Archive | torture par souffrance continue infligée volontairement RSS feed for this section

Un maire ne devrait pas écrire ça

22 Juin

Un maire ne devrait pas écrire ça :

Ceci est la réponse (déjà publiée) du maire des Sables d’Olonne (85) à une victime (moi) de harcèlement criminel global, qui lui demandait son aide pour dénoncer à la justice ce phénomène mis en place localement. Une nouvelle fois.

Le harcèlement criminel global inclut la torture par harcèlement électronique. Le harcèlement électronique consiste, dans cette histoire,  à infliger une souffrance répétée et volontaire au cerveau d’une cible (moi) par pulsation d’énergie dirigée en proximité.
La souffrance répétée, continue du cerveau, infligée volontairement , et qui entraine une privation de sommeil dramatique, est une définition légale de la torture.
A force de torture, la victime développera  en plus une fragilité pathologique  qui l’exclura de toute vie sociale .

Cette torture est sans cicatrice extérieure.

La justice internationale ( TPI) contactée par une requête pour enquêter  sur ce phénomène de torture , avait répondu que la justice français était compétente pour le faire …. ou déficiente. Réponse du TPI dans :

https://lesharceleurs.wordpress.com/2014/10/03/lettre-a-monsieur-boucault-prefet-de-paris/

La justice française n’avait pas réagi aux plaintes portées par une victime (moi) de torture par énergie pulsée , reçues localement par le procureur Gilbert Lafaye , et évacuées par lui pour prétendu problème mental de la victime.

Monsieur le Maire des Sables d’Olonne (85) avait donc été sollicité pour aider à dénoncer ce crime à la justice  . Il avait pour cela , à sa portée, l’article 40 du Code de procédure pénale .

 extrait du Sans-culotte 85

Selon l’article 16 du Code de procédure pénale (CPP) , un maire et ses adjoints sont officiers de police judiciaire   .

A ce titre, ils ont l’obligation selon l’article 40 du Code de procédure pénale de dénoncer tout délit ou crime porté à leur connaissance . Cela s’entend , sans état d’âme, sans tergiversation, et sans interprétation fantaisiste du texte qui les oblige, et qui dit :

« Toute autorité constituée, tout officier public ou fonctionnaire qui, dans l’exercice de ses fonctions, acquiert la connaissance d’un crime ou d’un délit est tenu d’en donner avis sans délai au procureur de la République et de transmettre à ce magistrat tous les renseignements, procès-verbaux et actes qui y sont relatifs. »

Par sa lettre du 22 février 2016, Monsieur le Maire des Sables d’Olonne , avait dit « NON » à sa façon, par triturage et déformation du texte de loi  .  Il n’avait même pas interrogé plus avant sur le phénomène indiqué .

Manque de curiosité ? information complémentaire inutile ?

La loi ainsi interprétée par ses soins était devenue  un simple exercice de style . Son  interprétation s’imposait soudain enveloppée de l’aura d’une carrière juridique, dont 22 ans passées aux Sables d’Olonne, à jeter ses filets .

Un mien second courrier , avait même fait exploser le compteur du ridicule, par une réponse inattendue . Pour envisager de respecter la Loi, Monsieur le Maire des Sables d’Olonne voulait des noms. Pas de problème… Sauf le silence radio de Monsieur le Maire des Sables d’Olonne qui avait suivi la lettre avec les noms.

Cette fois, la suite allait relever d’un « chantier » .

Un chantier est une situation concoctée , avec une apparence de légalité, pour piéger une personne .

Cet homme de droite, haut en couleur  , avait fait sa campagne pour la mairie avec l’aide de Patrick Buisson.
La petite histoire raconte qu’il avait gagné son élection de maire , avec les voix de gauche de la Chaume, le quartier des pêcheurs.
Le jour du vote pour l’accès au trône de maire , des sympathisants aux arguments persuasifs,  seraient  allés en fin de journée chercher les marins et ex-marins-de-gauche chez eux. Ils les avaient sortis de leurs charentaises et de leur programme TV préféré,  pour les pousser vers les bureaux de vote avec le bon ticket.
Ce sont les même sympathisants , bénévoles ou presque, qu’on met aux trousses des indésirables à harceler et torturer, dans cette ville
Localement , chacun sait qui contrôle le port et la pêche de cet endroit .
Didier Gallot avait été élu de justesse .

http://www.lereportersablais.com/affaire-fillon-didier-gallot-ancien-juge-et-maire-des-sables-dolonne-condamne-le-manque-dindependance-du-parquet-financier/

Quand le feuilleton de la famille Fillon à la soif inextinguible  d’argent public,  semblait risquer  de lui faire  rater l’escalier  l’Elysée,  Monsieur le Maire des Sables d’Olonne était intervenu dans la presse , pour critiquer l’action du Parquet financier.

Pour ce faire, la quasi loi qu’il invoquait était celle de « la tradition républicaine » . Une sorte de « loi de l’habitude « , pour protection et défense d’éventuels « hors- la- loi -&- co » .

Pour s ‘emparer de l’affaire de son candidat Mr Fillon, et pour contrer la justice financière , Monsieur Le Maire des Sables d’Olonne avait proposé un juge intègre: Mr Renaud Van Ruymbeke. Un peu son obligé.

Extrait de L’oligarchie des Incapables 

de Sophie Coignard et Roman Gubert

Dans une vie antérieure, Monsieur le Maire des Sables d’Olonne, avait créé le festival « SIMENON » .
Pour aider au prestige de ce festival, son association s’installait dans le tribunal des Sables d’Olonne,  pour des journées de causerie à thème. L’association y invitait surtout les copains juges du alors-Président/juge de l’association, tous frais offerts, avec une pipe en cadeau à l’hôtel.
Mr Renaud Van Ruymbeke était venu aux Sables d’Olonne (85) participer aux causeries sur le thème de la corruption, en 2011.
Ça ne s’oublie pas.

A la même époque que l’affaire Fillon, dans l’éditorial de son bulletin municipal, notre maire nous avait mis en garde contre un candidat avec  « le sourire carnassier de la finance « 

Mais quel rapport avec mon histoire de harcèlement criminel global et une expulsion illégale, brutale, haineuse, de mon appartement et de cette ville avec l’aide de la justice et la police ?
LE FRIC, les chantiers de représentants de l’Etat, et LES ESCROCS protégés.

 

La société gestionnaire de biens de l’appartement ( CM-CIC Gestion Immobilière) que j’occupais est une société- soeur -cadette d’une  autre société- promoteur (ATARAXIA),  et appartenant  toutes les deux au même groupe financier.

La seconde société , ATARAXIA  investit à tout va, aux Sables d’Olonne (85) et dans le grand Ouest.

Et pendant qu’on y est : il existe une  3ème société du même groupe : ZEN INVEST ,  qui assure les propriétaires qui confient leur bien à CM-CIC Gestion Immobilière., sur sollicitation d u promoteur ATARAXIA.
Et c’est cette  société d’assurance,  que l’huissier des Sables d’Olonne , Me VINCENT,  avait sollicité pour avis avant d’embourber le chantier fabriqué contre moi..

CM-CIC Gestion Immobilière  s’était ( se , plus généralement) comportée en escroc . Elle réclamait l’argent de loyers sans avoir la qualité reconnue pour le faire . La propriétaire laissait faire et suivait tout en jouant l’ingénue bailleure.

Pour faire taire une victime d’escrocs, dans ce pays, on la torture. Cette torture est une habitude et existait avant ma venue aux  Sables d’Olonne .

Mais , là, dans cet endroit, se trouve un protecteur de dominants tortionnaires . A ma demande d’aide légale,  il avait répondu par une double moquerie . Il avait ainsi ajouté une efficace stigmatisation supplémentaire,  à celle offerte par le  1er magistrat de la région.

Pour Monsieur le Maire des Sables d’Olonne , une femme torturée ne vaut pas un pet de lapin, face au fric de nantis et  d’investisseurs .

Après un rejet de mon cas  par le 1er magistrat , il fallait  manifestement  se débarrasser de la victime qui râlait encore. C’est une expulsion tonitruante, indigne et dispendieuse qui sera mise en place , avec des quasi apparences légales.

Pour virer une victime épuisée et avec perte et fracas , il suffisait

  • d’ un flic soumis ,
  • d’un frère huissier ,
  • d’ une magistrate servile , et
  • d’un fonctionnaire de préfecture indélicat , soit  le tout venant ,  à portée de main pour un homme de pouvoir et de réseaux.
    Ce chantier d’expulsion à organiser était juste de la « politique de la barbichette . » je te tiens , tu me tiens par la barbichette, on s’entend bien , on y arrivera bien »

Et ici encore, ce ne sont pas les institutions qui sont en cause, mais bien des gens de pouvoir  complaisants  de ces institutions,  et qui utilisent leur qualité en détournant  son usage reconnu , dans l’ombre des connivences

Ceci n’était là  qu’un épisode local caricatural, d’une situation criminelle plus globale  et qui  se re-organise systématiquement avec, à chaque fois ,  avec  les habitués de ce système illégal d’étouffement ,  à l’aide  des  nouveaux volontaires locaux .

de l’église  Notre-Dame de la légion d’honneur à Longué (49)

Monsieur le Maire des Sables d’Olonne, capable de s’amuser comme un jeunot , pour complaire à des escrocs friqués, y était allé de ses bafouilles qui se moquaient d’une victime . Ce faisant il  affichait son mépris des femmes et de leurs  droits.

Il se trouve que cet homme est également un Chevalier  de la légion d’honneur . Un Chevalier de la légion d’honneur  qui s’est illustré  par sa détermination à refuser de dénoncer la torture électronique infligée à une résidente de sa ville .

http://lezarceleurs.blogspot.fr/2015/02/article-40-du-cpc.html
https://lesharceleurs.wordpress.com/2016/03/04/l-s-o-et-piege-a-cible/
https://lesharceleurs.wordpress.com/2016/03/13/crime-organise-a-lso-lettre-a-mr-gallot-maire-de-lso/

https://lesharceleurs.wordpress.com/2016/07/13/mourir-ecrabouillee-dans-son-lit-aux-sables-dolonne/

http://lezarceleurs.blogspot.fr/2017/05/la-torture-du-cerveau-en-france-en-2017.html

Publicités

Brusque changement du spectre du signal

30 Mai

La torture de longue durée , par énergie pulsée vers la tête, produit un état anxiogène d’anticipation de la souffrance infligée .

La torture s’entend ici comme l’utilisation de la violence pour infliger une forte souffrance qui est intentionnelle, physique et mentale.
La torture est un moyen de coercition cruel , pour inspirer la terreur et imposer une domination.
Les moyens de torture sont nombreux et listés sur internet .

Parmi eux on trouve
– la privation de sommeil, ici, avec souffrance infligée au cerveau,
– l’utilisation de sons et sifflements qui empêchent tout repos mais interfèrent rapidement avec les capacités cognitives

Tout comme les femmes battues respirent plus difficilement dès le retour de leur tortionnaire à la maison, une victime de harcèlement électronique redoute la position allongée et le moment de l’endormissement , quand l’opérateur et/ou l’appareil émetteur d’énergie dirigée et pulsée semblent se déchainer.

Dans mon histoire , et par hasard peut-être, de nombreux tirs d’énergie dirigée ont impacté le lobe frontal, la gorge et les bronches.

Le lobe frontal est présenté par les neurologues comme le siège du « sur-moi » qui permet le contrôle du comportement et la retenue adaptée aux circonstances de la vie.
Des personnes qui ont eu des accidents de chantier affectant cette partie du cerveau, sont décrites avec des accès de débordements allant jusqu’à une violence incontrôlable.

Les trop nombreux tirs d’énergie dirigée dans le lobe frontal de cibles de harcèlement électronique font également voler en éclat cette fonction du « sur-moi » qui signe l’adaptation à un contexte sociétal.

Pour protéger ce qu’il en reste, j’avais fini par prendre l’habitude réconfortante et pesante de poser au moins , un énorme coussin sur le front au moment de dormir.

Sachant que « mon » ressenti de pulsations pouvait être du à la fragilisation acquise après plusieurs années de torture par énergie pulsée. La première détection était ainsi : de très faibles pulsations sur 2,4 GHz

Le coussin  utilisé par précaution, permet en plus de protéger également les yeux, que les tirs d’énergie brûlent, tout en multipliant par X la gravité des autres problèmes quand ils adviennent . Cela avait été le cas récemment , pour un abcès dans l’oeil.

L’observation des détections enregistrées et proposée ici, a été faite sur plusieurs nuits d’affilée et avec le même constat d’un spectre de signal qui changeait au fur et à mesure que des protections étaient ajoutées et superposées,  à cause de la douleur devenue rapidement de nouveau   insupportable .

Ces ajouts de matériaux différents étaient uniquement destinés à protéger le cerveau et permettre un  endormissement et un peu de repos.

OR , le détecteur enregistreur qui  avait permis de noter le changement de spectre de signal  la première fois , était placé au-dessus du matelas , sur le côté .Il sera  toujours posé  au même endroit les nuits suivantes  , soit  en dehors des protections ajoutées.

Par ailleurs, on sait que plus les fréquences (HF) sont basses, mieux elles pénètrent. 1,4 GHz pénètre mieux que 2GHz , par exemple .

Pour éviter les risques liés aux canalisations électriques poreuses qui courent dans les murs de l’immeuble et qui relarguent sans doute leur pollution électrique ambiante, le lit avait été glissé au milieu de la pièce.

Sachant qu’il n’y avait que 3 autres résidents dans l’immeuble et surtout aucun résident dans la colonne d’appartements au-dessus du mien , les nuits auraient pu être sécurisantes.

Le coussin aurait pu ou du suffire à permettre l’endormissement . Il n’en avait rien été .

Les pulsations ayant pris leur cadence de croisière, rien ne les arrêtait et le cerveau ne trouvait aucun repos.

En première protection , un matelas avait été arrimé au-dessus de la tête . Le lieu de couchage avait été le même pendant toutes les nuits qui avaient montré le même type d’enregistrement de changement du signal  et correspondant à la reprise de la douleur après un court moment de répit .

détection  enregistrée après l’ajout du matelas

Ainsi a près la mise en place du matelas , la force de l’énergie pulsée traversante et ressentie douloureuse , avait rapidement cru jusqu’à devenir problématique .
D’autres épaisseurs de protection avaient été ajoutées :

Au final , les protections à disposition avait inclus un amas de tissus anti-ondes qui arrête des signaux sur un spectre de fréquences de 100 MHz à 22 GHz, et quelques couvertures de survie supplémentaires . Pour presque rien.

La détection  enregistrée avec  cet amas  de protections diverses , était devenue ainsi :

En  dernier recours , inconfortable, mais réconfortant et permettant l’endormissement,  j’avais enfilé une  capuche de plongée en bloquant 4 packs de gel à l’intérieur.

Pourtant, comme le montrent ces détections, les densités de puissance enregistrées semblent insignifiantes .
Leur dangerosité semblerait ou pourrait venir du fait que

  • les signaux sont pulsés même après le changement de spectre du signal
  • qu’ils ont la propriété  de traverser tous les matériaux  utilisés , et
  • qu’ils portent peut-être ou sans doute  une autre type de signal (ELF)  qui atteint
  • –parfois directement  le cerveau  ,
  • –parfois la cochlée ou le nerf auditif.

Différence entre pollution électromagnétique et agressions électromagnétiques

22 Mai

 

http://lezarceleurs.blogspot.fr/2016/10/eeg-cuisson-du-cerveau-sans-souffrance.html

Ces détections EEG et pollution électromagnétique , avaient été faites dans un monastère à LAVAL (53) . Comme l’indique le texte, il n’y a pas de souffrance aiguë du cerveau , mais un état de fatigue qui peut aller jusqu’à l’apathie, avec en plus des maux de crâne insolubles  dans le paracétamol, et une perte de vigilance qui peut aller jusqu’à la confusion mentale .

Pour les EHS avérés graves , un tel contexte serait source de souffrance si le cerveau très abimé ressentait les pulsations ELF  liées,  par exemple,  aux WIFI .

Le fait que le WiFi baigne ce monastère en tous endroits , n’était indiqué nulle part , au moment de ces détections. Seule une interrogation de la soeur hôtelière  avait permis de comprendre l’origine de certains symptômes .

 

 

http://lezarceleurs.blogspot.fr/2016/06/sieste-ou-nuit-meme-traitement-par-le.html

Comme le montrent les détections faites , les agressions de type électronique ont des manifestations différentes en détection , mais surtout en vécu. La souffrance est incomparable à tout ce qui est connu . C’est une véritable TORTURE.

Une lettre ouverte avait été envoyée aux chercheurs de l’Institut du cerveau pour en faire état. Sans effet , quant au suivi  ou à une intervention radicale de représentants de l’Etat pour le faire cesser.

 

Torture électronique et escroqueries

10 Avr

 

Tout le monde sait que le micro-ondage du cerveau rend dingo et peut être très utilisé par des dominants criminels et/ou des escrocs criminels pour arriver à leurs fins .

Les fonctionnaires d’Etat chargés de prendre des plaintes mentionnant une utilisation criminelle de ce phénomène et qui prétendraient n’en rien savoir , sont au moins pire, de mauvais comédiens, mais souvent , et malheureusement, des complices actifs.

Leur habituelle réponse stéréotypée qui nie le phénomène sans s’ y intéresser ou sans interroger , et rapportée par de nombreuses cibles, n’est ni professionnelle, ni respectueuse, ni vraisemblable, ni maline .

Ce type de réaction est, bien sûr, seulement destiné à se débarrasser d’ une victime qui se plaint , en la présentant en attardée superstitieuse ou en dérangée, pour au final, ne rien faire pour que cela s’arrête et qu’elle soit protégée. Il se trouve que 70 % des victimes sont des femmes.

Une allusion au micro-ondage du cerveau destiné à semer la confusion chez des témoins avait été notée dans la littérature policière américaine dès 2009.
Cette évidence du micro-ondage invalidant était proposée dans ce RomPol  sous forme de boutade dans la bouche d’une procureure ( Marie Lou Baker) de San Diego – Californie , s’étonnant de propos suspects de témoin et obtenus par des interrogatoires biaisés.

Dans cette mienne histoire de harcèlement électronique , je fais volontiers la différence entre :


le contrôle mental par micro-ondage criminel , V2K et privation de sommeil à des fins d’ 1 escroquerie particulière et ciblée, et
la sadique et bestiale torture électronique , plaisir de psychopathes accros qui cherchent ou provoquent toute situation ou réaction pour pouvoir continuer avec un prétexte, et aider n’importe qui pour des escroqueries tous azimuts .

Faire déménager une victime, en la torturant par voie électronique, avec le concours des collabos de voisinage relève de cette deuxième partie.

Les spécialistes reconnus du harcèlement électronique présentent souvent ce phénomène global comme une mise à mort sociétale et/ou physique, cachée. Cette mise à mort * (3)  souvent lente est provoquée par des éléments extérieurs manipulés ou programmés (signaux) , eux aussi cachés et impossibles à prouver ou à faire trouver , pour cause de rejet a-priori de la plainte de la victime par des représentants de l’Etat . Complices passifs de crime.

Ce ne sont pas les articles de loi qui manquent pour punir les criminels du harcèlement électronique.
Dans notre phallocratie française déguisée en démocratie, seule manque la prise en considération du phénomène dont profitent des criminels/gougnafiers/escrocs en bandes organisées , qui s’attaquent à des personnes préalablement isolées par tous moyens connus de harcèlement.

L’argent facile par captation d’héritage ou de biens , déguisée sous un montage aux apparences légales parce qu’ aidé par un ou des magistrats et des juristes marrons est un classique.

En reprenant l’idée du harcèlement électronique /mort lente , on peut rappeler ici les éléments habituels connus de tout crime par élimination programmées, progressive , ou violente :
– l’argent ( facile )
– le sexe ( désir ou vengeance)
– la folie ( déviants, pervers , sadiques , psychopathes)

Personne ne peut plus maintenant ignorer que le micro-ondage caché du cerveau avec V2K entraine la confusion mentale , la perte de repères et de mémoire. Il simule la folie et permet de prétendre à la folie de la victime pour l’éliminer, l’escroquer , la mettre sous tutelle……….

Ma prétendue folie était prévue à un moment X, dans cette histoire somme toute banale. Ce qui m’avait été annoncé par un notaire en ces termes «  ils vont vous rendre folle «  * (1). Et c’est la bande à frérot qui s’y était collé, et avec une minutieuse préparation et ,  sans doute,  bien en amont du moment X .

« Ton frère est une ordure » m’avait déclaré cet ami d’enfance et aussi Chevalier de la Légion d’Honneur » quand le montage d’une captation d’héritage par mon greedy frérot était devenue évident.
«  Oui. Mais cinquante fois moins que l’amant de sa femme  »

Les deux hommes, le pigeon et l’amant, étaient copains et collègues de travail. Employés de l’armée. La dame   qui les fascinaient tant , était , aux dires du 1er mari d’icelle , une perverse jusqu’au trognon, fabricatrice  ( faiseuse) de « fake news »
Elle voulait ce que j’avais et l’amant le lui avait promis. La lune en plus.

L’égo boursouflé de l’ autoritaire amant coinçait dans l’embrasure des portes. Il était conseiller municipal d’une petite bourgade du Maine et loire et hyper-actif dans tous les réseaux crapuleux possibles. Ce qui incluait un grand nombre de ripoux en marge de l’ armée , de la gendarmerie, et de la police , disponibles pour des coups de main cachés sous la fonction. Aïe.

Selon l’ex de la femme , c’était là le réseau que je devais le plus redouter.
Les exemples d’exactions déléguées à des sous-réseaux et qu’il avançait, m’étaient connus et familiers depuis longtemps : violations, dégradations, vols de documents , rumeurs, et …. plaintes classées ou détournées ……

Pour me faire passer pour folle et me rendre folle , après m’avoir éjectée par manigances de deux appartements et d’une maison en tant que proprio, ils avaient du intensifier au maximum le micro-ondage avec V2K.
Cette horreur avait été organisée , dans la maison que je louais à Dol de Bretagne ( 35), et dans l’appartement qu’un ami me prêtait à Paris XIV à cette époque, huit jours chaque mois.

A Dol de Bretagne (35)  , les combles de la maison (leblay/lesénéchal) auxquels je n’avais pas accès , avaient été utilisés pour un micro-ondage dément avec V2K.
Les V2K infligés n’y étaient, bien sûr , pas l’oeuvre de Leblay ou Le Sénéchal, vicieux enthousiastes ayant seuls accès aux combles , mais  modestes transporteurs livreurs  de moules, et souvent absents.

Sachant qu’un ex-de la garde républicaine ( Belloin) avait violé mon domicile de Paris XIV et s’en était vanté….. que l’amant de l’épouse du pigeon

  • m’avait harcelée avec une jeep de l’armée
  • avait été trouvé dans ma chambre en train de fouiller dans me affaires , dans une maison où il était  en infraction et où se trouvaient  en plus 3 représentants du droit que l’amant/employé de l’armée/conseiller municipal  bafouait (le droit) avec la suffisance de l’habitude d’un délinquant-employé de l’armée-conseiller municipal-et quoi encore ?  ………..que des gendarmes et  des flics me courraient après en tous lieux pour m’arrêter et me coller des PV …. avec  des gars de la PPP qui inventaient des stationnements irréguliers  à environ  200 euros pièce,  tout compris ……on peut penser, par déduction, que les réseaux ripoux liés à l’armée et aux forces de sécurité ,  étaient entrés en transe et à mes trousses.

A Paris , dans l’appartement prêté , des voisins avaient donné le coup de main . Un micro-ondage intense par l’ex -ingénieur EDF , FM et Chevalier de la Légion d’honneur de l’appartement voisin m’avait laissée sans répit. On pouvait donc ajouter encore comme collaborateurs actifs, une clique de FM criminels .

En 2007 , sous les effets du harcèlement criminel global décrit, j’avais l’air débile et commençais à le devenir.

Les effets du micro-ondage et des V2K ont été largement exposés dans ces blogs . *(2)
Les micro-ondes et V2K , armes par destination et employés ici, étaient utilisées pour soumettre une personne afin de tout lui voler , et de la faire disparaître sans bruit du même coup. L’origine bicéphale de cette situation criminelle était partagée entre Paris et les Pays de Loire.

La torture électronique est comprise , ici, comme une étape supplémentaire dans la cruauté et la barbarie, pour détruire un cerveau qui s’obstine à fonctionner par à-coups, malgré tout.

Cette torture électronique est basée sur des propulsions violentes d’énergie de toutes sortes ( RF, ultrasons, sons, laser ) qui n’ont jamais cessées à ce jour , en dépit de plaintes multiples. Ces attaques par énergie dirigée réussissent à viser et atteindre le cerveau à l’intérieur de la boite crânienne, par choix  et amplification des fréquences destinataires, ou capacité du signal à pénétrer les os, ou les faire vibrer.

Le cerveau attaqué directement,  n’a aucun organe auquel se plaindre .
D’habitude , c’est lui , le cerveau centralisateur  d’informations et réactions , qui prévient , gère ou essaie de gérer, un problème , quand il reçoit une plainte d’un organe en souffrance ou faire face à une situation inhabituelle.

Dans ce contexte entretenu , les escrocs profiteurs de la criminalité protégée par des maires et des représentants de l’Etat , pullulent : hôteliers , agents immobiliers , syndics qui refusent d’intervenir, propriétaires de biens qui manigancent pour voler la caution (Colette COUVIDAT) , autres qui louent des biens impropres à leur usage et prennent des airs d’ingénue  ( I Blaineau) , con cessionnaires automobiles qui sur-facturent et procèdent par amalgame (BAUDRY-FORD) ……

La première forme d’ escroquerie des propriétaires qui ont été informé de l’existence de la torture électronique à l’intérieur de l’appartement loué et qui n’ont pas pris toutes les mesures à leur disposition pour la faire cesser, consiste à exiger et encaisser l’argent d’une location pour ce bien non conforme aux exigences de la loi en la matière.
Certains défient la loi et trompent les juges pour le faire ( I.Blaineau)
Les propriétaires font, ainsi, payer à la victime la location d’un lieu de torture appelé appartement.
Ce propriétaires sont en plus passibles de non assistance à personne en danger au même titre que les représentants de la loi ou de la sécurité , qui refusent ou rejettent les plaintes sans investigation et créent les conditions de la continuité de cette torture.

La deuxième forme d’escroquerie des propriétaires existe grâce à une manigance du réseau crapulo-criminel .
Pour récompenser le propriétaire de sa complicité active ou passive en participant ou en ne dénonçant pas le harcèlement électronique , le réseau active ses pions pour que le vol de la caution du loyer devienne une rétribution du propriétaire. Aux frais de la victime.

C’est ce que m’avait expliqué le fanfaron Leblay à Dol de Bretagne (35) mais qui n’avait pas réussi son coup de vol de caution , mal préparé.

L’avide Colette COUVIDAT à Saint Julien des Landes (85) , avait assisté à une dégradation d’un radiateur de sa maison par M Suteau pendant que nous faisions l’état des lieux. Elle n’avait pas bronché. Ni noté le fait.

Par la suite, elle ne montrera ni sens des responsabilités face à ma torture électronique dont elle était informée, ni respect de la loi sur la location d’un logement décent , ni aucun état d’âme d’aucune sorte.

Elle s’était tout juste comportée comme une sorte de matone sadique . La rapacité , en plus.
Car elle montera un chantier , avec ses copains de la résidence, pour voler et garder ma caution sous des apparences légales.

Cet endroit où je n’avais guère eu l’occasion de me poser et encore moins de me reposer avait été une rapide et violente descente en enfer
– les rafales de micro-ondes venaient de la maison à ma gauche, occupée par l’ex-contre-amiral POITEVIN
le chauffage par micro-ondes ( mur thermique ) était l’oeuvre de SUTEAU , dans la maison à ma droite .
les tirs au laser à travers ma porte -fenêtre, venaient de la maison des deux gays, de l’autre côté de l’allée

Quand j’allais dormir dans ma voiture, un appareil commandé à distance , enclenchait des tirs d’énergie qui cisaillaient le cerveau . Comme en Islande. Comme dans les mobiles homes des différents campings français où je n’avais pas, non plus eu de répit
Comme , ici, au Sextant.

Les escroqueries des commerçants sont à l’avenant , dont celles notamment des hôteliers . A très peu d’exceptions près, ils faisaient payer une chambre qu’ils acceptaient de transformer ou faire transformer en cellule de torture.

L’escroquerie du concessionnaire BAUDRY – FORD est d’une autre nature .
Elle avait été faite à un moment de violences électroniques redoublées. Je tenais tout juste debout , et ne pensais qu’à essayer de dormir sans le pouvoir. A cette époque, même le WiFi à l’intérieur du garage, dans le bureau du commercial, était un vrai supplice pour mon cerveau.
Chez moi, je n’avais pas eu la force de faire des recherches sur les caractéristiques du véhicule ni sur les particularités de l’offre.

Et sciemment ou pas, BAUDRY-FORD avait profité, de ma vulnérabilité entretenue par la torture électronique redoublée.

A l’ époque de mon achat , la marque FORD offrait 3000 euros pour faire venir de nouveaux clients vers la marque , puis les fidéliser. Mais, je ne le savais pas , et Baudry- Ford n’avait rien dit, malgré l’obligation d’information d’un vendeur.
Selon l’article 1110 du Code civil « les règles du droit civil imposent aussi au vendeur une obligation d’information en exigeant sa bonne foi dans la conclusion des contrats. « 

Sur une facture cette déduction porte le nom habituelle de OFFRE COMMERCIALE, comme l’indique cette proposition faite ( ultérieurement) par une marque concurrente .

Par ailleurs, au moment d’une vente , un vendeur de voiture neuve rachète la vieille voiture du client qui sera revendue à un acheteur étranger , ou encore à un ferrailleur qui re-fourguera les pneus neufs , les sièges en cuir et autres pièces en état de fonctionner .
Cela s’appelle une REPRISE de l’ANCIEN VEHICULE ou un RACHAT de VEHICULE . Le montant proposé s’ajoute à l’offre commerciale de la marque , et vient en déduction du coût total. Il n’existe pas d’amalgame possible entre les deux rubriques

 

Chez BAUDRY-FORD , sur ma facture , il existait seulement la rubrique RACHAT de VEHICULE et pour un montant de 2878 euros. Un RACHAT n’est pas une OFFRE COMMERCIALE. Les concessionnaires réglos dissocient ces deux rubriques de présentation de compte. Pas BAUDRY-FORD.

En plus, sur cette facture on trouvait aussi
– un cout pour des tapis de sol à l’avant , mais qui étaient des éléments de série donc non facturables
– un coût pour des tapis de sol à l’arrière , mais qui n’existaient pas

Tout cela avait totalement échappé à mon cerveau endolori, épuisé, et que je contrôlais moins que ne le faisaient mes ennemis.

Quelque temps plus tard, c’est un commercial FORD, ami d’amis, travaillant dans  un garage d’une autre région qui me montrera , document à l’appui, l’offre commerciale FORD de 3000 euros. Il rameutera tous ses collègues à portée de voix pour leur faire apprécier l ‘exploit de BAUDRY-FORD qui m’avait royalement bernée.
BAUDRY-FORD sollicité pour réparer à l’amiable cette escroquerie refusera toute discussion.

La marque FORD, informée, et sollicitée pour récupérer cette situation écrira à BAUDRY-FORD à plusieurs reprises en ma faveur. BAUDRY-FORD l’ enverra paître.

Tout comme il le fera avec moi lorsque je le solliciterai , contre paiement, pour chercher   et enlever le mouchard posé sur l’électronique de ma voiture.

Toutes les situations commerciales pourries de commerçants dissimulateurs ou véreux, pourraient exister indépendamment de situations de torture électronique . Elles sont souvent mises en oeuvre pour gruger des femmes seules ou vulnérables . Une personne non-victime de torture électronique y ferait face de façon appropriée et éventuellement efficace et radicale . En défendant ses intérêts posément ou fougueusement .

C’est ce que peut difficilement faire, ou mal , ou trop tard , ou pas du tout , une victime de torture électronique, épuisée par la privation de sommeil, et par la souffrance .
Son cerveau volontairement handicapé par des criminels solidaires et qui préparent même en amont, ce genre de situation , ne peut pas réagir normalement . Encore moins efficacement.
Les réseaux crapulo-criminels aux trousses de la victime , le savent . Ce sont eux, qui incitent tous ceux qui le peuvent ou le veulent, à voler la victime , pour l’appauvrir encore plus.
Pour aider les escroqueries et les escrocs , les crapulo-criminels qui fabriquent le contexte de torture électronique , accentuent alors sa violence , en intensité et en durée , si besoin.

Parmi les escroqueries intimement dépendantes de / et liées à/ , la torture électronique, une place de choix revient à des médecins , dont la déontologie et la qualité de fonctionnaires , créent obligation de dénoncer un crime rapporté par la victime . Comme les maires.

Mais dans un élan de fraternité et de solidarité criminelle avec leur groupe de copains , certains professionnels de la santé ( mas pas vraiment) préfèrent en profiter pour escroquer la sécurité sociale en enfermant au moyen de subterfuges grotesques et illégaux , les victimes de torture électronique dans des prisons- hôpitaux. Ce qui permet ainsi de discréditer les plaintes ou les témoignages de ces victimes, voire tout simplement de les empêcher .

* (1) https://lesharceleurs.wordpress.com/2013/06/10/la-folie-pratique/

  • (3) https://lesharceleurs.wordpress.com/2017/09/28/rendre-fou-en-appartement-grace-aux-neuro-armes/

https://lesharceleurs.wordpress.com/2017/12/20/medusa-le-cri-des-micro-ondes-dans-le-cerveau/

https://lesharceleurs.wordpress.com/2017/07/04/les-neuro-armes/

http://lezarceleurs.blogspot.fr/2017/02/les-armes-de-la-confusion-fuite-du.html

http://lezarceleurs.blogspot.fr/2017/10/36-chandelles-en-27-minutes.html

http://lezarceleurs.blogspot.fr/2014/09/comparaison-de-tirs-dondes.html*

http://etouffoir.blogspot.fr/2014/03/harcelement-en-reseau-helicos-motards.html

Tir fulgurant – HCE

12 Jan

Dans le texte précédent , on trouve l’information suivante, extraite d’une information sur les effets des armes non-létales :

« Les estimations montrent que des impulsions très brèves d’une nanoseconde à 50 à 100 kV / m , peuvent produire un potentiel de la membrane de la cellule d’environ 2 V. Ce serait semble-t-il suffisant pour exciter des neurones ou les rendre plus sensibles au tir. »

Après plusieurs nuits passées dans ma voiture, poursuivie par tous les célibataires et/ou  jeunes ou vieux pères de famille harceleurs de la région ou de passage dans la région, j’avais opté pour une nuit au chaud dans un appartement.

A peine installée sous toutes les protections imaginables,  anti-RF et anti-laser, j’avais été attaquée par un tir fulgurant. Il avait fallu quelques minutes seulement, pour que je sois repérée et violemment visée.

Le détecteur proche de ma tête et programmé sur un enregistrement de l’énergie électrique (pulsée)  donnera l’information suivante :

L’EEG qui m’accompagnait cette nuit-là   , montrera ceci avant le tir.

la partie colorée en rouge,  analysée par l’appareil, montrera comme ceci l’énergie électrique dans le cerveau avant le tir

et ceci ,  pendant le tir :

La partie colorée en rouge montrera aussi ceci :

avec ce tableau  pour les détails :

Quelques secondes après le tir, l’énergie électrique restante se manifestera  dans le cerveau ainsi pour le petit moment coloré en rouge :

et

et quelques secondes, encore plus tard,  l’analyse EEG faite sur la période suivante colorée en rouge donnera ceci :

et

Pour le réveil  obligatoire du  lendemain matin,  et après une nuit  de périodes de  micro -tirs, le tir fulgurant  avait été comme ceci :  4,5 V/m

Et comme ceci pour le 12 janvier

Perturbation du contrôle neural – Fabrication de symptômes épileptiques

9 Jan

Il existe en effet des épilepsies aux manifestations différentes et qui dépendent de la partie lésée du cerveau .
Ces phénomènes sont explicités de façon claire dans , entre autres, les deux vidéos suivantes :


La partie du texte traduite plus loin,  est extraite de Biofeffects of Selected non-Lethal Weapons .  Ce texte présente la possibilité de créer artificiellement des dysfonctionnements cérébraux de type épileptique . Il mentionne , en conclusion , qu’il est vraisemblable
que 100% de la population puisse être affectée par la technologie expliquée
que la technologie utilisée possède un effet d’incapacitation extrêmement rapide,
qu’elle peut aussi bien être appliquée à des foules qu’à des individus ciblés à l’unité,
qu’elle peut être modulée en intensité
qu’elle peut être adaptée pour générer indifféremment ou ensemble des spasmes musculaires ou des pertes de conscience

Ce chapitre consacré aux perturbations du contrôle neural , a été écrit en 1998 et fait partie d’une étude du National Ground Intelligence Center . Seule  une partie  de cette étude a été déclassifiée par l’armée américaine en 2006 .

Ce qui fait de ce texte une information de base , seulement, mais qui peut servir à confirmer la réalité ( spasmes musculaires spectaculaires, pertes de conscience ) de ce que subissent certaines cibles de harcèlement électronique.

Dans la première partie de ce texte, l’auteur rappelle les dysfonctionnements attendus du cerveau par la technologie qui sera utilisée contre des humains.

Il décrit ensuite le fonctionnement normal du cerveau , puis les dysfonctionnements possibles de nature pathologique de cet organe.

Ce sont ces dysfonctionnements qui serviront de point d’observation et de départ à la mise en place de la technologie électronique destinée à reproduire une pathologie.

La traduction rapide et partielle qui suit est faite sans autorisation et sans qualité et pourra être enlevée à la demande . les termes et phrases surlignées sont un choix personnel et une possibilité de lecture plus rapide pour individus  ciblés pressés.

Comme suit :

Effet incapacitant: perturbation du contrôle neural

La nature de l’incapacitation repose sur une synchronisation de l’activité rythmique des neurones du cerveau qui perturbe le contrôle cortical normal des voies cortico-spinales et cortico-bulbaires; cela perturbe en conséquence le fonctionnement normal des moto-neurones spinaux qui contrôlent la contraction musculaire et les mouvements du corps.

Les personnes souffrant de cette maladie perdent le contrôle volontaire de leur corps.

Cette synchronisation peut s’accompagner d’une perte soudaine de conscience et de spasmes musculaires intenses.

Cible biologique / Fonctions normales / État pathologique

La fonction normale du cerveau est de contrôler toutes les formes de comportement, le contrôle volontaire du corps et les paramètres homéostatiques de l’organisme. Dans des conditions normales, toutes les structures cérébrales, les populations de neurones, les unités en réseaux ou uniques fonctionnent avec une activité rythmique spécifique en fonction de l’information sensorielle entrante, des informations provenant des structures mnémoniques et des signaux provenant des organes viscéraux.

Chaque neurone unique fournit un traitement spécifique des informations qu’il reçoit et forme un modèle spécifique de déclenchement d’impulsion ( enréponse) comme information sortante. La synchronisation de l’activité neuronale est un mécanisme naturel de la fonction cérébrale qui utilise des processus de contrôle tels que la motivation, l’attention et la mémoire (expérience) afin d’organiser le comportement. Par exemple, les processus motivationnels sont considérés comme activant des signaux ascendants qui synchronisent l’activité neuronale de structures cérébrales spécifiques et de réseaux de neurones; cette activation / synchronisation active à son tour des formes spécifiques de comportement telles que des activités sexuelles, agressives, ingestives.

En fonctionnement normal, le degré de synchronisation neuronale est fortement contrôlé. Des expériences qui enregistrent simultanément l’activité neuronale dans différentes zones cérébrales chez les animaux, on sait que la corrélation de pics d l’activité des entre les neurones (mesurée par le niveau de corrélation de la synchronisation) varie en fonction du stade de comportement, de motivation, d’attention ou d’activation du processus de mémoire.

Cependant, dans certaines conditions, telles que le stress physique, le choc thermique ou un fort stress émotionnel, le niveau de synchronisation peut devenir plus élevé, impliquant de grandes populations non spécifiques de neurones du cerveau . La synchronisation peut alors devenir incontrôlable.

Selon la fréquence à laquelle le rythme de synchronisation se produit et le nombre de neurones impliqués, il peut se produire des effets physiques différents; faiblesse musculaire, contractions musculaires involontaires, perte de conscience ou spasmes musculaires intenses .

Le niveau de synchronisation le plus élevé a lieu chez les personnes atteintes d’épilepsie au moment des crises périodiques . Chez ces personnes il existe une origine pathologique (par exemple, d’une lésion au cerveau) de la synchronisation rythmique. Parce que les mécanismes neurophysiologiques de la synchronisation épileptiforme sont mieux documentés, cette technologie incapacitante est décrite en termes d’épileptogenèse.

Les mécanismes neurophysiologiques actifs dans l’épileptogenèse impliquent des changements dans les conductances membranaires et les altérations des neurotransmetteurs qui affectent l’interaction neuronale.

Dans le processus de l’épileptogenèse, soit certains neurones se déchargent trop facilement en raison d’altérations dans les conductances membranaires soit il y a un échec de la neurotransmission inhibitrice.

Les décharges réelles ont été reconnues comme résultant d’un décalage de dépolarisation neuronale avec une synchronie électrique dans les populations cellulaires liée en partie à des changements dans les conductances membranaires.

La base ionique et le substrat biochimique de cette activation ont fait l’objet de nombreuses études, mais laissent encore beaucoup de questions sans réponse.

Quelles sont les propriétés cellulaires de base, présentes dans les cellules et tissus normaux, qui pourraient contribuer à la génération d’une activité anormale?

Quelles parties des systèmes ont un seuil bas et fonctionnent comme des éléments déclencheurs?

L’une des hypothèses actuelles concerne les microcircuits, en particulier les interactions synaptiques locales dans les structures du système néocortical et limbique.

Dans l’hippocampe, le rôle de l’élément déclencheur a longtemps été attribué aux cellules pyramidales CA3 – une hypothèse basée sur le fait que des décharges synchrones spontanées peuvent être établies dans les neurones CA3.

Certaines études décrivent un type de cellule à rupture intrinsèque dans le néocortex qui . joue un rôle similaire à celui des cellules CA3 dans l’hippocampe et que celles des cellules profondes dans le cortex pyrifonn.
La nature intrinsèque de ces cellules semble être un contributeur important à l’établissement des décharges synchronisées dans ces régions. Une autre exigence apparente dans une telle population est celle d’un certain degré d’interaction synaptique entre les neurones, de sorte que la décharge d’une seule cellule entraîne celle ses voisines.
Compte tenu de la présence de ces cellules mises en action et de la survenue d’interactions excitatrices entre elles dans les tissus normaux, il peut s’agir en fait du substrat morphologique des décharges épileptiformes.

Une autre hyptothèse s’est concentrée en particulier sur le rôle des récepteurs N-méthyl-D-aspartate (NMDA). Divers facteurs régulent l’efficacité des récepteurs NMDA: leur blocage dépendant de la tension par le magnésium et  de la modulation par la glycine et les polyamines. Par exemple, dans le modèle à faible teneur en magnésium, la décharge de salves synchrones spontanées dans les populations de cellules pyramidales de l’hippocampe est sensible aux antagonistes du NMDA. Cette découverte suggère que c’est l’ouverture des canaux NMDA, en soulageant le blocage du magnésium, qui facilite l’activité épileptiforme.

Une attention significative dans la littérature est également accordée aux récepteurs de l’acide gamma-amino butyrique (GABA) pour le rôle potentiel dans le contrôle de l’excitabilité.
Les changements dans l’efficacité inhibitrice de GABA peuvent mener à des effets importants sur l’excitabilité du système. Il a été montré que les potentiels post-synaptiques GABAergiques (IPSPs) sont très labiles en réponse à l’activation répétée des populations de cellules corticales, comme cela peut se produire lors d’une décharge d’épilepsie.

Les scientifiques ont montré que même un faible pourcentage de changement dans l’inhibition du GABA peut avoir des effets profonds sur l’épileptogenèse néo-corticale. Ces changements dans l’inhibition GABAergique peuvent être la clé d’ explication de la façon dont les modèles de décharge répétitifs donnent lieu à une décharge critique.

De plus, il semble y avoir une augmentation significative de la fréquence du potentiel postsynaptique excitateur (PPSE) avant l’initiation de la crise, une observation qui correspond à la perte d’efficacité du TFS avant l’apparition de la crise.

Les hypothèses ci-dessus décrivent différents mécanismes de l‘épileptogenèse, mais il est tout à fait possible que tous ces mécanismes aient lieu, et ils reflètent une grande variété de types de crises d’épilepsie. Le principe commun des mécanismes proposés est le changement des propriétés de la membrane (c’est-à-dire, la conductance, la perméabilité, etc.) de certains neurones qui entraîne une dépolarisation et une décharge de type électrique .

Certains facteurs (par exemple, un traumatisme) peuvent affecter ces neurones spécifiques et initier une synchronie pour les neurones qui contrôlent la communication interne et la communication avec divers systèmes musculaires non associés aux fonctions vitales (c.-à-d. Battements cardiaques, respiration).

Les champs électriques pulsés à haute résistance pourraient également être un tel facteur.

Mécanisme pour reproduire les effets souhaités

L’utilisation d’impulsions électromagnétiques est également une technologie conceptuelle non létale qui utilise l’énergie électromagnétique pour induire une synchronie neuronale et une perturbation du contrôle musculaire volontaire.

L’efficacité de ce concept n’a pas été démontrée. Cependant, d’après les travaux antérieurs dans l’évaluation des possibilités d’affecter des humains par des générateurs d’impulsions électromagnétiques , on estime que des champs internes suffisamment forts peuvent être générés dans le cerveau pour embraser des neurones.

Les estimations montrent que des impulsions très brèves d’une nanoseconde à 50 à 100 kV / m , peuvent produire un potentiel de la membrane de la cellule d’environ 2 V. Ce serait semble-t-il suffisant pour exciter des neurones ou les rendre plus sensibles au tir.

Le concept des impulsions électromagnétiques est un concept dans lequel une impulsion électromagnétique à haute tension (environ 100 kV / m ou plus), très rapide (nanosecondes), est répétée à la fréquence de l’onde cérébrale alpha (environ 15 Hz).

On sait qu’une fréquence similaire de pulsation de lumière peut déclencher une crise d’épilepsie chez les individus (ceux qui souffrent d’une épilepsie sensible à la lumière) et on pense qu’en utilisant une méthode capable de produire un champ électrique approprié permettant d’exciter directement les synapses nerveuses d’un humain , pratiquement 100% des individus seraient susceptibles de produire une crise d’épilepsie induite.
…………………..

Temps d’apparition

Aucune preuve expérimentale n’est disponible pour ce concept. Cependant, l’apparition de la latence des crises induites par la lumière chez les épileptiques photosensibles varie de 0,1 à environ 10 secondes.

En raison du fait que les impulsions électriques déclenchées par la lumière doivent se propager à d’autres parties du cerveau, on s’attend à ce que les crises photiques induites puisse avoir un début généralement plus lent que la synchronie neurale induite par les champs électriques pulsés à haute résistance.

Durée de l’effet

Pour les individus épileptiques, la durée typique d’un événement petit mal ou d’un événement psychomoteur est de 1 minute ou 2, éventuellement plus , tandis que la durée d’une crise grand mal est de 1 à 5 minutes.

Chez un individu non épileptique, avec symptômes induit par des moyens électromagnétiques, on s’attend à ce que les durées des différents événements soient à peu près les mêmes que les événements de l’individu épileptique après l’élimination de l’excitation externe.

Adaptation

Il existe de nombreux degrés de crise d’épilepsie chez les personnes malades, et il semble raisonnable de dire que la stimulation électromagnétique de la synchronie neuronale pourrait être ajustable en fonction du type et du degré d’influence corporelle, en fonction des paramètres associés au stimulus choisi.

Parce qu’il n’y a pas de données réelles sur lesquelles s’appuyer, ces déclarations doivent être considérées comme provisoires. On sait que dans l’étude des crises photiques induites, les paramètres peuvent être modifiés de sorte que l’individu à l’étude ne subisse pas réellement une crise de grand mal. Cette connaissance donne l’assurance que la technologie proposée sera ajustable.

Distribution des sensibilités humaines aux effets désirés

Il est prévu que 100% de la population y soit réceptrice. Le mécanisme prévu pourrait agir simultanément sur de nombreuses cellules neuronales individuelles et ne dépendrait donc pas de la propagation par zones d’activité électrique comme dans l’état pathologique.

Influence possible sur les sujets

Si la technologie fonctionne à peu près comme prévu, l’individu ciblé pourrait être frappé d’incapacité très rapidement. Parce qu’aucune étude n’a été rapportée utilisant les conditions spécifiées, un travail expérimental est nécessaire pour caractériser le temps de début.

Différents types de technologies pourraient être utilisés pour affecter des zones peuplées étendues ou des individus isolés.

Parce que cette technologie est considérée comme ajustable , l’influence sur les sujets peut varier d’une perturbation légère de la concentration, à des spasmes musculaires et à une perte de conscience. 
Le (s) sujet (s) pourraient garder différents degrés de contrôle volontaire en fonction du degré d’incapacitation choisi.

 

Statut technologique du générateur / dispositif de visée

Une force de champ électrique d’environ 100 Kv / m sur une période de 1 nanoseconde est approximativement la condition considérée comme nécessaire pour produire l’effet désiré lorsqu’elle est fournie à un taux de répétition global de 15 Hz.

Un tel champ peut être développé en utilisant une source pulsée de type radar, à puissance de crête élevée ou un générateur d’impulsions électromagnétiques fonctionnant à 15 Hz.

Les technologies existantes à ce jour sont suffisantes pour évaluer le concept de handicap.

Les besoins de puissance ne sont pas élevés car le facteur d’application est bas.
Les appareil nécessaires sont actuellement disponibles, mais un degré élevé de visée sur de longues distances nécessitera un développement complémentaire .

Il pourra être nécessaire de fournir de nombreuses de ces impulsions nanosecondes afin de stimuler l’effet désiré.
Au fur et à mesure que le temps de fonctionnement augmente, la puissance moyenne requise pour fournir l’énergie augmentera également.
Parce qu’il n’existe pas de documentation disponible pour servir de référence, il pourrait y avoir une certaine incertitude quant aux niveaux de puissance requis.

Distance
Elle pourrait être de quelques centaines de mètres.

Protections / limites
Un blindage peut être assuré par des barrières conductrices comme un écran métallique ou des plaques de métal .

Il existe un certain nombre de médicaments qui sont capables d’induire des crises convulsives ou autres, comme le phénobarbital, la diphénylhydantoïne, la triméthadione, le 2-4 dinitrophénol et l’acétazolamide,  .

Les anticonvulsivants sont connus pour aider à réduire l’effet des crises chez les patients épileptiques, mais leur capacité à réduire l’effet de la technologie proposée ici est inconnue (peut-être sans effet), mais devrait être moindre que pour les crises photiques induites.

Soutien international des individus ciblés

24 Déc

Le lien suivant vient du site de l’association américaine fondée par Derrick Robinson pactsntl 

http://www.pactsntl.org/international-groups.html

Cette page

  • liste, à l’international,  toutes les associations de défense des individus ciblés par le harcèlement en réseau et/ou le harcèlement électromagnétique.
  • donne les coordonnées des responsables de ces associations , susceptibles de transmettre des informations et  de répondre à des questions.