Tag Archives: réseau criminel

G.F.M. Harcèlement électronique

7 Août

electronic_mind_control_gangstalking

 

Changement de voiture. Matraquage de signaux dans les heures suivantes.
La GMF est une  mutuelle d’assurance farcie de frères. J’y avais été acceptée , dans une deuxième vie antérieure, à cause d’ un statut d’assimilée fonctionnaire.

J’en avais été virée , pendant un an, à cause des trop nombreuses dégradations déclarées et faites  par les zozos du gangstalking sur  mes divers véhicules, avant d’être courtisée par la même GMF pour une re-intégration ,  et qui dure.
A Paris, le service avait toujours été impeccable. En province, beaucoup moins. Les employés y sont liés et soumis  aux réseaux d’influence et de nuisance locaux.

La situation qui va suivre décrit ce genre de problème, dans le cadre du harcèlement électronique, lors d’un changement de véhicule.

Pour ceux qui découvrent ce blog et le harcèlement électronique on peut conseiller , par exemple, la lecture de http://lezarceleurs.blogspot.fr/2016/07/individus-cibles-le-programme.html ou

http://lezarceleurs.blogspot.fr/2016/05/gang-stalking-les-reseaux-de-la-haine.html

IMG_8063 publicité de la GMF

Lors de mon premier passage au garage, en vue d’un futur changement de véhicule, il y avait une voiture de police occupée , planquée ou en planque , à l’ombre , en contre bas de la route . Près du garage.

A mon second passage au même garage, une voiture de la municipalité était positionnée pour bloquer partiellement ma voie de sortie. Le zygoto qui aurait du être au volant de cette voiture occupait l’espace restant , jambes écartées, en haut de la petite côte qui donne accès au rond point, puis à la deux voies. J’avais foncé. Lui aussi . Pour s’écarter.

Mon projet de changement de voiture , concrétisé par internet seulement, était apparemment ainsi et déjà connu du réseau de harcèlement des Sables d’O, que ce type représentait peut-être dans son implication locale. Avec hostilité.

IMG_8065

Une nouvelle carte grise en main, j’avais tenté ma chance pour une transformation de ma police d’assurance, dans la petite boutique «  tout en un » ( salle d’attente clients + bureau de l’employée dans une unique pièce) de la GMF . Pour cette formalité rapide , l’employée avait accepté de me faire passer entre son actuel client et le prochain rendez-vous.

Le prochain rendez-vous s’était pointé , avant de décider d’aller faire un tour.

L’employée GMF allait commencer à traiter mon dossier quand soudain ….. elle s’était excusée. Son écran lui écrivait et il fallait qu’elle réponde immédiatement.
Une urgence d’assurance qui ne supportait pas dix minutes d’attente, en réponse ?

Mon tour venu , elle avait noté les habituelles particularités du véhicule présentées. Bizarrement , ça ne semblait pas lui suffire ou la satisfaire. Elle disait ne pas trouver le véhicule sur sa liste. Pourtant , la préfecture l’avait fait.

Et elle s’était employée à me faire re-préciser à haute voix tout ce qui était écrit sur l’acte d’achat. Et plus. Elle voulait maintenant, et en plus, la couleur du véhicule. Une information que ne note ni la carte grise ni une attestation d’assurance.
Cette question insolite avait fait clignoter une petite loupiote d’alerte dans mon ciboulot.
En tournant la tête , j’avais alors noté la présence d’un nouveau couple qui s’était introduit dans la pièce subrepticement. Rien des infos demandées et dites à haute voix n’avait pu leur échapper. Sous mon regard étonné , la jeune femme avait vite tourné la tête et caché l’autre moitié censée visible , avec sa main. L’homme, sinistrement reconnu,  s’ était figé, le regard vide.

IMG_8074

 

Ma voiture était disponible à 30 kms ++ des Sables d’O. Dès que les plaques d’immatriculation avaient eu été fixées, j’étais partie à la recherche d’un coin tranquille pour un pique nique/diner dans la nature et une nuit sous les étoiles . Sans repasser par les Sables d’O.  J’étais censée, inconnue de tous.

IMG_8052
L’aire de repos de l’AUBRETIERE, allait faire l’affaire. Elle était double , séparée par la départementale . Chaque partie de cette aire de repos  était entourée d’épais fourrés . Loin de toute antenne de téléphonie elle était aussi dépourvue de commodités et ainsi moins fréquentée. Quelques voitures s’y étaient arrêtées quelques minutes, me laissant tout l’espace pour la nuit.

IMG_8069

Laquelle nuit de repos s’était arrêtée à 2h20, ponctuée par un tir magistral et brûlant sur le sommet du crâne. Compte tenu de ma position allongée, le tir d’énergie dirigée , venait de l’arrière du véhicule  et était une nouvelle fois fait à l’horizontal. Plutôt près.
J’avais cherché . Des bruits et bruissements dans les fourrés avaient indiqué un déplacement rapide. Sans doute pas un sanglier.
Traversant la route, je m’étais installée dans le deuxième partie de l’aire de repos. Vide.
Le criminel en fonction avait manifestement laissé son véhicule ailleurs.

Là , j’avais subi des mini-tirs qui « zappaient »* (1) le cerveau, et m’ avaient incité à aller faire un tour avant de revenir. Espérant décourager mon poursuivant, pour continuer à profiter de cet endroit calme, surtout loin de toute antenne-relais.
De nouveau installée vers 3 h du matin , dans l’aire N°1 , je m’étais endormie.

 

IMG_8073
Au matin, le réveil avait été féroce . Avec ceci ci-dessus en détection  de tirs d’énergie ,après environ 3 heures de repos. Et l’impression d’avoir encore un marteau-piqueur dans la boite crânienne . Des élancements , non stop.

Sur cette détection, les tirs  d’énergie sont indiqués en marron.
Les lignes bleues représentent des lignes intercalaires supprimées, parce que SANS tirs.
En haut, en vert , on trouve l’indication du spectre de fréquences utilisées par ces tirs.
A gauche , en rosé , l’heure des tirs.

IMG_8054

Et derrière mon véhicule ,-  celui dont la porte est ouverte-, on trouvait celui-ci qui était venu s’installer au plus près. L’occupant  sur le siège conducteur., semblait dormir . C’est pourtant la place  la moins confortable.  A cause des pédales.

Dans cette nouvelle anecdote de type criminel on peut noter
la tentative  et relative réussite première,  d’ un achat en toute discrétion
la réactivé  absolue et telle que voulue par  les criminels de ce type d’ histoire.
Cette réactivité était rendue possible par
une surveillance constante et
une collaboration inconditionnelle évidente de professionnels ordinaires liés à des réseaux d’influence et à leurs sbires/voyous ; lesquels professionnels sont sans respect du client , ou d’une quelconque éthique.
Pour reconnaitre mon nouveau véhicule ,
il fallait avoir à disposition toutes ses particularités, dont la couleur , éventuellement .
il fallait également l’avoir fait suivre ou retrouver dans un endroit éloigné et improbable.
il fallait aussi et surtout une organisation criminelle disponible , avec le matériel transportable  ( ou local) ad hoc . Laquelle organisation est obsédée par son but : la destruction d’un être humain à la demande d’un ou plusieurs dominants.

IMG_8064 publicité de la GMF

A cela , il faut aussi ajouter que cette voiture a déjà été retrouvée OUVERTE, trois fois . Deux fois dans le parking de Cap Olona , et une fois dans la rue.

Pour bien signifier que cette ouverture ne correspond pas à un oubli de ma part, la portière  côté conducteur , avait été  laissée entre-ouverte. 

La voiture précédente avait subi ce même sort.

Et à chaque fois que le jeune portugais * (2)  aux airs  de gendre parfait, résident  au 3ème étage  de Cap Olona était venu stationner sa seconde voiture près de la mienne, dans le parking ,  des objets précédemment  volés  avaient  fait leur apparition ,  déposés dans mon véhicule.

Une voiture ouverte, c’est l’accès assuré à tous les objets personnels mais aussi et surtout aux organes vitaux du véhicule . C’est une aide supplémentaire à une pose de balise ou d’antenne * (3)  qui permette et assure le harcèlement électronique en tous endroits.

Employée d’assurance et complice de criminalité à l’égard d’un client. Un classique, quand on sait que c’est le camouflage par la qualité ou  la fonction qui permet le harcèlement criminel. 

Hors cette assurance, il  aurait pu exister  deux autres hypothèses de source et transmission d’information sur ce véhicule , et destinées à faciliter les agressions de ce réseau criminel.

Elles ont été  scrutées et analysées à la loupe . Elles sont peu envisageables.

  • (1) « zapping » = cette agression correspond à des sensations douloureuses de cisaillements du cerveau
  • * (2) https://lesharceleurs.wordpress.com/2013/08/01/au-portugal/
  • * (3) http://lezarceleurs.blogspot.fr/2016/06/inhumaine-cuisson-dhumaine.html

La programmation

12 Juin

Depuis plus de 12 mois maintenant, mais avec une exception sur 32 jours *, dans de nombreux endroits où j’avais résidé,  le passage de l’état d’éveil à l’endormissement avait déclenché un tir d’ondes au cerveau.
Qu’il s’agisse de l’endormissement du soir ou de celui d’une sieste.
C’est actuellement le cas à Vannes , comme cela l’avait été récemment en Allemagne.

J’excepte dans cette description de tirs d’ondes,  les cas où du matériel qui les génère était transporté et entreposé dans les appartements ou pièces voisines comme à Paris XV  à partir des appartements Walti et Besagni , ou encore dans certains hôtels de province ou de Paris . Ce matériel était et est utilisé systématiquement, quelque soit l’heure.

On sait que les ondes produites par le cerveau en état d’éveil ( béta et alpha ) sont différentes de celles produites lors de l’endormissement  . Au stade de l’endormissement les ondes alpha diminuent.

Lors de mon cours  récent séjour en Allemagne et des expériences faites pour me protéger, j’avais noté un délai d’environ 20 minutes avant le début des tirs d’ondes au cerveau. Ces tirs d’ondes impactaient d’abord l’oreille et traversaient le cerveau sous forme d’éclair.

Actuellement à Vannes  les tirs d’ondes  au cerveau se déclenchent dans un délai d’environ 10 minutes du début de l’endormissement.Sieste y compris . L’onde se présentait ce jour  comme une bouffée brûlante qui englobe la totalité du cerveau. Le premier tir est d’intensité moyenne était suivi immédiatement par un tir violent, renouvelé toutes les 3 ou 5 minutes.

Tenant compte de tout ce qui est écrit sur ce sujet depuis des années, et surtout du fait qu’une onde semble accrochée sur moi en permanence et se manifeste notamment  par des piqûres , on peut raisonnablement penser à un aller/retour d’information entre l’onde accrochée et la matériel qui la gère. Cette onde accrochée donnerait alors au matériel sophistiqué en question,  l’information d’un changement d’état de la conscience déclenchant ainsi  en retour les tirs d’ondes divers destinés à empêcher le sommeil.

Sur internet,  à Rythme cérébral, on trouve cette information  aussi claire qu’inquiétante  et qui pourrait faire penser que mon cerveau est passé en copropriété sans mon consentement  :

Les entreprises du secteur de la défense, de l’armement ainsi que des communications se penchent avec intérêt sur ces avancées techniques et travaillent notamment sur la captation de ces ondes pour des applications ludiques, paramédicales et militaires. Un système d’interface neuronale directe capte les ondes cérébrales et permet de prendre le contrôle d’objets physiques (véhicules) ou virtuels (jeux vidéo). Psychokin鑚e et t駘駱athie pourraient devenir une réalité par la maîtrise des ondes cérébrales.  »

Parmi les phénomènes bizarres destinés à faire passer pour fou ou rendre fou, ceux qui ont lu les blogs précédents se souviendront qu’à Paris XIV, mes postes de radio se mettaient en marche sans mon intervention. Il en avait été de même pour l’auto radio , un jour récent,  dans les environs de Nantes. Il y a deux jours , c’est à Vannes que le système de chauffage de la voiture s’était mis en fonction . Sans mon intervention.

* au cours de l’hospitalisation, des zappings avaient lieu en pleine nuit et non à  l’endormissement

 13-6-13

Dès la 1ère nuit qui avait suivi la publication de cet article, la programmation des tirs d’ondes avait été changée. Les tirs avaient été  uniques, violents , mais  espacés et toujours aussi imparables, traversant tout.

Cette réactivité déjà constatée confirmerait   la lecture systématique des présents articles et une surveillance constante,  par ceux que la Cour de Cassation avait désignés  comme des……. « tortionnaires ». Admettant, ce faisant, la réalité du fait et son inadmissible tolérance officielle.

Pour dérouter, et selon un tactique habituelle et maintenant connue ,  la méthode de tirs  avait de nouveau changé dans les 24h.

La fin de journée du 13 avait été ponctuée de piqûres au visage et sur le crâne. Puis les tirs d’ondes de soirée avaient commencé alors que j’étais encore à ma table de travail. Donc au hasard d’une heure tardive . Il n’y avait  pas , cette fois, d’information donnée par les ondes cérébrales , ni par le positionnement du corps.

Le matériel programmé avait simplement commencé son boulot.

Une fois allongée, des bouffées d’ondes brûlantes avaient impacté  tout le corps. La sensation de brûlure  au niveau des poumons avait duré toute la nuit du 13 au 14 juin.

Cela faisait penser que l’expression de  la criminalité était  redevenue  locale. Le groupe  criminel  corso-beur de base et de couverture,   avait sans doute  repris la main. Les tirs intenses et brutaux, comme à Paris, étaient ici effectués d’un appartement voisin. Mes changements de place ou de pièce  ne m’avaient pas permis   d’éviter la torture nocturne du cerveau.

 » L’onde accrochée » sur moi permettait  un matraquage en continu, ici,  à Vannes  dans le Morbihan, en France  .