Tag Archives: responsabilité de syndic

TORTURE ELECTRONIQUE en immeuble – Responsabilité du propriétaire, du syndic, du conseil syndical

26 Mai

La torture électronique en immeuble consiste à émettre et propulser  sans répit , une énergie immatérielle à travers les parois d’un appartement , en visant une personne chez elle pour détériorer sa santé, la priver de sommeil par des souffrances sadiques et l’obliger à fuir ou quitter son appartement avec pertes et fracas.

Les moyens utilisés pour mettre en place cette torture électronique en immeuble peuvent être des appareils mobiles mis à disposition de voisins rétribués  de la personne ciblée, lesquels voisins  actionnent le matériel à volonté,  en dirigeant les tirs d’énergie sur une partie du corps de la victime.

En complément des appareils , et qui sont des armes par destination, il faut, pour viser la victime , qu’existent également des appareils qui permettent de la voir ou de la repérer chez elle.

Les voisins volontaires pour ainsi  torturer un citoyen en cachette, peuvent, également être approvisionnés d’éléments permettant d’utiliser en plus ou séparément , les canalisations électriques de l’immeuble disponibles dans toutes les parois d’un appartement.

La torture électronique est une occupation de réseaux criminels qu’un Etat de droit a la responsabilité de combattre. La torture électronique doit faire l’objet de plaintes au pénal.

Au niveau d’un immeuble , la torture électronique est considérée comme une nuisance de voisinage , et  interdite par le Règlement de copropriété.

Le terme utilisé , très précisément dans des Règlement de copropriété récents pour caractériser ce qui correspond à la torture électronique, est RADIATION .
http://lezarceleurs.blogspot.fr/2017/05/radiation-ionisante-et-radiation-non.html

La radiation est une émission d’énergie immatérielle. Elle est agressive quand elle est propulsée par à-coups. C’est le cas pour ce qu’on a du prendre coutume d’appeler la torture électronique.

Le Règlement de copropriété est un contrat signé devant notaire par tous les propriétaires au moment de leur achat et qui les engage à en demander le respect, si besoin. C’est le cas, qu’ils soient bailleurs ou non-bailleurs de leur bien,  dans le cadre d’une location de ce bien.

Les propriétaires concernés par une nuisance de voisinage dont ils ont eu connaissance doivent réagir en s’adressant au syndic/gestionnaire de l’immeuble dont une des fonctions payées, consiste à faire respecter le contrat qui oblige tous les propriétaires solidairement . Ils doivent exiger que le syndic prenne toute mesure pour faire cesser la ou les nuisances incriminées et interdites.
Pour cela, il n’est même pas besoin de prouver un préjudice.

Ils peuvent aussi le faire en contactant le conseil syndical fait de bénévoles volontaires pour représenter les intérêts de tous les autres propriétaires. Un conseil syndical a le devoir et la responsabilité de veiller à ce que le syndic accomplisse sa mission payée .
Un conseil syndical a donc aussi  la possibilité  d’exiger la cessation des nuisances de voisinage révélées.

Par ailleurs, pour préserver la valeur de leur bien immobilier , les propriétaires et les représentants des copropriétaires ont un intérêt personnel  tout particulier dans ce type de gestion de crise. Et ce n’est pas en accusant la victime de nuisances imaginaires ou en ajoutant des nuisances commanditées ( violations de domicile ) aux autres (torture électronique) , pour la faire partir, qu’ils réussiront ce pari.

Par délégation de responsabilité, le bailleur du bien a , également et en plus , la responsabilité de garantir au locataire la jouissance du bien loué , sans nuisance de voisinage . Il a donc par mandat de gestion , le devoir de réagir à des plaintes de nuisances de voisinage  de son client , conjointement avec le ou la propriétaire du bien.

Le 22 mai 2017 à l’audience du Juge des Expulsions , j’avais  entendu avec effroi un avocat et une magistrate prétendre que la propriétaire n’était pas responsable du traitement local de la nuisance RADIATION dénoncée .

Le fait que la situation  soit criminelle par ses moyens et conséquences ( atteinte à l’intégrité physique et mentale) n’y change rien, puisqu’il s’agit ici d’une responsabilité locale connue et reconnue, et que la manigance de base est de voisinage.

Une propriétaire négligente est responsable du tort causé à l’occupant de son bien. Tout comme comme elle est responsable d’une tromperie organisée pour flouer la justice et l’occupant de son bien . 

Alors, à  tous les individus ciblés, en plus et aussi,  par le harcèlement et la torture électronique en immeuble, je propose ici, de mettre leur propriétaire devant ses responsabilités contractuelles  de base par des courriers et en lui demandant  de respecter leurs droits, et d’intervenir auprès des deux interlocuteurs locaux que sont le syndic et le conseil syndical, comme explicité plus haut.
Ces gens informés d’une situation criminelle , sont également responsables de non dénonciation de crime pouvant être empêché et de non assistance à personne en danger, dans le cas où les individus ciblés concernés peuvent aussi produire des preuves de toutes natures , dont des détections ,  faites  même sans expert.
Pour les individus ciblés propriétaires de leur bien , il y a une étape en moins, mais de toutes façons urgence à agir au niveau de l’immeuble, aussi.

Publicités

BROYAGE de CIBLE

10 Juil

Il existe un autre texte « broyage de cible » à http://etouffoir.blogspot.fr/2014/07/harcelement-en-reseau-broyage-de-cible.html

???????????????????????????????
Cette convocation, présentée ci-dessus,  m’avait été annoncée précédemment ( noté dans un article) par Jean Jacques Walti, l’homme de main local du groupe criminel qui me torture aux ondes pulsées, nuit et jour, depuis 24 mois . Il avait alors annoncé qu’il obtiendrait 45.000 euros. Pour un homme sans métier , c’est l’aubaine.

???????????????????????????????
Accessoirement, je rappelle , ici, qu’aucune de mes plaintes pour menaces de mort , injures et TORTURE portées   contre Jean-Jcques Walti et les autres , n’ont été traitées par la police française.

Le jour où il m’avait annoncé sa future plainte, Jean-Jacques WALTI, m’avait interpellée dans le couloir.

Depuis la nuit des tirs d’ultrasons invalidants en provenance de son appartement , j’étais devenue sourde. Cela m’avait couté 4000 euros d’appareillage pour un résultat très moyen .

Mais là, discret pour m’annoncer sa future plainte , Jean-Jacques WALTI , l’homme qui m’avait par ailleurs une nuit agrippée, soulevée et jetée dans le couloir, murmurait,  pour une meilleure confidentialité.

Je n’entendais rien, alors m’étais approchée. STOP. Il m’avait aussi interdit de venir plus près.

Comme si la politesse et la normalité étaient contagieuses  !

Et donc j’avais appris cette nouvelle plainte à venir.

Ainsi non seulement ce criminel pouvait torturer à sa guise sous  haute protection sans que les plaintes contre lui prospèrent, mais encore , la dénonciation de ce crime, une oeuvre salutaire remplaçant un travail inexistant de recherche de criminels par des policiers , allait en plus être sanctionnée par une volonté policière de collaborer avec les criminels.

Et comme à VANNES où l’imbibé33 du 1 rue Mgr de Pancemont et les groupes criminels avaient continué de plus belle après une plainte , ceux de Paris voulaient que la police les y aide aussi . https://lesharceleurs.wordpress.com/2014/05/18/trois-choses

Rencontrant le protecteur et comparse de J-J WALTI  dans cet  l’immeuble , ANTOINE DE CERTAINES, j’avais essayé de lui parler de la criminalité scandaleuse qui continuait au  22 rue Ernest Renan, Paris XVème.
«  JE N’ENTENDS RIEN  » avait été la réponse de Mr DE CERTAINES,  citoyen aux airs respectables de bon père de famille, et poli… parfois.

https://lesharceleurs.wordpress.com/2014/04/27/lettre-a-mr-decertaines/

http://lezarceleurs.blogspot.fr/2014/06/autre-lettre-mr-de-certaines.html

Au 22 rue Ernest Renan , les tirs d ‘ondes pulsées et de toutes sortes avaient  donc bien continué.
Comme à l’accoutumé, un tireur criminel du réseau , venait chez Jean-Jacques WALTI vers 23H ++ pour ses exercices de tirs fulgurants vers mon cerveau. Le 8 juillet au soir, je les avais laissés seuls.

Il faut noter que le 8 juillet au matin, après une nuit de tirs d’ondes épuisants ( du 7 au 8) , j’avais en plus été déjà cuite dans mon lit au matin (8) avec ceci illustré  ci-dessous,  que l’on appelle le mur thermique . Le détecteur qui a fait cet enregistrement était placé en tête du lit.

Il faut additionner les valeurs.

IMG_7434 -8 juil 7h35

Ce phénomène est décrit également à http://lezarceleurs.blogspot.se/2014/07/lettre-monsieur-charpentier-syndic.html

Pour achever une citoyenne/cible d’ondes pulsées, il y a aussi les faisceaux d’ondes invalidants  dirigés vers son lieu de vie . Les valeurs  de champs électromagnétiques présents au niveau de ma fenêtre oscillent  au mieux, entre 800 microW/m2 et 2000 microW/m2 .

Sauf le 9 juillet au matin , au retour d’une nuit passée dans ma voiture et déplacée 3 fois,  et où j’avais été accueillie par ceci : 10.000 microW/m2  plus les reste à aditionner.
X est la fréquence 1,9 GHz (W=1,8; Y=2 )

???????????????????????????????

Et qui existait aussi à VANNES (56)

A Paris, l’immeuble en face est à quelques dizaines de mètres . On y voit de temps en temps des ados. affairés sur le toit. L’un d’entre eux , m’apercevant, s’était caché là. Non pas derrière les tuyaux. Derrière la maçonnerie.

IMG_7256 le toit en face
Les antennes-relais proches sont à moins de 200 mètres.
Si d’aventure vous passez par ce blog patchwork n’hésitez pas à en copier quelques pièces.
Son avenir est compromis, par une plainte de criminels contre leur victime.

https://lesharceleurs.wordpress.com/2014/01/23/exploservune-cible-au-laser/

IMG_7440 - les ailes

Dessin de VOUTCH