Tag Archives: représailles

HCE- Le spectre du signal

25 Juil

 

HCE = HARCELÈMENT CRIMINEL ÉLECTRONIQUE

 Dans un texte du site https://strategika51.org/archives/22936, on trouve ceci :

Certains dispositifs non-létaux à énergie dirigée sont utilisées pour cibler des personnes en toute discrétion dans un but d’harcelement ou de ciblage puisqu’elles induisent des effets biologiques et psychologiques documentés comme la survenue de difficultés respiratoires, des antalgies diverses et sans cause apparente, des saignements de nez sans cause physiologique,  des vertiges, des nausées, un sentiment de désorientation (atteinte de l’oreille interne), une asthénie sévère, une fatigue chronique, des sensations de brûlures localisées ou non, des douleurs articulaires, une confusion mentale, des symptômes épileptiques, la dépression et le suicide.

C’est également l’arme idéale pour un harcèlement à distance notamment à l’intérieur d’une maison ou un appartement (appareils électriques qui “sautent”, survoltages intempestifs, pannes récurrentes de certains dispositifs, vibrations anormales des vitres et des ustensiles en verre, écho lors des communications en GSM, etc.)

……

Une recherche conduite par un laboratoire visait à induire une réaction de rage ou de folie furieuse chez des individus calmes et n’ayant pas de raisons apparentes de recourir à la violence ou d’être saisis par une folie destructrice (Amok) à l’aide d’ondes radio de fréquences très basses. Sur les dix cobayes ciblés, deux ont tenté de se donner la mort, un s’est effondré, quatre ont sombré dans une dépression et un autre a souffert d’une tachycardie incontrôlable.

Ce sujet nous interpelle tous car nous vivons dans un monde de plus en plus pollué par toutes sortes d’ondes électromagnétiques et nous subissons tous à notre insu un bombardement continuel de particules. Si en plus les gouvernement se mettent à vouloir exploiter effectivement ces ondes à des fins de contrôle social, la dystopie décrire dans “1984” ne serait qu’un conte des frères Grimm à côté de ce qui attend l’espèce humaine.

On peut lire aussi

https://www.frstrategie.org/web/documents/programmes/observatoire-des-conflits-futurs/publications/2018/1.pdf

 

Les détections faites dans la maison louée ( pas celle ci-dessus)  depuis la mi-avril montrent des kyrielles de fréquences allant de 1,2 GHz à 1,9 GHz et produisant des  champs électromagnétiques  apparemment infimes , si on les compare à ceux que produisait  le matériel 

des dégénérés 

– du 22 rue Ernest Renan , Paris XV,

– des Sénioriales  de  Saint Julien  des Landes 

– de Lanester lors d’un séjour  d’un WE

– de Vannes … etc

– de l’hôtel de Saint Jean de Monts 

qui procédaient par tirs de micro-ondes dans la tête et le cerveau, à bout portant.

https://lesharceleurs.wordpress.com/2014/12/22/harcelement-et-monasteres/

http://lezarceleurs.blogspot.com/2017/09/les-salves-de-la-4.html

Ici, dans la maison louée,  la méthode camouflée récente , est  surtout basée sur des sifflements  répétés dans le cerveau pour l’épuiser en continu, sauf cas de représailles où la violence sadique  s’accroit. 

La nuit du 23 au 24 juillet, s’était révélée  une longue  séance de torture à l’énergie pulsée. La torture avait duré  6 heures . Elle ressemblait, par interprétation perso.   à des  représailles sadiques  au billet précédent qui note un voisin FM. 

Ces représailles orchestrées par les amis, d’amis sadiques et tortionnaires de cibles  ,  ne laissait aucun coin de la maison hors de portée des signaux qui attaquaient le cerveau par la partie droite de la boite crânienne.

Et cette partie droite du crâne même  fermement appuyée contre le matelas continuait de sursauter au rythme de sifflements violents.

Pour cette nuit du 23 au 24 juillet, il n’existait aucune détection de la présence des  bizarres fréquences isolées allant de 1,1 GHz à 1,9 GHz , habituelles depuis la mi-avril. Les détecteurs n’avaient enregistré que les  micro pulsations habituelles sur les fréquences de 2GHz à 2,3 GHz. … et que je croyais être celles des sifflements. 

Belle erreur, à corriger …. grâce à un signal apparu dans sa totalité  en milieu de nuit

puis de nouveau à 6h52.50  comme ceci 

Le pavé bleu cerné de noir, montre ce qui apparait d’habitude (  et seulement, entre 1,1 GHz et 1,9 GHz) dans les détections récentes depuis mi-avril.

On retrouve encore le spectre complet du signal  qui provoque les  sifflements  dans le cerveau , ce 25 juillet , comme ceci

 

Ce qui semblerait indiquer qu’une technique de camouflage d’une partie d’un signal est possible .

En complément d’information concernant ces sifflements dans le cerveau, il faut noter l’article de J.A ELDER et C.K CHOU (2003). Comme suit :

La capacité d’un individu à entendre les sons induits par RF dépend de l’audition acoustique à haute fréquence dans la gamme kHz supérieure à environ 5 kHz. Le site de conversion de l’énergie RF en énergie acoustique se situe à l’intérieur ou à la périphérie de la cochlée et, une fois la cochlée stimulée, la détection des sons induits par RF chez l’homme et les réponses auditives induites par RF chez l’animal sont similaires à la détection du son acoustique. La fréquence fondamentale des sons induits par RF est indépendante de la fréquence des ondes radio, mais dépend des dimensions de la tête. Il a été démontré que la réponse auditive dépend de l’énergie d’une impulsion unique et non de la densité de puissance moyenne.

Ici, à l’affut de toute information, pour adapter leur torture et supprimer les preuves ou  toute possibilité d’interprétation ou d’explication de preuves/détection, les bourreaux sadiques et tortionnaires de cibles/victimes d’énergie dirigée ,   montrent qu’ils possèdent les moyens techniques et la technologie pour le faire, outre la volonté d’anéantir leur cible .

Enfin , pour information de comparaison, on peut ajouter qu’ une maison isolée  ( non mitoyenne) , sans WiFi ni technologie particulière à l’intérieur de ses murs,  se présente ainsi en détection de signaux (absents) entre 300 MHz et 6000 MHz :

 

Publicités

Torture en représailles

17 Mai

torture du cerveau stock-photo-brain-pain-medical-health-care-concept-as-a-human-thinking-organ-with-barbwire-or-sharp-barb-wire-314240933

La torture consiste à pulser de l’énergie vers mon appartement et l’endroit de cet appartement où je me trouve et où  je me déplace plus particulièrement. L’énergie dirigée est émise et pulsée, venant du dessus et du dessous, donc  à partir  des appartements voisins.

Les tirs m’atteignent , comme toutes les autres cibles de ce même phénomène de torture , quand, pour éviter les agressions directes, je vais m’allonger, sous la table, dans la salle d’O ou dans la cuisine. Tous ces déplacements en pleine nuit , sont, en plus, fatigants.

Ces tirs d’énergie visent et atteignent la tête , actuellement sous forme de sons stridents qui provoquent une mise à feu des neurones du cerveau , font mal , et empêchent le sommeil.

Cette forme de torture a donc deux constituants de base,
La souffrance infligée en continu et volontairement
La privation de sommeil en continu, également.

Cette torture a d’autres expressions, tout aussi cachées, et est responsable
de dérèglements de nature neuro-chimique provoqués dans le cerveau, avec atteinte au système auditif, aux capacités de concentration et de mémorisation,
de perte de capacité de réaction du système immunitaire avec en corolaire une accélération de croissance d’éléments cancéreux , générés par , d’abord et pendant plus de 3 ans, des tirs incessants de micro-ondes vers le crâne et toutes les autres parties du corps.

représailles images

Les représailles sont des réponses de vengeance à la dénonciation de cette torture. Elles sont censées faire taire et conditionner une victime à la soumission et au silence. Ces représailles sont conçues pour générer la peur. Elles sont mises en place et en action immédiatement après une action de défense , ou d’information faite par la cible.

Comme dans le dressage des animaux, les criminels ici, espèrent un réflexe (de soumission ) de type pavlovien.

Pavlov-1004x1024
image du blog : http://blog.francetvinfo.fr/dans-vos-tetes/2013/11/14/sommes-nous-tous-conditionnes.html

Après deux journées successives d’activisme avec suiveurs en continu, et la mise en ligne de l’article https://lesharceleurs.wordpress.com/2016/05/16/le-son-du-dessous/ l’annonce des tirs d’énergie à venir , s’était manifestée par une démangeaison en profondeur du talon du pied gauche. Ça changeait de la sensation d’étincelles au même endroit.
Et schalk. Une fois la position du corps repéré , les tirs de sons avaient commencé.

Le réseau criminel des Sables d’Olonne, montrait une nouvelle fois qu’il avait tout prévu et était positionné en embuscade.

Sitôt un montage de protections rendu plus efficace au- dessus du corps, les tirs étaient immédiatement venus du dessous, s’ajustant ensuite , à toute vitesse , en provenance ( au-dessus ou en dessous) et en intensité, quel que soit l’ endroit de l’appartement choisi pour essayer de les éviter.

Le réseau criminel des Sables d’Olonne a donc le temps, l’envie et le moyen de repérer mon corps , quand je suis dans mon appartement, toute lumière éteinte.

Le réseau criminel français tel que décrit dans mes blogs et quelques autres ,  et ici encore, en Vendée est protégé
par le maire de la ville , ancien magistrat du siège, qui refuse de faire un boulot minimaliste et obligatoire , à base de l’article 40 du CPC,
par le commissaire de police de cette ville soumis aux directives du préfet, et qui  avait fait transformer en toute illégalité des plaintes pour torture par une victime ( moi) ,

  • en plainte d’accusée de diffamation par le tortionnaire des sénioriales G. Poitevin *(1),
  • ou en plainte d’accusée de dégradations par le tortionnaire de Cap Olona D. Stefane.*(2)
  • Ceci est habituel, en France.
  • Dans ce pays , aucune des plaintes de victimes de harcèlement électronique n’a à ce jour donné lieu
  • à une quelconque enquête des pouvoirs publics ,
  • ni à des mesures de précaution pour dissuader les barbares dénoncés , de participer à cette forme de torture cachée et/ou les empêcher de continuer à le faire.
  • torture stock-vector-red-man-tied-with-barbed-wire-in-black-background-107715716
    Il faut savoir que, pour une victime, le fait de se taire, n’empêche pas la torture.
  • Le réseau criminel de base habitué depuis longtemps, impuni et protégé , entretient et maintient une pression constante par torture aménagée , entrainant une forme d’usure et de dégradation de la santé et du cerveau qui aboutira forcément à un état végétatif d’exclusion de la cible.
  • Les victimes concernées par ces vengeances haineuses déléguées à des réseaux de sadiques approvisionnés en technologies meurtrières , et tels que décrits dans de nombreux blogs , ont deux issues principales
    dénoncer le phénomène et informer les citoyens du danger qu’ils courent aussi, pour essayer d’obtenir une législation cohérente qui traite le problème rapidement.
    accepter les souffrances , et l’ assassinat en bande organisée, en silence

*(1)

https://lesharceleurs.wordpress.com/2016/03/13/crime-organise-a-lso-lettre-a-mr-gallot-maire-de-lso/

*(2)

http://etouffoir.blogspot.fr/2016/03/maraude-sauce-poulet.html ( convocation au commissariat)

http://etouffoir.blogspot.fr/2016/03/8-mars-2016-femme-francaise-sans-droits.html

  • torture stock-photo-human-rights-word-cloud-on-white-background-227806630

Vannes, une autre nuit pourrie

11 Fév

Sachant que les tirs d’ondes vers ma tête  en appartement, sont majoritairement de proximité et mis en œuvre par des voisins inconnus, leurs motivations intriguent.

A Vannes, il peut y avoir 3 origines à ces tirs d’ondes directionnels ,

– à partir du couloir , c’est la cas certaines nuits, sous forme de tirs au laser. Cela suppose plutôt un opérateur/résident,

– dessus comme l’ont montré les diverses brûlures exposées à https://lesharceleurs.wordpress.com/2013/11/20/quelques-photos-de-brulures/,

– dessous , depuis le départ du commerçant qui occupait les lieux.

ImageVannes

Deux jours plus tôt, j’étais allée toquer chez la voisine du dessus, à Vannes,  pour comprendre ses motivations  et même  essayer un compromis.
Elle avait répondu que « non,non » elle ne voyait pas de quoi je parlais. Pour elle, douée de magnétisme, les ondes de l’immeuble étaient très positives !

J’avais seulement appris deux choses :
1)    Qu’elle entendait ce qui se passe chez moi.
Démonstration dès le lendemain , avec une hyper sonorisation de ma pièce principale.

2)    Qu’elle avait déposé une main courante contre moi quand j’étais venue frapper à sa porte en pleine nuit lui demander d’arrêter sa machine de tirs d’ondes. Elle avait eu tellement peur ! Pourtant , cette nuit-là, elle était en couple, et ça s’entendait… et donc le monsieur n’avait pas su la rassurer.

J’étais repartie bredouille .
Mais la nuit suivante avait été terrible, comme souvent. Ce milieu criminel adore les semblants de raisons de  représailles pour terroriser , comme il  adore la torture, et adore son anonymat de lâches.  
Les tirs de laser ou de maser ou de HPM traversaient tout , même les couches superposées de cet abri de fortune improvisé où j’avais réussi à me fourrer.

Image

J’étais partie, quittant l’appartement pour ma voiture , cent mètres plus loin. Les tirs d’ondes avaient été quasi immédiats. La distance était insuffisante.

Image

Un kilomètre plus loin,  j’avais partagé   avec un chien errant ,  le calme  momentané du parking couvert d’un centre commercial . Jusqu’à la venue à 2h 15 du matin, d’une voiture chercheuse de cible avec , sans doute, un GPS , car les tirs d’ondes à la tête avaient repris illico. Latéralité droite. Côté passager.

Image
Quittant le parking, j’avais poussé un peu  plus loin , pour me poser dans une jolie petite rue endormie. Les tirs à la tête avaient repris immédiatement, indiquant une « accroche »  d’ondes très probable et m’incitant à rentrer chez moi à 3h du matin…. pour la même chose .
A 3h du matin, il n’y avait plus que deux appartements éclairés dans l’immeuble, en plus du mien où des violeurs de domicile étaient passés mettre leur marque de propriétaires de tout.
Une absence = une violation de domicile. C’est leur règle  crapulo-criminelle immuable.

La torture ne remplace rien. Elle s’ajoute seulement .

Image

Vannes et sa bonhomie trompeuse

Ce qu il faut savoir ] Ondes : « le cerveau vieillira plus vite » –

Enviro2B – 10/02/2014
Dans une interview reprise par l’association Robin des Toits, un expert
québécois des effets de l’électromagnétisme sur la santé tire la
sonnette d’alarme, en évoquant les dangers des ondes électromagnétiques
sur le cerveau. Selon lui, les dégâts neurologiques sur la population
exposée seront graves.

                                 « On prédit une dégénérescence avec l’âge.

Le cerveau vieillira plus vite
. Imaginez que vous accélérez le vieillissement du cerveau des gens
par dix ans.

On deviendra un peu plus stupide et nous vieillirons mentalement
plus rapidement.

C’est ce que les neurologues pensent » affirme le Dr Paul
Héroux, physicien à la tête du “In Vitro Toxicology Laboratory” de
l’Université McGill, dans une interview publiée par Point de vue
Laurentides.

 Selon Paul Héroux, l’Institut de recherche sur le cancer de Lyon
soupçonnerait que les ondes magnétiques de basses fréquences et les ondes
électromagnétiques de hautes fréquences donneraient toutes deux le cancer.
« Les meilleurs experts de la planète nous le disent » affirme-t-il.

En savoir plus : Paul Héroux tire la sonnette d’alarme

Individus ciblés

4 Nov

Image

Dessin de Gross

Traduction libre d’un texte repris du blog de Serge Labreze . Le texte original en anglais est sur serge-labreze.blogspot.fr

Message de Deborah Dupre

24/7 . Le cauchemar des individus  ciblés.
Un lanceur d’alerte de  NSA  devant le  Parlement européen


Le Parlement européen a récemment eu un aperçu du cauchemar que vivent  au quotidien   des milliers et des milliers de cibles  ( TI  en anglais ) . Ce témoignage pour des législateurs est celui d’  un lanceur d’alerte,   haut cadre de  NSA  qui a  ainsi explicité ce que signifie   vraiment la  surveillance mise en place  , et qui va bien au-delà d’un espionnage des déplacements ou de l’écoute intégrale   de chaque individu.

Membre du GAP ( organisation de protection des lanceurs d’alerte)   Thomas Drake , 56 ans, lanceur d’alerte et lui-même individu ciblé (TI) a témoigné le 30 septembre 2013,  devant le Comité parlementaire européen  des libertés civiles, de la  justice et des affaires intérieures . Ce Comité avait  diligenté une  enquête sur la surveillance massive effectuée  par  NSA sur des citoyens de l’UE .
Thomas DRAKE connaît très bien  le système de surveillance mis en place après le 11/9 . Il est de nature à témoigner que ce type de surveillance va au-delà des moyens conventionnels et de ce que d’autres lanceurs d’alerte peuvent raconter ( dans le style  naïf d’ un espionnage à la Big Brother)

Thomas Drake a assisté à  la création de ce programme de surveillance et se considère comme un témoin oculaire des bases de cet état de surveillance constante  qui a pris toute  son ampleur dans la plus grand secret juste après le 11/9.
« J’étais présent au tout début » a déclaré  cet homme , né en Louisiane qui a commencé son témoignage par la suggestion suivante.
« Est-ce que vous pourriez mettre  toute votre vie dans une boîte, incluant  vos documents , vos comptes bancaires , vos mots de passe , tout ,  et le donner à un étranger ,  un américain pour qu’il vous le garde ? «

«Voudriez-vous  faire cela ?  » 



Il attend toujours « oui » comme réponse .



REPRESAILLES et VENGEANCE



Dans son témoignage devant le Parlement européen , Drake a expliqué que pour faire respecter la Constitution américaine et  pour le bien commun , le gouvernement des États-Unis  a fait de lui un individu ciblé (TI)

Faisant un résumé  de ce que chaque individu ciblé connu de l’auteur de l’article  , a raconté ou écrit  au cours d’entretiens   qui ont eu lieu  depuis 2005, Drake a déclaré : 

  » Le gouvernement  a fait de moi une cible …me soumettant  à une riposte sévère , des représailles et des vengeances et  me forçant  à quitter mon emploi de fonctionnaire d’Etat « 



« Mis sur liste noire , sans  revenu, payant des  frais d’avocat pour rien , j’ai été acculé à une ruine financière »



« Ce que j’ai vécu en tant que lanceur d’alerte donne une idée  glaçante de ce dont est capable le gouvernement  en matière de répression politique et de censure,  à l’égard de  quelqu’un parlant de vérité et de pouvoir. «

Ce à quoi sont confrontées toutes les cibles de bonne foi donne une idée glaçante de que le gouvernement peut faire à des personnes   sans importance particulière et respectueuses des lois.

Alors que Drake est un lanceur d’alerte  d’envergure, des milliers de noms  d’autres personnes ont été proposés en vue de persécution et pour des faits  de bien moindre importance.

Même un amant éconduit et pourvu qu’il ait les  relations appropriées  nécessaires pouvait ajouter le nom de son ex sur la liste du gouvernement  des  personnes à persécuter. Une fois sur cette liste,  ces citoyens respectueux des lois seront mis à l’index, empêchés d’exercer un emploi normal malgré leur qualification, ruinés et entraînés dans une spirale descendante qui fait de leur vie une prison H/24 . Une horreur familière à toutes les cibles.

De cette prison invisible qui s’élargit, les cibles demandent de l’aide. Mais, comme dans toute cellule d’isolement de n’importe quelle  autre prison US où l’on applique la torture H/24 , personne n’écoute , et les cibles restent prisonnières de leur domicile et  torturées à leur domicile par les personnes de leur entourage.

L’incompréhension de leur familles et de leurs proches  laissent ces cibles dans un isolement total, faisant d’elles des proies d’autant plus faciles.

A ce jour, il n’existe aucun soutien juridique ou psychologique efficace pour ces personnes ordinaires persécutées.

SURVEILLANCE PHYSIQUE ET ELECTRONIQUE
 
Dans son témoignage  (souligné par l’auteur) Drake explique «  J’ai ensuite été placée sous surveillance physique et électronique intense »
« intense » est très exactement le mot utilisé par les cibles pour parler de ce qui leur est imposé.

«  La surveillance physique » correspond à ce que les cibles désignent par  « harcèlement en réseau »  et que les experts désignent comme un « harcèlement global »  fait par des multitudes d’inconnus ( Ce qui rappelle les chemises noires nazies)

«  La surveillance électronique » selon les cibles passe par celle des outils informatiques, du piratage des mots de passe, de la surveillance des lignes téléphoniques, et de l’espionnage du domicile . Quelques cibles ont réussi à prouver leur agression par des armes électroniques.

Nouveau  COINTELPRO



Dans son témoignage, Drake raconte avoir eu connaissance  de la progression actuelle du programme de  contre-espionnage , Cointelpro . Il dit avoir  été  » attaqué par le FBI en 2007 puis deux ans et demi plus tard, sous l’administration Obama, accusé de crime sur la base de  10 accusations  pour  trahison  , dont cinq relevant  de la Loi sur l’espionnage et qui devait lui valoir  à 35 ans de prison « 

 
Le FBI avait   soi-disant stoppé ce programme de  Cointelpro ,  qui  ciblait et « neutralisait » des  citoyens désignés et  respectueux de la loi,  après qu’un  comité  présidé par le  sénateur Frank Church ait  enquêté,  et  mis à jour ce programme scandaleux en 1973.

 Le Congrès avait donc  condamné ce programme  et  exigé son arrêt.   COINTELPRO ,  a malgré tout continué.  . Il a eu plus de cinquante ans pour affiner sa violence contre des personnes innocentes .


En 2011 , les défenseurs des droits de l’ homme et du citoyen avaient   sonné l’ alarme sur l’administration du président Barack Obama  qui avait intensifié  les   vieilles tactiques COINTELPRO du FBI contre des cibles  innocentes : accordant aux  agents du FBI  des  marges de manœuvre  plus grandes pour traquer, ou espionner les gens selon une nouvelle directive dite   » proactive «  et ce,  sans preuves d’ activité criminelle de ces cibles..

Les nouvelles règles du FBI avaient  permis aux agents d’ infiltrer les organisations , de fouiller les ordures ménagères , d’ utiliser  des «équipes » de surveillance  (y compris des harceleurs  ) ,  de fouiller les bases de données, de faire des  tests au détecteur de mensonge  – sans aucun indice de base d’ acte répréhensible – en d’autres termes , en ciblant les citoyens américains innocents.

Une   cible ainsi  désignée  , se trouve alors  « sous surveillance secrète à son domicile , dans sa voiture, son  lieu de travail et partout ailleurs « , affirme  ,  une cible : Robert Wood.

Austin Crow  d’Austin au Texas, lui-même ciblé, avait demandé au Centre d’Information des Libertés les documents relatifs  à son ciblage . La consultation de ces documents avait permis à Mr Crow  de prouver  que le FBI avait :

–    les numéros des  plaques d’immatriculation des  voitures garées en face de sa maison ,

–   les informations sur les  arrivées et   départs  de ses invités,

–   des informations sur les réunions auxquelles il avait participé  dans les librairies et les cafés,

–  le suivi de ses courriers électroniques  ,

 –  le suivi de ses conversations téléphoniques ,

–  des informations ramassées dans ses poubelles concernant  sa banque et  des sociétés de prêts hypothécaires ,

–  une information sur son passage dans un magasin d’armes alors qu’ il avait cherché à acheter un fusil pour se défendre ,

– des informations obtenues du service des impôts  pour examiner ses déclarations de revenus ,

– ( avait)  infiltré des groupes d’activistes qu’il fréquentait  .

Comme Drake l’a expliqué, après le 11/9 , l’administration BUSH , par l’intermédiaire du  nouveau programme de  Cointelpro avait littéralement  fait exploser ce phénomène de violation des droits   de l’homme  des  individus  ciblés

 :

 » Les accusations  exceptionnelles qui ont été portées contre moi par le Département américain de la Justice sont symptomatiques de la montée en puissance de l’ état ​​de sécurité nationale depuis le 11/9 et une attaque directe contre la liberté d’ expression, de pensée , d’innovation et d’intimité. « 



L’actuelle «guerre contre le peuple »  de COINTELPRO  est plus discrète  , mieux organisée et plus meurtrière,  sous l’égide d’un  nouveau FBI – en  partenariat avec la CIA , grâce à  une technologie scientifique moderne  de pointe  ,  au programme de sécurité nationale et post 9/11 de George  ,  et à l’autorisation «de « tuer  les cibles «   du Président Barrack Obama.



Dans son témoignage, Drake  avait ajouté  ceci au sujet  de Cointelpro : «Les termes utilisés par le Sénateur US Franck Church pendant les auditions faites  sur  les abus de pouvoir de la sécurité nationale dans les années 70   sont de nature à nous rappeler ce qui arrive quand un Etat prend pour prétexte la sécurité pour annexer  la liberté. 

«

Si un dictateur se trouvait  un jour à la tête de ce pays , il pourrait imposer une tyrannie totale car   la capacité technologique à disposition des services de renseignement  au service du gouvernement  est telle,  qu’il serait absolument impossible de le ou la  contrer , même avec un maximum  de précaution de discrétion.
 « Telle est la capacité de la technologie  » .



Dans son témoignage, Drake a également cité Montesquieu :

 » Aucune tyrannie est plus cruelle que celle qui est pratiquée dans l’ombre de la loi et avec les signes extérieurs de la justice ….. »

La vidéo complète  du témoignage enregistré de Thomas Drake au Parlement de l’UE est sur le blog de Serge Labreze.

 Son témoignage complet est sur ​​le site de  GAP.
http://www.youtube.com/watch?v=QjZ88K5XRv4

Vol crapuleux en réseau

19 Sep

Image

Il s’agit du vol d’une valise , dans le train , sur la trajet Vannes-Paris. Elle aurait dû faire son trajet complet  , soigneusement  coincée tout en bas des racks à bagages de bout de compartiment.
Plutôt vielle et défraichie, elle n’incitait pas au vol.

Une particularité la rendait cependant facile à détecter pour une crapule commanditée : son  plomb de fermeture en plastique jaune.
La valise a été volée le dimanche 15 septembre.
A l’analyse , il semble qu’elle soit descendue sans moi,  à Rennes.
Le mardi 17 septembre, son plomb en plastique  jaune a été retrouvé, seul,  sur le sol de ma chambre à Paris ,
Ce vol était  donc bien intentionnel, manigancé et forcément en réseau.

Image

Dans  cette nouvelle situation,  le lien entre des  faits ou réactions humaines  de type anodin s’impose comme souvent.
Hors ce contexte particulier de harcèlement en réseau, ces notations relèveraient d’une forme de paranoïa.
Pour une cible de harcèlement en réseau , ce vol  relève  au contraire d’un déficit de comportement paranoïaque.

A compenser autrement.

ENQUÊTE.
– Mon billet avait été acheté au guichet de la gare SNCF de Vannes  , et payé en espèces , deux heures avant le départ du train
Donc , seuls les deux agents  du guichet pouvaient connaître le numéro de mon compartiment
   avec , éventuellement,  quelqu’un qui serait venu écouter cette information derrière moi.
   En 2 heures, le réseau crapuleux , s’était  alors mis en quête d’un correspondant qui prenait ce train venant de Quimper et Lorient

– Lorsque j’étais entrée dans le wagon,  à Vannes, un grand dégingandé s’était précipité sur moi pour me bousculer
Toutes les cibles de harcèlement en réseau subissent ce genre d’incivilités  mineures qui s’accompagnent souvent de coups de coude     dans les côtes et d’écrasement des orteils
Mais cela signifiait  qu’il avait mon signalement et le n° du compartiment où j’allais monter .

– Le grand dégingandé occupait mon siège . Il n’avait pas de place attribuée

– A Redon, première étape de ce trajet ma valise était toujours présente

–  A Redon, le grand dégingandé et sa blonde copine avaient dû rendre d’autres places qu’ils avaient occupées depuis Vannes , sans réservation
Elle,  s’était assise ailleurs , et lui était allé se mettre debout , près du rack à bagages.

– Ils avaient quitté  le train  ensemble à RENNES . Il n’y avait pas eu de contrôle entre VANNES et RENNES.

– Après Rennes, le  contrôleur devant moi à qui je tendais mon billet l’avait refusé, m’annonçant qu’il allait contrôler les autres d’abord.
Nouvelle petite incivilité notoire d’un professionnel  en uniforme , cette fois. Après coup,  et tenant compte du contexte de dissimulation générale, il ne fallait pas exclure l’improbable.

La disparition de ma valise constatée  un peu avant Paris, m’avait amenée à traverser les compartiments proches sollicitant l’attention des autres passagers sur une éventuelle erreur.

– A l’arrivée,   avec cette même l’hypothèse d’ erreur en tête , j’ avais contrôlé le défilé des bagages à roulettes quittant  le quai.
– Depuis, une vérification de complément auprès des objets trouvés  en gare de Paris et de Rennes  donnait ……. Rien

Pas d’erreur. Un vol en réseau.
Un déficit de paranoïa évident qui l’a permis.
Une nouvelle  situation crapuleuse , coûteuse   , et toujours aussi  tordue , non ?

Image

Ci-dessous un lien vers une courte vidéo, proposée  par une cible canadienne et  qui expose   diverses  facettes du  harcèlement en réseau : http://www.youtube.com/watch?v=dbt4ABU5hek&feature=endscreen&NR=1

Les représailles

23 Juin

Il faut entendre ici cette expression comme une mesure   de coercition, en réponse  à une action d’information dérangeante  . Ces représailles sont  mises en œuvre par un groupe , dans une chaîne de complicités imposées ou tacites  .

Cela peut être le cas  en utilisant la couverture d’un nom de métier   respectable ou  souvent respecté – médecins- .

Cela peut être le cas également   par l’utilisation  d’une qualité qui donne accès à des moyens    alors détournés de leur  fonction  admise   . C’est le cas quand il s’agit d’  ondes pulsées au cerveau  pour privation de sommeil,  par détournement  d’utilisation  de technologies étatiques.

Ces représailles, dans leur apparence officielle ou  leur mise en œuvre  non démontrable – ondes-,  sont     destinées  à décrédibiliser une personne  , à détruire sa santé,   à la  faire taire ou à la  punir, selon   le niveau pseudo moral  des raisons ou excuses que s’auto-attribuent les acteurs  de  ces représailles.

Dans leur  forme de comédie élaborée , ces représailles   relèvent  souvent de  «   chantiers  ». Elles   sont  eu final   une   démonstration de force en bande organisée ,  au nom d’un pouvoir de domination  à démontrer,  garder et entretenir.

L’incarcération hospitalière , avec dépossession  immédiate de toutes mes affaires personnelles,  et qui avait même  permis le vol crapuleux  de mon passeport  laissé aux mains de soignants  ,   peut  être  envisagé comme des représailles .

Image

Statue polychrome du XVI ème siècle

 Ce récent  épisode  de vie de cible avait  été raconté dans les articles «   la chute «   et «   la contrainte  ».
Mais , cet acte violent  d’enfermement  tout  soudain  concocté à   23h30 par un jeune médecin délégué,   avait  aussi été   entériné par une chaîne de professionnels . Et  leur maquillage  de  la réalité des  faits crapuleux de mon existence   au moyen d’étiquettes   psychiatriques fluctuantes,   mérite  sûrement  d’être replacé dans le contexte  plus vague   de la journée de départ.  .

Cette journée  avait en effet été consacrée à  de l’affichage de rue, pacifique mais systématique . Au hasard  des  panneaux disponibles sur mon parcours de déambulation , j’avais collé sans relâche des  notices qui expliquaient le harcèlement électronique  par ondes pulsées. Un sujet largement méconnu en France.

  Image

Après avoir oublié de lever les pieds et lamentablement chuté sur une dénivellation du trottoir, en fin de journée ,  j’avais été récupérée par  des pompiers . Face à mon mutisme de dégobillante, ils avaient fouillé mes affaires      où se trouvait aussi  un reliquat d’affichettes sur le harcèlement électronique  : un sujet non seulement méconnu , mais  pour le moment soigneusement  officiellement  camouflé  parce qu’ utilisé en France et dans le monde,   par des groupes dominants connus/cachés  et en toute impunité.

Une  information à la source  et  qui  n’est pas à exclure dans l’évolution  abracadabrantesque  du scénario facile,  imaginé  et fabriqué ensuite ,  pour aboutir à une incarcération hospitalière.

L’autre  exemple de représailles concerne les ondes pulsées au cerveau , un moyen caché , facile à mettre en œuvre à un certain niveau  et dont le seul but est de détruire la cible  . Sans preuve .

Un moyen pire que les violations de domicile sans effraction , avec dégradations qui peuvent  au moins être photographiées .

Le résultat  de ces pulsions d’ondes au cerveau est  la privation systématique de sommeil . Ce type de privation de sommeil programmé sur fond de douleurs intenses  infligées à l’organe cerveau, cisaillé par des fulgurances  toutes les 3, 5 ou 10 minutes,  ne s’arrête souvent  qu’au petit matin .

A ce moment-là , les tirs d’ondes  sont parfois remplacés   par des brûlures sous la plante des pieds. Ce traitement infligé avec la volonté de faire souffrir au maximum ,   a  naturellement  des conséquences dramatiques  sur la santé , sans parler de la qualité de vie qui relève alors du superflu.

Image

La cible torturée  est zombifiée.

Dans la nuit qui avait suivi la mise en ligne  des  articles  quasiment confidentiels   «   les dominants  »  et                 «   harcèlement dit psychotronique  » les tirs d’ondes avaient été, exceptionnellement,  de type acoustique  : des sons stridents qui résonnaient dans le cerveau et qu’aucune des multiples épaisseurs ajoutées sur la tête, à l’intérieur de la tente de faraday reliée à la terre,  n’avaient pu arrêter.

Ces tirs avaient été  quasi chirurgicaux, comme on le dit de certaines frappes militaires, en ce sens qu’ils avaient augmenté  immédiatement et directement en violence au rythme des épaisseurs ajoutées, et sans apparent tir d’essai , comme souvent  . L’intervalle entre les tirs était de quelques minutes seulement.

Une tentative de sieste en journée et vouée à l’échec pour les mêmes raisons que pendant la nuit, m’avait incitée à un essai de repos , une dizaine de kilomètres plus loin dans une campagne de bord de mer , voiture planquée à l’ombre du feuillage dense d’arbres centenaires .

Et il y avait eu plusieurs «  zappings  » au cerveau , semblables à ceux de la nuit . Plus espacés .
Ces tirs d’ondes ne relevaient pas , ici,   de matériel de proximité .

Ma parole, contre des faits de torture par des  professionnels.