Archive | torture par souffrance continue infligée volontairement RSS feed for this section

Tir fulgurant – HCE

12 Jan

Dans le texte précédent , on trouve l’information suivante, extraite d’une information sur les effets des armes non-létales :

« Les estimations montrent que des impulsions très brèves d’une nanoseconde à 50 à 100 kV / m , peuvent produire un potentiel de la membrane de la cellule d’environ 2 V. Ce serait semble-t-il suffisant pour exciter des neurones ou les rendre plus sensibles au tir. »

Après plusieurs nuits passées dans ma voiture, poursuivie par tous les célibataires et/ou  jeunes ou vieux pères de famille harceleurs de la région ou de passage dans la région, j’avais opté pour une nuit au chaud dans un appartement.

A peine installée sous toutes les protections imaginables,  anti-RF et anti-laser, j’avais été attaquée par un tir fulgurant. Il avait fallu quelques minutes seulement, pour que je sois repérée et violemment visée.

Le détecteur proche de ma tête et programmé sur un enregistrement de l’énergie électrique (pulsée)  donnera l’information suivante :

L’EEG qui m’accompagnait cette nuit-là   , montrera ceci avant le tir.

la partie colorée en rouge,  analysée par l’appareil, montrera comme ceci l’énergie électrique dans le cerveau avant le tir

et ceci ,  pendant le tir :

La partie colorée en rouge montrera aussi ceci :

avec ce tableau  pour les détails :

Quelques secondes après le tir, l’énergie électrique restante se manifestera  dans le cerveau ainsi pour le petit moment coloré en rouge :

et

et quelques secondes, encore plus tard,  l’analyse EEG faite sur la période suivante colorée en rouge donnera ceci :

et

Pour le réveil  obligatoire du  lendemain matin,  et après une nuit  de périodes de  micro -tirs, le tir fulgurant  avait été comme ceci :  4,5 V/m

Et comme ceci pour le 12 janvier

Publicités

Perturbation du contrôle neural – Fabrication de symptômes épileptiques

9 Jan

Il existe en effet des épilepsies aux manifestations différentes et qui dépendent de la partie lésée du cerveau .
Ces phénomènes sont explicités de façon claire dans , entre autres, les deux vidéos suivantes :


La partie du texte traduite plus loin,  est extraite de Biofeffects of Selected non-Lethal Weapons .  Ce texte présente la possibilité de créer artificiellement des dysfonctionnements cérébraux de type épileptique . Il mentionne , en conclusion , qu’il est vraisemblable
que 100% de la population puisse être affectée par la technologie expliquée
que la technologie utilisée possède un effet d’incapacitation extrêmement rapide,
qu’elle peut aussi bien être appliquée à des foules qu’à des individus ciblés à l’unité,
qu’elle peut être modulée en intensité
qu’elle peut être adaptée pour générer indifféremment ou ensemble des spasmes musculaires ou des pertes de conscience

Ce chapitre consacré aux perturbations du contrôle neural , a été écrit en 1998 et fait partie d’une étude du National Ground Intelligence Center . Seule  une partie  de cette étude a été déclassifiée par l’armée américaine en 2006 .

Ce qui fait de ce texte une information de base , seulement, mais qui peut servir à confirmer la réalité ( spasmes musculaires spectaculaires, pertes de conscience ) de ce que subissent certaines cibles de harcèlement électronique.

Dans la première partie de ce texte, l’auteur rappelle les dysfonctionnements attendus du cerveau par la technologie qui sera utilisée contre des humains.

Il décrit ensuite le fonctionnement normal du cerveau , puis les dysfonctionnements possibles de nature pathologique de cet organe.

Ce sont ces dysfonctionnements qui serviront de point d’observation et de départ à la mise en place de la technologie électronique destinée à reproduire une pathologie.

La traduction rapide et partielle qui suit est faite sans autorisation et sans qualité et pourra être enlevée à la demande . les termes et phrases surlignées sont un choix personnel et une possibilité de lecture plus rapide pour individus  ciblés pressés.

Comme suit :

Effet incapacitant: perturbation du contrôle neural

La nature de l’incapacitation repose sur une synchronisation de l’activité rythmique des neurones du cerveau qui perturbe le contrôle cortical normal des voies cortico-spinales et cortico-bulbaires; cela perturbe en conséquence le fonctionnement normal des moto-neurones spinaux qui contrôlent la contraction musculaire et les mouvements du corps.

Les personnes souffrant de cette maladie perdent le contrôle volontaire de leur corps.

Cette synchronisation peut s’accompagner d’une perte soudaine de conscience et de spasmes musculaires intenses.

Cible biologique / Fonctions normales / État pathologique

La fonction normale du cerveau est de contrôler toutes les formes de comportement, le contrôle volontaire du corps et les paramètres homéostatiques de l’organisme. Dans des conditions normales, toutes les structures cérébrales, les populations de neurones, les unités en réseaux ou uniques fonctionnent avec une activité rythmique spécifique en fonction de l’information sensorielle entrante, des informations provenant des structures mnémoniques et des signaux provenant des organes viscéraux.

Chaque neurone unique fournit un traitement spécifique des informations qu’il reçoit et forme un modèle spécifique de déclenchement d’impulsion ( enréponse) comme information sortante. La synchronisation de l’activité neuronale est un mécanisme naturel de la fonction cérébrale qui utilise des processus de contrôle tels que la motivation, l’attention et la mémoire (expérience) afin d’organiser le comportement. Par exemple, les processus motivationnels sont considérés comme activant des signaux ascendants qui synchronisent l’activité neuronale de structures cérébrales spécifiques et de réseaux de neurones; cette activation / synchronisation active à son tour des formes spécifiques de comportement telles que des activités sexuelles, agressives, ingestives.

En fonctionnement normal, le degré de synchronisation neuronale est fortement contrôlé. Des expériences qui enregistrent simultanément l’activité neuronale dans différentes zones cérébrales chez les animaux, on sait que la corrélation de pics d l’activité des entre les neurones (mesurée par le niveau de corrélation de la synchronisation) varie en fonction du stade de comportement, de motivation, d’attention ou d’activation du processus de mémoire.

Cependant, dans certaines conditions, telles que le stress physique, le choc thermique ou un fort stress émotionnel, le niveau de synchronisation peut devenir plus élevé, impliquant de grandes populations non spécifiques de neurones du cerveau . La synchronisation peut alors devenir incontrôlable.

Selon la fréquence à laquelle le rythme de synchronisation se produit et le nombre de neurones impliqués, il peut se produire des effets physiques différents; faiblesse musculaire, contractions musculaires involontaires, perte de conscience ou spasmes musculaires intenses .

Le niveau de synchronisation le plus élevé a lieu chez les personnes atteintes d’épilepsie au moment des crises périodiques . Chez ces personnes il existe une origine pathologique (par exemple, d’une lésion au cerveau) de la synchronisation rythmique. Parce que les mécanismes neurophysiologiques de la synchronisation épileptiforme sont mieux documentés, cette technologie incapacitante est décrite en termes d’épileptogenèse.

Les mécanismes neurophysiologiques actifs dans l’épileptogenèse impliquent des changements dans les conductances membranaires et les altérations des neurotransmetteurs qui affectent l’interaction neuronale.

Dans le processus de l’épileptogenèse, soit certains neurones se déchargent trop facilement en raison d’altérations dans les conductances membranaires soit il y a un échec de la neurotransmission inhibitrice.

Les décharges réelles ont été reconnues comme résultant d’un décalage de dépolarisation neuronale avec une synchronie électrique dans les populations cellulaires liée en partie à des changements dans les conductances membranaires.

La base ionique et le substrat biochimique de cette activation ont fait l’objet de nombreuses études, mais laissent encore beaucoup de questions sans réponse.

Quelles sont les propriétés cellulaires de base, présentes dans les cellules et tissus normaux, qui pourraient contribuer à la génération d’une activité anormale?

Quelles parties des systèmes ont un seuil bas et fonctionnent comme des éléments déclencheurs?

L’une des hypothèses actuelles concerne les microcircuits, en particulier les interactions synaptiques locales dans les structures du système néocortical et limbique.

Dans l’hippocampe, le rôle de l’élément déclencheur a longtemps été attribué aux cellules pyramidales CA3 – une hypothèse basée sur le fait que des décharges synchrones spontanées peuvent être établies dans les neurones CA3.

Certaines études décrivent un type de cellule à rupture intrinsèque dans le néocortex qui . joue un rôle similaire à celui des cellules CA3 dans l’hippocampe et que celles des cellules profondes dans le cortex pyrifonn.
La nature intrinsèque de ces cellules semble être un contributeur important à l’établissement des décharges synchronisées dans ces régions. Une autre exigence apparente dans une telle population est celle d’un certain degré d’interaction synaptique entre les neurones, de sorte que la décharge d’une seule cellule entraîne celle ses voisines.
Compte tenu de la présence de ces cellules mises en action et de la survenue d’interactions excitatrices entre elles dans les tissus normaux, il peut s’agir en fait du substrat morphologique des décharges épileptiformes.

Une autre hyptothèse s’est concentrée en particulier sur le rôle des récepteurs N-méthyl-D-aspartate (NMDA). Divers facteurs régulent l’efficacité des récepteurs NMDA: leur blocage dépendant de la tension par le magnésium et  de la modulation par la glycine et les polyamines. Par exemple, dans le modèle à faible teneur en magnésium, la décharge de salves synchrones spontanées dans les populations de cellules pyramidales de l’hippocampe est sensible aux antagonistes du NMDA. Cette découverte suggère que c’est l’ouverture des canaux NMDA, en soulageant le blocage du magnésium, qui facilite l’activité épileptiforme.

Une attention significative dans la littérature est également accordée aux récepteurs de l’acide gamma-amino butyrique (GABA) pour le rôle potentiel dans le contrôle de l’excitabilité.
Les changements dans l’efficacité inhibitrice de GABA peuvent mener à des effets importants sur l’excitabilité du système. Il a été montré que les potentiels post-synaptiques GABAergiques (IPSPs) sont très labiles en réponse à l’activation répétée des populations de cellules corticales, comme cela peut se produire lors d’une décharge d’épilepsie.

Les scientifiques ont montré que même un faible pourcentage de changement dans l’inhibition du GABA peut avoir des effets profonds sur l’épileptogenèse néo-corticale. Ces changements dans l’inhibition GABAergique peuvent être la clé d’ explication de la façon dont les modèles de décharge répétitifs donnent lieu à une décharge critique.

De plus, il semble y avoir une augmentation significative de la fréquence du potentiel postsynaptique excitateur (PPSE) avant l’initiation de la crise, une observation qui correspond à la perte d’efficacité du TFS avant l’apparition de la crise.

Les hypothèses ci-dessus décrivent différents mécanismes de l‘épileptogenèse, mais il est tout à fait possible que tous ces mécanismes aient lieu, et ils reflètent une grande variété de types de crises d’épilepsie. Le principe commun des mécanismes proposés est le changement des propriétés de la membrane (c’est-à-dire, la conductance, la perméabilité, etc.) de certains neurones qui entraîne une dépolarisation et une décharge de type électrique .

Certains facteurs (par exemple, un traumatisme) peuvent affecter ces neurones spécifiques et initier une synchronie pour les neurones qui contrôlent la communication interne et la communication avec divers systèmes musculaires non associés aux fonctions vitales (c.-à-d. Battements cardiaques, respiration).

Les champs électriques pulsés à haute résistance pourraient également être un tel facteur.

Mécanisme pour reproduire les effets souhaités

L’utilisation d’impulsions électromagnétiques est également une technologie conceptuelle non létale qui utilise l’énergie électromagnétique pour induire une synchronie neuronale et une perturbation du contrôle musculaire volontaire.

L’efficacité de ce concept n’a pas été démontrée. Cependant, d’après les travaux antérieurs dans l’évaluation des possibilités d’affecter des humains par des générateurs d’impulsions électromagnétiques , on estime que des champs internes suffisamment forts peuvent être générés dans le cerveau pour embraser des neurones.

Les estimations montrent que des impulsions très brèves d’une nanoseconde à 50 à 100 kV / m , peuvent produire un potentiel de la membrane de la cellule d’environ 2 V. Ce serait semble-t-il suffisant pour exciter des neurones ou les rendre plus sensibles au tir.

Le concept des impulsions électromagnétiques est un concept dans lequel une impulsion électromagnétique à haute tension (environ 100 kV / m ou plus), très rapide (nanosecondes), est répétée à la fréquence de l’onde cérébrale alpha (environ 15 Hz).

On sait qu’une fréquence similaire de pulsation de lumière peut déclencher une crise d’épilepsie chez les individus (ceux qui souffrent d’une épilepsie sensible à la lumière) et on pense qu’en utilisant une méthode capable de produire un champ électrique approprié permettant d’exciter directement les synapses nerveuses d’un humain , pratiquement 100% des individus seraient susceptibles de produire une crise d’épilepsie induite.
…………………..

Temps d’apparition

Aucune preuve expérimentale n’est disponible pour ce concept. Cependant, l’apparition de la latence des crises induites par la lumière chez les épileptiques photosensibles varie de 0,1 à environ 10 secondes.

En raison du fait que les impulsions électriques déclenchées par la lumière doivent se propager à d’autres parties du cerveau, on s’attend à ce que les crises photiques induites puisse avoir un début généralement plus lent que la synchronie neurale induite par les champs électriques pulsés à haute résistance.

Durée de l’effet

Pour les individus épileptiques, la durée typique d’un événement petit mal ou d’un événement psychomoteur est de 1 minute ou 2, éventuellement plus , tandis que la durée d’une crise grand mal est de 1 à 5 minutes.

Chez un individu non épileptique, avec symptômes induit par des moyens électromagnétiques, on s’attend à ce que les durées des différents événements soient à peu près les mêmes que les événements de l’individu épileptique après l’élimination de l’excitation externe.

Adaptation

Il existe de nombreux degrés de crise d’épilepsie chez les personnes malades, et il semble raisonnable de dire que la stimulation électromagnétique de la synchronie neuronale pourrait être ajustable en fonction du type et du degré d’influence corporelle, en fonction des paramètres associés au stimulus choisi.

Parce qu’il n’y a pas de données réelles sur lesquelles s’appuyer, ces déclarations doivent être considérées comme provisoires. On sait que dans l’étude des crises photiques induites, les paramètres peuvent être modifiés de sorte que l’individu à l’étude ne subisse pas réellement une crise de grand mal. Cette connaissance donne l’assurance que la technologie proposée sera ajustable.

Distribution des sensibilités humaines aux effets désirés

Il est prévu que 100% de la population y soit réceptrice. Le mécanisme prévu pourrait agir simultanément sur de nombreuses cellules neuronales individuelles et ne dépendrait donc pas de la propagation par zones d’activité électrique comme dans l’état pathologique.

Influence possible sur les sujets

Si la technologie fonctionne à peu près comme prévu, l’individu ciblé pourrait être frappé d’incapacité très rapidement. Parce qu’aucune étude n’a été rapportée utilisant les conditions spécifiées, un travail expérimental est nécessaire pour caractériser le temps de début.

Différents types de technologies pourraient être utilisés pour affecter des zones peuplées étendues ou des individus isolés.

Parce que cette technologie est considérée comme ajustable , l’influence sur les sujets peut varier d’une perturbation légère de la concentration, à des spasmes musculaires et à une perte de conscience. 
Le (s) sujet (s) pourraient garder différents degrés de contrôle volontaire en fonction du degré d’incapacitation choisi.

 

Statut technologique du générateur / dispositif de visée

Une force de champ électrique d’environ 100 Kv / m sur une période de 1 nanoseconde est approximativement la condition considérée comme nécessaire pour produire l’effet désiré lorsqu’elle est fournie à un taux de répétition global de 15 Hz.

Un tel champ peut être développé en utilisant une source pulsée de type radar, à puissance de crête élevée ou un générateur d’impulsions électromagnétiques fonctionnant à 15 Hz.

Les technologies existantes à ce jour sont suffisantes pour évaluer le concept de handicap.

Les besoins de puissance ne sont pas élevés car le facteur d’application est bas.
Les appareil nécessaires sont actuellement disponibles, mais un degré élevé de visée sur de longues distances nécessitera un développement complémentaire .

Il pourra être nécessaire de fournir de nombreuses de ces impulsions nanosecondes afin de stimuler l’effet désiré.
Au fur et à mesure que le temps de fonctionnement augmente, la puissance moyenne requise pour fournir l’énergie augmentera également.
Parce qu’il n’existe pas de documentation disponible pour servir de référence, il pourrait y avoir une certaine incertitude quant aux niveaux de puissance requis.

Distance
Elle pourrait être de quelques centaines de mètres.

Protections / limites
Un blindage peut être assuré par des barrières conductrices comme un écran métallique ou des plaques de métal .

Il existe un certain nombre de médicaments qui sont capables d’induire des crises convulsives ou autres, comme le phénobarbital, la diphénylhydantoïne, la triméthadione, le 2-4 dinitrophénol et l’acétazolamide,  .

Les anticonvulsivants sont connus pour aider à réduire l’effet des crises chez les patients épileptiques, mais leur capacité à réduire l’effet de la technologie proposée ici est inconnue (peut-être sans effet), mais devrait être moindre que pour les crises photiques induites.

Soutien international des individus ciblés

24 Déc

Le lien suivant vient du site de l’association américaine fondée par Derrick Robinson pactsntl 

http://www.pactsntl.org/international-groups.html

Cette page

  • liste, à l’international,  toutes les associations de défense des individus ciblés par le harcèlement en réseau et/ou le harcèlement électromagnétique.
  • donne les coordonnées des responsables de ces associations , susceptibles de transmettre des informations et  de répondre à des questions.

Harcèlement criminel global – le témoignage d’un médecin américain (2014)

15 Déc

Quelqu’un a demandé à connaitre l’identité du médecin américain qui a produit un témoignage sur le harcèlement criminel global aux USA, devant le Sénat américain,  en 2014.

Ce nom n’a pas été donné avec le témoignage pour une apparente, voire évidente, raison de sécurité.
Avec le contexte de cette présentation  ( « L’état des droits civils et humains aux Etats-Unis ») et la date de cette présentation , il y a toujours la possibilité d’interroger l’association mentionnée par le médecin (FCCHS) , ou son représentant d’alors ( Derrick Robinson)  ou encore le Sénat américain.
Voici ci-après, de nouveau ce texte , tel qu’il avait été mis en ligne sur lezarceleurs.blogspot.fr en 2016.

Ce qui suit est la traduction libre  et  partielle d’un article qui se trouve en anglais à
https://gangstalkingtargetedindividuals.wordpress.com

Accessoirement , l’association qui est mentionnée dans ce texte  sous le sigle  FFCHS  s’est transformée en PACTSNTL  ( People Against  Covert Torture  and Surveillance, International,  www.pactsintl.org)

Ce texte porte sur des programmes de torture de citoyens  , bien  connus aux USA mais également tristement célèbres  en Allemagne , aussi .

Il se trouve que les individus ciblés français présentent des particularités communes avec ceux de ces programmes détaillés ici, par un médecin.
Cela interroge , naturellement, sur  les implications du harcèlement criminel caché en France, et sur les organisateurs réels,  cachés aussi ,  de ce même  type de programme, en France .

Les termes ou expressions surlignées sont un choix personnel .

Individus ciblés et harcèlement criminel caché  : répression  cachée et expérimentation humaine hors cadre éthique au XXI ème siècle 

Présentation  faite devant le  Sénat  dans le cadre de   « L’état des droits civils et humains aux Etats-Unis »

Mardi 9 Décembre, 2014

INTRODUCTION

Mon nom est Dr. X . Je suis médecin et occupe une place de  radiologue  et médecin , en banlieue.

Au cours des deux dernières années, j’ai travaille avec une  association qui lutte pour les droits humains  et qui s’appelle Freedom From Covert  Harassement and Surveillance
Les adhérents de cette association se disaient ciblés par un programme gouvernemental illégal et contraire à l’éthique : une sorte de COINTELPRO et MK-ULTRA combiné.
Les victimes se désignent elles-mêmes  par le terme TI ou individus ciblés. 

J’ai eu l’occasion de travailler avec les responsables de FFCHS , avec la commission médicale et avec le conseil d’administration. Ce qui m’a permis de communiquer avec des centaines de personnes disant appartenir à ce groupe d’individus ciblés.

De plus, j’ai  également  travaillé avec deux autres médecins militants en lien avec les  personnes ciblées : Dr John Hall et le Dr Terry Robertson. J’ai aussi collaboré  avec le Dr Robert Duncan, un scientifique , devenu lanceur d’alerte , qui déclare avoir lui-même  travaillé sur certains des systèmes  d’armes  utilisées dans le harcèlement électronique à distance  et que de nombreuses personnes ciblées disent subir.

Ma présentation d’aujourd’hui est intitulée:

Les individus ciblés : Répression cachée et expérimentation humaine hors cadre éthique au 21ème siècle.  

APERÇU

Pour comprendre le phénomène du ciblage des individus  , il faut d’abord comprendre  le contexte des droits sociaux, politiques  et des droits humains  qui lui permet d’exister. Il faut comprendre ce qu’est ce programme , quels sont ses objectifs et son but. Il faut comprendre le choix qui est fait  des cibles. Il faut comprendre la genèse du programme. En d’autres termes , il faut le comparer aux programmes de contre-espionnage, et d’expérimentation humaine passée, hors encadrement éthique. Il faut également comprendre les implications de ce programme  et ce que cela signifie pour le futur.
Pour finir , nous verrons ce qui peut être fait à ce sujet.

CONTEXTE DES DROITS HUMAINS ET CIVILS AUX USA : EMERGENCE d’UN ETAT POLICIER DE SURVEILLANCE

Pour faire court, il y’a une émergence d’un Etat policier de surveillance, et qui est rapporté  par l’ex-président Jimmy Carter dans le NewYork Times en ces termes  «  Les états Unis sont en train d’abandonner leur rôle de premier défenseur des droits humains »

Dans cet article , Carter note que des représentante l’Etat   » ciblent  ouvertement des citoyens américains en vue d’assassinats politiques et de disparitions , de surveillance sans restriction  et de violations grossières de leurs droits humains » . Quelqu’un se sent-il prêt à accuser une ancien président  de théorie complotiste ? Ou bien est-ce  ce pays qui a dévié de son enracinement démocratique et du respect absolu de la loi et des droits humains?

Suit une liste  en 9 points d’ exactions et manquements répertoriés aux USA

Ces  faits sont  très inquiétants.  les droits de l’homme, les droits civils et les droits garantis par la Constitution des États-Unis sont  ainsi gravement attaqués . Cela constitue une atteinte  aux  principes  mêmes sur lesquels a été fondé notre pays.

Cela étant dit, le phénomène individu ciblé devient aussi  beaucoup moins difficile à croire. Si l’on considère  la surveillance seule,  et qui est prouvée, cela aurait été désigné comme relevant de la théorie du complot, il y a seulement quelques années.

Dans ce cas , de quoi se plaignent les individus ciblés ? Une surveillance constante ?  Elle est prouvée. Des campagnes secrètes pour détruire la vie des cibles ? Elles sont prouvées.  Des droits bafoués ?  C’est le lot de tous. Comme indiqué plus haut.  D’être traités comme des criminels ou des terroristes sans avoir jamais été accusés ni avoir eu la possibilité de se disculper ? C’est prouvé. La torture ? le Président Obama l’a admis.  D’être sous une surveillance constante de n’importe qui ? Il suffit de poser la question à la sécurité intérieure  ou aux groupes de surveillance du voisinage. Qu’il soit fait des dossiers ou notifications sur ceux qui entourent la cible , C’est prouvé.  

De plus en plus,  on s’aperçoit que des personnes appartenant au gouvernement participent, ont participé  ou  ont incité des citoyens  quelconques   à se livrer à l’ensemble des violations des droits humains  et des droits civils  répertoriés plus haut.

LE PROGRAMME

De quel programme se plaignent les individus ciblés ? Il comprend beaucoup de facettes. sous forme de campagne de discrédit et de déstabilisation, à la manière de COINTELPRO.

Dans certains cas ( pas tous) , on note  une torture traumatisante pour lavage de cerveau et de contrôle mental comme dans le programme MK-ULTRA. Il s’agit d’une forme secrète de répression , de persécution et de guerre psychologique , mise en oeuvre  par des gens ordinaires de l’entourage de l’individu ciblé  à la manière des méthodes  de torture de la STASI ou ZERSETZEN.

Il faut y ajouter  des violences politiques par enfermement psychiatrique comme cela se fait  dans de nombreux pays pour torturer  et discréditer des dissidents.
Au final , il s’agit d’expérimentation humaine non consentie et hors cadre éthique , sur des sujets non volontaires, et faits à base  de systèmes d’armes à énergie dirigée et d’armes psychotroniques.  

Il s’agit d’une conjonction de moyens et d’armes aussi efficaces que vicieux  pour réussir un harcèlement caché  et un contrôle politique de dissidents, d’activistes, de lanceurs d’alerte, d’agitateurs, et d’autres soit-disant « indésirables » , et ce  à une échelle encore jamais atteinte.

Quels sont les objectifs du programme ?. Ils sont nombreux. S’il fallait choisir peu de mots pour le dire , ce serait :  «  la neutralisation de la cible » . 

…….
Plus précisément , quels sont les buts de ce programme?

Contraindre la cible  à cesser toute activité jugée inacceptable ( dénonciation d’abus, activisme, dénonciation de corruption…)

L’empêcher de parler de son sujet et de son ciblage.

Lui infliger des campagnes de bruit, et du harcèlement sous diverses formes comme des comportements répétitifs, des couleurs.

L’attaquer sur ses faiblesses psychologiques, pour qu’elle s’accuse elle même  d’être l’origine du ciblage  et ainsi renverser la situation.

Mettre en place un dossier psychiatrique ,  qui la discrédite et  permette  de nier ce qu’elle raconte.

Discréditer la cible

L’isoler à tout prix en répandant des mensonges, et des calomnies propagées par des gens du voisinage.

Lui faire perdre tout espoir et l’inciter au suicide  ou une volonté d’homicide pour détruire sa vie.

Tout organiser pour la faire interner ou arrêter.

Ruiner sa carrière et l’appauvrir .

–  Détruire ses liens familiaux et la faire expulser de ses domiciles.

Après avoir brisé la volonté combative de la cible , dans certains cas,

Essayer de  changer sa mentalité , ses options politiques, son éthique pour la rendre conforme à ce que souhaite l’Etat.

Evaluer son potentiel pour corruption et recrutement.

En résumé : le but est de neutraliser l’individu ciblé . Exactement comme le faisait le programme COINTELPRO

LES CIBLES

Alors, qui est  visé par ce programme ?
Il y a de nombreuses  similitudes avec COINTELPRO 
Les cibles de COINTELPRO représentaient
« des menaces perçues à l’ordre politique et social établi ».

Ce qui, dans la pratique du programme  COINTELPRO visait surtout ceux qui recherchaient  une plus grande égalité sociale et économique, des militants pacifistes, dissidents, soi-disant politiciens « hostiles », et même les non-conformistes.

Dans certains cas, il peut être prouvé que les opérations de contre-espionnage ont été menées contre ceux  qui avaient connaissance  d’une criminalité de haut niveau ou de comportements abusifs.
Comme tout le monde, de nombreuses cibles ont des faiblesses, des défauts, des problèmes, etc. Certains ont des dépendances. Les faiblesses perçues (fabriquées, réelles ou exagérées) sont utilisées de façon vicieuse  pour  essayer de les discréditer .

Ce peut être explicité facilement par quelques exemples  de personnes devenues cibles d’opérations secrètes.

Liste de cibles américaines et explicitation de leur contexte  ( voire l’article en anglais)
Thomas Drake
Jean Seberg
Arnold Lockshin
Adrian Schoolcraft
Lawrence Doerr
Russell Roderick
Green ham Common Women ’s Peace Protestors
Andy Lewis and friends
Une longue liste d’activiste en recherche de la vérité sur le 9/11
Jill Hansen
Ted Gunderson
William Binney
Jiverly Wong
Aaron Alexis
Myron May

HISTORIQUE : COINTELPRO, MK-ULTRA, STASI / zersetzen TORTURE

Pour – COINTELPRO.
les  tactiques connues incluaient :
Discréditer,  modifier le  caractère.  faire des campagnes secrètes pour détruire les relations interpersonnelles, faire du   harcèlement, pratiquer  la surveillance ,  envoyer des lettres anonymes et faire  des appels téléphoniques, provoquer  des vérifications fiscales, du  harcèlement juridique, la manipulation des parents, des employeurs, des propriétaires, des responsables des écoles et d’autres pour créer des problèmes aux cibles.  Proférer des menaces, intimidations,  faire  des violations de  domicile  avec  fouilles ,  des dégradations  , du  vandalisme, instaurer  une surveillance constante.

Pour MK-ULTRA 
Les caractéristiques et objectifs incluaient :

la création d’  un sujet plus facile à contrôler et à manipuler,
la création  d’ assassins programmés,
le  développement de moyens plus efficaces de torture et d’interrogatoire,
l’éclatement de  la personnalité du sujet pour y insérer de  nouveaux systèmes de croyances, d’éthique, de politique, de comportement  sans que le sujet soit  conscient du fait ou   volontaire
la manipulation des états mentaux ,
la modification du fonctionnement du cerveau,
l’utilisation de drogues,
l’isolement,
les outrages verbaux et abus sexuels ,
l’emploi de diverses formes de torture,
la fabrication de pensée incohérente  et d’ impulsivité qui discréditera la cible en public,
la formation de périodes d’amnésie ,
la production de chocs et de confusion sur des périodes de temps données,
la tentative de modification de la personnalité pour la rendre dépendante des tortionnaires,

la tentative de rabaisser les ambitions de la cible et l’affecter dans son travail,
des atteintes à sa vue et son ouie ,
des tentatives pour modifier son comportement par des moyens à distance.

 

Les tactiques de la  STASI, également connues sous le nom de  zersetzen torture, incluent  des moyens tels   que:
la persécution secrète,
les méthodes secrètes de contrôle et de manipulation, qui impliquent même les relations personnelles de la cible,
l’utilisation extensive des collaborateurs  non officiels et qui sont  des gens ordinaires,

l’utilisation  de l’Etat  pour que les institutions publiques et privées  deviennent hostiles à la cible,
des  attaques psychologiques pour  priver la cible de la possibilité de monter une action politique hostile provoquant  souvent  des dommages irréversibles à la cible,
tenter d’influencer  la cible pour que son comportement se transforme au fil du temps. tenter de provoquer une fragmentation, la paralysie, la de-structuration et l’isolement de la cible.
tenter de re-éduquer politiquement et idéologiquement la cible entrainée  dans des situations de procédures judiciaires dommageables ,
tenter de tromper ou piéger la cible par des calomnies, de la diffamation en mélangeant le vrai et la faux dans une but avilissant ,
orchestrer des échecs sociaux et professionnels pour que la cible perde confiance en elle  créer des doutes sur le futur ,
simuler  de la méfiance ou de la paranoÏa ,
exploiter les faiblesses de la cible , ses addictions .
faire honte en propageant des rumeurs ,
pratiquer la surveillance visible et cachée,
intercepter les courriels, ou les appels téléphoniques,
s’immiscer dans la propriété de la cible et ses véhicules,
empoisonner sa nourriture,
mélanger ses médicaments ,
violer son domicile en laissant des traces pour menacer ou intimider la cible,
enlever ou déplacer des objets.

Tout ce qui compose cette liste  est familier aux individus ciblés et correspond au programme actuel. Presque tous les éléments de cette liste sont signalés par les individus ciblés. Je n’ai aucune raison de ne pas les croire.

A cela , il faut ajouter l’utilisation de l’énergie dirigée de pointe et des armes neurologiques pour avoir une vue d’ensemble réaliste de ce programme. 

LES ARMES

A ce stade, nous avons une assez bonne compréhension du programme. Mais il y a  encore une chose  de ce programme qu’il faut connaître  : L’armement de pointe qui est utilisé.

Preuves  / Exemples:

1) Le signal de  Moscou :  Il s’agit de faisceaux de micro-ondes de faible puissance  qui avaient été  dirigés  vers l’ambassade des États-Unis pendant  plus de deux décennies, de 1953 à 1976.

Il a été découvert en 1962.  Les scientifiques américains ont  alors étudié le signal jusque  dans les années 1970 avant de finalement en parler  aux diplomates, et de leur offrir  une prime de risque. Beaucoup sont tombés malades, certains sont morts. Cela n’a été révélé au public qu’en  1976,  par un journaliste d’investigation. Cela a conduit au projet du ministère de la Défense  : DARPA  PANDORA.

2) De 1965 à 1970, l’Agence de Projets de recherche avancée de défense (DARPA), avec jusqu’à 70-80% de financement fourni par l’armée, a  mis en fonction l’opération PANDORA pour étudier les effets sur la santé  physique et psychologique des micro-ondes de faible intensité, équivalents au  «signal de Moscou ».
Ce projet était assez vaste et incluait  (sous-financement de l’US Navy) des études démontrant la capacité à: induire  un arrêt du coeur , créer des fuites dans la barrière hémato-encéphalique, et produire  des hallucinations auditives.
Les  fonctions du système nerveux pouvaient facilement être altérées par   des signaux correctement pulsées.
Un texte  de Richard Cesaro, directeur, DARPA, a confirmé que l’objectif initial du programme était de «découvrir si un signal micro-onde soigneusement contrôlé pourrait contrôler l’esprit. »
Cesaro a insisté pour que de nouvelles études soient faites « pour des applications d’armes potentielles. » C’était en 1970, les  spécificités  d’armes neurologiques et physiologiques relevant de  micro-ondes étaient déjà reconnues.

3) Jose Delgado est le scientifique qui a arrêté  la charge d’un  taureau par un contrôle à distance  . Le travail secret du Dr Jose Delgado dans le projet Pandora était la création d’une société « psycho-civilisée ».

Dans son article  » radio simulation intracérébrale et enregistrement chez les patients complètement libres », en utilisant des ondes radio, Delgado a fait observer que:  » la radio stimulation sur différents points dans l’amygdale et l’hippocampe chez les quatre patients a produit une variété d’effets, y compris des sensations agréables,  de l’exaltation,  une profonde concentration réfléchie, des sentiments bizarres,  une super relaxation,  des visions colorées (hallucinations), et d’autres réponses.  »

Parlant en 1966, Delgado a affirmé que ses recherches » ont  montré la conclusion déplaisante que le mouvement, l’émotion et le comportement peuvent être dirigées par des forces électriques et que les humains peuvent être contrôlée comme des robots par boutons-poussoirs.

Delgado a déclaré que les armes EM étaient «plus dangereuses que la destruction atomique.» «Avec la connaissance du cerveau, nous pouvons transformer, nous pouvons façonner, diriger, robotiser  homme. Je pense que le grand danger de l’avenir est que nous aurons robotiser des  êtres humains inconscients du fait qu’ils ont été robotisés. « Il a créé un transpondeur du cerveau qui était en fait utilisé pour robotiser des  sujets humains.

4) Le Dr Ross Adey, anciennement du Centre de recherche cerveau de l’Université de Californie du Sud, a travaillé sur le tristement  célèbre projet Pandora  de la CIA. Ses travaux de recherche  induisaient des modifications spécifiques de comportement par des moyens électromagnétiques.

Dans son travail de pionnier, le Dr Ross Adey a déterminé que les états émotionnels et des comportements peuvent être influencés à distance simplement en plaçant un sujet dans un champ électromagnétique.
Il a aussi démontré que le rayonnement EM, bien modulé et pulsé, peut  entrainer des afflux de calcium qui interfèrent avec les fonctions du cerveau , appelées les « armes de la confusion »  Encore une fois, ceci  se passait , en 1970.

5) Lawrence Pinneo,  est un neurophysiologiste et ingénieur en électronique travaillant pour Stanford Research Institute (qui est un entrepreneur militaire de premier plan), Il a  »développé [en 1974] un système informatique capable de lire le mental  d’une personne.Pour cela  Il  avait corrélée des  ondes cérébrales sur un électroencéphalographe (EEG) avec des commandes spécifique

6) Le Dr Eldon Byrd, un ingénieur médical  de la Navy avec un diplôme d’études supérieures de l’Université George Washington, a travaillé sur le système d’arme Polaris comme ingénieur. Il  a travaillé pour   le bureau des armes navales de surface ,  et a été chargé en 1980- 1981 par le Corps des Marines des États-Unis  de la gestion  d’un projet qui devait développer  des armes électromagnétiques non létales à des fins, notamment « de contrôle des émeutes », d’ opérations clandestines et d’enlèvement des otages.

Il a travaillé sur ELF,  non-linéaires magnétiques . Il a travaillé avec Ross Adey, le Dr Elizabeth Roscher,  et Michael Persinger sur la possibilité   de modifier  les ondes cérébrales humaines à distance.
Et il di t: «Nous  l’avons fait »  en 1980. Son projet est  aussitôt devenu indésirable et lui a été enlevé. Cela avait été confirmé par le  sénateur   Pell.

Byrd a été cité dans une conférence autour de 2001 comme ayant dit : « Le contrôle mental est-il possible? Absolument. Il y a une montagne de preuves.

Il avait  poursuivi en disant que: « Aujourd’hui, nous savons qu’il existe des technologies qui peuvent induire  du son dans le cerveau à distance,  qui peuvent surveiller et modifier les ondes cérébrales  à distance,  qui peuvent modifier le comportement à distance, qui peuvent  induire des images dans le cerveau à distance, et sont aussi capables de cibler des organes individuels à distance. Il est possible de  perturber les liaisons des  ions calcium à la surface   de cellules individuelles à  distance, en  créant ainsi  des  douleurs et d’autres effets partout dans le corps. La technologie de contrôle de l’esprit existe, sans aune doute » . 

Moins d’un an plus tard, le Dr Byrd était mort. Peut-être était une coïncidence.

Un document de 1980  de NASA [NASA abstract Rapport numéro: AD-A090426, Juin 1,1980] décrit que l’on peut créer à distance la perception du bruit dans le cerveau des employés  en les exposant à  une faible puissance, pulsée  de micro-ondes …. Par un choix approprié des caractéristiques des impulsions,  il est possible de créer des  paroles intelligibles.  C’était le cas en  1980.

Pour une  documentation complémentaire , je vous recommande la page web suivante: http://educate-yourself.org/mc/listofmcsymptoms05jun03.shtml. documents.  Cette page Web présente  une montagne de preuves sur  ces armes terrifiantes. Certains documents  incluent les  preuves  de la possibilité  d’induire des faux souvenirs dans le cerveau,  de l’implantation d’une commande subliminale qui permet de modifier le comportement (y compris  en supprimant la dissidence ).

9) Enfin, en Juillet 1996, le Spotlight, un  journal  de la droite américaine  largement diffusé, a rapporté que des sources du Ministère de la Défense bien placées ont confirmé un contrat du Pentagone annonçant   le développement de « générateurs électromagnétiques de forte puissance qui interfèrent avec les ondes cérébrales humaines.  »

M. Emery Horvath, professeur de physique à l’Université de Harvard, a déclaré à propos  de ces générateurs,

« Ces « zappeurs  de crânes » électroniques sont conçus pour envahir l’esprit et  court-circuiter   ses synapses … dans les mains des techniciens du gouvernement, ils peuvent être utilisés pour désorienter des foules entières, ou  manipuler les individus à des fins d’actes actes autodestructeurs. C’est  une arme terrifiante. « 

Pour citer José Delgado à partir de son livre sur  contrôle physique de l’esprit: Vers une  société psycho civilisée ,  p. 116:

« Les personnes dont les centres du cerveau sont stimulés électriquement croient que leurs actions évoquées sont leurs propres idées; leur esprit conscient rationalise des actions évoquées  au loin. Les personnes en situation de ce type de  stimulation électrique ne sont pas conscients de l’influence extérieure. »

En résumé, ces armes ont la capacité de torturer mentalement et physiquement les gens, et d’influencer le comportement psychologique humain. Avec, ou même sans la connaissance ou la conscience de la cible.

RÉSUMÉ DU PROGRAMME ET SES IMPLICATIONS

En résumé, nous sommes face à un programme  qui comprend les caractéristiques d’anciens programmes, tels que COINTELPRO et MK-Ultra.

Ce programme utilise également la collaboration des gens ordinaires pour mener à bien une grande partie du harcèlement, comme le faisait la Stasi ou  le système de torture zersetzen  en  l’Allemagne de l’Est.

En outre, il utilise  des armes neurologiques  de pointe pour torturer mentalement et physiquement des  victimes à distance, que ce soit dans leurs maisons, leurs lieux de travail, ou là où ils peuvent aller.

Les objectifs du programme sont nombreux, mais en fin de compte se résument à la torture, au  contrôle, au discrédit, et à la  neutralisation des cibles -exactement comme le faisaient  avant  COINTELPRO , MK-ULTRA et Stasi ou zersetzen .

Alors que certaines victimes peuvent être choisies au hasard, après examen , il semble que de nombreuses cibles sont  des militants, des  lanceurs d’alerte et dénonciateurs  de  corruption. Les conséquences sont graves. La plupart des cibles perdent leurs emplois, leurs maisons, et / ou leurs familles. Beaucoup finissent droguées à base de   médicaments dangereux ou institutionnalisées. Certaines  cibles   se suicident  ou tuent

Bien sûr, les conséquences pour l’humanité sont effrayantes. Est-il possible que nous nous dirigions vers une réalité synthétique, où les pensées des gens, les conversations, les espoirs, les rêves, les maladies, les grands événements de la vie sont contrôlés par des super- ordinateurs et des gestionnaires,  à l’insu de tous?

Est-ce que notre société  va tendre  vers une  suspicion généralisée  parce que tout le monde espionne tout le monde ?   Avec un énorme  pourcentage de la population  transformée en informateurs du gouvernement et  en espions collaborateurs ?

Sommes-nous  en train de développer  une classe  de personnes  avec moins de droits  et qui peuvent être harcelés à volonté  avec des droits  niés ? Si c’est la cas ,  est ce que ça ne ressemble pas très fort au système   qui existait dans l’Allemagne nazi ?

QUE FAIRE AVEC CE  PROGRAMME

Plusieurs choses.

Tout d’abord, les  individus ciblés doivent s’exprimer.  doivent parler. Surtout ceux qui ont leur  mental intact. Ce programme est très perturbateur  et est conçu pour faire passer même les plus solides pour des dérangés

Pour faire face au problème de nombreuses cibles sont contraintes  à des traitement psychiatriques ou que certaines ou acceptent pour diminuer leur souffrance ou rassurer leur entourage . En cas de problème psychiatrique réel , un traitement résoudra les problèmes.  Pour les individus ciblés , c’est différent , puisque ça ne supprimera pas  la torture ou le harcèlement ni les manipulations de leurs vies.

Cela nous amène au point suivant : Si  vous connaissez un individu ciblé, ne le prenez pas  pour un dérangé , car il est sans doute victime de ce programme . Admettez que ce qu’il disait  avant est toujours valable . C’est la légitimité même de qu’il racontait alors qui lui a valu ce traitement. C’est ce qu’il faut garder en mémoire.

Les lanceurs d’alerte  conscient de ce programme doivent le dénoncer

Les journalistes courageux doivent poursuivre leur tâche. Ce sont des journalistes d’investigation qui ont fait connaître MK-ULTRA et COINTELPRO, et une grande partie de l’expérimentation humaine contraire à l’éthique qui existe aux Etats Unis.

Les individus ciblés doivent se regrouper . La force vient du nombre. Les cibles ne doivent jamais abandonner le combat.

Enfin, le Congrès  se doit d’enquêter de manière approfondie  sur les agences de renseignement,  les programmes de recherche , le ministère de la Défense et les opérations cachées. Le programme qui vise des individus ciblés existe bien. Il doit être exposé au grand jour et  arrêté pour toujours .

Merci de votre attention sur ce sujet.

Lettre aux interlocuteurs locaux de santé et de dérives sectaires

3 Déc

Madame, Monsieur,

Le harcèlement électronique est une forme moderne , féroce , et cachée du harcèlement en réseau qui est lui-même un harcèlement en bande organisée.

Le mot harcèlement signe la répétition jusqu’à l’obsession, de nuisances volontaires destinées à déstabiliser ou infliger brimades , humiliations et souffrances en tous genres à une personne désignée par le mot « cible » .

Le terme électronique recouvre diverses technologies utilisées depuis maintenant plusieurs décennies pour pratiquer ce harcèlement à distance et souvent sans preuves à montrer, sauf au prix de couteux appareils de détection.

Les enregistrements  faits par des  détecteurs personnels ne sont pas , à ce jour, reconnus valides par la justice.

Les quelques technologies répertoriées par des victimes de ce phénomène qui consiste à propulser de l’énergie à distance vers une cible, peuvent utiliser les RF, les micro-ondes, les lasers, le son, les ultrasons et les très basses fréquences.

Toutes ces technologies utilisées dans le but d’handicaper et de faire souffrir une cible, ont un impact gravissime sur sa santé et ses capacités de travail, et mènent souvent au suicide.

Parce que ce phénomène de harcèlement électronique est officiellement prétendu non-existant, donc non-traité, il prospère à la vitesse V entre les mains de réseaux cachés, faits souvent de gens ordinaires devenus criminels et qui ne se pensent même pas comme tels.

Le harcèlement électronique qui fait pénétrer par propulsion volontaire , dans le corps d’un être humain innocent et démuni, une énergie destinée à le faire souffrir et à détruire ses organes de moins en moins vitaux et ses capacités d’action et de réactions , est une atteinte grave à l’intégrité mentale et physique d’une personne.

Il est de notre devoir à tous, de le faire connaître, de le dénoncer pour le faire enfin punir et commencer ainsi à en freiner l’essor. Cela ne peut se faire qu’avec votre prise de conscience du danger que représente ce phénomène et avec votre aide , ici sollicitée dans l’urgence .

De nombreux blogs et sites de victimes, chacune avec son vocabulaire et ses quelques connaissances , racontent l’horreur du harcèlement électronique au quotidien , de victimes que l’on ose encore souvent traiter de « dérangées » .
Il suffit de taper les mots « harcèlement électronique «  ou «  harcèlement psychotronique «  pour un premier  contact avec ce nouveau fléau sociétal, s’il ne vous est pas encore connu.

Dans l’espoir de votre réaction circonstanciée en fonction de votre domaine professionnel d’action,
et avec l’expression de ma considération respectueuse.

 

Un contrat sur une cible

27 Oct

 

Le recoupement de  d’informations  et de témoignages partagés par des victimes , tend à montrer l’existence d’au moins 4 types de contrats susceptibles de concerner des cibles .

Les cibles sont , ici, des êtres humains à  débiliter, démolir ou anéantir.

– le premier type de contrat  est un contrat payé par un commanditaire et confié à un ou des groupes criminels pour réalisation . Pour une vengeance personnelle ou un jouissance pathologique de dominant, un nanti paierait donc le plaisir de faire martyriser un être humain désigné comme proie .

– le deuxième qui utilise aussi des groupes criminels et qui ne sont pas uniquement les voyous de base du harcèlement criminel , serait un service rendu à un membre d’une société secrète . Cette société secrète intègre de nombreux chefs de réseaux criminels qui y trouvent matière à faire des affaires . Le service rendu serait, ici, tacitement échangé contre des protections et des retours d’ascenseur.

– le troisième type de contrat , serait payé par des cascades de reversements, par des groupes de recherche liée à  l’industrie de l’armement , pour des essais de nouvelles technologies. Les cibles seraient des personnes livrées pour vengeance ou règlement de compte, par des employés ou fonctionnaires d’Etat familiers de ce système.

– Le quatrième type de contrat serait sur la base d’une assurance prise sur la vie d’une proie livrée à du harcèlement criminel et que le souscripteur du contrat souhaite voir mourrir , plutôt rapidement.

Dessin de Gross

C’est ce  dernier type de contrat , qu’explique ci-dessous le texte traduit par Rudy ANDRIA et présenté sur son blog

https://rudy2.wordpress.com/mental-health-law/

comme suit :

Y A-T-IL UN CONTRAT SUR VOTRE VIE ? par Janet Cresswell
Traduit de l’anglais par Rudy Andria

Dans les discussions sur les péripéties de la vie des victimes, la question financière est trop souvent négligée ou pas du tout abordée.

Dans le monde occidental, la plupart des membres des groupes de harcèlement en réseau et des groupes d’agression par des fréquences électroniques font déjà partie du personnel public, d’une manière ou d’une autre. Ils peuvent être employés ministériels ou exerçant dans des organismes chargés de faire respecter la loi, dans le secteur de la défense ou de la médecine.

Beaucoup d’autres civils impliqués dans la pratique de la persécution ou du harcèlement en réseau bénéficient des prestations sociales, en qualité de retraités, de demandeurs d’emploi, de handicapés mentaux ou autres.

Les victimes elles-mêmes ont tout juste de quoi subsister, puisque toutes ressources financières leur sont supprimées et elles souffrent d’un appauvrissement délibéré et persistant.

Néanmoins, pour certaines victimes, il est un domaine dans lequel on continue à évaluer la vie en termes d’argent en quantité considérable et c’est celui de l’assurance-vie.

Les victimes peuvent , à leur insu, figurer sur des polices d’assurance-vie souscrites par des sociétés, par qui elles sont actuellement employées ou qu’elles ont quittées il y a plusieurs années.

Dans le secteur des assurances-vie, on désigne communément les polices sous le terme “Dead Peasant Policies”. Un terme qui convient parfaitement aux circonstances de la vie d’une victime. Le terme politiquement correct est “Corporate-Owned Life Insurance” ou COLI (en gros, “assurances-vie appartenant à des sociétés). Les polices d’assurance COLI sont souscrites par des sociétés,sur la vie de milliers de leurs employés, généralement, à l’insu de ces employés et sans leur consentement.

Les polices d’assurance peuvent rester en vigueur, pendant longtemps encore après le départ des employés. L’existence de n’importe quelle police d’assurance-vie identifiera ceux qui sont en instance de recevoir leur capital-décès. Les bénéficiaires financiers du décès d’une victime peuvent très bien être les tortionnaires responsables de la mort de cette victime.

Les victimes doivent effectuer des recherches visant à savoir si une police d’assurance-vie a été souscrite en leurs noms, soit par un particulier soit par une société.

Vu que les victimes sont, chacune,en train de subir des tortures par des radiations et par des fréquences électroniques spécifiques, leur espérance de vie est considérablement réduite. La date de leur décès peut aussi avoir été déterminée par leurs tortionnaires. Vu que chaque victime est sous surveillance 24h/24 et 7 jours/7, la date de son décès sera connue des tortionnaires, et de ce fait, contribuera rapidement à des revendications au capital-décès.

Il a été estimé qu’un quart des 500 sociétés de la revue Fortune ont des polices d’assurance-vie du type COLI, qui couvrent la vie de près de 5 millions d’employés. J’étais d’abord employée par TERADA lorsqu’elle faisait partie de AT&T et puis quand elle passa chez NCR. AT&T et NCR souscrivirent, toutes les deux, régulièrement, à des polices d’assurance-vie “Corporate-Owned” sur la vie des employés.

Lorsque j’ai démissionné de mon emploi chez NCR TERADA en août 2002, il m’a été notifié que, je cite: “Notre point de vue et le vôtre sur Big Brother ne s’accordent pas. Vous serez harcelée pour le restant de votre vie.”

Depuis lors, je suis agressée biologiquement, chimiquement, électroniquement, financièrement, physiquement et verbalement en Australie, en Nouvelle-Zélande, en Inde, en France et au Royaume-Uni.

Depuis ce moment-là, je suis sous surveillance 24h/24, 7 jours/7 et je subis continuellement des dégâts matériels et l’invasion, la destruction et le vol de mes biens. On m’a fait, à mon insu, des injections, on m’a droguée, violée, opérée. On m’a enregistrée, photographiée et filmée. C’est donc une insulte de plus que de découvrir que mes anciens employeurs ont un contrat, voire des contrats, sur ma vie et qu’ils amasseront, sans que personne ne le sache, des centaines de milliers de dollars, après ma mort.
Janet Cresswell.

Détections de tirs d’énergie en appartement- douleurs de vibration

2 Juin

Les cibles de harcèlement électronique visées par des réseaux criminels de ce pays ne peuvent pas dormir normalement   dans leur appartement , leur maison et leur lit.

Pourtant cette hygiène de récupération basique , chez soi, est garantie à tous, par la Constitution et les Institutions, au nom  du droit à la vie privée .

C’est majoritairement chez elles, que les cibles de harcèlement électronique françaises , sont torturées , au moyen d’ appareils à énergie dirigée confiés à des psychopathes , tendance nazie .

Cela se passe à LILLE, NICE, GRENOBLE, PARIS, NANCY, VANNES,  Les SABLES D’OLONNE ………. où des cibles sont privées de leurs droits à la santé, à la vie privée.

En plus des tortures qu’elle subissent des cibles sont privées de leur liberté, par des enfermements arbitraires. Cela inclut la liberté de raconter une réalité vécue mais caricaturée par le mot affabulation
Ces enfermements sont  destinés à les faire taire et à les marquer du sceau de l’infamie : un dossier de maladie mentale qui décrédibilisera leurs propos à venir et leurs plaintes.

Cela est fait par des médecins aux ordres, qui acceptent d’incarcérer en milieu hospitalier , une personne livrée sur ordre de responsables de la sécurité publique .
Pour les aider, des maires, des députés , des sénateurs, des policiers, un Président de la République ont,  jusqu’à présent, sans état d’âme apparent, accepté de priver sciemment cette catégorie de français- là de leurs droits .
Des droits annexés à deux exceptions près.
Les cibles ont le droit de PAYER LEURS IMPÔTS , et de VOTER .

Pour éviter les tirs d’énergie du psychopathe fou-furieux protégé par d’autres  , du A221 de Cap Olona , j’avais passé une nouvelle fois la nuit dans ma voiture , dans un endroit connu sans CEM ( champs électromagnétiques) .

Pourtant , il y avait eu des tirs d’énergie à l’horizontal sur le sommet du crâne , tourné vers la mer . Un réveil vers  4 H avait également été associé à un tir détecté par l’enregistreur . C’était beaucoup trop tôt pour un réveil naturel de personne épuisée.
Aucune voiture, avec tireur ou machine , n’était présente sur les quelques centaines de mètres linéaires du chemin.


Seule  cette petite verrue bleue  accrochée sur le rocher ,  faisait penser à une présence en proximité pendant toute la nuit. L’ouverture de la tente était tournée vers mon véhicule.

De retour chez moi, j’avais été contrainte d’improviser des soins allongés pour calmer la souffrance du cerveau. Et le détecteur en fonction non-stop près du lit, avait notamment enregistré ceci ci-dessus.

Avec ceci pour les détails

………..et qui laisse penser à  une programmation impeccable . Bravo qui ?

Ces  miens blogs notent qu’à de rares exceptions près,  d’appartement A221 laissé vide accidentellement , ma position allongée déclenche systématiquement et presque immédiatement des tirs d’énergie venant du dessus.

Par énergie pulsée, ma position allongée est repérée par l’appareil du tortionnaire ,  et ressentie  par moi, aux pieds. Puis les tirs vers la tête commencent , au rythme des problèmes du malade mental du dessus.
Ce qui signe  , une surveillance à travers les murs.

Une nouvelle récente recherche sur internet confirmait  qu’une des très sophistiquées camera go-pro , permet cet espionnage .
Il y est mentionné également un appareil censé à usage seulement policier et militaire et ayant cette même qualité pour espionner à travers les murs par détournement de sa fonction première  : la MilliCam90 connue depuis 2012 et fabriquée par MC2-Technologies

Le petit article de présentation dit notamment ceci :  » Cette caméra n’émet pas d’ondes nocives comme des rayons X, mais elle mesure les ondes hyperfréquences émises par le corps. Ce procédé est sans danger et indétectable. De plus, chaque objet émet des ondes différentes du corps humain, ce qui permet de détecter des objets ne comportant pas de métal, ce qui n’est pas le cas avec les portiques actuels. »

Depuis quelques temps les très nombreux tirs d’énergie, porteurs de son,  du psychopathe en fonction au A221, avaient provoqué de terribles et étranges douleurs de vibration .
Récemment, ce type de  douleurs de vibration  ( résonance) avaient duré pendant 2 jours après une infernale nuit de tirs.
Pendant ces  deux jours, je n’avais pas pu marcher. Car chaque pas déclenchait une souffrance dans tous les os de la cage thoracique : clavicules , vertèbres et côtes. Comme si la pression du pied heurtant le sol, faisait repartir une vibration longue durée dans les os concernés.
De nouveaux tirs d’énergie-son , subis en journée,  quelques jours plus tard, avaient eux, fait repartir le processus.

Ce genre de tir porteur de son , très ciblé sur la cage thoracique , fonce au niveau de la gorge et ce, quel que soit l’endroit différent où je vais m’allonger.
Lors du tir, une partie de la sensation de brûlure irradie dans la partie haute de la cage thoracique et le reste de ce qui ressemble à un éclair brûlant et qui coupe le souffle, file dans la colonne vertébrale. C’est une sensation de mort proche , à chaque fois.

De nombreuses  de cibles de torture électronique mentionnent aussi ce phénomène  de douleur des os , du à des vibrations . Au moment des tirs , ce sont les brûlures des HF porteuses  du son et/ou des très basses fréquences , qui sont d’abord ressenties.

Ce pays est perfectible et va peut-être évoluer et changer pour mieux.

Beaucoup le souhaitent, et sont prêts à participer activement  à ce changement.
Certaines pratiques terroristes et vicieuses , comme la torture électronique cachée  de résidents ou de nationaux , sont faciles à éradiquer.

Les lois existent pour le faire .

Il suffit de les appliquer, pour ceux qui en ont la charge,  et sinon , de dénoncer ceux qui sont payés pour le faire,  mais ne le font pas,  par lâcheté ou veulerie.
Cette dénonciation circonstanciée , est encore pour le moment à la charge difficile des cibles victimes. Un groupe déterminé de cibles de torture électronique se mobilise actuellement sur cette action positive .

Dans une vidéo parodique qui avait suivi la déclaration du Président D. Trump  lorsqu’il avait proclamait « America First » , la France avait accepté de devenir la deuxième, en vantant aussi des manifestations de rue que le monde  pourrait nous envier . …. Enfin… peut-être.
http://www.huffingtonpost.fr/2017/02/16/la-france-a-enfin-sa-parodie-officielle-america-first-de-donal/?utm_hp_ref=fr-Donald+Trump

Actuellement , sur les problèmes relevant du climat , les USA se sont virés de la 1ère place tout seuls, et  la FRANCE pourrait  devenir  FIRST locomotive ( sans charbon)

Pour le respect des droits de l’humain , et l’éradication de la torture par énergie pulsée, TOUTES les cibles demandent une solution et qui puisse  permette de dire :  » FRANCE FIRST  »