il y a un  plus de dix ans maintenant, un scooter avec un passager m’avait doublée dans une petite rue du 13ème arrondissement de Paris où je circulais en voiture  . Le passager  s’était  brusquement retourné, montrant un minois de jeune femme asiatique et découvrant un appareil qui m’avait balancé un rayon fulgurant , aveuglant, m’obligeant à piler  au milieu de la rue.

Le scooter avait filé  incognito.

Image

 des lasers connus

Image

Centralisation des crapuleries

4 Jan

De la criminalité par tirs d’énergie dirigée pulsée à travers les murs ,  pour empêcher le sommeil et torturer,  aux crapuleries avec violations de domicile , les situations de cette histoire d’obsédés en bande organisée  , se superposent  et se répètent.

Le vol crapuleux en réseau  d’une valise  il y a quelques semaines , m’avait privée d’un dossier médical . Un compte rendu d’IRM , normal.
https://lesharceleurs.wordpress.com/2013/09/19/vol-crapuleux-en-reseau/
Le vol de la valise  avait eu lieu , dans le train à RENNES. Le plomb qui fermait la valise avait  ensuite été trouvé sur le sol de la chambre à PARIS.
Le dossier médical dont le vol avait été noté sur le PV de plainte à la police, a été  récemment remis dans une valise à VANNES.

Si l’on en croit les indications notées sur l’enveloppe , Il aurait du être remis dans un COFFRE .

Image

Le violeur de domicile en avait décidé autrement. Il avait choisi une valise à la place du coffre.

Si quelqu’un connaît ou reconnaît cette écriture, merci de me l’indiquer.

Il y a éventuellement ceci à cause des F et des R

IMG_4096

Cette  centralisation de l’organisation crapuleuse qui s’acharne sur une cible   avait été notée une première fois  dans une plainte au procureur,  il y a plus  de 10 ans, maintenant.
Des documents de la SCI dont j’étais présidente avaient d’ abord disparu de leur dossier.
Quelques semaines plus tard, ils avaient été trouvés dans une armoire de linge ,   dans une pochette d’accessoires ( gants, ceintures etc..)
Sur l’enveloppe qui contenait les documents , mon nom avait été inscrit à la main , avec une flèche signifiant , sans doute , retour  à ce destinataire.
Le vol de documents donne des informations utilisables à un moment ou l’autre,  pour le groupe crapuleux en exercice. La disparition des documents perturbe la cible. Le retour de ces documents et dans un endroit improbable est destiné à faire croire à la cible qu’elle perd la boule.
Il y a violations de domicile + vol + atteinte à la vie privée ou  à la confidentialité d ‘informations + bande organisée+ volonté de déstabiliser pour nuire et mettre la santé , la vie  ou la réputation de la cible en danger.
speak up or be the next

Vol crapuleux en réseau

19 Sep

Image

Il s’agit du vol d’une valise , dans le train , sur la trajet Vannes-Paris. Elle aurait dû faire son trajet complet  , soigneusement  coincée tout en bas des racks à bagages de bout de compartiment.
Plutôt vielle et défraichie, elle n’incitait pas au vol.

Une particularité la rendait cependant facile à détecter pour une crapule commanditée : son  plomb de fermeture en plastique jaune.
La valise a été volée le dimanche 15 septembre.
A l’analyse , il semble qu’elle soit descendue sans moi,  à Rennes.
Le mardi 17 septembre, son plomb en plastique  jaune a été retrouvé, seul,  sur le sol de ma chambre à Paris ,
Ce vol était  donc bien intentionnel, manigancé et forcément en réseau.

Image

Dans  cette nouvelle situation,  le lien entre des  faits ou réactions humaines  de type anodin s’impose comme souvent.
Hors ce contexte particulier de harcèlement en réseau, ces notations relèveraient d’une forme de paranoïa.
Pour une cible de harcèlement en réseau , ce vol  relève  au contraire d’un déficit de comportement paranoïaque.

A compenser autrement.

ENQUÊTE.
– Mon billet avait été acheté au guichet de la gare SNCF de Vannes  , et payé en espèces , deux heures avant le départ du train
Donc , seuls les deux agents  du guichet pouvaient connaître le numéro de mon compartiment
   avec , éventuellement,  quelqu’un qui serait venu écouter cette information derrière moi.
   En 2 heures, le réseau crapuleux , s’était  alors mis en quête d’un correspondant qui prenait ce train venant de Quimper et Lorient

– Lorsque j’étais entrée dans le wagon,  à Vannes, un grand dégingandé s’était précipité sur moi pour me bousculer
Toutes les cibles de harcèlement en réseau subissent ce genre d’incivilités  mineures qui s’accompagnent souvent de coups de coude     dans les côtes et d’écrasement des orteils
Mais cela signifiait  qu’il avait mon signalement et le n° du compartiment où j’allais monter .

– Le grand dégingandé occupait mon siège . Il n’avait pas de place attribuée

– A Redon, première étape de ce trajet ma valise était toujours présente

–  A Redon, le grand dégingandé et sa blonde copine avaient dû rendre d’autres places qu’ils avaient occupées depuis Vannes , sans réservation
Elle,  s’était assise ailleurs , et lui était allé se mettre debout , près du rack à bagages.

– Ils avaient quitté  le train  ensemble à RENNES . Il n’y avait pas eu de contrôle entre VANNES et RENNES.

– Après Rennes, le  contrôleur devant moi à qui je tendais mon billet l’avait refusé, m’annonçant qu’il allait contrôler les autres d’abord.
Nouvelle petite incivilité notoire d’un professionnel  en uniforme , cette fois. Après coup,  et tenant compte du contexte de dissimulation générale, il ne fallait pas exclure l’improbable.

La disparition de ma valise constatée  un peu avant Paris, m’avait amenée à traverser les compartiments proches sollicitant l’attention des autres passagers sur une éventuelle erreur.

– A l’arrivée,   avec cette même l’hypothèse d’ erreur en tête , j’ avais contrôlé le défilé des bagages à roulettes quittant  le quai.
– Depuis, une vérification de complément auprès des objets trouvés  en gare de Paris et de Rennes  donnait ……. Rien

Pas d’erreur. Un vol en réseau.
Un déficit de paranoïa évident qui l’a permis.
Une nouvelle  situation crapuleuse , coûteuse   , et toujours aussi  tordue , non ?

Image

Ci-dessous un lien vers une courte vidéo, proposée  par une cible canadienne et  qui expose   diverses  facettes du  harcèlement en réseau : http://www.youtube.com/watch?v=dbt4ABU5hek&feature=endscreen&NR=1