Tag Archives: ZEN INVEST

Un maire ne devrait pas écrire ça

22 Juin

Un maire ne devrait pas écrire ça :

Ceci est la réponse (déjà publiée) du maire des Sables d’Olonne (85) à une victime (moi) de harcèlement criminel global, qui lui demandait son aide pour dénoncer à la justice ce phénomène mis en place localement. Une nouvelle fois.

Le harcèlement criminel global inclut la torture par harcèlement électronique. Le harcèlement électronique consiste, dans cette histoire,  à infliger une souffrance répétée et volontaire au cerveau d’une cible (moi) par pulsation d’énergie dirigée en proximité.
La souffrance répétée, continue du cerveau, infligée volontairement , et qui entraine une privation de sommeil dramatique, est une définition légale de la torture.
A force de torture, la victime développera  en plus une fragilité pathologique  qui l’exclura de toute vie sociale .

Cette torture est sans cicatrice extérieure.

La justice internationale ( TPI) contactée par une requête pour enquêter  sur ce phénomène de torture , avait répondu que la justice français était compétente pour le faire …. ou déficiente. Réponse du TPI dans :

https://lesharceleurs.wordpress.com/2014/10/03/lettre-a-monsieur-boucault-prefet-de-paris/

La justice française n’avait pas réagi aux plaintes portées par une victime (moi) de torture par énergie pulsée , reçues localement par le procureur Gilbert Lafaye , et évacuées par lui pour prétendu problème mental de la victime.

Monsieur le Maire des Sables d’Olonne (85) avait donc été sollicité pour aider à dénoncer ce crime à la justice  . Il avait pour cela , à sa portée, l’article 40 du Code de procédure pénale .

 extrait du Sans-culotte 85

Selon l’article 16 du Code de procédure pénale (CPP) , un maire et ses adjoints sont officiers de police judiciaire   .

A ce titre, ils ont l’obligation selon l’article 40 du Code de procédure pénale de dénoncer tout délit ou crime porté à leur connaissance . Cela s’entend , sans état d’âme, sans tergiversation, et sans interprétation fantaisiste du texte qui les oblige, et qui dit :

« Toute autorité constituée, tout officier public ou fonctionnaire qui, dans l’exercice de ses fonctions, acquiert la connaissance d’un crime ou d’un délit est tenu d’en donner avis sans délai au procureur de la République et de transmettre à ce magistrat tous les renseignements, procès-verbaux et actes qui y sont relatifs. »

Par sa lettre du 22 février 2016, Monsieur le Maire des Sables d’Olonne , avait dit « NON » à sa façon, par triturage et déformation du texte de loi  .  Il n’avait même pas interrogé plus avant sur le phénomène indiqué .

Manque de curiosité ? information complémentaire inutile ?

La loi ainsi interprétée par ses soins était devenue  un simple exercice de style . Son  interprétation s’imposait soudain enveloppée de l’aura d’une carrière juridique, dont 22 ans passées aux Sables d’Olonne, à jeter ses filets .

Un mien second courrier , avait même fait exploser le compteur du ridicule, par une réponse inattendue . Pour envisager de respecter la Loi, Monsieur le Maire des Sables d’Olonne voulait des noms. Pas de problème… Sauf le silence radio de Monsieur le Maire des Sables d’Olonne qui avait suivi la lettre avec les noms.

Cette fois, la suite allait relever d’un « chantier » .

Un chantier est une situation concoctée , avec une apparence de légalité, pour piéger une personne .

Cet homme de droite, haut en couleur  , avait fait sa campagne pour la mairie avec l’aide de Patrick Buisson.
La petite histoire raconte qu’il avait gagné son élection de maire , avec les voix de gauche de la Chaume, le quartier des pêcheurs.
Le jour du vote pour l’accès au trône de maire , des sympathisants aux arguments persuasifs,  seraient  allés en fin de journée chercher les marins et ex-marins-de-gauche chez eux. Ils les avaient sortis de leurs charentaises et de leur programme TV préféré,  pour les pousser vers les bureaux de vote avec le bon ticket.
Ce sont les même sympathisants , bénévoles ou presque, qu’on met aux trousses des indésirables à harceler et torturer, dans cette ville
Localement , chacun sait qui contrôle le port et la pêche de cet endroit .
Didier Gallot avait été élu de justesse .

http://www.lereportersablais.com/affaire-fillon-didier-gallot-ancien-juge-et-maire-des-sables-dolonne-condamne-le-manque-dindependance-du-parquet-financier/

Quand le feuilleton de la famille Fillon à la soif inextinguible  d’argent public,  semblait risquer  de lui faire  rater l’escalier  l’Elysée,  Monsieur le Maire des Sables d’Olonne était intervenu dans la presse , pour critiquer l’action du Parquet financier.

Pour ce faire, la quasi loi qu’il invoquait était celle de « la tradition républicaine » . Une sorte de « loi de l’habitude « , pour protection et défense d’éventuels « hors- la- loi -&- co » .

Pour s ‘emparer de l’affaire de son candidat Mr Fillon, et pour contrer la justice financière , Monsieur Le Maire des Sables d’Olonne avait proposé un juge intègre: Mr Renaud Van Ruymbeke. Un peu son obligé.

Extrait de L’oligarchie des Incapables 

de Sophie Coignard et Roman Gubert

Dans une vie antérieure, Monsieur le Maire des Sables d’Olonne, avait créé le festival « SIMENON » .
Pour aider au prestige de ce festival, son association s’installait dans le tribunal des Sables d’Olonne,  pour des journées de causerie à thème. L’association y invitait surtout les copains juges du alors-Président/juge de l’association, tous frais offerts, avec une pipe en cadeau à l’hôtel.
Mr Renaud Van Ruymbeke était venu aux Sables d’Olonne (85) participer aux causeries sur le thème de la corruption, en 2011.
Ça ne s’oublie pas.

A la même époque que l’affaire Fillon, dans l’éditorial de son bulletin municipal, notre maire nous avait mis en garde contre un candidat avec  « le sourire carnassier de la finance « 

Mais quel rapport avec mon histoire de harcèlement criminel global et une expulsion illégale, brutale, haineuse, de mon appartement et de cette ville avec l’aide de la justice et la police ?
LE FRIC, les chantiers de représentants de l’Etat, et LES ESCROCS protégés.

 

La société gestionnaire de biens de l’appartement ( CM-CIC Gestion Immobilière) que j’occupais est une société- soeur -cadette d’une  autre société- promoteur (ATARAXIA),  et appartenant  toutes les deux au même groupe financier.

La seconde société , ATARAXIA  investit à tout va, aux Sables d’Olonne (85) et dans le grand Ouest.

Et pendant qu’on y est : il existe une  3ème société du même groupe : ZEN INVEST ,  qui assure les propriétaires qui confient leur bien à CM-CIC Gestion Immobilière., sur sollicitation d u promoteur ATARAXIA.
Et c’est cette  société d’assurance,  que l’huissier des Sables d’Olonne , Me VINCENT,  avait sollicité pour avis avant d’embourber le chantier fabriqué contre moi..

CM-CIC Gestion Immobilière  s’était ( se , plus généralement) comportée en escroc . Elle réclamait l’argent de loyers sans avoir la qualité reconnue pour le faire . La propriétaire laissait faire et suivait tout en jouant l’ingénue bailleure.

Pour faire taire une victime d’escrocs, dans ce pays, on la torture. Cette torture est une habitude et existait avant ma venue aux  Sables d’Olonne .

Mais , là, dans cet endroit, se trouve un protecteur de dominants tortionnaires . A ma demande d’aide légale,  il avait répondu par une double moquerie . Il avait ainsi ajouté une efficace stigmatisation supplémentaire,  à celle offerte par le  1er magistrat de la région.

Pour Monsieur le Maire des Sables d’Olonne , une femme torturée ne vaut pas un pet de lapin, face au fric de nantis et  d’investisseurs .

Après un rejet de mon cas  par le 1er magistrat , il fallait  manifestement  se débarrasser de la victime qui râlait encore. C’est une expulsion tonitruante, indigne et dispendieuse qui sera mise en place , avec des quasi apparences légales.

Pour virer une victime épuisée et avec perte et fracas , il suffisait

  • d’ un flic soumis ,
  • d’un frère huissier ,
  • d’ une magistrate servile , et
  • d’un fonctionnaire de préfecture indélicat , soit  le tout venant ,  à portée de main pour un homme de pouvoir et de réseaux.
    Ce chantier d’expulsion à organiser était juste de la « politique de la barbichette . » je te tiens , tu me tiens par la barbichette, on s’entend bien , on y arrivera bien »

Et ici encore, ce ne sont pas les institutions qui sont en cause, mais bien des gens de pouvoir  complaisants  de ces institutions,  et qui utilisent leur qualité en détournant  son usage reconnu , dans l’ombre des connivences

Ceci n’était là  qu’un épisode local caricatural, d’une situation criminelle plus globale  et qui  se re-organise systématiquement avec, à chaque fois ,  avec  les habitués de ce système illégal d’étouffement ,  à l’aide  des  nouveaux volontaires locaux .

de l’église  Notre-Dame de la légion d’honneur à Longué (49)

Monsieur le Maire des Sables d’Olonne, capable de s’amuser comme un jeunot , pour complaire à des escrocs friqués, y était allé de ses bafouilles qui se moquaient d’une victime . Ce faisant il  affichait son mépris des femmes et de leurs  droits.

Il se trouve que cet homme est également un Chevalier  de la légion d’honneur . Un Chevalier de la légion d’honneur  qui s’est illustré  par sa détermination à refuser de dénoncer la torture électronique infligée à une résidente de sa ville .

http://lezarceleurs.blogspot.fr/2015/02/article-40-du-cpc.html
https://lesharceleurs.wordpress.com/2016/03/04/l-s-o-et-piege-a-cible/
https://lesharceleurs.wordpress.com/2016/03/13/crime-organise-a-lso-lettre-a-mr-gallot-maire-de-lso/

https://lesharceleurs.wordpress.com/2016/07/13/mourir-ecrabouillee-dans-son-lit-aux-sables-dolonne/

http://lezarceleurs.blogspot.fr/2017/05/la-torture-du-cerveau-en-france-en-2017.html

Publicités

Immobilier et Harcèlement électronique

14 Sep

img_8428

Extraits d’un dossier déposé au Tribunal d’Instance

img_8429

avion-images

Dans l’avion de Paris à Toronto, une nuit de la Saint Sylvestre, mes voisins canadiens m’avaient fait partager leur inquiétude. Elle concernait une vieille amie chez laquelle ils venaient de séjourner en province et qui leur avait raconté des histoires étranges, survenues , selon elle, depuis qu’un acteur de l’immobilier convoitait sa maison.

Rien ne s’était passé pendant leur séjour . La propriétaire des lieux leur semblait tout aussi normale qu’à un passage précédent et ils hésitaient à contacter les enfants pour faire état des propos de la dame.

Ce qu’ils racontaient concrètement, correspondait à des anecdotes de harcèlement criminel en réseau : objets disparus, déplacés, revenus, jetés à terre ou cassés… Le problème supplémentaire qu’ils avaient évoqué n’avait aucune preuve matérielle disponible. La veille dame parlait de chocs brutaux dans la tête qui l’empêchaient de dormir.

J’avais essayé d’expliquer le phénomène du harcèlement électronique, aux mains d’escrocs protégés, et destiné faire partir quelqu’un de sa maison ou de son appartement pour s’en emparer. Une tradition pas seulement française et que des dominants habitués s’ingéniaient à couvrir et protéger , pour pouvoir continuer à en profiter.

Cette pratique avait été utilisée à Angers, avenue Vauban, où l’employé du commissariat et le peintre tous deux voisins, avaient en vue, après accaparement , le dépeçage de notre maison pourvue d’ un grand jardin, . Le jardin pour l’un , la maison pour location à l’autre. Bernique !

Ils avaient raté leur coup , mais pas leur harcèlement électronique qui avait provoqué pour ma mère, surdité et hémorragies internes nocturnes. La nuit est le moment préféré de ces criminels-là.

Les situations de harcèlement électronique suivantes , racontées dans ces blogs, signent la vengeance et la haine. Elles sont liées à l’immobilier parce qu’elles s’expriment dans des immeubles où cette forme de criminalité est le plus habituelle, la plus facile à mettre en place , la plus difficile à prouver mais aussi la plus protégée par des fonctionnaires d’Etat qui en abusent aussi et semblent aimer voir des citoyens souffrir.

A Paris XV, Jean-Jacques Walti avait claironné que lui et Antoine ( DE CERTAINES) allaient me faire partir de cet immeuble . Il avait ajouté que ça se passerait à travers la copropriété. Le harcèlement de violations de domicile n’ayant pas suffi, lui et Antoine, étaient passé au harcèlement électronique . Tout naturellement. Et avec l’aide du réseau criminel corso-beur local et d’un voisin étudiant en physique, cornaqué par son papa frère. Frère, comme Antoine .

La dernière fois où j’avais entendu parler d’Antoine, c’était le feu de sa colère criminelle qui  s’était exprimée. Il m’avait tiré dessus de son appartement , avec une arme à énergie dirigée, et alors que j’étais dans ma voiture , dans la rue . *(1)

img_8427

Cette criminalité habituelle, et grave problème sanitaire  est unanimement niée en France par le corps médical  . Elle est dans ce type d’histoire, majoritairement au service d’escrocs qui ( en cas de location) louent des appartements pour les rendre invivables en les transformant en lieux de torture, dont la victime devra partir à un moment ou un autre. Avec pertes et fracas.

La situation sera reproduite à peu de variantes près dans chaque endroit , obligeant la victime, locataire ou propriétaire, à de nouvelles observations,  puis de nouvelles dénonciations,  lesquelles lui vaudront, au mieux , une réputation facile de « parano » avec «  délire électronique »  en cas de médecin complaisant ou perturbé .* (2)

Ici , comme raconté dans divers articles , la situation avait été mise en place dès mon arrivée .  Un corse et ses compagnons de passage et de remplacement adaptent la torture par énergie pulsée à travers les murs   à leurs humeurs, et  besoins de sadisme , à leur entière convenance personnelle .

Je m’en étais plainte très rapidement , sitôt subie et  avec provenance décelée . Envers et contre tout bon sens commercial,  le gestionnaire de biens CM-CIC ,  m’avait par deux fois conseillé de partir. En vain. Ce sont ses locataires qui sont à l’origine du problème local répertorié comme torture par énergie dirigée.

img_8440

CM-CIC  avait aussi voulu détourner le problème des agressions par signaux pulsés vers l’absence de blindage des conduits électriques. Comme l’origine en était ses locataires et leurs relais pour un suivi H/24 , sa responsabilité en tant que gestionnaire de leurs appartements était de toutes façons engagée.

img_8439-cm-cic autre lettre de CM-CIC

J’avais insisté pour obtenir un règlement du problème par les moyens légaux disponibles. Quelque soit le moyen choisi pour véhiculer cette forme de torture, elle est interdite par le Règlement de copropriété qui s’impose à tous : propriétaires et locataires.

img_7596-reglement-de-copro

Extrait du règlement de copropriété de l’immeuble , que

CM-CIC ,  les propriétaires  et le syndic doivent faire respecter

Alors , tout simplement, pour fabriquer une situation d’éviction , puisque c’est  aussi le but de ce harcèlement, a) la propriétaire avait refusé mes chèques de loyer, b) son gestionnaire CM-CIC avait omis de continuer à présenter ses demandes de loyer à ma banque, et c) le tribunal avait été sollicité pour mon expulsion pour non-paiement .
Elémentaire mon cher frère.

Ici la propriétaire œuvre avec un filet  grâce à ZEN INVEST. Ce qui explique ses caprices de refus de chèque et de demande d’expulsion conseillée par CM-CIC . Ce dernier montre aussi par ses ruses, qu’il  n’avait jamais eu l’intention de faire stopper le harcèlement électronique mis en place par les habituels et protégés dominants locaux de l’immobilier et aidés de tous les voyous du coin.

ZEN INVEST est une super assurance qui prend tout en charge , les loyers et les frais d’huissiers et d’avocats…. et permet peut-être même de doubler la mise, après décision du Tribunal.

 

*(1) http://lezarceleurs.blogspot.fr/2015/03/torture-et-copropriete.html