Tag Archives: sécurité sociale

Energie dirigée ( suite)

30 Août

Depuis 2 jours , je n’avais pas arrêté  de larmoyer, induisant même la compassion  d’une cliente dans une file d’attente  chez Netto. Mais, ce n’était  ni  de chagrin, ni à cause d’un rhume. J’avais les yeux irrités et  la moitié du crâne et les oreilles douloureux.

Le  jeudi 29-8, j’avais  de nouveau  installé mon matelas  sur la terrasse,  en plein air, dès 21 h.

Image

Venant de l’étage supérieur, habité par cette nouvelle voisine ,

Image

des bruits divers d’objets déplacés  avaient précédé de peu une détonation . Dans les secondes qui avaient suivi cette détonation  , j’avais été aspergé  des pieds  à la tête de sensations de piqûres et de micro brûlures . Un peu comme si des poignées d’épingles   jetées dans ma direction s’étaient plantées  dans ma peau à des profondeurs différentes. En me levant pour échapper au tir suivant, j’avais été prise d’étourdissements.

Aucune marque. Aucune preuve.  Des marques rouges sont apparues dans la matiné sur toute la partie du corps qui avait été touchée. ( photos)

La torture ainsi  mise en oeuvre relève d e ce que les militaires et la police nomment le  non létal, utilisé depuis  plus de 10 ans déjà..

Au 7ème symposium européen des armes non létales  de juin 2013 , il avait été noté  par des membres de l’Académie Royale Militaire  de Belgique  et de l’Université de Liège,  que leur dernière définition datait de 2008, en ces termes:
 » a weapon that is explicitly designed and primarily employed to incapacitate or repel persons or to disable equipment, while minimizing fatalities, permanent injury and damage to property  and to environment « 

Il était également noté par les mêmes    que  » Accuracy is very important in the non lethal domain , as impacting the wrong place ( for example aiming the chest  and impacting the eyes) can be disastrous. ….. After that , the risk assessment of head impacts will be the next important topic »

Les groupes criminels français, eux , n’ont pas de protocoles à respecter. Ils tirent pour détruire, sans contrôle. Sans entrave légale.

Encore  à propos de ce type de matériel , on trouve dans

« Non lethal capabilities for opérations ,
lessons learned from Kosovo »
par le Colonel Erich WEISSENBÖCK, du ministère de la Défense autrichienne
 » High power microwave (HPM) Radio Frequency ( RF) and Laser weapons will be deployable as non lethal weapons against material, vessels, vehicles and persons at larger distances ( > 1000 meters) »

Les criminels français utilisent ce type de technologie généralement  à   quelques dizaines de centimètres de leur cible, au plus à quelques mètres . Pas d’intermédiaire. Pas de risque d’interception pour preuve.

De nouvelles expériences  , par éliminations successives  et faites à Vannes pendant toute une nuit,  confirmeraient que le matériel est au plus près, comme d’habitude et même si le poste de commandement est plus loin.

L’utilisation de nuit permet d’éviter , en plus, un contrôle par un laboratoire indépendant de  reconnaissance des ondes utilisées et de mesures de leur extrême nocivité.

Du même Colonel Erich WEISSENBÖCK , on apprend  aussi que
« The misuse of Non Lethal  Weapons, with possible consequences such as harassments, humiliation, torture, injuries or death, can lead to criminal/civil prosecutions « 

TORTURE c’est bien le mot approprié.
Can , signifie  peut ou pourrait

Ce blog raconte à :
https://lesharceleurs.wordpress.com/2013/07/09/la-torture-autorisee/

https://lesharceleurs.wordpress.com/2013/08/25/classique/

qu’en France, il n’en est rien . Ni poursuite au civil. Ni poursuite au pénal pour les utilisateurs d’armes ou appareils  à énergie dirigée. Seulement des factures phénoménales dues aux conséquences diverses de l’utilisation  officiellement niée  de cette technologie  non létale ; factures  imputées majoritairement  à la sécurité sociale  et à son trou béant et donc  aux contribuables. En attendant la disparition de la cible , savamment  et officiellement camouflée en mort naturelle.

Cette nuit du 29-8, j’avais trainé  le matelas ailleurs , 4 fois de suite , avant d’abandonner à 5h du matin. Les tirs d’ondes au cerveau avaient continué leurs dégâts avec la même violence . En tous endroits. Les ondes étaient acoustiques.

Toujours selon le Colonel Erich WEISSENBÖCK   » acoustic non lethal weapons, cause an effect on the sense of hearing ( and the balance) …….present a too high risk for unwanted effects ( hearing damage)

Pour les criminels français, il s’agit certainement  de « wanted » effects.

Voir, malgré tout : http://etouffoirs.wordpress.com/2013/09/02/le-colonel/

Et pendant ce temps-là, la hargne locale  des autres  ou des mêmes , s’exprimait  également sans contrainte, contrôle ou sanction.

http://etouffoirs.wordpress.com/2013/08/30/pendant-ce-temps-la/

Publicités

Le rétro-diagnostic

5 Juil

Il s’agit d’ un diagnostic  qui couvre une période où  le praticien ne connaissait pas la patiente.  Déontologiquement parlant , ça ne peut pas exister .

Déonto.. quoi       ?

Ici, Mr Bekir médecin hospitalier français avait  fait un rétro-diagnostic des pathologies diverses  qu’il m’attribuait,  sur les 10 années précédentes.

Mais pourquoi pas 37 ans. ? ou   3 ans ? ou même quelques mois      ?

Parce que 10 ans c’était juste ce qu’il fallait pour invalider mes diverses  plaintes  et ma requête à la CEDH  qui  mettaient en cause un système  de harcèlement en réseau et plus    .

Mon hospitalisation forcée de 27 jours devait servir à cela . Le rapport  du corps médical ,  aussi.
De par  sa spécialité, Mr Bekir nomme . Contrairement aux autres médecins , il n’a pas de moyen de  prouver ses dires. Car,  Il n’existe pas  de radio  d’hallucinations ni  d’analyse de détection  de cellules de délire  .Les pathologies désignées  sont   des choix . Parfois même  au prix de déformation.

Ainsi le VIOL  en appartement , explicité  à la demande  de son collègue ,devant plusieurs  dizaines  de personnes lors d’un bilan clinique ,  était devenu  par décision  de  Mr Békir ,  ma »conviction »  d’être agressée sexuellement  ,    Sous sa plume cela devenait  aussi banal  que   des objets déplacés  par des inconnus . Le tout était   rangé  sous la rubrique des »mécanismes hallucinatoires  »

Image

Un crime transformé en conviction qualifiée de pathologique. C’était aussi simple que cela. Et très attendu.

Sa démonstration suivante portant sur du délire , était à l’avenant et en était. Le délire reposait , selon lui, sur une liste détaillée de dépenses de sécurisation. Sans date.

Ce médecin déclarait ainsi  pathologique , le fait de prévenir ou traiter des agressions qui ne relevaient pas de son domaine,  et qu’il ne pouvait  par ailleurs ni constater ni contester . Il s’arrogeait pourtant ici , le droit de caractériser , en toute ignorance de faits ou de preuves .

Image

Et ce médecin ausculteur de mon porte-monnaie et du reste, avait déclaré ces dépenses « inconsidérées », les désignant dans la foulée de  » comportements pathologiques  »

Dans la bible de ces  spécialistes ,   il existe effectivement un trouble  dit de  l’acheteur compulsif

Image

Il est bas é sur 3 critères dont aucun ne pouvait être retenu dans mon cas.

Selon Wikipédia  cela correspond a) des pensées envahissantes et gênantes concernant des achats ou des comportements et impulsions d’achats inadaptés, b) des achats supérieurs aux capacités financières, c)  des achats fréquents  d’objets inutiles ou des achats faits durant plus longtemps que prévu.

Mes achats ,eux, étaient planifiés, réfléchis, assumables financièrement. Il aurait suffi de m’écouter  pour le savoir.

Mais cette fixette  d’un médecin   sur des dépenses liées à ma protection  interrogeait surtout  sur le rôle et le  but de son  étrange comportement..

En y regardant de plus près , on voit  que mes achats sont , d’une certaine manière et   en creux, des preuves des méthodes et    de l’existence du harcèlement crapulo- criminel   dénoncé . Les déconsidérer en les affublant  d’une pathologie pouvait donc  être  LE moyen de les faire passer pour inutiles..

Sauf si le  but est seulement  de prouver la capacité du réseau à fabriquer n’importe quoi, avec n’importe quoi.

Dans sa hâte à conclure ce rapport  à sa manière , le médecin   avait  même  terminé sur un oubli fâcheux   : l’existence d’un certificat spontané de guérison/libération du 23 mai… mais qui  donnait à voir  la supercherie globale à plus de 23.000 euros, pour les contribuables .

Dans ce dossier  médical  incomplet envoyé  en juin, on trouvait aussi  le compte rendu d’un  examen EEG de mai 2013…… qui  n’avait  jamais  eu lieu. Le résultat  était dit normal . Ouf !

Ce  nouveau « chantier » ,  à plus de 23.000 euros,  et initié par un « bon franc-maçon »,  avait été  intégralement offert par la sécurité sociale.

Pour ceux qui ont un peu de temps, voici ci-après une vidéo  sous-titrée,  et intitulée «       le marketing de la folie      » La question complémentaire  est : «      sommes-nous tous fous ?    »