Détections d’ondes à – 30m et – 60 m

28 Avr

IMG_2105 Blégny

Cette détection avait été faite dans une mine de charbon, près de Liège .  Cette mine de Blégny  avait  été   fermée en 1980 . Son site   est inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 2012.

Une visite  de la mine commence dans une cage/ascenseur IMG_2107 cage et se prolonge dans les galeries 

IMG_2116 dans la galerie

d’abord à – 30 mètres puis à – 60 mètres . L’aération naturelle en sous-sol  est assurée par des  sortes d’étroites  galeries verticales , susceptibles de laisser aussi passer des ondes.

Les guides sont d’anciens mineurs ou des membres de leurs familles qui racontent la mine  avec une forte   empathie avec le lieu.

Les contacts des guides avec le personnel de surface se font par téléphone filaire. Par ailleurs,  à ma demande et sur proposition de notre guide,  les participants tous  francophones de cette visite,  avaient été incités à éteindre leurs portables. L’un d ‘eux ne l’avait pas fait.

Pour comparaison, voici ci-après à quoi ressemblait la détection de  la nuit  précédant cette visite ,  et passée dans ma voiture, sur une route du nord de la France ,   par ailleurs  lâchée par mes ennemis.

IMG_2266 nuit du dim 27-4

Mais retrouvée, le lendemain, en route vers la mine.

IMG_2118 la mine

Dans la mine , une détection effectuée à – 30 mètres donnait ceci :

IMG_2270 moins 30 m  11H50

Les colonnes U V W correspondent aux fréquences 1,6 GHz, 1,7 GHz, 1,8 GHz

La  détection suivante avait été effectuée à – 60 mètres. et correspondait  à un moment de légère douleur au talon, et à une augmentation du spectre du signal.

IMG_2269 moins 60 m  12h21

L’autre  détection à 12h29 , et  toujours à – 60 mètres, avait été marqué par une légère douleur sur un nerf du pied.

IMG_2271 moins 60 m 12h28

Toutes ces valeurs de CEM sont infimes. Leur très  minime variation avec légère augmentation du spectre du signal, pourrait faire penser à un verrouillage de  3 fréquences de base -colonnes U V W – sur un individu.

Mais parce que ces mêmes 3 fréquences  avaient été repérées  le lendemain dans deux troglodytes  différents des bords de Loire,  puis de nouveau dans mon appartement  et avec les mêmes valeurs quand bien même  je suis matraquée de tirs d’ondes non stop, il n’est pas exclu d’envisager un camouflage de type leurre.

Avec ce problème envisagé, l’appareil de détection utilisé,  avait été  envoyé  au fournisseur pour vérification , une dizaine de jours plus tôt.

S’il s’agit d’un leurre /camouflage , il n’est pas à portée de technologie du tout venant.

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :